Plan de résilience économique et sociale Face à l’urgence, l’État se mobilise 16 mars 2022

VOIR EGALEMENT :

[PARENTDIR] Parent Directory                             -   
[TXT] 0-SOMMAIRE-audentia-..> 2021-01-26 15:27  859K  
[TXT] 1JEUNE1SOLUTION-CENT..> 2021-03-30 09:40  7.5K  
[TXT] 5CarrefourOnline.htm    2020-06-15 10:49  2.1M  
[TXT] 12-000-nouvelles-eol..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] 13-05-2020-TVA-Dispe..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] 600-acteurs-livre-de..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] 2020-05-11-Les-effet..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] 2020-06-3eme-projet-..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-239-MILLION-..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-2198-L-Etat-..> 2021-02-25 15:59  967K  
[TXT] 2020-06-2206-Renforc..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-ADRESSE-AUX-..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Accord-princ..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Analyse-conj..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] 2020-06-Appel-a-mani..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Appel-a-proj..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Appel-du-18-..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Avril-2020-c..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-CP-Plan-d-ac..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Chateau-de-C..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Claranova-Ci..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Conditions-d..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Declaration-..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Decret-ticke..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Eure-et-loir..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-FIRST-CORONA..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] 2020-06-Formation-pr..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Gerald-DARMA..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-HOW-TO-FILE-..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Hutchinson-T..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-ICBC-augment..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-INVESTISSEME..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] 2020-06-Joint-Statem..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-La-mondialis..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Microsoft-pr..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Optronis-Cam..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Plan-soutien..> 2021-01-26 15:27  945K  
[TXT] 2020-06-Projet-Quali..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Rapport-annu..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] 2020-06-Rapport-annu..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Resultats-mu..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Selected-Glo..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-ShanghaiRank..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Snowflake-la..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] 2020-06-Soutien-aux-..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-Soutien-d-un..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-Total-separa..> 2021-01-26 15:27  945K  
[TXT] 2020-06-Transports-e..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-WEBINAR-ON-C..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-coronavirus-..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-flash-conjon..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-galaxy-note-..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] 2020-06-la-poste-va-..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-la-relance-e..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-manager-publ..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-paris-et-ber..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-prix-carbura..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-06-soutien_inno..> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] 2020-06-un-club-daff..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-07-Ceremonie-de..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-07-LE-MEDIATEUR..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 2020-07-Nouveau-Gouv..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] 600000-trinidadians-..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] 20200519-assemblee-c..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] ACCOMPAGNEMENT-ET-PR..> 2021-04-14 09:34   17K  
[TXT] Accor-obtient-une-no..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] Activite-partielle-p..> 2021-04-06 09:44   11K  
[TXT] Agenda-des-reouvertu..> 2021-04-30 09:19   10K  
[TXT] Aides-entreprises-fr..> 2021-04-14 16:09  7.4K  
[TXT] Alain-Griset-quel-ca..> 2021-04-06 09:24  7.1K  
[TXT] Annonces-sur-l-autom..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] Appel-a-Manifestatio..> 2021-09-28 07:50   15K  
[TXT] Apple-Event-Septembe..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] Arnaud-Mercier-Burol..> 2017-12-13 17:20  549   
[TXT] Arnaud-Mercier-Burol..> 2017-12-13 17:20  548   
[TXT] Assemblee-Generale-M..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] Assurance-chomage-pr..> 2021-04-21 09:37   48K  
[TXT] Assurance-le-casse-t..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] Aston-Martin-reprend..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Attestations-Couvre-..> 2021-01-26 15:27  377K  
[TXT] Au-deuxieme-trimestr..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Au-deuxieme-trimestr..> 2021-09-28 07:41   19K  
[TXT] Avec-le-deconfinemen..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] BILAN-D-ACTIVITE-REP..> 2021-04-23 11:49  238K  
[TXT] Bilan-definitif-de-l..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Bilan-energetique-de..> 2021-03-15 12:08  533K  
[TXT] Brevets-et-licences-..> 2021-04-21 11:20   12K  
[TXT] Bruno-Le-Maire-est-l..> 2021-04-14 09:47  7.4K  
[TXT] COMMUNIQUE-DE-PRESSE..> 2021-08-05 17:08   23K  
[TXT] COMMUNIQUE-DE-PRESSE..> 2021-03-30 09:29  7.8K  
[TXT] COVID-19-IMPACT-ON-O..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[   ] CP-Bilan-chiffres-20..> 2020-06-02 14:32  152K  
[TXT] Cedric-O-presente-le..> 2021-07-23 16:18   13K  
[TXT] Chateau-de-Chambord...> 2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] Chine-cinq-nouveaux-..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] Clefs_N72-fabricatio..> 2021-05-06 10:39  181K  
[TXT] Communique-de-presse..> 2021-04-06 10:56   12K  
[TXT] Conseil-Constitution..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] Conseil-Constitution..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] Consequences-du-conf..> 2021-03-30 10:15   19K  
[TXT] Coronavirus-COVID-19..> 2021-03-22 11:40  1.8M  
[TXT] Coronavirus-Ce-que-l..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] Coronavirus-La-relan..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] Covid19-video-Report..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Crepy.html              2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] DIDIER-RAOULT-DIAGNO..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] DIRECT-Premier-vol-h..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] DOSSIER-DE-PRESSE-So..> 2021-04-07 16:55   59K  
[TXT] Darmanin.html           2021-01-26 15:27   75K  
[TXT] Dataiku-et-Microsoft..> 2021-03-03 09:14  7.3K  
[TXT] Declaration-numeriqu..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] Deconfinement-Declar..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] Deconfinement-les-at..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] Defaillances-d-entre..> 2021-03-15 12:23  543K  
[TXT] Deploiement-de-Franc..> 2021-03-01 13:41  1.5M  
[TXT] Des-entrepreneurs-en..> 2021-04-21 11:14   17K  
[TXT] Didier-Raoult-New-Yo..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] Didier-Reynders-Comm..> 2021-04-19 16:28  7.5K  
[TXT] Dieux-Grecs-Playmobi..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] Discours-du-Presiden..> 2021-01-26 15:27  2.8M  
[TXT] Dispositifs-entrepri..> 2021-03-16 14:20  1.7M  
[TXT] Donnees-du-tableau-d..> 2021-03-30 10:43   67K  
[TXT] Dossier-de-presse-la..> 2021-04-12 16:02  7.4K  
[TXT] Dossier-de-presse-la..> 2021-04-12 16:14   12K  
[TXT] EBPenTelechargement.htm 2015-07-07 07:21  2.1M  
[TXT] Economie-et-Statisti..> 2021-01-26 15:27  654K  
[TXT] Ecosystemes-tech-sur..> 2021-03-01 14:01  1.5M  
[TXT] Effets-economiques-d..> 2021-04-09 09:37   44K  
[TXT] Emploi-2020-Trimestr..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] En-decembre-2020-le-..> 2021-03-01 14:40  1.5M  
[TXT] En-juillet-2021-le-c..> 2021-07-23 16:56   13K  
[TXT] Enquete-trimestriell..> 2021-05-06 13:19   14K  
[TXT] Enquete-trimestriell..> 2021-08-03 11:42   14K  
[TXT] Entrepreneuriat-jeun..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Etat-de-la-delinquan..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Etat-de-la-delinquan..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Etude-de-defaillance..> 2021-07-23 16:10   43K  
[TXT] Etude-sur-l-industri..> 2021-05-26 15:46   13K  
[TXT] Expedia.html            2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] FONDS-D-AIDE-D-URGEN..> 2021-03-30 17:39   12K  
[TXT] Facebook.html           2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] Fonds-de-Developpeme..> 2021-05-06 13:01   54K  
[TXT] France-Relance-Nouve..> 2021-07-29 11:41  8.0K  
[TXT] France-Relance-en-so..> 2021-05-10 09:15  7.8K  
[TXT] Franck-Riester-Minis..> 2021-04-19 16:02  7.5K  
[TXT] GEN-Z-S-ROLE-IN-SHAP..> 2021-03-11 18:22  168K  
[TXT] GUIDE-DE-PREVENTION-..> 2021-03-30 17:11   74K  
[TXT] Gemo.html               2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Glissement-annuel-de..> 2021-04-09 10:35  7.7K  
[TXT] Google-News-Initiati..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] Google-Trends.html      2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] Guide_les_dispositif..> 2021-04-23 11:49  129K  
[TXT] Harbin.html             2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] INDICE-DE-LA-PRODUCT..> 2021-03-10 09:43   72K  
[TXT] Industrie-du-jeu-vid..> 2021-04-12 16:09   12K  
[TXT] Institut-Pasteur.html   2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Jean-Francois-Cirell..> 2021-04-19 16:11  7.5K  
[TXT] Kering.html             2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] L-Etat-de-l-Enseigne..> 2021-04-23 11:48  609K  
[TXT] L-economie-francilie..> 2021-01-26 15:27  400K  
[TXT] L-enjeu-de-la-cybers..> 2021-04-14 11:15  110K  
[TXT] L-impact-différencie..> 2021-07-26 17:17   15K  
[TXT] L-impact-differencie..> 2021-07-26 17:15   15K  
[TXT] L-investissement-res..> 2021-04-09 10:06   36K  
[TXT] LA-FIXATION-DU-CARBO..> 2021-03-22 14:56  1.9M  
[TXT] LA-MEDIATION-DU-CRED..> 2021-03-12 18:20  173K  
[TXT] LE-GROUPE-RENAULT-IN..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] La-Chine-preparerait..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] La-Sante-des-dirigea..> 2021-05-06 11:28   25K  
[TXT] La-monnaie-de-banque..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] La-production-dans-l..> 2021-04-22 09:30   27K  
[TXT] La-simplification-de..> 2021-04-14 09:24   12K  
[TXT] Lancement-du-disposi..> 2021-01-26 15:27  367K  
[TXT] Lancement-du-fonds-d..> 2021-09-28 17:20   13K  
[TXT] Le-Gouvernement-anno..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] Le-Premier-ministre-..> 2021-04-13 08:26  7.7K  
[TXT] Le-debat-Covid-les-e..> 2021-03-24 17:42  7.8K  
[TXT] Le-fonds-Vision-de-S..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] Le-restaurateur-step..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] LeMediateur_GuideMar..> 2021-05-10 17:22   39K  
[TXT] Legere-hausse-des-cr..> 2021-01-26 15:27   22K  
[TXT] Les-Francais-n-auron..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Les-Ministeres-de-l-..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] Les-mesures-de-polit..> 2021-04-09 10:16   44K  
[TXT] Les-nouveaux-apprent..> 2021-01-26 15:27  606K  
[TXT] Les-offres-d-emploi-..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Lumiere-sur-la-cyber..> 2021-05-26 14:35   63K  
[TXT] Marches-publics-Entr..> 2021-04-06 11:15  7.2K  
[TXT] Micropole.html          2021-01-26 15:27   76K  
[TXT] Motorola-Edge.html      2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Myriam-Cohen-Welgryn..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] NEET.html               2021-03-30 09:49   24K  
[TXT] NOUVELLES VERSIONS J..> 2021-01-26 15:27   30K  
[TXT] NUTRI-SCORE-FEVRIER-..> 2021-05-06 13:12   66K  
[TXT] NVDIA.html              2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] Nano-Dimensions-stoc..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] Nonfarm-employment-u..> 2021-01-26 15:27  170K  
[TXT] Nouveau-Site-OpenDat..> 2021-04-09 10:25  7.5K  
[TXT] Nouvelles-economique..> 2021-04-13 14:40  7.5K  
[TXT] Objectif-croissance-..> 2021-05-26 17:24   25K  
[TXT] Observatoire-de-la-p..> 2021-08-03 10:01   23K  
[TXT] Octave-Klaba-OVH-Clo..> 2021-05-27 15:37   26K  
[TXT] On-pourra-bientot-de..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Ouverture-Galeries-L..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] PERSPECTIVES-ET-POLI..> 2021-04-08 10:48  194K  
[TXT] PLF-2021.html           2021-01-26 15:27  713K  
[TXT] PROJECTIONS-MACROECO..> 2021-04-09 09:58   33K  
[TXT] PROJET-DE-LOI-relati..> 2021-07-26 16:42   60K  
[TXT] Pass-Sanitaire.html     2021-07-20 10:18   13K  
[TXT] Perspectives-mondial..> 2021-04-09 09:33   51K  
[TXT] Point-sur-la-conjonc..> 2021-01-26 15:27   28K  
[TXT] Politique-depute-als..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] Port-du-masque-en-en..> 2021-01-26 15:27  300K  
[TXT] Portrait-statistique..> 2021-09-28 07:36   47K  
[TXT] Potentiels-de-commer..> 2021-04-09 15:03   29K  
[TXT] Precisions-sur-les-f..> 2021-03-22 13:49  1.8M  
[TXT] Premiere-reunion-du-..> 2021-03-01 14:10  1.5M  
[TXT] Presentation-du-plan..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Pret-Garanti-par-l-E..> 2021-03-15 15:29  866K  
[TXT] Pret-Garanti-par-l-E..> 2021-09-28 07:26  336K  
[TXT] Pret-Garanti-par-l-E..> 2021-04-07 17:32  331K  
[TXT] Pret-Garanti-par-l-E..> 2021-05-26 14:14  333K  
[TXT] Prise-en-charge-fina..> 2021-01-26 15:27  179K  
[TXT] Protocole-national-s..> 2021-01-26 15:27  367K  
[TXT] Publication-des-chif..> 2021-04-14 09:12   12K  
[TXT] RAPPORT-ANNUEL-2020-..> 2021-03-30 09:34  7.7K  
[TXT] REPLAY-Covid-19-en-F..> 2021-01-26 15:27  367K  
[TXT] Rapport-2021-commerc..> 2021-04-12 15:43  7.4K  
[TXT] Rapport_Devt_durable..> 2021-03-16 09:18  1.6M  
[TXT] Rapport_MDE_Achats_R..> 2021-04-06 10:13  233K  
[TXT] Recherche-Google.htm    2012-11-26 17:04  596   
[TXT] Renforcement-du-disp..> 2021-01-26 15:27  371K  
[TXT] Reouverture-du-guich..> 2021-05-05 11:56   13K  
[TXT] Respirateurs.html       2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Resultats-Appel-a-pr..> 2021-03-30 17:31  7.2K  
[TXT] Resultats-definitifs..> 2021-03-10 08:56   31K  
[TXT] SNCF-remboursement-e..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] Social-distancing-la..> 2021-04-09 09:48   49K  
[TXT] Sondage-Ifop-La-popu..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] State-unemployment-r..> 2021-01-26 15:27  173K  
[TXT] Stephane-Boujnah-Eur..> 2021-03-24 17:28  8.3K  
[TXT] StopCovid19-Codes-So..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] Synthese_consultatio..> 2021-04-06 11:34  7.0K  
[TXT] THE-EMPLOYMENT-SITUA..> 2021-01-26 15:27  170K  
[TXT] TIME-magazine-lauds-..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] TVA-sur-ventes-a-dis..> 2021-07-29 11:35   16K  
[TXT] Tesla.html              2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] Theradiag.html          2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Top-U-S-Government-W..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] Toyota-critique-le-p..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] Toyota.html             2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Un-demi-million-de-c..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] Unemployement-July-2..> 2021-01-26 15:27  293K  
[TXT] VEILLE-BENELUX-avril..> 2021-04-19 07:36  7.4K  
[TXT] VIDEO-Confinement-av..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] VIDEO-La-BRI-demante..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] VIDEO-SpaceX-is-targ..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] VIDEO-TUTORIEL-MASQU..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] Vallourec.html          2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] Veolia-et-Suez-annon..> 2021-04-13 09:30   14K  
[TXT] Vers-une-cryptograph..> 2021-04-21 11:32   18K  
[TXT] Videotron.html          2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] Villes-moyennes-et-t..> 2021-09-28 07:33   42K  
[TXT] ViralClear-Publishes..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] Vue-d-ensemble-des-r..> 2021-03-30 10:25   36K  
[TXT] Webinaire-Un-ajustem..> 2021-03-24 17:23  7.8K  
[TXT] actualite-farnell.htm   2021-02-25 11:14  1.3K  
[TXT] actualite.htm           2021-02-18 10:50  4.4K  
[TXT] actualite1.htm          2021-03-01 13:12  2.3K  
[TXT] actualite2.htm          2021-01-13 11:29  1.1K  
[TXT] actualite3.htm          2021-01-13 11:30  2.9K  
[TXT] actualite4.htm          2021-01-13 11:50  1.6K  
[TXT] actualite5.htm          2019-03-19 17:41  1.4K  
[TXT] actualite6.htm          2019-03-19 17:41  1.4K  
[TXT] actualite7.htm          2019-03-19 17:41  1.3K  
[TXT] actualite8.htm          2021-01-13 11:52  785   
[TXT] actualite9.htm          2021-01-13 11:53  1.4K  
[TXT] actualite10.htm         2021-01-13 11:54  1.3K  
[TXT] actualite11.htm         2018-03-06 11:28  1.1K  
[TXT] actualite12.htm         2021-01-26 15:27  7.3K  
[TXT] actualite13.htm         2021-01-26 15:27  6.2K  
[TXT] actualite14.htm         2021-01-13 11:56  1.8K  
[TXT] actualite15.htm         2017-05-11 19:14  1.6K  
[TXT] actualite16.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite17.htm         2020-11-16 17:07  1.4K  
[TXT] actualite18.htm         2020-11-25 14:02  713   
[TXT] actualite19.htm         2021-01-13 11:57  1.0K  
[TXT] actualite20.htm         2021-02-18 10:55  2.8K  
[TXT] actualite21.htm         2020-06-12 11:18  3.0K  
[TXT] actualite22.htm         2020-09-07 10:35  1.9K  
[TXT] actualite23.htm         2017-11-17 15:00  1.1K  
[TXT] actualite24.htm         2017-11-17 15:00  2.1K  
[TXT] actualite25.htm         2020-10-12 13:48  2.8K  
[TXT] actualite26.htm         2020-11-16 16:09  1.1K  
[TXT] actualite27.htm         2017-05-11 19:14  2.4K  
[TXT] actualite28.htm         2020-09-16 09:30  2.0K  
[TXT] actualite29.htm         2017-10-24 17:47  8.1K  
[TXT] actualite30.htm         2017-05-11 19:14  2.4K  
[TXT] actualite31.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite32.htm         2017-05-11 19:14  2.8K  
[TXT] actualite33.htm         2017-05-11 19:14  1.8K  
[TXT] actualite34.htm         2020-11-25 14:02  1.4K  
[TXT] actualite35.htm         2017-05-11 19:14  1.8K  
[TXT] actualite36.htm         2020-09-16 09:33  3.1K  
[TXT] actualite37.htm         2017-05-11 19:14  1.6K  
[TXT] actualite38.htm         2020-11-02 16:54  1.9K  
[TXT] actualite39.htm         2017-05-11 19:14  1.8K  
[TXT] actualite40.htm         2017-05-11 19:14  1.8K  
[TXT] actualite41.htm         2017-05-11 19:14  1.8K  
[TXT] actualite42.htm         2017-05-11 19:14  1.8K  
[TXT] actualite43.htm         2017-09-20 09:04  1.2K  
[TXT] actualite44.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite45.htm         2017-05-11 19:14  1.3K  
[TXT] actualite46.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite47.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite48.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite49.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite50.htm         2020-11-04 11:29  1.7K  
[TXT] actualite51.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite52.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite53.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite54.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite55.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite56.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite57.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite58.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite59.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite60.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite61.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite62.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite63.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite64.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite65.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite66.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite67.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualite68.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite69.htm         2017-05-11 19:14  1.2K  
[TXT] actualite70.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite71.htm         2017-05-11 19:14  1.1K  
[TXT] actualite72.htm         2017-05-11 19:14  1.0K  
[TXT] actualitebandeau728.htm 2021-01-18 13:44  344   
[TXT] actualiteboutiquedut..> 2012-12-15 19:04  1.1K  
[TXT] amazon-france-renonc..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] apple-iphone-se-revi..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] apres-la-faillite-de..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] biosig-up-10-on-enco..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] camaieu-placee-en-re..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] colissimo.htm           2020-05-26 12:43  2.1M  
[TXT] conference_de_presse..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] consultez-filles-et-..> 2021-03-10 09:09   63K  
[   ] cookiechoices.js        2017-05-17 17:27  6.0K  
[TXT] coronavirus-loi-resp..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] covid-19-un-plan-fra..> 2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] cp_dgs_point_de_situ..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] cure-boredom-popular..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] datalab_70_chiffres_..> 2021-03-15 12:16  533K  
[TXT] essais-cliniques-l-a..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] etudiants-dhec-prote..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] exclusif-deconfineme..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] face-a-la-crise-il-f..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] farnell-Imbattable.htm  2015-06-30 18:19  2.1M  
[TXT] farnellactualiteband..> 2019-01-07 18:00  354   
[TXT] fnacactualitebandeau..> 2016-03-11 17:54  557   
[TXT] gilead-says-draft-of..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] global-optical-netwo..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] grosbillactualiteban..> 2016-03-18 09:40  554   
[DIR] http:/                  2021-03-30 09:38    -   
[DIR] https:/                 2020-05-11 14:22    -   
[TXT] hypertension-patient..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[DIR] images/                 2020-07-08 11:12    -   
[TXT] iottechnews-com.html    2021-01-26 15:27  1.7M  
[TXT] la-cnil-rend-son-avi..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] latest-report-on-hea..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] le-logiciel-de-retou..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] le-plan-aeronautique..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] les-magasins-ikea-ro..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] maillot-collector-de..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] marche-mondial-des-l..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] marie-antoinette-sus..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] masque-coronavirus-c..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[TXT] mesures-plan-soutien..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[TXT] mondedommagementnavi..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] particulier-vend-51-..> 2013-02-19 07:52  653   
[TXT] patrick-jeantet-demi..> 2021-01-26 15:27  1.6M  
[DIR] pdf/                    2021-09-28 13:24    -   
[TXT] plan-tourisme.fr.html   2021-01-26 15:27  1.3M  
[TXT] planetencre.htm         2013-03-08 10:52  366   
[TXT] previsions-du-marche..> 2021-01-26 15:27  1.5M  
[TXT] rappel.conso.gouv.fr..> 2021-04-12 15:40   29K  
[TXT] renault-envisagerait..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] sinscrirenewsletter.htm 2013-01-04 18:40  1.8K  
[TXT] sitemap.txt             2021-04-12 16:25   37K  
[TXT] ssmsi_tdb_delinquanc..> 2021-01-26 15:27  1.2M  
[   ] telecharger.php         2012-11-26 17:02  960   
[TXT] tetherless-pulse-oxi..> 2021-01-26 15:27  1.0M  
[TXT] un-renault-kangoo-lo..> 2021-01-26 15:27  1.4M  
[TXT] video-innovation-le-..> 2021-01-26 15:27  1.1M  
[TXT] yvelines-manufacture..> 2021-01-26 15:27  1.2M  

Au format Texte :

Dossier de presse Plan de résilience économique et sociale Face à l’urgence, l’État se mobilise 16 mars 2022 2 Édito du Premier ministre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Contexte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Le plan de résilience économique et sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Objectif 1 : renforcer le « bouclier tarifaire » pour les ménages et les petites entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Objectif 2 : soutenir les entreprises dont les dépenses de gaz de d’électricité représentent une part élevée des charges . . . . . . . . 10 Objectif 3 : éviter les faillites des entreprises affectées par le choc . . . . . . . . . 11 Objectif 4 : accompagner les entreprises impactées par les mesures de restriction des exportations, des importations et des activités, ainsi que par les perturbations du commerce international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Objectif 5 : faciliter la recherche de débouchés alternatifs des entreprises exportatrices ........................................... 15 Objectif 6: apporter des soutiens ciblés aux secteurs les plus exposés à la hausse du coût des intrants . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Objectif 7 : sécuriser l’approvisionnement en intrants critiques . . . . . . . . . . . . . . 20 Objectif 8 : responsabiliser les donneurs d’ordre et faire jouer les solidarités de filières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Objectif 9 : renforcer la souveraineté énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Objectif 10 : renforcer la souveraineté alimentaire de l’Europe . . . . . . . . . . . . . . 25 Objectif 11 : faciliter l’implantation en France des activités permettant de réduire nos dépendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Objectif 12 : renforcer la cybersécurité des administrations, des entreprises et des infrastructures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 3 Édito du Premier ministre La guerre d’agression russe en Ukraine, ainsi que les sanctions d’une ampleur inédite prises par la France et ses partenaires à l’encontre de la Russie auront des conséquences économiques, prix de la défense des principes fondamentaux de l’intangibilité des frontières et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Pour les entreprises et salariés français exerçant leur activité en Russie ou en Ukraine, la première préoccupation est la sécurité des personnels. Les entreprises sont invitées à suivre les préconisations de la diplomatie française en matière de présence sur les territoires et de rapatriement. Les prix de l’énergie (gaz, pétrole, électricité), qui ont d’ores-et-déjà fortement augmenté en 2021, devraient continuer à le faire en 2022. Après les fortes hausses des cours de l’énergie en fin d’année 2021 et début 2022, la guerre en Ukraine et les sanctions prises en réponse à l’encontre de la Russie – pays exportateur d’hydrocarbures – ont induit de nouvelles tensions sur les marchés du gaz et du pétrole et de nouvelles hausses des prix de l’énergie. L’approvisionnement de notre économie en matières premières agricoles, métaux et intrants chimiques est également perturbé. Tant les prix à l’achat que les capacités d’approvisionnement sont affectés. En sens inverse, la réduction des relations commerciales avec la Russie affectera également certaines entreprises exportatrices françaises qui subiront une chute de leurs débouchés à l’export vers la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine, notamment dans les secteurs soumis à sanctions. Les perturbations de certaines routes logistiques, la montée des risques géopolitiques et l’ampleur des incertitudes sur l’environnement des affaires induites par la crise pourraient réduire plus largement l’appétence des entreprises à se projeter vers l’international. L’impact du choc sur l’économie française est inégalement réparti : si la hausse des prix de l’énergie aura un impact direct et global sur tous les ménages et les entreprises, certains acteurs sont plus particulièrement exposés – professionnels gros rouleurs, industries énergo-intensives, agriculteurs et pêcheurs. Certaines filières dépendent plus fortement de la Russie pour une partie de leurs approvisionnements. Depuis le début de l’intervention militaire russe, le Gouvernement effectue un travail permanent de consultation des acteurs économiques pour identifier les impacts du conflit et des sanctions (sur les exportations, les intrants critiques et les activités des entreprises présentes en Russie ou en Ukraine ou ayant des projets d’ampleur dans/avec ces deux pays), quantifier les impacts et identifier des alternatives possibles aux difficultés d’approvisionnement. Certains enjeux avaient d’ailleurs déjà été identifiés et avaient conduit à y consacrer des moyens dans le cadre de France Relance puis de France 2030, se traduisant par des premiers projets en cours de réalisation. 4 À la demande du Président de la République, le Gouvernement a élaboré un plan de résilience économique et sociale, afin de mettre en œuvre des soutiens immédiats ciblés et des solutions ayant autant que possible un impact d’ici la fin de l’année et de moyen/long terme. L’objectif du plan de résilience est de plusieurs ordres : ◗ protéger les ménages et les entreprises des conséquences immédiates du choc, avec d’une part le renforcement du bouclier tarifaire énergétique à travers l’introduction d’une « remise carburants » et d’autre part le déploiement de nouveaux soutiens en trésorerie (prêts BPI de long terme, nouveau prêt garanti par l'État « Ukraine ») pour éviter les faillites et les destructions d’emplois, notamment pour les entreprises les plus directement dépendantes des débouchés russes, biélorusses et ukrainiens. Des accompagnements sectoriels spécifiques sont prévus pour les filières les plus exposées aux fortes variations de prix des matières premières, parmi lesquelles les industries énergo-intensives, l’agriculture, la pêche, les transports, les travaux publics. L’impact de la crise pour les entreprises exportatrices, en particulier celles exposées à la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine, sera atténué par un accompagnement dédié et un soutien accru à la recherche de nouveaux débouchés ; ◗ faire jouer la solidarité de filières sous l’égide de la médiation des entreprises et du médiateur des relations commerciales, tout en s’assurant de la bonne application des règles encadrant les relations commerciales ; il s’agira également de favoriser la diversification des sources d’approvisionnement, via la mobilisation de soutiens publics. Une évaluation régulière des impacts de la crise tout au long des chaînes de valeur permettra d’identifier les éventuels besoins d’accompagnement complémentaires ; ◗ accélérer les actions pour réduire notre dépendance à très court terme : en premier lieu en matière de souveraineté énergétique, avec l’objectif de sortir intégralement du gaz et du pétrole russe le plus tôt possible, en tout état de cause avant 2027, l’objectif proposé par la Commission pour l’Union européenne dans son ensemble ; en deuxième lieu, en matière de sobriété pour réduire notre consommation en gaz, et énergétique dès l’hiver prochain avec la poursuite de l’agenda de rénovation énergétique et d’électrification du parc automobile, l’accélération des projets de décarbonation de l’industrie de France Relance et une mise en œuvre ambitieuse de France 2030 ; en matière de souveraineté technologique et industrielle, avec l’accélération du volet de France 2030 dédié à la sécurisation de l’approvisionnement en métaux critiques ; en matière de souveraineté alimentaire, avec le renforcement des moyens pour la production en France des besoins d’alimentation animale. L’ensemble de ces actions seront soutenues par une démarche ambitieuse de simplification administrative, pour faciliter l’implantation en France des activités qui concourent à la réduction de nos dépendances, dans le prolongement des efforts déjà engagés depuis 2017. Le plan de résilience apporte ainsi des réponses ciblées pour les acteurs économiques les plus touchés afin de protéger à court terme l’activité des entreprises comme le pouvoir d’achat des ménages. Il accélère aussi la mise 5 en œuvre de notre stratégie de réduction de nos dépendances, notamment en matière d’énergies fossiles. Ce plan, qui s’inscrit dans le cadre d’une réponse européenne coordonnée, sera évolutif. Il s’adaptera aux évolutions de la crise et de ses conséquences, y compris dans l’éventualité de nouvelles sanctions ou contre sanctions russes. Nourri des concertations et des remontées des représentants des différentes filières professionnelles et des partenaires sociaux, il devra continuer d’associer dans sa mise en œuvre toutes les parties prenantes. Jean CASTEX Premier ministre 6 Contexte LA GUERRE EN UKRAINE ET LES SANCTIONS À L’ÉGARD DE LA RUSSIE ET LA BIÉLORUSSIE ONT DES IMPACTS IMMÉDIATS SUR NOS ENTREPRISES EXPORTATRICES OU IMPLANTÉES EN RUSSIE ET EN UKRAINE. La Russie est la 11ème économie mondiale (PIB de 1 473 Mds$ en 2020) et la 59ème en termes de PIB/habitant. En 2021, la France a exporté 6,5 Mds€ de biens vers la Russie, soit 1,3 % du total des exportations françaises de biens (14ème client – 8ème hors UE) et a importé 9,7 Mds€ en provenance de la Russie, soit 1,6 % du total des importations françaises de biens (11ème fournisseur – 5ème hors UE). Au niveau sectoriel, les exportations françaises de biens vers la Russie, sont dominées par les matériels de transports (22 % du total des exportations vers la Russie, principalement les avions), les produits chimiques, parfums et cosmétiques (21 %), les produits pharmaceutiques (12 %) et les machines industrielles et agricoles, machines diverses (10 %). Nos importations en provenance de Russie sont concentrées sur les produits énergétiques, qui représentent plus des trois quarts des importations. La Russie est également une source importante d’importations de matières premières critiques utilisées dans certaines filières majeures de notre industrie. Au niveau géographique, les premiers clients de la Russie sont la Chine (13 % des exportations russes), puis les Pays-Bas en tant que porte d’entrée dans l’UE (11 %), et l’Allemagne (7 %). La décomposition des importations par pays d’origine en 2020 place la Chine au premier rang des fournisseurs de la Russie (22 % des importations russes), suivie de l’Allemagne (10 %), des États-Unis (6 %), et de la Biélorussie (5 %). Représentant 3,5 % des importations russes, la France est le 7ème fournisseur de la Russie au niveau mondial. Le stock d’Investissements Directs (IDE) français en Russie s’établit à 19 Mds€ en 2020, soit 1,5 % du stock d’IDE français à l’étranger. Il est concentré dans les industries extractives (11 Mds€, soit 58 % du stock total) et, dans une moindre mesure, dans les services financiers et d’assurance (3 Mds€, soit 14 % du stock total). Les IDE russes en France sont très modestes (80 M€ par an entre 2013 et 2020 ; quasiment intégralement concentrés dans l’immobilier). RAPPEL DES SANCTIONS DÉCIDÉES PAR L’UE ET SES PARTENAIRES. Des sanctions économiques sans précédent ont été prises par l’Union européenne, en ciblant tout particulièrement les dirigeants russes et biélorusses, les cercles et les entités qui leur sont proches. Dès le surlendemain du discours de Vladimir POUTINE du 21 février, soit le 23 février, et jusqu’au 15 mars, dans la foulée du Sommet de Versailles, quatre paquets de sanctions ont été adoptés et mis en œuvre par l’Union européenne. Ces mesures gèlent les avoirs des dirigeants et des entités russes et biélorusses sur lesquels 7 repose le régime de Vladimir POUTINE. Ces mesures introduisent aussi des restrictions dans la capacité de financement externe du régime de Vladimir POUTINE, en agissant sur les flux financiers et commerciaux entre l’UE et la Russie. Ces mesures sont calibrées pour maximiser leurs impacts sur le régime de Vladimir POUTINE, tout en contenant l’impact sur nos économies. Certaines de ces mesures ont aussi pour objectif de nous protéger, au niveau européen, notamment contre la propagande russe. Les mesures de sanctions prises par l’Union européenne font l’objet d’une étroite coordination avec les autres pays qui considèrent que l’invasion par la Russie de l’Ukraine ne peut pas rester sans réponse de la communauté internationale. Cette coordination a lieu entre les pays du G7, mais aussi avec de nombreux autres pays, particulièrement préoccupés par l’agression russe et ses conséquences géopolitiques et économiques. La réponse est forte, et elle fédère une large coalition de pays dans les différentes enceintes internationales, que ce soit à l’ONU, à l’OMC, au FMI et à la Banque Mondiale. ÉVOLUTION RÉCENTE DES MARCHÉS DE MATIÈRES PREMIÈRES. L’existence de stocks stratégiques de produits pétroliers, de stocks de gaz et la sortie de l’hiver permettent d’écarter le risque de rupture structurelle d’approvisionnement en gaz et pétrole à court terme. En revanche, la guerre en Ukraine a propulsé les prix de l’énergie à des niveaux records. Les marchés de gros sont très volatils. Au cours des dernières semaines, le prix du pétrole a doublé par rapport à 2019, celui du gaz a été multiplié par 15 avant de redescendre plus récemment et celui de l’électricité par 10. En conséquence, les prix à la pompe ont atteint des niveaux records et les tarifs du gaz et de l’électricité auraient subi des hausses considérables si nous n’avions pas mis en place le bouclier tarifaire. L’impact de la crise sur les fournitures d’intrants critiques de l’industrie française est important, avec d’une part des intrants où il n’y aura vraisemblablement pas de rupture, mais présentant des tensions parfois fortes sur les prix, et d’autre part un nombre limité d’intrants où une rupture est à craindre. Cette dernière catégorie comprend par exemple certains métaux ou intrants métallurgiques. En matière agricole, les pénuries d’approvisionnement sont également écartées en France, mais la crise ukrainienne va aussi avoir des impacts immédiats et importants sur les filières agricoles françaises à l’amont comme à l’aval. En effet, l’augmentation en cours des prix de l’énergie, des cours des céréales et des intrants nécessaires aux productions végétales provoque des hausses importantes généralisées, qui frappent en premier lieu et d’ores-et-déjà l’alimentation animale, premier poste de charge d’une partie des filières d’élevage. Pour les prochaines campagnes, un risque de rupture d’approvisionnement, notamment en engrais, ou l’incapacité à les financer existe, avec un effet potentiel sur le niveau de production agricole française 2022/2023. Au niveau international, dans la mesure où la Russie et l’Ukraine représentent 30 % du commerce mondial de céréales, des déséquilibres sur les marchés qui y trouvaient leur source d’approvisionnement sont à 8 attendre, particulièrement sur les pays du pourtour méditerranéen qui disposent de réserves parfois très faibles en céréales. IMPACTS ANTICIPÉS SUR L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE Une hausse durable du coût des matières premières, notamment du gaz et du pétrole, pourrait se traduire par une baisse du pouvoir d’achat des ménages et de leur consommation. Une part des entreprises pourrait également faire face, en l’absence de réponse, à une hausse de leurs coûts qui pénaliserait l’activité et l’emploi. Selon les premières estimations disponibles, encore très préliminaires, la hausse des prix de l’énergie liée à la guerre en Ukraine pourrait conduire, avant mesures de soutien, à une diminution de l’activité en 2022 de l’ordre de ¼ à 1 point de PIB, selon le modèle utilisé ainsi que les hypothèses d’évolution des prix de l’énergie. 9 Le plan de résilience économique et sociale OBJECTIF 1 : RENFORCER LE « BOUCLIER TARIFAIRE » POUR LES MÉNAGES ET LES PETITES ENTREPRISES En complément des mesures déjà prises pour faire face à la hausse des prix du gaz et de l’électricité (cf. encadré), le Gouvernement a mis en place une « remise carburant » de 15 centimes hors taxe par litre entre le 1er avril et le 31 juillet, pour tous les ménages et les entreprises. Le Premier ministre a annoncé qu’à compter du 1er avril, et pour une durée de 4 mois, une remise de 15 centimes par litre sera appliquée sur le prix à la pompe. Cela représente environ 9 euros économisés pour chaque plein de 60 litres. Cette « remise carburant » bénéficiera à tous les Français, les particuliers comme les professionnels. Cela inclut notamment les transporteurs routiers, les taxis, les VTC, le transport public de voyageurs, les professionnels du domicile, les transporteurs sanitaires, les agriculteurs, les acteurs du bâtiment et des travaux publics, ainsi que les pêcheurs. Cette « remise carburant » sera financée par l'État. Elle représente un nouvel effort de plus de 2 milliards d’euros. Ce dispositif n’a pas vocation à être pérenne. D’ici l’échéance de fin juillet, le Gouvernement travaillera à la mise en place d’un dispositif de soutien permettant de soutenir de manière plus ciblée les bénéficiaires à partir de critères liés au niveau de revenu, à l’activité professionnelle et au kilométrage parcouru (« gros rouleurs »). LE BOUCLIER TARIFAIRE REPRÉSENTE UN EFFORT EXCEPTIONNEL DE L'ÉTAT DE PLUS DE 22 MILLIARDS D’EUROS : ◗ Blocage des tarifs du gaz depuis octobre 2021, pour les ménages Il a permis d’éviter une hausse des tarifs de plus de 39,2 % au 1er mars 2022 par rapport à octobre, soit près de 500 € par an pour un ménage. Ce bouclier a été étendu aux ménages résidant en copropriété ou en logement social et sera prolongé jusqu’à fin 2022. ◗ Blocage des tarifs de l’électricité en 2021 et hausse fixée à 4 % au maximum en 2022. Pour ce faire, le Gouvernement a réduit de 95 % la taxe sur la consommation d’électricité et a augmenté de 20 TWh le volume d’électricité nucléaire vendue par EDF à un tarif réglementé (ARENH). La Commission de régulation de l’énergie estime que cela a permis d’éviter une hausse des tarifs de 35 % au 1er février 2022, soit 300 € par an pour un ménage. ◗ Chèque énergie exceptionnel de 100 € pour 5,8 millions de ménages modestes versé en décembre 2021. Ce chèque exceptionnel s’ajoute au chèque énergie déjà versé au printemps 2021 de 150 euros en moyenne. Il s’ajoute aussi au chèque énergie qui sera versé en avril 2022. 10 ◗ Versement d’une indemnité inflation de 100 € pour 38 millions de Français fin 2021 et début 2022 afin de faire face à la hausse du prix des carburants. ◗ Revalorisation du barème kilométrique de 10 % pour l’imposition des revenus de l’année 2021 Le barème kilométrique est utilisé par les salariés qui recourent à un véhicule personnel à des fins professionnelles et qui, pour la détermination de leur revenu annuel imposable à l’impôt sur le revenu, optent pour la déduction des frais réels de déplacement. Cette revalorisation exceptionnelle permet de tenir compte de la hausse des prix des carburants en 2021. ◗ Remise carburant de 15 centimes HT par litre entre le 1er avril et le 31 juillet, pour tous les ménages et les entreprises. Sont concernés le gazole et le gazole pêche, l’essence (SP95, E10), le E85, le GNR, le GPL et le GNV. OBJECTIF 2 : SOUTENIR LES ENTREPRISES DONT LES DÉPENSES DE GAZ ET D’ÉLECTRICITÉ REPRÉSENTENT UNE PART ÉLEVÉE DES CHARGES Les secteurs les plus consommateurs de gaz et d’électricité sont les plus directement exposés au choc actuel sur le coût d’approvisionnement en gaz et en électricité. Les entreprises les plus les plus exposées à la concurrence extra-européenne (chimie, métallurgie, agroalimentaire, etc.) n’ayant qu’une faculté limitée à répercuter leurs hausses de prix aux clients aval pourraient être particulièrement affectées. Or les tensions sur l’approvisionnement gazier de l’Europe ont conduit à une très forte volatilité des prix de l’énergie : les prix de marché du gaz ont atteint 224,6€/MWh le 7 mars, et les prix de l’électricité 540€/MWh le même jour, avant de refluer en partie. Ces circonstances, si elles devaient perdurer, auraient un effet particulièrement marqué sur le tissu économique européen et pénaliseraient les entreprises les plus consommatrices de gaz et d’électricité, et parmi celles-ci, les acteurs les plus exposés à la concurrence internationale qui ne sont pas en mesure de transmettre ces surcoûts ou de s’adapter à court terme. Afin de pallier les effets de la crise énergétique sur ces entreprises, l'État français crée une mesure d’urgence temporaire ciblée et plafonnée sous forme de subventions. Cette mesure d’aide respectera l’encadrement temporaire des régimes d’aide institués par la Commission européenne en réponse à cette crise, en cours d’élaboration. Son objectif est d’atténuer les conséquences de la crise russo-ukrainienne pour ces entreprises. Cette mesure d’urgence exceptionnelle vise à éviter les arrêts de production de sites les plus consommateurs de gaz et d’électricité et à soutenir leur compétitivité. Elle permettra d’éviter des arrêts des sites assurant des productions essentielles. 11 Cette aide bénéficiera aux entreprises dont les dépenses de gaz et d’électricité représentent une part élevée des charges, au moins 3 % du chiffre d'affaires, et qui du fait du renchérissement de leurs dépenses en énergie, deviendraient déficitaires en 2022. Cette aide bénéficiera aux entreprises sans condition de taille ou de secteur et prendra à sa charge la moitié du surplus de dépenses énergétiques, leur permettant ainsi de réduire leurs pertes dans la limite de 80 %. Elle sera plafonnée à 25 M€. Cette mesure exceptionnelle sera mise en œuvre dès que possible pour la période du 1er mars au 31 décembre 2022. OBJECTIF 3 : ÉVITER LES FAILLITES DES ENTREPRISES AFFECTÉES PAR LE CHOC Un certain nombre de dispositifs visant à garantir la liquidité des entreprises ont été mis en place dès le début de la crise sanitaire : prêts garantis par l'État, prêts exceptionnels aux petites entreprises, avances remboursables et prêts bonifiés, reports d’échéances fiscales et sociales, activité partielle… La hausse du prix d’intrants stratégiques (gaz, pétrole, engrais, produits alimentaires) induit par la crise ukrainienne peut se traduire par un besoin temporaire accru de trésorerie pour les entreprises dont le poids de ces intrants est significatif dans la structure des coûts. Afin de faciliter le financement du besoin en fonds de roulements des entreprises impactées par cette évolution des cours des intrants, plusieurs des dispositifs publics de soutien à la trésorerie vont être renforcés : ◗ Le Prêt garanti par l'État (PGE) restera disponible, sous ses modalités actuelles, jusqu’au 30 juin 2022 pour toutes les entreprises éligibles et pour quelque motif que ce soit. En complément, pour les entreprises particulièrement impactées par les conséquences économiques du conflit ukrainien, le gouvernement a décidé de relever le montant du PGE pour qu’il puisse atteindre 35 % du chiffre d’affaires, contre 25 % dans le dispositif général. Les modalités pratiques seront dévoilées dans les prochains jours et font l’objet de discussions avec la Commission européenne. ◗ Le prêt croissance industrie (cf : encadré infra), mis en place en décembre dernier, sera ouvert aux entreprises du BTP, et le prêt croissance relance sera ré-abondé. Ce dispositif est adapté aux entreprises connaissant des difficultés temporaires de trésorerie en raison de difficultés d’approvisionnement, et n’ayant une capacité d’amortissement de leur endettement qu’à long terme. ◗ Les prêts bonifiés de l'État pourront être accordés jusqu’à la fin de l’année 2022 (l’arrêt de la distribution était initialement prévu à la fin du mois de juin). Ces prêts sont adaptés aux entreprises n’ayant pas pu bénéficier, ou dans des proportions très limitées, de solutions bancaires de marché ou d’un PGE, et présentant des perspectives réelles de redressement économique. Ces aides publiques sont octroyées au cas par cas par les Codefi (comités départementaux d’examen des difficultés financières des entreprises). 12 ◗ Les possibilités de recours à l’activité partielle de longue durée (APLD) sont prolongées. En raison des impacts du conflit en Ukraine sur l’activité des entreprises (difficultés d’exportation et difficultés d’approvisionnement et de coût de matières premières) certaines entreprises sont contraintes de réduire leur activité et peuvent dans ce cadre utiliser le dispositif d’activité partielle de longue durée. Plusieurs aménagements sont mis en place : – la possibilité de prolonger jusqu’à 12 mois supplémentaires le bénéfice de l’APLD pour les accords déjà signés ; – la possibilité de négocier des accords APLD jusqu’au 31 décembre 2022 au lieu du 30 juin 2022 ; – la possibilité d’adapter les termes d’un accord APLD pendant toute sa durée afin de prendre en compte l’évolution de la situation économique de l’entreprise pendant la crise ; – la mise en place d’un accompagnement par les services de l’État des branches et des entreprises non couvertes à date et qui souhaiteraient négocier un accord très rapidement. ◗ Enfin, le recours au report ou facilités de paiement des obligations sociales et fiscales sera facilité. Les entreprises mises en difficulté par l’augmentation des prix de l’énergie peuvent se tourner vers les services de la DGFiP et des URSSAF (via leur espace en ligne), ainsi que de la MSA, ainsi que vers les conseillers départementaux de sortie de crise et le numéro dédié aux mesures d’urgence (0806 000 245). 13 LE « PRÊT CROISSANCE INDUSTRIE » POUR SOUTENIR LA STRUCTURE FINANCIÈRE DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES Dans le contexte antérieur à la crise ukrainienne de tensions d’approvisionnement et de trésorerie, le Gouvernement a mis en place, en décembre dernier, un prêt dédié aux entreprises industrielles afin de les accompagner dans le financement de leurs besoins en fonds de roulement et de renforcer leur structure financière. ◗ Le montant du prêt peut varier de 50 000 à 5 000 000 d’euros pour les TPE, PME et ETI. ◗ La durée du prêt peut aller jusqu’à 10 ans, avec deux ans de différé d’amortissement du capital permettant à l’entreprise de lisser la charge de remboursement de sa dette, et confortant ainsi sa structure financière. ◗ Il est garanti à 80 % par Bpifrance, sans demander de sûreté aux chefs d’entreprise. Ce prêt présente les mêmes caractéristiques que le prêt croissance relance, ouvert à l’ensemble des entreprises, qui sera ré-abondé. Par ailleurs, l’offre de Bpifrance de préfinancement court terme restera également à la disposition des entreprises, avec : ◗ le dispositif Avance + qui permet de mobiliser des créances commerciales de 100 000€ à 50 M€ jusqu’à 18 mois, pour un total de 7 milliards d’euros de prêts accordés chaque année ; ◗ les garanties de prêts court terme (jusqu’à 1,5 M€ par entreprise sur 2 à 7 ans). Enfin, à partir du second semestre 2022, nous mettrons en place une nouvelle facilité de liquidité garantie par l'État, pour les entreprises affectées par la guerre en Ukraine et ses conséquences économiques. Les modalités précises de cette facilité, seront discutées rapidement avec la Commission européenne, les entreprises françaises et les banques. Par ailleurs, les mesures exceptionnelles de soutien aux entreprises en difficulté via les plans de règlement et le plan de sortie de crise destiné à prévenir les faillites et mis en œuvre par la circulaire interministérielle du 6 août 2021 restent pleinement applicables. Ainsi, les créances publiques fiscales et sociales pourront faire l’objet d’un traitement unifié auprès de la Commission départementale des chefs de services financiers (CCSF) et bénéficier de plans de règlement d’une durée exceptionnelle de 48 mois. Cette possibilité s’applique également à la renégociation de plans existants. Les commissaires aux restructurations et à la prévention des difficultés des entreprises (CRP) rattachés à la direction générale des entreprises (DGE) se tiennent à la disposition des entreprises, et plus spécifiquement des PME et ETI, rencontrant des difficultés industrielles et financières. 14 OBJECTIF 4 : ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES IMPACTÉES PAR LES MESURES DE RESTRICTION DES EXPORTATIONS, DES IMPORTATIONS ET DES ACTIVITÉS, AINSI QUE PAR LES PERTURBATIONS DU COMMERCE INTERNATIONAL Dans le but de soutenir les entreprises exportatrices, importatrices et/ou implantées dans les pays en cause, des points de contact au sein de la Team France Export (TFE) sont mis en place, en lien avec les administrations compétentes, le réseau diplomatique et les partenaires de la TFE. Ces différents acteurs sont mobilisés pour apporter un accompagnement renforcé et personnalisé aux entreprises impactées par une diminution ou une perturbation de leurs échanges commerciaux avec la Russie, Biélorussie et Ukraine. En effet, tant les sanctions relatives au financement que les sanctions sectorielles, notamment dans le secteur aéronautique, affectent fortement nos débouchés à l’export. Les pouvoirs publics aident également les entreprises à gérer leurs implantations en Russie et en Ukraine, notamment le rapatriement de salariés, et à se mettre en conformité avec les législations applicables, notamment européennes et russes. Par ailleurs, une large part des relations d’affaires des entreprises françaises avec la Russie est couverte par des dispositifs d’assurance, y compris publique. L’Ukraine est maintenue ouverte dans la politique de financement export de l'État français. Les demandes de soutien export vers l’Ukraine continuent donc à être examinées, tout en veillant à la prise en compte des consignes sécuritaires du Gouvernement. UN PORTAIL UNIQUE DE CONTACT À DESTINATION DES ENTREPRISES IMPACTÉES : Un portail unique de contact, à destination des entreprises, sera mis en place de façon conjointe par les réseaux consulaires (CCI, CMA, CA). A l’instar du dispositif déployé pour la crise Covid en 2020, ce portail permettra d’informer les entreprises sur les dispositifs adaptés à leur situation, et de les orienter vers les interlocuteurs appropriés. Ce portail sera pleinement opérationnel à partir du 21 mars et accessible avec le lien suivant : Lien sur le site de CCI France (accessible à partir du 21/03/2022) Ce portail vient compléter les informations déjà mises en ligne par le Gouvernement, notamment sur les sanctions économiques et leur impact (lien) et sur les recommandations pour les personnes présentes en Russie, Ukraine et Biélorussie (lien). Ces informations sont enrichies aujourd’hui par la publication d’une FAQ. 15 OBJECTIF 5 : FACILITER LA RECHERCHE DE DÉBOUCHÉS ALTERNATIFS DES ENTREPRISES EXPORTATRICES Pour soutenir nos exportations et garantir la disponibilité de couvertures d’assurance-crédit pour nos échanges commerciaux dans un contexte de montée du risque politique, le marché de l’assurance-crédit de court terme est soutenu, à travers la prolongation du dispositif Cap Francexport au-delà du 31 mars 2022. Des démarches sont en cours auprès de la Commission européenne pour maintenir le périmètre actuel du dispositif, y compris s’agissant des pays de l’UE. Au-delà de la mobilisation de la Team France Export, les dispositifs d’accompagnement export, au premier rang desquels le chèque relance export et le chèque VIE, destinés aux PME-ETI, sont assouplis et prolongés jusqu’à fin 2022 dans la limite des crédits disponibles afin d’inciter les entreprises à se projeter à l’international malgré la dégradation du contexte géopolitique. ◗ Le chèque relance export finance jusqu’à 50 % les prestations de projection à l’international. Sa prolongation au-delà du 30 juin 2022 permet aux PME-ETI affectées par la crise de revoir leur stratégie internationale avec l’aide de la Team France Export et de bénéficier de prestations subventionnées. Des assouplissements (relèvement du nombre maximal de chèques export par entreprise), de nouvelles campagnes d’agrément des opérateurs et d’incitation à l’inscription sur les e-vitrines, ainsi qu’une consultation des filières sur un éventuel besoin de réaffectation de VI filières, sont également mis en œuvre. ◗ De la même manière, le chèque relance VIE (subvention de 5 000€ par mission) continuera à être mobilisé au-delà du premier semestre 2022 pour soutenir l’internationalisation des entreprises françaises, en priorité pour les entreprises directement impactées par la crise. Un nouvel appel à projets centré sur les solutions innovantes et durables pour l’autonomie énergétique est lancé dans le cadre du FASEP (Fonds d’études et d’aide au secteur privé), qui permet de financer des études ou des démonstrateurs de technologies innovantes et de développer les prospects à l’export des entreprises. Cet appel à projet, incitatif à l’exploration de nouveaux marchés, soutiendra les entreprises exportatrices développant des solutions en matière d’ENR, d’hydrogène bas-carbone ou encore de stockage d’énergie, en cohérence avec les thématiques du plan de résilience. Les dispositifs d’accompagnement financier public à l’export seront plus spécifiquement mobilisés envers les entreprises devant réorienter leurs exportations. C’est en particulier le cas de l’assurance-prospection, qui permet de financer les dépenses de prospection sur les marchés export, en versant un acompte que l’entreprise doit rembourser en fonction de son succès à l’export. Elle sera proposée en priorité aux PME et ETI affectées par la crise pour leur permettre de poursuivre leurs actions de prospection sur de nouvelles géographies. 16 OBJECTIF 6 : APPORTER DES SOUTIENS CIBLÉS AUX SECTEURS LES PLUS EXPOSÉS À LA HAUSSE DU COÛT DES INTRANTS Des mesures spécifiques sont prévues pour certains secteurs particulièrement touchés par la situation. 6.a. Agriculture Les agriculteurs et industriels des secteurs agro-alimentaires sont également exposés à la hausse des coûts d’approvisionnement en matière première agricole et en énergie. Le Gouvernement est à cet égard particulièrement attentif à ce que ces hausses de coûts soient répercutées rapidement au sein des filières, de l’amont vers l’aval. C’est notamment le cas en matière de relations commerciales entre les industriels et la grande distribution alimentaire. Alors que les négociations commerciales se sont conclues au 1er mars 2022, le Gouvernement s’assure de la mise en œuvre effective de la loi EGAlim 2 avec un objectif de plus de 1 000 contrôles par la DGCCRF. Eu égard à la modification substantielle des conditions économiques, le gouvernement invite les industriels et les distributeurs à adapter leurs contrats sur la base d’un dialogue transparent et constructif entre les parties afin d’assurer la pérennité de la chaîne agroalimentaire. Parallèlement, le gouvernement incite à ce que les renégociations soient aussi menées dans les segments non couverts par la loi EGAlim 2, comme celui de la restauration collective, en portant une attention particulière aux contrats qui relèvent de la commande publique. Les acteurs économiques peuvent également solliciter le médiateur des relations commerciales agricoles, de même que le médiateur des entreprises pour trouver des solutions opérationnelles dans des délais rapides. Si nécessaire, ils peuvent également saisir le comité de règlement des différends commerciaux agricoles, qui dispose d’un pouvoir d’injonction et d’astreinte permettant de trouver des solutions rapides. Pour accélérer cette adaptation, l’ensemble des acteurs de la chaîne agroalimentaire sera réuni par le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. La France, bien que grand pays producteur de grains, subit la hausse des cours qui sont mondiaux. Ces hausses de prix exposent fortement les éleveurs français, en particulier ceux de porcs et de volailles pour lesquels l’alimentation animale constitue respectivement plus de 60 % et 55 % des coûts de production. Ainsi le gouvernement met en place une aide aux éleveurs fortement impactés par l’augmentation forte du coût de l’alimentation animale (par rapport à une situation déjà marquée par des cours historiquement élevés), pour compenser sur 4 mois à compter du 1er avril une partie de leurs pertes de marge, dans la limite des pertes de l’exploitation agricole. 17 Ce soutien, représentant une enveloppe s’élevant, en fonction des évolutions du cours des matières premières (céréales, protéines) dans les prochaines semaines, jusqu’à 400 M€, permettra d’accompagner les élevages qui connaissent des pertes, le temps que les mécanismes des négociations commerciales dans le cadre d’EGAlim 2 assurent la transmission à l’aval des hausses du coût de production des produits. Les mesures économiques transversales du présent plan (PGE, aides aux entreprises intensives en gaz et électricité) sont également accessibles aux entreprises agricoles et agroalimentaires exposées en remplissant les critères d’accès. Pour accompagner les entreprises agricoles les plus exposées, un mécanisme sectoriel de déclaration puis de remboursement anticipé de la TICPE sera mis en place en complément de la remise carburant de 15 centimes s’appliquant à partir du 1er avril sur le GNR agricole. 6.b. Pêche La priorité est de maintenir les activités de pêche pour garantir les approvisionnements en produits de la mer sur le territoire français. Le niveau élevé des prix des carburants, ainsi que l’importante volatilité, ont des conséquences majeures sur le secteur de la pêche pour lequel les carburants représentent un poste de coût important. A ce titre, la réduction de 15 centimes d’euros par litre du prix du carburant au 1er avril et pour 4 mois constitue une première réponse concrète et rapide face à cette hausse. En complément, le Gouvernement mettra en place un soutien économique supplémentaire, qui prendra la forme d’une prise en charge des cotisations sociales patronales versée depuis le budget d’action sanitaire et sociale de l’ENIM abondé à due proportion. Au total, ces soutiens économiques représentent une aide équivalente à une baisse de 35 centimes d’euros par litre de carburant à partir du 17 mars. Le Gouvernement sait compter sur un soutien complémentaire des collectivités locales et en particulier celles des collectivités qui gèrent les infrastructures portuaires qu’ils utilisent. L’implication de la filière est en outre essentielle et la décision de versement de 6 M€ par France Filière Pêche contribue à renforcer la solidarité de l’interprofession. Il est par ailleurs nécessaire de s’assurer que la hausse des charges puisse être assumée par l’ensemble de la chaine de valeur. Enfin, l’avenir du secteur passe par des navires plus propres, plus sûrs et plus confortables et surtout moins consommateurs de gazole pour augmenter la résilience. En lien avec les autres États européens, un travail doit être mené avec la Commission européenne pour faciliter le renouvellement de la flotte notamment en assouplissant les modalités de prise en compte de la jauge des navires, et en offrant des possibilités plus larges de financements dans le cadre du Fonds européen pour les affaires maritimes et pour la pêche, afin de soutenir la transition énergétique des navires. 18 6.c. Transport Le niveau élevé des prix des carburants, ainsi que leur importante volatilité, ont des conséquences importantes sur le modèle économique du secteur des transports, pour lequel les carburants représentent un poste de coûts importants. Néanmoins, le secteur des transports est indispensable au fonctionnement de notre économie et de notre société, en transportant biens et marchandises pour nos usines, nos commerces et services, et en assurant la mobilité des Français au quotidien. Le Gouvernement a donc décidé de soutenir le secteur à travers plusieurs mesures rapides et concrètes visant à limiter la hausse des prix des carburants, à soutenir la trésorerie des entreprises du transport routier, et à renforcer leur modèle économique pour s’assurer notamment de la prise en compte effective de la hausse des prix des carburants sur l’ensemble de la chaine de valeur. A ce titre, la réduction de 15 centimes d’euros par litre constitue une première réponse concrète et rapide face à cette hausse des prix des carburants. Elle permet de diminuer immédiatement les prix des carburants, et constitue un soutien direct aux entreprises du secteur. Les transporteurs routiers, les taxis et les VTC y sont éligibles. Le Gouvernement s’engage à ce que cette remise carburant de 15 centimes n’affecte pas le niveau des indexations gasoil durant quatre mois. Cela représente une aide financière de 1 500 euros sur les pleins d’un camion pendant quatre mois. Par ailleurs, un complément d’aide sera apporté au titre des pertes constatées au cours des dernières semaines et jusqu’au 1er avril, date d’entrée en vigueur de la « remise carburant » de 15 centimes par litre. Le montant sera fixé dans les prochains jours, à l’issue d’une concertation menée par le Ministre des transports avec les fédérations des acteurs du secteur. Concernant les entreprises de transport routier de marchandises ou de voyageurs (hors taxis), le Gouvernement met en place une série de mesures complémentaires : ◗ Le remboursement partiel de Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) relative à leur consommation de carburants dans le cadre de leur activité professionnelle sera accéléré selon un rythme mensuel. ◗ Le recours au report ou facilités de paiement des obligations sociales et fiscales sera facilité. Les entreprises de transport utilisant le gaz et l’électricité seront par ailleurs éligibles à l’aide transversale. Il est par ailleurs nécessaire de s’assurer que cette hausse des charges pour les entreprises de transports puisse être assumée par l’ensemble de la chaine de valeur. Un contrôle renforcé de la bonne application du cadre légal relatif à la prise en compte des variations du prix des carburants dans les contrats de transports est mis en œuvre. Des travaux avec le Comité national routier sont également engagés en vue de faciliter et d’accélérer la mise à disposition des indices de prix aux acteurs du secteur, pour permettre d’assurer la révision des clauses contractuelles sur la base des dernières variations de prix des carburants. 19 ◗ Concernant les exploitants de taxis : – Une accélération du remboursement partiel de TICPE sera rapidement mise en œuvre, une fois les demandes déposées, afin de soulager la trésorerie des acteurs du secteur. – Le plafond des tarifs des courses sera très prochainement actualisé, y compris pour l’activité de transport de malade par taxi conventionné, afin de permettre la pleine intégration de la hausse des prix des carburants. – Le recours au report ou facilités de paiement des obligations sociales et fiscales sera facilité. En outre, concernant les activités de VTC, le report de l’âge limite des véhicules exploités, initialement prévu jusqu’à début août, sera prolongé jusqu’à la fin de l’année. ◗ Concernant le transport maritime : – Les mesures de renouvellement de la flotte vers des navires plus économes française (suramortissement vert, garantie de projet stratégique, garantie interne) ainsi que l’électrification à quai des ports va permettre de réduire la dépendance du transport maritime au prix des carburants. Les actions financées par France Relance et décidées dans le cadre du Fontenoy de la mer seront accélérées. – Le recours au report ou facilités de paiement des obligations sociales et fiscales sera facilité. 6.d. BTP L’importante volatilité du prix des matériaux de construction et le niveau élevé des prix des carburants pour les engins de chantier comme pour les véhicules utilitaires légers utilisés par les professionnels pour se déplacer chez leur client n’ont pas pu être systématiquement anticipés par le secteur du BTP. Ainsi, de nombreux chantiers ont été conclus sans clause de révision des prix adaptée à la situation. Par ailleurs, il devient difficile pour les professionnels de s’engager auprès de leurs clients sur les prix et les délais alors que leurs fournisseurs ne peuvent parfois plus s’engager eux-mêmes. Ces évolutions impactent des entreprises déjà fragilisées par la crise sanitaire. La réduction de 15 centimes d’euros par litre le prix du carburant constitue une première réponse pour toutes les entreprises de ce secteur. Le Gouvernement va par ailleurs demander aux acteurs publics d’appliquer lorsque c’est possible la théorie de l’imprévision pour les marchés publics ne comportant pas de clause de révision de prix et de ne pas appliquer les pénalités de retard lorsque ce dernier est justifié par la prolongation d’un délai de livraison de la part d’un fournisseur à cause de la crise. Concernant les contrats de droit privé, la théorie de l’imprévision est en principe applicable en droit français. Ainsi, sauf si les contractants en ont décidé autrement, la renégociation du contrat est alors possible si un 20 changement de circonstances imprévisibles lors de la conclusion du contrat rend l’exécution du contrat excessivement onéreuse pour une partie qui n’avait pas accepté d’en assumer le risque. Un travail est par ailleurs lancé pour accélérer les publications des index du bâtiment, publiés actuellement avec un décalage de 80 jours. Enfin, les cellules de crise BTP réunissant, sous l’égide du préfet, les fédérations professionnelles de la filière, les distributeurs et industriels locaux et les donneurs d’ordre publics et privés, seront activées pour offrir un espace de concertation sur les sujets de tension pour le secteur. La circulaire sur les marchés publics s’appliquera à l’ensemble des secteurs. De la même manière, la révision du contrat pour imprévision est possible pour les contrats de droit privé de tous les secteurs. OBJECTIF 7 : SÉCURISER L’APPROVISIONNEMENT EN INTRANTS CRITIQUES FRANCE Le plan de résilience visera à accélérer la diversification des approvisionnements dans les domaines énergétique, agricole et industriel, en mobilisant tous les leviers, réglementaires, financiers et en accompagnant les entreprises, y compris en utilisant l’ensemble des leviers dont nous disposons vis-à-vis de nos partenaires internationaux : démarches diplomatiques, mobilisation de la politique commerciale européenne, mise en place de coopérations internationales, etc. Le Gouvernement a fait de notre indépendance industrielle et technologique une priorité forte depuis le début du quinquennat. Ainsi, France Relance a permis d’enclencher un mouvement massif de réindustrialisation, de relocalisation et de décarbonation, permettant de renforcer notre autonomie stratégique et de réduire nos dépendances. Dans cette même logique, France 2030 a enclenché une accélération forte sur les outils pour renforcer notre résilience et financer l’émergence d’industries nationales et européennes dans des secteurs stratégiques, dont la pertinence est renforcée par la crise actuelle. Avec les travaux engagés par le rapport Varin et les moyens de France 2030 dédiés au sujet, les métaux stratégiques bénéficient d’ores et déjà de financements. A moyen et long terme, l’amélioration de notre résilience passera, notamment avec les moyens de France 2030, par le renforcement de notre base industrielle sur les intrants critiques venant de Russie et par un travail au niveau européen sur nos dépendances, en vue notamment d’une meilleure prise en compte des externalités sociales et environnementales 21 de nos importations. En parallèle, la mise en place de nouveaux partenariats avec des pays tiers de confiance permettra de sécuriser et diversifier nos approvisionnements en métaux ou intrants critiques. Le plan de résilience prévoit les mesures suivantes : ◗ Les mesures ont pour objectif de sécuriser nos approvisionnements stratégiques à court terme et de renforcer la résilience à moyen terme. Elles comprennent en particulier la création d’un groupe de travail transverse sur les approvisionnements stratégiques destiné à définir les solutions les plus adaptées à court terme, complété par des travaux spécifiques sur les intrants les plus critiques (aluminium, titane, palladium et platine, gaz rares, tungstène) ; ◗ Un appel à manifestation transverse sera notamment lancé, permettant de soutenir tous les projets qui permettent de répondre à une dépendance stratégique russe ; ◗ En complément, dans le domaine des métaux critiques, une task-force pilotée par P. VARIN est mandatée. Elle sera complétée par la nomination d’un délégué interministériel métaux, le renforcement des moyens du BRGM sur l’intelligence minérale ; ◗ Un plan de sécurisation des engrais pour la prochaine campagne, comportant la mise en place d’une task-force de sécurisation des matières premières importées, l’adaptation ou le report de mesures réglementaires pouvant impacter la disponibilité des engrais en 2022, et le développement de l’usage des engrais organiques. APPEL À MANIFESTATION TRANSVERSE VISANT À RÉDUIRE LA DÉPENDANCE DE L’INDUSTRIE FRANÇAISE ET DES AUTRES SECTEURS PRODUCTIFS VIS-À-VIS DE LA RUSSIE, DE LA BIÉLORUSSIE OU DE L’UKRAINE Un appel à manifestation transverse sera notamment lancé, permettant de soutenir les projets qui permettent de répondre à une dépendance de l’industrie française et autres secteurs productifs vis-à-vis de la Russie, de la Biélorussie ou de l’Ukraine ou, plus largement, d’approvisionnements auprès de fournisseurs russes, biélorusses ou ukrainiens menacés ou interrompus. Il s’agit notamment des matières premières stratégiques du secteur de la métallurgie (par ex. nickel, aluminium, cuivre, titane), des consommables spécifiques de la sidérurgie (par ex. électrodes en graphite, briquettes de fer, réfractaires), de certains produits de l’industrie chimiques (par ex. noir de carbone, gaz rares, etc.) ou les intrants critiques pour le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire (par ex. les engrais ou les huiles et tourteaux de tournesol, pour l’alimentation animale). 22 OBJECTIF 8 : RESPONSABILISER LES DONNEURS D’ORDRE ET FAIRE JOUER LES SOLIDARITÉS DE FILIÈRES Enfin, la dynamique de filière est un des leviers primordiaux pour assurer la résilience de notre économie et de notre industrie, pour identifier les fragilités dans toutes les filières, mais aussi pour y répondre avec davantage d’efficacité, en s’assurant de la solidarité des entreprises d’une même filière, y compris la pêche, afin de protéger les maillons qui sont les plus affectés par les difficultés d’approvisionnement ou les tensions sur les prix. Le Gouvernement rappelle sa vigilance quant au respect de l’équilibre commerciale entre acteurs des mêmes filières. Il a demandé à la DGCCRF d’y veiller par la poursuite de ses contrôles, notamment concernant le respect des règles encadrant les pénalités logistiques dans le secteur agroalimentaire, renforcées par la loi EGAlim 2, et le respect des dispositions encadrant les délais de paiement inter-entreprises. Afin de soutenir les entreprises qui subissent de plein fouet la hausse des prix de matières premières et de l’énergie, le Médiateur des entreprises est missionné pour renforcer la solidarité de filières et développer la médiation entre acteurs économiques. RENFORCEMENT DU RÔLE DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES Mise en place d’un comité de crise sur l’énergie animé par le Médiateur des entreprises : ◗ Le Médiateur des entreprises est chargé de mettre en place et d’animer un comité de crise sur l’énergie, destiné à corriger entre pairs les comportements des acteurs structurants mettant en difficulté avérée des entreprises ou des filières. ◗ Par ailleurs, le Médiateur des entreprises va coordonner une offre de médiation ad hoc portée par les acteurs économiques, accessible à toute entreprise. Élargissement de l’action du Médiateur des entreprises aux tensions de filières liées aux pénuries et hausses de coût de l’énergie : ◗ L’action du Médiateur des entreprises va viser à encourager la solidarité économique par la conduite de missions de crise dans les filières, destinées à accompagner les effets des hausses de coûts (intrants, énergie). Ces missions de crise s’établiront en coordination avec le comité d’action sur les approvisionnements et les conditions de paiement et viendront compléter les actuelles missions sur les filières industrielles et le comité de crise BTP, qui ont permis de mesurer et de partager des difficultés entre acteurs et le traitement de différends en médiations individuelles. ◗ Le Médiateur des entreprises pourra également être sollicité par des filières économiques encore non accompagnées dans une démarche d’amélioration des relations entre donneurs d’ordre et fournisseurs. ◗ Le Médiateur des entreprises va également coordonner une offre de médiation adaptée à ces enjeux, accessible à toute entreprise. 23 OBJECTIF 9 : RENFORCER LA SOUVERAINETÉ ÉNERGÉTIQUE Sur le plan énergétique, depuis le début du quinquennat, le Gouvernement a investi massivement pour réduire notre consommation d’énergie fossile (charbon, pétrole, gaz) et renforcer notre indépendance énergétique. Plus de 30 Mds€ sont investis chaque année dans la transition verte de notre économie, à quoi s’ajoutent plus de 45 Mds€ dans le cadre de France Relance et France 2030. Cependant, même si notre électricité est très largement décarbonée grâce au nucléaire et aux énergies renouvelables, deux tiers de notre consommation d’énergie restent encore d’origine fossile. Nous continuons à consommer massivement du pétrole pour nous déplacer et du gaz pour nous chauffer. Près de 40 % du gaz européen est importé de Russie (entre 20 et 30 % pour la France) et 30 % du pétrole européen est importé de Russie (10 à 20 % pour la France). L’arrêt de la consommation des énergies fossiles d’ici à 2050 est un objectif prioritaire de la France, décliné dans la stratégie nationale bas-carbone. Le renforcement des investissements pour atteindre l’objectif européen de - 55 % de nos émissions de gaz à effet de serre en 2030 sera décidé au début du prochain quinquennat. En cohérence avec la stratégie présentée à Belfort par le Président de la République, le plan de résilience vise à engager des actions additionnelles à effet rapide pour diversifier notre approvisionnement en gaz, réduire notre consommation et améliorer notre sécurité d’approvisionnement. Il s’agit notamment : ◗ de sécuriser notre approvisionnement en gaz pour l’hiver 2022/2023, en particulier en sécurisant le remplissage des stockages en amont de l’hiver prochain et en renforçant les capacités d’importation de gaz naturel liquéfié (GNL). Une task force dédiée à cet enjeu de court terme a été constituée, associant les principaux acteurs du secteur énergétique ; ◗ de développer les énergies décarbonées, notamment en augmentant la production de biométhane et la production d’électricité décarbonée afin de moins utiliser de gaz pour produire de l’électricité. Le développement des énergies renouvelables sera simplifié et accéléré ; ◗ de sécuriser notre approvisionnement en pétrole, notamment en maintenant le rythme de transition rapide de la voiture thermique vers la voiture électrique avec les aides à l’investissement qui ont déjà bénéficié à plus d’un million de ménages et les aides à l’installation et aux raccordements d’infrastructures de recharge. En particulier, le bonus écologique sera maintenu à 6 000 € jusqu’au 1er juillet et les modalités de l’éco-PTZ dans les zones à faible émission seront publiées dans les prochaines semaines) ; ◗ de réduire rapidement notre consommation en gaz et notre consommation énergétique, avec une amélioration de l’efficacité des aides pour la rénovation énergétique des logements pour davantage inciter les ménages les plus modestes à remplacer leur chaudière gaz par une pompe à chaleur (y compris hybrides) ou une chaudière biomasse. Ainsi à partir du 15 avril 24 prochain et jusqu’à la fin de l’année 2022, l’aide MaPrimeRénov’ accordée pour l’installation d’un système de chauffage vertueux qui permet de sortir du gaz ou du fioul sera accrue de 1 000 €. Nous accélérerons la décarbonation des réseaux de chaleur avec le fonds chaleur (150 M€). Sera également lancée avant l’hiver prochain une campagne de communication de grande ampleur ciblée sur les économies d’énergie et la rénovation thermique. ◗ sur l’industrie, le volet de décarbonation de l’industrie de France 2030 sera mis en œuvre avec ambition (voir encadré) et tous les leviers permettant d’accélérer la réalisation des projets de rénovation énergétique et de décarbonation lauréats de France Relance seront mobilisés. Ces projets une fois terminés permettront de réduire de 7 % de la consommation en gaz de l’industrie et de 5 % de la consommation énergétique de l’immobilier de l'État par exemple ; ◗ enfin, outre la mobilisation de l’ensemble des acteurs – collectivités locales, logements sociaux, ménages – à maîtriser leur consommation d’énergie et en particulier de gaz, et parce que l'État se doit d’être exemplaire, nous lancerons un plan de réduction de la consommation dans les bâtiments de l'État, notamment par la baisse de la température de chauffe de 1° C. L’État investira également 50 M€ dans des opérations à gains énergétiques rapides permettant de réduire d’ici la fin de l’année la consommation énergétique de son parc immobilier et de celui de ses opérateurs, et en particulier sa consommation de gaz. Les actions engagées devront permettre de supprimer totalement la dépendance européenne au gaz et au pétrole russe au plus tard en 2027. Ces mesures seront concertées et détaillées dans les prochaines semaines. 25 DÉCARBONATION ET SORTIE DU GAZ DE L’INDUSTRIE, EN MOBILISANT LE PLAN D’INVESTISSEMENT FRANCE 2030 : France Relance a consacré 1,2 milliards d’euros à la décarbonation de l’industrie. Les projets sont en cours de réalisation et permettront notamment de réduire de 7 % la consommation de gaz de l’industrie et de plus de 4 % des émissions annuelles de l’industrie en 2019. Tous les leviers pour accélérer la réalisation de ces projets seront utilisés. France 2030, lancé par le Président de la République en octobre 2021, porte l’ambition de transformer durablement des secteurs clefs de notre économie par l’innovation technologique et l’industrialisation, en mobilisant plus de 50 milliards d’euros au total. La décarbonation de l’industrie représente un enjeu clé au sein de France 2030 : 5,6 milliards d’euros sont consacrés directement à cet objectif de long terme. Face à la situation exceptionnelle de tensions sur les matières premières énergétiques, la mise en œuvre des premières actions « décarbonation » de France 2030 sera accélérée ; ◗ Un nouvel appel à projets (AAP) sera lancé d’ici début avril pour soutenir des projets industriels de transition énergétique, contribuant à sortir de la dépendance européenne au gaz russe, et pouvant être mis en œuvre à l’hiver 2022/2023. Une enveloppe de 150 millions d’euros sera consacrée à cet AAP. ◗ Une attention particulière sera portée au développement de l’offre française d’équipements servant cette transition énergétique : chaudière biomasse, pompes à chaleur (PAC). France 2030 consacre 610 millions d’euros à l’émergence et l’industrialisation de solutions de décarbonation de l’industrie, notamment à destination des PME industrielles spécialisées dans la construction de ces équipements. OBJECTIF 10 : RENFORCER LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE DE L’EUROPE Dans le domaine agricole, l’Ukraine est devenue un fournisseur important de l’UE : le premier fournisseur notamment en ce qui concerne le maïs (57 % des approvisionnements), et les tourteaux de tournesol (47 % des importations) et dans une moindre mesure de blé (30 % des importations). La Russie est aussi mais à un moindre degré, un fournisseur important de l’UE en matière de blé (11 %) mais surtout de tourteaux de colza (50 %) ou de tournesol (34 %). Les efforts pour développer les sources d’approvisionnement alternatives et en particulier la production nationale et européenne, devront être intensifiés. 26 À court terme et de manière réversible, des mesures seront mises en œuvre pour la prochaine campagne afin de produire plus, notamment : ◗ la valorisation des jachères discutée au niveau européen, ◗ la promotion de systèmes trois cultures en deux ans pour accroître en particulier la production de fourrage et de protéines végétales, ◗ un plan de lutte contre les dégâts de gibier sur nos cultures stratégiques, ◗ et enfin un suivi de l’irrigation afin d’optimiser la ressource en eau et de parer à une sur-crise climatique Afin d’accélérer cette transformation de long terme l’appel à projets « Capacités agroalimentaires 2030 » de France 2030 sera ouvert avec pour double objectif de relocaliser des produits agricoles jugés stratégiques (engrais, produits transformés pour l’alimentation animale) et d’industrialiser les projets innovants soutenus par les stratégies d’accélération sur les agroéquipements et l’alimentation durable. Ces soutiens à l’industrialisation auront notamment pour objectif d’encourager la structuration de filières agroalimentaires françaises compétitives sur le marché de l’alimentation durable et favorable à la santé. De manière structurelle, la France a déjà fait de la souveraineté agricole et agroalimentaire une priorité en matière d’investissement. France Relance a d’ores-et-déjà contribué à la reconquête de notre souveraineté en protéines végétales grâce aux 120 millions d’euros du plan protéines. France 2030 soutient des projets de recherche, de développement et d’innovation pour renforcer notre souveraineté en matière de protéines végétales, d’engrais organiques et de décarbonation des filières agricoles et agroalimentaires. Le plan de résilience est l’occasion d’accélérer cette transformation de long terme au service de la souveraineté agricole et agroalimentaire autour de 4 axes/plans : ◗ la mise en œuvre d’un plan souveraineté azote en privilégiant la production d’engrais verts et le développement de filières de valorisation d’engrais organiques ; ◗ le renforcement du plan protéines végétales ; ◗ un plan de souveraineté énergétique agricole et alimentaire, pour accélérer le développement des énergies renouvelables (photovoltaïque et biomasse notamment) et la décarbonation de l’amont agricole et des IAA ; ◗ un plan souveraineté français et européen « Fruits et légumes », associant étroitement les territoires ultra-marins. 27 OBJECTIF 11 : FACILITER L’IMPLANTATION EN FRANCE DES ACTIVITÉS PERMETTANT DE RÉDUIRE NOS DÉPENDANCES Le plan de résilience facilitera l’implantation en France d’activités permettant de sécuriser nos approvisionnements et réduire nos dépendances, en cohérence avec les objectifs de France 2030. Le Gouvernement engagera des actions concrètes pour améliorer le suivi des projets d’implantations économiques sur le territoire, sécuriser les porteurs de projets et réduire les délais, dans la lignée du rapport remis par Laurent GUILLOT. Il s’agira notamment (i) de renforcer le suivi des projets d’implantation par l’autorité préfectorale, (ii) de clarifier les différentes doctrines relatives aux procédures administratives, (iii) d’améliorer la participation du public en réduisant encore les délais d’implantation et en responsabilisant davantage les porteurs de projets et (iv) de mieux repérer le foncier productif et d’orienter les projets vers des sites à plus faibles enjeux environnementaux. Ces actions devraient permettre de réduire significativement les délais d’implantation. Une ordonnance permettant de simplifier certaines procédures pour faciliter les implantations dans les zones déjà artificialisées sera également prise d’ici la fin du quinquennat, en application de l’article 226 de la loi Climat et Résilience1, pour inciter les entreprises à s’implanter dans ces zones et limiter l’artificialisation nette. Ces mesures devraient notamment permettre de numériser certaines procédures pour en réduire la durée. OBJECTIF 12 : RENFORCER LA CYBERSÉCURITÉ DES ADMINISTRATIONS, DES ENTREPRISES ET DES INFRASTRUCTURES Dans un monde de confrontation et de compétition, les cyberattaques sont utilisées au quotidien pour porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation, pour ralentir, voire paralyser, des activités critiques avec des impacts importants sur nos concitoyens ou encore pour capter des informations stratégiques et industrielles. Alors que les capacités cyberoffensives de la Russie ont été maintes fois mises en évidence et que d’autres acteurs opportunistes peuvent profiter de la situation pour mener des cyberattaques discrètes, il est indispensable de renforcer encore notre cybersécurité. Depuis l’invasion de l’Ukraine, l’ANSSI a donc publié de nombreuses ressources, allant de bonnes pratiques de sécurité jusqu’à la publication d’éléments techniques pour rechercher des traces de cyberattaques. Des échanges fréquents avec les acteurs des secteurs les plus critiques et de 1 - Loi n°2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets. 28 ceux susceptibles de faire l’objet de mesures de rétorsion, qu’ils soient publics ou privés, sont également menés par l’ANSSI pour orienter leurs efforts de sécurisation et les préparer à faire face à diverses cyberattaques. Les ministères sont également engagés depuis près de 9 mois sous le pilotage du Premier ministre dans un programme visant à renforcer leur cybersécurité. Aussi, le renforcement des procédures de gestion de crise, depuis éprouvées dans un exercice majeur interministériel, la prise en compte des alertes de l’ANSSI pour corriger les vulnérabilités présentes dans les réseaux de l'État et l’identification des systèmes d’information les plus critiques de l'État ont fait l’objet de travaux dédiés qui devront se poursuivre dans les mois à venir. Le déploiement de systèmes de détection des cyberattaques et la construction de centres ministériels de réponse à incidents cyber doivent également être engagés au cours de l’année 2022. Trois axes forts sont poursuivis à travers le programme de renforcement de la cybersécurité des services publics sans précédent : ◗ Grâce au dispositif des parcours de cybersécurité, 1 000 collectivités territoriales, établissements publics et établissements de santé sont accompagnés dans une démarche de cybersécurité pour leur permettre de renforcer de manière concrète et rapide leur niveau de cybersécurité. ◗ Des services automatisés de cybersécurité sont également développés pour mieux détecter les cyberattaques, les filtrer au plus tôt et alerter les organisations de leurs vulnérabilités, susceptibles d’être exploitées par des cyberattaquants. ◗ Des centres de réponses à incidents à tous les niveaux sont mis en place. En effet, notre capacité collective à faire face à des cyberattaques reste insuffisante au regard de la menace cyber actuelle. Pour y remédier et pour accompagner le tissu économique dans sa protection, des centres de réponse à incidents régionaux sont en cours de construction et seront opérationnels dès l'automne 2022 dans toutes les régions volontaires. De même, des secteurs critiques, comme la santé, le social ou encore le transport aérien et maritime, disposeront de telles structures. Enfin, rassemblés à Nevers les 8 et 9 mars, les ministres européens ont appelé à renforcer drastiquement les capacités cyber de l’Union européenne pour protéger au mieux le marché intérieur. Pour ce faire, un travail capacitaire au profit de l’écosystème cyber européen, pour qu’il soit le plus performant possible et pleinement en mesure de contribuer à la sécurisation de notre espace numérique, sera prochainement conduit. De même, les ministres sont convenus qu’il était urgent d’identifier les dépendances et les faiblesses des infrastructures numériques européennes afin de les renforcer rapidement. En effet, celles-ci allant des services numériques comme le Cloud à la 5G, en passant par les cœurs de réseaux télécoms, doivent être pleinement à la main des Européens pour en garantir la fiabilité en temps de crise. Maquette : Pôle graphisme, fabrication, déplacements, image – DSAF/DPSG – Mars 2022 Contact Service de presse de Matignon 57, rue de Varenne 75007 Paris Tél. : 01 42 75 50 78/79 inpi.fr INPI France @INPIFrance INPI France presse@inpi.fr CHIFFRES CLÉS 2021 DE L’INPI : RECORD DE DÉPÔTS DE MARQUES POUR LA 4ÈME ANNÉE CONSÉCUTIVE L’Institut national de la propriété industrielle (INPI) publie les chiffres clés 2021 de la propriété industrielle en France. Les dépôts de marques atteignent un nouveau chiffre record avec 113 070 marques déposées cette année. Les demandes de dépôts de brevets sont à la hausse, tandis que les dessins et modèles stagnent.  Le nombre de dépôts de marques atteint le chiffre record de 113 070 en 2021. Un chiffre en augmentation continue depuis cinq ans, et en hausse de 6,5 % par rapport à 2020.  Le nombre de demandes de brevets déposés est de 14 758, en hausse de 3,1 % par rapport à 2020.  Le nombre de demandes de dessins et modèles déposés est de 5 853, est stable, à - 1 % par rapport à 2020. « Nous ne pouvons qu’être enthousiastes face à ce nouveau record de 113 070 marques déposées à l’INPI en 2021. Cela montre qu’il y a eu un effet rebond après la crise. Elle n’a pas freiné les projets de nos entrepreneurs. Un chiffre probablement à mettre en regard avec un nombre de créations d’entreprises également en hausse : près d’1 million d’entreprises ont été créés en France en 2021 selon l’INSEE. commente Pascal Faure, Directeur général de l’INPI. En 2020 déjà, le nombre de demandes de dépôts de titres de propriété industrielle s’était maintenu. La capacité de résilience des porteurs de projets français est encore une fois démontrée en 2021 : brevets et marques sont en hausse, tandis que dessins & modèles sont stables. Plus que jamais, l’INPI est aux côtés des entreprises – particulièrement les PME et start-up - pour les accompagner dans leur réflexion et la construction de leur stratégie de propriété industrielle. » COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14 MARS 2022 inpi.fr INPI France @INPIFrance INPI France presse@inpi.fr Données librement disponibles sur DATA INPI : 61,2 millions de données relatives à la propriété industrielle (marques, brevets, dessins et modèles, jurisprudence), aux données d'identité légale et aux comptes des sociétés (+8 % par rapport à l’an dernier). Nombre de réutilisateurs (entreprises, professions libérales, services publics, chercheurs, particuliers…) qui utilisent ces données pour créer des services à valeur ajoutée (via des licences gratuites) : 5 471 contre 2 589 en 2020. Une hausse liée à l’enrichissement permanent des données et à un accès toujours plus simplifié. Nouveau : L’INPI offre désormais, depuis son portail data.inpi.fr, la possibilité de créer, gratuitement, des alertes pour suivre l’actualité d’une entreprise, d’une marque, d’un brevet ou d’un dessin et modèle. Le saviez-vous ? Depuis le 1er janvier 2022, l’INPI est l’opérateur du Guichet unique des formalités d’entreprises. Ouvert à tous, il sera la seule voie possible pour les formalités des entreprises à partir du 1er janvier 2023 depuis le site formalites.entreprises.gouv.fr, accessible aussi depuis inpi.fr A partir du 1er janvier 2023, l’INPI offrira - via le portail data.inpi.fr - l’accès aux données du registre national des entreprises (RNE). En plus des informations sur les sociétés commerciales déjà présentes aujourd’hui, les informations relatives aux entreprises artisanales, aux entreprises agricoles et aux entreprises individuelles, dont les professions libérales, seront accessibles à tous gratuitement. De quoi faciliter la vie de nos entrepreneurs ! À PROPOS DE L'INPI Au-delà de son action d’enregistrement et de délivrance de titres (brevets, marques, dessins et modèles), l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) agit en faveur du développement économique par ses actions de sensibilisation et de valorisation de l’innovation et de ses enjeux. L'Institut accompagne tous les innovateurs pour qu'ils transforment leurs projets en réalisations concrètes, leurs innovations en valeur. Établissement public autofinancé et placé sous la tutelle du ministère en charge de la propriété industrielle, l’INPI participe également activement à l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques dans le domaine de la propriété intellectuelle, du soutien à l’innovation et à la compétitivité des entreprises tout comme de la lutte anti-contrefaçon. Dépositaire de tous les titres de propriété industrielle déposés en France et des données du Registre National du Commerce et des Sociétés, l’INPI diffuse plus de 61,2 millions de données ouvertes, libres et réutilisables. L’INPI est désormais l’opérateur du guichet pour les formalités des entreprises (créations, modifications, cessations). Enfin, l’INPI est en charge de l’homologation des indications géographiques artisanales et industrielles. inpi.fr – data.inpi.fr – formalites.entreprises.gouv.fr Contacts presse Amaria Lahmri | alahmri@inpi.fr | 01 56 65 81 81 Anne-Sophie Prusak | aprusak@inpi.fr | 06 60 69 54 17 13 mars 2022 1 Point sur la conjoncture française à début mars 2022 Le mois de février a été marqué par le reflux de la cinquième vague pandémique due au variant Omicron, et le déclenchement à partir du 24 février de la guerre en Ukraine. Notre enquête de conjoncture a été menée auprès de 8500 entreprises ou établissements, entre le 24 février et le 3 mars. Selon les chefs d’entreprise interrogés, l’activité a progressé plus qu’attendu en février dans l’industrie et le bâtiment. L’amélioration s’est poursuivie dans les services marchands couverts par l’enquête, bénéficiant du rebond des services aux particuliers (hébergement, restauration, location) qui avaient pâti en janvier d’un contexte sanitaire moins favorable. Pour le mois de mars, les entreprises anticipent que l’activité continuerait de progresser dans les services, un peu plus modérément dans l’industrie, et serait en léger repli dans le bâtiment. Ces anticipations sont toutefois à interpréter avec précaution en raison des incertitudes provoquées par la guerre en Ukraine, qui se sont encore accrues postérieurement à l’enquête. Dans l’industrie en particulier, les chefs d’entreprise interrogés font état d’inquiétudes pour les mois à venir, concernant notamment les approvisionnements. Dans les services, le repli de la cinquième vague pandémique joue en sens inverse et la remontée de l’incertitude est moindre. Les difficultés de recrutement sont stables, à un niveau élevé, et concernent environ la moitié des entreprises (51% en février). Les difficultés d’approvisionnement évoluent peu dans l’industrie (54% des entreprises, après 55% en janvier), mais diminuent plus sensiblement dans le bâtiment (46% des entreprises, après 52% en janvier). En lien avec ces difficultés persistantes, le solde d’opinion sur les prix des matières premières demeure très élevé; le solde sur l’évolution des prix des produits finis se replie un peu par rapport à son niveau de janvier, tout en restant très élevé. Après avoir retrouvé son niveau d’avant-crise durant le troisième trimestre 2021, nous estimons que le PIB dépasserait ce dernier d’environ + 1¾ point en février, après + 1 point en janvier. Sur la base de notre enquête et des autres données disponibles, la croissance du PIB pour le premier trimestre 2022 s’établirait autour de + ½% par rapport au trimestre précédent, sous réserve des conséquences de la guerre en Ukraine sur l’activité en mars, qui n’ont pu être que partiellement anticipées par les entreprises interrogées. Niveau de PIB (en% du niveau normal) Janvier 2020 Niveau réalisé Niveau estimé Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc. Janvier 2022 Janvier 2021 Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc. Fév. 65 70 75 95 85 80 90 100 105 100 100 100 ½ 83 71 83 91 95 97 98 97 94 96 96 95 96 96 97 99 100 100 100 101 101 101 101¾ 13 mars 2022 2 1. En février, l’activité s’améliore dans l’industrie et dans le bâtiment ; elle progresse fortement dans les services En février, dans un contexte de reflux du variant Omicron, l’activité progresse dans quasiment tous les secteurs de l’industrie. Dans l’ensemble de l’industrie, le taux d’utilisation des capacités de production est inchangé en février, à 79 %. Il se situe au-dessus de sa moyenne historique dans la plupart des secteurs industriels, à l’exception de l’automobile (– 6 points), de l’aéronautique et autres transports (– 7 points) et dans une moindre mesure des produits informatiques, électroniques et optiques (– 3 points). Les soldes d’opinion relatifs à la production indiquent de bonnes progressions en février dans l’habillement, textile, chaussures, le bois, papier, imprimerie, et la fabrication d’équipements électriques. Les autres secteurs progressent plus modérément, excepté l’industrie automobile, en léger repli en raison des problèmes d’approvisionnement en semi-conducteurs. Taux d’utilisation des capacités de production (en%, données CVS‑CJO) a) Dans l’industrie b) Par sous-secteur 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 Moyenne mensuelle Moyenne sur 15 ans 2010 2012 2014 2016 2018 2020 2022 40 50 60 70 80 90 Moyenne sur 15 ans Janvier 2022 Février 2022 Total industrie Automobile Aéronautique et autres transports Métallurgie et produits métalliques Machines et équipements Produits informatiques, électroniques et optiques Habillement, textile, chaussures Équipements électriques Autres produits industriels Produits en caoutchouc, plastique Industrie chimique Industrie agro-alimentaire Bois, papier, imprimerie Industrie pharmaceutique 79 76 77 77 78 79 81 81 81 81 81 83 85 79 75 77 78 79 78 80 81 81 81 82 82 86 65 65 Dans les services marchands, l’activité s’améliore nettement en février. Elle est de nouveau plus forte que prévu par les chefs d’entreprise le mois dernier. La progression est particulièrement marquée dans les services aux particuliers (hébergement, restauration, location), qui avaient reculé en janvier en lien avec le contexte sanitaire ; l’activité des services aux entreprises s’améliore également, notamment dans la programmation, conseil, et le conseil de gestion. Dans le secteur du bâtiment, l’activité progresse sensiblement, notamment dans le second œuvre. Les soldes d’opinion relatifs à la situation de trésorerie se situent nettement au-dessus de leur moyenne de long terme ; ils sont globalement stables dans l’industrie et s’améliorent quelque peu dans les services sur le mois de février. 13 mars 2022 3 Situation de trésorerie (solde d’opinion CVS-CJO) a) Dans l’industrie b) Dans les services marchands - 20 - 15 - 10 - 5 0 5 10 15 20 25 2010 2012 2014 2016 2018 2020 2022 - 25 - 20 - 15 - 10 - 5 0 5 10 15 20 25 2010 2012 2014 2016 2018 2020 2022 Moyenne mensuelle Moyenne sur 15 ans 2. En mars, selon les anticipations des entreprises, l’activité progresserait dans les services, plus modérément dans l’industrie, et serait en léger repli dans le bâtiment Selon les industriels interrogés, la production progresserait légèrement en mars dans la plupart des secteurs et plus particulièrement dans l’automobile, l’aéronautique, les équipements électriques, et l’habillement, textile, chaussures. Dans les services, les perspectives restent également orientées à la hausse dans l’ensemble des secteurs, et plus spécifiquement pour la location et le travail temporaire. L’amélioration se poursuivrait pour l’hébergement et la restauration. Dans le secteur du bâtiment, l’activité serait en léger repli, tant dans le gros œuvre que dans le second œuvre. L’enquête ayant été menée au tout début de la guerre en Ukraine, les anticipations pour mars doivent cependant être interprétées avec prudence. Notre indicateur mensuel d’incertitude, construit à partir d’une analyse textuelle des commentaires des entreprises interrogées, marque en effet un rebond particulièrement marqué dans l’industrie (cf. encadré), et retrouve les niveaux observés durant le deuxième confinement. Il est également en hausse, plus modérément, dans les services et le bâtiment. Indicateur d’incertitude dans les commentaires de l’enquête mensuelle de conjoncture (EMC) (données brutes) Industrie Services marchands Bâtiment 0 100 200 500 400 300 Janv. 2018 Mars Mai Juillet Sept. Nov. Janv. 2019 Mars Mai Juillet Sept. Nov. Janv. 2020 Mars Mai Juillet Sept. Nov. Janv. 2021 Janv. 2022 Mars Mai Juillet Sept. Nov. Fév. 2e confinement Mouvement des gilets jaunes Mouvements sociaux 1er confinement 3e confinement 4e vague/ Delta 5e vague/ Omicron Conflit en Ukraine Note : La valeur de référence est fixée à 100 et correspond à la valeur autour de laquelle fluctue l’indicateur en période normale. 13 mars 2022 4 Situation des carnets de commandes (solde d’opinion CVS‑CJO) a) Dans l’industrie b) Dans le bâtiment - 60 - 50 - 40 - 30 - 20 - 10 0 10 30 20 40 2010 2012 2014 2016 2018 2020 2022 - 15 - 10 - 5 0 5 10 15 20 25 30 35 2010 2012 2014 2016 2018 2020 2022 Moyenne mensuelle Moyenne sur 15 ans L’opinion sur les carnets de commandes est stable dans l’industrie (les carnets restant particulièrement bien garnis dans le secteur des machines et équipements, et produits en caoutchouc, plastique) et dans le bâtiment. Dans les deux cas, elle se situe largement au-dessus de sa moyenne de long terme. 3.  Les difficultés d’approvisionnement et de recrutement tendent à se stabiliser en février, mais restent élevées La part des chefs d’entreprise qui jugent que les difficultés d’approvisionnement ont pesé sur leur activité est globalement stable en février dans l’industrie (54 %, après 55 %), et diminue plus sensiblement dans le bâtiment (46 %, après 52 %). Part des entreprises indiquant des difficultés d’approvisionnement (en%, données brutes) Industrie Bâtiment 35 40 45 50 55 60 65 Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février 44 50 47 60 49 60 51 61 56 62 56 58 56 58 53 48 54 46 55 52 13 mars 2022 5 Part des entreprises indiquant des difficultés d’approvisionnement – Industrie, février 2022 (en%, données brutes) Industrie pharmaceutique Produits en caoutchouc, plastique Industrie agro-alimentaire Habillement, textile, chaussures Autres produits industriels Métallurgie et produits métalliques Produits informatiques, électroniques et optiques Aéronautique et autres transports Total industrie Industrie chimique Bois, papier, imprimerie Équipements électriques Machines et équipements Automobile 79 Septembre 2021 Février 2022 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 44 42 45 48 49 51 51 53 54 58 62 66 70 26 50 44 55 51 55 61 46 56 62 64 78 70 82 Dans l’industrie, les secteurs les plus concernés par ces difficultés demeurent la fabrication d’équipements électriques, la fabrication de machines et équipements, l’automobile, l’industrie du bois, papier et imprimerie. Selon les chefs d’entreprise interrogés, les difficultés d’approvisionnement s’accompagnent de hausses des prix des matières premières et des produits finis. Le solde d’opinion sur les prix des matières premières demeure très élevé mais tend à se stabiliser depuis quelques mois. Le solde sur les prix des produits finis, après avoir enregistré un pic en janvier – du fait d’une saisonnalité plus marquée que les années précédentes – retrouve en février son niveau, encore élevé, des derniers mois de 2021. La proportion de chefs d’entreprise indiquant des hausses de prix importantes est notable dans le secteur de l’habillement, textile, chaussures, l’industrie du bois, papier et imprimerie, la fabrication d’équipements électriques, et l’industrie chimique. Opinion sur l’évolution des prix par rapport au mois précédent – Industrie manufacturière (solde d’opinion CVS-CJO) Produits finis Matières premières - 15 - 10 - 5 0 5 10 15 20 25 30 35 40 2010 2012 2014 2016 2018 2020 2022 13 mars 2022 6 Proportion de chefs d’entreprise ayant augmenté ou baissé leurs prix de vente au cours du mois écoulé, par grand secteur (en%) Part des entreprises ayant augmenté leurs prix de vente : Dans l'industrie Dans le bâtiment Dans les services Part des entreprises ayant baissé leurs prix de vente : Dans l'industrie Dans le bâtiment Dans les services 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 Déc. 2018 Fév. 2019 Avril Juin Août Oct. Déc. Fév. 2020 Avril Juin Août Oct. Fév. 2021 Déc. Avril Juin Août Oct. Déc. Fév. 2022 Note : Chiffres non pondérés, données brutes. Source : Enquête mensuelle de conjoncture (EMC), décembre 2018 - février 2022. Dans le détail, 30 % des chefs d’entreprise déclarent avoir augmenté leur prix de vente en février, proportion en baisse de 10 points après le pic de janvier lié à la révision annuelle des prix observée chaque année en janvier. Les perspectives pour mars suggèrent de nouvelles hausses de prix, comparables à celles de février : la proportion de chefs d’entreprise anticipant une hausse de prix en mars est un peu supérieure à 25 %, à un niveau proche de celui anticipé le mois précédent. Là aussi, ces anticipations doivent être interprétées avec prudence du fait des fortes hausses des prix de certaines matières premières survenues postérieurement à l’enquête, dans le contexte de la guerre en Ukraine. Proportion de chefs d’entreprise prévoyant d’augmenter ou de baisser leurs prix de vente le mois prochain, par grand secteur (en%) 0 5 10 20 15 50 45 40 25 30 35 Part des entreprises prévoyant d’augmenter leurs prix le mois prochain : Dans l’industrie Dans le bâtiment Dans les services Part des entreprises prévoyant de baisser leurs prix le mois prochain : Dans l’industrie Dans le bâtiment Dans les services Déc. 2018 Fév. 2019 Avril Juin Août Oct. Déc. Fév. 2020 Avril Juin Août Oct. Fév. 2021 Déc. Avril Juin Août Oct. Déc. Fév. 2022 Note : Chiffres non pondérés, données brutes. Source : Enquête mensuelle de conjoncture (EMC), décembre 2018 - février 2022. 13 mars 2022 7 Part des entreprises de l’industrie ayant augmenté au moins une fois leurs prix au cours des 12 derniers mois (en%, données brutes) 0 10 20 30 40 50 60 70 100 80 90 - 1 0 1 2 3 4 5 Part des entreprises ayant augmenté au moins une fois leurs prix au cours des 12 derniers mois (échelle de gauche) Glissement annuel de l'IPCH (échelle de droite) 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 Enfin, au-delà de la mesure mois par mois, le suivi des évolutions individuelles entreprise par entreprise montre que la hausse des prix des produits finis concerne la plupart d’entre elles. En février 2022, près de trois entreprises sur quatre (74 %) dans l’industrie ont indiqué au moins une hausse de leurs prix au cours des 12 derniers mois ; cette proportion était bien inférieure lors des précédents pics d’inflation liés aux prix de l’énergie (un peu au-dessus de 50 % en 2007-2008 et 2011, et de 40 % en 2018). De plus, les entreprises ont largement procédé à des hausses en cours d’année, et pas uniquement lors de la révision annuelle de janvier ; au total, plus de 40 % des entreprises indiquent ainsi avoir augmenté leurs prix au moins trois fois au cours des 12 derniers mois. Les chefs d’entreprise ont également été interrogés sur leurs difficultés de recrutement. Tous secteurs confondus, elles concernent la moitié des entreprises, soit 51 % d’entre elles en février. Part des entreprises indiquant des difficultés de recrutement (en%, données brutes) Industrie Bâtiment Services Ensemble 0 10 20 40 30 70 50 60 Mai 2021 Janvier 2022 Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Février 24 31 31 36 40 40 40 37 39 47 53 55 57 51 53 56 47 50 54 56 61 60 61 58 37 44 48 50 54 49 51 52 40 55 60 52 39 54 60 51 13 mars 2022 8 Impact de la guerre en Ukraine La hausse marquée du niveau d’incertitude, notamment dans l’industrie, s’explique principalement par le déclenchement de la guerre en Ukraine. En effet, les chefs d’entreprise interrogés font état d’inquiétudes pour les mois à venir, concernant : i) d’une part, le prix et la disponibilité de certaines matières premières (nickel, titane, acier, aluminium); ii) d’autre part, le risque pesant sur l’acheminement – notamment ferroviaire – de ces intrants via le continent européen et iii) enfin, l’impact sur les relations actuelles avec des fournisseurs basés en Ukraine ou en Russie et le risque de devoir à court terme diversifier leurs fournisseurs. L’analyse textuelle permet d’aider à quantifier cette problématique, en mesurant la part d’entreprises dont les commentaires contiennent des mots clés en référence au sujet. L’industrie est logiquement la plus concernée par la guerre en Ukraine (20% de commentaires), le bâtiment (7%) et les services (5%) étant en retrait. L’aéronautique est le secteur mentionnant le plus le conflit (33%). Part des entreprises dont les commentaires mentionnent le conflit en Ukraine a), par secteur (en%, données brutes) 0 5 10 15 20 25 30 35 Services d'information Location Restauration Nettoyage Réparation automobile Activités juridiques et comptables Publicité et études de marché Conseil de gestion Travail temporaire Total services Activités d'architecture et d'ingénierie ; activités de contrôle et analyses techniques Second œuvre Programmation, conseil Total bâtiment Édition Gros œuvre Hébergement Autres produits industriels Transports et entreposage Produits en caoutchouc, plastique Automobile Activités de loisirs et services à la personne Habillement, textile, chaussures Équipements électriques Bois, papier, imprimerie Métallurgie et produits métalliques Total industrie Industrie agro-alimentaire Industrie pharmaceutique Industrie chimique Produits informatiques, électroniques et optiques Machines et équipements Aéronautique et autres transports a) Mots clés : conflit, conséquence, événement, géopolitique, guerre, russe, Russie, Ukraine, ukrainien, ukrainienne. Par ailleurs, les secteurs les plus concernés (aéronautique, machine et équipements, industrie chimique, industrie pharmaceutique) sont ceux ayant des liens commerciaux habituels avec l’Ukraine ou la Russie. 13 mars 2022 9 4. Les estimations issues principalement de l’enquête, complétée par d’autres indicateurs, suggèrent un niveau de PIB au-dessus du niveau d’avant-crise d’environ + 1¾ de point de pourcentage en février, en hausse par rapport à janvier Dans notre précédent point de conjoncture, paru le 10 février 2022, nous avions estimé que le niveau du PIB en janvier était de + 1 point au-dessus du niveau d’avant-crise et de + 1½ point au-dessus du niveau d’avant-crise en février. Notre estimation est inchangée pour janvier. Pour le mois de février, l’utilisation des informations de l’enquête à un niveau de désagrégation fin ainsi que d’autres données dont nous disposons nous amènent à estimer que le PIB aurait été en février légèrement plus dynamique que prévu, se situant + 1¾ de point de pourcentage au-dessus de son niveau d’avant-crise. Cette amélioration s’inscrit dans le cadre d’un recul de l’épidémie de Covid-19 et de l’allégement des contraintes sanitaires en France. Cette évaluation utilise les données à haute fréquence que nous suivons à titre de complément pour les secteurs non couverts par l’enquête (notamment commerce et transports), ainsi que pour confirmer notre évaluation sur l’industrie et les services couverts. En particulier, les dépenses par carte bancaire donnent des indications utiles pour le secteur du commerce de détail. Les données plus générales de Google mobility et de trafic routier nous renseignent, elles, sur le secteur des transports, dont l’activité est de nouveau en hausse après une nette baisse en janvier. Valeur ajoutée par branche (écart au niveau d’avant-crise en pourcentage) Branche d’activité Poids dans la VA janvier février Agriculture et industrie 15,3 - 1 0 Agriculture et industrie agro‑alimentaire 3,8 2 2 Énergie, eau, déchets, cokéfaction et raffinage 2,6 8 11 Industrie manufacturière hors alimentaire et cokéfaction‑raffinage 8,9 - 5 - 5 Construction 5,8 - 5 - 5 Services marchands 57,0 2 3 Commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration 17,7 - 5 - 2 Services financiers et immobiliers 16,9 3 3 Autres services marchands 22,4 6 7 Services non marchands 21,9 2 2 Total 100 1 1 ¾ Les anticipations des entreprises pour mars issues de l’enquête indiquent une poursuite de la hausse de l’activité, mais l’estimation du PIB pour ce mois ci est entourée d’un très fort degré d’incertitude dans le contexte de la guerre en Ukraine. Sur la base de notre enquête et des autres données disponibles, la croissance du PIB pour le premier trimestre 2022 s’établirait autour de + ½% par rapport au trimestre précédent, sous réserve des conséquences de la guerre en Ukraine sur l’activité en mars qui n’ont pu être que très partiellement anticipées par les entreprises interrogées. PANORAMA DE LA MENACE INFORMATIQUE 2021 1.9.1 9 mars 2022 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 Sommaire 1. Des acteurs offensifs aux capacités en constante progression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.1. Cybercriminalité : spécialisation et professionnalisation des acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2. Des acteurs étatiques de moins en moins identifiables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 1.3. Des capacités privées qui se développent rapidement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 2. Des intentions d’espionnage et de sabotage peu visibles, mais toujours préoccupantes . . . . . . . . 9 2.1. L’espionnage reste la première finalité poursuivie, notamment en France . . . . . . . . . . . . . . . 9 2.2. Le ciblage d’infrastructures critiques à des fins de sabotage demeure une menace constante . . . . . 10 2.3. Des attaques informatiques mises à profit d’opérations d’influence et de déstabilisation . . . . . . . 10 3. De nombreuses faiblesses exploitées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 3.1. Exploitation massive de vulnérabilités par différents profils d’acteurs malveillants . . . . . . . . . . . 11 3.2. L’exploitation à des fins malveillantes des nouveaux usages numériques comme le Cloud . . . . . . . 13 3.3. Des attaques indirectes via la supply chain de plus en plus courantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 3.4. Faible sécurisation des données entrainant des leaks massifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 4. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 A. Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 9 mars 2022 Page 2 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 Synthèse Dans ce panorama de la menace informatique, l’ANSSI revient sur les grandes tendances ayant marqué le paysage cyber sur l’année 2020-2021 et en propose des perspectives d’évolution à court terme. Ces tendances s’inscrivent dans une hausse continue du niveau de menace. Ainsi, l’ANSSI a eu connaissance de 1082 intrusions avérées dans des systèmes d’information en 2021, pour 786 en 2020. Cela représente une hausse de 37 % des intrusions avérée dans l’année. Cette hausse s’explique par l’évolution et l’amélioration constante des capacités des acteurs malveillants dont les principales intentions restent le gain financier, l’espionnage et la déstabilisation. Ces acteurs ont su saisir une multitude d’opportunités offertes par la généralisation d’usages numériques souvent mal maitrisés. Une vigilance particulière est par conséquent nécessaire dans le cadre d’évènements majeurs en France tels que la présidence française de l’Union européenne, les élections présidentielles et législatives en 2022 et les Jeux Olympiques de Paris 2024 qui sont autant d’opportunités contextuelles à exploiter pour des attaquants. L’évolution de l’écosystème cybercriminel est marquée par une professionnalisation et une spécialisation constantes, cause et conséquence de la maturité et des gains financiers acquis par ses acteurs. Les rançongiciels vendus en tant que service (RaaS) et les entreprises peu regardantes qui offrent à des acteurs malveillants des capacités d’hébergement (Bullet Proof Hosters) en sont une parfaite illustration. Les acteurs cybercriminels adoptent également des modes opératoires semblables à ceux d’acteurs soutenus par des gouvernements, en préparant minutieusement leurs opérations, en persistant sur les réseaux de leurs victimes pendant de longues périodes à la recherche de ressources d’intérêt et parfois en exploitant des vulnérabilités inconnues 0-Day. Par ailleurs, cette mise à disposition d’outils et services malveillants prêts à l’emploi pourrait profiter à d’autres types d’attaquants, notamment motivés idéologiquement tels que les hacktivistes. Les attaquants étatiques s’inspirent également des méthodes cybercriminelles en s’appropriant des codes et outils traditionnellement utilisés par les attaquants cybercriminels tels que des rançongiciels ou des techniques d’hameçonnage. Pour se dissimuler, ils exploitent des outils légitimes présents sur les réseaux des victimes, échappant ainsi à la détection (selon la technique du living-off-the-land - LotL). Cette porosité entre différents profils d’attaquants complique la caractérisation des activités malveillantes. Le développement de capacités offensives par des entreprises privées telles que NSO Group rendent accessibles des capacités parfois de pointes à des acteurs n’ayant pas les moyens de les développer ou souhaitant maintenir une possibilité de déni plausible. Cette mise à disposition de capacités avancées parfois très sophistiquées participe à la hausse générale du niveau de menace en multipliant ses sources et en favorisant un usage décomplexé des cyberattaques. Si les attaques à finalité lucrative ont occupé la scène médiatique, elles ne doivent pas occulter les campagnes d’espionnage, par essence moins visibles, et celles conduites dans un objectif de sabotage informatique. L’espionnage informatique reste la principale finalité poursuivie par les attaquants étatiques et constitue l’essentiel de l’activité traitée dans le cadre des opérations de cyberdéfense conduites par l’ANSSI. Dans certains cas, l’espionnage informatique peut être facilité par la mise en place ou le détournement de dispositifs juridiques. Le ciblage d’infrastructures critiques reste également une préoccupation majeure. Plusieurs acteurs cybercriminels ont ainsi ciblé sur le territoire français des hôpitaux à l’aide de rançongiciels paralysant l’activité de structures vitales. La multiplication des opérations de démantèlement, les arrestations de réseaux cybercriminels menées par le biais de coopérations internationales ainsi que les prises de position de plusieurs États, notamment les États-Unis, semblent avoir eu un effet sur le ciblage des infrastructures critiques. Les cybercriminels pourraient ainsi éviter de compromettre volontairement ce type de structure dans un avenir proche. Cependant leur ciblage par des acteurs réputés étatiques devrait se poursuivre en partie en cas de tensions géopolitiques fortes comme entre Israël et l’Iran où plusieurs infrastructures critiques ont fait l’objet d’attaques informatiques (approvisionnement en eau, en énergie). Des entités françaises implantées à l’étranger pourraient ainsi être des victimes collatérales de ce type d’opérations. Enfin, des attaques informatiques mises à profit d’opérations d’influence et de déstabilisation sont à anticiper notamment à l’approche d’évènements majeurs en France. En effet, de plus en plus d’opérations informationnelles 9 mars 2022 Page 3 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 s’appuient sur des compromissions informatiques permettant d’exfiltrer des documents et d’obtenir des accès initiaux, à l’image de la campagne « Ghostwriter ». Cette campagne a été attribuée à la Russie par de nombreux partenaires de l’ANSSI et a touché, entre autres, la Pologne et l’Allemagne en 2021. Que ce soit dans le cadre d’opérations d’extorsion, d’espionnage, d’influence ou de déstabilisation, les attaquants bénéficient pleinement de la fragilité des infrastructures numériques. L’année 2020-2021 a ainsi vu une explosion du nombre de vulnérabilités 0-Day exploitées, majoritairement par des acteurs étatiques, mais également par quelques groupes cybercriminels notamment au cours de l’attaque du 2 juillet 2021 contre le fournisseur de solution d’administration à distance Kaseya. Ce dernier exemple rappelle également qu’une attention particulière doit être accordée aux attaques ciblant la chaine d’approvisionnement (supply chain), une méthode particulièrement prisée par les attaquants. Cette tendance présente des risques de propagation rapide depuis un éditeur de logiciels ou une entreprise de services numériques ciblés, avec un risque de compromission en cascade. Les attaquants ont également su tirer profit des nouveaux usages numériques souvent mal maitrisés tels que le Cloud à des fins lucratives et d’espionnage. La multiplication des attaques informatiques a conduit à une explosion des fuites de données notamment personnelles. Qu’elles soient issues de divulgations effectuées par des opérateurs de rançongiciels, d’opérations de déstabilisation ou de revente d’informations par des cybercriminels, ces données alimentent un cercle vicieux. En effet, elles facilitent de nombreuses attaques informatiques en fournissant des portes d’entrée aux attaquants. La propagation rapide à l’ensemble d’un système d’information peut être entravée par deux mesures de défense principales : • la protection des administrateurs systèmes, en particulier pour les domaines Active Directory. Leurs comptes d’administration ne doivent idéalement jamais être utilisés pour un usage de navigation internet, de messagerie ou de bureautique; • la segmentation réseau stricte, limitant les possibilités de flux entre des zones dédiées à des usages différents (par exemple selon les métiers, les emprises géographiques ou la typologie des machines). L’utilisation de gestionnaires de mot de passe, l’activation généralisée de l’authentification à multiples facteurs et une sensibilisation des utilisateurs aux mots de passe forts pourraient réduire significativement les possibilités des attaquants. Une révision des politiques de mise à jour au sein des organisations et le cloisonnement des réseaux permettraient également de ralentir voire éviter de nombreuses attaques informatiques. L’ANSSI vous invite à consulter les guides « Recommandations relatives à l’authentification multifacteur et aux mots de passe » (https://www.ssi.gouv.fr/administration/guide/recommandationsrelatives-a-lauthentification-multifacteur-et-aux-mots-de-passe/) et « Attaques par rançongiciels, tous concernés - Comment les anticiper et réagir en cas d’incident » (https://www.ssi.gouv. fr/administration/guide/attaques-par-rancongiciels-tous-concernes-comment-les-anticiperet-reagir-en-cas-dincident/). 9 mars 2022 Page 4 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 1. Des acteurs offensifs aux capacités en constante progression 1.1. Cybercriminalité : spécialisation et professionnalisation des acteurs À l’image de la criminalité organisée traditionnelle, la cybercriminalité constitue un réseau économique associant des fournisseurs de services spécialisés dont les membres collaborent plus ou moins étroitement en fonction des opportunités et des objectifs du moment. Cette organisation est à la fois la cause et la conséquence de la maturité qu’a atteint l’écosystème cybercriminel, alimenté directement par ses gains financiers, estimés à plus d’un milliard d’euros par an. Cet écosystème s’est spécialisé autour d’une galaxie de métiers et de rôles correspondant souvent aux différentes étapes d’une attaque informatique. Les acteurs cybercriminels se spécialisent ainsi en fournisseurs de services proposant des codes malveillants, des infrastructures d’anonymisation, des accès à des réseaux compromis (Access Broker), des réseaux de machines zombies botnet, des services d’envoi de pourriels ou encore de blanchiment d’argent. Très peu de groupes cybercriminels possèdent en interne l’ensemble de ces compétences. Ces groupes sont cependant susceptibles de fournir plusieurs types de services à l’image d’Evil Corp qui opère à la fois des rançongiciels depuis 2017 et distribue la porte dérobée Dridex [1] [2]. Fig. 1.1. – Chaîne d’infection récapitulative associée au groupe cybercriminel Lockean. Cette spécialisation et ces offres de services entrainent une multiplication des chaînes d’infection potentielles et compliquent leur détection et leur suivi. Toutefois, certains services malveillants à l’image d’Emotet [3] ou encore Cobalt Strike deviennent des codes ou des nœuds d’infrastructures très répandus dont le suivi et le blocage permettent ainsi d’arrêter une attaque dès les premières étapes de la chaine d’infection. Les Bullet Proof Hosters (« Hébergeurs pare-balles ») illustrent aussi parfaitement ce phénomène de spécialisation. Ces hébergeurs sont ainsi particulièrement conciliants vis-à-vis de leurs clients, en fournissant des services largement utilisés par des acteurs malveillants. Ces hébergeurs se caractérisent par : • une politique de Know Your Client (KYC) inexistante; 9 mars 2022 Page 5 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 • un paiement en cryptomonnaies; • l’offre fréquente d’un service de changement de DNS très rapide ou DNS Fast Flux ; • un contrôle inexistant voire la promotion explicite d’activités malveillantes; • un hébergement des infrastructures dans des juridictions hors d’atteinte des traités de coopération judiciaire. Ces hébergeurs « pare-balles » sont utilisés par de nombreux groupes cybercriminels pour louer des ressources techniques. Plusieurs d’entre eux ont fait l’objet d’investigation en source ouverte comme Yalishanda [4], Dr. Samuil [5] , CCWeb ou encore BraZZZerS [6]. Commentaire : Un blocage préventif de leurs sous-réseaux voire des systèmes autonomes correspondant (Autonomous Systems - AS) peut améliorer grandement la sécurité d’une organisation. Cependant, des effets de bord sont possibles. Les rançongiciels et notamment ceux vendus en tant que service (Ransomware-a-a-Service - RaaS) illustrent également ces phénomènes de spécialisation et professionnalisation de l’écosystème cybercriminel. Ils font intervenir un ensemble de groupes et de personnes, parfois spécifiquement recrutées en fonction de leurs compétences à l’instar de FIN7 [7]. Un revendeur d’accès ou access broker peut ainsi procéder à des scans de vulnérabilités pour identifier des cibles potentielles, en moyenne dans un délai de 48 h après la divulgation d’une vulnérabilité et d’une méthode d’exploitation. Ce revendeur peut également opérer un service d’hameçonnage ciblé ou non qui reste le vecteur de primo-infection le plus courant. Les accès ainsi obtenus sont partagés à d’autres attaquants, disposant par exemple d’expertise dans la latéralisation au sein de réseaux gérés par les annuaires Active Directory, composants critiques des systèmes d’informations. Une fois les ressources d’intérêt identifiées et exfiltrées, le chiffrement du parc informatique peut être lancé grâce au rançongiciel mis à disposition par les opérateurs du rançongiciel. En 2021, l’ANSSI a suivi en moyenne une quarantaine de rançongiciels différents. Ciblant l’ensemble des secteurs d’activité, cette menace reste majoritairement opportuniste et recherche des cibles peu sécurisées, disposant de ressources financières importantes et ne supportant pas de rupture d’activité. Il existe toutefois des subtilités dans le ciblage. Si certains groupes cherchent à maximiser leur profit en ciblant le plus de victimes possible, d’autres ne ciblent que de grandes sociétés particulièrement rentables dans le cadre d’opérations dites de Big Game Hunting. Ces variations se retrouvent également dans la rapidité de la chaine d’infection, de la phase de déploiement et de chiffrement. Certains groupes d’attaquants cybercriminels peuvent cependant rester plusieurs jours ou plusieurs semaines dans les réseaux de leurs victimes afin d’identifier les ressources clés, d’en étudier le contenu avant exfiltration et menace de publication pour exercer une pression supplémentaire lors de la phase d’extorsion et de négociation de la rançon. Fig. 1.2. – Statistiques concernant les attaques par rançongiciels traitées par l’ANSSI en 2020 et 2021. 9 mars 2022 Page 6 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 Fig. 1.3. – Répartition des entités victimes d’attaques par rançongiciel dans le cadre des incidents traités par l’ANSSI en 2020. Fig. 1.4. – Répartition des entités victimes d’attaques par rançongiciel dans le cadre des incidents traités par l’ANSSI en 2021. La multiplication des méthodes d’extorsion et des moyens de chantage mis en œuvre par les cybercriminels témoigne également de leur professionnalisation. Ces derniers n’hésitent pas à associer à la menace de divulgation de données exfiltrées, du chantage au DDoS 1 , du harcèlement téléphonique ou encore des prises de contact avec des médias, des partenaires ou des clients de la victime, ce qui s’apparente à une certaine forme de « Name & Shame ». Le ciblage de certains groupes pourrait évoluer pour éviter la compromission d’infrastructures critiques ou d’institutions publiques importantes. L’état d’urgence énergétique déclaré à la suite de la compromission de l’entreprise américaine Colonial Pipeline par le rançongiciel DarkSide [8] en mai 2021 et l’élévation du niveau d’alerte associé 1. Principe consistant à menacer une victime de réaliser des attaques répétées par déni de service à l’encontre de ses services en ligne si elle ne paye pas la rançon. 9 mars 2022 Page 7 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 aux rançongiciels à un niveau équivalent à celui du terrorisme aux États-Unis [9] en juin 2021 ont marqué un tournant dans la prise en compte de cette menace à l’échelle internationale. Les moyens mis en œuvre par les forces de sécurité ont décuplé et les actions coup de poing se sont multipliées au cours de l’année 2021 : démantèlements de botnets, arrestations d’affiliés, récupérations de rançons, etc. Ainsi, l’ANSSI estime que seuls les groupes d’attaquants en capacité de se mettre hors de portée des forces de sécurité, parfois grâce à la protection d’États, continueront à mener ce type d’attaques contre des organisations de dimension internationale. D’autres opérateurs de rançongiciels pourraient en réponse s’orienter vers du « simple » chantage à la divulgation d’informations exfiltrées. Toutefois, le réinvestissement des gains accumulés par les cybercriminels leur permettra très probablement d’acquérir de nouvelles capacités, compétences et outils adaptés à d’autres environnements techniques sur lesquels les capacités d’investigation peuvent être moins développées, comme Linux ou encore l’Internet des Objets (Internet of Things ou IoT). 1.2. Des acteurs étatiques de moins en moins identifiables Depuis quelques années, l’ANSSI observe une convergence des méthodes et outils utilisés par plusieurs profils d’acteurs malveillants. Les acteurs étatiques utilisent désormais de manière plus courante des outils non-marquants, tels que Cobalt Strike, largement utilisés dans l’écosystème cybercriminel. Ce fut notamment le cas lors de la campagne d’espionnage contre des entités françaises en 2021 et mettant en œuvre le mode opératoire APT31 [10]. Ce phénomène n’est pas nécessairement organisé ou issu d’un rapprochement entre ces deux types d’acteurs bien que certains services de renseignements soient parfois accusés de liens avec des cybercriminels. Une autre tendance observée est le partage d’outils entre différents modes opératoires réputés liés à des États. C’est notamment le cas de ShadowPad 2 qui est utilisé par plusieurs modes opératoires d’attaquants (MOA) , plus particulièrement APT41 et Tonto Team [11] . Cette utilisation partagée d’un même outil, qui suggère une coopération entre différents MOA ou l’existence d’un fournisseur commun, complique nécessairement la caractérisation des activités et leur imputation à un MOA particulier. Cette utilisation partagée a également été observée avec PlugX [12] . Comme de nombreux cybercriminels, des attaquants de niveau étatique ont recours à la technique du living-offthe-land (LOTF) qui consiste à utiliser des outils déjà présents sur le réseau de la victime, notamment des outils d’administration comme PowerShell, pour arriver à leurs fins. Ainsi, ils sont plus difficiles à détecter car ils n’utilisent peu ou pas d’outils caractéristiques d’activités malveillantes. Outre une rationalisation des coûts, ce recours à des outils non-signants, partagés ou exploités depuis le réseau de la victime, permet également de nier de façon plausible toute implication en ne permettant pas une caractérisation précise des activités. C’est particulièrement le cas lors de l’emploi de rançongiciels par des modes opératoires étatiques à des fins lucratives et non de sabotage. À ce titre, plusieurs groupes d’attaquants supposément liés aux intérêts nord-coréens emploieraient des rançongiciels à des fins lucratives tandis que d’autres utiliseraient ce type de code afin d’effacer leurs traces ou dissimuler leur véritable objectif. En corollaire de cet emprunt de techniques cybercriminelles par des acteurs étatiques, les cybercriminels montent également en compétence atteignant un niveau de sophistication parfois comparable à celui d’attaquants de niveau étatique. Les gains financiers accumulés lors de précédentes opérations leur permettraient des opérations plus ambitieuses et plus longues. Certains groupes cybercriminels sont également en mesure de découvrir et d’exploiter des vulnérabilités inconnues ou 0-Day, qui étaient historiquement l’apanage de groupes dits étatiques ou d’entreprises spécialisées [13]. Cette porosité entre différents profils d’attaquants peut également profiter à d’autres catégories d’attaquants, notamment les hacktivistes. Un premier cas d’utilisation d’un rançongiciel à des fins hacktivistes a été identifié en Inde en 2021 : le rançongiciel Sarbloh a été utilisé dans le contexte d’une protestation contre une réforme agraire du gouvernement [14]. 2. Plateforme d’attaque modulaire permettant d’ouvrir et maintenir un accès distant à un système compromis. 9 mars 2022 Page 8 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 1.3. Des capacités privées qui se développent rapidement La récente actualité liée aux révélations sur les cibles des clients du système Pegasus commercialisé par la société israélienne NSO Group a permis une réelle prise de conscience de la menace que peuvent représenter certaines entreprises privées. Pourtant le marché existe depuis plus d’une décennie et les entreprises qui y prennent part sont aussi bien implantées que discrètes sur leurs activités et leur clientèle. Plusieurs offres de services sont possibles : des outils clé en main, de l’expertise humaine ou encore des capacités telles que des méthodes d’exploitation de vulnérabilités 0-Day. Si ces services sont généralement réservés à des clients étatiques dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, les dernières révélations suggèrent un dévoiement de l’utilisation de ces outils à des fins d’espionnage stratégique et politique à l’encontre d’autres cibles telles que des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme et de hauts responsables [15] ainsi que d’entreprises détenant des données à caractère personnel comme des opérateurs de communications électroniques ou des entreprises du secteur des transports. Ces services varient de l’utilisation d’applications vérolées en passant par celle d’outils d’attaques plus sophistiqués comme CobaltStrike, jusqu’à l’exploitation de vulnérabilités 0-Day sans interaction nécessaire de la cible (0-Click). Enfin, le recours à une tierce partie, a fortiori privée, peut générer un certain sentiment d’impunité qui peut expliquer le ciblage décomplexé de certains commanditaires. Le développement et la multiplication de ce type d’entreprises augmentent également le risque qu’elles fassent ellesmêmes l’objet d’attaques informatiques amenant à la divulgation d’outils d’attaques potentiellement sophistiqués et à leur prolifération. Pour mémoire, ce fut notamment le cas de la société italienne Hacking Team victime d’une exfiltration de données et d’outils en 2015. Ces outils ont été exploités jusqu’en 2020 par des acteurs réputés liés à des États et des cybercriminels. Enfin, ces services parfois très sophistiqués peuvent fournir à de nouveaux commanditaires (étatiques ou non) les moyens de mener des attaques informatiques sans avoir à développer leurs propres capacités et compétences. 2. Des intentions d'espionnage et de sabotage peu visibles, mais toujours préoccupantes Si les attaques à finalité lucrative ont occupé le devant de la scène au cours des derniers mois, il est important de rappeler que l’espionnage reste la première finalité poursuivie avec les tentatives de déstabilisation et les actions de sabotage informatiques. 2.1. L’espionnage reste la première finalité poursuivie, notamment en France La menace d’espionnage stratégique demeure une constante à prendre en compte; elle touche autant les acteurs institutionnels que privés. La France est particulièrement ciblée par cette menace comme en témoignent les campagnes d’attaques mettant en œuvre les modes opératoires Sandworm [16], Nobelium [17] ou encore APT31 [10] en 2020-2021. En 2021, sur les 17 opérations de cyberdéfense traitées par l’ANSSI, 14 étaient liées à des opérations d’espionnage informatique, impliquant pour 9 d’entre elles des modes opératoires réputés chinois. De même, sur 8 incidents majeurs, 5 concernent des MOA réputés chinois. Le détournement de cadres juridiques étrangers liés à la cybersécurité peut également faciliter ces actions d’espionnage visant à capter des données à caractère personnel des citoyens français et/ou des données appartenant à des entreprises françaises implantées à l’étranger. Si les dispositifs législatifs relatifs à la cybersécurité se multiplient dans le monde, plusieurs cas de détournement à des fins d’espionnage de dispositifs légaux sans lien avec la cybersécurité ont été rapportés ou soupçonnés. Ainsi certaines versions du logiciel GoldenTax, imposé en Chine, ont embarqué une porte dérobée permettant un accès furtif aux systèmes d’information de plusieurs entreprises [18]. De plus, l’extraterritorialité de certaines législations étrangères en matière de sécurité nationale 3 , une notion 3. ITAR, FISA ou le Cloud Act par exemple, ou encore loi sur le renseignement en république Populaire de Chine. 9 mars 2022 Page 9 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 susceptible d’interprétation large, fait peser un risque supplémentaire sur la confidentialité des données et sur la disponibilité des infrastructures numériques. Cette menace de détournement est susceptible de se multiplier à mesure que les États s’emparent des problématiques cyber au travers de moyens législatifs et règlementaires. 2.2. Le ciblage d’infrastructures critiques à des fins de sabotage demeure une menace constante Des secteurs extrêmement critiques comme celui de l’eau en Israël et du transport aux États-Unis ont également fait l’objet d’attaques informatiques menées dans des objectifs de prépositionnement et sabotage. En avril 2020, plusieurs installations critiques de gestion de l’eau et des eaux usées en Israël ont ainsi été la cible d’attaques coordonnées mais aux conséquences limitées, ultérieurement attribuées à l’Iran [19]. En février 2021, un avis de sécurité conjoint du CISA, FBI, ISAC et EPA [20] indiquait que des attaquants avaient réussi à accéder au système industriel d’une usine de traitement de l’eau potable en Floride. Ils auraient manipulé le niveau d’hydroxyde de sodium dans une potentielle tentative d’empoisonnement. Les attaquants ont notamment tiré parti de la faiblesse des mots de passe utilisés - les mêmes sur plusieurs interfaces et systèmes - et auraient exploité des vulnérabilités de Windows 7. Le secteur du transport aérien a également fait l’objet d’attaques informatiques à des fins de prépositionnement. En août 2020, une alerte conjointe du CISA et du FBI indiquait que des actions de reconnaissance étaient menées par des acteurs soutenus par des États dans le secteur aérien. Ces actions menées dans un objectif de prépositionnement comprenaient notamment des recherches de vulnérabilité ainsi que des tentatives de récupération d’identifiants et mots de passe. L’attaque par sabotage informatique contre le port iranien de Shahid Rajaee de mai 2020, quant à elle, a été attribuée aux autorités israéliennes en représailles de l’attaque contre le système d’eau israélien en avril 2020 [19]. Cette attaque aurait stoppé les systèmes de régulation des flux de cargos et marchandises, entrainant la congestion du trafic à l’entrée du port pendant plusieurs jours. Le ciblage d’infrastructures critiques par des acteurs de niveau étatique devrait continuer, plus particulièrement dans le cadre de tensions géopolitiques exacerbées. Ces acteurs sont également susceptibles d’instrumentaliser des groupes cybercriminels afin de maintenir une possibilité de déni plausible. 2.3. Des attaques informatiques mises à profit d'opérations d'influence et de déstabilisation Les opérations d’influence et de déstabilisation ne se limitent plus à la simple création de contenus et à la recherche voire la compromission de relais pour en amplifier la diffusion. De plus en plus d’opérations informationnelles s’appuient sur des compromissions informatiques permettant d’exfiltrer des documents authentiques et d’obtenir des accès initiaux à des systèmes d’informations. Ces documents et accès sont ultérieurement utilisés dans le cadre d’opérations, à l’image de la campagne Ghostwriter attribuée à la Russie par l’Allemagne [21] et l’Union européenne [22] et à la Biélorussie par l’éditeur de sécurité FireEye [23]. Les documents exfiltrés peuvent être divulgués en l’état ou modifiés avant diffusion. Le phénomène n’est pas nouveau mais appelle à une vigilance particulière à l’approche d’échéances électorales majeures en France en 2022. 9 mars 2022 Page 10 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 3. De nombreuses faiblesses exploitées 3.1. Exploitation massive de vulnérabilités par différents profils d’acteurs malveillants Encore trop d’organisations n’appliquent pas à temps les correctifs publiés par les éditeurs de logiciel et offrent aux attaquants un vecteur d’infection initiale relativement aisé à mettre en œuvre sur les systèmes exposés sur Internet. Dès la mise à disposition d’une méthode d’exploitation, en l’espace de quelques jours voire de quelques heures, l’exploitation de vulnérabilités peut être industrialisée notamment grâce à l’identification d’instances vulnérables par le biais de scans massifs et servir des finalités diverses, depuis l’espionnage informatique jusqu’à des attaques à finalité lucrative. C’est notamment le cas des vulnérabilités Exchange dont l’exploitation par de nombreux modes opératoires a fait l’objet de nombreuses publications. L’exploitation de vulnérabilités sur des équipements réseaux (notamment PulseSecure et Citrix) sont communes et permettent régulièrement des attaques par rançongiciel. Quelques vulnérabilités majeures (Exchange, Log4j, PulseSecure) ont particulièrement marqué l’année 2020-2021. Elles ont pleinement mobilisé l’ANSSI et ses bénéficiaires pour s’assurer de leur correction. Il est à noter que ces vulnérabilités majeures ont touché le monde entier. Elles se retrouvent ainsi dans le classement de l’agence homologue de l’ANSSI aux États-Unis, la CISA. Ces vulnérabilités continueront probablement d’être exploitées dans les mois à venir. Fig. 3.1. – Vulnérabilités les plus exploitées en 2020 dans le cadre des incidents traités par l’ANSSI et la CISA4 . 4. Pour mémoire, la CISA (Cybersecurity and Infrastructure Security Agency) est l’agence fédérale américaine en charge de la coordination des actions de cyberdéfense des États-Unis. 9 mars 2022 Page 11 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 Fig. 3.2. – Vulnérabilités les plus exploitées en 2021 dans le cadre des incidents traités par l’ANSSI et la CISA. L’année 2020-2021 a également vu l’explosion du nombre de vulnérabilités 0-Day activement exploitées. Selon l’équipe d’analyse de la menace de Google Threat Analysis Group (TAG) en juillet 2021, 33 vulnérabilités de ce type avaient été exploitées avant la mise à disposition d’un correctif, contre 25 en 2020 et 20 en 2019. Plusieurs phénomènes expliquent cette explosion : l’amélioration de la détection et des efforts de partage d’information, mais aussi l’augmentation des capacités techniques des attaquants potentiellement soutenue par le développement de l’écosystème des entreprises commercialisant ce type de vulnérabilités. Le détournement de la législation chinoise sur les vulnérabilités, qui contraint les entreprises à signaler les vulnérabilités aux autorités chinoises, laisse craindre une identification facilitée de vulnérabilités 0-Day par des groupes d’attaquants chinois. Fig. 3.3. – Évolution du nombre de vulnérabilités 0-Day exploitées entre 2014 et juillet 2021 selon Google TAG [24] 9 mars 2022 Page 12 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 Si aucun produit logiciel ou matériel n’est imperméable aux vulnérabilités, des mesures existent pour compliquer et éviter leur exploitation à grande échelle. Outre des échanges plus nombreux au sein des communautés dédiées notamment lors de la divulgation d’une méthode d’exploitation, une application prioritaire des correctifs sur les systèmes exposés sur Internet, ou à défaut la mise en œuvre de mesures de contournement, doit être envisagée. De manière générale, minimiser les possibilités de rebond depuis un serveur hébergeant un applicatif vers un réseau interne passe par un filtrage sortant strict et par le maintien à jour de l’inventaire des comptes de service utilisés. Ces comptes doivent également minimiser leurs privilèges valables à l’échelle du réseau interne. Dans le cas d’un Active Directory, cela signifie que ces comptes ne doivent pas avoir de privilèges de type « Administrateur du domaine », mais être limités : • idéalement à des privilèges d’utilisateurs standard; • de manière exceptionnelle à des privilèges d’administration locaux valables uniquement sur les serveurs hébergeant le produit. L’ANSSI vous invite à consulter les guides « Cartographie du système d’information » (https://www.ssi. gouv.fr/administration/guide/cartographie-du-systeme-dinformation/), « Guide d’hygiène informatique » (https://www.ssi.gouv.fr/administration/guide/guide-dhygiene-informatique/) ainsi que l’analyse des « 10 vulnérabilités les plus observées par l’agence en 2021 » (https://www.cert.ssi. gouv.fr/actualite/CERTFR-2022-ACT-008/). 3.2. L'exploitation à des fins malveillantes des nouveaux usages numériques comme le Cloud Amorcé depuis plusieurs années, le recours aux services de Cloud s’est particulièrement accéléré au cours des deux dernières années dans les secteurs public et privé, la crise sanitaire ayant agi comme un catalyseur. Cette généralisation augmente mécaniquement le niveau de menace pesant sur ses utilisateurs. En effet, des défauts de sécurisation des données ou de conteneurs sont encore trop souvent rapportés. Entre octobre 2020 et février 2021, Palo Alto a ainsi détecté plus de 2100 instances cloud non sécurisées et aisément accessibles [25]. La puissance de calcul qu’offrent les instances cloud représente également une cible d’intérêt pour des attaquants qui chercheraient à la détourner à leur profit, notamment pour du minage de cryptomonnaies. Le groupe cybercriminel « TeamTNT » s’est ainsi spécialisé dans le ciblage d’environnements cloud à des fins de cryptominage [26], tout comme le groupe « Rocke », réputé chinois, s’est spécialisé dans le cryptominage clandestin sur des serveurs cloud. Il exploite ainsi des vulnérabilités sur ces serveurs, qui permettent d’installer une porte dérobée à partir de laquelle les attaquants déploient des cryptomineurs, mettent fin à d’éventuels autres processus de cryptominage antérieurs et empêchent l’installation de nouveaux codes malveillants [27]. Le Cloud offre par ailleurs des moyens de propagation sans code malveillant au sein du système d’information ciblé. En effet, de nombreux services de partage de documents et de travail collaboratif permettent une reconnexion facile des utilisateurs sur leurs services, après une authentification initiale. Le même jeton d’authentification peut être utilisé pour tous les matériels d’un utilisateur. Une menace grandissante concerne l’accès à ces jetons d’authentification, les attaquants tentant de récupérer ces derniers par ingénierie sociale. Une fois intercepté et copié par un attaquant, le jeton peut être utilisé depuis un autre appareil sans être détecté. Une autre technique de vol de jeton consiste à installer sur le système de fichier de la cible un jeton connecté à un compte contrôlé par l’attaquant. Lorsque la victime procède à la synchronisation automatique de son dossier dans le Cloud, elle le fait alors avec le dossier de l’attaquant et non le sien. L’attaquant peut ainsi récupérer le jeton authentique et le réutiliser à distance et discrètement, tout en effaçant les traces de sa compromission [28]. 9 mars 2022 Page 13 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 L’ANSSI vous invite à consulter les guides « Recommandations relatives à l’authentification multifacteur et aux mots de passe » (https://www.ssi.gouv.fr/administration/guide/recommandations-relativesa-lauthentification-multifacteur-et-aux-mots-de-passe/) et « Recommandations pour la sécurisation de la mise en œuvre du protocole OpenID Connect » (https://www.ssi.gouv.fr/administration/ guide/recommandations-pour-la-securisation-de-la-mise-en-oeuvre-du-protocole-openidconnect/). Le Cloud peut être également source de contraintes et difficultés dont les utilisateurs ne sont pas forcément conscients. Le manque de maitrise de l’infrastructure et la forte dépendance au fournisseur de services, ainsi que des modalités de partage de responsabilité parfois opaques peuvent constituer un obstacle supplémentaire dans l’éventualité d’une compromission. Les difficultés d’intervention et d’investigation, de détection et de remédiation doivent donc être prises en compte. Bien évidemment, les principes et les bonnes pratiques de sécurité s’appliquent également aux technologies Cloud, notamment en ce qui concerne les mesures de cloisonnement, d’authentification, de journalisation, d’administration ou encore d’externalisation. Il est également rappelé la pertinence d’une démarche de maîtrise des risques (comme EBIOS RISK MANAGER) dans ce contexte. Enfin, les aspects juridiques et contractuels peuvent être une source de menace supplémentaire. La localisation des données et l’extraterritorialité de certaines législations peuvent avoir des conséquences en matière de protection des données et de souveraineté. La prépondérance d’acteurs étrangers supplémentaires sur le marché européen pourrait augmenter la menace juridique associée au Cloud. Face à ces risques, l’ANSSI a créé dès 2016 la qualification de sécurité « SecNumCloud » à destination des prestataires de Cloud. En octobre 2021, une version mise à jour de ce référentiel d’exigences a été publiée sur le site de l’ANSSI pour appel à commentaires. Le futur schéma de qualification SecNumCloud prévoit notamment des exigences organisationnelles et techniques visant à se prémunir des lois à portée extraterritoriale qui permettraient à un pays non européen d’accéder à tout ou partie des données et des traitements hébergés par un offreur. 3.3. Des attaques indirectes via la supply chain de plus en plus courantes Cette technique est éprouvée et exploitée par plusieurs acteurs étatiques et des cybercriminels depuis au moins 2016. Toutefois, l’ensemble de la communauté cyber observe une tendance largement à la hausse du recours à cette technique d’attaque indirecte. Selon l’ENISA, entre janvier 2020 et juillet 2021, 24 attaques sur la supply chain ont été rapportées et documentées [29]. Cette méthode présente un risque de propagation rapide d’une attaque qui peut parfois concerner un secteur d’activité entier ou une zone géographique précise notamment lorsque l’attaque cible une entreprise de service numérique (ESN) locale ou spécialisée dans un secteur d’activité particulier. Fig. 3.4. – Comparatif des types d’incidents traités par l’ANSSI et affectant les ESN en 2020 et 2021. 9 mars 2022 Page 14 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 Cette opportunité continuera à se présenter notamment avec la numérisation croissante de la supply chain. Au niveau européen, la France plaide donc en faveur d’une imposition d’exigences de sécurité aux acteurs incontournables du numérique que sont les ESN dans le cadre de la révision de la directive NIS (Network and information Security) afin de limiter l’effet domino que pourrait entrainer leur compromission. 3.4. Faible sécurisation des données entrainant des leaks massifs Ces divulgations peuvent être classées en quatre grandes catégories : les divulgations de données dans le cadre d’attaques par rançongiciel; les divulgations motivées idéologiquement (hacktivisme) [30] ou dans le cadre d’opérations de déstabilisation [31]; les divulgations de données à des fins de revente; et enfin les divulgations par négligence. Ces divulgations peuvent en outre être réutilisées pour mener des attaques via la supply chain et pour mener des campagnes de hameçonnage. Elles peuvent conduire à une atteinte au secret des affaires voire à la sécurité nationale, lorsque des données d’entreprises (contrats, clients, etc.) ou classifiées sont publiées. Les conséquences en matière de réputation sont souvent majeures. La valeur accordée aux données par les États, les entreprises privées, les acteurs cybercriminels ou toute autre catégorie d’acteur conduira les attaquants à poursuivre ces divulgations. Une veille régulière à l’image de celles opérées dans le cadre d’une démarche d’intelligence économique peut permettre d’identifier au plus tôt ces divulgations. Des services gratuits en ligne (HaveIbeenPwned par exemple) permettent également de vérifier si une adresse courriel, un identifiant ou un mot de passe ont déjà fait l’objet d’une divulgation. Ces outils sont toutefois utilisés de manière réactive ou post mortem et doivent être complétés et précédés par une sensibilisation aux mots de passe forts, à l’usage systématique de gestionnaires de mot de passe et l’activation généralisée de procédés d’authentification à multiples facteurs. 4. Conclusion Dans les prochains mois, de nouvelles opportunités se présenteront aux attaquants notamment en France. Les intentions associées seront hétérogènes, allant de la déstabilisation à l’influence en passant par l’espionnage et le gain financier. Si l’exploitation de vulnérabilités 0-day reste imprévisible, les élections législatives et présidentielles de 2022 ainsi que la tenue de la coupe du monde rugby en 2023 et des Jeux olympiques en France en 2024 seront autant d’évènements que les attaquants chercheront à exploiter. Les cibles potentielles sont multiples et présentent des niveaux de maturité en sécurité des systèmes d’information très variables - médias, partis politiques, organisations gouvernementales et publiques, think tanks, entreprises du numérique, opérateurs critiques, etc. - et appellent à une vigilance particulière de l’ensemble des parties prenantes. 9 mars 2022 Page 15 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 A. Bibliographie [1] CERT-FR. Le Code Malveillant Dridex : Origines et Usages. 25 mai 2020. URL : https://www.cert.ssi.gouv.fr/uploads/CERTFR-2020-CTI-005.pdf. [2] SECURITY AFFAIRS. Evil Corp Rebrands Their Ransomware, This Time Is the Macaw LockerSecurity Affairs. 21 octobre 2021. URL : https://securityaffairs.co/wordpress/123661/cyber-crime/evil-corp-macaw-locker.html. [3] CERT-FR. Le Malware-as-a-Service Emotet. 2 novembre 2020. URL : https://www.cert.ssi.gouv.fr/cti/CERTFR-2020-CTI-010/. [4] KREBS ON SECURITY. Meet the World’s Biggest ‘Bulletproof’ Hoster. 16 juillet 2019. URL : https://krebsonsecurity.com/2019/07/meet-the-worlds-biggest-bulletproof-hoster/. [5] KREBS ON SECURITY. Amid an Embarrassment of Riches, Ransom Gangs Increasingly Outsource Their Work. 9 octobre 2020. URL : https://krebsonsecurity.com/2020/10/amid-an-embarrassment-of-riches-ransom-gangsincreasingly-outsource-their-work/. [6] INTEL 471. Bulletproof Hosting : How Cybercrime Stays Resilient. 23 février 2021. URL : https://intel471.com/blog/bulletproof-hosting-yalishanda-ransomware-banking-trojansinformation-stealers. [7] DEPARTMENT OF JUSTICE. Three Members of Notorious International Cybercrime Group Fin7. 1er août 2018. URL : https://www.justice.gov/opa/pr/three- members- notorious- international- cybercrimegroup-fin7-custody-role-attacking-over-100. [8] BLEEPING COMPUTER. US Declares State of Emergency after Ransomware Hits Largest Pipeline. 10 mai 2021. URL : https://www.bleepingcomputer.com/news/security/us-declares-state-of-emergency-afterransomware-hits-largest-pipeline/. [9] COMPUTERWORLD. US to Give Ransomware Attacks Similar Priority as Terrorism, Official Says. 4 juin 2021. URL : https://www.itnews.com.au/news/us-to-give-ransomware-attacks-similar-priority-asterrorism-official-says-565470. [10] CERT-FR. Campagne d’attaque Du Mode Opératoire APT31 : Description, Contre-Mesures et Code. 15 décembre 2021. URL : https://www.cert.ssi.gouv.fr/cti/CERTFR-2021-CTI-012/. [11] MITRE ATT&CK. ShadowPad Software. 26 avril 2021. URL : https://attack.mitre.org/software/S0596/. [12] MITRE ATT&CK. PlugX Software. 20 juin 2020. URL : https://attack.mitre.org/software/S0013/. [13] THE HACKER NEWS. REvil Used 0-Day in Kaseya Ransomware Attack, Demands $70 Million Ransom. 6 juillet 2021. URL : https://thehackernews.com/2021/07/revil-used-0-day-in-kaseya-ransomware.html. [14] BLEEPING COMPUTER. New Sarbloh Ransomware Supports Indian Farmers’ Protest. 8 mars 2021. URL : https://www.bleepingcomputer.com/news/security/new- sarbloh- ransomware- supportsindian-farmers-protest/. [15] LE MONDE. Comment les services de renseignement français ont traqué Pegasus après les révélations du « Monde ». 19 novembre 2021. URL : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/11/19/comment-le-renseignement-francaisa-traque-pegasus-apres-les-revelations-du-monde_6102638_4408996.html. [16] CERT-FR. Campagne d’attaque Du Mode Opératoire Sandworm Ciblant Des Serveurs Centreon. 15 février 2021. URL : https://www.cert.ssi.gouv.fr/cti/CERTFR-2021-CTI-004/. [17] CERT-FR. Campagnes d’hameçonnage Du Mode Opératoire d’attaquants Nobelium. 6 décembre 2021. URL : https://www.cert.ssi.gouv.fr/cti/CERTFR-2021-CTI-010/. [18] TRUSTWAVE. The Golden Tax Department and the Emergence of GoldenSpy Malware. 25 juin 2020. URL : https://www.trustwave.com/en- us/resources/blogs/spiderlabs- blog/the- golden- taxdepartment-and-the-emergence-of-goldenspy-malware/. 9 mars 2022 Page 16 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE Panorama de la menace informatique 2021 [19] THE WASHINGTON POST. « Cyberattack on Iranian Port Is Attributed to Israel ». 18 mai 2020. URL : https://www.washingtonpost.com/national- security/officials- israel- linked- to- adisruptive- cyberattack- on- iranian- port- facility/2020/05/18/9d1da866- 9942- 11ea- 89fd28fb313d1886_story.html. [20] CISA. Compromise of U.S. Water Treatment Facility. 11 février 2021. URL : https://www.cisa.gov/uscert/ncas/alerts/aa21-042a. [21] INFOSECURITY MAGAZINE. Germany Accuses Russia of Election Meddling Through Cyber-Attacks. 7 septembre 2021. URL : https://www.infosecurity-magazine.com/news/germany-russia-election-meddling/. [22] CONSEIL EUROPÉEN. Declaration by the High Representative on Behalf of the European Union on Respect for the EU’s Democratic Processes. 24 septembre 2021. URL : https://www.consilium.europa.eu/en/press/press- releases/2021/09/24/declarationby-the-high-representative-on-behalf-of-the-european-union-on-respect-for-the-eu-sdemocratic-processes/. [23] FIREEYE. Ghostwriter Update : Cyber Espionage Group UNC1151 Likely Conducts Ghostwriter Influence Activity. 28 avril 2021. URL : https://www.fireeye.com/content/dam/fireeye- www/blog/pdfs/unc1151- ghostwriterupdate-report.pdf. [24] GOOGLE TAG. How We Protect Users from 0-Day Attacks. 14 juillet 2021. URL : https://blog.google/threat-analysis-group/how-we-protect-users-0-day-attacks/. [25] PALO ALTO - UNIT42. Unsecured Kubernetes Instances Could Be Vulnerable to Exploitation. 23 avril 2021. URL : https://unit42.palonetworks.com/unsecured-kubernetes-instances/. [26] INTEZER. Intezer - Attackers Abusing Legitimate Cloud Monitoring Tools to Conduct Cyber Attacks. 8 septembre 2020. URL : https://www.intezer.com/blog/cloud-workload-protection/attackers-abusing-legitimatecloud-monitoring-tools-to-conduct-cyber-attacks/. [27] PALO ALTO NETWORKS. Malware Used by “Rocke” Group Evolves to Evade Detection by Cloud Security Products. 17 janvier 2019. URL : https://unit42.paloaltonetworks.com/malware-used-by-rocke-group-evolves-to-evadedetection-by-cloud-security-products/. [28] HELP NET SECURITY. Beware the Man in the Cloud : How to Protect against a New Breed of Cyberattack. 21 janvier 2019. URL : https://www.helpnetsecurity.com/2019/01/21/mitc-attack/. [29] ENISA. Threat Landscape for Supply Chain Attacks. 29 juillet 2021. URL : https://www.enisa.europa.eu/publications/threat-landscape-for-supply-chain-attacks. [30] ACTU.FR. Cyberattaque de l’AP-HP à Paris : un étudiant mis en examen, les données publiées sur internet. 11 octobre 2021. URL : https://actu.fr/ile- de- france/paris_75056/cyberattaque- de- l- ap- hp- a- paris- unetudiant-mis-en-examen-les-donnees-publiees-sur-internet_45576995.html. [31] ARS TECHNICA. NSA Employee Who Brought Hacking Tools Home Sentenced to 66 Months in Prison. 25 septembre 2018. URL : https://arstechnica.com/tech-policy/2018/09/nsa-employee-who-brought-hacking-toolshome-sentenced-to-66-months-in-prison/. 9 mars 2022 Page 17 sur 18 TLP:WHITE TLP:WHITE 1.9.1 - 9 mars 2022 Licence ouverte (Étalab - v2.0) AGENCE NATIONALE DE LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D’INFORMATION ANSSI - 51 boulevard de la Tour-Maubourg, 75700 PARIS 07 SP www.cert.ssi.gouv.fr / cert-fr.cossi@ssi.gouv.fr SERVICE STATISTIQUE MINISTÉRIEL DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE Analyse N° 44 Mars 2022 La délinquance n’est pas répartie de manière uniforme sur le territoire métropolitain, selon les enregistrements effectués par les services de police et de gendarmerie pour dix grandes catégories de crimes et délits. En 2021, pour chacune de ces catégories, la majorité des actes de délinquance sont commis dans seulement 1 % des communes métropolitaines. La proportion d'actes commis y varie entre 50 % pour les cambriolages de logements ou les coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus commis dans le cadre familial et 85 % pour les vols violents sans arme. À l’inverse, 15 % des communes n’enregistrent aucune de ces catégories d'infraction. Parmi les 10 catégories de crimes et délits retenues ici, les vols avec armes et les vols violents sans arme sont les plus concentrés dans un nombre restreint de communes, tout en étant les moins nombreux au niveau national. Le nombre d’actes de délinquance pour 1 000 habitants est plus élevé dans les villes de plus de 100 000habitants que dans celles de moins de 1 000 habitants, d’un facteur allant de 2 (pour les cambriolages de logement, les violences sexuelles et les coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus commis dans le cadre familial) à 75 (pour les vols violents sans arme). Ainsi, la délinquance est concentrée dans les mêmes communes que la population, notamment les capitales régionales, mais de manière encore plus dense. Les communes où aucun acte de délinquance n’a été enregistré en 2021, pour plusieurs des 10 indicateurs de délinquance retenus, sont situées dans les zones rurales (diagonale nord-est – sud-ouest et massifs montagneux). Néanmoins, dans les communes rurales - qui accueillent un tiers de la population métropolitaine -, les forces de sécurité intérieure ont localisé en 2021 près du quart des violences sexuelles, des coups et blessures volontaires intrafamiliaux ou des cambriolages enregistrés. Géographie de la délinquance à l'échelle communale Cette publication présente une analyse de la délinquance à l’échelle communale pour 10 indicateurs correspondant à des grandes catégories de crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie nationales et suivies usuellement par le SSMSI aux niveaux national et départemental : coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus, en distinguant les violences intrafamiliales des autres, violences sexuelles, vols avec armes, vols violents sans arme, vols sans violence contre des personnes, cambriolages de logement, vols de véhicules, vols dans les véhicules, et vols d’accessoires sur véhicules. Les volumes enregistrés diffèrent fortement entre les dix catégories d’infractions (figure 1) : les cambriolages de logement sont près de 30 fois plus nombreux que les vols avec armes, les vols sans violence contre des personnes le sont 90 fois plus. La délinquance est très concentrée au sein des grandes communes, davantage que ne l’est la population En France métropolitaine, le nombre de communes est de 34 836 au 1er janvier 2021, dont une grande partie de petites communes. 25 014 communes recensent moins de 1 000 habitants au 1er janvier 2019 (plus de 70 % des communes) contre seulement 40 qui en recensent plus de 100 000 (soit 0,1 %). Ainsi, 80 % des plus petites communes concentrent moins de 20 % de la population (figure 2). Les cambriolages constituent la forme de délinquance la mieux répartie entre les communes, pour autant 80 % des communes les moins concernées concentrent seulement 10 % des délits. Pour les vols violents avec ou sans arme, pratiquement aucun fait 20% 40% 50% 60% 80% 90% 99% Population (en %) 1,1 3,6 5,6 8,5 18,8 30,1 64,6 Coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus dans le cadre familial 0 0 0 1,8 8,8 17,7 53,2 Autres coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus 0 0 0 0 3,6 10,1 42,2 Violences sexuelles 0 0 0 0 7,6 18,7 55,0 Vols avec armes 0 0 0 0 0 0 24,5 Vols violents sans arme 0 0 0 0 0 0 13,8 Vols sans violence contre des personnes 0 0 0,5 1,1 3,9 7,9 30,3 Cambriolages de logement 0 0 1,0 2,8 10,3 19,4 53,5 Vols de véhicules 0 0 0 0 5,1 12,6 44,7 Vols dans les véhicules 0 0 0 0 2,9 7,8 34,2 Vols d'accessoires sur 0 0 0 0 4,2 12,5 51,0 Proportion des communes Lecture : les 50 % de communes les moins peuplées totalisent seulement 5,6 % de la population en France métropolitaine, mais une part encore plus faible de faits de délinquance enregistrés par la police et la gendarmerie : au plus 1 % dans le cas des cambriolages. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019. 2 Répartition de la population et des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie entre les communes en 2021 Coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus dans le cadre familial 150 000 Autres coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus 141 100 Violences sexuelles 72 600 Vols avec armes 6 400 Vols violents sans arme 59 700 Vols sans violence contre des personnes 573 900 Cambriolages de logement 186 300 Vols de véhicules 119 500 Vols dans les véhicules 219 300 Vols d'accessoires sur véhicules 76 100 1 Nombre de crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie en 2021 Lecture : En 2021, les services de police et de gendarmerie ont enregistré 150 000 faits de coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus commis dans le cadre familial. Champ : France métropolitaine. Source : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. 3 Délinquance enregistrée pour 1 000 habitants en 2021 en fonction de la taille des communes Lecture : En 2021, dans les communes de plus de 100 000 habitants, en moyenne, 25,9 vols sans violence contre des personnes ont été enregistrés pour 1 000 habitants. Ce taux est de 9,9 pour 1 000 habitants dans les communes de 20 000 à 100 000 habitants. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019. différentes tailles. Le taux pour 1 000 habitants ne varient en effet que du simple au double entre les communes de moins de 1 000 habitants et celles de plus de 100 000 habitants. Par exemple, pour les violences sexuelles, le nombre de victimes pour 1 000 habitants passe de 0,8 dans les communes de moins de 1 000 habitants à 1,5 dans les communes de plus de 100 000 habitants. Pour les coups et blessures volontaires hors cadre familial, le nombre de victimes pour 1 000 habitants passe de 0,8 dans les communes de moins de 1 000habitants à 4,0 dans les communes de plus de 100 000 habitants. Pour les vols de véhicules, ces taux passent de 0,8 à 3,1 entre les communes de moins de 1 000 habitants et celles de plus de 100 000 habitants. Hors unités urbaines, peu de vols sans violence pour 1 000 habitants Parmi les 10 indicateurs retenus dans cette publication pour l’analyse de la Page 2 Interstats Analyse n°44 - Mars 2022 n’est enregistré en 2021 dans 80 % des communes. Par ailleurs, 99 % des communes les moins peuplées concentrent 65 % de la population, alors que 99 % des communes les moins touchées par la délinquance – au sens des 10 indicateurs retenus ici – concentrent seulement entre 14 % (pour les vols violents sans arme) et 55 % (pour les violences sexuelles) des actes correspondants. Le nombre d’actes de délinquance enregistrés pour 1 000 habitants (ou logements pour les cambriolages) est systématiquement plus élevé dans les grandes communes que dans les petites, indiquant que la concentration plus forte de la délinquance par rapport à celle de la population se retrouve dans les mêmes communes. Cette concentration au sein des grandes communes s’observe à des degrés divers selon les types d’actes de délinquance (figure 3). Les vols avec armes, les vols violents sans arme, ou les vols sans violence contre des personnes sont nettement plus caractéristiques des grandes villes que les autres catégories de crimes et délits. Entre les communes de moins de 1 000 habitants et celles de plus de 100 000 habitants, la prévalence de ces trois types de vols est multipliée par 12 pour les vols sans violence contre des personnes, par 75 pour les vols violents sans arme. A contrario, les violences sexuelles, les coups et blessures volontaires intrafamiliaux ou les cambriolages de logement sont répartis de manière relativement plus homogène entre les communes de délinquance à l’échelle communale, trois sont privilégiés pour comparer les unités urbaines1 et les communes hors unités urbaines dans chaque département : les nombres de coups et blessures volontaires intrafamiliaux (sur personnes de 15 ans ou plus) et de vols sans violence contre des personnes pour 1 000 habitants et le nombre de cambriolages pour 1 000 logements. Le nombre de victimes de coups et blessures volontaires intrafamiliaux pour 1 000 habitants est plus élevé dans la majorité des unités urbaines que dans les communes hors unités urbaines dans chaque département (figure 4) : il dépasse dans certaines unités urbaines 5 victimes pour 1 000 habitants. Ce taux est également plus élevé dans le nord (4 à 5 victimes pour 1 000 habitants) et dans une moindre mesure sur la côte méditerranéenne (3 à 4 victimes pour 1 000 habitants). Il est à l’inverse inférieur à 1,4 victime pour 1 000 habitants hors unités urbaines dans le nord de la Bretagne, en Moselle et Alsace, le long de la Loire et sur une diagonale allant du Jura à l’Ouest des Pyrénées. Le nombre de vols sans violence pour 1 000 habitants est supérieur à 18 victimes pour 1 000 habitants à Paris et Lyon, mais aussi et notamment à Montpellier, Le Grau du Roi, Agde, Arcachon, Lacanau, l’Île de Ré, Noirmoutier, Quiberon, et même supérieur à 49 à St Tropez, suggérant un fort lien entre cette forme de délinquance et les activités touristiques (figure 5). À l’inverse, hors unités urbaines, moins de 3 personnes pour 1 000 habitants sont victimes de vols sans violence dans la majorité des départements. Le nombre de cambriolages est supérieur à 12 pour 1 000 logements dans les grandes unités urbaines de la côte méditerranéenne, dans la vallée du Rhône, ou encore à Nantes, Bordeaux, Toulouse ou Lille (figure 6). Le taux de cambriolages pour 1 000 logements dans l’unité urbaine de Paris se situe dans la moyenne nationale. Il est inférieur à 3 pour 1 000 logements dans les communes hors unités urbaines notamment dans le Massif central et une partie des Alpes, des Pyrénées, de la Bretagne et en Corse. 1. La notion d’unité urbaine repose sur la continuité du bâti et le nombre d’habitants. Il s’agit d’une commune ou d’un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) qui compte au moins 2 000 habitants. 4 Coups et blessures volontaires intrafamiliaux (sur personnes de 15 ans ou plus) pour 1 000 habitants par unité urbaine en 2021 Lecture : En 2021, dans les grandes unités urbaines de la côte méditerranéenne, entre 2,7 et 3,8 victimes de coups et blessures volontaires intrafamiliaux (sur personnes de 15 ans ou plus) ont été enregistrées pour 1 000 habitants. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019. 5 Vols sans violence contre des personnes pour 1 000 habitants par unité urbaine en 2021 Lecture : En 2021, dans les unités urbaines de Paris et Lyon, entre 18,0 et 49,4 victimes de vols sans violence pour 1 000 habitants ont été enregistrées par les services de police et de gendarmerie. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019. Interstats Analyse n°44 -Mars 2022 Page 3 Les communes les plus densément peuplées cumulent les différentes formes de délinquance La forte concentration des différentes formes de délinquance dans les communes les plus peuplées implique que dans certaines autres communes, aucun fait ne soit enregistré en 2021 pour au moins une catégorie d’infraction, voire pour plusieurs. A l'inverse, d'autres communes cumulent plusieurs voire les 10 catégorie d'infractions étudiées ici. La carte des communes selon le nombre de catégories de crimes et délits présentes (sur 10 au total, figure 7) est très proche de celle de la densité de population (figure 8). Pour toutes les formes de délinquance présentées ici, les niveaux de délinquance ne sont jamais nuls dans les grandes villes et leurs banlieues (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier, Strasbourg, 6 Cambriolages pour 1 000 logements par unité urbaine en 2021 Lecture : En 2021, dans le Cantal hors unités urbaines, moins de 1,2 logement sur 1 000 a été cambriolé. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019. 7 Nombre de catégories de crimes et délits présentes (sur 10 au total), par commune en 2021 Lecture : Des infractions sont enregistrées à Paris pour chacune des 10 catégories de crimes et délits étudiées. Champ : France métropolitaine. Source : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. 8 Densité de population communale au 1er janvier 2019 Lecture : La densité de population est supérieure à 146 habitants par km² pour de nombreuse communes situées le long de l’axe rhodanien. Champ : France métropolitaine. Source : Insee, populations légales, recensement de la population 2019. Nombre de catégories présentes Page 4 Interstats Analyse n°44 - Mars 2022 Encadré 1 - Source et méthode • La délinquance enregistrée par les services de police et de gendarmerie Dans le cadre de leur activité judiciaire, les forces de sécurité (services de police et unités de gendarmerie) sont amenées à rédiger des procédures relatives à des infractions, avant de les transmettre à l’autorité judiciaire qui est susceptible de les requalifier par la suite. Ces infractions ont pu être constatées suite à une plainte déposée par une victime, à un signalement, un témoignage, un flagrant délit, une dénonciation, etc., mais aussi sur l’initiative des forces de sécurité. La disponibilité, depuis le printemps 2016, de bases de données détaillées sur les infractions constatées a permis la construction de catégories statistiques plus fines que celles de « l’état 4001» (séries historiques suivies par le ministère de l’Intérieur) : repérage des violences intrafamiliales, analyses par types de victimes ou selon la localisation des faits (par exemple dans les transports en commun). • Géographie communale et données de population et du nombre de logements La géographie communale utilisée ici (et pour toutes les années disponibles dans la base communale associée) est celle arrêtée au 1er janvier 2021. On compte ainsi 34 836 communes de France métropolitaine. Paris, Lyon et Marseille ne sont pas subdivisés en leurs arrondissements car pour un nombre important d'infractions, l'arrondissement de commission n'est pas renseigné dans la source utilisée. Les données de population de ces communes sont les populations municipales au 1er janvier 2019 (dernière année disponible), issues du recensement de la population. Le nombre de logements par commune est également issu du recensement de la population, mais au 1er janvier 2018, dernière année disponible pour les logements. • Méthode d’imputation pour les infractions pour lesquelles la localisation est inconnue Ventiler les infractions enregistrées par la police et la gendarmerie nationales, selon le lieu où elles se sont produites sur le territoire - appelé lieu de commission -, n'est pas totalement immédiat. En effet, le lieu de commission n'est pas précisément connu pour l'ensemble des faits constatés, et pour une part mineure des infractions, la commune de commission ne l'est pas non plus. Cette part est néanmoins faible et ne dépasse pas 1 % en 2021. Pour les faits ne présentant pas de commune de commission, une commune leur est donc assignée. Pour cela, pour une infraction, une année et un fait sans commune de commission donnés, une commune est sélectionnée parmi l'ensemble des communes qui enregistrent au moins une infraction dans l'année. Cette sélection aléatoire est orientée : elle intègre un poids plus fort (respectivement faible) pour les communes dans lesquelles un grand (respectivement petit) nombre d'infractions se sont produites. Cette méthode permet notamment d'éviter d'introduire un biais dans la répartition territoriale de la délinquance, en conservant la ventilation départementale et communale avant et après imputation. • Méthode de classement des communes par taille de population ou exposition à la délinquance Pour comparer les rangs des communes par taille ou niveau d'exposition à la délinquance, il est nécessaire de traiter les ex aequo. Ici, deux communes ayant la même population ont le même rang et la commune suivante est affectée au rang directement suivant (par exemple, une séquence sera 1, 2, 3, 3, 4 plutôt que 1, 2, 3, 3, 5, ou 1, 2, 3, 4, 5 en distinguant arbitrairement un 3e d’un 4e ). • Unité urbaine, typologie urbain/rural et grille de densité Il s’agit de zonages d’études de l’Insee. La notion d’unité urbaine repose sur la continuité du bâti et le nombre d’habitants. Il s’agit d’une commune ou d’un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) qui compte au moins 2 000 habitants. La grille de densité communale caractérise les communes en fonction de la répartition de la population sur leur territoire. Définie en 2011 par Eurostat, cette grille permet de comparer le degré d’urbanisation des pays européens, avec une méthodologie homogène. Plus la population est concentrée et nombreuse, plus la commune est considérée comme dense. Cette grille de densité a permis de distinguer 2 types de communes urbaines et 4 types de communes rurales (D’Alessandro, Levy, Regnier, 2021). Les territoires ruraux désignent ici l’ensemble des communes peu denses ou très peu denses d’après la grille communale de densité. L’association à des critères de type fonctionnel, notamment le degré d’influence d’un pôle d’emploi, permet de distinguer quatre catégories d’espaces ruraux, allant des communes rurales très peu denses, hors influence d’un pôle, aux communes sous forte influence d’un pôle. Interstats Analyse n°44 -Mars 2022 Page 5 9 Présence des 100 communes les plus peuplées parmi les 100 communes les plus touchées par les 10 indicateurs de délinquance en 2021 Paris Nice Lille Le Havre Nîmes Tours Perpignan Orléans Rouen Mulhouse Nancy Créteil Asnières-surSeine Aulnay-sous-Bois Cherbourg-enCotentin Pau Drancy Ajaccio Issy-lesMoulineaux Levallois-Perret Cergy Quimper Montauban Niort Maisons-Alfort La Roche-sur-Yon 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 0 25 50 75 100 Note : Sur le graphique du haut, les 100 communes les plus peuplées sont représentées. Le nom d'une commune sur cinq est indiqué et localisé en bleu foncé. Le même marquage est fait pour les communes commentées dans le texte. Le graphique du bas présente un focus sur les communes dont le rang se situe entre 50 à 100. Tous les noms de communes y sont indiqués. Une commune sur 5 est marquée en bleu foncé. Lecture : Cergy, 75e commune la plus peuplée de France métropolitaine, est parmi les 100 communes les plus exposée à 5 catégories d’infractions sur les 10 étudiées ici. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019. Bordeaux,…). Presque toutes les catégories de crimes et délits sont enregistrées plus généralement, sur la côte méditerranéenne, la côte atlantique, l’axe rhodanien et la frontière franco-belge . En revanche, la délinquance enregistrée est nulle pour plusieurs des 10 indicateurs étudiés ici, dans les communes situées principalement le long d’une diagonale allant des Ardennes aux Pyrénées, mais aussi dans une partie des chaînes montagneuses (Alpes, Jura, Pyrénées). Pour 5 315 communes (15 %), aucune des 10 grandes catégories de crimes et délits étudiées ici n’a été enregistrée en 2021. En moyenne, l’ordre des communes par niveau d’exposition à la délinquance suit celui de leurs populations En 2019, les 50 communes les plus peuplées de France métropolitaine sont Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier, Strasbourg, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Toulon, Saint-Étienne, Le Havre, Grenoble, Dijon, Angers, Villeurbanne, Nîmes, Clermont-Ferrand, Aix-enProvence, Le Mans, Brest, Tours, Amiens, Limoges, Annecy, BoulogneBillancourt, Perpignan, Metz, Besançon, Orléans, Saint-Denis, Rouen, Montreuil, Argenteuil, Mulhouse, Caen, Nancy, Roubaix, Tourcoing, Nanterre, Vitrysur-Seine, Créteil, Avignon, Poitiers, Aubervilliers, et Asnières-sur-Seine. Parmi ces 50 communes, 46 figurent parmi les 100 communes les plus touchées par 9 ou 10 formes de délinquance (figure 9). Les quatre grosses communes restantes sont : Orléans, Rang - population Nombre d'indicateurs pour lesquels une commune figure dans les 100 les plus touchées Aulnay-sous-Bois Colombes Dunkerque Versailles Courbevoie Cherbourg-enCotentin Rueil-Malmaison Béziers La Rochelle Champigny-surMarne Pau Saint-Maurdes-Fossés Cannes Antibes Calais Drancy Mérignac Saint-Nazaire Ajaccio Colmar Issy-lesMoulineaux Noisy-le-Grand Vénissieux ÉvryCourcouronnes Levallois-Perret Cergy Pessac Valence Bourges Ivry-sur-Seine Quimper Clichy La Seyne-sur-Mer Antony Troyes Villeneuve-d'Ascq Montauban Pantin Neuilly-sur-Seine Sarcelles Niort Chambéry Le Blanc-Mesnil Lorient Beauvais Maisons-Alfort Meaux Narbonne Villejuif Chelles La Roche-sur-Yon 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 50 75 100 Rang - population Nombre d'indicateurs pour lesquels une commune figure dans les 100 les plus touchées 10 Nombre de communes par région figurant parmi les 100 communes les plus touchées par la délinquance (selon 10 indicateurs) en 2021 Note : On donne ici le même rang aux communes ex aequo en terme d'infraction. Les communes suivantes sont affectées aux rangs directement suivants. Ainsi, il peut y avoir plus de 100 communes parmi les 100 les plus touchées par la délinquance. Lecture : En Occitanie, région comptant 4 454 communes, 11 figurent parmi les 100 les plus touchées par les cambriolages de logements au niveau national. Champ : France métropolitaine. Source : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Région Nombre total de communes dans la région Coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus dans le cadre familial Autres coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus Violences sexuelles Vols avec armes Vols violents sans arme Vols sans violence contre des personnes Cambriolages de logement Vols de véhicules Vols dans les véhicules Vols d'accessoires sur véhicules Auvergne-Rhône-Alpes 4 030 10 13 8 10 9 11 12 12 15 13 Bourgogne-Franche-Comté 3 702 2 3 3 3 2 2 2 2 2 2 Bretagne 1 208 3 4 5 2 2 2 2 2 2 2 Centre-Val de Loire 1 757 3 3 7 2 2 2 2 1 2 3 Corse 360 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 Grand Est 5 121 9 8 8 4 5 7 4 3 5 3 Hauts-de-France 3 789 12 11 13 6 7 4 8 6 9 8 Île-de-France 1 268 32 26 22 47 51 46 30 41 27 38 Normandie 2 652 3 4 5 4 4 3 2 3 3 3 Nouvelle-Aquitaine 4 313 7 6 8 6 4 6 11 6 10 7 Occitanie 4 454 6 8 8 4 5 5 8 6 9 5 Pays de la Loire 1 236 5 4 7 4 5 4 8 6 7 8 Provence-Alpes-Côte d'Azur 946 9 9 6 9 6 8 12 12 10 8 Page 6 Interstats Analyse n°44 - Mars 2022 Mulhouse, Asnières-sur-Seine (toutes les trois affichent pour 8 catégories d’infractions des indicateurs figurant parmi les 100 les plus élevés), ainsi que Nancy (qui affiche pour 6 formes de délinquance des indicateurs parmi les 100 les plus élevés). Les 50 communes suivantes en termes de population sont exposées à la délinquance à des degrés très divers. Valence ou Drancy (qui affichent pour 10 catégories d’infractions des indicateurs figurant parmi les 100 les plus élevés) ainsi que Colombes, La Rochelle, Cannes, Saint-Nazaire, ou encore Vénissieux (qui affichent pour 9 catégories d’infractions des indicateurs figurant parmi les 100 les plus élevés) figurent parmi les 100 communes les plus exposées à la majorité des actes de délinquance retenus pour cette analyse. A l’inverse, Cherbourg-en-Cotentin, Ajaccio, Issyles-Moulineaux, Levallois-Perret, Montauban ou La Roche-sur-Yon ne figurent parmi les 100 communes les plus exposées que pour une seule catégorie de délinquance. Il s’agit des vols sans violence contre des personnes à Issy-les-Moulineaux et Levallois-Perret, des violences sexuelles à Cherbourgen-Cotentin, Montauban et La Rochesur-Yon et des coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus hors cadre familial à Ajaccio. Les communes les plus touchées par chacune des dix catégories de crimes et délits sont localisées dans l’ensemble des régions à l’exception de la Corse (figure 10). L’Île-de-France se démarque tout particulièrement puisqu’elle compte près de la moitié des 100 communes les plus touchées en matière de vols violents (avec ou sans arme) et de vols sans violence contre des personnes. Les régions Auvergne-RhôneAlpes, Hauts-de-France ou ProvenceAlpes-Côte d’Azur comptent chacune autour de 10 communes parmi les plus concernées par les formes de délinquance analysées ici. Au contraire, la Bourgogne-Franche-Comté, la Bretagne, le Centre-Val de Loire ou la Normandie comptent moins de 5 communes touchées pour la plupart des indicateurs étudiés ici. Le rang (moyen sur les 10 catégories d’infractions) des communes en termes d’exposition à la délinquance suit globalement le rang des communes par taille de la population (figure 11). Les capitales des régions, nouvelles ou 11 Rangs moyens des communes par nombre de crimes et délits enregistrés et population en 2021 Lecture : Rouen, capitale de la région de Normandie, est la 35e commune la plus peuplée de France. En moyenne pour les 10 atteintes étudiées ici, elle est la 30e la plus touchée. Caen, capitale de l’ancienne région de Basse-Normandie, est la 39e commune par sa population mais en moyenne la 70e pour les 10 atteintes étudiées ici. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019. Paris Marseille Lyon Toulouse Nantes Strasbourg Bordeaux Lille Rennes Dijon Orléans Rouen Ajaccio Montpellier Clermont-Ferrand Amiens Limoges Besançon Metz Caen Poitiers Châlons-en-Champagne 1 10 100 1 000 10 000 1 10 100 1 000 10 000 12 Rangs des communes par nombre de crimes et délits enregistrés et population en 2021 Villeneuve-d'Ascq Saint-Herblain La Courneuve Roissy-en-France Ancenis-SaintGéréon Loches Seclin Chaingy Plestan Englos 1 10 100 1000 10000 100000 1 10 100 1000 10000 100000 Rang maximum Rang moyen Rang minimum Note : sont mises en évidence parmi les communes les plus peuplées, les communes pour lesquelles "Rang - population" / "Rang minimum" est supérieur à 10. Lecture : Le premier rang en terme d'exposition aux indicateurs de délinquance de la commune de Villeneuve-d'Ascq, limitrophe de Lille, est plus de 10 fois inférieur à son rang en terme de population. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019. Rang - population Rang - délinquance Rang - population Rang moyen - délinquance anciennes au regard de la réforme territoriale de 2015, comptent ainsi parmi les communes les plus touchées par les différents types de délinquance ; les moins touchées étant respectivement Ajaccio et Châlons-en-Champagne. Pour une dizaine de communes, une des catégories d'infractions est nettement plus enregistrée que la taille de la commune ne le laisserait présager : le rang de la commune en terme de population est 10 fois plus élevé que son rang minimal pour les 10 catégories d'infractions étudiées (figure 12). Les communes de Plestan, Chaigny, Seclin ou Saint-Herblain sont Interstats Analyse n°44 -Mars 2022 Page 7 13 Délinquance enregistrée en 2021 en fonction de la typologie des communes (rurale-urbaine) Lecture : En 2021, 74 % des vols avec armes enregistrés ont lieu dans des communes urbaines denses Champ : France métropolitaine. Source : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, grille de densité communale 2020 et (D’Alessandro, Levy,Regnier, 2021). 14 Délinquance enregistrée pour 1 000 habitants en 2021 en fonction de la typologie de la commune (ruraleurbaine) Lecture : Entre 2 et 2,2 logements pour 1 000 sont la cible de cambriolages dans les communes rurales contre 3,7 dans les communes urbaines denses et 2,7 dans celles de densité intermédiaire. Champ : France métropolitaine. Sources : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ; Insee, populations légales, recensement de la population 2019, grille de densité communale 2020 et (D’Alessandro, Levy,Regnier, 2021). particulièrement touchées par les vols d'accessoires sur véhicules et dans une moindre mesure par les vols dans les véhicules. Ceci peut s'expliquer en partie par l'importante population de passage sur le territoire de la commune, liée à la présence d'une aire d'autoroute (Chaigny, Seclin), ou à une zone d'activité commerciale ou industrielle importante relativement à la taille de la commune située en périphérie d'une commune plus grande (Saint-Herblain à côté de Nantes, Seclin au sud de Lille). Englos, importante zone d'activité commerciale en banlieue lilloise, est aussi particulièrement touchée par les vols dans les véhicules et dans une moindre mesure les vols d'accessoires sur véhicules et les vols sans violence. Villeneuve-d'Ascq est notablement concernée par les vols d'accessoires sur véhicules mais aussi dans une moindre mesure par les vols de véhicules et dans les véhicules. Le fait que quatre communes à proximité de Lille se retrouvent dans ces classements peut aussi être relié à la proximité de la frontière belge et à des activités criminelles transfrontalières. Roissy-en-France, où se situe l'aéroport de Roissy, est tout particulièrement touchée par les vols sans violence, mais figure également parmi les 550 communes les plus touchées pour toutes les autres atteintes à l'exception des cambriolages et des coups et blessures volontaires intrafamiliaux. La Courneuve, au nord de Paris, est particulièrement concernée par les vols violents sans arme, et les communes de Loches et Ancenis-Saint-Géréon enregistrent un nombre important de violences sexuelles relativement à leur population. Page 8 Interstats Analyse n°44 - Mars 2022 Les différents types de communes rurales sont exposés à des niveaux de délinquance similaires Les communes rurales sont identifiées et classées à partir de la grille de densité de l’Insee. Quatre types de communes rurales sont identifiés en fonction de leur densité de population et de leur lien à un pôle d’emploi. Par opposition aux communes rurales, les communes les plus denses sont regroupées dans deux catégories de communes urbaines. Les communes rurales comptent 22 millions d’habitants, soit 33 % de la population métropolitaine. Elles concentrent au maximum, de l’ordre d’un quart de chacune des grandes catégories de crimes et délits (figure 13). Cette part est maximale pour les violences sexuelles enregistrées (27 %) et les cambriolages de logements (24 %). Entre les différents types de communes, les communes urbaines les plus denses se démarquent par des taux de délinquance pour 1 000 habitants plus élevés que les autres communes. C’est le cas notamment pour les vols avec armes, les vols violents sans arme et les vols sans violence contre des personnes. En effet, ces trois types de vols ont été identifiés comme particulièrement caractéristiques des communes les plus peuplées, qui sont aussi les plus denses. Le nombre de faits de délinquance pour 1 000 habitants croît régulièrement avec la taille de la commune pour les 10 formes de délinquance étudiées ici (cf. supra figure 3). On ne retrouve pas de hausse progressive de l’intensité de la délinquance entre les communes rurales/urbaines (figure 14). Au contraire, pour la plupart des catégories de crimes et délits, les communes rurales sont exposées à des niveaux similaires de délinquance, tandis que les communes urbaines denses se démarquent par une délinquance sensiblement plus importante relativement à leurs populations respectives. Les communes isolées ne sont pas moins touchées par la délinquance que les communes rurales sous influence d’un pôle lorsqu’il s’agit de coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus (dans et hors du cadre familial), de violences sexuelles, de vols avec armes, de vols violents sans arme, de vols sans violence contre des personnes ou de cambriolages. Pour les vols liés aux véhicules, le nombre de véhicules concernés pour 1 000 habitants croît légèrement avec la densité de la commune rurale et l’influence d’un pôle d’emploi. Encadré 2 - Données communales et seuil d’interprétabilité Les données communales de la délinquance enregistrée par la police et la gendarmerie nationales sont disponibles pour les 10 grandes catégories de crimes et délits présentées ici et sur les années 2016 à 2021. La base de données associée à cette analyse et mise à disposition du grand public, a vocation à être enrichie au fur et à mesure que les données pour d’autres catégories d’infractions seront fiabilisées (destructions/dégradations, escroqueries, infractions à la législation sur les stupéfiants…). Les données communales ne sont pas communiquées pour les valeurs faibles de délinquance enregistrée, à la fois pour des raisons d’interprétabilité de ces données et de respect du secret statistique. E2.1 Répartition des communes par nombre de crimes et délits enregistrés en 2021 Note : 0* correspond aux communes sans fait enregistré trois années de suite. Lecture : En 2021, plus de 10 vols sans violence contre des personnes ont été enregistrés dans 10 % des communes (3 636 communes). Champ : France métropolitaine. Source : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Interstats Analyse n°44 -Mars 2022 Page 9 Encadré 2 (suite) Pour une part importante des communes, il n’y a pas de fait enregistré en 2021 (figure E2.1). Cette part est minimale pour les vols sans violence contre des personnes : aucun fait de délinquance n’a été enregistré pour 42 % des communes. Cette part est à l’inverse maximale pour les vols avec arme, 95 % des communes n’enregistrent aucun fait de ce type. Or il peut exister une certaine imprécision sur le lieu de commission de l’atteinte, en particulier, lorsque le lieu de l’infraction est déterminé à partir des déclarations de la victime. Par exemple, il n’est pas rare qu’une zone d’activité commerciale soit à cheval sur plusieurs communes limitrophes. Un vol sur le parking de cette ZAC sera alors attribué avec imprécision à l’une des communes. Par ailleurs, la déclaration du crime ou du délit auprès des services de police ou de gendarmerie n’est pas systématique. Ainsi, une variation de quelques unités des faits enregistrés dans une commune peut être liée à ce comportement déclaratif, plus qu’à l’évolution réelle de la délinquance. Pris isolément, les faibles niveaux et leurs variations doivent être analysés avec beaucoup de prudence. Enfin, la délinquance est souvent analysée à partir des taux pour 1 000 habitants. Or pour des petites communes, une faible variation de la délinquance ou de la population induit une grande volatilité de ce taux. Finalement, la totalité des données communales n’est pas pertinente pour étudier la répartition territoriale de la délinquance. Les données diffusées sont ainsi limitées aux communes pour lesquelles plus de 5 faits ont été enregistrés pendant 3 années successives. Cette précaution est également motivée par le secret statistique qui ne doit pas permettre, par le croisement de multiples sources, de déduire des informations individuelles sur les personnes concernées dans ces procédures. Cette précaution peut paraitre excessive, mais doit également être appréciée au regard de la sensibilité de certaines atteintes (violences sexuelles notamment). La base de données diffusée fournit également l' information sur l'absence de faits enregistrés lorsqu’elle se reproduit sur 3 années successives (notés 0* dans la figure E2.1). Au total, les données communales diffusées couvrent une part importante de la délinquance enregistrée (figure E2.2). En fonction de l’indicateur, la part des faits de délinquance diffusés au niveau communal varie entre 59 % (pour les vols avec armes) et 94 % (pour les vols sans violence contre des personnes) en 2021. Pour les données non diffusées, l'information communale est remplacée par la moyenne des données relatives aux communes concernées ("non diffusées") par département, année et catégorie d'infraction. E2.2 Répartition des communes et des faits de délinquance disponibles dans la base communale associé en 2021 Publié Coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus dans le cadre familial Autres coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus Violences sexuelles Vols avec armes Vols violents sans arme Vols sans violence contre des personnes Cambriolages de logement Vols de véhicules Vols dans les véhicules Vols d'accessoires sur véhicules Non diffusé 61% 47% 50% 9% 14% 67% 69% 52% 49% 45% Diffusé 39% 53% 50% 91% 86% 33% 31% 48% 51% 55% Non diffusé 23% 17% 37% 41% 8% 6% 20% 19% 11% 26% Diffusé 77% 83% 63% 59% 92% 94% 80% 81% 89% 74% Communes Crimes ou délits Lecture : En 2021, la base communale ne fournit pas de données chiffrées sur les vols d’accessoires sur véhicules pour 45 % des communes . L’ensemble de ces communes regroupent 26 % des actes de délinquance enregistrés correspondants. Champ : France métropolitaine. Source : SSMSI, base communale des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Page 10 Interstats Analyse n°44 - Mars 2022 Visitez notre site internet www.interieur.gouv.fr/Interstats Suivez-nous sur Twitter @Interieur_stats Contact presse ssmsi-communication@interieur.gouv.fr SSMSI : place Beauvau 75008 Paris Directrice de la publication : Christine Gonzalez-Demichel Rédacteur en chef : Aurélien Poissonnier Auteurs : Bastien Chenu, Kévin Milin, Aurélien Poissonnier Conception graphique : François Tugores Les données des tableaux, cartes et graphiques associés à cette étude sont disponibles sur le site internet du SSMSI Pour en savoir plus • D’Alessandro, C. et al (2021), Une nouvelle définition du rural pour mieux rendre compte des réalités des territoires et de leurs transformations, dans La France et ses territoires, édition 2021, Insee Références • de Bellefon M.P. et al. (2019), 38 % de la population française vit dans une commune densément peuplée, Insee Focus n°169 • Delobel, L. et Razafindranovona, T. (2021), Déposer plainte ailleurs qu'à proximité du lieu de l'infraction : une analyse territoriale en 2019, Interstats Analyse n°35, SSMSI • Insee (2021), Sécurité et société, édition 2021, Insee Références • Pramil, J. (2020), Une plus forte concentration de personnes mises en cause dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, Interstats Analyse n°30, SSMSI • SSMSI (2022), Insécurité et délinquance en 2021 : une première photographie, Interstats Analyse n°41 • SSMSI (2021), Insécurité et délinquance en 2020 : bilan statistique • SSMSI (2019), Rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité » : victimation, délinquance et sentiment d’insécurité Près de 60 % des entreprises franciliennes sont toujours actives 5 ans après leur création En Ile-de-France, 59,1 % des entreprises, hors auto-entrepreneurs, sont toujours actives 5 ans après leur création. Le diplôme du créateur, sa situation professionnelle antérieure ainsi que les moyens financiers dont dispose l’entreprise à sa création sont des facteurs de pérennité. Les entreprises pérennes sont créatrices d’emplois et font mieux que compenser les pertes d’emplois (salariés et non-salariés) liées à la disparition des 40,9 % d’entreprises non pérennes. Retrouvez toutes nos publications sur www.crocis.cci-paris-idf.fr En Ile-de-France, 62,9 % des entreprises créées ont une activité identique au métier principal du créateur, c’est-à-dire que la majorité des entrepreneurs a choisi de créer une entreprise dans le domaine qu’ils connaissaient déjà. Cette proportion est équivalente à celle observée au plan national (63,1 %) mais connaît d’importantes variations par secteur d’activité. En effet, 80,4 % des créateurs d’entreprises dans le domaine de l’enseignement, de la santé et de l’action sociale exerçaient un métier dans ces domaines, tandis que pour le commerce, les transports ou l’hébergement-restauration, seulement 51,3 % des créateurs exerçaient dans le même métier avant de se lancer dans l’aventure de l’entrepreunariat. Il ressort que les créateurs d’entreprises franciliens sont plus diplômés que l’ensemble des créateurs français : 57,0 % ont un diplôme de l’enseignement supérieur contre 46,4 % pour l’ensemble du pays. Là aussi de fortes disparités existent selon les secteurs d’activités : on observe une forte proportion de diplômés de l’enseignement supérieur dans les secteurs de l’enseignement, la santé et l’action sociale (87,5 %), les activités spécialisées, scientifiques, L’économie francilienne en bref Enjeux Ile-de-France L’économie en Île-de-France n°231 - Mars 2022 DES CRÉATEURS PLUS DIPLÔMÉS EN ILE-DE-FRANCE 56,0% 63,4% 30,3% des auto-entreprises sont pérennes 5 ans aprés leur démarrage Le taux de pérennité à 5 ans des entreprises avec moins de 2 000 € de fonds Les entreprises pérennes au bout de 5 ans d'activité ont créé 16 040 emplois Le taux de pérennité à 5 ans des entreprises lancées avec plus de 80 000 € de fonds 59,1% des entreprises franciliennes, hors auto-entrepreneurs sont pérennes 5 ans aprés leur création 2 | Enjeux Ile-de-France | L’économie francilienne en bref Seulement une minorité (27,4 %) des créateurs déclarent n’avoir rencontré aucune difficulté particulière, 35,5 % déclarent avoir rencontré des difficultés à régler les formalités administratives, 19,8 % déclarent avoir du mal à obtenir un financement et 16,8 % estiment qu’être seul comme entrepreneur constitue une difficulté. Bien souvent, les créateurs se sentent isolés : 42,4 % disent avoir monté leur projet tout seul, 13,1 % avec l’aide leur conjoint, 22,0 % avec une personne de l’entourage personnel autre que leur conjoint ; 20,9 % déclarent avoir bénéficié de l’aide d’un professionnel agissant comme spécialiste dans son domaine. Parmi les entreprises franciliennes créées au 1er semestre 2014, 27,9 % d’entre elles employaient au moins un salarié au mois de novembre de la même année. Cette proportion connaît d’importantes variations suivant les secteurs : 40,0 % pour l’industrie et 43,2 % pour la construction, contre des proportions faibles pour les activités pouvant être exercées par un consultant indépendant : 15,1 % pour le secteur de l’information, communication, la financeassurance, l’immobilier, 17,1 % pour les activités spécialisées, scientifiques, techniques, de services administratifs et de soutien et 14,3 % pour l’enseignement, la santé et l’action sociale. techniques, de services administratifs et de soutien (81,4 %) et l’information-communication, la finance-assurance, et l’immobilier (75,4 %), tandis que cette proportion tombe à 28,4 % pour la construction et à 40,3 % pour le commerce, les transports et l’hébergement-restauration. Conséquence logique d’une proportion supérieure de diplômés, la part des créateurs anciennement cadres est plus importante en Ile-de-France (43,1 %) qu’en France (30,7 %). Parmi les créateurs franciliens, c’est logiquement dans les secteurs de l’information-communication, la finance-assurance, et l’immobilier et des activités spécialisées, scientifiques, techniques, de services administratifs et de soutien que la part d’anciens cadres est la plus importante (respectivement 74,1 % et 71,1 %) et dans le secteur de la construction qu’il est le plus faible (20,7 %). Parmi les créateurs franciliens, 18,1 % ont moins de 30 ans, 30, 5 % entre 30 et 39 ans, 27,6 % entre 40 et 49 ans et 23,7 % ont 50 ans et plus ; 73,7 % sont des hommes et 26,3 % des femmes. L’objectif principal des créateurs franciliens, au moment du lancement de leur activité, était d’assurer leur propre emploi (pour 60,0 % d’entre eux), puis de développer fortement leur entreprise en termes d’emploi (25,1 %) et enfin de développer fortement leur entreprise en termes d’investissement (14,8 %). Parmi les motivations ayant incité les entrepreneurs à créer leur entreprise, la principale est la volonté d’être indépendant (55,0 %), suivie du goût d’entreprendre ou le désir d’affronter de nouveaux défis (40,2 %) et la perspective d’augmenter les revenus (20,9 %). La majorité des créateurs d’entreprises (68,0 %) n’ont bénéficié d’aucune aide ou d’exonération publique. Les entreprises créées au cours du premier semestre 2014 ont été interrogées en 2017 et de nouveau en 2019 ; ces résultats indiquent la pérennité à 5 ans de ces entreprises et permettent de déterminer les facteurs ayant une influence, positive ou négative, sur la pérennité des entreprises. La pérennité globale à 5 ans des entreprises franciliennes est de 59,1 %, ce qui est légèrement inférieur à la pérennité des entreprises observée sur l’ensemble du territoire national (61,3 %). On observe que, lors des 3 premières années ayant suivi leur création, les entreprises franciliennes affichaient un meilleur taux de pérennité que celui des entreprises françaises. Le taux de pérennité varie selon la catégorie juridique des entreprises : pour les personnes physiques, il s’établit à 51,3 % contre 61,3 % pour les personnes morales en Ile-deFrance. Les écarts de taux de pérennité, selon le secteur d’activité des entreprises s’accentuent d’année en année, Ainsi, à 5 ans, ces taux varient de 65,2 % pour l’enseignement, la santé, l’action sociale et les autres activités de services, à 53,3 % pour le commerce, les transports et l’hébergementrestauration. Le secteur d’activité d’une jeune entreprise apparaît comme étant un des facteurs de plus en plus déterminant quant à ses chances de survie. Le fait d’être une filiale d’un groupe déjà existant ou non influe également sur la pérennité de l’entreprise : 58,5 % des entreprises non filiales sont toujours actives 5 ans après leur création, tandis que pour les entreprises filiales le taux de pérennité atteint 65,0 %. La pérennité d’une entreprise croît avec l’âge du créateur, démontrant que plus le dirigeant est âgé, plus l’entreprise a de chances de survivre : ce taux est de 54,5 % pour les moins de 30 ans, 56,4 % pour les 30-39 ans, 62,1 % pour les dirigeants âgés de 40 à 49 ans et 62,9 % pour les dirigeants de 50 ans ou plus. La catégorie socio-professionelle du créateur avant la naissance de l’entreprise a aussi une forte influence sur la pérennité de celle-ci : si le taux de pérennité des cadres (60,6 %) ou des employés (58,3 %) est proche de la moyenne (59,1 %), on observe un écart en faveur des professions intermédiaires (72,4 %) et en défaveur des ouvriers (49,2 %). Cet écart de taux de pérennité entre les entreprises créées LA MAJORITÉ DES ENTREPRENEURS DÉCLARENT AVOIR RENCONTRÉ DES DIFFICULTÉS À LA CRÉATION 5 ANS APRÈS LEUR CRÉATION 59,1 % DES ENTREPRISES FRANCILIENNES SONT PÉRENNES 3 | Enjeux Ile-de-France | L’économie francilienne en bref Source : Insee, enquête Sine 2014 (interrogation 2019), hors régime de l’auto-entrepreneur. Taux de pérennité des entreprises françaises et franciliennes, lors des 5 premières années 91,3% 82,4% 73,6% 66,6% 61,3% 93,2% 84,7% 74,4% 65,6% 59,1% 1 an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans France Ile-de-France par les professions intermédiaires et celles créées par les ouvriers est bien plus important en Ile-de-France (23,2 points) que pour l’ensemble de la France (11,8 points) : la catégorie socio-professionelle du créateur a donc une influence très importante en Ile-de-France quant au succès à long terme d’une jeune entreprise. La situation du dirigeant avant la création influe également sur la survie de l’entreprise : les indépendants et les chefs d’entreprises sont ceux qui ont la probabilité de survie la plus élevée pour leur (nouvelle) entreprise (60,0 %) ; les étudiants, les personnes sans activité professionnelle et les retraités sont ceux pour lesquels le taux de pérennité est le plus faible (56,1 %). La pérennité d’une entreprise à 5 ans est liée au niveau du diplôme le plus élevé que possède le créateur : elle varie de 55,4 % pour les entreprises dont le créateur n’a pas de diplôme qualifiant à 62,2 % pour les entreprises dont le créateur est diplômé du 2e ou 3e cycle. Seule exception, l’écart très léger qui existe entre la pérennité des entreprises créées par un dirigeant possédant un CAP ou BEP (57,8 %) contre celle d’un dirigeant bachelier (57,4 %). Liée à la situation du créateur avant la création (chômeur, salarié, chef d’entreprise,…), la motivation principale pour créer une entreprise influe sur la pérennité de celle-ci. En effet, les taux de pérennité les plus faibles sont observés pour les entreprises dont le créateur était sans emploi et avait créé son entreprise par contrainte (53,2 %) et pour les entreprises dont le créateur était sans emploi et avait créé sa structure par choix (55,2 %). À contrario les taux de pérennité les plus élevés sont observés pour les entreprises constituées à la suite de la réussite d’un entrepreneur dans l’entourage du créateur (64,5 %) ou motivés par le goût d’entreprendre ou le désir d’affronter de nouveaux défis (64,4 %). Les moyens financiers au moment de la création sont un facteur déterminant de la pérennité : plus le projet démarre avec des moyens importants, plus la pérennité est élevée : 56,0 % pour les projets levés avec moins de 2 000 €, 56,5 % de 2 000 € à 6 000 €, 60,3 % de 6 000 € à 16 000 €, 62,4 % de 16 000 € à 80 000 € et 63,4 % pour les projets supérieurs à 80 000 €. Cela peut sembler paradoxal mais les entreprises qui ont bénéficié d’aides ou d’exonérations publiques ont un taux de pérennité inférieur à celles qui n’en ont pas perçu. Cela s’explique par le fait que les projets aidés sont souvent ceux qui sont lancés avec le moins de moyens. Ainsi la pérennité à 5 ans des entreprises ayant été accompagnées est de 58,2 %, tandis que 59,6 % de celles ne l’ayant pas été sont toujours en activité. A noter que l’écart de taux de pérennité entre les projets aidés et non aidés se réduit avec les années en Ile-de-France tandis qu’il augmente en France. Ainsi l’écart existant entre la pérennité à un an des entreprises aidées ou non est de - 3,0 points et se réduit à - 1,4 point au bout de 5 ans en Ile-de-France ; pour l’ensemble de la France cet écart croît de - 1,7 point après un an à - 3,0 points à 5 ans. 4 | Enjeux Ile-de-France | L’économie francilienne en bref Taux de pérennité à 5 ans (%) Évolution de l’emploi entre 2014 et 2019 Ile-deFrance France Ensemble 59,1 61,3 Selon la catégorie juridique Personne physique 51,3 52,7 Personne morale 61,3 66,8 Selon l'activité de l'entreprise Industrie et construction 59,0 60,4 Commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration 53,3 56,7 Information-communication, finance-assurance, immobilier ; activités scientifiques et techniques ; services administratifs et de soutien 62,0 63,9 Enseignement, santé humaine, action sociale et autres activités de services 65,2 68,1 Selon la nature de l’entreprise, filiale ou non Non filiale 58,5 60,7 Filiale 65,0 69,0 Selon l’âge du créateur Moins de 30 ans 54,5 57,3 Entre 30 et 39 ans 56,4 61,3 Entre 40 et 49 ans 62,1 64,0 50 ans ou plus 62,9 61,6 Selon la qualification de l’emploi antérieur du créateur Cadre ou profession intellectuelle supérieure 60,6 66,2 Profession intermédiaire (agent de maîtrise, contremaître, technicien, …) 72,4 68,3 Employé 58,3 61,6 Ouvrier 49,2 56,5 Selon le diplôme le plus élevé du créateur Aucun diplôme qualifiant 55,4 55,6 CAP, BEP 57,8 58,9 Baccalauréat 57,4 61,2 Diplôme du supérieur de 1er cycle 59,6 63,4 Diplôme du supérieur de 2e ou 3e cycle 62,2 66,1 Selon la situation du créateur juste avant sa création Indépendant, chef d'entreprise 60,0 66,0 Agent de la fonction publique, salarié du privé, intérimaire 59,8 63,1 Chômeur 58,6 56,8 Étudiant, sans activité professionnelle, retraité 56,1 56,0 Selon les moyens financiers nécessaires pour démarrer Moins de 2 000 euros 56,0 54,9 De 2 000 euros à moins de 6 000 euros 56,5 59,4 De 6 000 euros à moins de 16 000 euros 60,3 61,3 De 16 000 euros à moins de 80 000 euros 62,4 65,7 80 000 euros ou plus 63,4 72,4 Selon si le créateur a bénéficié d'aides ou d'exonérations publiques Oui 58,2 59,7 Non 59,6 62,7 Source : Insee, enquête Sine 2014 (interrogation 2019), hors régime de l’auto-entrepreneur. 83,9 % des entreprises n’avaient aucun employé au moment de leur création ; 10,9 % 1 ou 2 salariés, 2,8 % 3 à 5 salariés et 2,5 % 6 salariés ou plus. 5 ans plus tard le nombre d’entreprises employeuses avait diminué de 42,0 % : cette baisse est essentiellement due à la disparition d’entreprises employeuses, mais il existe également des entreprises ayant démarré leur activité avec un ou plusieurs salariés qui n’en emploient plus. Ile-deFrance France 2014 2019 Évolution (nombre d'emplois) Évolution (en %) Emplois des dirigeants 30 652 16 564 - 14 088 - 46,0 % Emplois salariés 30 889 46 929 16 040 51,9 % Emplois totaux 61 541 63 493 1 952 3,2 % L’évolution du nombre d’emplois salariés est la différence entre les emplois salariés créés dans les entreprises pérennes (+ 28 530) et les emplois salariés qui ont disparu en même temps que l’entreprise (- 12 490). Globalement, le nombre d’emplois a progressé : + 3,2 % en 5 ans. Mais derrière ce constat se cache de fortes disparités entre l’emploi des dirigeants d’entreprises et l’emploi salarié : près de 14 088 emplois de dirigeants ont disparu en 5 ans du fait de l’arrêt de l’activité de l’entreprise. Mais 16 040 nouveaux emplois ont vu le jour sur la même période, ce qui explique le solde positif de l'empoi total. Parmi les entreprises pérennes, une majorité (53,9 %) a connu une stabilité de son emploi salarié, plus du tiers une progression (34,9 %) et 11,2 % d’entre elles une baisse. Des disparités par secteurs d’activité existent : si 18,5 % des entreprises industrielles et de la construction ont connu une diminution de leurs emplois salariés, cette proportion n’est que de 7,4 % pour les secteurs de l’information-communication, la finance-assurance, l’immobilier, les activités scientifiques et techniques et les services administratifs et de soutien. C’est dans les secteurs du commerce, des transports, de l’hébergement et de la restauration que la part des entreprises pérennes ayant connu une augmentation de l’emploi salarié est la plus importante (37,9 %) ; la part la plus faible (32,6 %) est observée dans les domaines de l’enseignement, la santé humaine, l’action sociale et autres activités de services. Le nombre d’entreprises employeuses en 2019 (celles qui l’étaient à leur création ainsi que celles qui le sont devenues lors des 5 premières années de vie de l’entreprise) a plus que doublé (+ 108,7 %) pour l’ensemble des secteur d’activité. Là encore d’importantes disparités sectorielles sont constatées : les secteurs pour lesquels le nombre d’entreprises employeuses a le moins progressé sont l’industrie (+ 65,2 %) et les activités financières et d’assurance (+ 67,6 %), à l’opposé le nombre d’entreprises employeuses a très fortement progressé parmi les activités immobilières (+ 329,8 %) et l’information et la communication (+ 220,3 %). Source : Insee, enquête Sine 2014 (interrogation 2019), hors régime de l’auto-entrepreneur. UN NOMBRE D’EMPLOIS STABLE QUI CACHE D’IMPORTANTES DISPARITÉS Seulement 30,3 % des auto-entrepreneurs sont pérennes 5 ans après leur création Au moment de leur création, seuls 61,7 % des auto-entrepreneurs franciliens étaient actifs – les auto-entrepreneurs actif sont ceux qui génèrent un chiffres d’affaires – (contre 65,8 % en France). Deux activités se démarquent fortement : les commerces de détail (dont 43,4 % on démarré leur activité à la création) et les activités d’enseignement, de santé et d’action sociale (75,7 %). L’âge et le diplôme ont également une influence : plus le créateur est âgé, ou diplômé, plus les entreprises sont actives. Parmi les auto-entrepreneurs qui ont démarré leur activité, seulement 30,3 % sont pérennes 5 ans après leur démarrage (contre 59,1 % pour les entreprises hors auto-entrepreneurs). D’importants écarts existent parmi les taux de pérennité selon les secteurs d’activité : 25,1 % pour le commerce, les transports, l’hébergement et la restauration ainsi que l’information, la communication, les activités financières, d’assurance et immobilières, alors qu'il est de 45,5 % pour l’enseignement, la santé humaine et l’action sociale. La pérennité des auto-entrepreneurs est également déterminée par l’importance de l’activité pour l’entrepreneur : lorsque l’auto-entrepreneurs est l’activité principale de son créateur, le taux de pérennité est de 34,3 %, mais lorsqu’il s’agit d’une activité de complément, le taux de pérennité tombe à 26,0 %. Directeur de la publication : Stéphane FRATACCI Directeur de la rédaction : France MOROT-VIDELAINE Rédactrice en chef : Isabelle SAVELLI Maquette et mise en page : Nathalie PAGNOUX Reproduction autorisée à la condition expresse de mentionner la source Dépot légal : mars 2022 Copyright photos : D. Delaporte/CCI Paris Ile-de-France ISSN : 1266-3255 CROCIS de la CCI Paris Ile-de-France 27 avenue de Friedland - 75382 PARIS cedex 08 tél. : +33 (0) 1 55 65 82 00 - fax : +33 (0) 1 55 65 82 62 e-mail : crocis@cci-paris-idf.fr Retrouvez toutes nos publications sur www.crocis.cci-paris-idf.fr Suivez nous sur Twitter @CROCIS_CCI_IDF Responsable : Julien TUILLIER Industrie - Démographie d’entreprises - Enquêtes : Yves BURFIN Conjoncture - Benchmark européen - Tourisme : Mickaël LE PRIOL Services - Commerce - Développement durable : Bénédicte GUALBERT Veille économique : Marielle GUERARD, Charlotte BIZIEUX PAO - Multimédia : Nathalie PAGNOUX Administration - Secrétariat : Isabelle BURGOT-LAMBERT L’économie en Île-de-France Sources L’ensemble des données présentes dans cette étude proviennent du système d’information sur les nouvelles entreprises (Sine) qui est un dispositif permanent d’observation d’une génération de nouvelles entreprises. Le champ de l’enquête Sine couvre l’ensemble des créations d’entreprises qui ont vécu plus d’un mois dans l’ensemble des activités économiques marchandes, à l’exclusion des activités agricoles. Les entreprises créées sous le régime de l’auto-entrepreneur font l’objet d’une enquête spécifique. L’échantillon utilisé pour les enquêtes relatives à la génération 2014 contient 45 000 entreprises qui ont été interrogées à trois reprises : en 2014, en 2017 et en 2019. La nomenclature utilisée pour les enquêtes relatives à la génération 2014 est la NAF rév. 2 au niveau A21. POUR EN SAVOIR PLUS . Les créations et créateurs d’entreprises en 2014 : situation initiale, situation en 2017 et en 2019, Enquête SINE - Insee Résultats, Avril 2021, Audrey Dorolle . Le chiffre d’affaires des auto-entrepreneurs immatriculés en 2014 croissait continûment avant la crise sanitaire, Insee Première n° 1873, Septembre 2021, Sylvain Juliachs Diminution Stabilité Progression Industrie et construction 18,5 % 48,7% 32,8 % Commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration 12,2 % 49,9 % 37,9 % Information-communication, finance-assurance, immobilier - activités scientifiques et techniques - services administratifs et de soutien 7,4 % 58,0 % 34,6 % Enseignement, santé humaine, action sociale et autres activités de services 10,5 % 56,9 % 32,6 % Toutes activités 11,2 % 53,9 % 34,9 % Source : Insee, enquête Sine 2014 (interrogation 2019), hors régime de l’auto-entrepreneur. Yves Burfin Évolution de l’emploi entre 2014 et 2019 NOTE D’INFORMATION Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Directrice de la publication : Fabienne Rosenwald Auteure : Marie-Laurence Jaspar, DEPP-A1 Édition : Aurélie Bernardi Maquettiste : Frédéric Voiret e-ISSN 2431-7632 .n° 22.07 – Mars 2022. L’orientation vers l’apprentissage à la fin de la troisième à la rentrée 2019 X Au 31 décembre 2019, parmi les nouveaux apprentis inscrits dans un centre de formation d’apprentis (CFA) en première année de CAP ou en seconde professionnelle, les deux tiers avaient fait un vœu d’apprentissage dans l’application nationale d’affectation l’année scolaire précédente, lorsqu’ils étaient dans leur processus d’orientation après la troisième. Cet indicateur a progressé de 9 points par rapport à la campagne 2018. Ce recours à l’affectation via l’application varie d’une académie à l’autre et est d’autant plus fréquent que le poids de l’apprentissage est important dans l’académie. Par ailleurs, parmi les nouveaux apprentis, 17 % n’avaient pas fait de vœux en apprentissage : 14 % avaient renseigné au moins un vœu en voie professionnelle, mais uniquement sous statut scolaire et 3 % avaient renseigné un autre vœu, dans la voie générale et technologique. Enfin, 17 % n’avaient fait aucun vœu dans l’application. Parmi les apprentis ayant formulé en fin de troisième un vœu en apprentissage, près des deux tiers suivent à la rentrée 2019 une formation souhaitée, dans l’établissement de leur choix (65 %), soit 3 points de plus qu’en 2018. X Au cours du dernier trimestre de leur classe de troisième et parallèlement à la phase d’orientation, 771 500 collégiens et leur famille ont fait des vœux d’affectation pour la rentrée 2019. Un vœu est constitué d’un établissement d’accueil (lycée ou centre de formation d’apprentis), d’un statut (scolaire ou apprenti) et d’une formation donnée (c’est-à-dire un niveau de diplôme et une spécialité dans la filière professionnelle). Ces vœux sont ensuite saisis par le collège dans une application informatisée nationale Affelnet-Lycée, qui repose ensuite sur le classement des vœux d’affectation en fonction d’un barème académique et l’affectation définitive des élèves en fonction des capacités d’accueil des établissements. En 2019, parmi les 771 500 élèves de troisième, 483 600 jeunes formulent uniquement des vœux dans la voie générale et technologique (GT) (63 %) et 287 800 au moins un vœu en voie professionnelle (37 %) (voir « Pour en savoir plus » − figure 1). Parmi les jeunes envisageant une formation professionnelle, 228 400 choisissent le statut scolaire uniquement et 59 400 optent pour l’apprentissage. Parmi les jeunes ayant fait un vœu en apprentissage pour toute formation en première année de CAP, seconde professionnelle, brevet professionnel agricole ou titre homologué de niveau 3 et 4, 45 % (27 000 élèves) intégreront un CFA, avec un taux d’accès plus important pour les garçons, dont un sur deux sera apprenti à la rentrée suivante (50 %) alors que cela ne sera le cas seulement que d’un peu plus d’une fille sur trois (35 %). Avoir fait un vœu en apprentissage n’est par ailleurs pas un prérequis pour intégrer un CFA : 1 100 jeunes n’ayant fait que des vœux en voie GT et 5 900 jeunes ayant fait des vœux uniquement en voie professionnelle scolaire sont ainsi inscrits dans un CFA à la rentrée suivante. En outre, environ 6 800 jeunes sortant de troisième sont inscrits dans un CFA, mais n’ont fait aucun vœu dans la procédure d’affectation. Cette situation est rendue possible par la procédure d’affectation elle-même qui diffère pour l’apprentissage et la voie scolaire. En effet, l’inscription dans un centre de formation d’apprentis (CFA) nécessite la conclusion d’un contrat tripartite impliquant non seulement l’élève et l’établissement, mais également un employeur. Ainsi, renseigner un vœu en apprentissage ne donne pas lieu à une affectation, mais à un simple recensement du vœu. Il n’est donc pas obligatoire de passer par la procédure nationale pour être affecté dans un CFA à la rentrée suivante. Par ailleurs, la liste des établissements de formation en apprentissage recensés dans Affelnet n’était pas exhaustive. En 2019, 72 % des CFA étaient recensés dans l’application contre 81 % en 2018. Cette baisse du taux de couverture pourrait s’expliquer par les nombreuses créations de CFA qui ont suivi l’entrée en vigueur de la loi de 2018 sur la liberté de choisir son avenir professionnel, et qui n’ont pas nécessairement pu être recensées dans l’application. Néanmoins, l’ensemble des CFA présents accueillent près de 85 % d’apprentis (comme en 2018). Les offres sont très diverses selon les académies. Un CFA sur quatre est présent dans l’académie de Lille, voire un peu plus d’un sur deux dans celles d’Amiens ou Bordeaux. À l’inverse, plus de neuf CFA sur dix des académies de Grenoble, Nice, Strasbourg et Toulouse ont une formation proposée dans l’application. Au final, pour un certain nombre d’apprentis, aucun vœu en apprentissage n’a été formulé dans la procédure nationale, soit parce que les formations souhaitées n’y étaient pas recensées, soit en raison du caractère facultatif de la procédure d’affectation en ce qui concerne l’apprentissage. La suite de l’étude se concentre sur les 40 200 jeunes inscrits au 31 décembre 2019 La procédure d’affectation des élèves Affelnet a fortement évolué, dans le sens d’une intégration renforcée de l’apprentissage. Un effort important, entamé dès 2018 et poursuivi en 2019 et 2020, a été porté sur le recensement de l’offre de formation en apprentissage. De même, le passage à un téléservice renseigné par les familles en 2020, qui intègre de nouvelles informations à leur destination (taux de réussite, taux d’insertion à la sortie des formations, etc.), devrait également inciter à une utilisation plus importante de la procédure Affelnet pour le choix d’une orientation vers l’apprentissage. 2 Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, DEPP Ÿ NOTE D’INFORMATION n° 22.07 Ÿ Mars 2022 en première année de CAP ou en seconde professionnelle par apprentissage, sortant de troisième du ministère de l’Éducation nationale ou du ministère chargé de l’Agriculture. Pour 88 % d’entre eux, il s’agit d’une première année de CAP et pour 12 % d’une seconde professionnelle. Deux apprentis sur trois inscrits en première année de CAP ou seconde professionnelle à la rentrée 2019 sont passés par la procédure d’affectation en fin de troisième pour poursuivre en apprentissage Au printemps 2019, à leur arrivée en CFA, 66 % des 40 200 apprentis entrant en première année de formation et venant de troisième avaient formulé au moins un vœu en apprentissage dans la procédure d’affectation æfigure 2. Par ailleurs, 14 % avaient renseigné au moins un vœu en voie professionnelle, mais uniquement sous statut scolaire et 3 % avaient renseigné un autre vœu que professionnel, en seconde générale et technologique. Enfin, 17 % n’avaient renseigné aucun vœu. Au total, ce sont donc 34 % des apprentis en première année et issus de troisième qui n’avaient ainsi formulé aucun vœu dans cette voie. Le recours à l’application pour formuler ses vœux en apprentissage a ainsi gagné 9 points par rapport à la campagne 2018. Cette progression est perceptible quelles que soient les caractéristiques des apprentis. Le fait de faire ou non un vœu en apprentissage n’est pas lié au niveau du diplôme visé par le jeune. La présence d’un vœu en apprentissage est du même ordre de grandeur que l’apprenti suive actuellement un CAP ou une seconde professionnelle, comme observé lors de la campagne 2018 æfigure 3. Quel que soit le niveau de diplôme visé, elle est un peu plus élevée pour l’apprenti ayant retenu une spécialité de formation du secteur industriel que dans le cas de services (68 % contre 63 %, et 58 % contre 55 % respectivement en 2018), alors que la couverture est comparable entre les deux secteurs. L’augmentation des vœux pour l’apprentissage entre les deux campagnes 2018 et 2019 est similaire pour les CAP et pour les baccalauréats professionnels. Parmi les apprentis n’ayant pas formulé de vœu en apprentissage, formuler un vœu d’une filière professionnelle par voie scolaire est aussi fréquent chez les apprentis inscrits dans le cursus du baccalauréat professionnel que pour les élèves en CAP (respectivement 15 % et 14 %, contre 18 % et 15 % en 2018). De même, les apprentis du secteur des services sont relativement plus nombreux que ceux des spécialités industrielles à avoir renseigné un vœu en voie professionnelle scolaire. En revanche, les apprentis en seconde professionnelle sont proportionnellement plus nombreux à ne pas avoir renseigné de vœux dans l’application nationale que ceux en CAP (respectivement 17 % et 13 % ). Les apprentis les plus jeunes ont plus souvent formulé un vœu en apprentissage La baisse de l’âge moyen des jeunes qui entrent en apprentissage et en voie scolaire après la troisième se poursuit encore en 2019. Parallèlement, les apprentis les plus jeunes ont plus souvent formulé au moins un vœu en apprentissage que les plus âgés (77 % à 15 ans contre 65 % à 16 ans et 21 % à 17 ans) æfigure 4. Les apprentis n’ayant formulé aucun vœu dans l’application sont beaucoup plus âgés que les trois groupes de jeunes cités précédemment avec près d’un apprenti sur deux âgé de plus de 16 ans. Cette plus forte proportion de moins de 16 ans parmi les apprentis qui ont fait au moins un vœu en apprentissage se vérifie pour le diplôme du CAP, dans la quasi-totalité des académies (à l’exception de la Corse) (voir « Pour en savoir plus » − figure 5). Les autres caractéristiques sociodémographiques de ces jeunes ont moins d’influence sur la composition de leurs vœux. Bien que les garçons soient trois fois plus nombreux que les filles dans la voie de l’apprentissage, il n’y a pas de différence notable par sexe dans la proportion d’apprentis ayant renseigné un vœu en apprentissage. Par ailleurs, 92 % des apprentis sont de nationalité française et 95 % pour ceux ayant formulé au moins un vœu en apprentissage. Apprentis venant de 3e et inscrits en 1re année CAP ou 2de pro et… Nombre d'apprentis Part en 2019 (%) Rappel 2018 (%) ayant fait au moins un vœu en apprentissage 26 700 66 57 n'ayant fait aucun vœu en apprentissage 6 700 17 43 dont au moins un vœu en voie professionnelle scolaire 5 700 14 15 dont autre voeu 1 1 000 3 } 28 n'ayant pas fait de vœux sur la plateforme Affelnet 6 800 17 Total des apprentis 40 200 100 100 1. Cette catégorie concerne donc les apprentis ayant formulé des voeux uniquement dans les voies générales ou technologiques, dans le secteur privé ou dans l’agriculture. Lecture : 66 % des apprentis inscrits en première année de CAP ou en seconde professionnelle à la rentrée 2019 ont fait au moins un voeu en apprentissage. Champ : France métropolitaine + DROM (hors Mayotte), apprentis inscrits en première année de CAP ou en seconde professionnelle et venant de troisième. Sources : DGESCO, extraction de l’application nationale d’affectation Affelnet-Lycée ; DEPP et MESRI, Système d’information SIFA. Réf. : Note d’Information, n° 22.07. DEPP Type de vœux faits par les apprentis inscrits en 1re année de CAP ou en 2de Ì 2 professionnelle 66 14 2 17 Apprentis inscrits en 1re année de CAP Au moins un vœu en apprentissage Au moins un vœu en voie professionnelle scolaire (et pas de vœu en apprentissage) Aucun vœu en voie professionnelle (et pas de vœu en apprentissage) Aucun vœu sur la plateforme Affelnet 68 15 4 13 Apprentis inscrits en 2de professionnelle Type de vœux émis selon le diplôme préparé par les apprentis (en %) Lecture : 66 % des apprentis inscrits en première année de CAP ont fait au moins un voeu en apprentissage. Champ : France métropolitaine + DROM (hors Mayotte), apprentis inscrits en première année de CAP ou en seconde professionnelle et venant de troisième. Source : DGESCO, extraction de l’application nationale d’affectation Affelnet-Lycée ; DEPP et MESRI, Système d’information SIFA. Réf. : Note d’Information, n° 22.07. DEPP Ì 3 Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, DEPP Ÿ NOTE D’INFORMATION n° 22.07 Ÿ Mars 2022 3 Le recours à Affelnet augmente avec le poids de l’apprentissage dans l’académie Le recours à la procédure nationale d’affectation en matière d’apprentissage varie d’une académie à l’autre. Peu sollicitée dans les DROM et dans les académies de Paris (46 %), Nancy-Metz (47 %) ou de Strasbourg (48 %), elle est utilisée par huit apprentis sur dix dans les académies de Limoges, Grenoble et Dijon æfigure 6. Cette prise en compte progresse dans toutes les académies, sauf Strasbourg qui perd 7 points par rapport à 2018 et Nice qui reste stable. La plus forte augmentation est observée dans les académies où, en 2018, moins d’un apprenti sur deux avait formulé un vœu en apprentissage (+ 11 points pour une progression globale de 9 points). D’une manière générale, l’utilisation d’Affelnet pour un vœu en apprentissage dans une académie est d’autant plus fréquente que l’orientation dans cette voie est importante. Un grand tiers des académies où moins de six apprentis sur dix émettent un vœu en apprentissage correspond en effet aux académies où l’orientation vers l’apprentissage des élèves de troisième est la plus faible comme dans les académies de Créteil, Paris et les DROM (au moins 2 points de moins que la moyenne qui se situe à 5,1 %). Seule l’académie de Strasbourg (et dans une moindre mesure l’académie de Nancy-Metz) fait exception avec une part des apprentis ayant fait un vœu en apprentissage assez faible (48 % des apprentis) associée à un taux de passage en apprentissage supérieur à la moyenne (7,8 %). Les académies pour lesquelles la présence de vœux en apprentissage est la plus fréquente sont également celles où l’entrée en apprentissage en fin de collège est la plus élevée, excepté pour les académies de Bordeaux, Rennes et Reims qui ont des valeurs proches de la moyenne. La gestion académique d’Affelnet explique sans doute ces disparités, qui peuvent refléter des pratiques différentes d’une académie à l’autre, mais aussi une culture de l’apprentissage plus ou moins marquée d’une région à l’autre. Près des deux tiers des apprentis complètent leur demande d’affectation en apprentissage par des vœux dans la voie scolaire Parmi les 26 700 apprentis issus de troisième et ayant émis au moins un vœu en apprentissage, la très grande majorité d’entre eux (83 %) n’avait renseigné qu’un seul vœu dans cette voie, 14 % en avaient fait deux et moins de 3 % plus de deux vœux. Ces vœux en apprentissage étaient par ailleurs le plus souvent complétés par d’autres vœux professionnels par voie scolaire. En effet, seul un tiers de ces 26 700 apprentis n’avait indiqué que des vœux dans l’apprentissage (37 %). 31 % n’en avaient même formulé qu’un seul. Ce vœu unique est d’ailleurs en progression de 3 points par rapport à 2018. 77 65 21 3 66 14 17 9 2 14 3 2 1 0 3 6 15 68 94 17 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % 90 % 100 % 15 ans et moins 16 ans 17 ans 18 ans et plus Total des apprentis Au moins un vœu en apprentissage (26 800) Au moins un vœu en voie professionnelle scolaire (et pas de vœu en apprentissage) (5 700) Aucun vœu en voie professionnelle (et pas de vœu en apprentissage) (1 000) Aucun vœu sur la plateforme Affelnet (6 800) Type de vœux émis selon l’âge des apprentis (en %) Lecture : 77 % des apprentis, âgés de 15 ans ou moins, ont fait au moins un voeu en apprentissage. Champ : France métropolitaine + DROM (hors Mayotte), apprentis inscrits en première année de CAP ou en seconde professionnelle et venant de troisième. Source : DGESCO, extraction de l’application nationale d’affectation Affelnet-Lycée ; DEPP et MESRI, Système d’information SIFA. Réf. : Note d’Information, n° 22.07. DEPP Ì 4 Part des apprentis ayant fait au moins un vœu en apprentissage (%) 70 % et plus 60 % à 69 % 50 % à 59 % Moins de 50 % Taux d'orientation en apprentissage en fin de 3e Supérieur à la moyenne Autour de la moyenne Inférieur à la moyenne Part des apprentis ayant fait au moins un vœu en apprentissage selon l’académie du CFA (en %) Champ : France métropolitaine + DROM (hors Mayotte). Sources : DGESCO, extraction de l’application nationale d’affectation Affelnet-Lycée ; DEPP et MESRI, Systèmes d’information Scolarité et SIFA. Réf. : Note d’Information, n° 22.07. DEPP Ì 6 31 6 53 5 5 Un seul vœu, en apprentissage Plusieurs vœux, en apprentissage uniquement Apprentissage + vœu(x) en voie pro Apprentissage + vœu(x) en voie GT Apprentissage + vœu(x) en voie pro et voie GT Composition des vœux des apprentis ayant fait au moins un vœu en apprentissage (en %) Lecture : 53 % des apprentis ont fait au moins un vœu professionnel dans la voie scolaire, en plus du vœu en apprentissage. Champ : France métropolitaine + DROM (hors Mayotte), apprentis inscrits en première année de CAP ou en seconde professionnelle, venant de troisième et ayant fait au moins un vœu en apprentissage. Source : DGESCO, extraction de l’application nationale d’affectation Affelnet-Lycée ; DEPP et MESRI, Système d’information SIFA. Réf. : Note d’Information, n° 22.07. DEPP Ì 7 4 Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, DEPP Ÿ NOTE D’INFORMATION n° 22.07 Ÿ Mars 2022 Parmi les deux tiers de ceux qui complètent leur demande, 53 % indiquaient uniquement une formation professionnelle par voie scolaire, 5 % uniquement une classe de la voie GT et 5 % avaient renseigné des vœux dans les deux voies æfigure 7. Par ailleurs, si 94 % des apprentis n’ont formulé des vœux que dans une seule académie, près de 1 600 apprentis ont rempli des dossiers dans plusieurs académies, en général deux académies. Les deux tiers des apprentis ayant demandé un vœu en apprentissage plaçaient celui-ci en première position Le vœu en apprentissage est principalement, mais pas systématiquement le premier choix (voir « Pour en savoir plus » − figure 8) : deux apprentis sur trois avaient placé le vœu d’apprentissage en premier (68 %), 17 % en second et 14 % au moins en troisième choix. Par ailleurs, la progression de 3 points du classement en premier rang qu’on observe en 2019 s’explique par celle du vœu unique en apprentissage, de 3 points également. Ce positionnement en premier choix par les apprentis varie d’une académie à l’autre : de 38 % à Strasbourg, contre 80 % à Grenoble ou Paris. Les recommandations académiques peuvent être assez différentes sur cette question, dans la mesure où le vœu en apprentissage est un vœu uniquement de recensement. Deux apprentis sur trois obtiennent un vœu complet (établissement et formation) Deux apprentis sur trois (65 %) ayant formulé au moins un vœu en apprentissage ont obtenu leur vœu complet, c’est-à-dire qu’ils sont inscrits à la rentrée 2019 dans l’établissement et la spécialité du même vœu æfigure 9. C’est 3 points de plus qu’en 2018. Les deux tiers de ceux ayant obtenu un vœu complet l’ont classé en première position (68 %). Les jeunes apprentis ont un peu plus de chances d’obtenir un vœu complet que les apprentis plus âgés, puisque 66 % des moins de 16 ans, 63 % des 16 ans et 56 % des plus de 16 ans ont obtenu ce résultat. Par ailleurs, si globalement les filles ont un taux plus faible que les garçons, la question du genre sur l’obtention d’un vœu complet est moins tranchée qu’il n’y paraît. Les filles s’inscrivent en effet sur un nombre de spécialités en apprentissage plus réduit que les garçons : deux apprenties sur trois se retrouvent dans cinq spécialités alors qu’il faut 16 spécialités pour atteindre cette proportion pour les garçons. Or les spécialités dans lesquelles elles s’inscrivent, très féminisées, ont un taux d’obtention du vœu complet sensiblement moins élevé que la moyenne, ce qui explique l’écart de 5 points observé. Pour autant, pour une formation donnée, les filles ont un accès à un vœu complet légèrement supérieur aux garçons. Par exemple, 12 % des filles sont inscrites dans le CAP employé de vente spécialisé en produits alimentaires (le deuxième CAP le plus demandé après la coiffure), qui a globalement un taux d’obtention du vœu complet de 38 % seulement. Ce taux est de 29 % pour les garçons, mais cette spécialité n’attire en fait que 1,3 % d’entre eux. Par ailleurs, les résultats obtenus par sexe restent très sensibles aux taux de pression de la demande de ces formations. Plus de huit apprentis sur dix sont accueillis dans un établissement de leur choix (83 %) L’établissement où sont inscrits à la rentrée 2019 les apprentis ayant émis un vœu d’apprentissage dans la procédure nationale correspond pour 83 % d’entre eux à un établissement mentionné dans un de leurs vœux (voir « Pour en savoir plus » − figure 10). Ce taux est le même qu’en 2018. Globalement, les caractéristiques des apprentis jouent moins sur l’obtention de l’établissement de leur choix. L’affectation dans un établissement souhaité est légèrement plus fréquente pour les jeunes filles (85 % contre 83 % pour les garçons), pour les élèves plus jeunes, ainsi que pour les apprentis de nationalité française par rapport aux étrangers nés dans les pays hors de l’Union européenne. Enfin, les chances d’accès à l’établissement de son choix sont un peu plus élevées dans le cas d’une demande d’inscription au diplôme de CAP qu’à celle du baccalauréat professionnel. Trois apprentis sur quatre ont obtenu la spécialité de leur choix (75 %) Parmi les 26 700 apprentis ayant formulé au moins un vœu en apprentissage dans la procédure d’affectation, trois jeunes sur quatre ont pu s’inscrire dans une spécialité souhaitée, même s’ils n’avaient pas sélectionné l’établissement dans leurs vœux (75 %), soit 4 points de plus qu’en 2018 (voir « Pour en savoir plus » − figure 11). 87 % des apprentis qui ont obtenu la spécialité d’un de leurs vœux ont également intégré l’établissement correspondant et ont donc obtenu leur vœu complet. On retrouve donc globalement les mêmes effets de structure que précédemment, à savoir notamment que les filles obtiennent moins souvent une spécialité souhaitée. En revanche, l’écart est important selon le diplôme choisi : pour un CAP, 78 % des jeunes obtiennent la spécialité de leur choix, contre 49 % pour un bac pro. Cette différence s’explique par l’existence d’une plus grande proportion d’apprentis inscrits dans des formations relevant du ministère chargé de l’Agriculture au niveau de la seconde professionnelle (trois fois plus élevée) qu’au niveau de la première année du CAP, et par une offre de formation moins bien renseignée dans la voie agricole qui ne permet pas de déterminer précisément la spécialité choisie. n POUR EN SAVOIR PLUS Retrouvez la Note d’Information 22.07, ses figures et données complémentaires sur education.gouv.fr/etudes-et-statistiques Apprentis ayant fait au moins un vœu en apprentissage Même CFA et spécialité qu'un des vœux (%) Vœu partiel 1 (%) Hors vœu (%) Total (%) Effectif Total Sexe Fille 61 31 8 100 5 900 Garçon 66 26 9 100 20 800 Âge 15 ans et moins 66 27 8 100 16 700 16 ans 63 27 10 100 9 400 17 ans et plus 56 29 15 100 600 Nationalité Française 65 27 8 100 25 400 Communauté européenne (CE) 62 28 9 100 200 Hors CE 58 27 16 100 700 Niveau Première année de CAP 68 24 8 100 23 500 Seconde professionnelle (bac pro en 3 ans) 40 48 12 100 3 200 Total (%) 65 27 9 100 Nombre d'apprentis 17 300 7 200 2 300 26 700 Rappel 2018 (%) 62 27 11 100 23 100 1. Vœu partiel : le CFA ou la spécialité de l’apprenti sont présents dans au moins un des vœux formulés, mais pas les deux simultanément. Lecture : 65 % des apprentis, ayant fait au moins un voeu en apprentissage, sont inscrits dans l’établissement et la formation détaillée de l’un de leurs vœux à la campagne 2019. Champ : France métropolitaine + DROM (hors Mayotte), apprentis inscrits en première année de CAP ou en seconde professionnelle, venant de troisième et ayant fait au moins un vœu en apprentissage. Sources : DGESCO, extraction de l’application nationale d’affectation Affelnet-Lycée ; DEPP et MESRI, Système d’information SIFA. Réf. : Note d’Information, n° 22.07. DEPP Ì 9 Caractéristiques des apprentis inscrits ou non dans un vœu complet (en %) -1- En savoir plus : méthodologie, séries longues , calendrier Toutes les séries publiées par la Banque de France sont accessibles à l’adresse Webstat Banque de France Disponible sur terminaux mobiles Apple et Android STAT INFO – décembre 2021 Financement des TPE Contact : GPS.support@banque-france.fr 07 mars 2022 Financement des TPE – France • 4ème trimestre 2021 Le crédit aux TPE continue de progresser, à hauteur de 8,1 % sur un an À fin décembre 2021, l’encours des crédits aux TPE atteint 371,4 milliards d’euros, en hausse de 8,1 % sur un an et de 25,5 % sur deux ans. Les crédits aux TPE continuent de progresser au quatrième trimestre, de façon plus soutenue que le trimestre précédent (+6,8 milliards d’euros après +3,4 milliards d’euros au troisième trimestre 2021). L’encours des crédits de trésorerie se stabilise autour de 49,2 milliards d’euros, après 50,5 milliards d’euros au 2 ème trimestre 2021. La croissance annuelle des crédits à l’équipement et immobiliers reste vive, à respectivement + 8,8 % et + 9,0 %, après + 7,4 % et + 7,7 % au trimestre précédent. Le taux d’intérêt moyen des crédits inférieurs à 250 000 euros en France augmente légèrement pour atteindre 1,53 %. Ce taux est de 0,4 point de pourcentage inférieur à celui pratiqué en zone euro. Crédits aux TPE : répartition par type de crédits (encours en milliards d’euros) Encours Taux de croissance annuels Taux de croissance sur deux ans T4 2021 T3 2021 T4 2021 T4 2021 Total crédits 371,4 7,5% 8,1% 25,5% Crédits de trésorerie, affacturage inclus 49,2 7,2% 3,0% 149,8% Crédits à l'équipement 149,8 7,4% 8,8% 15,2% Crédits immobiliers 172,5 7,7% 9,0% 17,9% Variation d’encours des crédits aux TPE (en milliards d’euros) -10,0 -5,0 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 T4 2018T1 2019T2 2019T3 2019T4 2019T1 2020T2 2020T3 2020 T4 2020T1 2021 T2 2021T3 2021T4 2021 Crédits de trésorerie Crédits à l'équipement Crédits immobiliers -2- En savoir plus : méthodologie, séries longues , calendrier Toutes les séries publiées par la Banque de France sont accessibles à l’adresse Webstat Banque de France Disponible sur terminaux mobiles Apple et Android STAT INFO – Décembre 2021 Financement des TPE Contact : GPS.support@banque-france.fr Crédits aux TPE : répartition par type de crédits (Flux bruts trimestriels en milliards d’euros) Zone euro : taux des crédits nouveaux d'un montant unitaire inférieur à 250 000 euros (en %) Source et Réalisation : Direction générale des statistiques, des études et de l’international Compléments Dans cette collecte de données, les très petites entreprises (TPE) sont caractérisées par les critères de la loi LME de 2008 - unités légales hors autoentrepreneurs occupant moins de 10 personnes et qui ont un chiffre d'affaires annuel ou un total de bilan n'excédant pas 2 millions d'euros - ou à défaut, par un chiffre d'affaires n'excédant pas 2 millions d'euros. Les très petites entreprises font partie des petites et moyennes entreprises (PME). 0 5 10 15 20 25 30 35 40 T4 2018T1 2019T2 2019T3 2019T4 2019T1 2020T2 2020T3 2020 T4 2020T1 2021 T2 2021T3 2021T4 2021 Crédits de trésorerie Crédits à l'équipement Crédits immobiliers 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 avr.-18 août-18 déc.-18 avr.-19 août-19 déc.-19 avr.-20 août-20 déc.-20 avr.-21 août-21 déc.-21 Allemagne France Italie Espagne Zone euroRAPPORT DE LA MISSION 5G INDUSTRIELLE Par Philippe Herbert Président de la Mission 5G industrielle Avec la collaboration de Lucas Gravit, Direction générale des Entreprises, en qualité de rapporteur À Agnès Pannier-Runacher Ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie ET Cédric O Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques 4 5 TABLE DES MATIÈRES Table des illustrations.................................................................................................................................6 Édito...............................................................................................................................................................7 Introduction .................................................................................................................................................8 1 - Contexte ................................................................................................................................................ 11 a) Industrie 4.0 : la 5G, enjeu de compétitivité et de relocalisation....................................... 11 b) Les changements de paradigme induits par la 5G : nouveau marché et nouveaux acteurs ..........................................................................................................................................................13 2 - État des lieux......................................................................................................................................... 17 a) La dynamique française autour de la 5G industrielle............................................................ 17 b) Modes de déploiement et cadre réglementaire pour la 5G industrielle en France............21 c) Panorama international .............................................................................................................. 26 3 – Principaux freins et recommandations pour le développement de la 5G industrielle en France ......................................................................................................................................................... 29 a) Accès actuel aux fréquences, un frein à l’adoption de la 5G par les industriels ............ 29 b) Nécessité d’accélérer le développement de l’écosystème 5G industrielle en France .. 30 c) Insuffisante disponibilité d’équipements et de services adaptés à la 5G industrielle... 32 d) Besoin de simplifier et rendre plus accessible la 5G industrielle ....................................... 33 e) Difficulté à trouver les bonnes compétences pour déployer la 5G industrielle............. 34 f) Interrogations sanitaires, environnementales et sociétales liées à la 5G industrielle.... 35 g) Manque de visibilité et de maturité des écosystèmes 5G industrielle français et européens, y compris pour la technologie 5G, le cloud et la cybersécurité............................ 36 Annexe 1 – Liste et biographies des membres du groupe de travail de la Mission 5G industrielle ...................................................................................................................................................................... 38 Annexe 2 – Liste des entités rencontrées ou ayant contribué directement à la Mission 5G industrielle ................................................................................................................................................. 40 Annexe 3 – détails des engagements à mettre en œuvre les recommandations de la mission 5G industrielle ................................................................................................................................................. 42 6 TABLE DES ILLUSTRATIONS Figure 1 - Exemples de cas d’usage industriels de la 5G identifiés par la SNCF dans l’industrie...........................................................................................................................................12 Figure 2 - Apports des différentes releases de The 3rd Generation Partnership Project (3GPP) pour les usages industriels de la 5G.......................................................................................................14 Figure 3 – Apports pour les usages industriels de l’évolution des réseaux mobiles de la 4G vers la 5G .............................................................................................................................................................15 Figure 4 - Carte des 21 projets de plateformes d’expérimentation des usages de la 5G soutenus dans le cadre du plan de France Relance et de la stratégie d’accélération sur la 5G.................19 Figure 5 - Schéma d’une architecture de réseau mobile professionnel s’appuyant sur le « network slicing » .................................................................................................................................... 22 Figure 6 - Schéma d’une architecture de réseau mobile professionnel privé dédiée « sur site » ...................................................................................................................................................................... 22 Figure 7 - Schéma d’une architecture de réseau mobile professionnel hybride avec le cœur de réseau distant du site radio de l’entreprise ........................................................................................ 23 Figure 8 - Différentes initiatives de réservation de spectre pour les réseaux mobiles privatifs dans le monde........................................................................................................................................... 27 Figure 9 - Exemple de structuration d’un « campus fablab 5G industrielle » ................................31 7 ÉDITO Lorsque les ministres, Madame Agnès Pannier-Runacher et Monsieur Cédric O, m’ont sollicité pour animer la Mission 5G Industrie, ma première réaction a été de répondre que je n’étais ni un expert ni un spécialiste de la 5G ou des télécoms. Puis, en analysant le sujet de plus près, le lien avec mon engagement et mon parcours professionnel m’est clairement apparu. Pour le grand public, la 5G représente la suite de la 4G, avec ses apports en termes de performances ou de nouvelles utilisations. Mais, pour l’industrie, la 5G correspond à une nouvelle technologie qui vient appuyer la numérisation des processus industriels. Cette évolution profonde du monde industriel est communément appelée soit « Industrie du Futur », soit « Smart Industry », soit « Industrie 4.0 ». Elle correspond à l’arrivée en force et en masse des données tout au long de la vie d’un produit : de sa conception à sa fabrication, sa logistique, sa maintenance, voire son recyclage. Dans ce contexte où le volume et l’importance stratégique des données montent en puissance, le temps réel, la mobilité et l’intelligence artificielle décuplent les besoins d’un « système nerveux » plus fluide, plus transparent et plus sécurisé. C’est à ce point précis qu’intervient la 5G industrielle, et pour moi le lien avec cette Mission 5G industrielle. Je remercie donc Madame et Monsieur les ministres pour leur confiance. J’espère qu’ils trouveront dans ce rapport un panorama documenté de la situation actuelle de la 5G industrielle en France ainsi qu’à l’international, leur permettant de mettre immédiatement en mouvement l’ensemble de l’écosystème de la 5G industrielle français. Je tiens à remercier également tous les membres du groupe de travail de la Mission, que j’ai beaucoup sollicités et qui ont apporté l’intelligence collective à nos recommandations et à leurs plans d’action opérationnels. Ensemble, à l’image de ce qu’est l’industrie, nous avons voulu ces recommandations pratiques, concrètes et « actionnables » dès maintenant. C’est la raison pour laquelle je voudrais souligner et remercier toutes les sociétés, fédérations, associations, etc., qui ont accepté d’être parmi les premières à s’engager sur des actions liées à nos recommandations. Au-delà de ces premiers engagements, j’invite tous les acteurs de l’écosystème 5G Industrielle français et européens à se mobiliser : c’est le futur de l’Industrie qui est en jeu. Je désire terminer cet édito en partageant avec vous une citation d’Antoine de Saint-Exupéry que j’ai faite mienne et qui me semble très bien s’appliquer à cette Mission et ses résultats attendus : « Dans la vie, il n’y a pas de solutions ; il y a des forces en marche, il faut les créer et les solutions suivent. » Philippe HERBERT Président de la Mission 5G industrielle 8 INTRODUCTION La 5G constitue une rupture technologique majeure. En raison de ses performances tout d’abord (latence, débit, fiabilité ou connexion massive d’objets), mais aussi en termes de fonctionnalités : le « network slicing » 1 par exemple ouvre la voie vers de nouveaux usages professionnels des réseaux mobiles publics. Ces caractéristiques de la 5G permettent d’envisager de nouvelles perspectives pour notre industrie. La mise en œuvre de nombreux cas d’usage repose sur la 5G : lignes de production reconfigurables, maintenance prédictive et réalité augmentée, véhicules industriels autonomes, etc. La 5G intègre une véritable dimension industrielle. La transition de l’industrie vers des processus « profondément numérisés », c’est-à-dire vers l’industrie dite « 4.0 », est un levier fondamental de croissance et de compétitivité pour l’industrie française. C’est aussi l'un des principaux moteurs de la relocalisation, comme l’illustre Chamatex et son usine de chaussures de sport « 4.0 » 2 inaugurée à Ardoix en 2021. C’est pourquoi la 5G et ses usages ont été érigés comme une des composantes du Plan de Relance pour l’industrie et que la Stratégie d’accélération sur la 5G et les futures technologies de réseaux de télécommunications comprend un axe dédié au développement de ces applications. Cependant, l’adoption de la 5G par l’ensemble des industriels qui pourraient en tirer un bénéfice dans le cadre de leur numérisation reste un défi majeur. Elle nécessite une forte mobilisation des filières industrielles, des acteurs des télécoms et des équipementiers industriels. Pour accélérer ce mouvement, le Gouvernement a confié à Philippe Herbert le 19 octobre 2021 la Mission 5G industrielle. Afin de capitaliser au maximum sur les efforts déjà engagés, cette Mission s’inscrit dans le cadre de la Stratégie d’accélération sur la 5G et les futures technologies de réseaux de télécommunications, dont elle constitue le 4e chantier. Elle associe également les Comités Stratégiques de Filière (CSF) « Infrastructures numériques » et « Solutions pour l’industrie du futur ». La Mission 5G industrielle a pour objectif d’accélérer le déploiement d’applications industrielles de la 5G pour en faire des leviers de compétitivité, d’attractivité et d’innovation de l’industrie française. Pour cela, elle a poursuivi trois objectifs : (i) établir un dialogue soutenu avec les acteurs industriels et télécoms afin de les inciter à se saisir des usages de la 5G, (ii) repérer les freins au développement de cette technologie dans l’industrie, et (iii) formuler des propositions concrètes pour un déploiement des usages les plus prometteurs de la 5G, en intégrant l’objectif de renforcer l’offre de solutions françaises pour l’industrie du futur. 1 Le « slicing », le fait de réaliser et d’instancier des tranches (des « slices » en l’occurrence), consiste à offrir, d’un point de vue réseau, des ressources quantitatives et qualitatives à la demande pour un utilisateur, un groupe d’utilisateurs ou pour un type de service donné. Source : CSF Infrastructures numériques, « 5G : Stratégie et Enjeux. Livre Blanc », Septembre 2020, p.8. 2 Fabricant de textiles techniques, Chamatex a intégré dans son usine de nombreuses technologies telles que la réalité augmentée, le jumeau numérique ou encore les robots autonomes, accompagnées gestion de la production avec notamment une gestion digitalisée de l’ordre de fabrication. Cette automatisation extrêmement poussée permettra de sortir une paire de chaussure par minute mais surtout d’obtenir une ligne de production flexible pour fabriquer plusieurs types de chaussures pour les différentes marques. 9 Une méthodologie de travail pour la Mission a été définie dès le 19 octobre 2021. Elle est basée sur l’installation d’un groupe de travail présidé par Philippe Herbert. Ce groupe est composé de 14 personnes3 issues de fédérations membres des CSF « Infrastructures numériques » et « Solutions pour l’industrie du futur », d’entreprises représentants ces CSF et d’experts de la 5G ou de l’industrie du futur. Cette méthodologie repose également sur la notion de « 5G industrielle ». Afin de garder un champ d’étude réaliste, il a été choisi de concentrer au maximum les travaux de la Mission aux industries manufacturières, où la 5G est avant tout un enjeu pour le pilotage des processus de production et de l’espace de l’atelier ou de l’usine. La « 5G industrielle » peut donc être définie pour cette Mission comme l’ensemble des usages de la 5G dans l’industrie, les solutions utilisées pour la mise en œuvre de ces usages et les technologies associées. Si les usages de la 5G dans, par exemple, la mobilité ou les territoires intelligents n’ont pas été au centre de ces travaux, les acteurs qui les portent pourront néanmoins reprendre pour eux une grande partie des conclusions et recommandations dans lesquelles ils pourraient reconnaitre certaines de leurs problématiques. Trois séquences se sont succédées lors des quatre mois de travaux du groupe de travail de la Mission 5G industrielle. Tout d’abord se sont tenues des auditions d’industriels français utilisateurs de la 5G et d’acteurs de l’écosystème français de la 5G industrielle. Ensuite, des auditions d’acteurs industriels allemands menant des travaux sur la 5G industrielle, ponctuées d’un déplacement du groupe de travail au « 5G Industry Campus Europe », dans les locaux du Fraunhofer Institute for Production Technology (IPT) à Aix-la-Chapelle. Enfin, plusieurs sessions de travail ont été consacrées à la formulation des principales conclusions et recommandations de la Mission. Philippe Herbert, avec certains membres du groupe de travail, a mené en parallèle de ces travaux plusieurs dizaines de rencontres avec des acteurs de l’écosystème 5G industrielle français ou international. Des contributions écrites ont également été intégrées. Des voyages d’étude complémentaires ont été organisés au Salon de l’AGURRE et au Campus Région du numérique à Charbonnières-les-Bains. Au total, plus de 60 acteurs ont pu contribuer d’une manière ou d’une autre aux travaux de la Mission. 4 L’adoption de la 5G par les industriels français est un sujet de court comme de moyen terme. De moyen terme tout d’abord, car ce marché ne sera pas mature avant 2024. Cependant, les bases sur lesquelles repose la diffusion des usages de la 5G dans l’industrie doivent être construites bien avant. La 5G industrielle est en cela un sujet de très court terme. C’est pourquoi la Mission a choisi de formuler des recommandations les plus concrètes, opérationnelles et « actionnables » possibles. Il faut qu’elles puissent être enclenchées ou mises en œuvre dès la remise du rapport et au plus tard dans les 12 mois à venir. Surtout, elles doivent s’appuyer ou agréger des initiatives déjà en cours afin de ne pas multiplier les points d’entrée. Un plan d’action est rattaché à chacune d’entre elles, et des engagements d’acteurs prêts à les porter sont déjà inscrits dans ce rapport. Cette liste n’est absolument pas figée : tout industriel ou acteur de l’écosystème 5G industrielle souhaitant participer à la mise en œuvre de ces plans d’action est invité à le faire. Le rapport de la Mission 5G industrielle a été écrit dans le même état d’esprit. De nombreuses sources de qualité sont déjà disponibles sur la 5G et ses usages, par exemple le rapport de l’Académie des sciences sur la 5G publié en juillet 20215 ou le Livre blanc du CSF Infrastructures numériques « 5G : Stratégie et Enjeux ».6 Le présent rapport ne vise donc pas l’exhaustivité ou 3 Cf. Annexe 1 Liste et biographies des membres du groupe de travail de la Mission 5G industrielle. 4 Cf. Annexe 2 Liste des entités rencontrées ou ayant contribué directement à la Mission 5G industrielle. 5 Rapport de l’Académie des sciences, « Rapport sur la 5G et les réseaux de communications mobiles », 12 juillet 2021. 6 CSF Infrastructures numériques, « 5G : Stratégie et Enjeux. Livre Blanc », Septembre 2020. 10 la réécriture de travaux précédents. Il propose plutôt une photo de la 5G industrielle en France en 2022, et est centré sur les recommandations opérationnelles et leurs plans d’action. Il est divisé en trois parties : tout d’abord (i) le contexte de la 5G industrielle en 2022 et les grands enjeux qui le traversent, ensuite (ii) un état des lieux de la 5G industrielle en France et dans le monde, et enfin (iii) les sept freins et recommandations associées pour accélérer le développement de la 5G industrielle en France. 11 1 - CONTEXTE La 5G industrielle s’inscrit dans un contexte pluriel. Tout d’abord, celui de la transition numérique de l’industrie, dont la 5G industrielle constitue une brique essentielle. Elle représente en cela un enjeu de compétitivité et de relocalisation pour l’industrie française. Ensuite, le contexte d’un changement de paradigme dans le monde des télécoms. La virtualisation des réseaux mobiles et l’émergence de marchés professionnels pour ces réseaux sont deux dynamiques sous-tendant la 5G industrielle. Elle s’inscrit donc à la croisée du monde des télécoms, de l’industrie, mais aussi du monde plus large des technologies de l’information et de la communication. a) Industrie 4.0 : la 5G, enjeu de compétitivité et de relocalisation La valeur de la 5G pour l’industrie n’est pas directement située dans les infrastructures de réseaux en elles-mêmes : elle se trouve dans les usages et applications industriels qui vont être développés grâce aux caractéristiques et performances des réseaux 5G. La mise en œuvre de ces usages n’implique par ailleurs pas uniquement la 5G, mais l’ensemble des technologies et applicatifs liés, au premier rang desquels le cloud ou l’edge computing. La diversité de ces applications est large, et n’a sûrement pas été explorée en intégralité à ce jour. Quelques exemples observés durant les travaux de la Mission peuvent être soulignés :  le Fraunhofer IPT,7 en Allemagne, développe un cas d’usage visant à améliorer la précision et la qualité de la production lors des opérations d’affutage d’objets industriels critiques. Un capteur de vibration est connecté à un jumeau numérique de l’objet afin de pouvoir assurer un contrôle et un ajustement automatique de l’affutage. Un autre cas d’usage industriel de ce même Institut concerne la chaîne de production automobile du futur, où machines, robots industriels autonomes sont tous en mobilité, renseignée en temps réel par un très grand nombre de capteurs intelligents communicants ;  la SNCF, à Rennes, développe entre autres un cas d’usage sur la réalité augmentée pour les opérations de maintenance. Les performances de la 5G sont indispensables pour avoir une connectivité suffisante et une continuité de service, même en mobilité. Sur les sites industriels complexes que sont les technicentres de la SNCF, où les réseaux de type WiFi ont du mal à se propager, les réseaux mobiles privés sont particulièrement bien adaptés pour des cas d’usage plus simples comme la transmission de la voix. La figure 1 ci-après présente les différents cas d’usage industriels identifiés par la SNCF. 7 Créés en 1949, les Fraunhofer sont des instituts allemands spécialisés dans la recherche appliquée. 76 instituts et unités de recherches de ce type existent aujourd’hui en Allemagne. Plus d’informations sont disponibles ici : https://www.fraunhofer.de/en/about-fraunhofer.html Le Fraunhofer Institute for Prodution Technology (IPT) est notamment spécialisé dans les technologies de procédés et les machines de production. 12 Figure 1 - Exemples de cas d’usage industriels de la 5G identifiés par la SNCF dans l’industrie Source : SNCF Hub One, au Havre, déploie avec HAROPA PORT et un industriel de type Seveso un réseau 5G privé afin d’assurer la redondance 5G privé du site, permettant ainsi notamment le pilotage à distance de ses installations critiques. Des cas d’usage autour de la maintenance connectée des pompes et la digitalisation des services opérationnels pourront également être mis en œuvre sur la base de ce réseau 5G. D’une manière plus générale, on constate que les usages de la 5G sont divers selon le type d’industrie et la nature du site de déploiement. Ceux qui ont été cités le plus souvent lors des travaux de la Mission sont : - les lignes de production reconfigurables ; - les robots mobiles autonomes ; - les opérateurs connectés en mobilité, notamment avec la réalité augmentée ; - la maintenance prédictive ; - la communication « machine-to-machine » (M2M) 8 sans-fils ; - la surveillance et la gestion à distance, notamment de flottes ; - les communications critiques à très faible latence, par exemple pour stopper le processus de production ; - les applications nécessitant la réalité virtuelle ou augmentée ; - etc. La plupart de ces cas d’usage sont sous-tendus par le déploiement d’architectures se basant sur le cloud, l’edge et les jumeaux numériques, pour lesquels les caractéristiques de la 5G sont essentielles. Il ressort des échanges de la Mission avec des industriels en Allemagne que les cas d’usage de la maintenance prédictive, des applications à distance et de la communication M2M sans-fils y 8 C’est-à-dire les technologies permettant à deux objets de communiquer. 13 ont été identifiés comme les plus prometteurs à court et moyen termes pour l’industrie manufacturière locale. La 5G dans un contexte industriel peut également permettre l’accès aux services plus classiques des réseaux mobiles, privés comme publics. Par exemple, la transmission de données, la transmission de la voix ou les services « mission critique » dont la transmission de la voix à des groupes avec des terminaux « push-to-talk ».9 Bien que moins innovants, ces usages ne sont pas à négliger : ils permettent aux industriels d’agréger la majorité de leurs besoins de connectivité sur le seul réseau 5G. Ainsi, à travers les nombreux cas d’usage qu’elle permet, la 5G apparait comme une des composantes essentielles de l’industrie du futur. Elle constitue un réel enjeu de compétitivité industrielle comme de réindustrialisation. L’industrie française s’est engagée dans l’industrie 3.0 (automatisation, robotisation, numérisation des processus par des logiciels) depuis de nombreuses années, même si cela concerne encore davantage les grandes entreprises que les TPE et PME, et reste très hétérogène selon les filières. Le passage vers l’usine intelligente, connectée et durable mobilisant des technologies, relevant de l’industrie 4.0, est lui moins avancé. Le retard structurel des entreprises françaises est en cours de rattrapage depuis 2018, la dynamique autour de la numérisation de l’industrie s’accélérant en France. Une étude menée pour les représentants de la filière des solutions pour l’industrie du futur en 2019 indique que 50 % des entreprises industrielles souhaitent consacrer une partie importante de leur CAPEX (au moins 5 %) à de l’investissement dans des solutions industrie du futur.10 Comme cela a été évoqué en introduction, la réindustrialisation en France s’inscrit en corolaire de la transition numérique de l’industrie et du passage vers l’industrie du futur. Cela est illustré par de nombreux projets de relocalisation soutenus dans le cadre de France Relance11. La disponibilité de solutions et de savoir-faire en France dans ce domaine est essentielle pour assurer la compétitivité du tissu industriel. Ainsi, les nombreux cas d’usage permis par la 5G lui donnent un rôle clé dans l’industrie du futur, comparable à celui d’un « système nerveux ». La maîtrise de la 5G par les industriels et leurs équipementiers est donc un élément indispensable du passage vers l’industrie du futur. La 5G industrielle n’est donc pas tant un sujet d’infrastructures de réseau, mais un sujet d’intégration d’une nouvelle technologie de connectivité dans des contextes industriels variables et complexes en cours de numérisation. b) Les changements de paradigme induits par la 5G : nouveau marché et nouveaux acteurs La 5G, par sa conception et son architecture, constitue une rupture pour le marché des télécoms. Au-delà des aspects techniques et d’amélioration des performances, la Mission identifie deux enjeux industriels sous-jacents à la manière dont la 5G a été conçue. Tout d’abord, contrairement à ses prédécesseurs, la 5G a été pensée et conçue pour adresser des usages professionnels. La 5G dite « Non-Standalone » (NSA)12 , telle qu’elle a été mise en fonctionnement en 2020 dans les réseaux publics en France, vise en premier lieu à permettre 9 LD Expertise, « Étude de marché sur les ‘’Réseaux Mobiles Privatifs’’ (RMP) », Septembre 2021, réalisé pour le compte de Nokia. 10 Accenture Strategy, « L’industrie du futur : le levier pour relancer l’industrie française », 2019, étude réalisée pour le compte de AIF, Gimelec et Symop. 11 On peut citer : les cuves en acier émaillé d’Auer à Feuquières-en-Vimeu (80), des briques technologiques de cartes à puce d’Eyco à Treys (13), la gamme dynamométrique de Sam Outillage à Saint-Etienne (42). 12 Architecture de réseau où le cœur de réseau est 4G et la partie radio 5G. C’est une version préliminaire de la 5G. 14 aux opérateurs de répondre aux besoins de connectivité croissants. Cependant, la raison d’être à terme de la 5G est bien « la mutation de l’industrie, des services et de la mobilité qu’elle devrait permettre ».13 Cela sera notamment permis par le déploiement à partir de 2023 de la 5G dite « Standalone » (SA), c’est-à-dire où l’ensemble des composantes du réseau sont spécifiques à la 5G, y compris le cœur du réseau. La standardisation progressive de la 5G à travers la publication de releases par le 3GPP14 , organisme en charge de la définition des spécifications techniques des réseaux mobiles, permet d’étoffer les capacités de la 5G utiles à l’industrie. La release 15 a défini dès 2017 les premières spécifications de la 5G. Les fonctionnalités et capacités de la 5G les plus prometteuses pour l’industrie (internet des objets, faible latence, etc.) ont été ou vont être progressivement spécifiées jusqu’en 2024 avec les releases 16, 17 et 18.15 Figure 2 - Apports des différentes releases de The 3rd Generation Partnership Project (3GPP) pour les usages industriels de la 5G. Source : Nokia La 4G permet déjà de traiter un certain nombre de cas d’usage professionnels. Depuis le milieu des années 2010, les réseaux mobiles privés (PMR) sont en plein essor au niveau mondial. Bien que plus complexes à opérer et plus chers que le WiFi ou les réseaux LPWAN, 16 ils apportent des garanties de performance et de sécurité supérieures à ces technologies de télécommunications radio pour leur utilisation dans des contextes professionnels.17 La 5G et ses caractéristiques ouvrent cependant réellement la voie vers cette transition des réseaux cellulaires vers les usages professionnels intensifs. 13 Rapport de l’Académie des sciences, « Rapport sur la 5G et les réseaux de communications mobiles », 12 juillet 2021, p. 17. 14 « Third Generation Partnership Project », c’est-à-dire l’entité en charge de la production et de la publication des spécifications techniques pour les réseaux mobiles, depuis la 3G à la 5G aujourd’hui. 15 CSF Infrastructures numériques, « 5G : Stratégie et Enjeux. Livre Blanc », Septembre 2020, p.4. Toutes les informations sur ces releases sont disponibles sur le site internet du 3GPP : https://www.3gpp.org/specifications/67-releases 16 Low Power Wide Area Network, c’est-à-dire des réseaux bas débit, basse consommation et de longue portée. Ils sont souvent optimisés pour connecter en grand nombre des objets sur de larges espaces. Source : ARCEP, « Réseaux du futur. Note n°3. Enjeux de connectivité : l’exemple des territoires ‘‘intelligents’’ », 4 juillet 2019, p.4. Disponible : https://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/reseaux-du-futur-villes-intelligentes-juillet2019.pdf 17 LD Expertise, « Étude de marché sur les ‘’Réseaux Mobiles Privatifs’’ (RMP) », Septembre 2021, réalisé pour le compte de Nokia. 15 Figure 3 – Apports pour les usages industriels de l’évolution des réseaux mobiles de la 4G vers la 5G Source : Nokia Existant bien avant le développement de la 5G, le marché de la connectivité industrielle est basé sur un ensemble de réseaux hétérogènes. Les réseaux WiFi portent les usages liés à la donnée, les réseaux DECT portent les usages liés à la voix, les réseaux LPWAN comme LoRa ou Sigfox portent les usages de l’internet des objets bas débits, les réseaux TETRA les communications critiques, etc. La modularité des réseaux 5G privés a l’avantage de permettre de combiner plusieurs de ces fonctions et les garanties qu’elles requièrent au sein d’une seule infrastructure, avec une qualité de service et une fiabilité réelles. A contrario, les réseaux WiFi par exemple ne garantissent pas une qualité de service suffisante pour avoir des usages à très faible latence ou critiques, tels qu’ils sont attendus dans l’industrie (contrôle de processus, robots autonome, etc.). La 5G n’est pas toujours adaptée : ces autres réseaux professionnels sont dimensionnés pour des besoins très précis de certains industriels, qui les maîtrisent et les opèrent à des coûts compétitifs. L’optique professionnelle grandissante des réseaux cellulaires et notamment de la 5G implique un changement de la manière dont les opérateurs et équipementiers télécoms vont devoir concevoir et commercialiser leurs offres. L’offre de solutions et services autour des réseaux mobiles, historiquement tournée vers le grand public, doit pouvoir maintenant adresser le marché de l’industrie, aux besoins et modes de fonctionnement très différents. Le marché des équipements télécoms connaît avec la 5G un changement de paradigme majeur avec la montée en puissance de la virtualisation des réseaux. Une place décisive est dévolue au logiciel dans l’ensemble de la chaîne de valeur des télécoms. Cette rupture concerne en particulier les technologies d’accès du réseau radio mobile, sans s’y réduire, et devrait amener une reconfiguration du marché à l’avantage des acteurs de l’industrie informatique (IT). Plusieurs technologies à forte valeur ajoutée contribuent également à cette transformation des réseaux comme l’automatisation et l’intégration de l’Intelligence artificielle (IA), la « cloudification », l’interopérabilité des réseaux, la gestion de la connectivité hétérogène des objets connectés, la convergence entre les réseaux fixes et mobiles autour de cœurs 5G unifiés, et la cybersécurité de bout en bout. Cette nouvelle tendance de développement des réseaux du futur ouvre la voie à des infrastructures de réseaux plus ouvertes, virtualisées et « cloudifiées ». Toutefois, elle offre de nouvelles vulnérabilités. La segmentation des niveaux du réseau impose de nouvelles contraintes de sécurité et une meilleure prise en compte du risque cyber. Par ailleurs, des acteurs américains et asiatiques disposent d’une avance importante sur ce segment de marché du cloud et de l’edge computing, ce qui pose un risque en termes de maîtrise des 16 infrastructures et d'indépendance technologique. Par exemple, Amazon Web Services (AWS) a annoncé en novembre 2021 commercialiser sa propre offre de réseau 5G privé à destination spécifiquement du marché professionnel.18 La capacité de ces acteurs à s’insérer sur le marché de la 5G pour les professionnels, y compris l’industrie, est donc réelle et questionne la manière dont les acteurs européens de la 5G, qu’ils soient historiques ou non, s’en saisissent ou vont s’en saisir. Dans ce contexte de mutation technologique et concurrentielle, la virtualisation des réseaux constitue donc une opportunité pour les acteurs porteurs de nouvelles solutions sur les réseaux télécoms du futur. Cela concerne notamment les entreprises innovantes qui seront capables d’accompagner les équipementiers dans l’adaptation à ces nouvelles conditions de marché. La France dispose en particulier de compétences techniques de pointe dans le développement logiciel et matériel, notamment sur le développement de cœurs de réseau, d’accès radio et de réseaux de raccordement. Ainsi, la conception de la 5G, pour des usages professionnels et sur la base d’architectures de plus en plus virtuelles, amène un changement de paradigme fort pour le marché des télécoms. Les enjeux de maîtrise des infrastructures et d’indépendance technologique sont donc sousjacents au marché émergent de la 5G industrielle. 18 https://press.aboutamazon.com/news-releases/news-release-details/aws-announces-aws-private-5g 17 2 - ÉTAT DES LIEUX L’état des lieux de la 5G industrielle proposé dans ce rapport est divisé en trois volets. Tout d’abord, un état des lieux de la dynamique et des postures industrielles autour des usages de la 5G en France. Ensuite, un état des lieux des possibilités et attentes des acteurs concernant les aspects réglementaires et de déploiement de la 5G industrielle. Enfin, un état des lieux nonexhaustif de la 5G industrielle dans le monde. a) La dynamique française autour de la 5G industrielle La 5G industrielle fait l’objet de politiques publiques et d’initiatives privées particulièrement volontaristes depuis trois ans. Les premiers projets d’usage de la 5G pour l’industrie ont commencé dès 2019. L’ARCEP et le Gouvernement ont lancé conjointement en 2019 un appel à la création de plateformes d’expérimentation 5G dans la bande de fréquences 26 GHz. L’objectif de cet appel était de « favoriser l’appropriation par l’ensemble des acteurs des possibilités offertes par cette bande de fréquences, et d’identifier les nouveaux usages de la 5G ».19 Parmi les 11 lauréats, des projets industriels sont notables : sur le port du Havre dans un contexte industrialo-portuaire ou sur la gare de Rennes pour les applications de maintenance à distance. Dans le cadre de la signature de son contrat de filière en décembre 2019, le CSF Infrastructures numériques a lancé la structuration d’un réseau de plateformes d’expérimentation de la 5G et de ses usages.20 La montée en puissance de ce réseau depuis deux ans a permis d’identifier 15 plateformes d’expérimentation, dont 6 sont dédiées aux usages de la 5G pour l’industrie.21 Parmi celles-ci, 3 sont implémentées directement sur des sites industriels en activité : « 5G STEEL » sur les sites d’Arcelor Mittal à Dunkerque et Florange, « Lab PCN 5G » sur le site d’Acome à Romagny et « Living Lab 5G » sur le technicentre SNCF à Rennes. La plupart de ces plateformes ont été soutenues, et souvent initiées, via un Appel à projets (AAP) lancé en août 2020 par le Gouvernement dans le cadre du Plan de Relance pour l’industrie. 22 L’objectif de cet AAP était de soutenir des projets de plateformes d’expérimentation des usages de la 5G pour des donneurs d’ordres « verticaux », c’est-à-dire des entités qui vont utiliser la 5G pour leurs activités. Clos le 7 septembre 2021, cet AAP aura permis de soutenir au total 21 plateformes, pour un montant d’investissements de 175 millions d’euros, dont 65 millions d’euros de financements publics. Neuf de ces plateformes sont dédiées à la 5G industrielle.23 Elles permettent des expérimentations très variées. 19 https://www.arcep.fr/actualites/les-communiques-de-presse/detail/n/5g-6.html 20 Le contrat de filière est disponible à l’adresse suivante : https://www.conseil-nationalindustrie.gouv.fr/files_cni/files/csf/infrastructures-du-numerique/contrat_csf_infrastructures_numeriques.pdf 21 La liste des plateformes labellisées par le CSF est disponible à l’adresse suivante : https://www.fftelecoms.org/5g/soutien-du-comite-strategique-de-filieres-infrastructures-numeriques-projetsinnovants-lies-au-developpement-de-la-5g/ 22 https://www.entreprises.gouv.fr/fr/aap/numerique/ressources/5g-appel-projets-sur-la-souverainete-dans-reseauxde-telecommunications 23 Les 9 plateformes dédiées pour partie à la 5G industrielle sont : 5G Calais 4.0, 5G Steel, Dev 5G Industrie, PCN 5G, Living Lab 5G, PI5G, 5G Innov Lab, CRIIoT, 5G mMTC. 18 Par exemple : - le projet PI5G porté par le CEA vise le développement d’expérimentations d’usages innovants de réalité virtuelle pour l’industrie en s’appuyant sur la 5G ; - le projet « PCN 5G » d’ACOME et Alsatis vise le déploiement d’une infrastructure 5G sur le site industriel d’ACOME à Romagny pour tester, évaluer puis déployer des usages de l’industrie 4.0 comme la maintenance prédictive, les techniciens augmentés, la sécurisation des AGV, les drones, les équipements de vision intelligente ou la supervision des lignes de production avec des caméras ; 24 - le projet 5G Steel d’Arcelor Mittal vise le déploiement d’un réseau 5G sur les sites de production métallurgique de Florange et de Dunkerque. Des cas d’usage autour de la conduite autonome de trains industriels ou la maintenance augmentée des trains vont être développés. Les cas d’usage autour de la voix seront aussi centraux pour ce projet, ce type de site industriel étant souvent situé en zone blanche avec des besoins de communications critiques forts.25 24 Plus d’informations sur le projet disponibles ici : https://www.acome.com/fr/newsroom/groupe/acome-et-sonpartenaire-alsatis-laureats-du-plan-france-relance-du-gouvernement 25 Plus d’informations sur le projet disponibles ici : https://www.orange-business.com/fr/presse/arcelormittal-sassocieorange-business-services-et-ericsson-pour-lancer-plus-grand-reseau-5g 19 Figure 4 - Carte des 21 projets de plateformes d’expérimentation des usages de la 5G soutenus dans le cadre du plan de France Relance et de la stratégie d’accélération sur la 5G Source : Direction générale des Entreprises Cet AAP et le suivi du réseau de plateformes d’expérimentations s’inscrivent dans le cadre plus général de la Stratégie d’accélération sur la 5G et les futures technologies de réseaux de télécommunications, dont le premier axe est dédié au développement des usages de la 5G. Cette Stratégie d’accélération sur la 5G a vocation à soutenir le développement d’une offre souveraine et sécurisée afin de garantir la maîtrise de bout en bout des réseaux télécoms. L’État s’est engagé, via le quatrième Programme d’investissements d’avenir (PIA4), à mobiliser 480 millions d’euros de financements publics, notamment pour soutenir des projets prioritaires d’ici 2022, et jusqu’à 735 millions d’euros de financements publics d’ici 2025, ce qui permettra, par effet de levier, de mobiliser jusqu’à 1,7 milliard d’euros d’ici 2025. Cette stratégie 20 d’accélération devra permettre de créer jusqu’à 20 000 nouveaux emplois à horizon 2025. Elle accompagnera la croissance du marché 5G en France en visant 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires à horizon 2025. En parallèle de ces expérimentations impulsées ou animées dans le cadre de politiques publiques, un certain nombre d’initiatives privées ont été lancées. Certaines entreprises ont mis en œuvre des expérimentations sur leurs sites industriels. Par exemple, Schneider Electric dans son usine de Vaudreuil déploie des cas d’usage autour de la réalité augmentée et de la télé-présence. 26 Lacroix Electronics a développé des expérimentations préliminaires d’usages industriels de la 5G dans le cadre de la préparation d’un projet de construction d’une « smart » usine à Beaupréau. Merem Electronique, lauréat du Plan de Relance dans le secteur de l’électronique, a lancé récemment un projet de transformation numérique de ses processus de production s’appuyant sur la 5G. Airbus mène également une démarche de long terme autour des usages de la 5G pour ses usines. D’autres acteurs de la 5G industrielle ont fait le choix de créer des « 5G Labs », comme Orange ou Capgemini, qui ont été auditionnés par la Mission. L’« Orange 5G Lab » de Charbonnièresles-Bains, fonctionnant aujourd’hui sur réseau public, a un tropisme industriel par son inclusion dans le « Campus Région du numérique », où sont aussi présentes des plateformes dédiées à l’industrie du futur. Capgemini a ouvert un « 5G Lab » dédié aux usages de la 5G en France en 2021. Ce « Lab » permet à Capgemini de proposer un ensemble de services autour de la 5G, de la découverte de la technologie au test de solutions. Ainsi, la 5G industrielle connait aujourd’hui en France un certain nombre d’expérimentations menées sur tout le territoire par des industriels et des acteurs que nous dénommeront « activistes » dans ce rapport. Les auditions menées par la Mission 5G industrielle invitent à mettre en perspective ce constat général de début de foisonnement d’expérimentations. Tout d’abord, s’ils sont en augmentation, les projets d’expérimentation de la 5G industrielle ne sont, pour leur majorité, qu’à un stade de préparation et de planification. L’obtention puis le partage de résultats utiles à tout l’écosystème ne pourra avoir lieu avant plusieurs mois ou années. Une partie de ces projets pourrait également ne pas aboutir. Ensuite, ces projets sont portés en grande partie par les directions de l’innovation, de la R & D ou du numérique des entreprises industrielles les hébergeant, avec des liens faibles avec les directions opérationnelles ou avec les systèmes d’informations de ces mêmes entreprises. Le temps entre l’expérimentation et l’implémentation de la 5G dans le processus de production peut être long. Cette implémentation peut également ne jamais avoir lieu. Enfin, une partie de ces projets ne porte pas sur le processus de production au sens strict mais sur des activités annexes, où la valeur ajoutée du cas d’usage ou de la 5G peut être plus faible. Ainsi, si un nombre significatif d’expérimentations est mené en France, l’implémentation et la diffusion dans les processus de production à court ou moyen termes sont plus incertaines. La Mission constate que la posture globale des industriels français vis-à-vis de la 5G est en retrait en comparaison de ce nombre restreint d’« activistes ». Si les projets cités jusqu’ici restent globalement prometteurs, peu d’autres projets de 5G industrielle en France ont été identifiés par la Mission. Certains industriels, une minorité, commençant des projets qui relèvent de la veille technologique ou s’intéressant à la 5G, peuvent être considérés par la Mission comme des « informés ». La grande majorité du tissu industriel français est dans une posture que nous nommerons ici « attentiste », beaucoup plus éloignée de la 5G industrielle. Les raisons de cet éloignement sont diverses. Certaines entreprises industrielles ne sont pas encore allées assez loin dans leur transition vers l’industrie 3.0 puis 4.0 pour pouvoir envisager 26 https://www.orange.com/fr/newsroom/communiques/2020/orange-et-schneider-electric-experimentent-les-casdusage-de-la-5g-0 21 l’utilisation de la 5G. D’autres indiquent manquer d’informations, de ressources d’accompagnement disponibles ou d’offres adaptées pour lancer une démarche autour de la 5G industrielle, dont elles n’arrivent pas encore à identifier le potentiel en comparaison à d’autres technologies de connectivité comme le WiFi ou les réseaux LPWAN. Les industriels soulignent les freins qui existent encore au déploiement de cette technologie, par exemple l’accès aux fréquences ou le nombre faible de terminaux compatibles. Enfin, beaucoup d’entreprises considèrent que la 5G est une technologie destinée au marché « grand public » uniquement et n’ont aucune conscience des enjeux qu’elle représente pour le futur de leurs activités industrielles. Ce premier volet de l’état des lieux de la 5G industrielle en France permet donc de dégager deux constats clairs. Tout d’abord, la 5G industrielle fait l’objet d’un vrai volontarisme et de politiques publiques fortes, autour d’un petit nombre d’industriels « activistes ». Cependant, ces initiatives restent peu nombreuses. Les industriels français sont dans l’immense majorité dans une posture parfois « informée » et le plus souvent « attentiste » vis-à-vis d’une technologie dont ils attendent d’avoir une meilleure compréhension et un plus grand nombre de retours d’expérience. b) Modes de déploiement et cadre réglementaire pour la 5G industrielle en France Les modalités de l’accélération du déploiement de la 5G industrielle ont été au cœur des travaux de la Mission 5G industrielle. En effet, le changement de paradigme sous-jacent à l’émergence du marché de la 5G industrielle, tel que décrit en première partie de ce rapport, invite à réfléchir aux conditions techniques et réglementaires nécessaires à un développement de solutions 5G adaptées aux différents besoins des industriels. Cette réflexion se porte ici sur deux éléments : la possibilité d’accéder à des offres 5G industrielle adaptées aux besoins, incluant les compétences, et l’accessibilité des fréquences. Concernant les modalités techniques de déploiement, la Mission constate que les offres 5G industrielle doivent pouvoir s’adapter aux besoins des industriels utilisateurs. Cela concerne en premier lieu les types de réseaux 5G utilisés. 27 C’est-à-dire aussi bien :  le réseau 5G public opéré par les opérateurs télécoms nationaux, également utilisé pour les services « grand public ». Ce réseau pourra être divisé en tranches de réseaux distinctes avec la technique dite du « slicing », qui vise à dédier une partie des ressources du réseau public à certains utilisateurs et usages. Les usages industriels pourront ainsi être « séparés » des usages publics au sein d’un même réseau. Cela les préservera de certaines contraintes des réseaux publics, notamment les éventuelles surcharges. Le network slicing est une nouveauté apportée par la 5G dans son mode standalone (SA) et ne sera pas disponible avant 2023 au plus tôt. 27 Plusieurs synthèses sur les types de réseaux 5G sont disponibles sur internet. La synthèse réalisée par Hub One a notamment été utilisée dans le cadre de la Mission 5G industrielle : Hub One, « Livre Blanc. Industrie 4.0 et réseaux mobiles privés : la connectivité 5G est à votre portée », disponible à : https://www.hubone.fr/ressources/livre-blanc-5g-privee/?doing_wp_cron=1645390294.1003479957580566406250 22 Figure 5 - Schéma d’une architecture de réseau mobile professionnel s’appuyant sur le « network slicing » Source : Hub One  un réseau 5G privé, c’est-à-dire un réseau qui utilise des bandes de fréquences dédiées et repose sur des infrastructures propres, incluant un cœur de réseau. Figure 6 - Schéma d’une architecture de réseau mobile professionnel privé dédiée « sur site » Source : Hub One  un réseau hybride, c’est-à-dire un réseau reposant en partie sur des infrastructures propres et en partie sur des infrastructures mises à disposition par un tiers (souvent le cœur de réseau). 23 Figure 7 - Schéma d’une architecture de réseau mobile professionnel hybride avec le cœur de réseau distant du site radio de l’entreprise Source : Hub One Chacun des trois réseaux a des avantages et des inconvénients qui lui sont propres. Un réseau complètement privé, avec l’ensemble des équipements dédiés et localisés sur le site, entraîne des coûts d’acquisition importants. Son opération et sa maintenance requièrent des compétences très précises rarement disponibles au sein d’entreprises industrielles dont ce n’est pas le cœur de métier. Le coût d’acquisition des fréquences doit également être pris en compte. Cependant, ces réseaux peuvent permettre une maitrise de bout-en-bout de la connectivité, ce qui est un critère essentiel pour certains des industriels audités par la Mission. Les réseaux hybrides peuvent être de différentes natures et peuvent amener à une mutualisation des coûts et des compétences sur plusieurs sites, avec d’autres industriels ou avec un opérateur. Enfin, les réseaux publics permettent de s’appuyer sur des réseaux entièrement existants mais ne permettent pas d’internaliser la maîtrise de sa connectivité. Ils font également reposer la qualité de service entièrement sur des réseaux externes à l’entreprise. Si la solution d’un réseau entièrement privé ne semble pas encore aujourd’hui accessible à la majorité des industries d’une taille plus modérée, pour des raisons financières ou de compétences, les seuls réseaux publics ne pourront pas non plus répondre aux besoins de tous les industriels. Ces trois typologies de réseaux, qui répondent à différents besoins pour l’industrie, ont leur modèle économique propre et peuvent donc avoir un marché spécifique à saisir. La question de la maîtrise est sous-tendue par celle des compétences. Plusieurs industriels audités ont souligné le manque d’ingénieurs disponibles sur le marché avec des profils « mixtes », c’est-à-dire sensibles à la fois aux sujets industriels, informatiques comme télécoms. De manière plus générale, l’hybridation des technologies entre l’informatique, les télécommunications et l’industrie est à la base de la 5G industrielle. Son développement plus large dans l’industrie française posera une question de disponibilité des compétences idoines sur le marché du travail. Une des conditions pour que les réseaux privés ou hybrides puissent être déployés au plus proche des besoins des industriels repose sur la capacité à se fournir en équipements et en services à des prix compatibles avec les modèles économiques et de manière suffisamment facile à prendre en main et à intégrer aux réseaux et équipements existants. 24 La Mission constate au travers de ses travaux que la France dispose d’un écosystème de fournisseurs de solutions et d’intégrateurs très dynamiques autour des réseaux privés 5G pour l’industrie. Dans un contexte de virtualisation accrue des réseaux, ces entreprises permettront de construire un panel d’offres adaptées à la dimension, aux besoins et aux modèles économiques des sites industriels. Des acteurs américains ou asiatiques se positionnent également sur ce type de réseaux 5G privés pour l’industrie, à l’image d’AWS qui a lancé sa solution dédiée en 2021.28 Enfin, des travaux sont menés autour de l’« ouverture » de certaines interfaces au niveau du réseau d’accès, ce qui donne la possibilité d’agréger des briques technologiques issues de fournisseurs différents. Il ressort des travaux de la Mission que ce type de solutions ouvertes ne sont pour la plupart pas encore matures et que, si leur prix d’acquisition est souvent inférieur à celui de solutions plus classiques, leur coût d’opération et de maintenance est encore significativement élevé. De plus, elles requièrent un grand degré de maitrise technique pour être déployées et opérées. Par ailleurs, le déploiement de réseaux 4G privé constitue pour certains industriels une étape préalable à la 5G en raison des coûts plus faibles de ces réseaux et de la plus grande maturité de l’écosystème. Le déploiement de réseaux privés pour des usages professionnels a commencé avec la 4G depuis le milieu des années 2010.29 Sur l’ensemble des réseaux mobiles privés 4G ou 5G annoncés publiquement en 2020, 27 % étaient 5G à la fin de l’année 2020 contre 41 % en octobre 2021. 30 La Mission constate également que la disponibilité réelle d’offres 5G industrielle simples à prendre en main ou prêtes à l’emploi revêt un enjeu majeur. De nombreux industriels audités ont déploré le manque d’équipements industriels compatibles avec la 5G industrielle. Ce problème est en partie lié aux bandes de fréquences disponibles en France pour les réseaux privés (point développé ci-dessous). Il est aussi lié à une faible disponibilité sur les catalogues des équipementiers industriels, notamment français, de solutions 5G industrielle. Plusieurs des interlocuteurs industriels de la Mission ont souligné le rôle central qu’auront ces équipementiers et leurs revendeurs dans la diffusion de la 5G industrielle : beaucoup d’équipements industriels embarquent aujourd’hui leur propre technologie de connectivité (par exemple WiFi), souvent propriétaire. Plus généralement, les industriels audités ont souligné que : le plus les offres 5G industrielle seront « clé-en-main » (équipements de réseaux, applicatifs, gestion des données, terminaux, etc.), le plus elles seront facilement adoptées. Ainsi, la Mission constate que le développement de la 5G industrielle dépendra de la capacité des industriels de se fournir en équipements et solutions 5G adaptées à leurs besoins. Le marché des solutions 5G pour l’industrie est encore en construction et représente réellement une opportunité pour nombre d’acteurs français. Le déploiement de solutions 5G industrielles dépendra également de la capacité des industriels à accéder aux fréquences. Même si le sujet de l’attribution des fréquences n’est pas du ressort de la Mission, beaucoup de commentaires et questions à ce propos ont été entendus lors des auditions. 28 https://press.aboutamazon.com/news-releases/news-release-details/aws-announces-aws-private-5g 29 LD Expertise, « Étude de marché sur les ‘’Réseaux Mobiles Privatifs’’ (RMP) », Septembre 2021, réalisée pour le compte de Nokia. 30 Analyse d’Ericsson, basée sur : Analysis Mason, « Private LTE/5G networks deployments 3Q 2021 : trends and analysis », 2021. 25 Aujourd’hui, pour accéder à des fréquences pérennes pour déployer des réseaux privés ou hybrides, les industriels ont deux possibilités :  l’attribution de la bande 2,6 GHz TDD (2570 ‑ 2620 MHz), dans le cadre d’un guichet dédié ouvert par l’ARCEP en 201931 ;  l’accès aux fréquences d’un des quatre opérateurs nationaux dans la « bande-cœur » de la 5G 3,5 GHz (3,49 – 3,8 GHz), qui leur a été attribuée en 2020.32 Les modalités d’accès aux fréquences, telles qu’elles existent aujourd’hui, ont fait l’objet de retours d’expérience mitigés de la part de la totalité des acteurs rencontrés dans le cadre de la Mission. Tout d’abord, le guichet 2,6GHz apparaît comme trop compliqué d’accès en raison du mode de calcul des redevances pour son attribution.33 Le premier palier de redevances comprend les surfaces de 0 à 100 km2 pour un prix de 70 000 euros par an. La surface de 100 km2 est largement supérieure à la très grande majorité des installations industrielles. Le prix pour ce premier palier est prohibitif pour la plupart des industriels qui souhaitent mener aujourd’hui des expérimentations, visant justement à tester le modèle économique encore incertain qu’ils pourraient tirer des usages de la 5G. Certains industriels ont également jugé le délai d’attribution trop long (il peut atteindre dans certains cas jusqu’à six mois). On peut noter la seule disponibilité d’une largeur de bande de 40 MHz, insuffisante pour mettre en œuvre certains cas d’usage nécessitant de forts débits. Seules 12 autorisations d’utilisation des fréquences (AUF) ont été délivrées à ce jour avec ce guichet.34 L’accès aux fréquences par la bande 3,5GHz, attribuée aux opérateurs nationaux, semble lui aussi aujourd’hui difficile à mettre en œuvre. L’attribution de ces fréquences introduit une obligation visant à faciliter ces partenariats avec les industriels à partir de 2023 : les opérateurs titulaires des fréquences doivent répondre « aux demandes raisonnables selon sa préférence […] soit par son réseau mobile au travers d’une offre sur mesure ou d’une offre disponible […] soit par la mise à disposition locale de tout ou partie des fréquences de la bande 3490 – 3800 MHz dont il est titulaire ». 35 Les éléments relatifs à la mise en œuvre de cette obligation ne sont pas précisés dans les autorisations d’utilisation des fréquences. Le terme « raisonnable » n’est pas non plus défini. De nombreux acteurs rencontrés par la Mission ont exprimé leurs difficultés à entrer en contact avec les opérateurs nationaux pour solliciter l’accès à ces fréquences, ainsi que le manque d’offres pour cela. D’autres acteurs ont souligné le manque de souplesse de cette solution pour le développement de réseaux 5G industrielle privés : le manque actuel d’offres d’opérateurs adaptées aux besoins et l’absence de garantie sur l’accord final des titulaires à laisser un accès aux fréquences apparaît comme un frein au lancement d’un projet 5G industrielle. Certains acteurs ont souligné à la Mission un enjeu connexe à l’accès aux fréquences : la nécessaire continuité de service entre réseaux publics et réseaux privés. Elle demande par exemple des accords de roaming entre les opérateurs nationaux et l’opérateur du réseau privé industriel, et repose donc également sur la disponibilité de telles offres. Les alternatives 31 https://www.arcep.fr/demarches-et-services/professionnels/transformation-numerique-des-entreprises/guichetdattribution-des-frequences-de-la-bande-26-ghz-tdd.html 32 https://www.arcep.fr/la-regulation/grands-dossiers-reseaux-mobiles/la-5g/frequences-5g-procedure-dattributionde-la-bande-34-38-ghz-en-metropole.html 33 Redevances fixées par l’article 8-1 du Décret n°2007-1532 du 24 octobre 2007. 34 https://www.arcep.fr/demarches-et-services/professionnels/transformation-numerique-des-entreprises/guichetdattribution-des-frequences-de-la-bande-26-ghz-tdd.html 35 Extrait des décisions n°2020-1254, n°2020-1255, n°2020-1256 et n°2020-1257 de l’ARCEP en date du 12 novembre 2020. Les décisions sont disponibles à : https://www.arcep.fr/la-regulation/grands-dossiers-reseaux-mobiles/la5g/frequences-5g-procedure-dattribution-de-la-bande-34-38-ghz-en-metropole.html 26 techniques comme les terminaux multi-SIM ou eSIM n’ont pas été présentées comme satisfaisantes par les industriels auditionnés. Ainsi, l’accès à une bande de fréquences pérenne pour les réseaux privés 5G industriels tel qu’il est actuellement possible apparaît comme un point bloquant pour beaucoup d’industriels dans le lancement ou la mise en œuvre de leur projet 5G industrielle. La conclusion de cette partie sur les modalités de déploiement de la 5G industrielle en France est double. Tout d’abord, l’offre 5G industrielle va devoir continuer d’évoluer pour permettre aux industriels de trouver des solutions adaptées à leurs besoins. Ensuite, l’accès aux fréquences n’est aujourd’hui pas assez adapté aux besoins des industriels. c) Panorama international Afin d’apporter un éclairage comparatif à cet état des lieux en France, un panorama nonexhaustif de la 5G industrielle au niveau international a été réalisé par la Mission. Ce panorama s’est concentré en premier lieu sur l’Allemagne, mais également sur des pays comme la Corée du Sud, le Japon ou les États-Unis. D’un point de vue mondial, la dynamique autour de la 5G industrielle est hétérogène et toujours centrée sur les expérimentations. La Mission constate qu’aucun pays ne semble se détacher véritablement avec un passage à l’échelle généralisé des usages de la 5G dans l’industrie. La dynamique est plutôt centrée sur le développement plus ou moins large d’expérimentations. Par exemple, les acteurs auditionnés ayant une visibilité sur la Corée du Sud indiquent que, si le marché 5G « grand public » est particulièrement mature, le marché des usages industriels de la 5G est encore dans une dynamique expérimentale. Les questionnements sur le changement de paradigme du marché des télécoms, d’une perspective « grand public » vers une perspective d’usages industriels, semblent identiques à ceux existants en France. En Allemagne, la dynamique industrielle autour des usages de la 5G est assez forte. Des acteurs clés de la transformation numérique de l’industrie comme les Fraunhofer se sont emparés du sujet depuis plusieurs années. Le « 5G Industry Campus Europe » (5GICE), 36 hébergé au sein du Fraunhofer IPT, a été lancé en mai 2020. Il propose sur la base de 7 000 m2 d’ateliers, des bancs de tests et des solutions de prototypage d’usages de la 5G en vue d’un passage à l’échelle en usine. Le Fraunhofer IPT développe ainsi pour des industriels plusieurs cas d’usage de la 5G en vue d’une implémentation rapide sur les sites de production des donneurs d’ordre. Par exemple le cas d’usage autour de l’affûtage de produits industriels (cf. Section 1), ou des cas d’usage de robots mobiles autonomes. Le 5GICE propose également aux industriels une offre de services dédiée : journée « découverte », identification de cas d’usage pertinents, analyses d’impact, planification de projet et aide à l’implémentation. L’exemple du 5GICE n’est pas isolé en Allemagne. Les constructeurs automobiles se sont par exemple emparés du sujet de la 5G. Volkswagen a déployé sur son usine de Wolfsburg un réseau privé 5G et un projet pilote de tests de cas d’usage pour rendre les lignes de production flexibles.37 On peut également noter l’activisme des fédérations professionnelles allemandes. Le VDMA, 38 audité dans le cadre de la Mission, mobilise une centaine de ses membres autour d’une plateforme de coopération dédiée à la connectivité industrielle sans fil, au premier rang desquels la 5G. Des équipementiers industriels allemands produisent et mutualisent ainsi les 36 Plus d’information sur le 5G Industry Campus Europe disponibles à : https://5g-industry-campus.com/ 37https://www.volkswagenag.com/en/news/2021/10/volkswagen-tests-5g-for-production-on-its-way-to-smartfactories.html# 38 Verband Deutscher Maschinen und Anlagenbau, c’est-à-dire l’association allemande des industries de génie mécanique. 27 premières solutions 5G industrielle (AGV, solution de géolocalisation, etc.) adaptées aux besoins à court terme de leurs clients. L’activisme de ces écosystèmes industriels autour des usages de la 5G semble être corrélé à une certaine facilité d’accès aux fréquences pour les réseaux privés 5G. En Allemagne, le régulateur (BNetzA) a choisi de mettre à disposition des industriels une bande de fréquence de 100 MHz entre 3,7 et 3,8 GHz. Les fréquences sont disponibles selon une procédure jugée simple et rapide par les acteurs allemands audités. Elles peuvent être attribuées localement, à l’échelle d’une usine, et doivent être utilisées dans l’année sous peine d’un retrait de l’autorisation. Plus de 170 attributions ont déjà été faites à ce jour via ce dispositif. Aux États- Unis, un système appelé CBRS39 a été mis en place pour faciliter l’accès aux fréquences pour les réseaux locaux. Il se base sur un principe de partage dynamique des ressources fréquentielles dans la bande 3,5 – 3,7 GHz entre trois catégories d’utilisateurs, du plus au moins prioritaire. Au Japon, où l’écosystème 5G industrielle a été présenté comme très dynamique par certains acteurs audités y travaillant, des fréquences sont disponibles pour les réseaux privés dans la bande 4,6 – 4,8 GHz. Figure 8 - Différentes initiatives de réservation de spectre pour les réseaux mobiles privatifs dans le monde Source : LD Expertise, « Étude de marché sur les ‘’Réseaux Mobiles Privatifs’’ (RMP) », Septembre 2021, réalisée pour le compte de Nokia. Figure modifiée avec l’accord de ses auteurs. La comparaison entre ces écosystèmes 5G industrielle et l’écosystème français conduit à tirer plusieurs enseignements. Tout d’abord, la plupart des écosystèmes 5G industrielle dynamiques ont accès pour leurs réseaux privés à des fréquences dans ou proches d’une « bande cœur » de la 5G, autour de 3,5 GHz. Plusieurs acteurs audités dans le cadre de la Mission ont souligné que l’écosystème de terminaux 5G disponibles dans cette bande est déjà significatif et sera 39 Citizens Broadband Radio Service, plus d’informations disponible à : https://www.anfr.fr/toutes-lesactualites/actualites/citizens-broadband-radio-service-cbrs-un-systeme-de-partage-dynamique-dans-la-bande-35- ghz/ 28 amené à croitre si la demande continue de s’axer sur ces bandes. Plusieurs de ces acteurs ont à ce titre pointé l’intérêt de la bande 3,8-4,2 GHz pour les réseaux privés 5G en France, en raison de sa potentielle disponibilité et de son adéquation avec l’écosystème d’équipements et terminaux compatibles en construction. Ensuite, la plupart de ces écosystèmes dynamiques ont des accès aux fréquences souvent plus adaptés, simples et moins coûteux. L’accès à la bande 2,6 GHz TDD en France coûte environ 70 000 euros pour un minimum de 100 km2 . En comparaison, un accès semblable à la bande 3,7 – 3,8 GHz en Allemagne coûterait 3 000 euros pour 4 km2 , c’est-à-dire une taille plus proche de la moyenne pour un site industriel. Ces écosystèmes ont accès à des largeurs de bande souvent plus élevées qu’en France avec le guichet 2,6 GHz TDD, indispensables pour la mise en œuvre de cas d’usage nécessitant un haut débit, comme la réalité augmentée ou virtuelle. La conclusion de cet état des lieux de la 5G industrielle en 2022 est nuancée. La France n’apparaît pas comme étant réellement en retard à l’échelle mondiale, surtout si l’on se réfère à l’horizon de maturité de la 5G industrielle, soit pas avant 2024. Néanmoins les déploiements de réseaux privés 5G dans l’industrie sont moins nombreux que dans d’autres pays et la dynamique expérimentale française a besoin d’être largement amplifiée. Un certain nombre de freins au déploiement existent. La Mission en identifie sept principaux, qui sont exposés dans la partie suivante et font tous l’objet d’une recommandation concrète. 29 3 – PRINCIPAUX FREINS ET RECOMMANDATIONS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA 5G INDUSTRIELLE EN FRANCE a) Accès actuel aux fréquences, un frein à l’adoption de la 5G par les industriels Afin de déployer des usages de la 5G dans leurs processus de production, les industriels ou leurs partenaires doivent pouvoir accéder à des fréquences pertinentes, de manière simple et à des coûts compatibles avec leur modèle économique. Il ressort des auditions menées dans le cadre de la mission 5G industrielle que les modalités d’accès à la bande 2,6 GHz TDD, en particulier le coût effectif de la redevance, ainsi que la maturité des offres proposées par ailleurs ne permettent pas un développement de la 5G industrielle à son plein potentiel. Recommandation N°1 : Faciliter et élargir l’accès à des fréquences dédiées aux réseaux 5G privés pour les industriels afin de créer un appel d’air pour les projets industriels. La procédure d’accès à ces fréquences utiles aux industriels doit se baser sur un triple principe : simplicité, transparence, facilité (notamment au niveau du coût). Le plan d'action opérationnel de la recommandation est : - ouvrir un guichet pour des expérimentations d’usages industriels de la 5G dans une partie de la bande 3,8-4,2 GHz. Ce guichet, qui repose sur la mobilisation du Gouvernement et de l’ARCEP, devrait respecter les différentes contraintes et usages existants dans cette bande ; - simplifier les modalités existantes d’accès à la bande 2,57 – 2,62 GHz TDD. Cette révision devra se traduire par : (i) un ajustement des modalités de calcul du montant des redevances adapté aux besoins industriels, et (ii) un ajustement de la procédure d’attribution pour faciliter sa prise en main par les industriels ; - inciter les industriels à formaliser leurs besoins ainsi que leurs attentes envers les opérateurs nationaux, titulaires des licences pour la bande 3,4-3,8 GHz, afin de leur permettre de fournir des offres en adéquation avec leurs besoins ; - en corollaire : inciter les opérateurs nationaux, titulaires des licences pour la bande 3,4-3,8 GHz, à formuler des offres en adéquation avec les besoins des industriels souhaitant accéder à la 5G industrielle. Engagements pour la mise en œuvre de cette recommandation : Le Gouvernement s’engage à réviser l’article 8-1 du Décret n°2007-1532 du 24 octobre 2007 relatif aux redevances sur la bande 2,6 GHz TDD dédiée aux réseaux mobiles privatifs. Liste des premiers industriels soutenant la recommandation : Airbus, SNCF, MGA Technologies, Alcatel Submarine Networks, Fives, Lacroix, Merem Electronique, Dassault Systèmes, Someflu, ArcelorMittal, Redex, GYS, SWARM, Total Energie. 30 b) Nécessité d’accélérer le développement de l’écosystème 5G industrielle en France L'industrie, notamment manufacturière, est attachée à l'efficacité de ses processus de production. Toute modification ou évolution de ces processus doit être analysée, testée et calibrée à l'aune d’un renforcement de cette efficacité et de la démonstration de l’apport de réels gains de productivité. Les évolutions que porte la 5G industrielle sont d’autant plus structurantes pour les procédés industriels que pour emporter l’adhésion des acteurs, il est nécessaire de démontrer l’intérêt de cette technologie au travers de dialogues concrets et de rencontres de terrain entre acteurs de l’industrie et des télécoms. Le développement des usages de la 5G au service de la transformation numérique de l’industrie nécessite la création d’un écosystème de la 5G industrielle fort, en capacité d’adresser les problématiques et spécificités de chacun des secteurs industriels. De nombreuses initiatives de démonstration de cas d’usage de la 5G sont déjà en cours en France : que ce soient des plateformes d’expérimentation soutenues par l’État ou par des collectivités territoriales ou des « 5G Labs » lancés par des acteurs privés. La Mission constate que ces initiatives doivent être renforcées, regroupées et complétées pour aboutir à la création de « Campus Fablab 5G Industrielle ». Leur mission serait d’opérer, en pleine collaboration avec les industriels, des projets de transformation numérique autour de cas d'usage. Ils s’appuieraient sur des équipements, une expertise et l’agrégation d’un écosystème 5G industrielle complet. Ainsi, la dynamique autour des Campus 5G industrielle vise à capitaliser au maximum sur l’existant pour accélérer la transformation numérique en 5G de l’industrie française : ils catalyseront un continuum d’offres et de ressources clair et facile d’accès pour les industriels, évitant une multiplication coûteuse et parfois contre-productive des dispositifs. Recommandation N°2 : Accompagner et accélérer le partage des cas d’usage de la 5G industrielle, au sein de lieux fédérateurs dédiés à l’industrie, les "Campus Fablab 5G Industrielle". La Mission 5G industrielle identifie un besoin de rassembler en un même lieu tous les acteurs pertinents (industriels, opérateurs, équipementiers, intégrateurs, fournisseurs, experts, etc.) pour élaborer des solutions 5G industrielle. Ces sites permettront de démontrer la faisabilité, la robustesse et la valeur de ces solutions. Ils devront être des espaces fédérateurs pour un bassin industriel, catalysant localement l’écosystème 5G industrielle. Ils devront être déployés en s’appuyant sur des initiatives et entités existantes, fréquentés par les industriels dans le cadre de leur transformation numérique. Le plan d’action opérationnel de la recommandation est : - lancement d’un dispositif de soutien pour la création de « Campus Fablab 5G industrielle » ; - multiplication des expérimentations d’usage de la 5G, et partage des résultats. 31 Figure 9 - Exemple de structuration d’un « campus fablab 5G industrielle » Source : Mission 5G industrielle Engagements pour la mise en œuvre de cette recommandation : Le Gouvernement s’engage à lancer dès que possible un appel à manifestation d'intérêt sur ces Campus Fablab 5G industrielle, dans le cadre de l’axe 1 de la Stratégie d’accélération sur la 5G et les futures technologies de réseaux de télécommunications. La Banque des Territoires s’engage à accompagner le déploiement d’expérimentations d’usage de la 5G et de Campus Fablab 5G industrielle, y compris financièrement. Liste des premières entités soutenant la recommandation et souhaitant participer à la mise en œuvre de son plan d’action opérationnel : Agilicom, Alsatis, Arcelor Mittal, ASN, Capgemini, CEA, CETIM, EDF, Ericsson, Firecell, Hub One, Infovista, RedTechnologies, SNCF, WeAccess, Fives, Merem Electronique, Orange, Campus Région du numérique, Bouygues Télécom, Nokia, Braincube, SNEF Lab, IMT, Epitech, SWARM, Total Energie, We Network, PFA. La description des initiatives et engagements de ces entités est disponible en Annexe 3. 32 c) Insuffisante disponibilité d’équipements et de services adaptés à la 5G industrielle Afin de développer des cas d’usage et de démontrer la création de valeur liée à la 5G, la disponibilité de solutions technologiques compatibles et faciles à implémenter est clé. Ces solutions 5G industrielle doivent à la fois concerner de nouveaux équipements industriels à installer dans les sites de production, mais également l’intégration de capacités 5G dans des équipements industriels existants. Ces solutions doivent également être complètes : depuis les véhicules et automates industriels autonomes (AGV) jusqu’aux équipements de réseaux, en passant par les services liés (applications, cybersécurité, etc.). La Mission constate que l'offre française ou européenne pour ces solutions est aujourd’hui insuffisamment disponible et manque de maturité, autant en termes de couverture des besoins qu'en nombre. Les équipements 5G industrielle disponibles dans la bande 2,6GHz, peu ou pas utilisée au niveau mondial en 5G, sont très peu nombreux. Leur développement et leur commercialisation à un coût raisonnable par les grands équipementiers internationaux semble incertain si l’industrie française n’arrive pas à agréger ses besoins. Les équipements 5G industrielle en bande 3,8- 4,2GHz (voir Recommandation N°1) sont eux plus nombreux, mais ils doivent pouvoir répondre aux spécificités des filières industrielles françaises. Les équipementiers industriels français auront à ce titre un rôle essentiel pour favoriser l’émergence de solutions adaptées. Afin de faciliter la prise en main de ces technologies par l’industrie, la Mission identifie également que ces offres doivent être, autant que possible, commercialisées « clés-en-main ». Recommandation N°3 : Stimuler le développement d’offres 5G industrielle « clés-en-main » et dimensionnées pour le marché français. Des offres d’équipements et de services 5G industrielle doivent exister à des prix correspondant aux réalités des modèles économiques industriels, et en adéquation avec les bandes de fréquences utilisées en France pour les usages auxquels elles répondent. Ces offres doivent être au maximum « clés-en-main » afin de simplifier leur prise en main par les industriels qui les utiliseront. Le plan d’action opérationnel de la recommandation est : - favoriser et accompagner l’émergence d’acteurs français innovants de la 5G industrielle ; - favoriser le développement d’équipements et services compatibles 5G, y compris pour la bande 2,6 GHz TDD ; - favoriser le développement d’offres 5G industrielle « clés-en-main » autour de cas d’usage. Engagements pour la mise en œuvre de cette recommandation : Dans le cadre de l’appel à projet relatif à la Stratégie d’accélération sur la 5G et les futures technologies de réseaux de télécommunications, un soutien prioritaire sera apporté aux projets portant sur le développement d’offres 5G industrielles intégrées « clés-en-main ». BPI s’engage à favoriser l’accès des entreprises innovantes de la 5G industrielle à des financements, de manière transverse aux différents dispositifs qu’elle met en œuvre, via des fonds de fonds, investissements en fonds propres et dettes. La Banque des Territoires s’engage à favoriser avec des dispositifs financiers l’émergence d’acteurs français innovants de la 5G industrielle. 33 Liste des premières entités soutenant la recommandation et souhaitant participer à la mise en œuvre de son plan d’action opérationnel : Agilicom, b<>com, Ericsson, Firecell, Halys, Hub One, RedTechnologies, SNCF, WeAccess, Alstom, CSF Infrastructures numériques, Orange, Bouygues Télécom, Alstom, Nokia, SNEF Lab, CEA, Merem Electronique, CSF Solutions industrie du futur. La description des initiatives et engagements de ces entités est disponible en Annexe 3. d) Besoin de simplifier et rendre plus accessible la 5G industrielle La 5G est un nouveau standard de télécommunication qui représente plus qu’une simple mise à jour : contrairement à ses prédécesseurs, elle a été conçue pour répondre à l'afflux des données et besoins de connectivité professionnels critiques (temps réel, mobilité, applications critiques, très haut débit, etc.). En cela, la 5G implique un changement de paradigme profond pour l’ensemble des acteurs industriels et télécoms qui doivent découvrir un marché et des intérêts qu’ils ont maintenant en commun. La 5G est également un standard beaucoup plus complexe que les générations précédentes de réseaux cellulaires (2G, 3G et 4G), et qui présente des disruptions technologiques majeures, amenant ainsi des challenges importants pour les acteurs qui souhaitent l’adopter. La Mission identifie que beaucoup d’industriels ne se lancent pas encore dans des projets 5G industrielle par méconnaissance de la technologie, manque d'expertise interne ou absence d’accès à des ressources d’accompagnement suffisantes. Cela concerne notamment les enjeux de sécurité des données ou l’utilisation d’architectures edge et cloud dans un contexte 5G industrielle. La Mission constate également que la communication actuellement menée autour de la 5G peut créer une certaine confusion chez les industriels : elle manque souvent de clarté par rapport à la réalité des fonctionnalités disponibles pour les applications industrielles. Recommandation N°4 : Replacer la 5G industrielle dans le paysage de l’industrie 4.0 : informer, promouvoir, accompagner tous les acteurs de l’écosystème. Des actions de pédagogie et de sensibilisation à la 5G industrielle (voir Recommandation N°2) permettront de répondre à la plupart des interrogations qu’ont les entreprises et leurs écosystèmes sur la 5G industrielle. Des actions d'accompagnement des projets et de mutualisation des expériences (voir Recommandation N°2) participeront à cette montée en puissance de la 5G industrielle en France. En ligne avec les actions prévues dans le cadre de l’axe 1 de la stratégie d’accélération 5G pour le développement des usages, le plan d’action opérationnel de la recommandation est : - développer et diffuser des ressources pédagogiques partagées sur la 5G et ses usages spécifiques dans l’industrie ; - organiser des actions de sensibilisation autour de la 5G industrielle. Engagements pour la mise en œuvre de cette recommandation : BPI s’engage à déployer une animation spécifique et centralisée du sujet de la 5G de manière transversale à ses différentes activités, afin de favoriser la dynamique de partage et de pédagogie autour de la 5G en s'appuyant notamment sur son activité d'accompagnement des startups et PME. 34 Liste des premières entités soutenant la recommandation et souhaitant participer à la mise en œuvre de son plan d’action opérationnel : Alsatis, b<>com, Capgemini, CEA, Ericsson, CSF Infrastructures numériques, Orange, Bouygues Télécom, Braincube, IMT, SWARM, CSF Solutions industrie du futur, PFA. La description des initiatives et engagements de ces entités est disponible en Annexe 3. e) Difficulté à trouver les bonnes compétences pour déployer la 5G industrielle Le déploiement des usages de la 5G dans l’industrie dépendra grandement de la capacité des entreprises à recruter ou former des personnes capables de maitriser aussi bien les usages opérationnels de la 5G que les réseaux qui les sous-tendent. La Mission identifie plusieurs aspects problématiques concernant les compétences : un manque de main-d’œuvre actuellement disponible sur le marché du travail, un manque de formations continues adaptées au domaine de la 5G industrielle, et enfin un manque de mixité des parcours dans les formations d’ingénieurs industriels, informatiques ou télécoms. Recommandation N°5 : Développer une offre de formations et des parcours plus adaptés aux enjeux de la 5G industrielle. L’ambition de cette recommandation ne se limite pas aux seuls usages de la 5G pour l’industrie mais à la dynamique générale d’hybridation des technologies et compétences dans un contexte de transition numérique de l’industrie. L’enjeu de cette recommandation est aussi bien d’adresser les compétences propres à la 5G industrielle que de permettre une sensibilisation plus générale des futurs professionnels de l’industrie, de l’informatique et des télécoms aux réalités de chacun de leurs secteurs. En ligne avec les actions prévues dans le cadre de l’axe 4 de la stratégie d’accélération 5G pour le renforcement des compétences sur les télécoms40, le plan d’action opérationnel de la recommandation est : - construire des offres de formation adaptées à la 5G industrielle ; - favoriser la mixité des parcours entre filières industrielles, télécoms et informatiques. Liste des premières entités soutenant la recommandation et souhaitant participer à la mise en œuvre de son plan d’action opérationnel : Alsatis, b<>com, CEA, Ericsson, Fives, CSF Infrastructures numériques, Nokia, SNEF Lab, IMT, ISIMA. La description des initiatives et engagements de ces entités est disponible en Annexe 3. 40 Un protocole-cadre national d’engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC) pour la filière des infrastructures numériques a été signé le 1er décembre 2021. Ce type d’accord permet de mener des actions d’anticipation, de soutien et de développement de l’emploi et de compétences : Infrastructures numériques : un nouveau protocole-cadre national pour la filière | Conseil national de l'industrie (conseil-national-industrie.gouv.fr) 35 f) Interrogations sanitaires, environnementales et sociétales liées à la 5G industrielle Le déploiement de la 5G en France a suscité de nombreux questionnements relatifs aux impacts de cette technologie sur la santé et l’environnement. Des actions ont déjà été mises en place notamment par le Gouvernement et les opérateurs pour répondre à ces questionnements. Par exemple, l’ANSES, saisie par le Gouvernement en 2019, a conduit une étude sur l’exposition aux champs électromagnétiques liés au déploiement de la technologie 5G, et a conclu en 2021 qu’elle ne constituait pas un nouveau facteur de risque pour la santé.41 Par ailleurs, la feuille de route « Numérique et environnement » lancée par le Gouvernement en octobre 2020 vise à améliorer la connaissance des différents impacts du numérique sur l’environnement et à les maîtriser. La Mission note que ces actions doivent être déclinées pour répondre aux questionnements toujours posés par les acteurs qui interviennent et interviendront sur les projets 5G industrielle, au premier rang desquels les employés travaillant sur les sites accueillant les projets. Recommandation N°6 : Apporter des réponses concrètes aux acteurs de l’écosystème 5G industrielle sur les impacts sanitaires et environnementaux de la 5G. La recommandation vise à compléter la pédagogie autour des études existantes. Il s’agit de permettre aux acteurs industriels d'accroître leur connaissance et leur compréhension des impacts des projets d’usages de la 5G dans l’industrie pour l’environnement et la santé. Le plan d’action opérationnel de la recommandation est : - construire et partager des supports pédagogiques adaptés à des publics industriels ; - encourager le partage d'études d’impacts environnementaux et sanitaires lors de la mise en œuvre de projets 5G industrielle. Liste des premières entités soutenant la recommandation et souhaitant participer à la mise en œuvre de son plan d’action opérationnel : CSF Infrastructures numériques, IMT. La description des initiatives et engagements de ces entités est disponible en Annexe 3. 41 L’ANSES a publié l’actualisation de l’avis en 14/02/2022. Les conclusions n’ont pas changé. https://www.anses.fr/fr/content/5g-des-travaux-actualis%C3%A9s-suite-%C3%A0-la-consultation-publique 36 g) Manque de visibilité et de maturité des écosystèmes 5G industrielle français et européens, y compris pour la technologie 5G, le cloud et la cybersécurité Dans un contexte industriel, la maîtrise des données liées à la production et la garantie de leur sécurité est indispensable. Ainsi, afin de permettre le déploiement de la 5G industrielle au service de la transformation numérique de l’industrie, il est nécessaire que les entreprises puissent maitriser la technologie utilisée et être en capacité de se fournir en solutions françaises ou européennes de confiance. La France, et plus généralement les pays européens, hébergent de nombreuses entreprises spécialistes des technologies de collecte, transmission, traitement, stockage ou sécurisation de la donnée. Pourtant, des industriels audités ont déploré des difficultés à identifier des partenaires français ou européens pour leurs projets. La Mission souligne donc que ces entreprises françaises ou européennes manquent encore trop de visibilité. Par ailleurs, afin de constituer des offres réellement compétitives sur toutes les briques nécessaires à l'écosystème 5G industrielle, il est nécessaire d’élargir la perspective à l’échelle européenne. La Mission souligne que l’écosystème européen de la 5G industrielle doit encore monter en puissance dans un marché mondial de plus en plus compétitif. Recommandation N°7 : Apporter de la visibilité et accompagner la maturation des acteurs français et européens innovants dans la chaîne de valeur de la 5G industrielle. L’ambition de la recommandation est d'accroître la visibilité et la maturité des acteurs français et européens sur un marché de la 5G industrielle qui va se développer. Seule la constitution d’offres complètes, qui prennent le meilleur de chacun des pays européens, permettra de garantir à terme la disponibilité de solutions compétitives et maitrisées aux industriels européens. Dans un contexte de virtualisation des réseaux où de nombreux acteurs non-européens se positionnent sur le marché de la 5G privée, une réaction à l’échelle européenne est nécessaire. En ligne avec les actions déjà menées dans le cadre de l’axe 2 de la stratégie d’accélération 5G pour le renforcement d’une offre souveraine sur les réseaux télécoms, le plan d’action opérationnel de la recommandation est : - favoriser la coopération des industriels et acteurs télécoms européens autour de la 5G industrielle ; - identifier et valoriser les acteurs de la 5G, du cloud et de la cybersécurité français ou européens qui souhaiteraient se positionner sur le marché de la 5G industrielle ; - favoriser les offres françaises et européennes permettant de sécuriser les données industrielles de bout-en-bout, quel que soit le contexte réseau (public ouvert, hybride, privé) ou d’architecture de traitement des données (edge, cloud, hybride). 37 Engagements pour la mise en œuvre de cette recommandation : Le Gouvernement s’engage à lancer une deuxième vague de l’Appel à projets francoallemand sur les réseaux privés 5G, orientée spécifiquement vers l’industrie, dans la continuité de la coopération déjà lancée dans le cadre de la Stratégie d’accélération 5G. Liste des premières entités soutenant la recommandation et souhaitant participer à la mise en œuvre de son plan d’action opérationnel : b<>com, Firecell, SNCF, CSF Solutions Industrie du futur, Bouygues Télécom, SNEF Lab, CEA, IMT. La description des initiatives et engagements de ces entités est disponible en Annexe 3. 38 ANNEXE 1 – LISTE ET BIOGRAPHIES DES MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL DE LA MISSION 5G INDUSTRIELLE Le président de la Mission 5G industrielle Philippe Herbert a commencé sa carrière chez DASSAULT SYSTEMES où il y a occupé différents postes de direction entre 1982 et 1996. Il a ensuite relancé l’implantation française du fonds d’investissement Américain Partech International. Il est membre fondateur du Pass French Tech, devenu FT120, membre du Conseil d’administration de Wilco, siège au comité d’investissement de la SATT Lutech et membre du Pôle de compétitivité Cap Digital. Au sein de l’association Française des investisseurs pour la croissance (France Invest), il a présidé pendant quatre ans la commission Financement de l’Industrie. De 2003 à 2020, en tant que General Partner de Banexi Ventures Partners devenu Kreaxi, il a investi dans plus de 25 sociétés. Philippe Herbert est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en aéronautique de l’ESTACA et d’un Mastère spécialisé d’HEC. Les membres du groupe de travail de la Mission 5G industrielle Jean-Marie Danjou est directeur général de l’Alliance Industrie du Futur (AIF) depuis janvier 2019. Il est simultanément directeur général délégué de France Industrie, depuis février 2018. Auparavant, Jean-Marie Danjou a occupé entre 1988 et 1993 des fonctions au sein de trois cabinets ministériels, puis fut, chez France Télécom (devenu Orange), notamment directeur du Partenariat Stratégique avec Deutsche Telekom et directeur des Relations Extérieures Europe. Il a ensuite été délégué général de l’Association Française des Opérateurs Mobiles (AFOM), entre 2005 et 2010, puis directeur général délégué de la Fédération Française des Télécoms (FFTélécoms). Jean-Yves Bois a cofondé Agilicom il y a 18 ans. Anticipant l’évolution massive des réseaux dans l’industrie, il a créé, dès 2016 une démarche « Réseau Gérance industrielle » intégrant des services 24/7. Aujourd’hui membre du Gimelec, il anime le groupe 5G du Comité stratégique de filière « S-I-F : Solutions Industrie du Futur ». Michel Combot est directeur général de la Fédération française des Télécoms depuis avril 2016 et délégué permanent du CSF « Infrastructures numériques ». Michel Combot dispose de près de 23 ans d’expérience dans les domaines de l’économie numérique et des médias. Notamment au sein des cabinets des secrétaires d’État Eric Besson et Nathalie KosciuskoMorizet, et en tant que directeur général adjoint de l’ARCEP puis du CSA. Stella Morabito est la déléguée générale de l’Alliance française des Industries du Numérique (AFNUM) et a débuté son activité en tant que dirigeante d’associations professionnelles de l’électronique en 2010. Stella Morabito est membre du conseil d’administration de Digitaleurope, l’association professionnelle européenne du numérique et membre du Comité de Centrale-Supelec Numérique. Viktor Arvidsson est directeur des relations gouvernementales & industrielles, de l’innovation et de la stratégie pour Ericsson France. Il est responsable de l’innovation, des partenariats et des affaires publiques pour Ericsson France (ainsi que pour la Belgique, le Luxembourg, l’Algérie et la Tunisie). Viktor Arvidsson est membre du comité de direction du syndicat professionnel AFNUM, du conseil d’administration de l’association Connexion21 ainsi que du conseil scientifique de Transpolis. 39 Thierry Valot est en charge, depuis septembre 2019, de la direction Innovation et Digital du groupe Fives qu’il a rejoint en 1997. Thierry Valot préside également le comité Vitrines de l’Alliance Industrie du Futur, et pilote le projet Batteries pour Véhicules électriques de la filière Solutions Industrie du Futur. Sébastien Dudreuilh est responsable Industrie 4.0 France chez Orange Business Services. En poste depuis 2019, Sébastien porte la proposition de valeur d’Orange Business Services pour l’industrie 4.0, son enrichissement et son déploiement avec les équipes commerciales. À ce titre il est en interaction avec les clients industriels, les experts et le tissu partenarial pour répondre aux enjeux de l’industrie. Marc Charrière est directeur des Affaires publiques de Nokia France depuis janvier 2016. Il est président de la Commission Réseaux de l’AFNUM et président de la commission numérique de la FIEEC. Il est rapporteur du groupe de travail 5G du CSF Infrastructures numériques mis en place par la filière et le Gouvernement. Christian Picory-Donné est directeur Recherche partenariale et Valorisation de l’IMT et directeur Institut Carnot Télécom & Société numérique. Il a été enseignant chercheur à l’Université puis Télécom Paris (IMT). Il est auteur de rapports d’études pour de grandes organisations publiques et privées, et de nombreux articles dans les grandes revues académiques internationales. Il est consultant auprès de la Commission européenne, de services de l’État, et de grandes entreprises, sur des sujets tels que la gestion des fréquences, la politique industrielle du numérique. Pierre Fortier, directeur associé, est responsable global des activités 5G de Capgemini Invent, l’entité conseil et transformation du groupe Capgemini. Il accompagne depuis plusieurs années des opérateurs télécoms mais également des industriels sur la 5G, sur des sujets d’acculturation, stratégie technologique et business, développement de cas d’usage, plan d’implémentation et de transformation en France et à l’international. Il est fortement impliqué sur le développement de l’offre 5G du groupe Capgemini. Antoine Roussel est directeur général de la société ALSATIS depuis début 2019. Il y avait auparavant occupé les fonctions de directeur commercial, DGA et directeur général délégué. Depuis, Antoine Roussel ne cesse de s’investir dans le développement d’ALSATIS autour de 3 métiers : le déploiement et l’exploitation d’infrastructures radios multi-services (5G, LoRa, etc.), la commercialisation au grand public et enfin des services d’excellence pour le monde professionnel partout en France grâce à son expertise technique et son réseau national WAN. Christophe Janneteau est le chef du Service Interactions et Réseaux au CEA List où il est en charge des coordonner les activités de recherche et de transfert de technologies de l’Institut sur la thématique des réseaux de télécommunications du futur et de leurs applications industrielles, notamment en lien avec les évolutions futures de la 5G. Christophe est diplômé de Telecom Paris et travaille depuis plus d’une vingtaine d’années dans le domaine de la R & D en télécom auprès d’équipementiers ou de centres de recherche. Il est auteur de plus d’une cinquantaine de brevets. Yann Le Helloco est directeur technique de la société Infovista, où il dirige la R & D, l’innovation technologique et la stratégie produits. Yann Le Helloco a un doctorat en électronique et est un expert en ingénierie réseaux et radiocommunications, ainsi que dans les domaines du génie logiciel, de l’intelligence artificielle et des architectures big data. Paul Pinault est responsable de la stratégie du marché Industrial IoT pour la société Braincube. Il promeut une transformation en profondeur des processus de l'entreprise par l'intermédiaire des nouvelles technologies de communications innovantes proposées par la 0G et la 5G associées aux savoir-faire en matière de traitement de données massives et d'algorithmes d'intelligence artificielle. 40 ANNEXE 2 – LISTE DES ENTITÉS RENCONTRÉES OU AYANT CONTRIBUÉ DIRECTEMENT À LA MISSION 5G INDUSTRIELLE - Actility - Agilicom - Agurre - Airbus - Akka Technologies - Alsatis - Alstom - Amarisoft - ANFR - ANSSI - ArcelorMittal - ARCEP - Alcatel Submarine Networks - Atos - Banques des territoires - Bouygues Télécoms - Braincube - Campus Région du numérique (Région Auvergne-Rhône-Alpes), incluant les différents consortia travaillant sur le Campus - Capgemini - CEA - Cellnex - CETIM - Clever Values - Crosscall - CSF « Infrastructures mécaniques » - CSF « Solutions pour l’industrie du futur » - Dassault Systèmes - EDF - Epitech - Ericsson - Firecell - Fives - Fraunhofer IPT - France Industrie - Free - GIFAS - Halys - Hub One - Institut Mines-Télécoms (IMT) - InDHu - Infovista - Italtel - ISIMA - IRT b<>com - Lacroix - Merem - MGA Technologies - Nokia - Orange 41 - PFA - Qualcomm - RedTechnologies - Safran - Schneider Electric - Sequans Communication - SFR - SNCF - SNEF - Someflu - SWARM - Verband Deutscher Maschinen und Anlagenbau42 - Visiativ - WeAccess - We-Network - YesItis 42 (VDMA, c’est-à-dire l’association allemande des industries de génie mécanique). 42 ANNEXE 3 – DÉTAILS DES ENGAGEMENTS À METTRE EN ŒUVRE LES RECOMMANDATIONS DE LA MISSION 5G INDUSTRIELLE Recommandation n°2 - Lancement d’un dispositif de soutien financier pour la création de « Campus Fablab 5G industrielle » Agilicom s’engage à étudier sa participation aux Campus Fablab 5G industrielle. Dans l'optique du développement de l'écosystème industriel 5G, Airbus soutient également la recommandation d'accélérer le partage des cas d'usage au travers des « Campus Fablab 5G ». Arcelor Mittal est intéressé à participer à des Campus Fablab industriel 5G dans la continuité des travaux menés sur la 5G industrielle dans les Digital Lab de Florange et Dunkerque. ASN s’engage à étudier sa participation à un des Campus Fablab 5G industrielle. Braincube s’engage à étudier sa participation à un Campus Fablab 5G industrielle. Le Campus Région du numérique soutient la recommandation de création de Campus Fablab 5G industrielle et souhaite s'insérer dans cette démarche. Au regard de son activité, de ses installations et de son rôle d'outil de développement économique régional, le Campus souhaite étudier les conditions complémentaires, le cas échéant nécessaires, et les avantages pour son écosystème à son insertion dans les dispositifs préconisés par la Mission, notamment la recommandation de création de Campus Fablab 5G industrielle. Capgemini s’engage à étudier dès à présent son implication dans ces Campus Fablab 5G industrielle en tant que chef de file ou partie-prenante. Le CEA s’engage à étudier dès à présent son implication dans les Campus Fablab 5G industrielle, dans la continuité des travaux menés avec sa plateforme PRISM dédiée à l'industrie du futur. EDF est intéressé à examiner les conditions de sa participation à un éventuel Campus Fablab 5G industrielle qui permettrait d’échanger sur des cas d’usages et le retour d’expérience de déploiements dans des contextes industriels. Ayant entrepris, sans succès il y a 3 ans, le déploiement avec un industriel des télécommunications d’un laboratoire 5G sur son campus parisien, l’objectif d’Epitech était de permettre aux étudiants d’appréhender la technologie en accord avec les besoins des industriels. Epitech se retrouve et soutient donc totalement l’initiative de constituer un Campus Fablab 5G. Epitech contribuera en facilitant l’accès à l’écosystème. Ericsson s’engage à étudier dès à présent son implication dans ces Campus Fablab 5G industrielle. Firecell s’engage à étudier sa participation à des Campus Fablab 5G industrielle en apportant sa stack logicielle 5G dans des conditions financières avantageuses. Fives s’engage à examiner la possibilité de participer au Campus Fablab 5G pour tester et développer des cas d’usage des architectures Edge/Cloud et 5G. L’IMT s’engage à étudier son implication dans des Campus Fablab 5G industrielle. 43 Infovsita s’engage à s’impliquer dans la mesure possible dans l’activité des Campus Fablab 5G industrielle. Merem s’engage à étudier sa participation à un des Campus Fablab 5G industrielle. Nokia s’engage à étudier sa participation à un Campus Fablab 5G industrielle. Orange se propose de contribuer activement à la mise en œuvre de FabLab 5G, en choisissant des initiatives déjà existantes et les enrichir. La SNCF s’engage à étudier sa participation à un des Campus Fablab 5G industrielle, en lien avec son Living Lab 5G de Rennes. SNEF Lab est intéressé à participer à des Campus Fablab industriel 5G dans la continuité des travaux menés pour la transformation numérique de l’industrie avec la 5G industrielle sur ses plateformes de Marseille et Valence. SWARM s’engage à étudier sa participation active à un des Campus Fablab 5G industrielle. - Multiplication des expérimentations d’usage de la 5G, et partage des résultats Alsatis propose de monter un évènement de type démonstrateur sur le site industriel d’ACOME à Mortain en invitant de nombreux acteurs du monde industriel. ASN s’engage à partager les résultats de son projet de 5G industrielle mené sur son site de Calais. Dans le cadre d’un événement de communication organisé par le CSF Infrastructures numériques, le CEA s’engage à communiquer publiquement sur les premiers résultats de son projet 5G industrielle Plateforme Immersive 5G (PI5G) et cas d’usage développés. Le Cetim lancera sur son site de Cluse la réalisation d'un démonstrateur 5G à partir de 2022. Destiné au secteur industriel mécanicien et accessible aux PMI il permettra d’illustrer la faisabilité, et les fonctionnalités associées sur un parc de machines représentatifs des processus du manufacturing. Son hébergement au sein d'une plateforme d'accélération, et son ancrage sur un écosystème industriel garantira notamment une large accessibilité aux PMI. Merem mène un projet de 5G industrielle en 2022 avec l’installation en cours d’antennes 5G privées dans son usine d’électronique. Dans le cadre de ses différents tests de cas usages et de sa volonté d’être un acteur du déploiement de la 5G industrielle en France, s’engage à partager ses résultats. La SNCF souhaite continuer sa dynamique 5G industrielle au sein du Living Lab 5G de Rennes pour lequel un lieu ouvert est créé au sein du Technicentre de Maintenance : l’INCUBA’Ter. Ce lieu accueillera une communauté de contributeurs pour développer des solutions associées aux cas d’usages des Technicentres. SNCF pourra contribuer à d'autres initiatives similaires en régions. SWARM est fortement intéressé à conduire un projet 5G industrielle en 2022 et à en partager les résultats dans le cadre de l’entreprise à mission SWARM dans la continuité d’une première réalisation en « duplex » avec la société MGA technologies. Recommandation n°3 Le Comité Stratégique de Filière (CSF) « Infrastructure numérique » s’engage à organiser un sous-groupe de travail dédié qui aura pour objectif de : (i) collecter régulièrement les besoins des principales filières industrielles françaises en matière de 5G industrielle, (ii) piloter un « benchmark » sur la disponibilité d’équipements 5G Industrielle, (iii) animer un dialogue avec les fournisseurs et équipementiers français sur le sujet de la 5G industrielle, et (iv) développer 44 un réseau de plateformes autour du vertical de l’industrie 4.0. Ces travaux seront menés en lien avec les actions menées dans le cadre de l’axe 2 de la stratégie d’accélération 5G, pour le développement d’une offre souveraine. A cela peuvent s’ajouter des évènements de sensibilisation à la 5G industrielle des équipementiers et des offreurs de solutions industrielles. - Favoriser et accompagner l’émergence d’acteurs français innovants de la 5G industrielle Ericsson s’engage à étudier la possibilité de partenariats avec des entreprises innovantes et pertinentes de l’écosystème 5G industrielle. L’IMT propose d’agir via son réseau d'incubateurs et de coaching ou via une action spécifique avec les industriels à dynamiser le transfert de l'innovation des start-up et spinoff. - Favoriser le développement d’équipements et services compatibles 5G, y compris pour la bande 2,6 GHz TDD Ericsson s’engage à organiser des évènements de sensibilisation à la 5G industrielle des équipementiers et offreurs de solutions industrielles. La SNCF s’engage à animer ou participer à un évènement de mobilisation des acteurs de la chaine de valeur de la 5G industrielle (opérateurs, intégrateurs, équipementiers, fournisseurs de services, etc.) et parties-prenantes de sa filière industrielle. Orange s’engage à accueillir les fabricants de matériels et offreurs de solutions dans les Orange 5G Lab pour mener leurs tests. Orange s’engage également à assurer la visibilité des équipements fonctionnant (testés) sur le réseau 5G d’Orange sur le portail internet Orange dédié. - Favoriser le développement d’offres 5G industrielle « clés-en-main » autour de cas d’usage Firecell s’engage à participer à la construction d'une offre conjointe complète dédiée à l'industrie française avec tous les acteurs et parties-prenantes qui le souhaitent. Halys s’engage à stimuler et animer le développement d’offre clé en main dans une logique de complémentarités avec d’autres acteurs français de la chaîne de valeur, comme Alsatis ou AW2S. Nokia s’engage, pour les segments relevant de ses activités, à contribuer au développement d’offres « clés-en-main » adaptées au marché français. SNEF Lab s’engage à animer ou participer à un évènement de « matchmaking » entre tous les offreurs de la 5G industrielle (opérateurs, intégrateurs, équipementiers, fournisseurs de services, etc.) et parties-prenantes de sa filière industrielle. Recommandation n°4 - Développer et diffuser des ressources pédagogiques partagées sur la 5G et ses usages spécifiques dans l’industrie SWARM s’engage à construire et diffuser une plaquette pédagogique sur la 5G industrielle et à organiser des évènements de sensibilisation sur la 5G industrielle. Le Comité Stratégique de Filière (CSF) « Infrastructure numérique » s’engage à communiquer sur les premiers résultats des plateformes multi-intervenants et multi-sites, et des cas d’usages développés. 45 - Organiser des actions de sensibilisation autour de la 5G industrielle Alsatis propose d’assurer une restitution des travaux de la Mission 5G industrielle à des acteurs de la filière des infrastructures numériques. Alsatis propose de présenter une maquette 4.0 avec ACOME lors de l’évènement UTHD début octobre 2022 à Toulouse Braincube s’engage à participer à des évènements de sensibilisation liant industrie 4.0 et 5G. Capgemini s’engage à organiser des séances régulières de sensibilisation de dirigeants et de CTO industriels sur la 5G industrielle. Le CEA s’engage à mener des actions de sensibilisation à la 5G industrielle dans le cadre de visites de sa plateforme PRISM par de partenaires industriels de tout type, à travers des démonstrations de cas d’usages de la 5G industrielle. Le CSF Infrastructures numériques s’engage à mettre en œuvre des actions de pédagogie et de sensibilisation à la 5G Industrielle. Ericsson s’engage à organiser des séances de sensibilisation de dirigeants et CTO industriels sur la 5G industrielle. Orange s’engage à continuer de contribuer aux initiatives de sensibilisation autour de la 5G industrielle : - participer aux évènements 5G industrielle, présenter la 5G sur les salons industriels (ex Global Industrie) ; - accueillir les industriels dans les Orange 5G Lab ; - intervenir au côté des filières pour les alimenter en information. Recommandation n°5 - Construire des offres de formation adaptées à la 5G industrielle Alsatis lancera une démarche dès cet été auprès d’établissements de formation technique à Toulouse afin d’influencer des modules pédagogiques sur la 5G au service du monde économique. Le CEA s’engage à étudier son implication dans des actions de formation continue qui pourraient être prodiguées dans le cadre du E-DIH DigiHall en tant que service pour les PME. Fives s’engage à contribuer au montage d’une proposition de formation aux métiers du développement logiciel, de la 5G et des architectures Edge/Cloud, dans le cadre de l’AMI Compétences et Métiers d’Avenir. L’IMT s’engage à étudier le développement une offre complète de formation initiale, tout au long de la vie, de Mastère spécialisé, de programme de stages et de MOOC sur la 5G industrielle. Cette offre pourrait s’inscrire dans le cadre d’un consortium répondant par exemple à l’AMI Compétences et Métiers d’Avenir. - Favoriser la mixité des parcours entre filières industrielles, télécoms et informatiques Alsatis s’engage à accueillir des étudiants en cours de formation télécom pour partager des cas concrets chez ses clients ou sur son banc d’essai. Le CEA s’engage à proposer régulièrement des stages R&D de niveau Bac+5 centrés sur les technologies de télécommunication innovantes applicables pour les besoins industriels. Nokia s’engage à accueillir des stagiaires autour de sujets relevant de la 5G industrielle 46 SNEF Lab s’engage à collaborer à un consortium d’acteurs de la 5G industriels afin de mettre en place des formations sur ces technologies. ISIMA est prête à participer à la réflexion et à la mise en œuvre, avec les acteurs industriels et universitaires locaux et régionaux, d'un programme de sensibilisation à la 5G. Ce dernier pourrait inclure les différents cas d'usage de cette technologie, la prise en compte de la sécurité, la problématique des solutions souveraines, les enjeux autour des données transportées par la 5G. Le Comité Stratégique de Filière (CSF) « Infrastructure numérique » s’engage à mettre en place un Appel à Manifestation (AM) permettant le recensement des initiatives permettant une sensibilisation générale, à travers des séminaires de formation ou de démonstration, des futurs professionnels de l’industrie, ainsi que des autres filières. Recommandation n°6 - Construire et partager des supports pédagogiques adaptés à des publics industriels Le Comité Stratégique de Filière (CSF) « Infrastructure numérique » s’engage à poursuivre ses travaux sur les impacts sanitaires, sociaux et environnementaux de la 5G et fournir notamment des guides sur cette thématique. - Encourager le partage d'études d’impacts environnementaux et sanitaires lors de la mise en œuvre de projets 5G industrielle L’institut Mines Télécom partagera les travaux de la Chaire de Recherche IMT/Orange dédiée aux effets des ondes hertziennes sur la santé. Recommandation n°7 - Favoriser la coopération des industriels et acteurs télécoms européens autour de la 5G industrielle Firecell s’engage à étudier sa participation à un ou plusieurs projets 5G industrielle avec des industriels européens. Tecknische Universitat Muenchen et Institut Mines Télécom, leader de l’Académie FrancoAllemande pour l’industrie du Futur se rapprocheront, de l’institut FhG PIT afin de développer des projets communs et les synergies entre Campus Fablab 5G industrielle et l’institut FhG PIT, notamment. SNEF Lab s’engage à étudier sa participation à un projet 5G industrielle avec des industriels allemands SNCF s’engage à étudier sa participation à un projet 5G industrielle avec des industriels allemands. - Identifier et valoriser les acteurs de la 5G, du cloud et de la cybersécurité français ou européens qui souhaiteraient se positionner sur le marché de la 5G industrielle Le CSF « Solutions pour l’industrie du futur » s’engage, si les moyens adéquats peuvent être mobilisés, à animer la communauté 5G au sein de la plateforme « solutionsindustriedufutur.org » afin de soutenir les actions prévues à la recommandation n°7. - Favoriser les offres françaises et européennes permettant de sécuriser les données industrielles de bout-en-bout, quel que soit le contexte réseau (public ouvert, hybride, privé) ou d’architecture de traitement des données (edge, cloud, hybride). 47 48 1 Juin 2016 Lignes directrices conjointes de la Direction Générale du Trésor et de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution sur la mise en œuvre des mesures de gel des avoirs Document de nature explicative Version mise à jour au 16 juin 2021* (*paragraphes 93 et 93bis) 2 Sommaire 1. Les différents régimes juridiques de gel des avoirs ............................................................. 6 1.1 Présentation des différents régimes juridiques de gel des avoirs .......................................... 6 1.1.1. Les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies................................................. 6 1.1.1.1. Les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies ne créent d’obligations de geler les avoirs des personnes ou entités désignées qu’une fois transposées en droit interne .................................................................................................................................. 6 1.1.1.2. La prise en compte des résolutions du CSNU, non encore transposées en droit interne, dans le dispositif préventif LCB-FT ....................................................................... 7 1.1.2. Les règlements européens portant mesures restrictives ..................................................... 7 1.1.3. Les arrêtés de mise en œuvre dans les pays et territoires d’outre-mer des résolutions du CSNU et des décisions du Conseil de l’UE ................................................................................. 9 1.1.4. Le dispositif national pris en application des articles L. 562-2 et L. 562-3 ....................... 9 1.2 Définitions des avoirs ......................................................................................................... 10 1.3 Les personnes ou entités faisant l’objet de mesures de gel des avoirs .................................... 11 1.4 Les organismes financiers assujettis aux obligations de gel des avoirs .................................. 12 1.4.1. Le dispositif européen ..................................................................................................... 12 1.4.2. Le dispositif national ....................................................................................................... 13 2. L’obligation de se doter d’un dispositif de gel des avoirs ......................................................... 14 2.1 Le dispositif de détection .................................................................................................... 14 2.1.1. Les listes de gel à prendre en compte .............................................................................. 15 2.1.1.1. Les listes européenne et française de gel des avoirs ............................................. 15 2.1.1.2. Les listes étrangères .............................................................................................. 16 2.1.2. Paramétrage du dispositif automatisé de filtrage : critères orthographiques à prendre en compte ....... ............................................................................................................................... 16 2.1.3. Périmètre de la détection ................................................................................................. 17 2.1.3.1. les fonds ou ressources économiques qui « appartiennent » ou sont « possédés » par une personne ou entité désignée .................................................................................. 17 2.1.3.2. les fonds ou ressources économiques qui sont « détenus » ou « contrôlés » par une personne ou entité désignée ............................................................................................... 18 2.1.3.3. les fonds ou ressources économiques qui sont « mis directement à la disposition » d’une personne ou entité désignée ..................................................................................... 18 2.1.3.4. les fonds ou ressources économiques qui sont « mis indirectement à la disposition » d’une personne ou entité désignée ............................................................... 19 2.1.4. Fréquence du filtrage ............................................................................................. 22 2.2 Le traitement des alertes ..................................................................................................... 23 2.3 Les procédures .................................................................................................................... 24 3 2.4 L’information et la formation du personnel concerné ........................................................ 25 2.5 Le contrôle interne du dispositif ......................................................................................... 26 2.6 Le filtrage des candidats au recrutement ............................................................................ 27 3. La mise en œuvre concrète des obligations de gel des avoirs ............................................ 28 3.1 La mise en œuvre de la mesure de gel et de l’interdiction de mise à disposition de fonds 28 3.1.1. Les établissements du secteur de la banque, des services de paiement, des services d’investissement ........................................................................................................................ 28 3.1.1.1. Traitement des comptes ........................................................................................ 28 3.1.1.2. Les opérations de crédit ........................................................................................ 30 3.1.1.3 Les cartes prépayées : ........................................................................................ 31 3.1.1.4 Les cagnottes (dons/prêts) ................................................................................. 32 3.1.1.3. L’activité de transmission de fonds ...................................................................... 32 3.1.1.4. Le change manuel ................................................................................................. 33 3.1.2. Secteur de l’assurance ..................................................................................................... 33 3.1.2.1. Assurance-vie ....................................................................................................... 33 3.1.2.2. Assurance non-vie ................................................................................................ 35 3.2 La déclaration « immédiate » de mise en œuvre des mesures de gel à la DGTRESOR .... 36 3.3 Le traitement des relations d’affaires qui ont des liens avec la personne ou l’entité désignée et peuvent ainsi mettre des avoirs à leur disposition ................................................................. 37 3.4 Les diligences à mettre en œuvre lors de la levée de la mesure de gel ............................... 38 4. Le rôle des autorités compétentes en matière de gel des avoirs ....................................... 38 4.1 Le rôle central de la DGTRÉSOR ...................................................................................... 39 4.1.1. En ce qui concerne la mise en œuvre des mesures de gel ...................................... 39 4.1.2. En ce qui concerne les autorisations de dégel ........................................................ 39 4.1.3. Les modalités pratiques .................................................................................................. 40 4.2 Les sanctions disciplinaires et pénales ............................................................................... 42 4.2.1. Sanctions disciplinaires ......................................................................................... 42 4.2.2. Sanctions pénales ................................................................................................... 42 4.2.3. L’exonération de responsabilité ............................................................................. 44 Annexe : application des mesures nationales et européennes au sein des groupes........................ 46 4 1. Les présentes lignes directrices ont été élaborées conjointement par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et la Direction générale du Trésor (DGTRÉSOR), autorité nationale compétente en matière de sanctions économiques et financières. Elles visent à préciser leurs attentes concernant la mise en œuvre par les organismes financiers soumis au contrôle de l’ACPR des obligations dites « de gel des avoirs ». Elles ont fait l’objet d’une concertation préalable à leur adoption au sein de la Commission consultative Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Elles sont publiques. Elles n’ont pas de caractère contraignant en elles-mêmes. 2. La présente version met à jour les lignes directrices publiées en juin 2016 pour tenir notamment compte de la réforme du dispositif de gel des avoirs issue de l’ordonnance n°2016-1575 du 24 novembre 2016 et du décret n° 2018-264 du 9 avril 2018. 3. Les mesures de gel s’inscrivent dans le cadre de régimes de sanctions économiques ou financières. Les sanctions sont décidées par l’Organisation des Nations Unies (ci-après ONU), l’Union européenne (ci-après UE) ou par des États pour restreindre les relations économiques et financières avec un État, des personnes, des entités ou des groupements de fait. Les sanctions décidées par l’UE sont qualifiées de « mesures restrictives »1 . 4. Les régimes de sanctions économiques et financières poursuivent différents objectifs d’intérêt général, tels que la lutte contre le terrorisme, la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive, la coercition en réaction à des violations graves des droits de l’homme ou à des actes menaçant la paix2 . Les mesures prises dans le cadre de ces régimes sont diverses, le gel des avoirs n’en constituant qu’une catégorie3 . 5. Les mesures de gel constituent une restriction temporaire au droit de propriété et non une expropriation. Les personnes soumises à une telle mesure sont désignées par une autorité administrative ou une organisation internationale. Ces mesures se distinguent ainsi des saisies ou confiscations prononcées par les autorités judiciaires. 6. Aux fins de ne pas porter une atteinte excessive aux droits fondamentaux des personnes ou entités désignées, des exceptions aux mesures de gel sont prévues (exemple : la possibilité de créditer des fonds sur des comptes gelés) et des dérogations peuvent être accordées (exemples : déblocage des fonds pour payer des vivres, des loyers, des assurances obligatoires, des frais de santé ou de justice). Par ailleurs, la décision de geler les avoirs d’une personne ou entité ou le refus d’en autoriser la mise à disposition peut faire l’objet d’un recours devant l’administration (recours gracieux) 4 ou la juridiction compétente (recours contentieux). 7. Les mesures de gel comme les autres régimes de sanctions financières ne peuvent fonder en euxmêmes des traitements discriminatoires à l’égard de catégorie de clients sur la base par exemple du seul critère de résidence ou de nationalité. 8. Les présentes lignes directrices concernent la mise en œuvre des mesures de gel des avoirs applicables en France, qui sont issues à la fois : 1 Article 215 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne 2 https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/File/447836 3 Elles prévoient notamment : - des restrictions aux importations ou aux exportations, soit de façon générale, soit de manière ciblée, en ne visant que certains biens ou services (par exemple, les biens à double usage). Ces mesures sont couramment appelées « embargos ». - des restrictions d’accès aux marchés financiers, des interdictions d’octroyer des prêts ou de crédits, d’effectuer des transferts de fonds ou de fournir des services d’assurance ou de réassurance. 4 Les mesures nationales de gel des avoirs peuvent faire l’objet d’un recours gracieux auprès du ministre chargé de l’économie et du ministre de l’intérieur pour les mesures prises sur le fondement de l’article L. 562-2 ou du ministre chargé de l’économie pour les mesures prises sur le fondement de l’article L. 562-3. 5 - des articles L. 562-1 et suivants et R. 562-1 et suivants du code monétaire et financier (ciaprès CMF), - et des règlements européens portant mesures restrictives. 9. Les obligations de gel s’accompagnent d’une interdiction de mise à disposition de fonds ou de ressources économiques au profit des personnes ou entités faisant l’objet d’une mesure de gel. L’article L 562-5 du CMF et certains règlements européens prévoient une interdiction d’utilisation des fonds ou ressources économiques au profit des personnes faisant l’objet d’une mesure de gel des avoirs. Par ailleurs, dans le règlement n°2580/2001 du 27 décembre 2001 concernant l'adoption de mesures restrictives spécifiques à l'encontre de certaines personnes et entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, il est expressément interdit de fournir des services financiers (y inclus assurance ou réassurance) aux personnes ou entités faisant l’objet d’une mesure de gel. 10. Les mesures de gel sont mises en œuvre par les organismes financiers dès leur entrée en vigueur et génèrent à leur charge une obligation de résultat 5 . Le non-respect d’une mesure de gel prise dans le cadre des dispositifs susmentionnés peut faire l’objet de sanctions pénales6 . L’application des mesures de gel ne relève pas d’une approche par les risques. En cela, elle est différente de la réglementation visant à prévenir le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (ciaprès BC-FT) qui est prévue aux articles L. 561-2 et suivants du CMF. Pour autant, le dispositif de gel des avoirs complète le dispositif préventif de lutte contre le BC-FT (ci-après LCB-FT), en particulier en ce qui concerne la lutte contre le financement du terrorisme. 11. Les lignes directrices tiennent compte des nouvelles dispositions du CMF7 sur la mise en place, au niveau du groupe, d’un dispositif de contrôle interne dédié au respect des obligations en matière de gel. Elles examinent également la situation de groupes français ayant des implantations à l’étranger soumises à la législation locale en matière de gel ou encore des organismes financiers qui dans le cadre de leurs activités internationales peuvent être amenés à prendre en compte les listes de gel étrangères. 12. Les présentes lignes directrices tiennent compte des guides de bonne conduite de la DGTRÉSOR et des meilleures pratiques du Conseil de l’Union européenne qui portent sur l’ensemble des sanctions économiques et financières. Les organismes financiers sont invités à se référer à ces guides, en particulier pour la mise en œuvre des mesures de sanctions autres que celles de gel en consultant le site de la DGTRÉSOR : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/sanctions-financieres-internationales 13. Les présentes lignes directrices complètent les guides précités sur : - la mise en œuvre concrète des mesures de gel par les organismes des secteurs de la banque, de l’assurance, des services d’investissement, des services de paiement, de monnaie électronique et les changeurs manuels ; - la mise en place de dispositifs efficaces et adaptés de détection des personnes ou entités faisant l'objet d'une mesure de gel ainsi que des opérations au bénéfice de celles-ci ; 5 Décision de la Commission des sanctions de l’ACPR, procédure n°2011-03, 27 novembre 2012 : « que l’aptitude des dispositifs (dont elles doivent se doter) à la détection des opérations litigieuses met à la charge des banques une obligation de résultat ». 6 Article 459 du code des douanes pour les mesures européennes. Article L. 574-3 du code monétaire et financier pour les mesures nationales. 7 Article R 562-1 dans sa rédaction issue du décret n°2018-364 qui renvoie aux articles R 561-38-2 à R 561-38-9 6 - les interactions entre le dispositif préventif LCB-FT d’une part et le dispositif de gel des avoirs d’autre part8 . 14. Elles prennent en compte les décisions de la Commission des sanctions de l’ACPR en matière de gel des avoirs, la jurisprudence des juridictions administratives françaises et de la Cour de justice de l’Union européenne (ci-après, CJUE) relativement à l’interprétation des règlements européens prévoyant des mesures de gel. 15. Sauf précision contraire, les articles mentionnés dans les présentes lignes directrices renvoient à ceux du code monétaire et financier. 1. Les différents régimes juridiques de gel des avoirs 1.1 Présentation des différents régimes juridiques de gel des avoirs 1.1.1. Les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies 1.1.1.1. Les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies ne créent d’obligations de geler les avoirs des personnes ou entités désignées qu’une fois transposées en droit interne 16. Dans le cadre de ses missions de maintien de la paix, le Conseil de sécurité des Nations Unies (ciaprès CSNU) peut adopter des résolutions « en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d'acte d'agression » 9 prévoyant des mesures de gel. Afin d’assurer la mise en œuvre effective des résolutions, le CSNU peut mettre en place un comité des sanctions10 qui réunit tous les États membres du Conseil de sécurité. Le comité a notamment pour fonction de désigner les personnes ou entités faisant l’objet de mesures de gel. Il complète et actualise ainsi les listes de gel qui peuvent par ailleurs avoir été directement établies par le Conseil de sécurité. 17. La mise en œuvre par les États des mesures de gel prévues dans ce cadre fait l’objet de recommandations du GAFI lorsqu’elles sont liées à la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive (Recommandation 7) ou à la lutte contre le financement du terrorisme (Recommandation 6). 8 Elles prennent à cet égard également en compte les orientations des autorités européennes de supervision, dites « sur les facteurs de risque » (Orientations communes, au titre des articles 17 et 18, paragraphe 4, de la directive (UE) 2015/849, sur les mesures de vigilance simplifiées et renforcées à l’égard de la clientèle et sur les facteurs que les établissements de crédit et les établissements financiers devraient prendre en considération lorsqu’ils évaluent les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme associés aux relations d’affaires individuelles et aux transactions conclues à titre occasionnel, cf. §20). 9 Chapitre 7 de la Charte des Nations Unies (articles 39 à 51) 10 Afin d’assurer la mise en œuvre effective des sanctions par les États membres des Nations Unies, le Conseil de sécurité a recours, la plupart du temps, à un comité des sanctions. Organe subsidiaire au Conseil réunissant tous les États membres du Conseil de sécurité, le comité a trois fonctions principales, qu’il exerce dans le cadre des décisions adoptées par le Conseil : • désigner des personnes, entités et biens devant faire l’objet de sanctions, ou bien au contraire accéder aux demandes de radiation des listes qui lui sont adressées ; • surveiller la mise en œuvre des sanctions décidées par le CSNU : chaque comité collecte et contrôle les informations communiquées par les États sur les mesures prises pour appliquer les sanctions. Les comités assurent également le suivi des effets des sanctions, notamment en matière humanitaire, et la gestion des éventuelles exemptions prévues par le Conseil de sécurité ; • clarifier les modalités d’application des sanctions : le comité peut répondre aux questions posées par les États sur la mise en œuvre pratique des sanctions ou leur adresser des directives générales sur l’interprétation à retenir des résolutions du Conseil de sécurité. 7 18. Les résolutions du CSNU et les décisions des comités des sanctions prévoyant une mesure de gel à l’encontre d’une personne ou d’une entité s’imposent aux États11. Elles ne créent pas à l’encontre des organismes financiers, en l’absence d’acte juridique de transposition en droit interne, une obligation juridique de geler les avoirs de ces personnes ou entités12 . 19. L’adoption d’une résolution du CSNU ou la prise d’une décision du comité des sanctions fait l’objet d’une publication sur le site de l’ONU13. Une information de presse est souvent disponible, plus rapidement en version anglaise14. La DGTRÉSOR publie, dès qu’elle en a connaissance15, une liste électronique des personnes et entités désignées dans une résolution du CSNU ou une décision d’un comité des sanctions (cf. §21 et 49). 1.1.1.2. La prise en compte des résolutions du CSNU, non encore transposées en droit interne, dans le dispositif préventif LCB-FT 20. Les organismes financiers prennent en compte, dans le cadre de leur dispositif LCB-FT, les mesures de gel prévues par les résolutions du CSNU et les décisions des comités des sanctions dès leur publication sur le site du CSNU et ce jusqu’à leur transposition en droit interne. En particulier, ils intègrent, dans leur appréciation des risques de BC-FT, le fait qu’une personne ou entité soit ainsi désignée, et mettent en œuvre des mesures de vigilance adaptées conformément au I de l’article L. 561-10-116. Ils procèdent, en cas de soupçon, à une déclaration à Tracfin17, en particulier lorsqu’il y a un risque de retrait des fonds ou ressources économiques ou de contournement de la mesure de gel (exemples : virements inhabituels à des tiers ou sur un autre compte détenu auprès d’un organisme étranger qui ne relève pas du champ d’application territorial des règlements européens ou des arrêtés, rachat total ou partiel d’un contrat d’assurance, rachat d’un contrat avec transfert des fonds sur un autre contrat détenu par un tiers, transmission de fonds). Il est attendu que la déclaration de soupçon soit effectuée de manière à permettre à Tracfin de s’opposer à l’exécution de l’opération. 21. L’utilisation de la liste unique de la DGTRÉSOR (cf. § 49) permet de détecter dans leurs bases clients les personnes ou entités dont les avoirs vont être prochainement gelés. La détection anticipée de ces personnes ou entités leur permet de mettre en œuvre immédiatement la mesure de gel dès la publication du règlement européen ou de l’arrêté. 1.1.2. Les règlements européens portant mesures restrictives 22. Dans le cadre de la politique extérieure et de sécurité commune (PESC), l’UE adopte des règlements européens18 lui permettant : - de transposer dans son ordre juridique les résolutions du CSNU prévoyant des mesures de gel ; - et d’imposer des mesures de gel de manière autonome, indépendamment de toute action des Nations Unies. 11 Article 25 de la Charte des Nations Unies 12 Les résolutions du Conseil de sécurité sont prises en compte par le juge comme faits juridiques (Civ. 1er 25 avril 2006, n°02-17344) 13 http://www.un.org/fr/sc/ 14 http://www.un.org/press/en/content/security-council 15 En général à J+1, compte tenu de la diffusion des informations la veille à New York 16 Cf. §20 des orientations dites sur les facteurs de risques, précitées 17 Cf. Lignes directrices conjointes de l’ACPR et de Tracfin sur les obligations de déclaration et d’information à Tracfin 18 Ces règlements sont pris sur le fondement de l’article 215 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne 8 23. L’UE adopte ainsi des mesures de gel dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme19 ou de sanctions à l’encontre de certains pays. Libellé type de la disposition des règlements européens prévoyant la mesure de gel et d’interdiction de mise à disposition des fonds : « Sont gelés tous les fonds et ressources économiques appartenant aux personnes, entités et organismes énumérés à l'annexe XX, de même que tous les fonds et ressources économiques que ces personnes, entités ou organismes possèdent, détiennent ou contrôlent. Aucun fonds ni aucune ressource économique n'est mis, directement ou indirectement, à la disposition des personnes physiques ou morales, des entités ou des organismes énumérés à l’annexe XX, ni dégagé à leur profit. » 24. Les règlements européens prévoyant des mesures de gel sont directement applicables dès leur publication au Journal Officiel de l’UE (ci-après JOUE), sauf dispositions contraires. Les mesures de gel sont régulièrement réexaminées au regard de leurs objectifs, aux fins d’abrogation ou de reconduction. En outre, les règlements européens sont régulièrement modifiés, aux fins de mise à jour des listes des personnes ou entités désignées ou pour corriger les éléments d’identification des personnes ou entités désignées, voire abrogés ou remplacés par de nouveaux textes. 25. Dans ces conditions, il appartient aux organismes financiers de mettre en place une veille juridique leur permettant de suivre les modifications apportées aux règlements européens ou la publication de nouveaux textes au JOUE20. Le site internet de la DGTRÉSOR21 publie et met à jour les références des textes européens applicables, ainsi que les versions consolidées des règlements européens. 26. Un tableau récapitulant les mesures restrictives par pays, y inclus de gel des avoirs, applicables aux organismes financiers est disponible sur le site de la DGTRESOR. Il est mis à jour par la DGTRÉSOR. Les organismes sont ainsi invités à consulter le lien suivant : http://www.tresor.economie.gouv.fr/8465_tableau-recapitulatif-des-mesures-restrictives-par-pays 27. Les sanctions en cas de violation de mesures restrictives européennes sont déterminées par le droit interne de chaque État membre22 (cf. § 4.2 des présentes lignes directrices en ce qui concerne les sanctions). 19 Le règlement n°2580/2001 du 27 décembre 2001 concernant l'adoption de mesures restrictives spécifiques à l'encontre de certaines personnes et entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme institue des mesures de gel à l’encontre de personnes identifiées comme finançant ou susceptibles de financer des activités terroristes. La liste des personnes désignées est régulièrement mise à jour. Par ailleurs, l’UE a pris deux règlements pour transposer les résolutions 1988(2011) et 1989(2011) du CSNU concernant notamment Al Qaeda, les Talibans et Daesh (règlements n°2016/1686, n°881/2002, cf. http://www.tresor.economie.gouv.fr/daeshterrorisme). 20 Cf. article R 562-1. Article 40 de l’arrêté du 3 novembre 2014 sur le contrôle interne des entreprises du secteur de la banque, des services de paiement et des services d’investissement soumises au contrôle de l’ACPR : « Les entreprises assujetties mettent en place un dispositif permettant de garantir un suivi régulier et le plus fréquent possible des modifications pouvant intervenir dans les textes applicables à leurs opérations et, à ce titre, l'information immédiate de tous les membres de leur personnel concernés ». 21 http://www.tresor.economie.gouv.fr/sanctions-financieres-internationales 22 Le libellé type de cette disposition dans les règlements européens est le suivant : « Les États membres déterminent le régime de sanctions applicables en cas de violation des dispositions du présent règlement et prennent toute les mesures nécessaires pour assurer la mise en œuvre de celles-ci. Les sanctions prévues doivent être efficaces, proportionnées et dissuasives ». 9 1.1.3. Les arrêtés de mise en œuvre dans les pays et territoires d’outre-mer des résolutions du CSNU et des décisions du Conseil de l’UE 28. Les règlements européens s’appliquent, dans les territoires d’outre-mer qualifiés de « régions ultrapériphériques » dans le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, à savoir la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, la Réunion, Saint-Martin et Mayotte23 . 29. En revanche, ils ne sont pas applicables dans les pays et territoires d’outre-mer (PTOM) : Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et les îles Wallis et Futuna, Saint-Pierre-et-Miquelon et Saint-Barthélemy. Les articles L. 562-3, L. 745-13, L. 755-13 et L. 765-13 permettent d’appliquer les mesures de gel des avoirs prises par résolution du CSNU, décision du Conseil de l’Union européenne ou règlement européen, par arrêté du ministre chargé de l’économie, dans les PTOM, pays et territoires d’outre-mer où les règlements européens ne sont pas d’applicabilité directe. 30. Les arrêtés sont publiés au JORF et repris sur le site de la DGTRÉSOR24 . 1.1.4. Le dispositif national pris en application des articles L. 562-2 et L. 562-3 − Les mesures nationales de gel prises dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme sur le fondement de l’article L. 562-2 31. L’introduction en droit français25 d’un dispositif autonome aux fins de lutte contre le financement du terrorisme répond aux exigences du CSNU26 et du GAFI (Recommandation 6). 32. Les mesures prises sur ce fondement sont prévues dans des arrêtés co-signés par le ministre chargé de l’économie et le ministre de l’intérieur. 33. Elles s’appliquent aux organismes financiers dès la publication de ces arrêtés au Journal Officiel de la République Française (JORF). Leur durée de validité est limitée à 6 mois, renouvelable par un nouvel arrêté. 34. À cet égard, il est rappelé aux organismes financiers la nécessité de mettre en place une veille juridique leur permettant de suivre la publication de nouveaux arrêtés au JORF, ainsi que les modifications apportées aux arrêtés27 . 35. Les arrêtés des ministres sont applicables sur tout le territoire de la République française. La Principauté de Monaco s’est engagée auprès de la France à dupliquer sur son territoire les mesures de gel françaises28 . − Les mesures nationales de gel prises sur le fondement de l’article L. 562-3 23 Article 355 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. 24 Ces arrêtés sont publiés sur le site de la DGTRESOR sur la page dédiée à chaque régime de sanctions, accessible depuis ce lien : http://www.tresor.economie.gouv.fr/sanctions-financieres-internationales). Les références de ces arrêtés peuvent aussi être consultées dans la liste unique de la DGTRESOR, dans la colonne « TOM » 25 Il a été introduit par la loi n° 2006-64 du 23 janvier 2006 relative à la lutte contre le terrorisme et portant dispositions diverses relatives à la sécurité et aux contrôles frontaliers 26 Résolution 1373 (2001) du 28 septembre 2001 27 Cf. article 40 de l’arrêté du 3 novembre 2014 sur le contrôle interne des entreprises du secteur de la banque, des services de paiement et des services d’investissement soumises au contrôle de l’ACPR : « Les entreprises assujetties mettent en place un dispositif permettant de garantir un suivi régulier et le plus fréquent possible des modifications pouvant intervenir dans les textes applicables à leurs opérations et, à ce titre, l'information immédiate de tous les membres de leur personnel concernés ». Article R 562-1 28 Par ailleurs, la Principauté, en tant qu’État souverain, met également en œuvre les gels ordonnés par le CSNU. 10 36. Ce dispositif est utilisé pour adopter des mesures nationales de gel à l’encontre de personnes et d’entités ayant tenté de commettre, faciliter ou financer des actions sanctionnées ou prohibées par les résolutions adoptées dans le cadre du chapitre VII de la charte des Nations unies ou les actes pris en application de l'article 29 du traité sur l'Union européenne29. Il est également utilisé pour pallier les délais de transposition par un règlement européen des mesures de gel prévues par des résolutions du CSNU et du Conseil de l’Union européenne 37. Les mesures de gel décidées sur ce fondement sont prises par voie d’arrêtés du ministre chargé de l’économie, publiés au JORF. 38. Les arrêtés sont automatiquement abrogés, en ce qui concerne la métropole et les régions ultrapériphériques, lorsque le règlement européen mettant en œuvre la mesure de gel entre en vigueur30 . 1.2 Définitions des avoirs 39. L’expression « gel des avoirs » est issue notamment des résolutions du CSNU. Les arrêtés pris en application des articles L 562-2 et L 562-3 et les règlements européens prévoient le gel des « fonds et ressources économiques » des personnes ou entités désignées. La notion de « fonds » recouvre les instruments financiers définis à l’article L. 211-131, à savoir les titres financiers et les contrats financiers. La définition des termes « gel des fonds », « gel des ressources économiques », « fonds » et « ressources économiques » figure dans chaque règlement européen et à l’article L562- 1 de manière quasi-identique. 40. L’ACPR et la DGTRÉSOR appellent l’attention des organismes financiers sur le champ très large des fonds ou ressources économiques susceptibles d’être gelés. 41. Ils recouvrent notamment: − les fonds remboursables du public détenus ou versés sur des comptes de dépôts ou des comptes courants ou des comptes d’épargne tels que les livrets A, les livrets de développement durable ; − les fonds déposés ou détenus sur des comptes de paiement ; − les fonds versés pour charger des instruments de monnaie électronique et les valeurs monétaires stockées sur ces instruments ; − les fonds versés dans le cadre d’un contrat individuel ou collectif de gestion d’actifs ; − les intérêts et autres revenus d’actifs financiers de toute nature (rémunération sur les comptes à vue, comptes d’épargne, parts d’OPCVM, actions de SICAV) ; − les primes ou cotisations versées dans le cadre d’un contrat d’assurance et les indemnisations versées ; 29 En pratique, lorsqu’une résolution du CSNU ou une décision du Conseil de l’UE est prise, un arrêté unique fondé sur les articles L. 562-3 et L. 714-1 est publié permettant ainsi l’application immédiate des mesures de gel en métropole, dans les régions ultrapériphériques et dans les PTOM (cf. §1.1.3). 30 Les arrêtés qui sont aussi pris sur le fondement de l’article L. 714-1 restent en vigueur dans les PTOM 31 Article L. 211-1: « I. - Les instruments financiers- sont les titres financiers et les contrats financiers. II. - Les titres financiers sont : 1. Les titres de capital émis par les sociétés par actions ; 2. Les titres de créance, à l'exclusion des effets de commerce et des bons de caisse ; 3. Les parts ou actions d'organismes de placement collectif. III. - Les contrats financiers, également dénommés " instruments financiers à terme ", sont les contrats à terme qui figurent sur une liste fixée par décret. » 11 − les contrats d’assurance-vie ou de capitalisation (encours et versements) ; − les titres et contrats financiers visés à l’article L. 211-1 ainsi que leurs équivalents émis ou conclus sur le fondement d’un droit étranger, y inclus les bons de capitalisation ; − les intérêts et autres revenus des titres ou contrats financiers ou tout autre titre ou contrat émis ou conclu sur le fondement d’un droit étranger ; − les créances ; − le crédit, le droit à compensation, les garanties, les garanties de bonne exécution ou autres engagements financiers ; − les lettres de crédit, les contrats de vente ; − tout document attestant la détention de parts d'un fond ou de ressources financières ; − tout autre instrument de financement à l'exportation. 41. La notion de ressources économiques vise notamment tous les biens, meubles ou immeubles, qui peuvent être utilisés pour obtenir des fonds, d’autres biens ou des services. Les organismes financiers doivent geler les ressources économiques des personnes ou entités listées dont ils sont les dépositaires ou dont ils ont la garde. Cela vise notamment les biens de toute nature (bijoux, or, pierres précieuses, œuvres d’art) qui pourraient avoir été déposés en gage ou dans un coffre-fort. 42. L’assurance non-vie est aussi définie comme une ressource économique car elle permet d’obtenir des fonds32 . 43. La portée pour les organismes financiers de ces définitions est précisée dans le § 3 des présentes lignes directrices pour chacun des secteurs concernés. 1.3 Les personnes ou entités faisant l’objet de mesures de gel des avoirs 44. Le gel peut viser des personnes physiques, des personnes morales diverses (exemples : sociétés, organismes publics, ministères, associations, fondations), de même que des groupements de fait, sans personnalité juridique, tels que des groupes terroristes. Dans cette dernière hypothèse, les organismes financiers n’ayant pas de relations d’affaires avec des groupements de fait, il leur appartient de geler les avoirs des personnes physiques ou morales dont ils savent qu’ils agissent pour le compte de ces groupements, en particulier lorsque cela est expressément indiqué dans le règlement européen ou l’arrêté. 45. Les éléments d’identification des personnes ou entités faisant l’objet d’une mesure de gel sont prévus dans les annexes de chaque règlement européen, ou dans chaque arrêté s’agissant des mesures nationales. Les éléments d’identification sur les personnes ou entités désignées peuvent différer selon la disponibilité de l’information. 46. S’agissant d’une personne physique, les éléments d’identification susceptibles de figurer dans les textes sont les noms et prénoms, et le cas échéant, les alias (autres dénominations connues de la personne), la date ou le lieu de naissance, la nationalité, l’adresse33, le numéro de passeport, voire des renseignements complémentaires. 32 Cf. 3° de l’article L 562-1. Voir également les lignes directrices du GAFI : “Guidance for a risk based approach for the life insurance sector”, Octobre 2018. 33 L’adresse ne figure pas dans les arrêtés nationaux pour des raisons de confidentialité. 12 47. S’agissant des personnes morales, il peut s’agir de la dénomination sociale, de l’adresse du siège social, du téléphone, du numéro de télécopieur/fax, de l’activité ou l’objet social, la date de constitution, du pays d’enregistrement, voire des renseignements complémentaires. 48. Afin de faciliter la mise en œuvre des mesures de gel par les organismes financiers, la DGTRÉSOR et l’UE34 publient des listes électroniques des personnes ou entités désignées. Les listes électroniques susmentionnées sont mises à jour dès l’entrée en vigueur des règlements européens ou arrêtés. 49. Il est porté à l’attention des organismes financiers que le registre national35 , également appelé « liste unique » des personnes faisant l’objet des mesures de gel qui est disponible sur le site de la DGTRÉSOR36 , inclut toutes les personnes et entités listées au titre des dispositifs national et européen, alors que la liste « consolidée » de l’UE (publiée sur le site relatif à la PESC et reprise sur le site de la DGTRÉSOR37) ne couvre que les personnes et entités listées dans les règlements européens38 . 1.4 Les organismes financiers assujettis aux obligations de gel des avoirs 1.4.1. Le dispositif européen 50. Les règlements européens définissent de façon générale les personnes soumises aux obligations de gel des avoirs. Ils ne visent pas un secteur en particulier. Libellé type des règlements européens quant au champ d’application : « Les règlements sont applicables: a) sur le territoire de l'Union, y compris dans son espace aérien; b) à bord de tout aéronef ou de tout navire relevant de la juridiction d'un État membre; c) à toute personne, à l'intérieur ou à l'extérieur du territoire de l'Union, qui est ressortissante d'un État membre; d) à toute personne morale, toute entité ou tout organisme établi ou constitué selon le droit d'un État membre; e) à toute personne morale, à toute entité ou à tout organisme en ce qui concerne toute opération commerciale réalisée, intégralement ou en partie, dans l'Union. » 34 Sur les modalités d’utilisation de la liste européenne, cf.: http://ec.europa.eu/external_relations/cfsp/sanctions/list/version4/global/help_online/help.html 35 Article R 562-2 36 http://www.tresor.economie.gouv.fr/11448_liste-unique-de-gels 37 https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/11448_liste-unique-de-gels 38 La liste de l’UE inclut non seulement les personnes ou entités désignées faisant l’objet de mesures de gel mais également celles faisant l’objet d’autres types de restrictions (exemples : interdiction des prendre des participations dans une personne morale ou de créer des joints ventures avec des entités listées). Il est donc nécessaire de consulter les règlements européens applicables en cas de détection d’une personne ou entité listée dans les bases clients pour connaitre le type de restrictions applicables (cf. développements au §2.2 des présentes lignes directrices). 13 51. L’ensemble des organismes financiers sont soumis aux mesures européennes de gel et d’interdiction de mise à disposition de fonds ou ressources économiques au profit de personnes ou entités désignées. Il en est ainsi, par exemple, des entreprises exerçant une activité de réassurance. 1.4.2. Le dispositif national 52. Les organismes financiers assujettis aux mesures nationales de gel sont ceux qui : - sont assujettis aux obligations de LCB-FT39 ; - et détiennent ou reçoivent des fonds ou ressources économiques pour le compte d’un client. 53. Il s’agit des organismes suivants soumis au contrôle de l’ACPR: – des établissements de crédit, y compris les succursales de pays tiers à l’Espace économique européen (EEE) établies en France ; – des établissements de monnaie électronique des établissements de paiement; – des sociétés de financement ; – des entreprises d'investissement autres que les sociétés de gestion de portefeuille, y compris les succursales de pays tiers à l’EEE ; – des changeurs manuels ; – de la Caisse des dépôts et consignations ; – des entreprises exerçant une activité d'assurance directe mentionnées à l'article L. 310-1 du Code des assurances40 ; – des organismes du code de la mutualité ; – des organismes du code de la sécurité sociale. – des courtiers en assurance, dès lors qu’ils reçoivent/encaissent des fonds ; – des courtiers en opérations de banque et services de paiement dès lorsqu'ils se voient confier des fonds en tant que mandataire des parties ; 54. Les succursales établies en France des organismes financiers dont le siège social est situé dans l’EEE sont également assujetties à ces obligations. Il en est de même des établissements de crédit, de paiement et de monnaie électronique européens qui exercent en France en libre établissement en ayant recours à des agents ou des distributeurs ainsi que des prestataires de services d’investissement ayant recours à des agents liés pour effectuer des opérations en France. De plus, les organismes financiers dont le siège social est situé dans l’EEE et qui agissent sur le territoire national en libre prestation de services (par exemple, sur internet) sont assujettis aux obligations nationales de gel des avoirs. 39 Cf. article L. 561-2 40 Les entreprises de réassurance sont donc exclues du dispositif national, contrairement à ce qui est le cas pour le dispositif européen 14 55. Pour ce qui concerne les courtiers en assurance ou en opérations de banque et services de paiement, seuls ceux qui reçoivent ou encaissent les fonds sont assujettis aux mesures nationales de gel. Dès lors qu’ils sont mandatés par un organisme d’assurance ou un établissement du secteur de la banque à recevoir des fonds, ils se dotent d’un dispositif leur permettant de mettre en œuvre les mesures nationales de gel41 . 56. En revanche, les mesures nationales de gel des avoirs ne s’appliquent pas aux dépositaires centraux et aux gestionnaires de systèmes de règlement livraison, conformément à l’article L562- 1442 . 57. Les intermédiaires en financement participatif43 (ci-après IFP) ne sont pas soumis aux obligations de gel des avoirs car leur activité consiste uniquement à mettre en relation les porteurs d'un projet déterminé et les personnes finançant ce projet, sans recevoir de fonds. Il leur appartient de prendre en compte les mesures de gel dans le cadre de leur dispositif LCB-FT (classification des risques, adaptation des mesures de vigilance, déclaration de soupçon), notamment lorsqu’une personne ou entité a été désignée en raison d’activités terroristes. 2. L’obligation de se doter d’un dispositif de gel des avoirs 58. Le dispositif de gel des avoirs comprend44 : - une organisation ; - des procédures internes ; - des moyens matériels et humains suffisants ; - des personnels bénéficiant de formations appropriées et d’un accès aux informations nécessaires à l’exercice de leurs fonctions ; - un contrôle interne dédié à la mise en œuvre des mesures de gel, y compris au niveau du groupe. 59. Quelle que soit leur organisation, les organismes s’assurent que chaque étape du processus de gel, de la détection à la mise en œuvre de la mesure et sa déclaration à la DGTRESOR, y compris l’analyse des alertes, soit effectuée avec la plus grande célérité de manière à se conformer aux obligations d’application « sans délai » des mesures de gel et d’information « immédiate » de la DGTRESOR. 2.1 Le dispositif de détection 60. Les organismes financiers soumis aux articles 47 et 49 de l’arrêté du 3 novembre 2014 ainsi qu’au VI de l’article A. 310-8 du code des assurances sont tenus de se doter de dispositifs efficaces et adaptés de détection des opérations au profit des personnes ou entités désignées. 41 La pratique qui consiste à demander au client une déclaration sur l’honneur attestant qu’il n’est pas soumis à une mesure de gel, n’exonère pas de la mise en œuvre des mesures de gel. 42 « Les dispositions du présent chapitre ne sont pas applicables aux dépositaires centraux et aux gestionnaires de systèmes de règlement et de livraison d'instruments financiers. » 43 Articles L. 548-1 et suivants 44 Cf. Article R 562-1 15 61. Le dispositif de détection45 couvre à la fois, les bases clientèle (« le stock ») et les opérations de réception/mise à disposition de fonds- ou ressources économiques («les flux »). L’ACPR et le DGTRESOR appellent à cet égard l’attention des organismes sur la définition très large des mouvements et opérations prohibés. 62. S’agissant d’une obligation de résultat, le dispositif de détection mis en œuvre doit permettre dans tous les cas l’application des mesures de gel46 et d’interdiction de toute opération entrant dans le champ de ces mesures S’il n’est pas imposé de se doter d’outils automatisés de filtrage des bases clientèle et des opérations au profit des personnes ou entités désignées, un dispositif automatisé est cependant très souhaitable. Un tel dispositif est nécessaire, lorsque la taille de l’organisme ainsi que la nature et le volume de ses activités ne permettent pas une détection manuelle en temps réel. 63. Pour autant, le recours à un dispositif automatisé de filtrage ne saurait à lui seul garantir à l’organisme la bonne mise en œuvre de ses obligations de gel des avoirs. L’efficacité d’un dispositif de détection repose, en effet, sur l’exhaustivité et la qualité des données d’identité de la clientèle figurant dans les bases clients47 ou dans les messages d’opérations48. Le paramétrage du dispositif, la fréquence de filtrage, le délai de traitement des alertes sont également des éléments essentiels pour l’efficacité du dispositif. Pour les opérations qui ne seraient pas couvertes par le dispositif automatisé de filtrage, les organismes financiers peuvent utiliser un dispositif manuel à la condition que cette modalité de filtrage permette une détection efficace. 64. Les organismes qui décident au regard de leur taille et de leurs activités d’avoir recours exclusivement à un dispositif manuel s’assurent que ce dispositif est efficace. Ils sont alors en mesure d’en justifier à l’ACPR. 2.1.1. Les listes de gel à prendre en compte 2.1.1.1. Les listes européenne et française de gel des avoirs 65. Le dispositif de détection prend en compte les mesures nationales et européennes de gel des avoirs49 . 66. Les organismes financiers qui utilisent la liste européenne dite « consolidée » (cf. § 1.3 supra) veillent à mettre en œuvre également les mesures nationales de gel, soit en procédant à une détection manuelle de leur base clientèle, soit en intégrant dans leur dispositif de filtrage les éléments d’identification des personnes ou entités désignées par arrêté. 45 Articles 47 et 49 de l’arrêté du 3 novembre ; VI de l’article A. 310-8 du code des assurances 46 Décision de la Commission des sanctions du 27 novembre 2012 (n°2011-03) : « Considérant que, selon le paragraphe 2.2 de l’article 11-7 du règlement n° 97-02 du CRBF susvisé, les banques doivent se doter de dispositifs adaptés à leurs activités permettant de détecter toute opération au bénéfice d’une personne ou d’une entité faisant l’objet d’une mesure de gel des fonds, instruments financiers et ressources économiques ; que les mesures de gel ainsi visées sont aussi bien celles prises dans le cadre communautaire déjà mentionné que celles que peut prendre en complément le ministre chargé de l’économie en vertu de l’article L. 562-1 du COMOFI ; que l’aptitude des dispositifs (dont elles doivent se doter) à la détection des opérations litigieuses met à la charge des banques une obligation de résultat ». 47 En ce sens cf. décision de la Commission de sanctions de l’ACPR du 30 mars 2017 (n°2016-05) §36. 48 Les prestataires de service de paiement se réfèrent aux orientations communes, prises en application de l’article 25 du règlement (UE) 2015/847, relatives aux mesures que les prestataires de services de paiement doivent prendre pour détecter des informations manquantes ou incomplètes sur le donneur d'ordre ou le bénéficiaire, ainsi que les procédures devant être mises en place pour gérer un transfert de fonds qui n'est pas accompagné des informations requises 49 En ce sens décision de la Commission des sanctions de l’ACPR n°2018-01 du 24 décembre 2018 16 67. Dans l’hypothèse où ils ont recours à des listes fournies par des prestataires extérieurs, ils s’assurent que celles-ci couvrent les listes nationale et européenne, le cas échéant en procédant par échantillonnage, et soient mises à jour dès la publication des règlements européens ou arrêtés50 (cf. § 2.5 sur le dispositif de contrôle interne). 2.1.1.2. Les listes étrangères 68. Les dispositions de l’article 5 du règlement n°2271/96 (dit « règlement de blocage »)51 interdisent aux organismes de se conformer, directement ou par filiale ou intermédiaire interposé, « activement ou par omission délibérée » aux prescriptions ou interdictions fondées directement ou indirectement sur la législation des États-Unis d’Amérique prévoyant des sanctions extraterritoriale visée en annexe dudit règlement, sauf autorisation accordée par la Commission européenne pour déroger à cette disposition52 . 69. Toutefois, comme rappelé par le point 5 de la note d’orientation de la Commission européenne concernant l’interprétation du règlement de blocage53, les opérateurs économiques restent libres de choisir de commencer à travailler, poursuivre ou cesser leurs activités dans les pays visés par ces sanctions extraterritoriales, et de s’engager ou non dans un secteur économique sur la base de leur évaluation de la situation économique. 70. Enfin, indépendamment de la mise en œuvre des obligations nationales et européennes de gel, les listes de gel publiées par d’autres États, notamment les États limitrophes, peuvent constituer, au regard de leurs activités, implantations et clientèles, des éléments d’informations permettant aux organismes financiers d’alimenter leur connaissance du client et contribuer à la mise en œuvre des obligations de vigilance LCB-FT. 2.1.2. Paramétrage du dispositif automatisé de filtrage : critères orthographiques à prendre en compte 71. Le dispositif automatisé utilisé par les organismes financiers permet de détecter les personnes ou les entités dont le nom, le prénom ou l’alias ou la dénomination sociale sont identiques ou se rapprochent, avec un taux raisonnable de concordance, des éléments d’identification d’une personne ou entité désignée. 72. Des critères orthographiques trop restrictifs dans le paramétrage de l’outil de filtrage ne permettent pas une détection efficace des opérations au profit des personnes ou entités désignées. Les organismes financiers s’assurent donc que leur outil de filtrage ne repose pas sur une fonction 50 Article R 561-38-2 51 Règlement n°2271/96 du 22 novembre 1996 portant protection contre les effets de l'application extraterritoriale d'une législation adoptée par un pays tiers, ainsi que des actions fondées sur elle ou en découlant 52 Pour de plus amples informations, se référer au règlement d’exécution (UE) 2018/1101 du 3 août 2018 qui établit les critères retenus par la Commission dans l’examen des demandes de dérogation déposées au titre de l’article 5, alinéa 2, du règlement n°2271/96 du 22 novembre 1996. 53 Note d’orientation de la Commission européenne : Questions/réponses : adoption de l’actualisation de la loi de blocage (2018/C 277 I/03) 17 de rapprochement de type « exact match »54. Ils sont invités à définir un taux de concordance qui permet de détecter les différentes variations orthographiques des éléments d’identification des personnes ou entités désignées en particulier lorsque ceux-ci sont issus de langues ou d’alphabets étrangers. 73. Afin d’améliorer l’efficacité du dispositif, les organismes peuvent aussi prévoir une comparaison avec des chaînes de caractères « nettoyés » (suppression des accents, espaces, tirets) ou phonétiques. 2.1.3. Périmètre de la détection 74. Les paragraphes ci-après contiennent des développements sur les opérations/personnes qui doivent être détectées car : - elles sont interdites et ne doivent pas être exécutées ; - elles peuvent être exécutées sous réserve d’une autorisation préalable de la DGTrésor ; - elles peuvent être exécutées en vertu d’une dérogation prévue dans les règlements ou le Code monétaire et financier mais la DGTrésor en est informée. 75. Le dispositif de détection permet de détecter : 2.1.3.1. les fonds ou ressources économiques qui « appartiennent » ou sont « possédés » par une personne ou entité désignée 76. Les notions d’« appartenance » ou de « possession » visent les situations dans lesquelles la personne ou l’entité désignée, seule ou avec une autre personne ou entité non désignée : - est le propriétaire des fonds ou ressources économiques ou ; - bénéficie d’un droit sur ceux-ci. 77. Les définitions couvrent notamment les fonds ou ressources économiques : - dont la personne ou l’entité désignée est propriétaire, copropriétaire, usufruitière, nupropriétaire ou propriétaire indivis ; - déposés sur un compte dont la personne ou l’entité désignée est titulaire ou co-titulaire (cas du compte joint) ; - pour lesquels la personne ou l’entité désignée a confié un mandat de gestion ou d’administration à un tiers mandataire non désigné (exemple : gestion individuelle ou collective d’actifs) ; - versés par la personne ou l’entité désignée sur un contrat d’assurance-vie ou de capitalisation en tant que souscripteur ou co-souscripteur du contrat, y compris dans les cas où le souscripteur n’est pas lui-même l’assuré, ou en tant que payeur lorsque celui-ci est différent du souscripteur ; 54 Extrait de la décision de la commission des sanctions de l’ACPR du 24 octobre 2012, procédure n°2011-02 (point 2.9) : « Considérant que[…] les modalités de filtrage de la base clients appliquées au sein de l’entité française du métier banque privée ne permettent pas de détecter de manière satisfaisante les personnes qui font l’objet de sanctions financières, en raison du recours à des critères orthographiques restrictifs (fonction « exact match ») ; qu’un tel paramétrage ne permet en effet de détecter une personne listée que si le nom de la personne correspond parfaitement au nom inscrit sur la liste de sanction, sans prendre en compte les variations orthographiques qui peuvent exister et qui sont en partie mentionnées dans les listes de sanction ; [….] que la mention sur les listes de plusieurs variations quant à l’orthographe du nom de personnes recherchées ne suffit pas à pallier les inconvénients de la fonction « exact match » pour une détection efficace des personnes qui font l’objet de sanctions financières; » 18 - sur lesquels la personne ou l’entité désignée a un droit de créance en tant que bénéficiaire acceptant ou co-bénéficiaire acceptant d’un contrat d’assurance-vie. 2.1.3.2. les fonds ou ressources économiques qui sont « détenus » ou « contrôlés » par une personne ou entité désignée 78. Les notions de « contrôle » ou de « détention » visent les situations dans lesquelles la personne ou l’entité désignée peut exercer certains droits de gestion, d’administration et de disposition des fonds ou ressources économiques, sans l’accord préalable de leur propriétaire ou créancier, en vertu d’un texte ou d’un contrat. 79. Les définitions couvrent notamment les fonds ou ressources économiques : - sur lesquels la personne ou l’entité désignée agit comme mandataire d’une personne ou entité non désignée (cas, par exemple, de la procuration55) ; - administrés par la personne ou l’entité désignée en tant que tuteur légal (cas d’un mineur ou d’un majeur sous tutelle par exemple) ; - transférés à une fiducie ou un autre dispositif juridique comparable relevant d’un droit étranger (trust) dont le constituant, le fiduciaire ou le bénéficiaire, ou leur équivalent en droit étranger, est une personne ou entité désignée. 80. Le gel des avoirs d’une personne morale détenue ou contrôlée par une personne physique ou morale faisant l’objet d’une mesure de gel des avoirs n’est pas systématique, sauf si un arrêté ou un règlement désigne expressément ladite personne morale. L’organisme qui détecte une situation de contrôle ou de détention d’une personne morale par une personne physique faisant l’objet d’une mesure de gel des avoirs en informe la DGTRESOR. 81. Le gel des avoirs d’une entité au sein d’un groupe n’entraîne pas le gel de ceux de toutes ses filiales ou société sœurs, sauf si le règlement européen ou l’arrêté le précise expressément56 . 2.1.3.3. les fonds ou ressources économiques qui sont « mis directement à la disposition » d’une personne ou entité désignée57 82. L’interdiction de « mise à disposition directe » vise les situations suivantes: - le transfert des fonds ou ressources économiques à une personne ou entité désignée ; - le paiement, à la place d’une personne ou entité désignée, des biens ou des services ; - et plus généralement, tout acte dont l'accomplissement est nécessaire pour permettre à une personne ou entité désignée d'obtenir le pouvoir de disposer des fonds ou ressources économiques. 83. Les définitions couvrent notamment : 55 Lorsqu’un établissement détecte une procuration au profit d’une personne désignée sur un compte, il suspend les effets de la procuration à son égard et en informe immédiatement la DGTrésor. . 56 CJUE (grande chambre) 13 mars2012, Melli Bank plc, C-380/09 P. 57 La notion de « mise à disposition directe ou indirecte » de fonds ou ressources économiques n’est pas définie dans les règlements européens. Selon la CJUE, l'expression «mise [...] à la disposition » revêt une acception large, qui englobe tout acte dont l'accomplissement est nécessaire, selon le droit national applicable, pour permettre à une personne d'obtenir effectivement le pouvoir de disposer pleinement des biens, des fonds ou de ressources économiques (CJUE, 11 octobre 2007, Gerda Möllendorf et Christiane Möllendorf-Niehuus, C-117/06, point 51). Cf. également sur la mise à disposition de fonds les arrêts CJUE, 29 juin 2010, procédure pénale E. contre F., C-550/09 et CJUE, 17 janvier 2019 SH contre TG, C-168/17 19 - les transferts de fonds au bénéfice d’une personne ou entité désignée ; - les transferts de propriété de fonds ou de ressources économiques à une personne ou entité désignée, à titre gratuit ou onéreux ; - les paiements d’un tiers pour la fourniture de biens ou services à une personne ou entité désignée (cas, par exemple, du remboursement par un tiers d’un prêt accordé à une personne désignée) ; - les engagements par signature (caution, aval, garantie) dont le bénéficiaire ou le donneur d’ordre est une personne ou entité désignée ; - les sûretés (nantissement, hypothèque, gage) au profit d’une personne ou entité désignée. 84. Enfin, les organismes financiers ayant recours à des agents, des distributeurs ou tout intermédiaire s’abstiennent de mandater des personnes ou entités désignées. 2.1.3.4. les fonds ou ressources économiques qui sont « mis indirectement à la disposition » d’une personne ou entité désignée 85. L’interdiction de « mise à disposition indirecte » recouvre des situations diverses. Elle vise notamment le cas de l’organisme financier qui sait que les fonds ou ressources économiques bénéficient in fine à la personne ou l’entité désignée. Elle couvre également des opérations dont la détection peut s’avérer difficile, en particulier, celles exécutées au profit ou à la demande d’une personne ou entité non désignée : - qui agit sur instruction ou pour le compte58 d’une personne ou entité désignée (cas où la personne non désignée agit comme prête-nom) ; - qui est contrôlée par une personne ou entité désignée : sont ici visées, par référence au 6° de l’article 1er du règlement n°2580/200159 sur la notion de contrôle, les situations dans lesquelles la personne ou l’entité désignée :  a le droit de ou d'exercer le pouvoir de nommer ou de révoquer la majorité des membres des organes d'administration, de gestion ou de surveillance de la personne morale ou de l'entité concernée ;  peut nommer, par l'effet du seul exercice de son droit de vote, la majorité des membres des organes d'administration, de gestion ou de surveillance d'une personne morale ou d'une entité qui ont été en fonction au cours de l'exercice actuel et de l'exercice précédent;  contrôle seule, sur la base d'un accord conclu avec d'autres actionnaires ou membres d'une personne morale ou d'une entité, la majorité des droits de vote des actionnaires ou des membres au sein de cette personne morale ou de cette entité;  a le droit d'exercer une influence dominante sur une personne morale ou une entité sur la base d'un accord conclu avec cette personne morale ou entité, ou sur la base d'une disposition prévue dans ses statuts, lorsque la législation applicable permet qu'un tel accord ou une telle disposition s'applique à ladite personne morale ou entité; 58 CJUE (troisième chambre) 21 décembre 2011, Mohsen Afrasiabi, C-72/11 59 Règlement (CE) n° 2580/2001 concernant l'adoption de mesures restrictives spécifiques à l'encontre de certaines personnes et entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Cf. § 63, 66 à 68 des meilleures pratiques de l'UE en ce qui concerne la mise en œuvre effective de mesures restrictives 20  a le pouvoir d'exercer le droit d'exercer une influence dominante visé au point d) ci-dessus sans être le détenteur de ce droit;;  a le droit d'utiliser la totalité ou une partie des actifs d'une personne morale ou d'une entité;  gère les activités d'une personne morale ou d'une entité sur une base unifiée, en publiant des comptes consolidés;  partage conjointement et solidairement les obligations financières d'une personne morale ou d'une entité, ou les garantit. 86. Il est rappelé qu’en vertu des obligations de vigilance LCB-FT, avant d’exécuter une opération ou d’entrer en relation d’affaires ou pendant celle-ci, les organismes financiers identifient et vérifient l’identité du client et le cas échéant, du bénéficiaire effectif, et recueillent tout élément d’information pertinent. Ils sont donc invités à exploiter les informations recueillies dans ce cadre afin de s’assurer que l’opération n’a pas pour objet de mettre indirectement des fonds ou ressources économiques à la disposition d’une personne ou entité désignée. 87. Ainsi, aux fins de détection des opérations de mise à disposition indirecte de fonds ou ressources économiques au profit d’une personne ou entité désignée, il est notamment utile de filtrer les bénéficiaires effectifs au sens des dispositions des articles L. 561-2-2 et R. 561-1 et suivants ; ainsi que les associés figurant sur un registre officiel ou son équivalent en droit étranger et les dirigeants sociaux au sens du 1° et 2° de l’article R. 123-54 du code de commerce ou leurs équivalents en droit étranger, dont les éléments d’identification sont recueillis en application des articles R. 561-5 et R.561-5-1 lors de l’entrée en relation d’affaires et à chaque mise à jour des éléments d’identification des clients personnes morales. 88. En cas d’alerte portant sur une de ces personnes, l’analyse vise à déterminer : - d’une part, si le(s) bénéficiaire(s) effectif(s), un ou plusieurs associés ou les dirigeants sociaux agissent pour le compte ou sur instruction d’une personne ou entité désignée, ou contrôlent ladite personne ou entité ; - et d’autre part, au vu du cas d’espèce, si les fonds ou ressources économiques sont, ou peuvent être, mis à la disposition de la personne ou entité désignée. 89. Si tel est le cas, les organismes financiers n’exécutent pas l’opération et en informent la DGTRESOR60 . 90. En particulier, lorsque le bénéficiaire effectif d’une personne morale est une personne désignée, l’organisme financier vérifie si celle-ci peut engager les fonds de la personne morale, en tant que représentant légal, en vertu de la loi, des statuts ou par délégation de signature. Dans cette hypothèse, il s’abstient d’exécuter l’opération et interroge la DGTRESOR sur son traitement. Dans les autres cas, l’organisme financier n’a pas à geler les fonds ou ressources économiques de la personne morale (par exemple, lorsque le bénéficiaire effectif n’est qu’actionnaire de la société). En cas de doute, il s’abstient d’exécuter l’opération et interroge la DGTRESOR sur le traitement de l’opération. 60 Exemples : accorder un prêt à une personne non désignée qui va reverser les fonds à la personne ou l’entité désignée, accepter qu’une personne ou entité désignée ouvre un compte à son nom mais en qualité de prête nom d’une personne ou entité désignée. 21 2.1.3.5 Le dispositif de filtrage des transferts de fonds 2.1.3.5.1 Les obligations de filtrage des PSP agissant comme PSP du donneur d’ordre ou du bénéficiaire 91. Le gel et l’interdiction de mise à disposition s’appliquent aux fonds qui sont transférés au bénéfice d’une personne ou entité désignée (bénéficiaire) ou à sa demande (donneur d’ordre). On entend par donneur d’ordre d’un transfert de fonds, la personne physique ou morale qui est le titulaire d’un compte et qui autorise un transfert de fonds à partir du dit compte ; par bénéficiaire, la personne titulaire d’un compte, qui est le destinataire prévu du transfert de fonds. 92. Pour les transferts transfrontaliers, les PSP, qu’ils agissent pour le compte des donneurs d’ordre ou des bénéficiaires, sont tenus de filtrer les donneurs d’ordre et les bénéficiaires au regard des listes européennes et nationales de gel des avoirs. 93. Pour les transferts entièrement exécutés sur le territoire national61, le filtrage des bases clients par chaque PSP intervenant dans l’exécution du virement constitue un élément majeur pour la sécurisation du dispositif est obligatoire. Le filtrage de ces transferts n’est pas requis. Le PSP du donneur d’ordre prend en compte les circonstances particulières des opérations ou de la relation d’affaires et les risques de violation des mesures de gel auxquels il est exposé, pour prendre les mesures de surveillance appropriées et vérifier que le bénéficiaire ne ferait pas l’objet d’une mesure de gel. C’est par exemple le cas lorsque le titulaire du compte a été identifié comme une personne de l’entourage d’une personne désignée (cf. §197) ou que le titulaire du compte a fait l’objet d’une désignation par Tracfin en application de l’article L 561-26. Il en est de même pour le PSP du bénéficiaire d’un virement à l’égard du donneur d’ordre. 93 bis. Pour les succursales à l'étranger, le filtrage des bases clients est obligatoire au regard des listes européennes et françaises de gel des avoirs, sans préjudice de l’existence d’une liste locale. En revanche le filtrage des transferts entièrement exécutés sur le territoire d’implantation de la succursale62 n'est pas requis, sans préjudice de la réglementation locale plus exigeante applicable par ailleurs. Pour les flux transfrontaliers, le paragraphe 92 s'applique. 2.1.3.5.2 Les obligations de filtrage des PSP agissant comme PSP intermédiaire 94. Le PSP intermédiaire n’est ni celui du donneur d’ordre, ni celui du bénéficiaire. Il reçoit et transmet des fonds pour le compte du prestataire du donneur d’ordre ou du bénéficiaire ou d’un autre prestataire63 . 95. Au regard de la définition très large de la notion de « mise à disposition de fonds », l’exécution par un PSP agissant comme intermédiaire d’un transfert de fonds pour le compte d’un donneur 61 Un transfert est considéré comme entièrement exécuté à l’intérieur des frontières d’un même État lorsque le PSP du donneur d’ordre et le PSP du bénéficiaire sont situés dans ce même État, y compris si le système utilisé pour effectuer les transactions est situé dans un autre État. 62 Cf. note de bas de page précédente. 63 Article 3§6 du règlement 2015/847 du Parlement européen et du Conseil du 20 mai 2015 sur les informations accompagnant les transferts de fonds et abrogeant le règlement (CE) n° 1781/2006 22 d’ordre ou d’un bénéficiaire faisant l’objet d’une mesure de gel est interdite. Les PSP intermédiaires mettent en place un dispositif permettant de détecter avant leur exécution les transferts de fonds transfrontaliers dont le donneur d’ordre ou le bénéficiaire est désigné, lorsque les informations nécessaires au filtrage (notamment les noms) sont présentes dans les messages de paiement. 96. Les règlements européens prévoient cependant des exonérations de responsabilité lorsqu’un établissement ne pouvait raisonnablement soupçonner que son action entraînerait la violation d’une mesure de gel. 97. Depuis le 26 juin 2017, date d’application du règlement n°2015/847 du Parlement européen et du Conseil du 20 mai 2015 sur les informations accompagnant les transferts de fonds64, les PSP intermédiaires sont tenus d’appliquer des obligations spécifiques visant à s’assurer de la présence des informations relatives au donneur d’ordre et au bénéficiaire dans les messages de paiement des transferts de fonds transfrontaliers hors UE65. Si le PSP intermédiaire constate, lors de la réception d’un tel transfert de fonds, que les informations relatives au donneur d’ordre ou au bénéficiaire sont manquantes ou avec des caractères ou d'éléments inadmissibles conformément aux conventions du système de messagerie, il rejette le transfert ou demande les informations requises. Dans cette dernière hypothèse, s’il n’obtient pas auprès du PSP du donneur d’ordre les éléments lui permettant de s’assurer que le donneur d’ordre ou le bénéficiaire est une personne ou entité désignée, il rejette le transfert66 . 98. Par ailleurs, parmi les entités désignées, il peut y avoir des PSP agissant en qualité d’intermédiaires. Les organismes financiers veillent à ne pas exécuter des transferts de fonds dont ils savent qu’ils transitent par un PSP désigné. 2.1.4. Fréquence du filtrage 99. Il est attendu des organismes financiers qu’ils effectuent un filtrage avant toute entrée en relation d’affaires ou d’exécuter une opération occasionnelle. 100. Le filtrage des bases de données de clientèle est effectué sans délai à compter de la publication des règlements européens ou arrêtés qui imposent de nouvelles mesures de gel, en abrogent ou rectifient des éléments d’identification des personnes ou entités précédemment désignées. Par exemple, un filtrage hebdomadaire des bases n’est pas à même de répondre aux exigences légales et européennes en matière de mise en œuvre des mesures de gel67 . 64 Règlement n°847/2015 du Parlement européen et du Conseil du 20 mai 2015 sur les informations accompagnant les transferts de fonds et abrogeant le règlement (CE) no 1781/2006, applicable à partir du 26 juin 2017. 65 Conformément à l’article 11 du règlement n°2015/847du Parlement européen et du Conseil du 20 mai 2015 sur les informations accompagnant les transferts de fonds et abrogeant le règlement (CE) n°1781/2006, les PSP intermédiaires devront mettre en place des procédures efficaces, y compris, le cas échéant, un contrôle a posteriori ou en temps réel, pour détecter l’absence éventuelle des informations requises sur le donneur d’ordre ou le bénéficiaire. L’article 12 dudit règlement prévoit la mise en place par les PSP intermédiaires de procédures efficaces, fondées sur les risques, pour déterminer s’il y a lieu d’effectuer, de rejeter ou de suspendre un transfert de fonds qui n’est pas accompagné des informations requises sur le donneur d’ordre ou le bénéficiaire. Il est précisé que lorsque le PSP intermédiaire constate, lors de la réception d’un transfert de fonds, que les informations requises sont manquantes, il lui appartient de rejeter le transfert ou demander les informations requises avant de transmettre les fonds, ou après cette opération, en fonction de l’appréciation des risques. 66 Cf. Principes d’application sectoriel de l’ACPR sur la correspondance bancaire, §7 67 Décision de la Commission des sanctions de l’ACPR du 13 juin 2018 (n°2017-07) §32-33. Décision de la Commission des sanctions de l’ACPR du 8 décembre 2018 (n°2015-08) 23 101. Les flux sont filtrés en temps réel. Les organismes financiers s’organisent à cet effet. 102. Lorsque les dispositifs de filtrage reposent sur l’utilisation des listes électroniques, il est attendu que les opérations d’actualisation et de chargement des listes soient engagées le jour de la publication de la liste mise à jour. 2.2 Le traitement des alertes 103. L’analyse des alertes a pour objet de déterminer si la personne ou l’entité détectée dans les bases ou dans les flux est celle qui fait l’objet d’une mesure de gel ou s’il s’agit d’un homonyme. 104. Il y a homonymie lorsque : - l’orthographe du nom et du prénom ou alias ou de la dénomination sociale est identique à celui de la personne ou entité désignée, y compris les cas où le nom n’est pas discernable du prénom ; - l’orthographe du nom et du prénom ou alias ou de la dénomination sociale diffère de celui de la personne désignée en raison notamment de l’utilisation d’alphabets étrangers, qui semblent proches, phonétiquement. 105. Les organismes financiers comparent les éléments d’identification de la personne ou entité, objet de l’alerte, à ceux de la personne ou de l’entité désignée : S’il s’agit d’une personne physique : S’il s’agit d’une personne morale : − noms, prénoms y inclus les noms d’usage, le nom de jeune fille, − le sexe, − le pays de résidence habituel, − le pays / la ville de naissance, − la date de naissance, − la profession, − l’adresse, − la ou les nationalité(s), − le numéro de documents officiels (exemple : passeport ; carte d’identité). − l’objet social, l’activité, − le numéro d’inscription au registre du commerce ou équivalent en droit étranger, − le lieu du siège social ou de son activité, − les dirigeants/représentants légaux, les actionnaires. 106. En cas d’alerte sur un flux, les organismes financiers suspendent l’exécution de l’opération au profit ou en provenance d’une personne ou entité qui pourrait être désignée, jusqu’au traitement complet de l’alerte. Dans ce cas, seules les opérations qui font l’objet d’une autorisation générale et automatique de la DGTRÉSOR (§ 3.1.1.1 ; 3.1.2.2 ; 4.1.2 infra) pour les personnes et entités désignées peuvent être exécutées. 107. Lorsque les organismes financiers n’ont pas suffisamment d’éléments d’information à leur disposition pour traiter l’alerte, il leur appartient : − d’une part, de recueillir les éléments nécessaires pour mener à bien cette analyse : 24 − auprès de leur client, le cas échéant en mettant à jour les éléments de connaissance de la relation d’affaires68 ; − et/ou en consultant des sources externes d’informations (JORF, JOUE, pages blanches, pages jaunes, moteur de recherche, Infogreffe, RCS) ; − et d’autre part, d’analyser l’opération ou la relation d’affaires pour déterminer si un lien peut être établi avec un pays sous sanctions ou avec l’objectif poursuivi par le règlement européen ou l’arrêté concerné (par exemple, financement du terrorisme). 108. Aux termes de cette démarche, lorsque celle-ci permet de conclure que la personne ou l’entité, objet de l’alerte : − n’est pas la personne ou l’entité désignée, l’alerte peut être levée et il n’y a pas lieu de geler les avoirs ; − est la personne ou l’entité désignée, les organismes mettent immédiatement en œuvre la mesure de gel et en informent concomitamment la DGTRÉSOR. 109. En revanche, si l’alerte ne peut être levée, les organismes financiers effectuent dans les plus brefs délais une « déclaration d’homonymie » à la DGTRÉSOR (cf. § 4.1.1 infra)69. Dans cette hypothèse, la DGTRÉSOR peut, au regard des éléments fournis par l’organisme et de ceux qu’elle détient : − confirmer sans réserve qu’il ne s’agit pas de la personne ou l’entité désignée. Dans ce cas, l’alerte est levée ; − confirmer qu’il s’agit de la personne ou l’entité dont les avoirs sont gelés, l’organisme met alors en œuvre immédiatement la mesure de gel ; − si elle n’est pas en mesure d’exclure avec certitude qu’il ne s’agit pas de la personne ou l’entité désignée, autoriser l’organisme à ne pas geler les avoirs de cette personne ou entité. Dans ce cas, les organismes adaptent leur niveau de vigilance et le cas échéant, réévaluent le profil de la relation d’affaires. En cas de soupçon, ils procèdent à une déclaration à Tracfin. 110. Les organismes formalisent et conservent les éléments de traitement de l’analyse, notamment ceux portant sur le classement de l’alerte, les demandes d’informations complémentaires, les échanges avec la DGTRÉSOR. 111. Les organismes financiers sont autorisés à paramétrer leurs dispositifs de filtrage de manière à éviter qu’une personne ou entité, qui a déjà fait l’objet d’une alerte mais dont l’analyse a établi qu’il ne s’agit que d’un homonyme de la personne ou l’entité désignée, ne fasse plus l’objet d’une alerte (clauses dites de « laisser passer »). Ils s’assurent cependant que ce dispositif sera en mesure de détecter cette personne ou entité si ses avoirs venaient à être gelés. 2.3 Les procédures 68 Cf. articles L 561-5-1 et R. 561-12 du code monétaire et financier 69 http://www.tresor.economie.gouv.fr/4147_Contacts-et-formulaires 25 112. Les organismes sont tenus de rédiger des procédures internes relatives à la mise en œuvre des mesures de gel. 113. Les procédures sont : - formalisées dans un document écrit ; - établies par l’instance interne compétente, ou à défaut validées par celle-ci ; - conformes à la réglementation en vigueur et à ses évolutions ; - adaptées à la taille, l’organisation et l’activité de l’organisme ; - complètes, détaillées, opérationnelles ; - diffusées à l’ensemble du personnel concerné ; - actualisées régulièrement. 114. Les procédures expliquent concrètement comment mettre en œuvre les mesures de gel des avoirs. 115. Les procédures précisent notamment : - le cadre juridique des mesures de gel des avoirs, y inclus le risque de sanctions pénales ou disciplinaires en cas non-respect des obligations ; - les dispositifs de détection mis en place par l’organisme ; - les listes électroniques utilisées (prestataires extérieurs, liste de l’UE ou de la DGTRÉSOR, autorités étrangères) ; - le périmètre du filtrage et sa fréquence ; - la description des critères de rapprochement des listes électroniques et des bases de données de l’organisme ; - les habilitations nécessaires pour accéder aux alertes et les traiter ; - la description du contenu des alertes et des différents niveaux d’analyse (1er niveau/second niveau) ainsi que les critères de traitement d’une alerte et les diligences à mener ; - les services, les personnes ou les autorités à contacter aux fins de traitement de l’alerte ; - les mesures à prendre suite à l’envoi d’une déclaration d’homonymie à la DGTRÉSOR ou à la réponse de celle-ci ; - la gestion du client ou de la relation d’affaire impactée par une mesure de gel ; - l’information à fournir au client dont les avoirs ont été gelés ; - les modalités de déclaration de la mise en œuvre d’une mesure de gel à la DGTRÉSOR ; - la conservation des diligences effectuées pendant le traitement de l’alerte ; - les autorisations automatiques et générales accordées par la DGTRÉSOR ; - les cas dans lesquels la DGTRÉSOR peut ou doit être consultée ; - la mise en œuvre de la levée de la mesure de gel. 2.4 L’information et la formation du personnel concerné 116. En application des articles L. 561-34 et R. 562-1 les organismes financiers sont tenus d’assurer la formation et l’information régulières des personnels concernés, en vue du respect des mesures nationales et européennes de gel des avoirs. Il est rappelé que les agents et distributeurs auxquels ont recours les prestataires de services de paiement sont assimilés à cet effet au personnel de ces derniers. 117. Il leur appartient de déterminer qui, parmi leur personnel bénéficie d’une information et d’une formation régulière. Le personnel exposé comprend notamment les personnes en contact avec la clientèle. 26 118. La formation et l’information sont adaptées à l’organisation et aux activités de l’organisme, ainsi qu’aux niveaux de responsabilité des personnels concernés. 2.5 Le contrôle interne du dispositif 119. Les organismes financiers mettent en place un dispositif de contrôle interne de la bonne mise en œuvre des mesures nationales et européennes de gel des avoirs. 120. Il est attendu, à cet effet, qu’ils mettent en place un dispositif de contrôle permanent et périodique du respect des mesures de gel, y inclus l’organisation du dispositif de détection des personnes ou entités désignées (dispositifs de filtrage, contenu et mise à jour des listes auxquelles ils ont recours), le traitement des alertes, la déclaration à la DGTRÉSOR et les éventuelles interactions avec le dispositif LCB-FT. 121. Le dispositif de contrôle interne permet à l’organisme de s’assurer de l’efficacité du dispositif de gel des avoirs mis en place et de détecter tout incident ou insuffisance dans le respect des obligations de gel des avoirs. À cet effet, les points de contrôle portent notamment sur : - l’adaptation du paramétrage du dispositif aux exigences nationales, européennes (ou locales dans les groupes)70 en matière de gel des avoirs ; - le caractère adapté du périmètre du dispositif et la qualité des bases clientèle et des messages d’opérations ; - les délais d’intégration des mises à jour des listes de gel dans le système de filtrage ; - les délais de génération des alertes par l’outil ; - les délais et la qualité des analyses des alertes générées par l’outil ; - le respect des obligations de déclaration de mise en œuvre des mesures de gel à la DGTrésor, et le cas échéant, aux autorités locales ; - le suivi de l’application concrète du gel ou de l’interdiction de mise à disposition de fonds ou ressources économiques ; - la formation, la qualification du personnel concerné ou encore son accès en temps utile à toutes les informations nécessaires. 122. En cas d’incidents importants constatés (exemples : si les délais susmentionnés sont incompatibles avec l’exigence de célérité propre au gel des avoirs, un défaut de mise à jour des listes utilisées par l’outil de filtrage pendant une période donnée, une violation des mesures de gel, des défaillances dans l’obligation de déclaration à la DGTRESOR), il appartient aux dirigeants de 70 Article R 562-1 qui renvoie à l’article R 561-38-4 27 l’organisme de prendre immédiatement les mesures correctrices nécessaires et d’en informer l’ACPR71 . 123. Les courtiers en assurance ou en opérations de banque et service de paiement mettent en place un dispositif de contrôle interne des mesures de gel adaptées à leur taille et leur activité72. Cette obligation s’applique sans préjudice du contrôle interne, permanent et périodique, exercé par l’organisme délégant. 124. Les organismes financiers qui ont recours à des prestataires externes pour procéder au filtrage ou à des listes fournies par des prestataires externes, voire pour traiter les alertes, intègrent dans leur dispositif de contrôle interne, à la fois, permanent et périodique, les activités qui sont réalisées par ces prestataires extérieurs. Ils demeurent, en effet, pleinement responsables des activités qu’ils externalisent73. Ils précisent les modalités de mise en œuvre de ces contrôles dans le contrat prévu à l’article R 561-38-2. Les organismes soumis aux dispositions de l’arrêté du 3 novembre 2014 qui ont recours à des prestataires externes pour l’application des mesures de gel des avoirs, se conforment aux conditions prévues aux articles 231 et suivants de l’arrêté précité. 125. Les organismes s’assurent que leurs succursales mettent en œuvre les mesures nationales et européennes de gel des avoirs. De surcroît, conformément à l’article R.562-1 qui renvoie aux dispositions de l’article R. 561-38-7, l’entreprise mère de groupe s’assure dans le cadre du dispositif de contrôle interne qu’elle met en place au niveau du groupe que les entités concernées du groupe mettent bien en œuvre les mesures nationales et européennes de gel (cf. tableau en annexe 1 sur les obligations de mise en œuvre des mesures de gel dans les filiales et succursales). En cas d’obstacle juridique à la mise en œuvre locale des mesures de gel, les organismes en informent sans délai la DGTrésor. 126. Le dispositif de contrôle interne des établissements du secteur de la banque, des services de paiement et des services d’investissement vise également à s’assurer de la bonne mise en œuvre des mesures de gel locales applicables dans les implantations situées à l’étranger, conformément aux dispositions de l’article 41 de l’arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne. Les organismes qui ne sont pas soumis à ces dispositions sont invités à mettre en place des mesures équivalentes. 2.6 Le filtrage des candidats au recrutement 127. Conformément aux dispositions de l’article L. 561-32 et de l’article R. 561-38-1, les organismes financiers s'assurent que les personnes participant à la mise en œuvre des obligations de gel des avoirs et de LCB-FT ne sont pas soumises à des mesures nationales ou européennes de gel des avoirs. 128. De même, conformément à l’exigence de proportionnalité prévue à l’article R. 561-38-1, les vérifications ne sauraient viser tous les candidats sur un poste concerné. Elles interviennent ainsi à un stade suffisamment avancé du processus de recrutement. 71 Article R 562-1 qui renvoie à l’article R 561-38-4. Arrêté du 21 décembre 2018 relatif au rapport sur l'organisation des dispositifs de contrôle interne de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et de gel des avoirs 72 Article R 561-38-8 sur renvoi de l’article R 562-1 73 Article R 561-38-1 28 129. Le filtrage est réalisé conformément à la réglementation applicable en matière de protection des données personnelles. Les organismes sont en mesure de justifier de l’adaptation et de la proportionnalité du dispositif de filtrage mis en place, sans préjudice des pouvoirs de la CNIL en matière de contrôle du traitement de ces données. 3. La mise en œuvre concrète des obligations de gel des avoirs 130. L’obligation de gel s’impose aux organismes financiers dès l’entrée en vigueur de la mesure. Ces derniers n’ont pas à demander l’autorisation ou la confirmation du gel auprès de la DGTRÉSOR74 . 3.1 La mise en œuvre de la mesure de gel et de l’interdiction de mise à disposition de fonds 3.1.1. Les établissements du secteur de la banque, des services de paiement, des services d’investissement 3.1.1.1. Traitement des comptes 131. Les établissements s’abstiennent d’ouvrir un compte à une personne ou entité désignée. Il est rappelé que le règlement européen n°2580/2001 concernant l’adoption de mesures restrictives spécifiques à l’encontre de certaines personnes ou entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme75, interdit expressément de fournir des services financiers aux personnes ou entités désignées. Toutefois, la DGTRÉSOR peut autoriser, au cas par cas, à la demande de l’établissement ou de la personne ou entité concernée, l’ouverture d’un compte à une personne ou entité désignée. Le compte peut alors être ouvert, mais les fonds qui seront inscrits en compte seront gelés. 132. Afin de respecter leurs obligations, les établissements s’organisent de manière à détecter une personne ou entité désignée avant d’ouvrir le compte. En toute hypothèse, dans le cas où le compte serait ouvert, il demeure inactif. Aucun fonds n’est accepté ni remis à la personne ou l’entité désignée. Aucun moyen de paiement ne lui est délivré. Les établissements en informent la DGTRESOR. Dès l’entrée en vigueur d’une mesure de gel, les organismes financiers suspendent toutes les opérations au débit des comptes gelés. Ils ne sauraient remettre des espèces à la personne ou l’entité désignée. Les paiements au moyen des instruments de paiement sont également bloqués (par exemple, cartes, chèques). Il n’est pas exigé des organismes financiers qu’ils retirent les instruments de paiement. Il leur est toutefois conseillé d’en demander, par exemple dans le courrier informant la personne ou l’entité désignée de la mise en œuvre de la mesure de gel, la restitution pour éviter qu’un chèque ou un numéro de carte puisse être utilisé pour obtenir des biens ou des services (dépôt de caution ou de garantie). 133. En revanche, les fonds reçus peuvent être crédités sur le compte de la personne ou de l’entité désignée, dès lors que le compte est gelé. Toute somme portée au crédit d’un compte gelé est déclarée à la DGTRESOR76 . 74 Sauf s’il est nécessaire de faire une déclaration d’homonymie 75 Article 2.2 du règlement n°2580/2001 du Conseil du 27 décembre 2001 concernant l’adoption de mesures restrictives spécifiques à l’encontre de certaines personnes et entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 76 Article L 562-7 29 134. Conformément aux dispositions de l’article L 562-14, lorsque l’établissement de crédit a été désigné par la Banque de France dans le cadre du droit au compte (DAC), il sollicite préalablement l’autorisation de la DGTRESOR avant d’ouvrir le compte. Cette dernière peut limiter les catégories de services bancaires de base que l’établissement fournit à la personne désignée dans ce cadre. 135. Il est rappelé qu’une mesure de gel s’impose : - aux tiers qui sont co-titulaires ou co-propriétaires des fonds ou ressources économiques, ou qui ont confié un pouvoir de gestion, d’administration ou de disposition de ceux-ci à une personne ou entité désignée. Il n’est toutefois pas requis de geler l’ensemble des avoirs des tiers, sauf si la personne désignée est le co-titulaire du compte, l’administre en tant que tuteur ou agit en vertu d’une procuration sur le compte ; - et aux créanciers des personnes ou entités désignées : les organismes financiers n’exécutent aucun ordre de paiement à la demande d’une personne ou entité désignée au profit d’un tiers, y compris lorsque l’ordre de paiement a été émis avant l’entrée en vigueur de la mesure de gel ou lorsque le paiement est dû en vertu d’un contrat antérieur à la mesure de gel. Les créanciers ne peuvent recouvrer leurs créances sans accord préalable de la DGTRESOR. 136. La compensation étant un mode de paiement, le gel interdit l’exercice d’un droit à compensation avec une personne ou entité désignée sans autorisation préalable de la DGTRESOR. 137. En outre, il est interdit d’accepter ou de participer à des opérations de mobilisations de créances que les personnes ou entités désignées détiennent sur des tiers (exemples : l’escompte, les cessions de créances). 138. La DGTRÉSOR autorise, de manière générale et automatique77, les organismes financiers à exécuter les prélèvements et les virements, qui sont destinés au paiement de dépenses de base et s’inscrivent dans une certaine continuité historique (prélèvements réguliers, mêmes créanciers, montants stables). Les dépenses concernées sont les suivantes : - les dépenses de loyer pour la résidence principale ; - les remboursements de prêts (immobiliers ou prêts à la consommation) ; - les primes ou cotisations d’assurances obligatoires ; - les abonnements aux fournisseurs d’énergie ; - les abonnements liés aux transports publics ; - les frais de syndic ; - les dépenses de scolarité des enfants ; - les dépenses de santé ; - les taxes, impôts, redevances dues aux personnes publiques ; - les frais et autres commissions de gestion du compte. 139. Les paiements relatifs aux abonnements de téléphonie mobile ou internet ainsi que le loyer autre que celui de la résidence principale et toute autre dépense doivent être spécifiquement autorisés par la DGTRÉSOR. 140. En cas de doute sur la portée des autorisations, les organismes financiers suspendent l’opération concernée et interrogent la DGTRÉSOR avant de l’exécuter. 77 Sans qu’il soit nécessaire de demander une autorisation spécifique 30 141. En tout état de cause, les organismes financiers s’assurent que la somme est directement remise au créancier de la personne ou entité désignée. 3.1.1.2. Les opérations de crédit − Les prêts 142. Les organismes financiers s’organisent pour ne pas conclure des contrats de prêt avec une personne ou entité désignée. En toute hypothèse, aucun fonds n’est remis à la personne ou l’entité désignée. Ils n’acceptent aucune sûreté ou garantie d’une personne ou entité désignée. 143. Lorsque le contrat de prêt a été conclu avant la mesure de gel et que les fonds empruntés n’ont pas encore été mis à la disposition de la personne ou de l’entité désignée, les organismes financiers s’abstiennent de verser les fonds après l’entrée en vigueur de la mesure de gel. La DGTRÉSOR peut toutefois autoriser, au cas par cas, le versement des fonds empruntés sur un compte gelé. 144. La DGTRÉSOR autorise, de manière générale et automatique78, les organismes financiers à recevoir les fonds destinés au remboursement d’un prêt immobilier ou d’un prêt à la consommation par une personne ou entité désignée si le contrat a été conclu avant l’entrée en vigueur de la mesure de gel. L’organisme financier est tenu de déclarer cette opération à la DGTRÉSOR. 145. Les organismes financiers sont tenus de ne pas rembourser les fonds empruntés auprès d’une personne ou entité désignée (exemple : gel des avoirs d’une banque). Si le contrat a été conclu avant l’entrée en vigueur de la mesure de gel, la DGTRÉSOR peut autoriser le remboursement de la personne ou de l’entité désignée, à la condition que ces fonds soient versés sur un compte gelé. − Le crédit-bail 146. Les établissements sont tenus de filtrer le crédit-preneur avant toute entrée en relation d’affaires afin d’éviter toute mise à disposition de ressources économiques au profit d’une personne ou entité faisant l’objet d’une mesure de gel. La notion de ressources économiques couvre les avoirs de toute nature dont les biens meubles ou immeubles qui ne sont pas des fonds mais qui peuvent être utilisés pour obtenir des fonds. 147. Les bases clients (crédit preneurs) sont filtrées dès la mise à jour des listes afin de détecter les contrats en cours conclus avec des personnes ou entités faisant l’objet d’une mesure d’interdiction de mise à disposition de ressources économiques. En cas de détection d’un crédit-preneur désigné, l’établissement crédit-bailleur déclare immédiatement l’opération en cours à la DGTRESOR et consulte cette dernière sur la mise en œuvre de la mesure de gel. Dans les cas où la DGTRESOR autorise le maintien du contrat, le crédit bailleur peut continuer à recevoir les loyers. 148. Enfin, l’option d’achat ne peut être levée par une personne faisant l’objet d’une mesure de gel que sur autorisation préalable de la DGTRESOR. 149. Le fournisseur du bien financé par crédit-bail mobilier fait l’objet d’un filtrage afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une personne ou entité faisant l’objet d’une mesure de gel et empêcher toute mise à disposition de fonds à son profit. En ce qui concerne le crédit-bail immobilier, il appartient 78 Sans qu’il soit nécessaire de demander une autorisation spécifique et préalable 31 au crédit-bailleur de déterminer lui-même, parmi les différentes catégories d’intervenants dans la construction et la livraison de l’immeuble, les personnes ou entités qui doivent faire l’objet d’un filtrage. − Les engagements par signature (caution, aval, garantie, crédit documentaire…) 150. Les organismes financiers s’abstiennent de prendre ou d’exécuter de tels engagements au profit d’une personne ou entité désignée, que celle-ci soit le débiteur de la dette garantie ou le créancier bénéficiaire de cette garantie.  Les crédits documentaires 151. Il est interdit d’émettre ou de notifier un crédit documentaire qui bénéficierait de manière directe ou indirecte à une personne désignée. Les établissements sont donc tenus de s’assurer avant de participer à de telles opérations que le donneur d’ordre, la banque émettrice/notificatrice et le bénéficiaire ne figurent pas sur les listes européennes ou nationales de gel. 152. Même si l’établissement qui notifie un crédit documentaire n’est appelé à verser des fonds qu’au seul exportateur, le crédit documentaire qu’il contribue à mettre en place conduit à mettre indirectement des ressources à la disposition des transporteurs des biens financés ou de l’assureur79 . Il est donc aussi tenu de filtrer les assureurs et les transporteurs avant l’opération et pendant celleci, à chaque mise à jour des listes européennes ou nationales. 3.1.1.3 Les cartes prépayées : 153. Les établissements qui émettent et gèrent de la monnaie électronique sont tenus de mettre en œuvre les mesures nationales et européennes de gel des avoirs, sauf dans les cas visés à l’article R 561-16-1. 154. Il leur est notamment interdit de mettre une carte prépayée à la disposition d’une personne/entité désignée, même si elle n’est pas activée ou chargée. 155. Si la mesure de gel intervient en cours de relation d’affaires, les unités de monnaie électronique contenues sur la carte sont immédiatement gelées. Les établissements informent la DGTRESOR de la détention d’une carte prépayée par une personne désignée, même si son solde est nul. Il n’est pas exigé des établissements qu’ils retirent la carte. Il leur est toutefois conseillé d’en demander, par exemple dans le courrier informant la personne ou l’entité désignée de la mise en œuvre de la mesure de gel, la restitution pour éviter que le numéro de la carte puisse être utilisé pour obtenir des biens ou des services (dépôt de caution ou de garantie). 156. En outre, les opérations de chargement ou rechargement de la carte, de paiement, de retrait en espèces ou de remboursement en espèces ainsi que les transferts vers un compte à partir de la carte sont interdites. Les établissements informent la DGTRESOR de toutes tentatives d’opérations. 157. Conformément aux dispositions du VI de l’article L 561-3, lorsque l’établissement a recours à des distributeurs en vue de distribuer de la monnaie électronique sur le territoire national, il appartient au représentant permanent de procéder aux déclarations à la DGTRESOR. 79 Décision de la Commission des sanctions de l’ACPR n°2011-03 du 27 novembre 2012 32 3.1.1.4 Les cagnottes (dons/prêts) 158. Les organismes teneurs de cagnottes (dons/prêts) (PSP/EME) sont tenus de filtrer, avant la mise en place de la cagnotte et pendant la période d’ouverture de celle-ci : - le(s) créateur(s) de la cagnotte/son gestionnaire ; - les participants ou les donateurs ; - le(s) bénéficiaire(s) de la cagnotte. 159. En cas de détection d’une personne faisant l’objet d’une mesure de gel avant l’ouverture de la cagnotte, l’organisme refuse l’exécution de l’opération et en informe sans délai la DGTRESOR. 160. Si le créateur/gestionnaire (ou un des créateurs/gestionnaires) vient à être désigné pendant la période de collecte, les fonds versés sur la cagnotte sont gelés et déclarés à la DGTRESOR. Aucun transfert des fonds au(x) bénéficiaire(s) ou restitution des fonds aux donateurs/participants n’est possible sauf autorisation préalable de la DGTRESOR. Il en est de même si c’est le ou les bénéficiaire(s) de la cagnotte ou l’un d’eux qui fait l’objet d’une mesure de gel. 161. Si un donateur/participant est une personne désignée, l’opération n’est pas exécutée, les fonds ne sont pas versés sur la cagnotte. La tentative d’opération est immédiatement déclarée à la DGTRESOR. Les fonds ne sont pas restitués à cette personne. Ils sont conservés par l’établissement, jusqu’à la levée de la mesure de gel. Dans cette hypothèse, il met également en œuvre les mesures de vigilances renforcées prévues à l’article L 561-10-1 à l’égard des autres participants, du créateur/gestionnaire de la cagnotte et du ou des bénéficiaire(s). Il s’assure en particulier de l’absence de soupçon de financement du terrorisme sur ces personnes. En cas de soupçon, il effectue la déclaration prévue à l’article L 561-15. 3.1.1.3. L’activité de transmission de fonds80 162. Les transmetteurs de fonds sont tenus de ne pas exécuter l’opération lorsque le donneur d’ordre est une personne ou entité désignée81 . 163. Lorsque les fonds à transmettre ont été remis en espèces à l’organisme financier, celui-ci ne les restitue pas à la personne ou l’entité désignée, sauf en cas de risque pour la sécurité physique de son personnel, et en informe, en tout état de cause, la DGTRÉSOR. Il conserve les fonds, jusqu’à la levée de la mesure de gel, sur le compte de cantonnement prévu au 1° du I de l’article L. 522- 7 ou un compte d’attente dédié. 164. Lorsque les fonds à transmettre proviennent d’un compte détenu auprès d’un autre organisme financier, l’organisme financier suspend l’opération et la déclare immédiatement à la DGTRÉSOR. Dans cette hypothèse, les fonds peuvent être restitués à la personne ou entité désignée sur 80 Les articles L. 314-1-II-6° et D.314-2 5° du CMF précisent que les services de transmission de fonds sont des services de paiement qui ne sont pas associés à un compte de paiement. Le service de transmission de fonds est un service de paiement pour lequel les fonds sont transmis et mis à la disposition d’un bénéficiaire sans ouverture d’un compte au nom du payeur ou au nom du bénéficiaire. Par exemple, les mandats espèces sont des services de transmission de fonds, à l’exception des mandats postaux sur support papier tels que définis par l’Union postale universelle (cf. III de l’article L. 314-1 CMF). 81 Sur l’application des mesures de gel aux activités de transmission de fonds, cf. les décisions de la commission des sanctions de l’ACPR : n°2016-05 du 30 mars 2017, n°2017-07 du 13 juin 2018. 33 autorisation préalable de la DGTRÉSOR, à la condition que l’organisme s’assure que les fonds sont bien versés sur un compte gelé tenu auprès d’un PSP qui met en œuvre la mesure de gel. 165. En outre, les transmetteurs de fonds ne mettent pas de fonds à la disposition d’un bénéficiaire faisant l’objet d’une mesure de gel. Ils n’exécutent aucune transmission de fonds au profit d’une personne ou entité désignée. S’ils détectent une opération au profit de celle-ci, ils suspendent le transfert et en informent immédiatement la DGTRÉSOR. Les fonds ne peuvent être restitués au donneur d’ordre que sur autorisation préalable de la DGTRÉSOR. 3.1.1.4. Le change manuel 166. Lorsqu’ils détectent une personne ou entité désignée dans le cadre de la réalisation d’opérations avec un client occasionnel, dès que celui-ci est identifié en application du 4° de l’article R. 561-10, ou avec une relation d’affaires, les changeurs manuels s’abstiennent d’exécuter l’opération. 167. En principe, ils retiennent les fonds, sauf en cas de risque pour la sécurité physique de leur personnel, et en informent, en tout état de cause, la DGTRÉSOR. 168. Si les fonds sont retenus, le changeur manuel les conserve avec les détails de l’identification du client. Ils sont déposés dans un endroit sécurisé (par exemple, un coffre-fort), jusqu’à la levée de la mesure de gel. 3.1.2. Secteur de l’assurance 3.1.2.1. Assurance-vie 169. Les organismes d’assurance sont tenus de geler l’exécution des contrats d’assurance-vie ou de capitalisation lorsqu’une personne ou entité désignée est : - le souscripteur ou adhérent ; - le co-souscripteur ou co-adhérent ; - le payeur, lorsque celui-ci n’est pas le souscripteur ; - le bénéficiaire, dès lors qu’il est nominativement identifié par l’organisme. 170. Les organismes ne sont pas tenus de geler l’exécution du contrat lorsque seul l’assuré est une personne désignée puisque celui-ci ne verse ni ne reçoit les fonds. 171. La mesure de gel s’applique à chaque étape de la vie du contrat, que ce soit lors de la conclusion, la renonciation, les versements ou rachats partiels ou totaux et le dénouement d’un contrat. - La souscription du contrat : 172. Les organismes d’assurance s’abstiennent de conclure un contrat d’assurance-vie ou de capitalisation lorsque le souscripteur ou le co-souscripteur (adhérent ou co-adhérent), le payeur ou le bénéficiaire nommément identifié est une personne ou entité désignée. Il est rappelé que le règlement européen n°2580/2001 précité concernant l’adoption de mesures restrictives spécifiques à l’encontre de certaines personnes ou entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, interdit 34 expressément de fournir des services financiers (y inclus assurance ou réassurance) aux personnes ou entités désignées82 . 173. La DGTRÉSOR peut cependant autoriser, sur demande spécifique et préalable, la conclusion d’un tel contrat avec une personne ou entité désignée ou à son profit dans les cas où cette souscription vise à répondre à des besoins fondamentaux (exemple : constitution d’une épargne au profit d’un parent ou enfant handicapé). Ces autorisations sont accordées, au cas par cas, à la demande de la personne ou de l’entité désignée. 174. Les organismes s’organisent de manière à détecter toute personne ou entité désignée avant de souscrire un contrat d’assurance-vie ou de capitalisation. En toute hypothèse, dans le cas où le contrat d’assurance-vie serait souscrit, ils ne versent aucun fonds et n’effectuent aucune opération sur le contrat. Ils en informent la DGTRÉSOR. - Les contrats conclus avant l’entrée en vigueur d’une mesure de gel 175. Lorsque l’organisme d’assurance détecte une personne ou entité désignée, il n’est pas attendu des organismes qu’il résilie les contrats conclus avant l’entrée en vigueur d’une mesure de gel. Dans cette hypothèse, l’organisme en informe immédiatement la DGTRÉSOR. Dans sa déclaration de mise en œuvre d’une mesure de gel, il précise notamment les éléments suivants : - la date de souscription du contrat ; - l’identité de l’ensemble des personnes mentionnées au contrat ; - le montant de l’encours ; - les caractéristiques des versements (libres, programmés, leur montant). 176. Pendant la mesure de gel, les intérêts peuvent être versés sur le contrat et les arbitrages exécutés dès lors qu’ils n’entrainent aucune mise à disposition de fonds au profit de la personne ou de l’entité désignée. 177. Les versements sur un contrat d’assurance-vie ou de capitalisation dont l’exécution est gelée sont traités selon les modalités suivantes : − les versements programmés avant l’entrée en vigueur de la mesure de gel font l’objet d’une autorisation automatique et générale de la DGTRÉSOR, et peuvent donc être exécutés sous réserve d’en informer la DGTRÉSOR ; toute modification à la hausse ou à la baisse du montant des versements programmés nécessite une autorisation spécifique et préalable de la DGTRÉSOR ; − les versements libres effectués après l’entrée en vigueur d’une mesure de gel sont interdits, sauf autorisation spécifique et préalable de la DGTRÉSOR. Si l’organisme reçoit un versement libre pendant l’application de la mesure de gel, il est tenu de ne pas affecter la somme au contrat et déclare cette opération à la DGTRÉSOR. Sur autorisation de la DGTRÉSOR, et à condition que les fonds soient virés sur un compte gelé tenu par un PSP assujetti à la mesure de gel, ceux-ci peuvent être restitués au payeur. À défaut, ils sont portés sur un compte d’attente. 82 Article 2.2 du règlement 2580/2001 du Conseil du 27 décembre 2001 concernant l’adoption de mesures restrictives spécifiques à l’encontre de certaines personnes et entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 35 178. Les organismes d’assurance ne peuvent faire droit à une demande de rachat total ou partiel ou d’avance lorsque l’exécution du contrat est gelée, sauf autorisation préalable et spécifique de la DGTRÉSOR. 179. Une personne ou entité désignée peut renoncer à son contrat d’assurance dans le délai légal de 30 jours. Toutefois, l’organisme ne peut restituer les fonds au souscripteur que sur autorisation préalable et spécifique de la DGTRÉSOR. - Le dénouement du contrat : le versement du capital 180. Le versement du capital à un bénéficiaire faisant l’objet d’une mesure de gel des avoirs est interdit. Lorsque le bénéficiaire fait l’objet d’une mesure de gel, l’organisme ne lui verse pas les fonds et en informe la DGTRÉSOR. Les fonds sont portés sur un compte d’attente jusqu’à la levée de la mesure de gel. La DGTRÉSOR, sur demande préalable de la personne ou entité désignée, peut autoriser le versement du capital sur un compte gelé. 181. Par ailleurs, le gel des avoirs interdit également à une personne ou entité désignée de nantir son contrat. 3.1.2.2. Assurance non-vie 182. Les organismes d’assurance sont tenus de mettre en œuvre leurs obligations de gel des avoirs au stade de la souscription, du versement des cotisations ou primes et des indemnisations ainsi que, le cas échéant, de la résiliation du contrat. - La conclusion du contrat : 183. Les organismes d’assurance s’abstiennent de conclure des contrats d’assurance non-vie avec des personnes ou entités désignées. 184. Cependant, afin de tenir compte des besoins de base des personnes ou entités désignées, la DGTRÉSOR autorise, de manière générale et automatique83, les organismes d’assurance à conclure des contrats d’assurance non-vie avec une personne ou entité désignée dans les conditions suivantes : - s’il s’agit d’une assurance légalement obligatoire (exemples : voiture, habitation) ; - si l’adhésion à un contrat collectif, incluant des garanties santé, incapacité, invalidité, décès ou retraite, est une obligation imposée par l’employeur de la personne désignée et que les cotisations ou primes sont prélevées sur le salaire de la personne désignée. 185. Dans toutes ces hypothèses, l’organisme informe la DGTRÉSOR de la conclusion du contrat, sauf s’il n’est pas en mesure à ce stade, pour ce qui concerne les contrats collectifs conclus avec une entreprise, d’identifier le salarié adhérent. 186. Dans les autres cas, quels que soient les garanties offertes ou les risques couverts, la souscription fait l’objet d’une autorisation spécifique et préalable de la DGTRÉSOR, y inclus les contrats « complémentaires santé », les contrats individuels « prévoyance » (décès, invalidité, incapacité) et les assurances retraite. 83 Sans qu’il soit nécessaire de demander une autorisation spécifique et préalable 36 - Le maintien des contrats conclus avant la mesure de gel et le versement des cotisations : 187. Lorsque le contrat d’assurance a été conclu antérieurement à l’entrée en vigueur de la mesure de gel, il n’est pas attendu des organismes d’assurance qu’ils le résilient. Le versement des cotisations ou primes à l’organisme, y inclus l’éventuelle variation annuelle de leur montant, bénéficie d’une autorisation générale et automatique de la DGTRÉSOR84 . 188. Dès la détection d’une personne ou entité désignée, les organismes sont tenus de déclarer à la DGTRÉSOR les contrats en cours ainsi que la date de conclusion du contrat, le montant des cotisations, les risques couverts. - L’indemnisation : 189. Les organismes d’assurance ne peuvent verser d’indemnisation à une personne ou entité désignée que sur autorisation préalable et spécifique de la DGTRÉSOR85. Dans cette hypothèse, il leur appartient de s’assurer que les fonds sont versés sur un compte gelé tenu par un PSP assujetti à la mesure de gel. 190. Lorsque l’indemnisation est versée à un tiers, les organismes d’assurance mettent en œuvre des mesures de vigilance adaptées afin de détecter toute tentative de mise à disposition indirecte de fonds au profit d’une personne ou entité désignée ou de contournement de la mesure de gel. En cas de doute, ils s’abstiennent de verser les fonds et demandent une autorisation spécifique et préalable à la DGTRÉSOR. - Cas particulier des remboursements de frais de santé : 191. Les indemnisations versées à la personne désignée ou à un tiers dans le cadre de garanties de frais de santé, sont autorisées, de manière générale et automatique, sans qu’il soit nécessaire de demander une autorisation préalable à la DGTRÉSOR, s’agissant d’un besoin de base. 3.2 La déclaration « immédiate » de mise en œuvre des mesures de gel à la DGTRESOR 192. La déclaration de mise en œuvre d’une mesure de gel86 a pour objet d’informer la DGTRÉSOR qu’un organisme financier a reçu ou détient des fonds ou ressources économiques pour le compte d’une personne ou entité désignée, ou a reçu instruction de mettre des fonds à disposition de celleci. Cette déclaration est effectuée seulement lorsque l’organisme s’est assuré que la personne ou entité, objet de l’alerte, est bien celle qui est désignée dans un règlement européen ou arrêté. Elle se distingue des échanges qu’un organisme peut avoir avec la DGTRÉSOR pendant le traitement d’une alerte. 84 Sans qu’il soit nécessaire de demander une autorisation spécifique et préalable 85 S’agissant des versements dus au titre de contrats de prévoyance dans le cadre de garanties incapacité ou invalidité, l’autorisation de la DGTRESOR est accordée une seule fois pour l’ensemble des rentes versées mensuellement, dans les conditions qu’elle juge appropriées. 86 Article L 562-4 et R 562-3. Les règlements européens prévoient l’obligation d’informer l’autorité compétente de toutes informations susceptibles de favoriser l’application des mesures de gel (sur ce sujet voir notamment la décision de la Commission des sanctions de l’ACPR du 27 novembre 2012 (n°2011-02) 37 193. Les organismes financiers sont tenus de déclarer à la DGTRÉSOR toutes les actions de mise en œuvre d’une mesure de gel des avoirs, à savoir : - le gel d’un compte, d’une opération ou d’un contrat ; - toute opération portée au crédit d’un compte dont les fonds sont gelés ; - la suspension de toute opération de mise à disposition de fonds ou ressources économiques au profit d’une personne ou entité désignée ; - le refus d’entrer en relation d’affaires, d’exécuter une opération occasionnelle au profit d’une personne ou d’une entité désignée ; - les tentatives de contournement. 194. Ils déclarent « immédiatement » la mise en œuvre d’une mesure de gel à la DGTRÉSOR. Il est attendu des organismes qu’ils effectuent cette déclaration dans les plus brefs délais, et en tout état de cause, dès que l’analyse de l’alerte a permis de s’assurer que la personne ou l’entité détectée est bien celle qui fait l’objet d’une mesure de gel (cf. §2.2). 195. L’obligation de déclarer la mise en œuvre d’une mesure de gel s’applique sans préjudice de celle d’effectuer une déclaration de soupçon à Tracfin, en particulier lorsque les opérations exécutées avant l’entrée en vigueur d’une mesure de gel ou dans le cadre de relations d’affaires ayant un lien avec une personne ou entité désignée (cf. § 3.3 infra) relèvent du champ d’application de l’article L. 561-15. Les organismes sont invités, pour ce faire, à se reporter aux lignes directrices conjointes ACPR-Tracfin sur les obligations de déclaration et d’information à Tracfin. 196. Les établissements sont également tenus d’informer immédiatement la DGTRESOR de toute opération qui aurait été exécutée en violation d’une mesure européenne ou nationale de gel des avoirs, détectées a postériori par l’établissement, sans préjudice d’une information de l’ACPR au titre des incidents et mesures correctrices87 . 3.3 Le traitement des relations d’affaires qui ont des liens avec la personne ou l’entité désignée et peuvent ainsi mettre des avoirs à leur disposition 197. Les organismes financiers réexaminent le profil des relations d’affaires nouées avec des personnes dont ils savent qu’elles ont des liens familiaux, personnels, professionnels, de proximité avec leur client faisant l’objet d’une mesure de gel ou font partie de son entourage lorsqu’elles ont des comptes ouverts dans le même établissement88. En particulier, il est attendu qu’ils mettent en œuvre des mesures de vigilance adaptées à l’égard des relations d’affaires avec le conjoint, les 87 Article R 561-38-4 sur renvoi de l’article R 562-1. Arrêté du 21 décembre 2018 relatif au rapport sur l'organisation des dispositifs de contrôle interne de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et de gel des avoirs 88 Par exemple, si le salaire d’une personne désignée n’est plus reçu sur le compte de celle-ci par virement après l’entrée en vigueur des mesures de gel mais que l’organisme financier constate que cette somme est versée sur le compte de son épouse ou de sa compagne par un autre moyen de paiement (chèque au nom de son époux (se) ou par versement d’espèces sur le compte de celle-ci). De même, l’ouverture d’un compte pour une personne de l’entourage familial d’une personne désignée, peu de temps après l’entrée en vigueur d’une mesure de gel, fait l’objet de mesures de vigilance adaptées pour prévenir la mise à disposition indirecte de fonds, - ou ressources économiques ainsi que les tentatives de contournement. Enfin, le changement de la domiciliation de certains prélèvements ou versements (organismes sociaux, prestataires d’assurance) peut également constituer un indice de mise à disposition indirecte de fonds. 38 parents, les frères/sœurs et tout autre membre du cercle familial de leur client faisant l’objet d’une mesure de gel89 . 198. Les organismes financiers réalisent un examen renforcé d’une opération, ou plus généralement du fonctionnement de toute relation d’affaires ayant des liens avec la personne ou l’entité désignée, qui pourrait avoir pour objet de mettre des fonds ou ressources économiques à la disposition de la personne ou entité désignée. En cas de doute, ils s’abstiennent d’exécuter l’opération et en informent immédiatement la DGTRÉSOR. Ils procèdent également à une déclaration de soupçon à Tracfin, s’ils estiment que l’opération relève du champ d’application de l’article L. 561-15. 3.4 Les diligences à mettre en œuvre lors de la levée de la mesure de gel 199. Une mesure de gel peut être abrogée par l’autorité administrative ou l’organisation internationale (ONU, UE) qui l’a décidée, arrivée à échéance ou être annulée par une juridiction administrative ou européenne. 200. Les mesures européennes de gel sont abrogées ou suspendues par un autre règlement européen. La suspension produit tous les effets d’une abrogation. 201. Les mesures nationales sont décidées pour une durée de 6 mois. Les arrêtés deviennent caducs à la fin de cette période, sauf renouvellement de la mesure par un autre arrêté. 202. En cas d’annulation ou de suspension de la mesure de gel par un juge, les organismes sont tenus de mettre en œuvre la décision juridictionnelle au jour de la publication du jugement. Toutefois, les juridictions européennes peuvent aménager la portée temporelle de leur décision, en décidant par exemple, de laisser un délai de quelques semaines au Conseil de l’UE pour corriger les éventuels vices de forme qui invalident l’acte (exemple : une motivation insuffisante). Les listes électroniques de la DGTRÉSOR et de l’UE sont mises à jour à la date de prise d’effet du jugement. 203. Dès la levée d’une mesure de gel, les organismes financiers lèvent toutes les restrictions sur les comptes, contrats et opérations, sans attendre une confirmation de la DGTRÉSOR. En revanche, au titre de leur dispositif LCB-FT, ils réévaluent le profil de risque de leurs relations d’affaires avec les personnes ou entités concernées, et mettent en œuvre des mesures de vigilance adaptées. Les organismes sont invités à se reporter aux lignes directrices conjointes ACPR-Tracfin sur les obligations de déclaration et d’information à Tracfin90 . 4. Le rôle des autorités compétentes en matière de gel des avoirs 89 Cf. orientations communes au titre des articles 17 et 18, paragraphe 4, de la directive (UE) 2015/849, sur les mesures de vigilance simplifiées et renforcées à l’égard de la clientèle et sur les facteurs que les établissements de crédit et les établissements financiers devraient prendre en considération lorsqu’ils évaluent les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme associés aux relations d’affaires individuelles et aux transactions conclues à titre occasionnel. 90 https://acpr.banque-france.fr/sites/default/files/media/2017/08/18/201007-lignes-directrices-conjointes-acptracfin.pdf 39 204. La DGTRÉSOR est l’autorité compétente en matière de mise en œuvre des mesures de gel91 . L’ACPR est compétente pour contrôler le respect par les organismes financiers de la bonne mise en œuvre de ces mesures. 4.1 Le rôle central de la DGTRÉSOR 4.1.1. En ce qui concerne la mise en œuvre des mesures de gel - S’agissant des mesures européennes de gel : 205. La DGTRÉSOR est appelée à se prononcer, auprès du ministère chargé des affaires étrangères, sur l’opportunité de désigner une personne ou entité dans un règlement européen. La décision de gel relève du Conseil de l’UE ; elle est prise à l’unanimité des États membres. - S’agissant des mesures nationales de gel : 206. Les arrêtés pris sur le fondement de l’article L.562-2 relèvent d’une décision conjointe du ministère de l’intérieur et du ministère chargé de l’économie. Les arrêtés pris sur le fondement de l’article L.562-3 relèvent, en revanche, du seul ministre chargé de l’économie. 207. Le ministre chargé de l’économie décide conjointement avec le ministère de l’intérieur de l’octroi d’autorisations de dégel sur le fondement de l’article L. 562-11 lorsque la mesure a été prise dans le cadre du dispositif prévu à l’article L. 562-2. En pratique, c’est la DGTRESOR qu’il y a lieu de contacter et qui communique la décision. Si c’est une mesure de gel prise sur le fondement de l’article L. 562-3, seul le ministre chargé de l’économie décide des autorisations de dégel. 4.1.2. En ce qui concerne les autorisations de dégel 208. Pour rappel, des autorisations de dégel peuvent être accordées par la DGTRÉSOR pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes ou entités désignées. - Autorisations de dégel prévues dans le dispositif européen : 209. Les cas de dérogations sont prévus dans chaque règlement européen. Il est usuellement prévu que la personne ou l’entité désignée peut demander à la DGTRESOR des autorisations de dégel pour les dépenses suivantes : - nécessaires pour répondre aux besoins essentiels des personnes listées et des membres de leur famille qui sont à leur charge, (paiement des vivres, des loyers ou des mensualités de prêts hypothécaires, des médicaments et des frais médicaux, des impôts, des primes d'assurance et des factures de services d'utilité publique); - destinées au règlement d'honoraires d'un montant raisonnable et au remboursement de dépenses engagées pour la prestation de services juridiques; - destinées exclusivement au règlement de frais ou de commissions liés à la garde ou à la gestion courante des fonds ou des ressources économiques gelés ; 91 Arrêté du 21 avril 2009 portant organisation de la Direction générale du Trésor 40 - pour régler des frais « extraordinaires » ; - pour payer une dette due par la personne ou l’entité désignée au titre d’un contrat qu’elle a conclu avant sa désignation. 210. Une demande de dégel peut également être accordée pour permettre l’exécution de décisions judiciaires, administratives ou arbitrales ayant pour objet des fonds ou ressources économiques gelés (exemple : saisie conservatoire). - Autorisations de dégel prévues dans le dispositif national : 211. Les dérogations dans le cadre du dispositif national sont prévues à l’article L 562-11. Elles permettent aux personnes ou entités désignées de demander des autorisations de dégel nécessaires pour : - régler les frais courants du foyer familial en ce qui concerne les personnes physiques ; - poursuivre une activité compatible avec les exigences de l'ordre public en ce qui concerne les personnes morales ; - régler des frais d'assistance juridique. 212. Comme pour les mesures européennes, une autorisation peut également être accordée afin de permettre l’exécution de décisions judiciaires ayant pour objet des fonds ou ressources économiques gelés au profit de tiers. 4.1.3. Les modalités pratiques 213. La DGTRESOR est l’interlocuteur principal des organismes financiers pour la mise en œuvre des mesures de gel. Les règlements européens et le code monétaire et financier prévoient, chacun en ce qui les concerne, des dispositions permettant l’échange d’information entre les organismes financiers et la DGTRESOR. Lorsqu’un règlement européen prévoit la transmission par les organismes financiers d’informations sur la mise en œuvre des mesures de gel directement à la Commission européenne ou par l’intermédiaire de l’État membre, la transmission de ces informations à la DGTRESOR les dispense de les transmettre à la Commission. Libellé type de la disposition des règlements européens : « Sans préjudice des règles applicables en matière de communication d'informations, de confidentialité et de secret professionnel, les personnes physiques ou morales, les entités ou les organismes: a) fournissent, immédiatement, toute information susceptible de faciliter le respect du présent règlement, concernant notamment les comptes et montants gelés conformément à l'article XX, à l'autorité compétente de l'État membre dans lequel ils résident ou sont établis, mentionnée sur les sites Internet énumérés à l'annexe III, et transmettent cette information à la Commission, directement ou par l'intermédiaire des États membres; b) coopèrent avec l'autorité compétente afin de vérifier cette information. Toute information fournie ou reçue conformément au présent article est utilisée aux seules fins pour lesquelles elle a été fournie ou reçue. » - Contacts, formulaires et télé service : 41 214. L’ensemble des contacts et formulaires relatifs à la mise en œuvre d’une mesure de gel tant nationale qu’européenne sont disponibles sur le site de la DGTRÉSOR en cliquant sur le lien cidessous : http://www.tresor.economie.gouv.fr/4147_Contacts-et-formulaires 215. Un télé service est également disponible sur le site de la DGTRESOR : https://sanctionsfinancieres.dgtresor.gouv.fr/ 216. En pratique, les organismes envoient un message à la boîte fonctionnelle dédiée : - lorsqu’il s’agit de mesures liées au terrorisme, qu’elles soient européennes ou nationales : liste-nationale@service-eco.fr - dans tous les autres cas (sanctions financières) : sanctions-gel-avoirs@dgtresor.gouv.fr 217. Les organismes financiers consultent la DGTRÉSOR pour toute question relative à la mise en œuvre de leurs obligations de gel des avoirs, en particulier : - en cas d’homonymie ; - en cas d’interrogation sur une opération ; - en cas de soupçon de contournement ou de mise à disposition directe ou indirecte d’avoirs au profit d’une personne ou entité désignée ; - en cas d’autorisation préalable et spécifique pour dégeler les fonds. - La notification de la mesure de gel à la personne ou l’entité désignée et l’information du client 218. Une mesure de gel, qu’elle soit européenne ou nationale, est toujours notifiée par l’autorité décisionnaire à la personne ou l’entité désignée à la dernière adresse connue. Le courrier de notification précise les motifs du gel tels qu’ils figurent dans l’arrêté ou le règlement européen, ainsi que les voies et délais de recours. 219. Les organismes financiers sont néanmoins invités à informer leur client que le refus d’exécuter une opération, le blocage de leurs avoirs ou encore la suspension de l’exécution d’un contrat procède d’une décision administrative ou européenne de gel des avoirs à laquelle ils doivent se conformer. Ils peuvent aussi informer le client : - de son droit à contester la mesure de gel selon les modalités indiquées dans le Guide de bonne conduite / Foire aux questions relatifs à la mise en œuvre des sanctions économiques et financières de la DGTRESOR: - de la possibilité d’obtenir, auprès de la DGTRESOR, des autorisations de dégel afin de subvenir à des besoins fondamentaux,  soit, en envoyant un message aux adresses suivantes : o « liste-nationale@service-eco.fr », lorsqu’il s’agit de mesures liées au terrorisme, qu’elles soient européennes ou nationales ; o « sanctions-gel-avoirs@dgtresor.gouv.fr » ; dans tous les autres cas ; 42  soit, en écrivant à l’adresse suivante : Ministère de l'Économie et des Finances : Direction générale du Trésor - Télédoc 233 / 139, rue de Bercy 75572 Paris Cedex 12. - L’octroi d’autorisations de dérogations aux mesures de gel 220. En pratique, la DGTRÉSOR autorise ex ante, de manière générale et automatique, les organismes financiers à exécuter certaines opérations, en particulier le paiement de dépenses de base (cf. 3.1.1.1 supra). Dans tous les autres cas, il appartient à la personne ou l’entité désignée de solliciter une autorisation spécifique et préalable à la réalisation de l’opération et de la remettre à l’organisme financier. Dans ces cas de figure, l’autorisation accordée est communiquée par la DGTRÉSOR directement à l’organisme concerné. Il est cependant admis que l’organisme financier puisse également demander à la DGTRÉSOR une autorisation spécifique et préalable. 221. La DGTRÉSOR peut toujours s’opposer à des opérations faisant l’objet d’une autorisation générale et automatique. Dans cette hypothèse, elle notifie sa décision à l’organisme concerné. Celui-ci ne saurait être tenu responsable de l’exécution de telles opérations jusqu’à ce que la DGTRÉSOR manifeste son opposition. 222. Le maintien d’un niveau de vie décent suppose, notamment, l’octroi d’une enveloppe en espèces permettant le paiement des menues dépenses. Cette enveloppe est calculée par la DGTRÉSOR qui demandera à l’établissement teneur de compte de remettre un montant en espèces, dès lors qu’une telle somme est disponible sur le compte. 223. La personne qui se voit remettre l’enveloppe d’espèces justifie la reconstitution de cette enveloppe pour le mois suivant en produisant à la DGTRESOR une copie des justificatifs. Les originaux (exemple : les tickets de caisse) sont remis directement à l’agence bancaire. La DGTRÉSOR statue sur la reconstitution de l’enveloppe en espèces selon une fréquence variable, qui peut être hebdomadaire, bimensuelle ou mensuelle déterminée au cas par cas par la DGTRESOR. 224. Sur instruction de la DGTRÉSOR, une aide d’urgence peut être remise sans formalités. 4.2 Les sanctions disciplinaires et pénales 4.2.1. Sanctions disciplinaires 225. Conformément aux articles L. 612-1 et L. 561-36-1, l’ACPR est compétente pour contrôler le respect de la mise en œuvre par les organismes financiers soumis à son contrôle des obligations nationales et européennes de gel des avoirs. Le contrôle porte, à la fois, sur la mise en place de dispositifs de détection efficaces et adaptés des opérations au profit de personnes et entités désignées et sur le non-respect de la mesure de gel. 226. En cas de manquements, l’ACPR peut être amenée à sanctionner l’organisme concerné. La Commission des sanctions de l’ACPR a déjà rendu plusieurs décisions comportant des griefs relatifs aux obligations de gel des avoirs. 4.2.2. Sanctions pénales 43 227. Le code monétaire et financier, le code des douanes et le code pénal prévoient des sanctions pénales en cas de violations des mesures européennes et nationales de gel des avoirs. 228. Elles sont prévues au 1 bis et 1 ter de l’article 459 du code des douanes. 229. En application de ces dispositions, le fait pour toute personne de contrevenir ou tenter de contrevenir aux mesures de gel est passible : - d'une peine d'emprisonnement de cinq ans ; - de la confiscation du corps du délit ; - de la confiscation des moyens de transport utilisés pour la fraude ; - de la confiscation des biens et avoirs qui sont le produit direct ou indirect de l'infraction ; - d'une amende égale au minimum au montant et au maximum au double de la somme sur laquelle a porté l'infraction ou la tentative d'infraction. 230. Les personnes morales peuvent aussi voir leur responsabilité pénale engagée si la violation de la mesure a été commise pour leur compte, par leurs organes ou représentants. Dans ce cas, elles peuvent être condamnées aux sanctions prévues à l’article 131-39 du code pénal. - Les sanctions pénales en cas de violation d’une mesure nationale de gel des avoirs : 231. Elles sont prévues à l’article L. 574-3. 232. En application de cette disposition, le fait, pour les dirigeants, les préposés des organismes financiers et les personnes mentionnés à l'article L. 562-4 de se soustraire aux obligations de gel ou de faire obstacle à leur mise en œuvre est passible des sanctions pénales prévues au 1 de l’article 459 du code des douanes, précité. Les personnes morales peuvent être également condamnées si la violation de la mesure a été commise pour leur compte, par leurs organes ou représentants. - La notion de contournement des mesures restrictives 233. L’interdiction de contournement de mesures de gel est expressément prévue dans les règlements européens et à l’article L 562-6. 234. Selon la CJUE92, le contournement de mesure de gel couvre les activités qui, sous le couvert d’une apparence formelle les faisant échapper aux éléments constitutifs d’une violation d’une mesure de gel des avoirs, ont néanmoins pour objet ou pour effet, direct ou indirect, de tenir en échec la mesure de gel. Les termes «sciemment» et «volontairement»93 impliquent des éléments cumulatifs de connaissance et de volonté, lesquels sont réunis lorsque la personne qui participe à une activité ayant un tel objet ou un tel effet recherche délibérément celui-ci ou, du moins, considère que sa participation peut avoir cet objet ou cet effet et en accepte la possibilité. 235. Les organismes financiers n’exécutent ni ne participent à une opération qui pourrait être qualifiée de contournement de mesure de gel, y compris en assistant une personne ou une entité désignée dans des opérations visant à contourner la mesure de gel, par exemple : 92 CJUE (troisième chambre) 21 décembre 2011, Affaire C-72/11 Mohsen Afrasiabi 93 Libellé type de la disposition prévoyant l’interdiction de contournement dans les règlements : « Il est interdit de participer, sciemment et volontairement, à des activités ayant pour objet ou pour effet de contourner les mesures visées à l'article XX [renvoi à l’article prévoyant la mesure de gel et d’interdiction de mise à disposition] » 44 - en conseillant une personne ou entité désignée pour lui permettre d’obtenir des fonds ou des ressources économiques dans des pays ou territoires ou auprès d’organismes financiers ou d’autres personnes qui ne relèvent pas du champ d’application des mesures de gel ; - en acceptant d’agir en son nom pour l’acquisition d’instruments financiers (acquisition d’une participation dans une société) ou l’acquisition ou location de ressources économiques (immeubles par exemple). - Les modalités de constatation des infractions et de poursuite : 236. Les modalités de constatation des infractions et de poursuite sont les mêmes quel que soit le fondement de la mesure de gel. 237. Conformément à l’article 453 du code des douanes, la constatation des infractions aux mesures de gel relèvent de la compétence des agents des douanes, des agents de l'administration des finances ayant au moins le grade de contrôleur et des officiers de police judiciaire. 238. La décision de poursuivre ne peut être prise que sur plainte du ministre chargé de l’économie et des finances ou de l'un de ses représentants habilités à cet effet94 . 4.2.3. L’exonération de responsabilité - En ce qui concerne le dispositif européen : 239. Dans les règlements européens, les dispositions finales contiennent généralement une disposition relative aux exonérations de responsabilité des organismes financiers assujettis mettant en œuvre la mesure de gel. Libellé type des règlements européens : « Le gel des fonds et des ressources économiques ou le refus d'en autoriser la mise à disposition, pour autant qu'ils soient décidés de bonne foi au motif qu'une telle action est conforme au présent règlement, n'entraînent, pour la personne physique ou morale, l'entité ou l'organisme qui y procède, sa direction ou ses employés, aucune responsabilité de quelque nature que ce soit, à moins qu'il ne soit établi que le gel ou la rétention de ces fonds et ressources économiques résulte d'une négligence. Les mesures visées dans le présent règlement n'entraînent, pour les personnes morales ou physiques, entités ou organismes concernés, aucune responsabilité de quelque nature que ce soit dès lors qu'elles ne savaient, ni ne pouvaient raisonnablement soupçonner qu'elles violeraient ces interdictions par leurs actions. » 240. Les organismes ne sauraient voir leur responsabilité engagée, en particulier par la personne ou l’entité désignée ou un tiers ayant subi un dommage du fait de l’application de cette mesure, s’ils mettent en œuvre, de bonne foi et en l’absence de négligence de leur part, la mesure européenne de gel. 94 Article 458 du code des douanes 45 241. Les organismes financiers sont également protégés de toute mise en œuvre de leur responsabilité lorsqu’ils ne savaient ni ne pouvaient raisonnablement soupçonner qu’ils violeraient ces interdictions par leurs actions. 242. Il résulte de ces dispositions que les organismes qui utilisent la liste électronique de la DGTrésor ou celle de l’UE dans leur dispositif de détection des opérations au profit de personnes ou entités désignées et n’ont pas gelé ou ont gelé à tort une personne, en raison d’une erreur imputable à l’administration, sont notamment considérés de bonne foi, sauf s’ils avaient connaissance d’une erreur. Les organismes restent cependant tenus de s’assurer qu’ils ont recours à une liste à jour. 243. En tout état de cause, les organismes financiers ne sauraient voir, a priori, leur responsabilité engagée dès lors que la mise en œuvre de la mesure de gel aurait pu mettre en danger la sécurité de leur personnel. - En ce qui concerne le dispositif national : 244. L’article L.562-13 prévoit que l’État est responsable des conséquences dommageables de la mise en œuvre, de bonne foi, par les organismes financiers assujettis des mesures nationales de gel. Cette disposition vise à protéger les organismes des actions en responsabilité qui pourraient être intentées soit par la personne ou entité désignée, soit par un tiers ayant subi un dommage du fait de l’application de la mesure de gel. 46 Annexe : application des mesures nationales et européennes au sein des groupes Périmètre géographique et nature juridique de l’entité Application des mesures françaises de gel [OUI/NON] ------- Information de la DGTRÉSOR [OUI/NON] Application des mesures de gel de l’UE [OUI/NON] ------- Information de la DGTRÉSOR [OUI/NON] 1. Implantations hors territoire national d’un groupe français Succursale établie dans un État de l’UE/EEE OUI ------- Information de la DGTRÉSOR OUI ------- Information de la DGTRÉSOR et de l’autorité compétente de l’État membre d’accueil Succursale établie hors zone UE/EEE OUI ------- Information de la DGTRÉSOR OUI ------- Information de la DGTRÉSOR Filiale située dans un État de l’UE/EEE NON ------- OUI ------- Information de l’autorité compétente de l'État membre de l’UE Filiale située hors zone UE/EEE NON ------- NON, sauf s’il s’agit d’opérations réalisées au moins en partie dans l'Union Européenne 2. Implantations sur le territoire national d’un groupe étranger (UE/EEE et pays tiers) Succursale établie en France d’un organisme agréé dans un autre État membre de l’UE/EEE OUI ------- Information de la DGTRÉSOR OUI ------- Information de la DGTRÉSOR Succursale établie en France d’un organisme de pays tiers OUI ------- Information de la DGTRÉSOR OUI ------- Information de la DGTRÉSOR Filiale située en France d’un organisme agréé dans un autre État membre de l’UE/EEE OUI ------- Information de la DGTRÉSOR OUI ------- Information de la DGTRÉSOR Filiale située en France d’un organisme agréé dans un pays tiers OUI ------- Information de la DGTRÉSOR) OUI ------- Information de la DGTRÉSOR DARES• ANALYSES FÉVRIER 2022 N° 11 Quels taux de retour à l’emploi pour les demandeurs d’emploi formés? 1 Le champ est restreint ici aux demandeurs d’emploi inscrit à Pôle emploi, qui représentent environ 90 % des personnes en recherche d’emploi stagiaires de la formation professionnelle. Le but de cette étude est d’estimer l’effet de la formation sur la probabilité qu’a un demandeur d’emploi de retrouver un emploi1 . À un instant donné, est-il avantageux pour une personne inscrite à Pôle emploi de s’engager dans une formation afin de retrouver un emploi? Comment les écarts entre formés et non-formés varient-ils selon le type de formation suivie et selon les caractéristiques du demandeur d’emploi? L’exploitation de la nouvelle base de données ForCE, qui retrace de façon exhaustive les trajectoires entre chômage, formation et emploi des demandeurs d’emploi, contribue à répondre à ces questions (encadré 1). Entre 2017 et 2020, le nombre de demandeurs d’emploi entrés en formation a augmenté régulièrement. 60 % de ceux ayant suivi pour la première fois une formation entre 2017 et 2019 ont occupé un emploi salarié dans le privé (hors particuliers employeurs) au cours des 18 mois suivant le début de cette formation. Dans plus de trois quarts des cas, il s’agit d’un contrat d’au moins 6 mois, voire d’un CDI. La probabilité de connaître un épisode d’emploi durant cet intervalle est de 9 points supérieure à celle de demandeurs d’emploi non formés ayant des caractéristiques observables similaires, notamment en termes d’âge, de diplôme et d’ancienneté d’inscription à Pôle emploi. Les formations certifiantes et d’adaptation au poste de travail sont celles pour lesquelles les écarts en matière de retour à l’emploi avec les non-formés sont les plus élevés; les différences sont plus faibles pour les formations longues et celles délivrant des savoirs de base. L’écart entre formés et non-formés est plus marqué pour les demandeurs d’emploi de plus de 50 ans, les inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an, ceux souffrant d’un handicap, ou vivant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville, ou encore ayant un niveau de diplôme inférieur au baccalauréat. GRAPHIQUE 1 | Demandeurs d’emploi formés par année * On parle de CPF autonome lorsqu’il n’y a pas d’abondement financier de Pôle emploi. Lecture: en 2017, 597000 inscrits à Pôle emploi sont entrés en formation, parmi lesquels 480000 n’avaient pas suivi de formation depuis au moins 2014. Champ: ensemble des inscrits à Pôle emploi entre janvier 2017 et décembre 2020, France (hors Mayotte). Source: Dares, base Formation, chômage et emploi (ForCE). 597 641 729 741 565 480 501 533 546 394 0 100 200 300 400 500 600 700 800 2017 2018 2019 2020 Nombre total de formés Hors CPF autonome Nombre de primo-formés Hors CPF autonome En milliers 2 FÉVRIER 2022 •ANALYSES Entre 2017 et 2020, deux millions de demandeurs d’emploi formés pour la première fois Entre 2017 et 2020, plus de 2,5 millions d’inscrits à Pôle emploi sont entrés en formation2. Pour 76 % d’entre eux, il s’agissait de leur première formation. Ils seront désignés par la suite comme les « primo-formés »3. Le nombre de demandeurs d’emploi formés chaque année progresse continûment entre 2017 et 2020, passant de 597 000 à 741 000 (graphique 1). Le nombre de primo-formés augmente également entre 2017 et 2019 mais reflue légèrement en 2020. Si la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 a vraisemblablement un impact à la baisse sur les entrées cette année-là, inversement, l’introduction du compte personnel de formation (CPF) autonome4 peut contribuer à les soutenir. Un tiers de formations certifiantes et un cinquième de formations longues La suite de cette étude porte sur les premières formations ayant débuté entre 2017 et 2019. L’année 2020 est exclue car elle ne permet pas de bénéficier d’un recul temporel suffisant pour observer les trajectoires de retour à l’emploi ; de plus, cette année-là, les entrées en formation sont perturbées par la crise du Covid-19 et l’introduction du CPF autonome. Sur cette période 2017-2019, 33 % des formations sont certifiantes, c’est-à-dire sanctionnées par un diplôme ou un certificat de qualification reconnu par l’État ou par les branches professionnelles (graphique 2). 16 % des formations visent à délivrer des savoirs de base, parfois pour une remise à niveau en vue d’une autre formation : elles seront désignées par la suite comme « pré-qualifiantes ». 12 % recouvrent des formations d’adaptation au poste de travail (AFPR/POE5), qui sont préalables à un recrutement et incluent des périodes en entreprise. Les autres formations se partagent entre celles qui sont professionnalisantes (14 %), de perfectionnement et d’élargissement des compétences (8 %) et d’aide à la création d’entreprise (5 %). Enfin, certaines n’ont pas d’objectif spécifique renseigné (12 %). Entre 2017 et 2019, les formations d’aide à la création d’entreprise et celles d’adaptation au poste de travail ont 2 En 2019, 782 000 personnes en recherches d’emploi ont été formées (voir deuxième rapport du comité scientifique de l’évaluation du PIC [1]). Les données ne permettant d’observer que l’entrée en formation, il n’est pas possible de distinguer les personnes abandonnant leur formation avant la fin, de celles la poursuivant jusqu’à son terme. 3 Sont également inclus dans les primo-formés les individus dont la dernière formation date d’avant 2014 car les formations anciennes sont peu susceptibles d’avoir un effet propre sur le retour à l’emploi entre 2017 et 2020 lorsqu’elles sont suivies d’une nouvelle formation. 4 Le 25 novembre 2019, un nouveau mode d’inscription et de paiement des formations au titre du CPF est mis en place. L’application mobile et le portail numérique « Mon compte formation » permettent désormais aux salariés du privé, aux indépendants et aux chômeurs de s’inscrire, directement et sans aucun intermédiaire, à une formation parmi l’offre éligible. Ce dispositif se traduit par une forte augmentation du recours au CPF, notamment des demandeurs d’emploi, plus de 300000 d’entre eux le mobilisant en 2020 (voir [2]). 5 AFPR: action de formation préalable au recrutement; POE: préparation opérationnelle à l’emploi. 6 Par la suite, les formations longues désigneront les formations de plus de 700 heures, ce qui correspond approximativement à 6 mois de formation à temps plein. perdu en importance relative (-2 points dans les deux cas), au profit des formations de perfectionnement et d’élargissement des compétences (+4 points). Durant cette période, le volume horaire moyen de ces premières formations, est de 467 heures. 21 % d’entre elles durent plus de 7006 heures et 30 % moins de 120 heures (graphique 2). Entre 2017 et 2019, le volume horaire moyen baisse, passant de 475 à 448 heures. À volume horaire donné, une formation peut être plus ou moins étalée dans le temps. Dans 60 % des cas, le demandeur d’emploi n’est plus en formation trois mois après son début ; 4 % l’est toutefois encore douze mois après (graphique 2). L’étalement de la formation a très peu évolué entre 2017 (117 jours en moyenne) et 2019 (119 jours). GRAPHIQUE 2 | Objectif, durée et étalement des formations suivies pas les demandeurs d’emploi Lecture: parmi les demandeurs d’emploi primo-formés entre 2017 et 2019, 33 % sont entrés en formation certifiante. Champ: demandeurs d’emploi primo formés, 2017-2019, France (hors Mayotte). Source: Dares, base Formation, chômage et emploi (ForCE). 28 32 36 4 30 36 13 21 39 16 12 33 Moins d'1 mois Entre 1 et 3 mois Entre 3 et 12 mois Plus de 12 mois Moins de 120h Entre 120h et 400h Entre 400h et 700h Plus de 700h Autres Pré-qualifiante AFPR/POE Certifiante Etalement (en mois) Volume horaire Objectif En pourcentage ANALYSES •FÉVRIER 2022 3 Des primo-formés plus jeunes, plus diplômés et inscrits à Pôle emploi depuis moins longtemps que l’ensemble des demandeurs d’emploi Les primo-formés inscrits à Pôle emploi sont plus jeunes que l’ensemble des demandeurs d’emploi (28 % de moins de 26 ans, contre 18 %) et un peu plus souvent des hommes (52 % contre 48 %). Ils sont également plus diplômés (47 % de titulaires au moins du bac, contre 43 %) et inscrits à Pôle emploi depuis moins longtemps (67 % d’inscrits depuis moins d’un an, contre 46 %) (graphique 3). En revanche, les proportions de ceux vivant dans un quartier prioritaire de la ville (QPV, 12 %), ou de ceux souffrant de handicap (8 %) sont proches de celles de l’ensemble des demandeurs d’emploi. Davantage de retours à l’emploi pour les formés que les non-formés, dès six mois après l’entrée en formation Les primo-formés7 ont des taux de retour à l’emploi salarié privé (hors particuliers employeurs) nettement plus élevés que les non-formés, dès quatre mois après l’entrée en formation (courbe différence brute du graphique 4). Cependant, cet écart ne peut pas être attribué directement à la formation suivie. Les demandeurs d’emploi formés ont des caractéristiques différentes des non-formés, qui peuvent avoir un rôle propre sur le retour à l’emploi. Ils ont notamment une ancienneté sur les listes de Pôle emploi plus faible, et se distinguent également 7 Par la suite, seules les formations de plus de 30 heures sont considérées, c’est-à-dire correspondant environ à plus d’une semaine de formation à temps plein. Cela représente 92,5 % des premières formations sur la période 2017-2019. GRAPHIQUE 3 | Profil des demandeurs d’emploi primo-formés Note : les personnes en situation de handicap correspondent ici aux demandeurs d’emploi bénéficiant de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés. Lecture: parmi les demandeurs d’emploi primo-formés entre 2017 et 2019, 28 % avaient moins de 26 ans. Champ: demandeurs d’emploi primo formés, 2017-2019, France (hors Mayotte). Source: Dares, base Formation, chômage et emploi (ForCE). En pourcentage 8 12 67 33 53 33 14 52 48 28 61 11 Handicap En QPV 1 an ou moins Plus d'1 an Inférieur au bac Bac/Bac+2 Supérieur à bac+2 Hommes Femmes Moins de 26 ans Entre 26 et 50 ans Plus de 50 ans Ancienneté sur les listes de Pôle emploi Niveau de diplôme Sexe Âge GRAPHIQUE 4 | Écart des taux de retour à l’emploi salarié privé entre demandeurs d’emploi primo-formés et non-formés ayant des caractéristiques observables similaires Notes : (1) La méthodologie utilisée pour calculer l’écart avec des non-formés semblables est présentée dans l’encadré 2. (2) Est considéré comme formé tout demandeur d’emploi entrant pour la première fois en formation d’au moins 30 heures. (3) La différence brute est égale au taux d’emploi des formés moins le taux d’emploi des non-formés. (4) Pour les horizons à 18 et 24 mois, seules sont prises en compte les entrées en formation datant respectivement d’avant avril 2019 et octobre 2018, les données d’emploi n’étant disponibles que jusqu’en septembre 2020. (5) Les courbes en pointillé représentent l’intervalle de confiance de niveau 95 %. (6) L’emploi recouvre tout contrat salarié du privé (hors particuliers employeurs) en CDI ou en CDD d’une durée supérieure à 1 mois. Lecture: la probabilité d’avoir trouvé un emploi salarié dans les 12 mois après l’entrée en formation est en moyenne de 5,7 points de pourcentage supérieure à celle d’un demandeur d’emploi non-formé ayant un profil similaire. Champ: ensemble des inscrits à Pôle emploi entre janvier 2017 et septembre 2019, France (hors Mayotte). Source: Dares, base Formation, chômage et emploi (ForCE). -10 -5 0 5 10 15 20 0 3 6 9 12 15 18 21 24 Nombre de mois après l'entrée en formation Différence brute Écart avec des non-formés semblables En points 4 FÉVRIER 2022 •ANALYSES en termes d’âge, de niveau de diplôme et d’expérience professionnelle. Pour neutraliser ces effets, chaque primo-formé est apparié avec des non-formés ayant des caractéristiques observables les plus proches possibles. Les taux d’emploi des primo-formés sont ensuite comparés avec ceux de leurs « plus proches voisins », ce qui permet d’avoir une estimation de l’effet d’avoir suivi une formation sur le retour à l’emploi (encadré 2). Par rapport à des demandeurs d’emploi de caractéristiques identiques, les inscrits qui ont suivi une formation ont une probabilité de retrouver un emploi plus élevée à partir de six mois après l’entrée en formation: 30 % des primo-formés ont alors retrouvé un emploi, contre 29 % des non-formés ayant des caractéristiques similaires (courbe écart avec des non-formés semblables du graphique 4). Le faible effet apparent de la formation avant six mois s’explique par le fait que les demandeurs d’emploi qui suivent une formation consacrent moins de temps à la recherche d’emploi et sont moins enclins à accepter une offre d’emploi s’ils souhaitent aller au bout de leur formation (effet « lock-in »). 48 % des primo-formés ont connu au moins un épisode d’emploi dans l’année suivant leur entrée en formation. La probabilité d’avoir retrouvé un emploi durant cet intervalle est de 6 points de pourcentage supérieure à des non-formés aux profils similaires. L’écart augmente à l’horizon de 18 mois (+9 points, avec un taux de retour à l’emploi de 60 %) et de 24 mois (+9 points, avec un taux de 67 %) (tableau 1 en ligne). Cet écart est encore plus important sur la probabilité de retrouver un emploi durable8 (+10 points à horizon 24 mois, avec un taux de 53 %). Parmi les primo-formés retrouvant un emploi dans les 18 mois, plus de trois quarts retrouvent un emploi durable (tableau 1 en ligne). 8 Un emploi est dit durable si c’est un contrat à durée indéterminée (CDI) ou un contrat de plus de 6 mois. 9 Compte tenu des effets calendaires (pour certaines formations longues, les entrées se font généralement à des dates fixes, calées sur le calendrier scolaire), ces différences peuvent se traduire par des rendements différents selon le mois d’entrée en formation, voir Eclairage. Des écarts de retour à l’emploi plus élevés pour les formations certifiantes et d’adaptation au poste Les écarts de taux de retour à l’emploi entre demandeurs d’emploi formés et non-formés diffèrent selon les objectifs, le volume horaire et l’étalement dans le temps de la formation. Du fait de l’effet lock-in, les formations longues et certifiantes (dont respectivement 15 % et 7 % sont étalées sur plus d’un an) donnent des écarts positifs plus tard. Certaines formations étant très étalées dans le temps, l’effet lock-in peut être long. Ainsi, une mesure alternative consiste à calculer ces écarts dans les retours à l’emploi en se restreignant aux formations étalées sur moins d’un an9 . Afin d’avoir un recul plus large sur le retour à l’emploi, seules les formations ayant débuté en 2017 sont considérées, ce qui permet de calculer des taux de retour à l’emploi à des horizons supérieurs à deux ans après l’entrée en formation. Lorsque l’on exclut les formations qui s’étalent sur plus d’une année (pour lesquelles l’effet lock-in est plus important), les personnes ayant suivi une formation certifiante ont un taux de retour à l’emploi à 18 mois supérieur à celui observé pour l’ensemble des formations (3 points de plus que l’écart moyen, avec par exemple 12,2 – 9,4 = 2,8 à 18 mois, tableau 2). Pour l’ensemble des formations certifiantes dont certaines peuvent durer longtemps, l’écart est supérieur à la moyenne à partir de 24 mois (1 point de plus que l’écart moyen). Cet écart n’est pas seulement lié à l’intensité de la formation. Lorsque l’on considère toutes les formations longues (plus de 700 heures), les écarts de taux à l’emploi ne sont pas plus élevés que la moyenne, TABLEAU 2 | Écarts des taux de retour à l’emploi salarié privé entre demandeurs d’emploi primo-formés et non-formés ayant des caractéristiques similaires en 2017, selon le type de formation En points Type d'emploi Nombre de mois après l'entrée en formation Toutes formations Formations longues Formations certifiantes Formations d'adaptation au poste Formations préqualifiantes Ensemble Sur moins d'un an Ensemble Sur moins d'un an Ensemble 12 6,8 -9,6 -6 3,9 6,7 40,9 n.s. 18 9,4 n.s. 5,3 9,3 12,2 34,7 2,7 24 9,9 3,6 7,6 10,4 12,9 30,3 4,5 36 10 6,5 8,8 11,2 12,7 25,1 6 Dont durable 12 7,6 -7,6 -4,7 2,6 4,7 48,7 n.s. 18 9,5 n.s. 3,8 7,1 9,6 43,4 2,4 24 10 2,1 6,4 8,5 11,1 38,9 3,7 36 10,1 4,7 8,1 9,8 11,8 33,2 4,9 Tous les effets sont significatifs au seuil de 1 %, sauf si n.s. (non significatif) est indiqué. Notes: (1) La méthodologie utilisée pour calculer l’écart avec des non-formés semblables est présentée dans l’encadré 2. (2) Est considéré comme formé tout demandeur d’emploi entrant pour la première fois en formation d’au moins 30 heures. (3) L’emploi recouvre tout contrat salarié du privé (hors particuliers employeurs) en CDI ou en CDD d’une durée supérieure à 1 mois. L’emploi durable recouvre tout contrat salarié du privé (hors particuliers employeurs) en CDI ou en CDD d’une durée supérieure à 6 mois. (4) Les formations longues recouvrent toutes les formations dont le volume horaire est supérieur à 700 heures. Lecture: la probabilité d’avoir trouvé un emploi dans les 18 mois après l’entrée en formation certifiante étalée sur moins d’un an est en moyenne de 12,2 points de pourcentage supérieure à celle d’un demandeur d’emploi non-formé ayant un profil similaire. Cet effet est statistiquement significatif au seuil de 1 %. Champ: ensemble des inscrits à Pôle emploi entre janvier et décembre 2017, France (hors Mayotte). Source: Dares, base Formation, chômage et emploi (ForCE). ANALYSES •FÉVRIER 2022 5 même en considérant des horizons éloignés après l’entrée en formation (36 mois après l’entrée en formation, les écarts sont de +9 points pour les formations étalées sur moins d’un an). Les formations pour lesquelles l’écart de taux de retour à l’emploi entre formés et non-formés de profils similaires est le plus important sont celles visant l’adaptation au poste. En effet, elles sont très souvent associées à une offre d’emploi et, sauf imprévu, doivent déboucher sur une embauche (la sélection pouvant se faire plutôt avant l’entrée en formation). L’écart est important très rapidement car ce sont des formations courtes (260 heures en moyenne). Les écarts entre personnes ayant suivi une formation pré-qualifiante et non-formés sont nettement inférieurs à la moyenne, et ce particulièrement pour l’emploi durable. Ces formations n’ont souvent pas vocation à préparer directement à l’insertion sur le marché du travail, mais plutôt à offrir une remise à niveau en vue de formations complémentaires. Parmi les personnes ayant suivi une première formation pré-qualifiante, 38 % ont suivi une autre formation par la suite (cette proportion étant de 24 % sur l’ensemble des primo-formés). Des écarts de taux de retour à l’emploi encore plus nets pour certains publics éloignés du marché du travail Sur l’ensemble des formations ayant débuté entre janvier 2017 et mars 2019, le taux de retour à l’emploi 18 mois après le début de la formation des primo-formés âgés de plus de 50 ans est supérieur de 17 points à celui des demandeurs d’emploi de la même tranche d’âge ayant des caractéristiques similaires (graphique 5). De même, les écarts entre formés et non-formés sont particulièrement importants chez les inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an et ceux souffrant de handicap. Les écarts apparaissent aussi plus élevés chez les personnes vivant en QPV et les moins diplômés. À l’inverse, ils sont faibles chez les moins de 26 ans (+2 points; +4 points sur l’emploi durable). Sur l’ensemble des formations, les écarts de taux de retour à l’emploi à 18 mois entre formés et non-formés de caractéristiques identiques sont similaires chez les femmes et chez les hommes (graphique 2). Cependant, une analyse plus fine par type de formation révèle des effets de composition. Les femmes sont proportionnellement plus nombreuses à suivre des formations longues (pour lesquelles la différence entre formés et non-formés est plus faible), notamment dans le secteur des services à la personne. En considérant les formations longues étalées sur moins d’un an, l’écart est plus important en faveur des femmes (+7 points entre les formées et les non-formées, contre +2 points pour les hommes à horizon 18 mois) (tableau 3 en ligne). La différence entre formés et non-formés est plus nette chez les publics les plus éloignés de l’emploi. La formation peut y faire davantage office de marqueur de différenciation et envoyer un signal positif à l’employeur. Il est aussi possible que, parmi ces personnes, celles qui suivent une formation du fait d’une motivation intrinsèque particulière soient surreprésentées, ce qui pourrait avoir un effet sur le retour à l’emploi. GRAPHIQUE 5 | Taux de retour à l’emploi des demandeurs d’emploi formés selon le type de public entre 2017 et 2019, 18 mois après le début de la formation Notes : (1) La méthodologie utilisée pour calculer l’écart entre formés et non-formés ayant des caractéristiques similaires est présentée dans l’encadré 2. (2) La moyenne des effets est calculée ici entre janvier 2017 et mars 2019 car les données d’emploi ne sont disponibles que jusqu’en septembre 2020. (3) Les personnes en situation de handicap regroupent l’ensemble des demandeurs d’emploi bénéficiant de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés. (4) L’emploi recouvre tout contrat salarié du privé (hors particuliers employeurs) en CDI ou en CDD d’une durée supérieure à 1 mois. Lecture: la probabilité d’avoir trouvé un emploi dans les 18 mois suivant l’entrée en formation est en moyenne de 58,3 % pour les primo-formés inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an, soit 13,6 points de plus que celle d’un demandeur d’emploi non-formé inscrit à Pôle emploi depuis plus d’un an et ayant par ailleurs un profil similaire. Champ: ensemble des inscrits à Pôle emploi entre janvier 2017 et mars 2019, France (hors Mayotte). Source: Dares, base Formation, chômage et emploi (ForCE). En pourcentage 8,8 8,5 9,6 7,3 9,3 10,3 12,2 13,6 1,9 10,4 17,1 8,8 0 10 20 30 40 50 60 70 Femmes Hommes Inférieur bac Bac / Bac+2 Supérieur Bac+2 En QPV Handicap Inscrits depuis plus d'un an Moins 26 ans Entre 26 et 50 ans Plus 50 ans Ensemble Sexe Niveau de diplôme Âge dont écart avec des non-formés semblables 6 FÉVRIER 2022 •ANALYSES Encadré 1 • Description de la base ForCE Le dispositif ForCE, mis en place par la Dares et Pôle emploi en 2020, croise chaque trimestre des données administratives individuelles sur la Formation, le Chômage et l’Emploi. Il permet de reconstituer les trajectoires professionnelles de toutes les personnes ayant été en contact avec le service public de l’emploi (Pôle emploi ou missions locales), ou ayant suivi une formation professionnelle prise en charge totalement ou partiellement par les pouvoirs publics. Il réunit des données issues : - de la base régionalisée des stagiaires de la formation professionnelle (Brest), qui rassemble l’ensemble des formations des demandeurs d’emploi ayant donné lieu à une rémunération ou bénéficiant d’un régime de protection sociale; - du fichier historique (FH) des demandeurs d’emploi de Pôle emploi; - de la base des mouvements de main-d’œuvre (MMO), issue de la Déclaration Sociale Nominative des entreprises (champ privé hors particuliers employeurs). À chaque individu, est attribué un identifiant unique qui permet de retracer son parcours. Ce dispositif permet de suivre de façon exhaustive le parcours de l’ensemble des personnes formées. Ces données sont disponibles à partir de 2017. Encadré 2 • Évaluation par appariement sur score de propension 1 Ensemble des demandeurs d’emploi à l’exclusion de ceux inscrits en catégorie E, qui sont en emploi et non tenus de rechercher un emploi (par exemple: bénéficiaires de contrats aidés, créateurs d’entreprise). Pour évaluer l’effet spécifique de la formation, il faudrait en théorie connaître quels auraient été les taux de retour à l’emploi des personnes formées si elles n’avaient pas suivi de formation. En l’absence d’une telle information, il est néanmoins possible d’approcher l’effet de la formation en comparant chaque personne formée avec des « voisins » non-formés qui lui ressemblent selon des caractéristiques observables. Les caractéristiques observables retenues dans cette étude sont des variables socio-démographiques (âge, sexe, niveau de diplôme, zone d’emploi…) et des variables liées au parcours professionnel du demandeur d’emploi (ancienneté sur les listes de Pôle emploi1 , nombre d’heures travaillées en activité réduite depuis le début de l’inscription, motif d’inscription à Pôle emploi, expérience dans le domaine d’emploi recherché, nombre d’absences aux contrôles réalisés par Pôle emploi, temps déclaré en maladie…). La méthode employée mêle appariement (matching) sur score de propension et appariement exact. Dans un premier temps, est estimée la probabilité de tous les demandeurs d’emploi de suivre une formation en fonction de leurs caractéristiques observables et de l’agence Pôle emploi qu’ils fréquentent. Cette probabilité est appelée « score de propension ». Dans un second temps, chaque primo-formé est apparié avec les demandeurs d’emploi non-formés qui ont la probabilité la plus proche d’entrer en formation le mois considéré. Pour s’assurer que ces « voisins » ressemblent effectivement au primo-formé, un appariement exact est effectué sur quatre variables, en imposant que ces voisins appartiennent à la même zone d’emploi, tranche d’âge, tranche de 30 jours d’ancienneté sur les listes de Pôle emploi et tranche de 150 jours d’inscription à Pôle emploi avant l’épisode d’inscription en cours, que le formé considéré. Des tests de robustesse, incluant diverses méthodes d’appariement, ainsi que l’ajout d’autres caractéristiques, ont été menés pour s’assurer de la stabilité des résultats (voir Document d’études, à paraître). Cependant, il peut rester des caractéristiques inobservables, comme le degré de motivation par exemple, qui différencient le primo-formé de ses « voisins », et il est possible qu’il demeure des biais dans la comparaison. ANALYSES •FÉVRIER 2022 7 Pour en savoir plus [1] A. Bucher, A. Fretel, P. Givord, L. Lima, M. Morel (rapp.) (2021), Second rapport du comité scientifique de l’évaluation du Plan d’investissement dans les compétences, Dares, novembre [2] Bismuth J. et Valero M. (2021), « Le compte personnel de formation en 2020: une hausse sans précédent des entrées en formation », Dares Résultats, n° 59, octobre. Mathieu Chabaud (Dares). ÉCLAIRAGE | Des écarts de taux de retour à l’emploi différents selon le mois 1La part des formations étalées sur plus de 12 mois est trois fois plus élevée en septembre (12 %) qu’en moyenne (4 %). Les écarts de taux de retour à l’emploi entre demandeurs d’emploi primo-formés et non-formés diffèrent selon le mois d’entrée en formation. Ainsi, le mois de septembre semble se distinguer par des écarts nettement plus faibles sur les taux d’emploi à 18 mois, y compris lorsqu’on ne prend en compte que les formations étalées sur moins d’un an pour limiter l’effet lockin1 (graphique A). Le mois de septembre représente 16 % des entrées en formation, soit nettement plus que tout autre mois. Sur la période 2017-2018, le public entrant en formation en septembre est plus jeune que la moyenne (+ 6 points de moins de 26 ans), plus diplômé (+ 8 points de titulaires d’un diplôme de niveau supérieur ou égal au bac) et plus féminin (+ 10 points de femmes). Or, les écarts moyens entre formés et non-formés pour les jeunes et les titulaires du bac ou d’un diplôme supérieur sont plus faibles qu’en moyenne. De plus, les formations débutant en septembre ont des caractéristiques spécifiques, qui sont susceptibles de contribuer à cet écart plus faible sur les taux de retour à l’emploi. La part des formations longues y est deux fois plus importante (42 % contre 21 % en moyenne). Or, les demandeurs d’emploi suivant des formations longues ont des taux de retour à l’emploi plus faibles que la moyenne des primo-formés. En septembre, la part des formations dans les services aux personnes est deux fois plus élevée que la moyenne (29 % contre 15 %) et celles-ci conduisent à des taux de retour à l’emploi inférieurs. Inversement, la proportion des formations de gestion, d’information et communication, ou de production est moins importante, et ces spécialités mènent à des taux de retour à l’emploi supérieurs. Au sein même des formations de services aux personnes, la structure est là encore très spécifique en septembre, avec près de 16 points de moins de formations en hôtellerie/restauration, qui ont des taux de retour à l’emploi élevés, contre 11 points de plus de formations de santé et travail social, qui présentent des taux moindres. GRAPHIQUE A | Écart de taux de retour à l’emploi 18 mois après le début de la formation, entre les demandeurs d’emploi formés et non-formés ayant des caractéristiques similaires pour les formations étalées sur moins d’un an Notes : (1) La méthodologie utilisée pour calculer l’écart entre formés et non-formés ayant des caractéristiques similaires est présentée dans l’encadré 2. (2) Est considéré comme formé tout demandeur d’emploi entrant pour la première fois en formation d’au moins 30 heures. (3) L’emploi recouvre tout contrat salarié du privé (hors particuliers employeurs) en CDI ou en CDD d’une durée supérieure à 1 mois. L’emploi durable recouvre tout contrat salarié du privé en CDI ou dont la durée est supérieure à 6 mois. Lecture: pour les demandeurs d’emploi entrant dans une formation étalée sur moins d’un an en septembre 2017, la probabilité d’avoir trouvé un emploi dans les 18 mois suivant l’entrée en formation est en moyenne de 5,6 points supérieure à celle d’un demandeur d’emploi non-formé ayant un profil similaire. Champ: ensemble des inscrits à Pôle emploi entre janvier 2017 et mars 2019, France (hors Mayotte). Source: Dares, base Formation, chômage et emploi (ForCE). Tout type d'emploi Emploi durable 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 janv.-17 févr.-17 mars-17 avr.-17 mai-17 juin-17 juil.-17 août-17 sept.-17 oct.-17 nov.-17 déc.-17 janv.-18 févr.-18 mars-18 avr.-18 mai-18 juin-18 juil.-18 août-18 sept.-18 oct.-18 nov.-18 déc.-18 janv.-19 févr.-19 mars-19 En points 8 FÉVRIER 2022 •ANALYSES RETROUVEZ LES DONNÉES DES GRAPHIQUES ET TABLEAUX SUR NOTRE SITE INTERNET. La Dares est la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. Elle contribue à la conception, au suivi et à l’évaluation des politiques publiques, et plus largement à éclairer le débat économique et social. Directeur de la publication Michel Houdebine Directrice de la rédaction Anne-Juliette Bessone Secrétaires de rédaction Thomas Cayet, Laurence Demeulenaere Maquettistes Valérie Olivier, Bruno Pezzali Mise en page et impression Dares, ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion Dépôt légal à parution Numéro de commission paritaire 3124 AD. ISSN 2109 – 4128 et ISSN 22674756 Réponses à la demande dares.communication@travail.gouv.fr Contact presse Joris Aubrespin-Marsal joris.aubrespin-marsal@travail.gouv.fr dares.travail-emploi.gouv.fr Retrouvez nos études et statistiques dares.travail-emploi.gouv.fr dares.communication@travail.gouv.fr linkedin.com/company/dares-ministère-du-travail datagora.fr/organisation/dares 1 POUR L’ÉCOLE DE LA CONFIANCE VADE-MECUM La mise en œuvre de l’apprentissage à l’éducation nationale Actualisation au 1 er février 2022 Former les talents aux métiers de demain TRANSFORMER LE LYCÉE PROFESSIONNEL 2 3 SOMMAIRE 1 Comprendre le nouveau cadre de l’apprentissage ............................................................................. 5 1.1 Le contrat d’apprentissage et la convention de formation : de quoi parle-t-on ? ........................... 5 1.2 La formation et le contrat d’apprentissage ...................................................................................... 8 1.3 Les organismes de formation et le contrat d’apprentissage .......................................................... 10 1.4 L’éducation nationale et l’apprentissage ...................................................................................... 12 2 Pédagogie, alternance et transformation de la voie professionnelle ............................................... 16 2.1 L’enjeu majeur de l’alternance ..................................................................................................... 16 2.2 Les mesures de la transformation de la voie professionnelle et l’apprentissage .......................... 18 3 Mettre en place une action de formation par apprentissage : des formes diverses....................... 19 3.1 L’apprentissage pour un groupe composé exclusivement d’alternants (apprentis/stagiaires de la formation professionnelle continue) ............................................................................................. 19 3.2 L’apprentissage en « 1+1 », « 1+2 », « 2+1 » ............................................................................. 21 3.3 L’apprentissage en groupe mixte scolaire/apprenti ...................................................................... 22 4 Soutenir le développement de l’apprentissage .................................................................................. 24 4.1 Au niveau académique, accompagner la mise en place de l’apprentissage et renforcer les partenariats.................................................................................................................................... 24 4.2 Au niveau de l’EPLE, mettre en place l’alternance et les mixités................................................ 24 FICHE 1 Le livret d’apprentissage ou d’alternance ......................................................................... 25 FICHE 2 La fiche navette « Activité de l’apprenti »......................................................................... 25 FICHE 3 Les visites en entreprise (suivi, accompagnement ou évaluation) ................................... 25 FICHE 4 L’exploitation pédagogique des visites en entreprise ....................................................... 25 FICHE 5 La différenciation pédagogique .......................................................................................... 25 4 Introduction Le cadre législatif et réglementaire applicable à toutes les formes de formation professionnelle a fortement évolué au cours des années 2018 et 2019. Ces changements viennent notamment mettre en synergie les formations initiales sous statut scolaire et sous statut d’apprenti dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle entrée en vigueur à la rentrée 2019. Ils visent la mise en œuvre de parcours d’élèves/d’apprentis plus souples et plus personnalisés et prennent en compte les évolutions portées par la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Ces processus de transformation de la formation placent l’apprenant au centre du système en pensant la formation professionnelle, en formation initiale comme en formation continue, dans une logique de parcours de réussite. Dans le prolongement des démarches et réflexions menées dans le cadre notamment du « parcours avenir », ils renforcent l’acculturation du jeune au monde économique et visent à mieux former aux métiers de demain. Concrètement, il s’agit d’offrir aux jeunes la possibilité d’adopter différents statuts au cours de leur parcours de formation : scolaire, apprenti, voire stagiaire de la formation professionnelle. Se pose alors l’enjeu, pour les établissements scolaires, de répondre à ce défi et de pouvoir penser les formations professionnelles dans un contexte de possibles statuts différents de l’apprenant au cours de son projet de formation et de sécurisation de son parcours du fait de ces nouvelles opportunités. Les lycées professionnels ont une expérience ancienne et confirmée de l’alternance et de l’apprentissage. Ces expériences reposent souvent, et chaque fois que possible, sur la mise en place de groupes homogènes d’apprentis. Cependant, dans son nouveau cadre législatif et réglementaire, des formes d’organisation sont apparues plus récemment et moins répandues mixant les publics au sein d’un même groupe ou intégrant des apprenants qui vont pouvoir changer de statut au cours de leur parcours. L’objectif n’est pas de transformer le lycée professionnel en centre de formation pour apprentis, mais bien de renforcer le lycée professionnel en l’ouvrant davantage vers l’apprentissage, pour : - mieux répondre aux demandes des élèves et de leurs familles tant dans le développement de l’alternance que dans la sécurisation du parcours de formation ; - contribuer à la valorisation et au rayonnement de l’enseignement professionnel, ambition de la transformation de la voie professionnelle ; - offrir au lycée professionnel un ancrage encore plus fort dans le paysage de la formation professionnelle et un positionnement ouvert à toutes les formes que peut prendre la formation. L’objectif de ce vadémécum est de préciser les enjeux de ce nouveau contexte de la formation professionnelle en pensant la mise en place de la modalité « apprentissage », qui implique un projet pédagogique, une ingénierie de formation et une organisation spécifiques. Le présent document est structuré en quatre parties présentant : 1. les éléments clés du nouveau cadre législatif et réglementaire de l’apprentissage ; 2. les enjeux de la pédagogie de l’alternance et des mesures de la transformation de la voie professionnelle en apprentissage ; 3. les différentes formes que peut prendre l’apprentissage au sein de l’éducation nationale ; 4. l’appui à la réflexion des équipes académiques et des EPLE pour faciliter la mise en œuvre de l’apprentissage. 5 1 Comprendre le nouveau cadre de l’apprentissage 1.1 Le contrat d’apprentissage et la convention de formation : de quoi parle-t-on ? Le contrat d’apprentissage Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail écrit à durée limitée (CDD) ou à durée indéterminée (CDI) entre un salarié et un employeur. Il permet à l'apprenti de suivre une formation en alternance durant laquelle il est rémunéré, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage en entreprise et en centre de formation des apprentis (CFA). Son objectif est de permettre à un jeune de suivre une formation générale, théorique et pratique certifiée par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle. L’apprentissage repose donc sur le principe de l’alternance entre enseignement théorique et pratique en centre de formation d’apprentis (CFA) et enseignement du métier chez l’employeur avec lequel l’apprenti a signé son contrat. L’apprenti est obligatoirement accompagné par un maître d’apprentissage, justifiant d’une expérience professionnelle et d’une qualification suffisantes. Ce maître d’apprentissage doit avoir le statut de salarié de l’entreprise, voire être l’employeur lui-même. Le contrat d’apprentissage peut être conclu pour une durée limitée ou dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée.  Lorsque le contrat est à durée limitée, il s’effectue sur la durée du cycle de formation conduisant à l’obtention du diplôme ou du titre visé.  Lorsqu’il est conclu dans le cadre d’un CDI, le contrat débute par la période d’apprentissage d’une durée équivalente au cycle de la formation suivie, sans remettre en cause la protection particulière dont bénéficie l’apprenti pendant sa période de formation théorique et pratique. La durée du contrat d’apprentissage (lorsqu’il est conclu pour une durée limitée) ou de la période d’apprentissage (lorsque le contrat d’apprentissage est conclu dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée) peut varier de 6 mois à 3 ans en fonction du type de profession et de la qualification préparée. Cette durée peut être adaptée pour tenir compte du niveau initial de compétence de l’apprenti : la durée maximale peut alors être portée à 4 ans lorsque la qualité de travailleur handicapé est reconnue à l’apprenti, ou qu’il est inscrit sur la liste officielle des sportifs de haut niveau. La convention de formation La convention de formation est un document obligatoire annexé au contrat d’apprentissage. Elle est signée entre le CFA et l’employeur et adressée pour information à l’apprenti. Les éléments qui figurent sur la convention de formation sont les suivants : - les coordonnées du CFA - les coordonnées de l’employeur - le détail de l’action de formation (intitulé du diplôme, dates de la formation, nombre d’heures, lieux de réalisation, périodes de réalisation en entreprise et en CFA, modalités de déroulement, de suivi et d’obtention du diplôme) - le nom et prénom du bénéficiaire de l’action de formation avec la date de début et de fin de contrat - Le prix de la prestation de formation avec le montant de la prise en charge de l’OPCO 6 - le montant des frais annexes : repas, hébergement (nuitée), premier équipement professionnel, mobilité européenne ou internationale - le montant de la majoration forfaitaire annuelle pour les apprentis bénéficiant de la reconnaissance en qualité de travailleur handicapé L’employeur Toute entreprise du secteur privé, y compris les associations, peut embaucher un apprenti si l’employeur déclare prendre les mesures nécessaires à l’organisation de l’apprentissage. À ce titre, l’employeur doit notamment garantir que l’équipement de l’entreprise, les techniques utilisées, les conditions de travail, d’hygiène et de sécurité, les compétences professionnelles et pédagogiques du maître d’apprentissage sont de nature à permettre une formation satisfaisante. Les entreprises de travail temporaire et le secteur public non industriel et commercial (dont les trois fonctions publiques) peuvent également recruter en contrat d’apprentissage. L’apprenti L’apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l’entreprise lui sont applicables dans les mêmes conditions qu’aux autres salariés. Âge Le jeune apprenti doit avoir 16 ans au moins et moins de 30 ans (29 ans révolus) à la date de conclusion du contrat. Toutefois, les jeunes âgés d’au moins 15 ans qui justifient avoir accompli la scolarité du premier cycle de l’enseignement secondaire, peuvent commencer à exécuter un contrat d’apprentissage. De plus, pour les postulants à l’apprentissage n’ayant pas atteint l’âge de commencer à exécuter un tel contrat (15 ans et un jour s’ils ont terminé le cycle du collège), ils peuvent toutefois commencer leur formation théorique dans le cadre de la formation initiale professionnelle, tant en CFA qu’en lycée professionnel. Rémunération Sous réserve de dispositions contractuelles ou conventionnelles plus favorables, l’apprenti perçoit un salaire déterminé en pourcentage du SMIC et dont le montant varie en fonction de l’âge du bénéficiaire et de sa progression dans le ou les cycles de formation faisant l’objet de l’apprentissage. Pour les contrats conclus à partir du 1er janvier 2019 Année d’exécution du contrat Apprenti de moins de 18 ans Apprenti de 18 ans à 20 ans Apprenti de 21 ans à 25 ans Apprenti de 26 ans et plus 1re année 27% 43% 53% 100% 2e année 39% 51% 61% 100% 3e année 55% 67% 78% 100% Les pourcentages de rémunération fixés aux articles précités et applicables aux apprentis dans le secteur public non industriel et commercial sont uniformément majorés de 10 points lorsque l'apprenti prépare un diplôme ou un titre de niveau 4 (baccalauréat) et de 20 points lorsque l'apprenti prépare un diplôme ou un titre de niveau 5 (BTS, licence). Une majoration de 20 points peut également s'appliquer aux apprentis préparant un diplôme ou un titre de niveau 6 ou 7 (niveau master et plus). 7 Depuis le 1er janvier 2019, les apprentis majeurs peuvent bénéficier d’une aide forfaitaire d’État d’un montant de 500 euros pour financer leur permis de conduire. Temps de travail L’apprenti âgé de 18 ans et plus est soumis aux règles applicables dans l’entreprise. S’il est âgé de moins de 18 ans, l’apprenti ne peut pas travailler :  plus de 8h00 par jour ;  plus de 4h30 consécutives (au terme desquelles l’apprenti doit bénéficier d’une pause de 30 minutes consécutives) ;  plus que la durée légale du travail (sauf dérogation de l’inspecteur du travail) ;  entre 22h00 et 6h00 (travail de nuit interdit) ;  en outre, 2 jours de repos consécutifs doivent lui être accordés. Mobilité européenne et internationale La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel vise également à faciliter la mobilité européenne et internationale, avec un objectif affiché de 15 000 apprentis en "Erasmus pro" d’ici 2022. Depuis le 1er janvier 2019 en effet, les apprentis peuvent bénéficier d’une suspension de l’exécution de certaines clauses des contrats d’apprentissage, d’une protection sociale systématique, des conseils des référents mobilité dans les CFA et d’une prise en charge de certaines dépenses. A noter Il est souvent d’usage de parler de contrat d’alternance pour dénommer un contrat de travail entre un employeur et un salarié qui intègre une formation. Le contrat d’apprentissage constitue l’un d’entre eux et il confère au salarié le statut d’apprenti. La formation suivie est financée par la contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance et par une contribution supplémentaire à l’apprentissage pour les entreprises de plus de 250 salariés. La formation suivie vise obligatoirement l’obtention d’une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle. Le contrat de professionnalisation est un deuxième contrat d’alternance. Il est aujourd’hui associé à un nouveau dispositif dénommé « reconversion ou promotion par alternance » ou « Pro A » qui a pour objectif de permettre à un salarié de changer de profession ou de bénéficier d’une promotion sociale ou professionnelle par des actions de formation. La formation de ces deux dispositifs est financée par la contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance. Elle vise un diplôme ou un titre professionnel enregistré dans le Répertoire national des certifications professionnelles –(RNCP) ; un certificat de qualification professionnelle (CQP) de branche ou interbranche ou une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale. 8 1.2 La formation et le contrat d’apprentissage Définition La loi définit que les actions de formation par apprentissage ont pour objet de : 1. permettre aux travailleurs titulaires d'un contrat d'apprentissage d'obtenir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles ; 2. dispenser aux travailleurs titulaires d'un contrat d'apprentissage ainsi qu'aux apprentis originaires de l'Union européenne en mobilité en France, une formation générale associée à une formation technologique et pratique, qui complète la formation reçue en entreprise et s'articule avec elle ; 3. contribuer au développement des connaissances, des compétences et de la culture nécessaires à l'exercice de la citoyenneté ; 4. participer au développement de l'aptitude des apprentis à poursuivre des études par la voie de l'apprentissage ou par toute autre voie. La formation générale, théorique et pratique proposée à l’apprenti doit lui permettre d’acquérir :  un diplôme professionnel de l’enseignement secondaire dont notamment le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), le baccalauréat professionnel, le brevet professionnel, la mention complémentaire, etc. ;  un diplôme de l’enseignement supérieur : brevet de technicien supérieur (BTS), Bachelor universitaire de technologie (BUT), licences professionnelles, diplômes d’ingénieur, d’école supérieure de commerce, etc. ;  un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Durée La durée de formation en centre, sous réserve, le cas échéant, des règles fixées par l’organisme certificateur du diplôme ou titre à finalité professionnelle visé, ne peut être inférieure à 25 % de la durée totale du contrat. La formation peut être réalisée à distance en tout ou partie. L’apprenti est tenu de se présenter aux épreuves du diplôme ou du titre prévu par le contrat d’apprentissage. Pour la préparation directe de ces épreuves, il a droit à un congé supplémentaire de 5 jours ouvrables, sauf si son établissement de formation organise une session hebdomadaire de révisions. Le congé visé ci-dessus donne droit au maintien du salaire. Il est situé dans le mois qui précède les épreuves ; il s’ajoute au congé payé ainsi qu’à la durée de formation en centre de formation d’apprentis fixée par le contrat. Organisation du financement Les opérateurs de compétences (OPCO) ont notamment pour mission d’assurer la gestion du financement des contrats d’apprentissage, de professionnalisation et d’actions de formation continue. A noter : Les opérateurs de compétences ont remplacé les organismes paritaires collecteurs (OPCA et OCTA) depuis le 1er avril 2019. Les niveaux de prise en charge par les OPCO sont désormais fixés par les branches professionnelles. Ce niveau diffère selon le domaine d’activités du diplôme ou du titre préparé par l’apprenti. Ainsi, chaque commission paritaire nationale de l’emploi (CPNE) définit, pour chaque certification professionnelle, le montant annuel de prise en charge de l’action de formation par apprentissage pour un apprenti (avec les services et prestations obligatoires – Cf. 1.3 de ce vadémécum). 9 Pour les certifications sans fixation d’un montant de prise en charge par la CPNE, ou lorsque les recommandations de France compétences n’ont pas été prises en compte dans le délai imparti par la commission paritaire, le niveau de prise en charge du contrat d’apprentissage est fixé par arrêté du ministre chargé de la formation professionnelle, tenant compte des recommandations de France compétences. Le conseil régional peut dans certains cas majorer cette prise en charge au regard des besoins d'aménagement du territoire et de développement économique. Il peut également verser des subventions aux CFA pour leurs dépenses d’investissement. A noter Des prépa-apprentissage sont mises en place pour permettre à des jeunes insuffisamment préparés de réussir leur entrée en apprentissage. Elles prennent la forme d’un parcours d’accompagnement qui doit permettre d’identifier les compétences et les connaissances du jeune, de développer ses prérequis relationnels et de sécuriser son entrée en contrat d’apprentissage. La durée de l’accompagnement varie de quelques jours à plusieurs mois en fonction de la situation du jeune et du projet qu’il poursuit. Les prépa-apprentissage sont prioritairement destinées aux jeunes résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) ou dans les zones de revitalisation rurale (ZRR), aux jeunes ni en emploi, ni en formation et ayant atteint au maximum le niveau 4 (baccalauréat) non validé ou en situation de handicap. Les prépa-apprentissage sont financées par le plan d’investissement dans les compétences (PIC) par appel à projets de la Caisse des Dépôts. Les nouveaux acteurs de l’apprentissage France Compétences anime le champ de la formation professionnelle au travers des financements et des certifications ; il remplace désormais toutes les instances relatives à la formation professionnelle : Commission Nationale des Certifications Professionnelles (CNCP), Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP), Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelle (CNEFOP), Comité Paritaire interprofessionnel National pour l’Emploi et la Formation professionnelle (COPANEF). Les opérateurs de compétences (OPCO) ont pour mission : - assurer le financement des contrats d’apprentissage et de professionnalisation, selon les niveaux de prise en charge fixés par les branches professionnelles ; - apporter un appui technique aux branches professionnelles ; - favoriser la transition professionnelle des salariés, notamment par la mise en œuvre du compte personnel de formation dans le cadre des projets de transition professionnelle ; - assurer un service de proximité au bénéfice des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME). 10 1.3 Les organismes de formation et le contrat d’apprentissage La loi du 5 septembre 2018 offre la possibilité à tout organisme de formation de réaliser les actions de formation par apprentissage (et non plus exclusivement aux anciens centres de formation d’apprentis – CFA). Cette disposition proposée aux organismes de formation est assortie de plusieurs obligations :  tous les organismes qui proposent ou souhaitent réaliser des actions de formation par apprentissage (publics et privés) doivent se déclarer en qualité d’organismes de formation en préfecture et inscrire dans leur objet l’activité de formation des apprentis. À ce titre, ils seront autorisés à utiliser le nom de centre de formation d’apprentis (CFA) et seront soumis à la législation et à la réglementation applicables aux organismes de formation, ainsi qu’aux dispositions spécifiques applicables aux CFA contenues dans le Code du travail.  tous les CFA doivent être certifiés Qualiopi, depuis le 1er janvier 2022 (si le CFA est engagé dans la démarche de certification Qualiopi à cette date mais sans l’avoir obtenue, il a jusqu’au 30 juin 2022 pour justifier l’obtention de cette certification qualité).  tous les CFA sont tenus de rendre publics, chaque année, dès lors que les effectifs concernés sont suffisants, les indicateurs suivants : 1° le taux d'obtention des diplômes ou titres professionnels ; 2° le taux de poursuite d'études ; 3° le taux d'interruption en cours de formation ; 4° le taux d'insertion professionnelle des sortants de l'établissement concerné, à la suite des formations dispensées ; 5° la valeur ajoutée de l'établissement ; 6° le taux de rupture des contrats d'apprentissage conclus. A noter : tous les lycées professionnels sont tenus de rendre publics les 5 premiers indicateurs.  au-delà de l’action de formation, les CFA s’engagent à travailler l’orientation des personnes souhaitant se diriger vers l’apprentissage, à accompagner les postulants dans la recherche d’un employeur, à informer les apprentis de leurs droits et devoirs, à les accompagner dans l’accès aux aides auxquelles ils peuvent prétendre, à encourager la mobilité européenne et internationale, à accompagner les projets de poursuite d’études… Au total, 14 missions leur sont confiées (Cf. ci-après les 14 missions des centres de formation dispensant des actions de formation par apprentissage). A noter Ces obligations et missions sont attachées à l’organisme de formation CFA et non aux UFA ou établissements agissant pour son compte. 11 Les 14 missions des centres de formation dispensant des actions de formation par apprentissage 1. Accompagner les personnes, y compris celles en situation de handicap, souhaitant s'orienter ou se réorienter par la voie de l'apprentissage, en développant leurs connaissances et leurs compétences et en facilitant leur intégration en emploi, en cohérence avec leur projet professionnel. Le centre de formation d'apprentis désigne un référent chargé de l'intégration des personnes en situation de handicap ; 2. Appuyer et accompagner les postulants à l'apprentissage dans leur recherche d'un employeur ; 3. Assurer la cohérence entre la formation dispensée en leur sein et celle dispensée au sein de l'entreprise, en particulier en organisant la coopération entre les formateurs et les maîtres d'apprentissage ; 4. Informer, dès le début de leur formation, les apprentis de leurs droits et devoirs en tant qu'apprentis et en tant que salariés et des règles applicables en matière de santé et de sécurité en milieu professionnel ; 5. Permettre aux apprentis en rupture de contrat la poursuite de leur formation pendant six mois tout en les accompagnant dans la recherche d'un nouvel employeur en lien avec le service public de l'emploi ; 6. Apporter, en lien avec le service public de l'emploi, en particulier avec les missions locales, un accompagnement aux apprentis pour prévenir ou résoudre les difficultés d'ordre social et matériel susceptibles de mettre en péril le déroulement du contrat d’apprentissage ; 7. Favoriser la mixité au sein de leurs structures en sensibilisant les formateurs, les maîtres d'apprentissage et les apprentis à la question de l'égalité entre les femmes et les hommes ainsi qu'à la prévention du harcèlement sexuel au travail ; 8. Encourager la mixité des métiers et l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en organisant des actions d'information sur ces sujets à destination des apprentis ; 9. Favoriser, au-delà de l'égalité entre les femmes et les hommes, la diversité au sein de leurs structures en sensibilisant les formateurs, les maîtres d'apprentissage et les apprentis à l'égalité des chances et à la lutte contre toute forme de discriminations et en menant une politique d'orientation et de promotion des formations qui mette en avant les avantages de la diversité ; 10. Encourager la mobilité nationale et internationale des apprentis en nommant un personnel dédié, qui peut comprendre un référent mobilité mobilisant, au niveau national, les ressources locales et, au niveau international, les programmes de l'Union européenne, et en mentionnant, le cas échéant, dans le contenu de la formation, la période de mobilité ; 11. Assurer le suivi et l'accompagnement des apprentis quand la formation prévue est dispensée en tout ou partie à distance ; 12. Évaluer les compétences acquises par les apprentis, y compris sous la forme d'un contrôle continu, dans le respect des règles définies par chaque organisme certificateur ; 13. Accompagner les apprentis ayant interrompu leur formation et ceux n'ayant pas, à l'issue de leur formation, obtenu de diplôme ou de titre à finalité professionnelle vers les personnes et les organismes susceptibles de les accompagner dans la définition d'un projet de poursuite de formation ; 14. Accompagner les apprentis dans leurs démarches pour accéder aux aides auxquelles ils peuvent prétendre au regard de la législation et de la réglementation en vigueur. 12 1.4 L’éducation nationale et l’apprentissage L’apprentissage dans les établissements et centres de formation de l’éducation nationale Pour répondre aux besoins des apprenants souhaitant s’engager dans un parcours intégrant une action de formation par apprentissage et pour tenir compte des changements apportés par la loi du 5 septembre 2018, l’offre de l’éducation nationale en matière d’apprentissage s’est adaptée : EPLE, Greta et GIP-FCIP peuvent ainsi réaliser les actions de formation par apprentissage selon les orientations fixées par le recteur d’académie dans le cadre de la stratégie de la région académique. Au niveau des EPLE, différentes organisations peuvent alors se mettre en place : - L’EPLE peut se déclarer en qualité d’organisme de formation par apprentissage. Il devient alors lui-même CFA et doit répondre aux exigences liées aux obligations et aux missions confiées à tout CFA, rappelées au 1.3 de ce vadémécum. - L’EPLE peut également créer une unité de formation par apprentissage (UFA) portée par un CFA. La responsabilité pédagogique des enseignements dispensés est attribuée à l’UFA, le CFA conservant la responsabilité administrative : c’est donc le CFA qui est certifié qualité et qui doit s’assurer du respect des exigences du label ou de la certification qualité par ses UFA. - L’EPLE peut également s’engager vers un régime de conventionnement avec un CFA (les sections d’apprentissage ayant été supprimées) : les EPLE peuvent donc réaliser des actions de formation par apprentissage sans être CFA ou sans mettre en place d’UFA. Dans le cadre de cette convention, la responsabilité pédagogique, administrative et financière incombe au CFA. Les Greta et les GIP FCIP peuvent, dans ce cadre, se déclarer en qualité d’organismes de formation par apprentissage. Ils deviennent alors CFA et doivent répondre aux exigences liées aux obligations et aux missions confiées à tout CFA (Cf. 1.3 du vadémécum). Ils s’appuient notamment sur les EPLE pour la réalisation des actions de formation et des missions associées. On constate aujourd’hui que les académies se dirigent vers des CFA de l’éducation nationale portés par les Greta et les GIP PCIP, ces deux modalités étant présentes simultanément dans plusieurs académies. Le CFA porteur peut également être un CFA privé (CFA d’entreprise ou de branche professionnelle, par exemple). Chacune de ces dispositions permet de répondre à l’exigence de la présence d’une offre de formation par apprentissage dans tous les lycées professionnels, mesure clé de la transformation de la voie professionnelle. Carte des formations Les conseils régionaux ne détiennent plus la compétence liée à la carte de formation par apprentissage, désormais établie par le recteur de région académique pour ce qui concerne l’apprentissage organisé dans les établissements de l’éducation nationale, CFA porté par un EPLE, un Greta ou un GIP. Un catalogue des offres de formation en apprentissage recensant l’ensemble des formations existantes a été créé et disponible à l’adresse suivante https://catalogue.apprentissage.beta.gouv.fr/. Accessible à tous, il permet d’alimenter les outils d’affectation Affelnet-Lycée et Parcoursup. De plus, l’information concernant l’apprentissage a été enrichie sur ces deux plateformes qui proposent également des redirections vers les services de recherche d’offres d'emploi et d’entreprises. 13 Eduform : le label Qualité de l’éducation nationale pour la formation professionnelle Déjà présente, depuis plusieurs années, sur le champ de la qualité et de la labellisation de ses structures (démarche Qualéduc, labels Eduform, Lycée des métiers et Campus des métiers et des qualifications), l’éducation nationale a fait le choix d’adapter son label Qualité Eduform pour qu’il réponde aux nouvelles exigences qualité définies dans le cadre de la loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel et qu’il intègre le référentiel national qualité qui sous-tend la certification Qualiopi. Le label Qualité Eduform, dans sa nouvelle version, constitue ainsi le label de référence des établissements et centres de formation de l’éducation nationale engagés dans les actions de formation continue, par apprentissage, VAE et bilan de compétences, même si quelques-uns ont fait le choix de se diriger vers Qualiopi. Son obtention permet également la délivrance de la certification Qualiopi. Il est ouvert à tout organisme de formation qui propose des actions de formation permettant l’obtention d’un diplôme professionnel de l’éducation nationale. Au-delà du rôle joué dans la formation professionnelle scolaire, continue et par apprentissage, le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports devient instance de labellisation reconnue par France compétences et un acteur dans le champ de la certification Qualité. La charte Qualité du label Eduform comprend 10 engagements 1. Accès rapide et guidé à l’information sur l’offre de service 2. Accueil individualisé 3. Proposition d’une large gamme de prestations 4. Conseil et orientation personnalisés sur les prestations, recherche de la meilleure solution sur mesure 5. Adéquation aux prestations des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement 6. Accompagnement tout au long des prestations 7. Qualifications et compétences des personnels et intervenants garanties et développées tout au long de la vie 8. Prise en compte de la satisfaction des clients et des bénéficiaires 9. Engagement dans une démarche « responsabilité sociétale des organisations » 10. Amélioration continue des prestations 14 Durées de formation et diplômes Pour les diplômes professionnels relevant de l’éducation nationale, il convient de se référer au code de l’Education, tel que modifié par le décret n°2020-624 du 22 mai 2020. Les durées minimales en centre de formation sont fixées comme suit : - CAP : minimum de 800 heures (2 ans) ou 400 heures (1 an) - baccalauréat professionnel : minimum de 1850, 1350 ou 675 heures (respectivement pour 3 ans, 2 ans ou 1 an) - mention complémentaire : minimum de 400 heures (1 an) - brevet professionnel : minimum de 800 heures (2 ans) ou 400 heures (1 an) - brevet des métiers d’art : minimum de 1350 heures (2 ans) ou 675 heures (1an) - BTS : minimum de 1350 heures (2 ans) ou 675 heures (1an) Ces préconisations de durée pourront être proratisées en fonction de la durée effective du contrat d’apprentissage. Le prorata temporis s’applique en référence à la durée de formation définie en année pleine directement supérieure (on diminue la durée du contrat). Ainsi : - - pour une formation en 26 mois, on applique le prorata sur 1850*26/36 - - pour une formation en 15 mois, on applique le prorata sur 1350*15/24 - - pour une formation en 8 mois, on applique le prorata sur 675*8/12 Compte tenu du niveau initial de compétences de l’apprenti ou des compétences acquises1, la durée de formation peut être inférieure ou supérieure à celle correspondant au cycle de formation standard mais la durée de la formation en CFA ne peut être inférieure aux seuils signalés supra, fixés par le Code de l’éducation. Cet aménagement de durée fait suite à un positionnement pédagogique. Il donne lieu à une convention tripartite de réduction ou d’allongement de durée (entre employeur, CFA et apprenti ou son représentant légal) annexée au contrat d’apprentissage2 et à la convention de formation. La mission de contrôle pédagogique mise en place dans chaque rectorat pourra s’assurer, dans le cadre de ses actions, de la pertinence des durées de formation proposées par le CFA, compte tenu du positionnement pédagogique effectué pour les diplômes professionnels relevant de l’éducation nationale. 3 ème prépa métiers La classe de 3ème « prépa-métiers » s'inscrit dans le cadre de la personnalisation des parcours. Comme pour toute classe de troisième, les enseignements visent l'acquisition de la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. La formation comporte des enseignements communs et complémentaires, des séquences d'observation et des stages en milieu professionnel et des périodes d'immersion dans des lycées, dans des centres de formation d‘apprentis ou dans des unités de formation par apprentissage. Au total, sont prévues 23 heures hebdomadaires d'enseignements disciplinaires, 2 heures hebdomadaires de consolidation en français et en mathématiques et 180 heures annuelles consacrées à la découverte professionnelle des métiers et des formations professionnelles. La 3ème prépa-métiers permet ainsi de proposer, à des élèves volontaires, à l'issue de la classe de quatrième, un ensemble d'environnements professionnels et de les accompagner dans la poursuite de l'élaboration de leur projet d'orientation en particulier vers la voie professionnelle scolaire ou par apprentissage. 1 Le cas échéant, lors d’une mobilité à l’étranger, lors d’une activité militaire dans la réserve opérationnelle, lors d’un service civique, lors d’un volontariat militaire ou lors d’un engagement comme sapeur-pompier volontaire, L6211-2 et L6222-7-1 du code du travail 2 Article L6222-7-1 du code du travail 15 Contrôle pédagogique des actions de formation par apprentissage conduisant à un diplôme La loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel prévoit désormais que les formations par apprentissage conduisant à l'obtention d'un diplôme sont soumises à un contrôle pédagogique associant les corps d'inspection et des représentants désignés par les branches professionnelles et les chambres consulaires. Cette mission de contrôle pédagogique est placée sous l'autorité du recteur d'académie qui nomme un coordonnateur de la mission, parmi les inspecteurs d'académie-inspecteurs pédagogiques régionaux et les inspecteurs de l'éducation nationale relevant des spécialités de l'enseignement général ou de l'enseignement technique. La mission de contrôle pédagogique des formations par apprentissage exerce ses attributions sur tous les lieux de mise en œuvre des formations par apprentissage conduisant à la délivrance d'un diplôme de l'éducation nationale, à savoir, les deux lieux de formation des apprentis, entreprise et CFA. Les corps d'inspection sont impliqués dans la mission de contrôle pédagogique des actions de formation par apprentissage conduisant à un diplôme et interviennent plus largement dans les missions d’impulsion, d’animation, de conseil, d’expertise et d’évaluation. Les atouts de l’éducation nationale pour l’apprentissage  L’éducation nationale est présente en formation professionnelle scolaire au travers du réseau constitué par ses établissements, en formation professionnelle continue par l’intermédiaire de son réseau des Greta (GRoupement d’ETAblissements) et en formation professionnelle par apprentissage par son réseau de CFA, portés par des EPLE, Greta ou GIP (Groupement d’Intérêt Public).  L’éducation nationale s’appuie sur des personnels compétents, formés à la prise en charge de publics à besoins différents et à la mise en œuvre des diplômes professionnels.  Les établissements de l’éducation nationale disposent de plateaux techniques adaptés et proposent une offre de formation qui permet la construction de parcours de formation.  Le maillage territorial des établissements de l’éducation nationale constitue une réelle plus-value dans la mise en place de formations professionnelles à l’échelle de chaque bassin d’emploi et de formation. Il contribue à répondre aux besoins des territoires et à atténuer les effets liés à l’éloignement entre lieu de formation, lieu de travail et domicile qui constitue souvent un obstacle au suivi d’un parcours de formation professionnelle.  Les Lycées des métiers et les Campus des métiers et des qualifications permettent une valorisation des réseaux d’établissements et de l’excellence. L’identification de l’offre de formation sur un secteur économique est alors plus lisible et facilite la logique de parcours. 16 2 Pédagogie, alternance et transformation de la voie professionnelle 2.1 L’enjeu majeur de l’alternance En formation professionnelle, pour qu’un apprentissage soit réussi, la personne formée doit être capable de le mettre en œuvre dans des activités et des contextes différents de ceux rencontrés en situation de formation. On considère donc que la compétence de l’apprenant est acquise dès lors qu’il est en capacité de la transposer dans les différentes situations de formation ou de travail qu’il rencontre. L’alternance répond pleinement à ce principe. Elle repose sur le transfert en continu des compétences intégrant notamment savoirs et savoir-faire, de la situation de "formation" à la situation de "production" et inversement. Elle engage donc les professeurs et formateurs dans une approche pédagogique spécifique : mettre en place une formation qui alterne des phases de contextualisation (l’apprenant travaille la compétence dans un contexte professionnel donné, réel ou simulé) et de décontextualisation (l’apprenant repère, de l’activité menée, les éléments liés au contexte et les « invariants » pour lui permettre de mobiliser les compétences travaillées dans des situations professionnelles futures). En voie professionnelle et plus globalement en formation professionnelle, la mise en place de formations alternant des périodes en établissement/centre de formation et des périodes en milieu professionnel (PFMP ou stage) conduit d’ores et déjà les équipes à penser la pédagogie de l’alternance. Elle se concrétise le plus souvent au travers de la négociation des activités conduites au sein de l’annexe pédagogique, des visites de suivi et d’évaluation en entreprise, des retours d’expérience conduits en établissement/centre de formation, de la sollicitation de l’expérience acquise durant les séances de formation ou d’enseignement… Le nouveau cadre législatif actuel, et notamment la mise en place d’actions de formation par apprentissage, vient renforcer l’importance de cette ingénierie spécifique qui consiste à articuler et lier les différents temps de formation en établissement et en entreprise : travailler la pédagogie de l’alternance au sein d’une action de formation par apprentissage, c’est penser les différents lieux de formation en articulation fréquente. Au moment de la contractualisation (contrat d’apprentissage + convention de formation + éventuellement convention tripartite de réduction ou d’allongement de la durée) - repérer les activités professionnelles et les compétences inscrites au référentiel du parcours de formation défini (référentiel des activités professionnelles et de certification pour les diplômes) ; - identifier les possibles lieux de formation pour ces activités/compétences et le potentiel de formation de chacun d’entre eux : centre de formation, employeur, autres lieux possibles considérant notamment la mobilité européenne ou internationale ; - travailler les complémentarités entre les lieux de formation (opportunités, limites et contraintes) ; - fixer des repères de progressivité dans le temps (nature et complexité des activités). 17 Ce travail doit être mené par un professeur/formateur du centre, le maître d’apprentissage et l‘apprenti. Il doit intégrer enseignements professionnels et enseignements généraux. C’est à partir de ces éléments que les progressions pédagogiques en CFA peuvent alors être déclinées. A l’arrivée du jeune en formation - Mettre en place un positionnement pédagogique de l’apprenti pour mesurer les compétences acquises à l’entrée ; - Préparer l’apprenti à son arrivée chez l’employeur (compétences préliminaires indispensables…). Au cours du cycle de formation - Prendre en compte et réinvestir les activités et compétences menées en entreprise, - Installer des allers/retours entre les lieux de formation par l’intermédiaire du livret d’alternance, des fiches navette… - Installer une relation professeur/formateur et maître d’apprentissage régulière, permettant de réajuster le plan de formation défini lors de la phase de contractualisation. La construction d’un tel parcours peut s’appuyer sur des modalités pédagogiques diverses dont la différenciation pédagogique est le cœur. Un travail est à mener pour permettre de réels allers-retours entre les deux lieux de formation, portant notamment sur les apprentissages, leurs réinvestissements, les obstacles rencontrés…. Elle suppose l'existence d'un projet, associant l’apprenti, entre les formateurs du CFA et le maître d’apprentissage. Les fiches présentées à la fin de ce vadémécum visent à aider les équipes pédagogiques dans leurs réflexions comme dans la mise en place de la pédagogie de l’alternance. Fiche 1 Le livret d’apprentissage ou d’alternance Fiche 2 La fiche navette « activité de l’apprenti » Fiche 3 La visite en entreprise (suivi, accompagnement, évaluation) Fiche 4 L’exploitation pédagogique des visites en entreprise Fiche 5 La différenciation pédagogique Le développement de l’apprentissage dans un plus grand nombre d’établissements au bénéfice d’un plus grand nombre de jeunes contribue à :  offrir aux jeunes des parcours diversifiés et sécurisés répondant à leurs besoins, à leurs envies et à la diversité de leurs profils ;  consolider la place de l’éducation nationale dans l’apprentissage, en particulier auprès des futurs apprentis qui pourront demain choisir leur organisme de formation tout comme leur entreprise ;  renforcer la coopération entre les équipes de la formation professionnelle initiale et de la formation professionnelle continue pour créer de véritables synergies de développement. 18 2.2 Les mesures de la transformation de la voie professionnelle et l’apprentissage Outre l’objectif d’inscrire l’apprentissage dans tous les lycées professionnels, la transformation de la voie professionnelle installe de nouvelles modalités pédagogiques et de nouvelles réflexions autour des parcours en formation professionnelle qui viennent également enrichir l’apprentissage et l’alternance : - Le CAP 1,2,3 : la modulation du temps de formation préparant au CAP se traduit parfaitement dans la mise en place d’une action de formation par apprentissage. La durée de la formation peut donc être d’un an ou trois ans, et sera alors définie au sein de la convention tripartite CFA/employeur/apprenti; - Le chef d’œuvre : le chef-d’œuvre est une modalité de formation installée avec la transformation de la voie professionnelle, qui s’impose aux scolaires comme aux apprentis. Cette modalité fait l’objet d’une évaluation certificative, pour les apprentis comme pour les scolaires. Elle vise à intégrer, dans le processus de formation, la réalisation d’une production significative du métier et des compétences travaillées par l’apprenant, valorisante et reconnue. Dans le cadre d’une action de formation par apprentissage, cette réalisation mérite, au-delà de l’implication de l’ensemble de l’équipe pédagogique du CFA, d’être travaillée avec le maître d’apprentissage. Attention : si le chef-d’œuvre est bien évalué pour l’examen pour les candidats scolaires et apprentis, il ne fait pas partie de l’évaluation pour l’examen des candidats relevant de la formation professionnelle continue (donc non présenté pour les candidats en contrat de professionnalisation) ; - La mobilité européenne et internationale : cette ambition, dorénavant valorisée par une épreuve facultative pour un grand nombre de diplômes professionnels, répond à la mission des CFA d’encourager la mobilité des apprentis en nommant un personnel dédié ou référent mobilité. - La famille de métiers : elle n’est pas applicable aux actions de formation par apprentissage dans la mesure où le contrat de travail doit spécifier la spécialité du diplôme poursuivi. Les jeunes peuvent cependant bénéficier d’un contrat d’apprentissage en deux années, à l’issue de leur classe de seconde sous statut scolaire organisée en famille de métiers. Même si elle ne s’applique pas en apprentissage, elle doit amener les équipes pédagogiques des CFA à réfléchir aux apports de la famille de métiers en formation professionnelle, notamment dans le travail mené sur les compétences communes à des métiers périphériques dont les secteurs économiques sont demandeurs. Il est cependant tout à fait possible d’accueillir dans le cadre d’une mixité de publics des apprentis dans une classe de seconde par famille de métiers. - La co-intervention : la mise en place de la co-intervention dépend de l’organisation pédagogique proposée par le CFA. Non obligatoire, elle présente en revanche l’avantage de décloisonner enseignement général et enseignement de spécialité, ce qui a un sens réel pour les apprentis dont la durée de formation en entreprise est importante. La co-intervention, de par sa capacité à voir intervenir conjointement professeurs d’enseignement général et professionnel, peut constituer une mesure intéressante dans des groupes accueillants un public mixte scolaires et apprentis ; - La consolidation, l’accompagnement personnalisé et l’accompagnement au choix d’orientation (poursuite d’études ou insertion professionnelle) : ces modalités de formation constituent des opportunités de remédiation pour l’apprenant. Même si elles ne s’imposent pas à l’apprentissage, elles répondent bien en revanche aux missions des CFA tant dans l’adaptation de la formation aux besoins de l’apprenti que dans la définition d'un projet de poursuite de formation ; 19 3 Mettre en place une action de formation par apprentissage : des formes diverses 3.1 L’apprentissage pour un groupe composé exclusivement d’alternants (apprentis/stagiaires de la formation professionnelle continue) La mise en place de l’apprentissage peut se faire dans le cadre de la constitution d’un groupe dédié à l’accueil d’un public d’apprentis. L’ingénierie de formation mise en place est alors propre au groupe d’apprentis, notamment en termes de calendrier et d’emploi du temps. La rémunération des professeurs/formateurs et des intervenants (appui à la recherche d’employeur, référent handicap, référent mobilité, lien avec les maîtres d’apprentissage…) relève exclusivement du financement des actions de formation par apprentissage. Outre le calendrier de formation et l’emploi du temps, le projet pédagogique doit ainsi permettre d’arrêter : - la liste des professeurs/formateurs et intervenants, - le suivi des apprentis en centre et en entreprise, - la définition des modalités de retours d’expérience d’entreprise et leur planification, - les possibles remédiations disciplinaires, - les relations avec les employeurs et les maîtres d’apprentissage, - les modalités d’accès à la formation sous statut scolaire en cas de rupture du contrat d’apprentissage (présence dans l’établissement, partenariat avec un autre établissement…) - … Si l’établissement réalisateur d’actions de formation par apprentissage est CFA, il devra alors définir dans son projet pédagogique les réponses apportées à l’ensemble de ses obligations, traduites au sein du référentiel qualité (Cf. 1.3 et 1.4 de ce vadémécum). Si l’établissement réalisateur n’est pas le CFA et qu’il agit donc pour le compte d’un CFA, la répartition des obligations devra être définie dans la convention liant les deux structures, pour que CFA et établissement réalisateur puissent répondre conjointement à ces obligations. Lorsque le cycle de formation d’un apprenti a été enclenché sous statut scolaire, dans un EPLE, et qu’il se poursuit en CFA, un partenariat formalisé entre les deux établissements de formation est nécessaire. Une concertation entre les équipes pédagogiques des deux structures est mise en place pour co-construire le parcours du ou des jeunes concernés. Cette organisation constitue une opportunité pour enrichir les pratiques et approches pédagogiques des équipes pédagogiques de chacune des structures. Un positionnement pédagogique des jeunes au moment du changement de statut est à réaliser. Ce positionnement doit conduire à aménager le calendrier de l’alternance pour tenir compte des besoins particuliers du jeune qui bénéficie alors d’un plan individuel de formation. A noter : le groupe d’apprentis constitué peut intégrer des stagiaires de la formation professionnelle continue qui suivent la même formation dans le cadre d’un contrat de professionnalisation. 20 3.2 L’apprentissage en « 1+1 », « 1+2 », « 2+1 » Selon la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, qui sécurise le parcours du jeune et favorise son insertion professionnelle, la mixité des parcours permet à l’apprenant de changer de statut au cours de la formation qu’il suit. Par exemple, un jeune peut entamer une première, voire les deux premières années de bac pro sous statut scolaire, puis basculer comme apprenti pour la dernière année ; ce basculement peut avoir lieu à tout moment du parcours. Des formes de mixité de parcours organisées sous la forme de « 1+1 », « 1+2 » ou « 2+1 » existent déjà dans les établissements. Le premier chiffre indique la durée du cursus sous statut scolaire, le second la durée sous statut d’apprenti (1re année sous statut scolaire en CAP et la seconde en apprentissage ou 1re année sous statut scolaire en BTS et la seconde en apprentissage ; seconde professionnelle sous statut scolaire puis les 1res et terminale en apprentissage ; les seconde et 1re professionnelles en scolaire puis la terminale en apprentissage). On rencontre également des dispositifs qui prévoient une fin de parcours de formation sous contrat d’apprentissage pour une durée inférieure à un an, comme par exemple un CAP préparé sous statut scolaire pour la grande partie de la formation et se terminant sous statut d’apprenti pour les six derniers mois. La mixité de parcours peut permettre également à un jeune de commencer sa formation en apprentissage et de poursuivre sous statut scolaire ou en formation continue si par exemple le contrat avec son employeur a été rompu. L’année ou les années en apprentissage peuvent s’organiser pour la totalité d’un groupe d’apprenants. Elles peuvent également être organisées pour une partie des apprenants avec un groupe sous statut scolaire et un groupe sous statut d’apprentis ou encore en mixité de statuts (un groupe pour les statuts scolaire et apprenti). Ces dernières formes présentent l’avantage de pouvoir donner lieu à un retour au statut scolaire, notamment en cas de rupture du contrat d’alternance et constituent ainsi un élément central de la sécurisation du parcours du jeune en formation professionnelle. Sous ces formes, la mixité dans le parcours d’un jeune intègre ainsi un premier temps de formation sous statut scolaire, suivi d’un deuxième temps sous statut d’apprenti (ou de stagiaire de la formation professionnelle continue si ce dernier signe un contrat de professionnalisation). Cette mixité s’appuie toujours sur la volonté du jeune de s’engager dans une poursuite de sa formation par le biais de l’alternance. Ainsi, pour garantir au jeune une expérience professionnelle réussie en apprentissage, il est important de veiller en amont à la bonne adéquation entre son profil et l’entreprise. Le travail mené durant la première partie de son parcours (développement de compétences professionnelles, acquisition de savoir-être et appropriation de postures professionnelles) facilite la reconnaissance par l’entreprise des qualités professionnelles (compétences sociales et professionnelles) déjà maitrisées par le jeune. Ce travail présenté par l’équipe pédagogique aux cadres de l’entreprise et futurs maîtres d’apprentissage facilite l’engagement de l’entreprise dans l’accueil d’apprentis. Cette pratique peut être renforcée par la conception, pendant la période de formation en voie scolaire, de séquences permettant la découverte de l’entreprise dans l’éventualité de la signature d’un contrat d’apprentissage. Les lieux de PFMP seront également choisis dans cette perspective. Une communication sur cette forme de parcours en direction des jeunes, de leur famille et des entreprises est essentielle. Ainsi, la mise en place de l’apprentissage sous la forme de « 1+1 », « 1+2 » ou « 2+1 » permet de :  proposer à des jeunes de confirmer en classe de seconde leur orientation et le choix de la voie de formation ;  permettre aux jeunes d’atteindre l’âge et la maturité nécessaires pour entrer en formation par apprentissage ;  offrir la possibilité, soit pour des publics encore éloignés de l’insertion professionnelle à leur entrée en formation, soit pour des formations nécessitant des prérequis importants, de commencer un parcours de formation sous statut scolaire permettant d’atteindre un niveau d’autonomie ou de connaissance nécessaire à une suite de parcours par apprentissage ; 21  répondre à la difficulté des apprenants préparant un baccalauréat professionnel de pouvoir signer des contrats d’apprentissage de trois années, en permettant la mise en place de contrat d’une durée d’un an ou deux ans souvent privilégiée par les entreprises ;  proposer aux apprenants de terminer leur cycle de formation en apprentissage ;  aider les employeurs à identifier des profils adaptés afin de limiter les risques de rupture de contrat d’apprentissage. Mixité de parcours, de public, de statut : de nouvelles opportunités Pour les apprenants et leur famille  La mixité de parcours permet, par la souplesse du passage d’un statut à l’autre, de sécuriser le parcours de formation de l’apprenant. Cet élément constitue un point important pour rassurer les familles et ainsi valoriser la formation professionnelle et ses différentes voies de formation.  La mixité de public s’avère stimulante, valorisante, chacun pouvant devenir ressources pour les autres apprenants : les apprentis et stagiaires de formation continue de par leur plus grande expérience de l’entreprise, les élèves et étudiants de par leur plus grande expérience du système scolaire. Pour les enseignants  Les mixités permettent d’avoir un nouveau regard sur les méthodes pédagogiques avec la mise en place d’une véritable pédagogie de l’alternance et l’ouverture vers des approches différenciées pour répondre à une plus grande variété d’apprenants.  Elles renforcent l’exploitation pédagogique des périodes en entreprise et des situations professionnelles vécues. Pour l’EPLE  Les mixités permettent la diversification de l’offre de formation, le maintien de formations à faible flux pour des métiers en tension et une utilisation optimisée des plateaux techniques.  Elles contribuent à améliorer les relations avec le monde professionnel et peuvent faciliter ainsi le versement de la taxe d’apprentissage aux établissements. 22 3.3 L’apprentissage en groupe mixte scolaire/apprenti La mixité des statuts vise à accueillir simultanément des apprenants de statuts différents (scolaires et/ou apprentis et/ou stagiaires de la formation professionnelle continue) au sein d’un même groupe pour des temps communs de formation. Certains diplômes professionnels comme les mentions complémentaires permettent de penser aisément la mixité des statuts car ils proposent un nombre de semaines de PFMP important pour les apprenants sous statut scolaire, offrant une organisation pédagogique qui, de fait, permet aisément l’accueil de publics relevant de l’alternance (apprentissage et professionnalisation). Pour d’autres diplômes professionnels comme le CAP, le baccalauréat professionnel ou le BTS notamment, l’accueil de public mixte nécessite une réflexion pédagogique et une ingénierie de formation plus complexes. Cette mise en place doit intégrer les durées de présence fixées pour chacun des publics :  une durée de travail fixée à 35 heures par semaine et 8 heures par jour au maximum pour les apprentis (applicables en entreprise comme en CFA)3 .  un horaire hebdomadaire moyen de 30 heures pour les scolaires (temps défini dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle), pouvant être porté à 35 heures hebdomadaires, avec une limite de 8 heures par jour de formation en EPLE4 . Le développement de la mixité des statuts nécessite donc de mettre en place des organisations pédagogiques différentes de celles des formations à public homogène. Elle demande une nouvelle approche dans la construction des emplois du temps et calendriers de formation qui doivent permettre le regroupement des apprentis et des élèves.  Pour ce qui concerne le calendrier, les apprentis devront être en entreprise prioritairement durant les périodes de formation en milieu professionnel et les vacances scolaires des élèves. Le calendrier doit être facilitateur tant pour les apprenants que pour les enseignants. Il apparait alors important de concilier : - le rythme d’alternance des apprentis (alternance de journées en centre et en entreprise au cours d’une même semaine ; alternance de semaine(s) en centre et en entreprise). Ce rythme d’alternance est défini en concertation avec les partenaires de l’alternance pour tenir compte des contraintes et des contextes locaux ; - le calendrier des vacances scolaires et des périodes de formation en milieu professionnel des apprenants sous statut scolaire ; le calendrier des PFMP sera articulé avec le rythme d’alternance retenu pour les apprentis ; - la/les périodes d’examen.  Côté emploi du temps, les périodes de cours en CFA des apprentis devront mettre l’accent sur les enseignements généraux dont les contenus et compétences ne sont que partiellement abordés durant les périodes en entreprise. Pour les enseignements de spécialité, les domaines dans lesquels l’entreprise apportera aux apprentis les activités permettant de développer leurs compétences professionnelles seront repérés afin d’assurer les complémentarités en centre de formation. Les emplois du temps des actions de formation prévoyant une mixité des statuts peuvent prévoir des plages horaires dédiées à certains profils d’apprenants. À titre d’exemple, si l’effectif d’apprentis accueillis dans une action mixte est suffisant, il est possible d’envisager qu’une partie des 35 heures de formation des apprentis leur soit spécifiquement dédiée, aux côtés d’autres heures planifiées avec le public scolaire. Ces heures pourront prendre la forme d’heures d’enseignement, de soutien et remédiation, d’aide au travail personnel, de retour d’expérience du milieu professionnel, du travail sur la poursuite d’études… Ces heures dédiées bénéficieront des financements spécifiques liés à l’action de formation par apprentissage. 3 Le temps consacré à la formation est compris dans l’horaire de travail. L’article L3162-1 du code du travail fixe l’horaire de travail hebdomadaire. Il prévoit des dérogations pour certaines activités déterminées par décret en Conseil d'État 4 Arrêtés du 21 novembre 2018 relatif à l'organisation et aux enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire préparant au certificat d'aptitude professionnelle et au baccalauréat professionnel - NOR: MENE1831833A et MENE1831834A 23  Côté professeur/formateur, les temps de présence des apprentis doivent donc être pris en compte dans l’élaboration des progressions pédagogiques. Les rythmes d’apprentissage sont forcément différents, compte tenu des situations d’apprentissage variées selon les entreprises d’accueil et les progressions doivent donc permettre d’y répondre. La mise en place d’une formation organisée pour permettre l’accueil de publics relevant de statuts différents doit donner lieu à la formalisation d’un projet pédagogique spécifique qui devra alors définir :  la place des enseignements au cours de chacune des périodes : on pourra par exemple offrir une place plus importante aux enseignements généraux lors de la présence des apprentis et, à l’inverse, aux enseignements de spécialité lorsque les apprenants sous statut scolaire sont seuls présents. À noter : la co-intervention et le chef-d’œuvre inscrits dans la transformation de la voie professionnelle proposent de travailler conjointement enseignements généraux et de spécialité et viennent donc décloisonner ces 2 types d’enseignement. Les déroulés de séance peuvent ainsi être pensés, pour les actions de formation en groupe mixte, comme un travail sur un objet de formation commun au groupe, répondant à des objectifs d’apprentissage adaptés aux besoins de formation de chaque apprenant.  la place des activités professionnelles réalisées en milieu professionnel : il s’agit de repérer en amont les activités que l’entreprise pourra davantage confier aux stagiaires ou apprentis, afin de construire une progression intégrant cette dimension. Les activités en entreprise seront ainsi articulées avec la progression pédagogique pour faciliter la prise en compte de l’expérience professionnelle dans les compétences évaluées.  le suivi des apprenants intégrant les visites de suivi et d’évaluation en entreprise (qui ? quand ?), l’échange et le suivi à distance de l’apprenant lorsque celui-ci est en milieu professionnel.  L’intégration de séances de retour d’expérience d’entreprise et l’exploitation pédagogique des temps en milieu professionnel par l’équipe pédagogique en présence de tous les apprenants et des enseignants/formateurs qui le souhaitent. La mixité du parcours de l’élève a pour objectif de permettre le changement de statut d’un apprenant (scolaire, apprenti, stagiaire de la formation professionnelle continue) au cours d’un même cycle de formation afin de lui assurer une continuité de son parcours de formation. Elle offre la possibilité, par exemple, à un élève ou étudiant sous statut scolaire pour une période de sa formation, de la poursuivre en alternance (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation). Elle permet, à l’inverse, de penser le retour vers le statut scolaire après une rupture de contrat. Cette mixité de parcours peut engendrer des organisations pédagogiques diverses, groupes de formation distincts scolaire/alternant ou groupe permettant l’accueil de publics mixtes. Elle peut ainsi se réaliser au sein d’un même établissement ou donner lieu à des partenariats avec d’autres établissements, organismes de formation ou CFA. 24 4 Soutenir le développement de l’apprentissage 4.1 Au niveau académique, accompagner la mise en place de l’apprentissage et renforcer les partenariats Un pilotage du développement de l’apprentissage au niveau académique est indispensable avec le cas échéant, son inscription dans le projet académique. Il doit permettre de renforcer les liens et les collaborations actives avec des partenaires économiques pour :  associer étroitement besoin d’emploi et offre de formation sur le territoire,  soutenir et promouvoir les formations qui répondent aux métiers en tension. Ces liens peuvent permettre la signature de convention ou d’accord avec les milieux économiques intégrant le volet « apprentissage ». Les pôles de stage constituent, dans ce cadre, de véritables leviers dans la mise en relation des apprenants, des entreprises et des établissements, les apprentis étant bien intégrés dans leur périmètre d’action. Il doit permettre également de former et d’accompagner les équipes pédagogiques aux spécificités de l’apprentissage et de l’alternance par :  une inscription de l’apprentissage et de la mixité dans la professionnalisation des personnels lors de leur formation initiale ;  une prise en compte de ces dimensions au sein du plan académique de formation continue ;  une mobilisation des corps d’inspection tant sur les dimensions didactiques que pédagogiques. Les délégations à la formation professionnelle initiale et continue, les services d’information et d’orientation et les corps d’inspection constituent des acteurs importants de la mise en œuvre de la stratégie académique en matière d’apprentissage. 4.2 Au niveau de l’EPLE, mettre en place l’alternance et les mixités Travailler l’apprentissage en formation professionnelle (intégrant la mixité des parcours et/ou des publics), c’est penser une nouvelle architecture de formation et un nouveau modèle pédagogique au sein duquel chaque apprenant, quel que soit son statut, est un alternant (alternance des lieux de formation et potentiellement alternance de statut). Cette organisation pédagogique ne peut être un simple « copier/coller » d’un schéma d’organisation existant mais doit être pensé comme un projet pédagogique à part entière. En situation de mixité des publics, elle doit combiner les approches, paramètres et contraintes de chacun des dispositifs de formation (scolaire, apprentissage, formation d’adultes) qui pouvaient jusque-là exister de façon parallèle. L’équipe de direction appuyée par le DDFPT, les professeurs coordonnateurs et les équipes pédagogiques définit les axes de développement de l’apprentissage et des mixités, pour s’inscrire dans les orientations nationales et le projet académique en matière de carte des formations et de développement de l’apprentissage. Le conseil pédagogique fait des propositions de mise en œuvre de la pédagogie de l’alternance dans l’établissement en prévoyant notamment la formation des enseignants. 25 Une équipe projet est constituée à l’échelle de chaque établissement, par filière ou par spécialité de formation concernée. Elle est composée de l’équipe de direction, du DDFPT, d’enseignants des disciplines générales et professionnelles, du coordonnateur du CFA ou de l’UFA, de conseillers en formation continue, de partenaires extérieurs, avec l’appui des corps d’inspection. La démarche peut être appuyée, tant dans la réflexion que dans sa mise en œuvre et son évaluation, par la démarche Qualéduc. Le projet pédagogique spécifique construit sera l’occasion de :  réaffirmer l’importance du travail d’équipe : la réflexion qu’engage un établissement est le fruit d’un travail d’équipe comprenant des personnels d’encadrement mais également des enseignants des disciplines professionnelles et générales afin que le cheminement, les choix opérés et les compromis adoptés soient le résultat d’un travail et d’un échange des différents acteurs impliqués dans le projet.  anticiper : le projet doit démarrer dans un délai suffisant avant la mise en place de l’action de formation par apprentissage afin d’évoquer l’ensemble les questions soulevées et trouver les réponses organisationnelles et pédagogiques les mieux adaptées.  impliquer, informer et former sur l’apprentissage les acteurs de l’établissement engagés dans l’action en mixité.  rendre accessibles les référentiels de diplômes professionnels et les organisations pédagogiques associées auprès des jeunes, de leur famille et des entreprises.  penser l’organisation pédagogique de l’alternance dans la perspective de la certification Qualité du CFA. 26 DÉFINITION • Le livret d’alternance ou d’apprentissage vise à faire le lien entre l’apprenti, le centre de formation (professeurs/formateurs) et l’employeur (maître d’apprentissage). • Il est organisé par période en tenant compte du rythme et du calendrier d’alternance. • Il comporte à la fois des informations générales ‘l’entreprise, le CFA…), des informations sur la formation (calendrier, emploi du temps, contenus de formation – activités – compétences…) et le suivi de l’apprenti, notamment sur l’évaluation des compétences et activités. BUT • Initier et entretenir le partenariat pédagogique entre les deux lieux de formation • Mettre en oeuvre l'alternance OBJECTIFS • Coordonner les actions de formation en entreprise et en établissement sur la base de l’alternance mise place • Organiser la traçabilité de la formation et du suivi de l'apprenant en entreprise et en établissement • Favoriser la communication entre l'apprenti, le maître d'apprentissage et le professeur/formateur ACTEURS • Apprenti : il est acteur de son livret ; il mesure la construction de sa professionnalisation ; il comprend la complémentarité des 2 lieux de formation. • Professeur /formateur : il suit la progression de l’apprenti chez l’employeur ; il dispose d’un retour sur les activités menées chez l’employeur ; il adapte ses contenus d’enseignement . • Maître d'apprentissage : il s’assure de l’adéquation activité proposée/parcours de formation suivi ; il s’approprie la formation et ses exigences. EXPLOITATION • Récupérer et exploiter les vécus en entreprise et en centre de formation • Réaliser le bilan de la période et préparer la période suivante (établissement et entreprise) FICHE 1 Le livret d’apprentissage ou d’alternance 27 MOYENS MOBILISÉS • Temps identifiés pour renseigner le livret d'alternance à chaque alternance (centre de formation et employeur) • Temps d'accueil et de formation des apprenants en centre de formation comme chez l’employeur • Réunion / rencontre formateur/maître d'apprentissage • Visites en entreprise SUITES À DONNER • Remédiation en cas de difficultés 28 DÉFINITION • La fiche navette « Activité de l’apprenti » fait le lien entre employeur et CFA pour un objet de formation définie. À l’inverse du livret d’apprentissage, elle se concentre sur un périmètre d’activité limitée, permettant à l’apprenti de travailler, dans un lieu de formation, une activité ou une compétence ciblée dans l’autre lieu de formation • Elle permet de préparer, en centre de formation, une activité qui sera confiée à l’apprenti en entreprise ou, à l’inverse, de collecter en entreprise des informations pour une activité qui sera menée en CFA BUT • Contribuer à la professionnalisation de l’apprenti • Faire vivre la transposition d’activités ou de compétences de la situation de « production » à la situation de « formation » et vice versa, entre les deux lieux de formation OBJECTIFS • Mettre les apprenants en situation de recherche, d’observation et d’interrogation du vécu en entreprise • Exploiter le vécu en entreprise à des fins de formation dans toutes les disciplines • Valoriser les activités effectuées en entreprise ACTEURS • Apprenti • Professeurs/formateurs • Maître d'apprentissage • Responsables de formation MODALITÉS • Proposer à l’entreprise un questionnement lié à l’organisation et aux activités susceptibles d’être mises en œuvre par l’apprenti en CFA • Récupérer et exploiter les informations et vécus en entreprise • Exploiter pédagogiquement le vécu en entreprise dans les enseignements disciplinaires MOYENS MOBILISÉS • Analyse des programmes et du référentiel des activités professionnelles • Préparation par le maître d’apprentissage et les professeurs/formateurs du questionnement dans la finalité d’une prochaine activité à conduire FICHE 2 La fiche navette « Activité de l’apprenti » 29 DÉROULEMENT DE L’ACTION • Avant le départ en entreprise ₋ Préparation des fiches navettes par les professeurs du domaine général et du domaine professionnel : identifier des activités en entreprise basées sur l’observation et l’interrogation du vécu professionnel, ₋ Explication aux apprenants afin que chacun connaisse l’objet de son travail de recherche, d’observation et de réflexion dans l’entreprise. • En entreprise et avant le départ en formation ₋ Mise en œuvre et évaluation des activités réalisées, ₋ Définition des axes de travail de la prochaine période de formation en entreprise et des orientations de préparation à travailler en centre • Au retour de la période en entreprise ₋ Exploitation pédagogique des travaux demandés SUITES À DONNER • Remédiation en cas de difficultés 30 BUT • Assurer le suivi, l’accompagnement et l’évaluation de la formation de l’apprenti OBJECTIFS • Organiser l’alternance pédagogique • Réguler l’alternance pédagogique • Évaluer les compétences de l’apprenti MODALITÉS • Rendez-vous dans l’entreprise entre le professeur/formateur référent et le maître d’apprentissage MOYENS MOBILISÉS • Temps identifiés pour les enseignants référents et pour les maîtres d’apprentissage ou de stage pour la préparation, la réalisation et la restitution de la visite • Livret de l’alternance ou d’apprentissage • Fiches navette d’activité DÉROULEMENT DE L’ACTION • Préparation de la visite : - prendre rendez-vous auprès du maître d’apprentissage en précisant de manière explicite l’objet de la rencontre - faire le point avec l’apprenant et l’équipe pédagogique sur la période de formation précédant la rencontre • Réalisation de la visite : - échanges entre le professeur/formateur et le maître d’apprentissage - échanges entre le professeur/formateur et le maître d’apprentissage et l’apprenant - synthèse par les formateurs • Restitution de la visite : - rédaction d’un compte rendu à destination de l’établissement, de l’entreprise et de l’apprenti - insertion du compte rendu dans le livret de l’alternance SUITES À DONNER • Exploitation pédagogique des visites • Retour de l’exploitation à l’entreprise FICHE 3 Les visites en entreprise (suivi, accompagnement ou évaluation) 31 BUT • Utiliser les informations recueillies lors de la visite en entreprise comme un véritable levier du partenariat pédagogique OBJECTIFS • Préparer, organiser et adapter la formation en tenant compte des informations recueillies en entreprise • Ajuster les contenus de formation en établissement et en entreprise • Répondre à d’éventuelles attentes spécifiques • Echanger au sein de l’équipe sur la progression de chaque apprenant et pas uniquement en cas de situation « problème » MODALITÉS • Réunion de synthèse des équipes pédagogiques • Mise à disposition de tous les acteurs des informations recueillies dans l’entreprise sous la forme de compte rendu de visite • Appropriation des éléments recueillis dans l’entreprise par l’ensemble des intervenants et ajustements des supports et des outils DÉROULEMENT DE L’ACTION • Assurer une exploitation collective au sein de l’équipe pédagogique (temps de restitution collectif, définition d’axes de progrès) • Assurer une exploitation individuelle : le professeur/formateur reprend à son compte les informations lui permettant d’ajuster les contenus de formation à sa progression pédagogique FICHE 4 L’exploitation pédagogique des visites en entreprise 32 Cette fiche propose des pistes d’action pour la personnalisation des parcours au sein de la classe et plus particulièrement pour la mise en œuvre de la différenciation pédagogique. La construction de parcours personnalisés est facilitée par un travail collectif pour articuler les contenus des programmes et l’entrée par compétences, pour repérer les paliers d’apprentissage et identifier les nœuds de difficultés que les apprenants sont susceptibles de rencontrer. La différenciation pédagogique est un mode d’organisation pédagogique permettant la mise en œuvre du processus de personnalisation. Elle nécessite de prendre en compte l’hétérogénéité des acquis, des projets et des besoins des élèves. Le respect de cette exigence s’obtient en adaptant les contenus, les ressources, les aides, les stratégies et processus pédagogiques d’apprentissage, l’organisation de la classe et du travail. Livret repères : Personnalisation des parcours et des situations d'apprentissage, INRP, 2008 http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS/documents/publications/livrets-individualisation/livretreperes Principes généraux Agir sur le processus d’apprentissage pour que chaque élève/apprenti apprenne plus efficacement. Agir sur les parcours d’apprentissage pour mieux inscrire chaque élève/apprenti dans la progression commune Agir sur l’organisation pédagogique pour créer un cadre approprié à la prise en compte des différences FICHE 5 La différenciation pédagogique 33 Mise en œuvre de la personnalisation Agir sur le processus d’apprentissage Améliorer la compréhension, par les élèves/apprentis, des exigences de l’école et mieux structurer l’organisation des apprentissages  Aider les élèves/apprentis à mieux reconnaître les savoirs sous-tendus par les activités à réaliser  Penser l’articulation entre temps collectifs et temps individuels dans la gestion du groupe en formation  Faire acquérir des méthodes et des outils pour apprendre  Permettre une auto-évaluation  Développer la confiance en soi, en aidant l’élève/l’apprenti à identifier ses potentialités Rendre l’élève/l’apprenti acteur  Définir tout ou partie de son travail personnel  Comprendre les objectifs d’apprentissage associés aux activités proposées : percevoir la place d’une activité dans son programme de formation ; savoir ce que le professeur/formateur attend de lui  Utiliser des stratégies qui l’aident à comprendre, à faire des liens, à formuler des propositions, à réorganiser l’information  Prendre conscience de la manière dont il travaille, dont il mémorise, dont il organise sa pensée, dont il peut envisager différentes stratégies  Travailler avec les autres pour atteindre un but commun et s’impliquer dans une démarche collaborative  Appréhender l’évaluation comme un outil au service de ses apprentissages  Prendre en compte ses progrès et ses erreurs, s’autoévaluer Agir sur le parcours d’apprentissage Construire et mettre en œuvre des parcours d’apprentissage personnalisés  Inscrire ces parcours dans le cadre d’une dynamique collective, les appuyer sur une meilleure connaissance des acquis et des besoins d’apprentissage de chaque élève/apprenti  Conduire une évaluation diagnostique  Définir et mettre en place une stratégie permettant à chaque élève, chaque apprenti, mais aussi à l’ensemble de la classe de progresser. Cette stratégie intègre des objectifs individuels et collectifs  Organiser la continuité des parcours  Concevoir des progressions offrant des possibilités de parcours en lien avec les acquis et potentialités de chacun, et ce dans le respect d’exigences communes. Agir sur l’organisation pédagogique Moduler l’organisation pédagogique pour prendre en compte les rythmes ou les processus d’apprentissage des élèves, des apprentis  Différents scénarios d’organisation pédagogique sont envisageables à travers diverses modalités de regroupement ou formes de collaboration. La modalité principale est la différenciation pédagogique. 34 Mise en œuvre de la différenciation pédagogique Différencier quoi ? Pistes de réflexion Les contenus Ce sur quoi la tâche va porter La différenciation des contenus réfère au référentiel de formation, au matériel didactique, aux sujets qui soutiennent l’apprentissage et au niveau de complexité.  Proposer des sujets et/ou supports différents liés à la compétence à développer  Fournir des ressources adaptées selon le besoin des élèves et apprentis (documents, livres, visuels, vidéos, ressources numériques, matériel didactique…)  Proposer des situations problèmes différentes  Enseigner ou consolider des concepts de base à la suite de l’évaluation diagnostique  Adapter les travaux personnels, réduire ou augmenter leur quantité Les processus C’est intervenir sur le « comment » Le processus correspond à la possibilité qu’ont les élèves de comprendre le contenu par des cheminements différents qui reposent, entre autres, sur les rythmes d’apprentissage et les stratégies  Favoriser l’enseignement explicite pour les apprentissages et diversifier les consignes (collectives, individuelles, fermées, ouvertes, reformulation…)  Varier les stratégies : socioconstructivistes (projet, tutorat, apprentissage coopératif), interactives (débats et groupes de discussion), de travail individuel (apprentissage par problèmes et études de cas)  Varier les outils : matériel de manipulation, utilisation des TICE, du numérique pour apprendre…  Utiliser diverses approches et pratiques pédagogiques (gestion mentale, pratiques accompagnées…)  Offrir un niveau de soutien approprié (par l’adulte ou par les pairs)  Maintenir un rythme d’apprentissage qui permet de garder l’attention des élèves et apprentis  Varier les démarches (inductive / déductive ; abstraite / concrète ; statistique / littéraire …)  Favoriser les échanges d’idées et d’opinions  Offrir des occasions de travailler en équipe  Exploiter l’interdisciplinarité des notions et des concepts Les productions Ce sont les produits ou résultats de la tâche C’est le choix du support de communication pour favoriser l’apprentissage des élèves (débat d’idées, journal de bord, document électronique, blog , portfolio, etc.).  Cibler des objectifs précis à atteindre  Permettre des productions variées à divers niveaux de complexité (affiche, exposé, représentation graphique…)  Offrir la possibilité de montrer sa compréhension et ses apprentissages au moyen de supports variés (par ex., présentation multimédia, croquis au tableau, présentation orale, débat, exposé).  Autoriser les productions individuelles / petits groupes  Utiliser des modalités d’évaluation par gradation des compétences et de types différents (fiche d’autoévaluation et de co-évaluation, évaluation collective orale, entre pairs…) 35 Les structures Ce sont les modalités d’organisation de la tâche On entend par structures la manière dont on organise le déroulement d’une situation d’apprentissage par l’organisation du temps, des lieux, des regroupements d’élèves/apprentis et par le choix des ressources matérielles  Organiser le temps et l’espace, dans une salle de classe flexible (disposition des tables, accessibilité aux ressources), autoriser à se déplacer  Faciliter le travail en groupe, mettre en place un calendrier des activités évolutif et adaptable.  Varier les regroupements d’élèves/apprentis (besoins, niveaux, intérêts, approches, démarches, projets…)  Possibilité de classe inversée, de travail par îlots bonifiés… En résumé, la différenciation pédagogique peut porter sur : Le contenu Les contenus abordés pour un même objectif La nature de la production et la nature de l’évaluation. La difficulté et la graduation du travail autour d’une même notion avec des activités différentes Le processus Le choix des situations d’apprentissage (situations d’écoute, de recherche, de débat, d’évaluation formative, de production personnelle) Les démarches d’apprentissage et détours pédagogiques (inductive, déductive...) Les productions Les consignes données et l’aide disponible Le degré de guidage et d’aide de l’enseignant La quantité (plus ou moins) de travail à faire en un même temps Le temps accordé (plus ou moins) et le degré d’autonomie avec un travail aux étapes indiquées ou pas L’organisation du temps de travail collectif et individuel Les structures / Le travail en classe Les ressources et/ou le niveau des ressources Les aides (avec ou sans celles de l’adulte ou des camarades) Les outils autorisés ou pas (dictionnaire, cahier de leçons, les anciens exercices, les affichages…) Les supports mobilisés (support oral ou papier, ordinateur, rétroprojecteur, vidéoprojecteur, télévision…) et modes de présentation employés (textes, tableaux, graphiques, schémas, films, vidéo, etc.) L’organisation de la classe, l’aménagement de l’espace (travailler en classe entière, en groupe de tailles différentes, en groupes d’entraide, de recherche, etc.) 36 Pour aller plus loin Sites institutionnels liés à l’apprentissage et à la voie professionnelle Site du ministère du Travail https://travail-emploi.gouv.fr/ Site du ministère de l’Education nationale – La voie professionnelle au lycée https://www.education.gouv.fr/reussir-au-lycee/la-voie-professionnelle-au-lycee-12101 Site du ministère de l’Education nationale – Se former par l’apprentissage https://www.education.gouv.fr/se-former-par-l-apprentissage-2216 Site Eduscol – scolarité et parcours https://eduscol.education.fr/606/organisation-des-enseignements Portail dédié à l’alternance https://www.alternance.emploi.gouv.fr/ L’apprentissage : généralités L’apprentissage : premier niveau d’information https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-en-alternance10751/apprentissage/ La loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000037367660&categor ieLien=id Le « Question/réponse » apprentissage du ministère du Travail avec modèle de convention de formation https://travail-emploi.gouv.fr/demarches-ressources-documentaires/documentation-etpublications-officielles/guides/qr-cfa Le contrat d’apprentissage https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-en-alternance10751/apprentissage/contrat-apprentissage La prépa–apprentissage https://travail-emploi.gouv.fr/grands-dossiers/plan-d-investissement-dans-lescompetences/prepa-apprentissage https://travail-emploi.gouv.fr/grands-dossiers/plan-d-investissement-dans-lescompetences/article/appels-a-projets-et-experimentations 37 La formation et les organismes de formation Les formalités et obligations des organismes de formation https://www.alternance.emploi.gouv.fr/portail_alternance/jcms/recleader_6966/organisme-deformation Le financement des formations par apprentissage Les modes de financement de l’apprentissage https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/modalites-financement-CFAcontrats-apprentissage Le niveau de prise en charge https://www.francecompetences.fr/fiche/apprentissage-nouvelle-version-du-referentiel-desniveaux-de-prise-en-charge-des-contrats/ Le montant de prise en charge de la formation par apprentissage si la CPNE ne s’est pas prononcée - application de l’« arrêté de carence » Décret n° 2020-1076 du 20 août 2020 modifiant le décret n° 2019-956 du 13 septembre 2019 fixant les niveaux de prise en charge des contrats d'apprentissage https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042250788 Arrêté du 29 décembre 2020 modifiant l'arrêté du 24 aout 2020 fixant les niveaux de prise en charge des contrats d'apprentissage https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042760242 La certification qualité des organismes de formation CFA La présentation du nouveau cadre « qualité » fixé par la loi du 5 septembre et précisé par France Compétences https://www.francecompetences.fr/-Qualite-de-la-formation-32-.html Le contrôle pédagogique des CFA préparant aux diplômes de l’éducation nationale L’arrêté fixant la création de la mission de contrôle pédagogique des formations par apprentissage https://www.education.gouv.fr/bo/19/Hebdo22/MENE1912481A.htm?cid_bo=142093 La circulaire portant sur l’organisation et le fonctionnement du contrôle pédagogique des formations par apprentissage https://www.education.gouv.fr/bo/19/Hebdo36/MENE1926614C.htm?cid_bo=145248 38 La transformation de la voie professionnelle L’accès aux ressources liées à la TVP pour les professeurs/formateurs (dont les vademecums) https://eduscol.education.fr/2224/transformer-le-lycee-professionnel L’accès aux nouveaux programmes des enseignements généraux et communs https://eduscol.education.fr/94/j-enseigne-au-lycee-professionnel L’accès au programme de formation à distance « TVP » par m@gistère https://eduscol.education.fr/355/la-plateforme-mgistere La 3ème prépa-métiers https://eduscol.education.fr/628/la-classe-de-troisieme-dite-prepa-metiers La différenciation en formation Conférence de consensus Différenciation pédagogique : comment adapter l’enseignement pour la réussite de tous les élèves ? - Recommandations du jury - Mars 2017 http://www.cnesco.fr/fr/differenciation-pedagogique/ La Différenciation pédagogique en classe (dossier Ifé) http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/113-novembre-2016.pdf La représentation et enjeux du travail personnel de l’élève (dossier Ifé) http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/111-juin-2016.pdf NOTE RAPIDE DE L’INSTITUT PARIS REGION ÉCONOMIE Janvier 2022 • www.institutparisregion.fr N°930 Geber86/iStockphoto.com LE TÉLÉTRAVAIL S’INSTALLE DURABLEMENT DEPUIS LA CRISE DE LA COVID-19, LE RECOURS AU TÉLÉTRAVAIL A DOUBLÉ. LES ENQUÊTES MENÉES MONTRENT QUE LA GRANDE MAJORITÉ DES TÉLÉTRAVAILLEURS FRANCILIENS TROUVENT DANS CE MODE DE TRAVAIL DE NOMBREUX AVANTAGES : MOINS DE TEMPS DANS LES TRANSPORTS, ET PLUS DE PROXIMITÉ AVEC LEUR FAMILLE, D’AUTONOMIE ET DE CALME DANS LE TRAVAIL. DE NOMBREUX EMPLOYEURS AUPARAVANT RÉTICENTS ONT ÉTÉ CONVAINCUS DE SES BÉNÉFICES. LE TÉLÉTRAVAIL SEMBLE S’INSTALLER PEU À PEU DANS LA VIE ÉCONOMIQUE, TRANSFORMANT L’ORGANISATION ET LES LIEUX DU TRAVAIL. Utilisé massivement pendant la première période de confinement sanitaire en 2020, le télétravail s’est diffusé pour devenir très souvent un mode de travail régulier, pérenne et encadré. Une enquête menée auprès de 4 200 Franciliens à l’été 2021 et 30 entretiens approfondis réalisés au mois d’octobre suivant témoignent des changements à l’œuvre (voir encadré p. 2). LA PART DES TÉLÉTRAVAILLEURS A PLUS QUE DOUBLÉ Alors que les actifs franciliens n’étaient que 20% à télétravailler avant la crise de la Covid-19, 42% ont pratiqué le télétravail régulièrement entre août 2020 et août 2021. Le rythme s’est également intensifié: plus de la moitié des télétravailleurs font 2 à 3 jours de télétravail par semaine, soit deux fois plus qu’avant le début de la crise sanitaire, et parmi les télétravailleurs, seulement 1 sur 10 le pratique moins d’un jour par semaine, contre 1 sur 4 auparavant. Près de la moitié de télétravailleurs dans les organisations de plus de 250 salariés En dehors des microentreprises et des indépendants, qui sont de loin les plus familiers du télétravail (67%), plus la structure employeuse est grande, plus le télétravail est pratiqué. Ainsi, les structures de 1 à 10 salariés comptent 33% de télétravailleurs, et celles de plus de 250 salariés 47%. Quelle que soit la taille, la pratique a progressé, notamment parmi celles de plus de 250 salariés. Évidemment, les activités de bureau sont plus adaptées à ce mode de travail. Toutes choses égales par ailleurs, il est trois fois plus commun de télétravailler dans les services supérieurs1 que dans la construction, par exemple. Le télétravail est aussi plus fréquent dans le secteur privé que dans le secteur public (45%, contre 31%) du fait de la nature des professions. 42% DES ACTIFS FRANCILIENS TÉLÉTRAVAILLENT RÉGULIÈREMENT 2 à 3 JOURS PAR SEMAINE POUR LA MOITIÉ 9 sur 10 SOUHAITENT MAINTENIR OU AUGMENTER LE RYTHME DE TÉLÉTRAVAIL 7% UTILISENT DES ESPACES DE COWORKING I 2 I Note rapide n° 930 Janvier 2022 D’autres catégories que les cadres désormais concernées Les cadres sont les plus concernés par le télétravail. Avant la crise sanitaire, 34% d’entre eux le pratiquaient déjà, soit presque le double que la moyenne des autres catégories socioprofessionnelles. La part des cadres qui télétravaillent a pratiquement doublé entre le début 2020 et l’été 2021, concernant, à la fin de la période, 64% d’entre eux. Parmi les cadres, les femmes télétravaillent davantage que les hommes, et les cadres d’entreprise et les professions de l’information, des arts et des spectacles davantage que les chefs d’entreprise ou les professeurs. La crise a permis à de nouvelles professions et à des salariés dont les managers étaient réticents au télétravail d’y accéder. «Clairement, au tout début, on sentait que l’entreprise n’avait pas envie d’y aller. C’était “on teste comme ça”. Et c’était fermé à certains postes. La pandémie a changé les choses» (Maxime). Toutes les catégories socioprofessionnelles ont vu le télétravail se développer. «On aura trois jours de télétravail par semaine, avant on avait dix jours par an.» (Igor) Pour plus de la moitié des télétravailleurs, des professions intermédiaires et des employés, la modalité est nouvelle. Les différences sociales persistent cependant. Ainsi, les ouvriers sont dix fois moins souvent en télétravail que les cadres, les employés quatre fois moins et les professions intermédiaires trois fois moins. Cela crée parfois des tensions dans les équipes. « Certains collègues m’ont plus ou moins dit: “Moi, je vais au poste…” Au départ c’était mal ressenti, le télétravail. On passait pour des fainéants en quelque sorte» (Bruno). Certains métiers exclus du télétravail 58% des actifs franciliens n’ont pas télétravaillé. Ce sont généralement des personnes qui ne peuvent exercer leur emploi à distance, en raison d’une proximité nécessaire avec des clients, des patients, des machines, des terres cultivées, des bêtes, un chantier… «Les gars de la logistique, ils sont obligés d’être au dépôt » (Caroline). Parmi les non-télétravailleurs, rares sont ceux qui ne souhaitaient pas télétravailler (6%) ou qui ont reçu un refus de l’employeur et/ou n’avaient pas le matériel suffisant pour le faire (6%). UNE RÉORGANISATION PARTAGÉE ENTRE L’ENTREPRISE ET LE SALARIÉ À l’été 2021, période du début de la troisième vague de la pandémie, la fréquence la plus courante est 2 à 3 jours de télétravail par semaine. Elle concerne plus de la moitié des télétravailleurs (51%), un quart télétravaillant 4 à 5 jours par semaine (26%). Si la pratique s’est considérablement développée… «C’est vraiment rentré dans le truc de l’entreprise, on a droit à deux jours de télétravail par semaine» (Lauren)… elle ne fait pas toujours l’objet d’un contrat écrit. Certaines entreprises instaurent le télétravail par e-mail simplement, les changements intervenant si besoin au fil de l’eau, notamment en fonction de la situation sanitaire. Dans de nombreuses entreprises, des négociations sont en cours. «Ce sera 2 jours par semaine. Ça va s’installer sur le long terme» (Caroline). Des avenants au contrat de travail ont, dans certains cas, été signés. Deux tiers des interrogés déclarent télétravailler via une convention, un peu moins d’un sur deux dans les petites structures (moins de 50 salariés) et plus de 80% dans les structures employant plus de 5 000 salariés. Des compromis pour le choix des jours de télétravail Même si certaines pratiques sont récurrentes, chaque employeur crée son propre modèle. La souplesse est fréquente dans les lieux de travail des interviewés. Les managers d’équipe jouent souvent un rôle clé pour les autorisations, le choix des jours… «Les managers des équipes commerciales étaient extrêmement réfractaires au télétravail. On a eu des conversations assez houleuses.» (Marcy) Certaines entreprises pratiquent les jours « flottants», accordant un nombre de jours pouvant varier d’une semaine à l’autre et d’un salarié à l’autre en fonction des besoins de la production. Les salariés jugent cette organisation moins confortable pour organiser leur vie quotidienne, notamment ceux qui se sont éloignés du lieu de travail ou qui envisagent de le faire. En général, les salariés interrogés choisissent leurs jours de télétravail pour une meilleure gestion du quotidien (vie de famille et transports). L’agenda du conjoint et de la famille intervient parfois. «J’aime bien être lundi sur site parce que lundi on a notre femme de ménage à la maison» (Lise). Le mercredi est parfois évité… «Le mercredi, comme j’ai mon fils, parfois c’est compliqué» (Lise)… parfois recherché. L’ENQUÊTE ANNUELLE «CONDITIONS DE VIE ET ASPIRATIONS DES FRANCILIENS» DE L’INSTITUT PARIS REGION Depuis deux ans, L’Institut Paris Region réalise une enquête sur les conditions de vie et les aspirations des Franciliens. En 2021, le télétravail étant la thématique principale retenue, l’enquête quantitative a été complétée par des témoignages de télétravailleurs. Les éléments de cette note proviennent donc de : - une enquête quantitative confiée à Médiamétrie, qui a interrogé du 8 au 28 juillet 2021 un échantillon de 4 200 individus âgés de 18 à 75 ans représentatifs de la population résidant en Île-de-France, dénommés «les enquêtés» dans cette note ; - 30 télétravailleurs s’exprimant sur leurs ressentis sur le télétravail lors d’entretiens réalisés par Stratégir en octobre 2021, dénommés «les interviewés» dans cette note. l’interviewé Ordinateur Deuxième écran Imprimante, scanner Chaise de bureau Bureau Casque Matériel le plus souvent fourni par l’employeur 80 % des enquêtés sont satisfaits des conditions matérielles © L’INSTITUT PARIS REGION 2021 Sources : Enquête Conditions de vie et aspirations 2021 ; Entretiens © L’INSTITUT PARIS REGION 2021 Source : Enquête Conditions de vie et aspirations 2021 65 % 23 % 25 % 51 % 10 % 26 % Avant la crise Covid Été 2021 Davantage de jours télétravaillés depuis le début de la crise Covid 1 jour par semaine ou moins 2 ou 3 jours par semaine 4 ou 5 jours par semaine La part de télétravailleurs réguliers a doublé depuis la crise Covid 20 % 42 % I 3 I Note rapide n° 930 Janvier 2022 QUI TÉLÉTRAVAILLE LE PLUS ? LA TAILLE DE LA STRUCTURE 3 Hommes 6 LE DIPLÔME De nombreuses caractéristiques (profil des actifs, secteur d’activité, taille de l’entreprise…) jouent un rôle, positif ou négatif, sur le fait de télétravailler. Neuf facteurs ont une influence notable. Ces facteurs, identifiés via une régression logistique, sont présentés du plus important ou moins important. 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 % Artisans Cadres Professions intermédiaires Employés Ouvriers Services domestiques du secteur privé* Administration, enseignement, santé Art Services supérieurs** Industrie, transport, logistique Construction Microentreprise 1 à 10 salariés 11 à 49 salariés 50 à 249 salariés Plus de 250 salariés Femmes Temps complet Temps partiel Aucun CAP/BEP Bac Supérieur au bac 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 49 ans 50 à 64 ans Paris Petite couronne Grande couronne CDD Non-salarié CDI Fonctionnaire Apprenti, emploi aidé, stagiaire Intérimaire 64 % 67 % 67 % * Commerce, hébergement, restauration, services aux ménages ** Finance, assurance, information, communication, activités immobilières, support aux entreprises 5 LE TEMPS DE TRAVAIL 4 LE GENRE 7 L’ÂGE LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE 1 LE SECTEUR D’ACTIVITÉ 2 © L’INSTITUT PARIS REGION 2021 Source : Enquête Conditions de vie et aspirations 2021 – L’Institut Paris Region 45 % 50 % 48 % 46 % 52 % 77 % LE STATUT D’EMPLOI 9 LE LIEU DE RÉSIDENCE 8 Aide à la lecture : 64 % des cadres ont télétravaillé régulièrement entre l’été 2020 et l’été 2021 Moyenne des actifs franciliens 42 % I 4 I Note rapide n° 930 Janvier 2022 «Le mercredi, les enfants n’ont pas école l’après-midi donc ça permet de les croiser et d’en profiter plus qu’avant quand j’étais au bureau.» (Damien) Télétravailler les lundis et les vendredis donne à certains le sentiment de prolonger ou d’anticiper les week-ends. «J’ai choisi lundi et vendredi. C’est mieux si je veux partir en vacances» (Charly). Le choix des jours de télétravail est un sujet sensible. Mais, à ce stade, les enquêtés se disent satisfaits pour plus de 80% d’entre eux. Un ordinateur, une bonne connexion a minima La majorité des interviewés dispose d’un équipement informatique fourni par l’entreprise, mais certains avaient déjà leur propre équipement. Les employeurs ont souvent mis à disposition un casque voire un deuxième écran pour des professions où celui-ci était indispensable, avec de rares exceptions. «En faisant du design, c’est compliqué sur petit écran mais nous on n’a rien eu du tout » (Lauren). Dans 80% des cas, les salariés se disent satisfaits du matériel. Avec l’intensification du travail, être mieux installé est une nécessité, et les équipements performants, disponibles sur le lieu de travail, manquent. «J’ai acheté une imprimante mais le scanner n’est pas aussi efficace que le beau scanner du bureau, 15 minutes pour 50 pages au lieu de 2 minutes au bureau» (Igor). L’importance d’avoir une bonne connexion numérique et l’accès à la fibre est très fréquemment pointée. «Heureusement que j’ai la fibre optique.» (Feiza) La participation financière des employeurs à l’équipement informatique ne semble pas un réel problème. Certains accordent un forfait ou remboursent des notes de frais. La question à venir sera celle du coût de l’énergie, les contreparties financières accordées par les employeurs étant généralement jugées assez faibles. Plusieurs personnes interrogées ont fait état d’une augmentation substantielle de leurs factures. UN RESSENTI GLOBALEMENT TRÈS POSITIF Les Franciliens sont satisfaits de ce mode de travail. Neuf télétravailleurs sur dix souhaitent maintenir (53%) ou augmenter leur temps de télétravail (40%). Seuls 7% souhaitent le diminuer. Moins de temps de transport, plus d’autonomie au travail et une meilleure qualité de vie Le premier bénéfice perçu du télétravail est la réduction des temps de transport. La congestion dans les transports, les retards et les difficultés pendant les grèves sont des aspects négatifs de la vie en Île-de-France mentionnés par la quasi-totalité des interviewés. Ceux qui font plus d’une heure par trajet ou qui empruntent les lignes notoirement encombrées (RER A, ligne 13…) sont les plus soulagés. «Après mon heure de route après le boulot, je ne suis plus bonne à rien, je suis cassée et je monte me coucher» (Patricia). «Ça m’a changé la vie, franchement, avec le RER, en porte-à-porte, j’en avais pour 1h20.» (François) Ceux qui mettent moins de 30 minutes par trajet s’estiment privilégiés mais soulignent quand même ce bénéfice. Au sein des familles, qu’il s’agisse du père ou de la mère, le temps gagné en transport conduit à un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. «On arrive mieux à gérer un planning qui était assez infernal avec les transports et les enfants.» (Caouelle) Les célibataires ou les couples sans enfant consacrent ce temps supplémentaire à des activités de sports, de détente ou des sorties. © L’INSTITUT PARIS REGION 2021 Sources : Entretiens sur le ressenti du télétravail Temps de transports réduit Autonomie dans le travail Emploi du temps plus souple Calme Gestion du quotidien facilitée Rythme moins répétitif Plus de temps avec les proches Temps de sommeil en plus • les inconvénients Productivité en hausse Isolement Manque de liens avec les collègues Mal de dos Surcharge de travail Trop d’écrans Équipements moins performants Facture électricité et chauffage en hausse Bruit des voisins Déconnexion plus difficile Ressenti des interviewés en télétravail • les avantages © L’INSTITUT PARIS REGION 2021 Sources : Enquête Conditions de vie et aspirations 2021 Et après ? 40 % souhaitent télétravailler plus 53 % souhaitent conserver le même temps de télétravail 7 % souhaitent télétravailler moins + = - I 5 I Note rapide n° 930 Janvier 2022 Enfin, le télétravail a renouvelé la relation au travail: les interviewés évoquent une meilleure concentration, se sentent plus productifs mais également mieux reconnus, voire respectés dans leur travail. «C’est un vrai gain de liberté de travail, une autonomie de dingue» (Maxime). Des employeurs convaincus Contraints par la pandémie d’installer le télétravail, les employeurs ont vu évoluer leurs représentations. Les rétifs ont été convaincus. «Un directeur général est venu dire: “il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis”» (Caroline). Les autres ont amplifié le télétravail. L’expérience de pandémie a prouvé que cela était faisable… «Le manager a gagné en maturité, il n’a plus besoin de voir quelqu’un bosser pour savoir qu’il bosse » (Maxime)… voire bénéfique pour l’organisation, et que cela permettait de satisfaire les salariés. Lesquels saluent les employeurs qui proposent des modalités flexibles (la possibilité de faire 2 à 3 jours de télétravail par semaine avec un jour fixe et un minimum de 2 jours sur site, par exemple). À consommer avec modération ? Malgré tout le bien que pensent les interviewés du télétravail, des effets négatifs sont aussi relevés. «Certaines journées, on ne parle à personne, c’est triste.» (Julie) La solitude et la perte de lien entre collègues sont évoquées, impactant parfois le travail. «Avant, parce qu’on se voyait au bureau, on aurait plus facilement posé une question, on serait allé voir la personne. Maintenant si c’est quelque chose qui n’est pas très important, ça va sans doute ne pas être évoqué ou alors, ce sera une petite ligne dans le chat, mais il y a moins de micro-discussions et d’échanges comme ça» (Damien). L’isolement est davantage mentionné par les personnes qui vivent seules. «Les 30/35 ans, on a quand même fait des demandes pour venir plus sur site» (Cherine). La présence des enfants et/ou du conjoint ainsi que les bruits de voisinage peuvent déranger, plus encore ceux qui travaillent dans un petit appartement. L’enfermement, « en télétravail on a quand même tendance à moins bouger» (Nicolas), la surcharge de travail, «pendant le Covid c’était 9h-23h» (Igor), l’abondance d’e-mails, «on surcommunique» (Caouelle), les heures accrues passées devant les écrans, « les soirs j’avais tendance à travailler devant la télévision» (Lauren)… ont des conséquences négatives. Face à ces risques, des modes de régulation sont parfois mis en place par les employeurs (droit à la déconnexion, sensibilisation…). «Envoyer un e-mail à 23h, c’est super mal vu maintenant.» (Feiza) Les interviewés semblent largement préférer les modes hybrides. «Un mix présentiel et télétravail, c’est pas mal pour garder le lien social» (Bruno). UN MODE DE TRAVAIL QUI S’INSTALLE Le choc de la crise sanitaire a accéléré l’adoption du télétravail, aussi bien pour les salariés que pour les entreprises. «Quand on y a goûté personnellement, je ne me verrais plus m’en passer totalement.» (François) À ce jour, la situation est conditionnée par la crise sanitaire. Employeurs et employés sont encore en train de s’accorder sur les modalités du travail de demain. Quelques craintes sociales émergent. Certains pensent qu’à l’avenir certaines entreprises seront moins permissives ou que cela pourrait entraîner des délocalisations. «Des employeurs pourraient délocaliser certains métiers hors de France» (Bruno). 2 à 3 jours de télétravail, une formule préconisée par les employeurs Dans l’ensemble, les salariés ont vraiment pris goût au télétravail : 38 % d’entre eux aimeraient poursuivre avec 2 à 3 jours de télétravail par semaine et 37% avec 4 à 5 jours de télétravail. «J’en reveux, j’en redemande et si je pouvais avoir les 5 jours, j’aimerais bien les avoir. Ça, c’est impossible » (Patricia). À l’été 2021, les consignes des employeurs pour la fin de l’année 2021 visaient une fréquence de télétravail plus modérée. Seulement 17% permettaient une semaine quasi complète de télétravail. La formule majoritaire, adoptée par 6 employeurs sur 10, est 2 à 3 jours de télétravail par semaine. En dépit de ce décalage avec les aspirations des employés, il faut retenir la forte progression du télétravail dans les mentalités et dans les pratiques © L’INSTITUT PARIS REGION 2021 Source : Enquête Conditions de vie et aspirations 2021 21 % 62 % 17 % 23 % 43 % 34 % Consignes des employeurs Souhaits des enquêtés Les enquêtés souhaiteraient davantage de télétravail dans les mois à venir que ne le préconisent les employeurs 1 jour par semaine ou moins 2 ou 3 jours par semaine 4 ou 5 jours par semaine Pour les autres actifs, 45 % seraient favorables à télétravailler dans un espace de coworking près de chez eux, surtout si la dépense est financée par leur employeur. Le télétravail hors domicile Aujourd’hui, 7 % des actifs enquêtés pratiquent le télétravail dans un espace dédié (tiers lieux : coworking, fablab, centre d’affaires, etc.). © L’INSTITUT PARIS REGION 2021 Sources : Enquête Conditions de vie et aspirations 2021 www institutparisregion.fr I 6 I Note rapide n° 930 Janvier 2022 ÉCONOMIE DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Fouad Awada DIRECTRICE DE LA COMMUNICATION Sophie Roquelle RÉDACTION EN CHEF Laurène Champalle MAQUETTE Jean-Eudes Tilloy INFOGRAPHIE/CARTOGRAPHIE Pascale Guéry MÉDIATHÈQUE/PHOTOTHÈQUE Inès Le Meledo, Julie Sarris FABRICATION Sylvie Coulomb RELATIONS PRESSE Sandrine Kocki 33 (0)1 77 49 75 78 L’Institut Paris Region 15, rue Falguière 75740 Paris cedex 15 33 (0)1 77 49 77 49 ISSN 2724-928X ISSN ressource en ligne 2725-6839 des employeurs: 2 à 3 jours de télétravail par semaine étaient autorisés par 10% des employeurs avant la crise, contre 51% durant l’enquête à l’été 2021 et 62% dans les consignes des employeurs pour la fin 2021. Un impact sur l’offre immobilière de lieux de travail Pendant la crise sanitaire, certains ont trouvé refuge dans une maison familiale, une résidence secondaire, où ils ont télétravaillé. La pratique du coworking dans un tiers lieu dédié au travail est marginale: 7% des enquêtés. L’utilisation de tiers lieux suscite cependant l’intérêt et l’idée affleure dans certains entretiens. «On avait envie d’un coworking au moins pour croiser des gens. Mais dans notre secteur, il y avait très peu de choses qui semblaient convenir au niveau des horaires» (Damien). À moyen terme, la généralisation du télétravail sera probablement accompagnée d’une réduction globale des espaces de bureaux, de manière variable selon les entreprises et les secteurs d’activité. D’ores et déjà, depuis le début de la crise sanitaire, les entreprises ont opéré un recentrage géographique et l’on constate 20% d’économie de surface de bureau dans les transactions post-début de la Covid-192 . Les entreprises seront attentives à la qualité des espaces de travail et à leur convivialité: des locaux accessibles – donc bien localisés –, des aménagements de qualité avec une diversité d’espaces de travail, et des espaces collectifs permettant d’accueillir clients et partenaires, mais aussi de maintenir la cohésion et la créativité des équipes, ou encore de proposer du matériel pour travailler… D’aucuns estiment que les espaces économiques proches des zones résidentielles pourraient demain accueillir de petites surfaces de bureaux, notamment des tiers lieux. Si cette dynamique prenait de l’ampleur, elle pourrait contribuer à la déconcentration géographique des emplois franciliens. La perception du télétravail par les salariés dépend de nombreux facteurs privés et professionnels, qui les amènent à apprécier la flexibilité gagnée et l’autonomie offerte ou, a contrario, à redouter la distance prise avec le collectif de travail et l’isolement qui peut en résulter. Il est également important de peser les impacts potentiels sur la santé, la productivité et l’équilibre psychologique, en particulier lorsqu’il s’agit d’un télétravail imposé par la pandémie et non choisi par le salarié, en accord avec son employeur. Le nombre de jours télétravaillés par semaine est également un facteur majeur dans cette appréciation. Quoi qu’il en soit, pour le travail de bureau, le travail en présentiel intégral semble désormais relever d’une époque révolue. Certains actifs intègrent à présent la possibilité et les conditions de télétravail à leurs critères de recherche d’emploi. À long terme, l’incertitude demeure sur l’intensité de télétravail qui sera proposée par les employeurs ainsi que sur les impacts de cette pratique sur la géographie des emplois, l’organisation des lieux de travail, le marché du travail et les tensions qui pourraient en résulter entre métiers télétravaillables et métiers exigeant une présence sur site. Delphine Brajon, économètre-statisticienne, Pascale Leroi, économiste-urbaniste, département Économie (Vincent Gollain, directeur) 1. Finance, assurance, information, communication, activités immobilières et services aux entreprises. 2. D. Nguyen-Luong et J. Bertrand (L’Institut Paris Region), A. Grisoglio (Mass Transit Academy), F. Tournassoud, F. Prybyla et S. Wouters (Transilien SNCF), S. Coppéré, O. Araamouch et P. Chevalier (Kisio), A. Fabre-Landry (Sustainable Mobilities), P. Chapon et C. Reizine (Pretto) «Des heures de pointe aux jours de pointe, effets de la pandémie sur le Mass Transit en Île-de-France», Note rapide, L’Institut Paris Region, n° 923, novembre 2021. RESSOURCES • Les économistes de Louvain, «Télétravail : solution d’avenir ou boom éphémère ?» n° 164, juin 2021. • L’Institut Paris Region, «Conditions de vie et aspirations des Franciliens en 2021», 2021. • Parisworkplace, «Les salariés jugent leur bureau, Baromètre 2021», «Les salariés jugent leur bureau, Baromètre 2020». • Usbek et Rica, «Comment (télé) travaillera-t-on en 2031?». À paraître prochainement : d’autres Notes rapides sur le télétravail, issues de l’enquête annuelle «Conditions de vie et aspirations des Franciliens 2021» de L’Institut Paris Region. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Contact Presse : Service de la Communication externe et digitale : 01 42 92 39 00 – presse@banque-france.fr Paris, le 14 Janvier 2022 Au vu de l’inflation au deuxième semestre 2021, le Gouverneur de la Banque de France propose une hausse du taux du livret A à 1 % et du LEP à 2,2 % La Banque de France est chargée d’effectuer semestriellement le calcul du taux de rémunération des livrets d’épargne réglementée, selon une formule qui établit la moyenne entre le taux interbancaire de la zone Euro (€ster) et l’indice des prix à la consommation (IPC) hors tabac de l’ensemble des ménages, appréciés en moyenne sur les six derniers mois. Le gouverneur de la Banque de France peut toutefois proposer au ministre de l’Économie et des Finances un autre taux que celui qui résulte de la seule application de la formule en invoquant des circonstances exceptionnelles. La moyenne semestrielle du taux €ster ressort à -0,57 % de juillet à décembre 2021. Le glissement annuel moyen sur 6 mois de l’IPC hors tabac s’établit à 2,2 %. L’application mécanique de la formule aboutirait donc à un taux du livret A de 0,8 % à partir du 1er février 2022. Selon les projections de la Banque de France, l’application de la même formule conduirait à un taux au moins égal à 1 % au 1er août prochain, date de la prochaine révision. Le Gouverneur de la Banque de France considère que cette perspective justifie une dérogation limitée à l’application stricte de la formule de calcul, et propose que le taux du livret A soit fixé dès le 1er février 2022 à 1,0 %. Les prévisions de la Banque de France prévoient cependant une baisse de l’inflation sous 2 % d’ici la fin de 2022 : le calcul du taux du livret A évoluera en conséquence en 2023. Ce niveau serait de nature à mieux assurer la rémunération des détenteurs du livret A, sans pour autant créer un surcoût trop important, afin de préserver le financement du logement social et des autres emplois de l’épargne réglementée, au service de l’économie sociale et solidaire ou du financement de la transition énergétique et de la réduction de l’empreinte climatique. Le taux du livret d’épargne populaire (LEP) est quant à lui déterminé selon une formule différente : c’est le chiffre le plus élevé entre le taux du livret A majoré de 0,5 % (soit 1,5 %) et l’inflation moyenne (IPC hors tabac) observée sur les six derniers mois (2,2 %). Dès lors, le taux du LEP devrait s’établir à 2,2 %. La Banque de France rappelle son soutien à cet instrument qui permet de protéger le pouvoir d’achat des épargnants aux revenus les plus modestes, et continuera à en assurer la promotion. À cet égard, elle rappelle que le LEP reste sous-utilisé, dans un contexte où près de 50 % des Français y seraient éligibles, et où les modalités d’ouverture en ont été simplifiées depuis un décret publié en mars 2021. A propos de la Banque de France. Institution indépendante, la Banque de France a trois grandes missions : la stratégie monétaire, la stabilité financière, les services à l’économie. Elle contribue à définir la politique monétaire de la zone euro et la met en œuvre en France ; elle contrôle banques et assurances et veille à la maîtrise des risques ; elle propose de nombreux services aux entreprises et aux particuliers. Visitez notre site internet www.banque-france.fr Suivez nous DÉCEMBRE 2021 GUIDE DU DESIGN ACTIF LE MOT DES PRÉSIDENTS « Ce guide et cette collaboration viennent concrétiser l’ensemble des actions que nous menons depuis juin 2019 et le lancement de Terre de Jeux 2024. En créant ce label puis en nous associant à l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, à travers le programme Action Cœur de Ville, nous nous sommes engagés à faire de la lutte contre la sédentarité et de l’attractivité des espaces publics les axes majeurs de l’héritage des Jeux de Paris 2024. Ce guide est un outil clé pour répondre à ce double enjeu et permettre aux villes de développer la pratique sportive sur leur territoire par le biais ludique du design actif ». « L’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, à travers le programme Action cœur de ville, met l’innovation au service des territoires. Par ce guide conçu avec Paris 2024, nous proposons très concrètement aux collectivités des méthodes et moyens pour se lancer rapidement dans la réalisation de leurs projets de design actif afin d’inciter nos concitoyens à bouger plus. En intégrant ce concept dans l’aménagement urbain, nos villes vont contribuer à créer de nouveaux usages de l’espace public, plus actifs et intégrés aux patrimoines, dans un héritage durable des Jeux Olympiques et Paralympiques ». CAROLINE CAYEUX Présidente de l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires TONY ESTANGUET Président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 2GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LE DESIGN ACTIF LE DESIGN ACTIF CONSISTE À AMÉNAGER L’ESPACE PUBLIC ET LES BÂTIMENTS AFIN D’INCITER L’ACTIVITÉ PHYSIQUE OU SPORTIVE, DE MANIÈRE LIBRE ET SPONTANÉE, POUR TOUS. 3GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Front de mer de Calais réhabilité en 2020 et projection de coloration Terre de Jeux 2024 © Fred Collier En collaborant ensemble, le label Terre de Jeux 2024 et le programme national Action Coeur de Ville ont concrétisé leur volonté de faire de ces Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 une opportunité unique de changer notre approche de la pratique physique et sportive tout en rendant plus attractifs les espaces publics de nos villes. Changer le regard, c’est renforcer la place que nous lui donnons dans notre société pour modifier nos habitudes du quotidien. Cela passe également par l’environnement dans lequel nous évoluons, la manière dont nous nous approprions l’espace et par la prise en compte des enjeux de santé dans l’aménagement urbain.Alors que de nouvelles techniques permettant d’intégrer les défis d’attractivité, d’esthétisme et de « bouger + » sont désormais très populaires dans de nombreux pays d’Asie, d’Amérique et d’Europe du Nord, nous avons à cœur de développer ces concepts encore peu connus en France. En associant lutte contre la sédentarité et requalification des espaces publics, cette collaboration dédiée au design actif est une première du genre mais que nous espérons voir perdurer et grandir au-delà de nos réseaux. Notre souhait est de fournir aux collectivités territoriales un outil clé en main pour donner envie de bouger davantage à tous nos concitoyens, quels que soient leur âge et leur condition, et ce dans un cadre attrayant. C’est pourquoi cette collaboration s’inscrit dans les stratégies Engagement, Impact et Héritage du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 afin de faire évoluer durablement la place de l’activité physique et sportive dans notre société. Ce guide a été conçu pour que l’ensemble des collectivités Terre de Jeux 2024 et bénéficiaires des différents programmes de l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires puissent développer des projets de design actif, au profit de tous leurs habitants, en centre-ville comme dans les quartiers, et en milieu rural. En étant très concret et illustratif, il montre qu’il est possible d’intégrer du design actif à toutes les échelles, souvent de façon très simple et peu onéreuse. Ainsi, nous espérons que les visiteurs du monde entier pourront venir découvrir en 2024 et après, la diversité et l’inventivité de nos territoires mettant en avant notre patrimoine, notre cadre naturel et notre savoir-faire. Nous remercions à ce titre l’ensemble des experts mobilisés à cette occasion qui nous ont accompagnés dans cette démarche et dont les connaissances précieuses nous ont permis de réaliser cet ouvrage sur un défi collectif majeur qui fasse gagner notre pays. ÉDITO ROMAIN LACHENS Directeur de l’Engagement, Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, Co-président du Conseil d'orientation dédié à la rédaction du guide du design actif à destination des collectivités territoriales. ROLLON MOUCHEL-BLAISOT Préfet, Directeur du programme national Action Cœur de Ville, Co-président du Conseil d'orientation dédié à la rédaction du guide du design actif à destination des collectivités territoriales. 4GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 INTRODUCTION PARIS 2024 ET ACTION CŒUR DE VILLE Le 20 janvier 2021, l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires et Paris 2024 ont signé en présence de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, de Caroline Cayeux, présidente de l'Agence Nationale de la Cohésion des Territoires et du président de Paris 2024, Tony Estanguet, une convention de coopération répondant à l’ambition commune de faire des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 les Jeux de tous les territoires et de toute la population. Cette collaboration naturelle s’adresse de manière pionnière aux 222 villes du réseau Action Cœur de Ville avec l’ambition de s’étendre rapidement au maximum de collectivités labellisées Terre de Jeux 2024. En plus des outils de communication et des éléments d’information mis à disposition par le label Terre de Jeux 2024, cette convention fait état de la volonté de développer le design actif dans les collectivités territoriales, inscrite dans la stratégie Impact et Héritage des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Celle-ci se concrétise par la création du Guide du design actif à destination des collectivités territoriales, appuyant l’engagement de l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires pour le développement du design actif en France notamment avec un partenariat inédit avec la Cité du design de Saint-Étienne. La volonté de développer le design actif résulte d’un double constat : ― La sédentarité, notamment infantile, ne cesse de croître en France. Un adulte sur deux et un enfant sur cinq sont en surpoids. En outre, en 40 ans, les jeunes de 9 à 16 ans ont perdu 25% de leurs capacités physiques. ― De nombreux centres-villes ont connu des difficultés de vitalité, d’attractivité et cherchent de nouvelles manières d’attirer habitants et visiteurs. 5GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 INTRODUCTION Le design actif, concept encore peu connu en France mais utilisé en Europe du Nord, en Amérique du Nord et en Asie, peut être mis au service de ce double enjeu. Il s’agit d’aménagements qui rapprochent de l’activité physique et sportive celles et ceux qui en sont le plus éloignés. Ils permettent également aux individus de se réapproprier l'espace public; ils favorisent l'accessibilité et la mixité d'usages et mettent en valeur le patrimoine existant. Ainsi, les villes du programme national Action Cœur de Ville bénéficieront-elles d’une nouvelle initiative au service du développement de l’attractivité des centres-villes tout en permettant à leurs habitants de bouger plus régulièrement. Permettre et donner envie à toutes et tous de bouger davantage, chaque jour, de manière libre et spontanée, est ce qui a motivé notre démarche. Afin que ces chiffres “quasiment 1 Français sur 2 est en situation d’obésité (47% de la population) ou de surpoids (31%)” diminuent durablement pour faire des Jeux de Paris 2024 une opportunité concrète pour changer nos habitudes, le design actif est un concept tout à fait approprié permettant d’adapter l’espace public à l’activité physique et sportive tout en respectant le patrimoine et l’environnement. Sachant cela, Paris 2024 et l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, ont décidé de se rassembler pour élaborer un outil opérationnel qui permettrait aux collectivités territoriales de se saisir rapidement et aisément de ce concept. C'est l'objectif de ce Guide que vous avez entre les mains. En complément, nous vous invitons à vous rendre sur le site internet du label Terre de Jeux 2024 pour découvrir le film motion design illustrant des mises en situation du design actif dans un cœur de ville selon les principes retenus dans ce guide. https://youtu.be/Nbh5C9NA5xw 6GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Terrain de sport Duperré, Paris © Libre de droit EXPERTS Composé d’architectes, médecins, sportifs, sociologues, urbanistes, géographes, le Conseil d’Orientation du Guide du design actif s’est appliqué à définir les grands enjeux du design actif et à apporter aux collectivités territoriales des outils opérationnels pour développer ce concept innovant sur leur territoire. LA CONTRIBUTION DE CE GROUPE PLURIDISCIPLINAIRE A PERMIS D’ABORDER L’ENSEMBLE DES SUJETS QUI FONT LE LIEN ENTRE SPORT ET AMÉNAGEMENT URBAIN : Qualité, accessibilité et fonctionnalité des espaces publics, bien-être des habitants, développement des mobilités actives et durables, aspect esthétique des aménagements, et tous les éléments qui concourent à rendre la ville plus attractive, plus désirable. 7GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Exemples de design actif colorisé Terre de Jeux 2024 © Libre de droit Marie Barsacq est directrice exécutive Impact et Héritage de Paris 2024. Parmi son champ d'action, elle déploie la stratégie Bouger + portée par Paris 2024 qui vise à soutenir et promouvoir des solutions innovantes pour renforcer l'accès à la pratique sportive à l'école, au travail et en ville en particulier; et ce pour les publics qui en sont les plus éloignés notamment. MARIE BARSACQ Clara Isabel est chargée de mission Village et Design Actif à la Direction des Sites et Infrastructures de Paris 2024. Urbaniste spécialisée dans ce concept novateur, Clara Isabel témoigne de la pluralité d’exemples existants en design actif. CLARA ISABEL Gilles Bouilhaguet préfet honoraire, est membre du collectif Pour une France en Forme, il est co-initiateur de la démarche sport santé Biarritz-Côte Basque. Gilles Bouilhaguet, place l’animation au cœur de la pratique sportive, au-delà d’installations, le développement de l’activité physique spontanée passe surtout par un accompagnement sportif. GILLES BOUILHAGUET FLORENTIN CORNÉE Florentin Cornée, architecte, est chargé de mission au Plan Urbanisme Construction et Architecture (PUCA). Architecte de formation, son parcours et ses différentes expériences l’ont sensibilisé aux enjeux liés aux mutations contemporaines du monde de l’aménagement des territoires, au premier rang desquels la nécessaire transition écologique. Nicolas Fieulaine est maître de conférences en psychologie sociale et sciences comportementales à l’Université de Lyon. Ses travaux de recherche visent à comprendre le rapport que les individus et les groupes entretiennent aux changements et aux transitions, leur impact sur les expériences et comportements quotidiens, et le rôle joué par l’action publique dans les enjeux liés aux transitions dans les domaines de l’environnement, l’urbain, l’insertion et la santé. NICOLAS FIEULAINE EXPERTS Pierre-Antoine Leyrat est chef de projet Accessibilité à la Direction de l’innovation dans le groupe SOLIDEO. Son expertise sur l’accessibilité universelle et la qualité d’usage montrent que ces éléments sont deux ressources indispensables pour le développement du design actif dans l’espace public. PIERRE-ANTOINE LEYRAT 8GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Francis Rambert est directeur de la plateforme de la création architecturale à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, partenaire clef du programme Action cœur de ville. Critique d’architecture, Francis Rambert analyse la production de l’architecture et diffuse la culture de la ville par le biais de publications, expositions, débats et conférences. Il apporte un regard précis sur la qualité architecturale et patrimoniale des villes moyennes aux métropoles internationales. FRANCIS RAMBERT YANN-FANCH VAULÉON Yann-Fanch Vauléon est paysagiste à l’Atelier Parisien d’Urbanisme Paysagiste. Ses travaux reposent sur les enjeux de nature en ville et d’évolution de l’espace public dans des espaces métropolitains. CLAIRE PEUVERGNE Claire Peuvergne, est directrice de l’Institut Régional du Développement du Sport au sein de l'Institut Paris Region. Dans ses travaux, Claire Peuvergne place l’activité physique au cœur d’un nouveau modèle urbain qui invente de nouveaux outils et réponses aux enjeux de la ville durable et inclusive. EXPERTS HÉLÈNE PESKINE Hélène Peskine, architecte et urbaniste en chef de l’État, est secrétaire permanente du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA), au Ministère de la Transition écologique et solidaire et au Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. Dans une posture de recherche-action, Hélène Peskine apporte son soutien à l’innovation dans les domaines de l’aménagement des territoires, de l’urbanisme, de l’habitat, de l’architecture et de la construction. JEAN-FRANÇOIS TOUSSAINT Jean-François Toussaint est cardiologue, professeur de physiologie à l’université de Paris et directeur de l’institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (IRMES). À travers le collectif pour une France en Forme, Jean-François Toussaint est engagé dans la promotion par tous moyens d’améliorer la santé et le bien-être des Français par une pratique régulière de l’activité physique et sportive. ISABELLE VÉRILHAC Isabelle Vérilhac est directrice de l’International et de l’Innovation à la Cité du design de Saint-Etienne. Spécialiste du design, Isabelle Vérilhac a mis en place au sein de la Cité du design le laboratoire des pratiques innovantes, ainsi que le laboratoire des villes créatives du design. Son expertise repose sur la prise en compte des méthodes de fabrication à travers une approche usager. La coordination générale du Guide du design actif a été assurée par une équipe conjointe : Fanny Morisset, Johann Pellicot, Damien Combredet de Paris 2024, et Marguerite de Metz du programme national Action Cœur de Ville. 9GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LE DESIGN ACTIF DANS NOS VILLES EN 2024 SUZANNE, 5 ANS "Je commence à apprendre à faire du vélo. Depuis l’an dernier il n’y a plus de voitures qui passent devant mon école. Chaque vendredi, maman vient me chercher à pied et me ramène mon vélo. Avec des amis on s’amuse à essayer de suivre les chemins colorés qui ont été dessinés sur le sol. Ce n’est pas facile mais si j’y arrive elle m’a dit que je serai assez forte pour aller le matin à l’école à vélo !" THIAGO, 25 ANS "J’adore jouer au basket avec mes amis le soir. Le problème, c’est qu’il n’y a pas vraiment de terrain de sport à côté de chez moi; alors on joue dans une petite impasse où on a installé un panier. Mais le lieu n’était pas très praticable et puis c’était assez mal éclairé, alors plusieurs personnes ne se sentaient pas très à l’aise. Il y a quelques mois, la ville est venue nous demander ce que nous aimerions changer dans le quartier. On a directement pensé à ce lieu ! Après plusieurs réunions, et quelques ateliers de bricolage le weekend, on a créé un super endroit qui nous ressemble vraiment. On n’est plus les seuls à y jouer au basket. On a imaginé des éclairages comme une scène de spectacle, alors certains viennent danser. Un groupe a aussi construit des agrès." CHAÏMA, 40 ANS "Je souhaitais reprendre le sport mais je ne me sentais pas prête à m’inscrire dans un club ou une salle. J’avais besoin d’un environnement bienveillant et je voulais rejoindre des personnes qui comme moi voulaient reprendre doucement. Lorsque j’ai découvert que la ville organisait sans inscription des séances d’étirements et de marche sur le front de mer, je me suis lancée ! Il y a une séance pour les femmes tous les premiers samedis du mois, cela m’a permis de me sentir à l’aise pour commencer. Avec deux autres personnes que j’ai rencontrées on a décidé de refaire les mêmes exercices les mercredis et ça m’a même donné envie de m’inscrire dans un club de marche." MICHEL, 75 ANS "J’aime aller faire mes courses à pied en centre-ville mais depuis quelques années j’étais obligé de prendre le bus car j’étais de moins en moins à l’aise : cela faisait loin et il y avait toujours beaucoup de monde sur les trottoirs avec des vélos et des trottinettes. Depuis que la ville a refait une large allée piétonne, les espaces sont mieux partagés. Le chemin me fait faire un petit détour mais la ville a posé des bancs tous les 100 mètres et donc c’est moins fatiguant. Cela m’a convaincu de recommencer à aller en centre-ville à pied et cela m’a permis de revoir les gens que je croisais en chemin." 10GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 1.1 Le design actif, aménager pour la santé 1.1.1 Une activité physique indispensable à la bonne santé des individus 1.1.2 Pour un urbanisme favorable à la santé 1.1.3 Une démarche inclusive, une nouvelle expérience en ville 1.2 Le design actif, une pratique qui se diffuse 1.3 Le design actif en 5 principes 1.3.1 Libre utilisation 1.3.2 Mixité et inclusion 1.3.3 Incitation 1.3.5 Approche usager 1.3.6 Qualité urbaine 1.4 Une articulation naturelle avec les objectifs de la collectivité 1.4.1 Un outil au service des politiques locales 1.4.2 Un levier pour transformer la ville 01. — LE DESIGN ACTIF, OÙ S’INSPIRER ? 2.1 5 projets à la loupe 2.1.1 Les Chemins de la Forme de Biarritz 2.1.2 La réhabilitation du front de mer de Calais 2.1.3 Le plan piéton de Strasbourg 2.14 La trame active, ludique et sportive de Plaine Commune 2.1.5 Les cours d’écoles actives 2.2 Regard international 2.2.1 Graz (Autriche) : 200 animations pour l’activité physique 2.2.2 Montréal (Canada) : quand le design actif devient une stratégie territoriale 2.2.3 Settimo Torinese (Italie) : des couleurs pour se mettre en mouvement 02. — LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 3.1 Contextualiser mon projet 3.2 Plusieurs modes d’action pour me lancer 3.3 8 clés pour déployer le design actif sur mon territoire 3.4 Une identité visuelle possible pour mon projet 03. SOM MAIRE — ANNEXES 04. 13 16 19 28 35 63 68 70 72 4.1 Ressources utiles 4.2 Fiches projets du collectif Pour une France en forme 4.3 Charte graphique Terre de Jeux 2024 96 97 100 83 11GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 13 LE DESIGN ACTIF, AMÉNAGER POUR LA SANTÉ Le design actif, de quoi parle-t-on ? Quels bénéfices pour la ville et ses habitants ? Le design actif s'est développé en Amérique et en Europe du Nord pour répondre aux risques liés à la sédentarité (surpoids, maladies chroniques). Il prend des formes très variées, du mobilier urbain ponctuel à la trame structurante pour le territoire. 1.1 → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Animation sportive organisée par la ville de Vichy. © Libre de droit LE DESIGN ACTIF, AMÉNAGER POUR LA SANTÉ 1.1.1 UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE INDISPENSABLE À LA BONNE SANTÉ DES INDIVIDUS Les modes de vie contemporains renforcent l’inactivité physique et la sédentarité avec des conséquences graves sur la santé. En France, 40% des adultes ont un niveau de sédentarité élevé (Santé Publique France). Le constat est particulièrement alarmant pour les jeunes générations : seulement 30% des enfants de moins de 18 ans atteignent les recommandations d’activité physique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)1 . La sédentarité est devenue un véritable problème de santé publique. En plus d’accroitre les situations d’obésité, elle augmente le risque de maladies chroniques dont les cancers2 . Face à ce constat il est nécessaire de redonner à l’activité physique sa place dans notre quotidien. L’OMS recommande à ce titre la pratique de trente minutes d’activité physique par jour pour les adultes et une heure pour les enfants. AVIS D’EXPERTS ― JEAN-FRANÇOIS TOUSSAINT, Cardiologue, Professeur de physiologie à l’université de Paris et Directeur de l’institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport « En 40 ans, nos enfants ont perdu 25% de leurs capacités cardio-vasculaires (leur endurance à l’effort) et ce phénomène s’est largement aggravé en 2020. Or, notre capacité physique est un marqueur clé de l’espérance de vie en bonne santé. La pratique régulière d’un sport améliore le bien-être émotionnel, physique, la qualité de vie et la perception de soi chez les personnes de tout âge. En incitant tous les individus à maintenir une activité physique régulière, le design actif contribue de manière concrète à l’amélioration de l’état de santé général. » ― MARIE BARSACQ, Directrice exécutive Impact et Héritage du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. « Alors que l’inactivité et la sédentarité, notamment des enfants, ne cesse de croître, nous croyons beaucoup au rôle de l’école pour encourager les jeunes à être davantage actifs. C’est pourquoi nous avons lancé depuis 2 ans maintenant avec le Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, la mesure des 30 minutes d’activité physique quotidienne à l’école primaire. Elle permet aux enfants le réaliser moitié de la recommandation de l’OMS (une heure par jour entre 6 et 17 ans), en complément des heures d’enseignement d’éducation physique et sportive au programme. 5000 écoles aujourd’hui ont mis en place ce dispositif, mais le Président de la République a déjà annoncé sa généralisation à toutes les écoles en 2024. Il reste du chemin à parcourir mais nous sommes fiers que cette mesure, qui était au départ une expérimentation lancée dans le cadre de la Semaine Olympique et Paralympique, constitue déjà un héritage des Jeux. » 1. Source : Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS) 2. Source : Organisation mondiale de la Santé (OMS) → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 14GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Aire de jeux pour enfants © Libre de droit C’est un concept qui a émergé en Amérique du Nord dans les années 1980 en réaction à des constats alarmants quant à l’accroissement des comportements sédentaires et leurs impacts sur la santé des populations. Il s’est rapidement exporté au Royaume-Uni et en Europe du Nord qui développent depuis quelques années ce type d’aménagements. Les applications du design actif peuvent être très diverses : trames et parcours dans la ville, mobilier intégré dans les projets urbains, nouvelles signalétiques pour la marche. De nombreuses concrétisations existent déjà en France (cf. page 35). Souvent portés par les collectivités, les dispositifs sont conçus pour répondre aux besoins des habitants et peuvent s’adresser aussi bien à la pratique auto-organisée qu’aux clubs sportifs ou associations. 1.1.3 UNE DÉMARCHE INCLUSIVE, UNE NOUVELLE EXPÉRIENCE EN VILLE Les dispositifs du design actif s’adressent à tous les publics et notamment les personnes les plus éloignées de l’activité physique et sportive. Le design actif se donne comme objectif d’apporter des réponses aux défis urbains comme l’hybridation des usages pour mixer les publics, la création de nouveaux espaces de convivialité inter-générationnels, la création de trames vertes3 pour plus de nature en ville. Au niveau d’un territoire, il contribue par des aménagements esthétiques et attractifs à la qualité du cadre de vie et l’attractivité des quartiers. Le design actif consiste à aménager l’espace public et les bâtiments afin d’inciter l’activité physique ou sportive, de manière libre et spontanée, pour tous. 1.1.2 POUR UN URBANISME FAVORABLE À LA SANTÉ Un nombre croissant de collectivités locales souhaite renforcer les initiatives en faveur de la santé de leurs habitants. Si le soutien par les services publics est essentiel (via les Centres Communaux d’action sociale par exemple), l’urbanisme et l’aménagement sont également des outils très efficaces. ― La crise de la Covid 19 a d’ailleurs mis en lumière leur rôle dans l’apport de solutions rapides et souples : Création de nouvelles pistes cyclables, dispositifs en faveur de la marche, nouvelles occupations de l’espace public par des associations sportives ou de soutien physique. ― Le design actif s’inscrit dans cette volonté de contribuer aux politiques de santé par l’urbanisme et l’aménagement, en suscitant l’activité physique et sportive dans l’espace public et les bâtiments pour tous. LE DESIGN ACTIF, AMÉNAGER POUR LA SANTÉ → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 3. La trame verte et bleue est une démarche qui vise à maintenir et à reconstituer un réseau d’échanges pour que les espèces animales et végétales puissent, comme l’homme, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer… et assurer ainsi leur cycle de vie. La trame verte et bleue porte l’ambition d’inscrire la préservation de la biodiversité dans les décisions d’aménagement du territoire, contribuant à l’amélioration du cadre de vie et à l’attractivité résidentielle et touristique. 15GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Superkilen Copenhague. © Libre de droit 16 Le design actif se caractérise par des aménagements d’ampleur variée (de la signalétique légère au réseau cyclable en passant par des agrès), qui peuvent être réalisés dans différents espaces publics. Plusieurs aménagements peuvent être combinés dans un même projet. 1.2 → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Aire de jeux. © Libre de droit LE DESIGN ACTIF, UNE PRATIQUE QUI SE DIFFUSE UN LARGE CHOIX D’AMÉNAGEMENTS : Aires de jeux Skate-parks Espaces verts Espaces de fitness Terrains de sport Trames de mobilités actives Parcours sportifs Pistes cyclables Cheminements piétons Promenades végétalisées Animations ludiques Marches urbaines Cours collectifs Événements sportifs Signalétique Marquage au sol Fresque murale Art en ville Mobilier urbain Agrès Éclairage urbain Escaliers DESIGN ACTIF → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 17GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LE DESIGN ACTIF, UNE PRATIQUE QUI SE DIFFUSE MAIL BINET, PARIS Agrès, végétalisation TERRAIN MULTISPORT DES HALLES, PARIS Marquage au sol, Terrain de sport BORDS DE VIENNE, LIMOGES Mobilier urbain, Végétalisation FRONT DE MER, CALAIS Trame de mobilités actives, aire de jeux, espace de fitness COURS OASIS DE L’ÉCOLE CHARLES HERMITE, PARIS Aire de jeux, Marquage au sol PARC DES BERGES DE SEINE, PARIS Mobilier urbain, Agrès TRAME ACTIVE, LUDO-SPORTIVE, PLAINE COMMUNE Parcours sportifs, Pistes cyclables CHEMINS DE LA FORME, BIARRITZ Mobilier urbain, Animation ludiques et sportives PLAN PIÉTONS, STRASBOURG Marquage au sol, Cheminement piéton Si le design actif est en cours de déploiement en France, de nombreuses collectivités ont déjà procédé à des aménagements qui relèvent du design actif (aperçu de quelques projets ci-dessous). Elles ont fait appel à différents dispositifs dans des configurations variées, révélant que le design actif s’adapte facilement aux objectifs de la collectivité, besoins du territoire et particularités de chaque projet. → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 18GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Crédits photo: ville de Calais © Libre de droit Laurent Bourgogne - ville de Paris © Libre de droit Joséphine Brueder - ville de Paris © Libre de droit Atelier Parisien d'Urbanisme (APUR) © Libre de droit Joséphine Brueder - ville de Paris © Libre de droit Atelier Parisien d'Urbanisme (APUR) © Libre de droit Plaine Commune © Libre de droit Association Côte Basque Sport Santé © Libre de droit Jérôme Dorkel © Libre de droit 19 LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES Le design actif se caractérise par des principes forts qui orientent les aménagements mis en place : ― La libre utilisation ― La mixité et l'inclusion ― L'incitation ― L'approche usager ― La qualité urbaine 1.3 → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Terrain de sport Duperré, Paris © Libre de droit LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES 1.3.1 LIBRE UTILISATION DES DISPOSITIFS MIS À DISPOSITION DE TOUS POUR DES USAGES PLUS SPONTANÉS Un des objectifs du design actif est de permettre des usages spontanés. En complément des équipements sportifs traditionnels, dont l’utilisation est restreinte en termes d’horaire et de public, le design actif se caractérise par des aménagements mis à disposition de tous. Il propose ainsi des activités accessibles au plus grand nombre, en autonomie ou de manière encadrée, sans adhésion ni restriction de condition physique, de genre ni de plage horaire. Les parcours ludo-sportifs comme le mail François Mitterrand à Rennes illustrent ce principe. Cet aménagement alterne sur plus de 750 mètres des tracés ludiques (marelles, palet breton), des équipements ludo-sportifs (panneaux de basket) et des tracés sportifs (pistes d’athlétisme dessinées sur le sol, aires de street workout). Il propose ainsi une alternance d’espaces de détente, de promenade et d’activités physiques. UNE LIBRE UTILISATION ÉGALEMENT SYNONYME DE LIBRE APPROPRIATION Le concept de design actif implique moins de tout aménager, construire ou occuper que de susciter des usages qui peuvent se développer librement. Ménager le vide ou accepter que le mobilier urbain soit détourné permet le développement d’usages spontanés. Les surfaces vitrées de la Bibliothèque nationale de France, le parvis de l’Opéra de Lyon et ceux de nombreuses gares servent de scène pour les danseurs. À Paris, les murs de meulière et de calcaire des Berges de Seine font office depuis le premier confinement de murs d’escalades. De façon naturelle, les parvis et pelouses des parcs ont toujours constitué des terrains de choix pour les jeux de ballons. Mail François Mitterrand, Rennes. © Alice Bessonnet → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 20GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 1.3.2 MIXITÉ ET INCLUSION Dans le cadre d’un projet de design actif, une attention particulière est portée aux groupes exclus de l’espace public et aux individus éloignés de la pratique d’une activité physique. Il s’agit de faire appel à des principes de conception universelle pour aménager des espaces accessibles à tous, indépendamment de l’âge, du genre, du statut social ou des capacités physiques, sensorielles et cognitives. En particulier, les personnes en situation de handicap doivent pouvoir trouver une offre leur permettant d’exercer une activité physique et sportive. LE DESIGN ACTIF POUR DIMINUER LA « PRODUCTION DU HANDICAP » Le « modèle social du handicap » définit la situation de handicap comme une interaction négative entre des facteurs environnementaux et des facteurs personnels, ne permettant pas de réaliser des habitudes de vie et limitant ainsi la participation sociale. En offrant de nouvelles possibilités et en incitant à la mobilité, le design actif contribue à changer vertueusement les habitudes de vie des citoyens, permettant de renforcer leurs aptitudes et de diminuer par là-même la probabilité de survenue de situations de handicap. LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 21GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Mail François Mitterrand, Rennes. © H.Abbadie Photographe LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES Les aménagements déployés dans un projet de design actif visent une variété d’usages dans un même espace. Plusieurs populations peuvent ainsi les utiliser en même temps (enfants et adultes, sportifs ponctuels et réguliers, hommes et femmes). La rive gauche du parc des Berges de Seine à Paris a ainsi une forte dimension inclusive grâce à la mixité d’activité proposées. C’est un projet de design actif global au sens où il procède à la piétonnisation de 7 km des anciennes voies sur berge en faveur d’un usage piéton et cyclable. Il combine des éléments ludiques (mobilier, installation, graphisme au sol), sportifs (agrès, mobilier détournable, graphisme au sol) et conviviaux (mobilier, concessions, animations). Réalisé en 2014, il est devenu un des lieux de destination privilégié des Parisiens et touristes. AVIS D’EXPERT ― YANN-FANCH VAULÉON, Paysagiste à l’Atelier parisien d’urbanisme « Pour inciter tous les publics à avoir une activité physique dans l’espace public, il est indispensable de favoriser la mixité d’usage et l’inclusion dans les aménagements. Cela passe notamment par la conception d’un mobilier urbain très polyvalent et détournable, comme nous avons pu le mettre en place sur le parc des Berges de Seine rive gauche. Par exemple, des bancs d’abdominaux sont régulièrement utilisés comme tables de pique-nique. Il faut être vigilant à ne pas créer des lieux monofonctionnels, mais de permettre à chacun de s’y sentir à l’aise ». → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 22GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Parc des Berges de Seine, rive gauche, Paris. © Atelier Parisien d'Urbanisme (APUR) 1.3.2 INCITATION Le design actif fait appel au jeu, au plaisir, à la découverte, pour attirer les usagers vers la pratique d’une activité physique et sportive. Grâce à des aménagements et au détournement du mobilier urbain existant, il s'agit de la rendre désirable et attractive. Les couleurs et la lumière permettent de rendre des parcours accueillants et chaleureux. Il est aussi possible de stimuler l’activité physique et sportive par une signalétique qui lancent des défis. Parce que les aménagements ne sont pas toujours suffisants pour favoriser l’activité physique et sportive, l’incitation peut également venir des services (douches, fontaine à eau) ou des animations (cours de sport adapté, marche en groupe). Les animations permettent d’inciter plus particulièrement des publics éloignés de l’activité physique et sportive. L’incitation doit veiller à être bienveillante, non stigmatisante et ne pas forcer les choix des usagers. Pour cela, il faut proposer des options ou parcours sans les imposer et être vigilant à l’accessibilité pour tous des dispositifs mis en place. À Lyon, dans le cadre d’un projet visant à inciter à l’activité physique et sportives des habitants, un escalier a été retravaillé pour les encourager à le choisir plutôt que l’escalator. L’objectif était de créer une architecture de choix favorable à l’escalier et d’encourager les usagers des transports à prendre de nouvelles habitudes. Cette intervention a multiplié par trois le nombre de personnes empruntant les escaliers. Par ailleurs, une évaluation centrée sur la perception des usagers a montré qu’elle a développé des intentions d’emprunter les escaliers dans le contexte des transports et d’autres. Jouant particulièrement sur la visibilité et la surprise, ce dispositif a vu néanmoins son effet se réduire progressivement, ce qui montre la limite potentielle des incitations qui se fondent sur ces seuls mécanismes. LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 23GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Escalier coloré, incitation au mouvement. © Libre de droit. C’est pour cela qu’une autre intervention a été réalisée dans le métro de Lyon, à la station desservant la gare principale, où les dispositifs conçus sont plus légers, moins saillants, mais jouent de manière plus subtile sur le parcours et le moment du choix pour inciter à considérer l’option de l’escalier plutôt que celle de l’escalator. En s’appuyant sur des leviers différents, cette intervention a eu un effet moindre (50 % d’augmentation de fréquentation de l’escalier), mais se maintient dans la durée. AVIS D’EXPERT ― NICOLAS FIEULAINE, Chercheur en Psychologie Sociale, Université de Lyon « Le « nudge » (ou « coup de pouce ») est une forme d’intervention sur l’environnement qui vise à faciliter le passage de l’intention à l’action, popularisée par les chercheurs Richard Thaler et Cass Sunstein. Il s’agit d’identifier des facteurs de perception, de mémorisation, de motivation ou encore émotionnels qui peuvent intervenir dans les prises de décisions. Des interventions modifient ensuite les contextes pour faciliter les changements de comportements. Le recours au nudge peut avoir un impact important et durable sur les usages, s’il s’appuie sur un diagnostic des comportements et se donne les moyens d’une évaluation comportementale et psychologique de l’impact des actions déployées. » LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 24GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Expérimentations "nudge" dans le métro de Lyon - Inciter à prendre les escaliers par des messages positifs. © Nicolas Fieulaine. 1.3.4 APPROCHE USAGER La facilité d’utilisation et d’appropriation est centrale dans le design actif. L’approche qui consiste à mettre l’usager au cœur de la conception des dispositifs guide le développement de ces projets. Pour s’assurer de la meilleure appropriation des aménagements, il est également possible d’approfondir cette approche par des méthodes de conception participative. La prise en compte de l’usager doit se faire tout au long de la vie de l’espace créé afin d’ouvrir des possibilités d’évolution dans ses usages en fonction des besoins exprimés au cours du temps. AVIS D’EXPERTE ― ISABELLE VÉRILHAC, Directrice de l’international et de l’innovation, Cité du design de Saint-Etienne « Pour concevoir un projet de design actif, il faut raisonner par rapport à l’usage que l’on veut développer : être actif. Une fois cet objectif défini, le rôle du designer estle suivant: ― Observer les usages existants ― Elaborer des scénarii pour inciter des usages complémentaires ou améliorer les pratiques existantes ― Co-créer des aménagements, mobiliers ou services avec les usagers ― Les tester dans l’espace public avec les usagers ― L’essentiel à retenir c’est que le design part des pratiques existantes et des besoins des usagers pour renforcer l’activité physique dans l’espace public ». Tous Champions ! est une expérimentation de la Ville de Saint-Etienne et de la Cité du Design de Saint-Etienne qui a mis l’usager au cœur de la démarche de conception de l’espace public. Un événement dédié a permis aux citoyens de pratiquer sur plusieurs jours et gratuitement une activité physique urbaine (ex : football, bike-polo, marche nordique, skateboard, bloc d’escalade). En complément, la Ville a également proposé des ateliers de créativité et de prototypage pour faire émerger de nouveaux équipements (design d’objet) et de nouvelles activités physiques collectives (design de service). Les usagers ont ensuite testé les propositions. Tous Champions ! s’inscrit également dans la programmation des évènements Ville en partage qui a pour objectif de favoriser l’accessibilité des ateliers et des expérimentations à tous les publics (jeune public, seniors, handicapés). LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 25GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Affiche de communication d'une des cinq éditions de Tous Champions!. © Cité du design de Saint-Étienne Atelier de co-création d'un mur d'escalade. © Cité du design de Saint-Étienne. LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES 1.3.5 QUALITÉ URBAINE Le design actif est synonyme de qualité urbaine. Il faut prêter une attention importante à son insertion architecturale et paysagère. Outre sa dimension esthétique, il faut chercher également à développer une expérience de la ville par l’activité physique et de nouveaux parcours. La qualité des espaces publics, en centres-villes ou ailleurs, est un élément indispensable pour donner envie de prendre contact avec l’extérieur, arpenter son quartier, y flâner. Ainsi, les aménagements doivent-ils s’insérer parfaitement dans l’environnement urbain et paysager, valoriser l’espace public, participer à l’esthétique urbaine et contribuer à la protection du patrimoine. Le design actif participe ainsi activement à l’attractivité des villes et des quartiers. La notion de parcours est centrale dans le développement du design actif. L’objectif est en effet d’encourager les individus à se déplacer le plus possible à pied ou à vélo, notamment ceux pour qui cela n’est pas une habitude. La qualité des parcours est fondamentale, afin d’inciter les personnes à les emprunter. Le design actif consiste ainsi à créer des parcours de fraÎcheur, élargir les trottoirs, développer des pistes cyclables, implanter et relier des spots de pratiques sportives, améliorer la signalétique. → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 26GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Signalétique dans contexte urbain. © Libre de droit Activité sportive en plein air: jeunes filles en mouvement dans la rue - réappropriation de l'espace public. © Libre de droit. LE DESIGN ACTIF EN 5 PRINCIPES Cette réflexion sur la qualité urbaine du design actif et les parcours a été au cœur du projet des Chemins de la Forme à Biarritz. En effet, la municipalité souhaitait inciter les habitants et visiteurs à bouger davantage, tout en préservant et en valorisant le front de mer. La mairie, en lien avec l’association Côte Basque Sport Santé, a ainsi développé une signalétique simple qui oriente les usagers sans surcharger le paysage. Au lieu d’installer des agrès sur le front de mer, le choix a été fait de favoriser l’utilisation du mobilier existant (bancs, escaliers) afin de développer l’activité physique tout en préservant la qualité urbaine et paysagère du front de mer (voir fiche projet dédiée page 36). AVIS D’EXPERT ― FRANCIS RAMBERT, Directeur de la création architecturale, Cité de l’architecture et du patrimoine « Les projets utilisant le design actif doivent s’insérer dans une réflexion globale sur les évolutions de l’espace public. Le design actif sert à relier des lieux, créer des parcours dans la ville. En cela, il est lié aux réflexions sur "la ville du quart d’heure". Pour inciter les individus à marcher, donner du plaisir à être en ville, il faut concevoir des espaces publics de haute qualité. Par exemple, si les agrès en libre utilisation sont une solution pour inciter à l’activité physique, il est nécessaire de s’assurer de leur bonne articulation urbaine et paysagère et ne pas considérer que c’est la seule solution pour inciter à l’activité physique. De nombreux autres leviers existent et ils passent par une réflexion sur la qualité urbaine des espaces publics en général ». → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 27GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Association Côte Basque Santé © Libre de droit. 28 UNE ARTICULATION NATURELLE AVEC LES OBJECTIFS DE LA COLLECTIVITÉ Le design actif permet d’innover dans différents champs de politiques publiques, en proposant une nouvelle réflexion sur les espaces publics et les équipements sportifs. 1.4 → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Cours de sport dans l'espace public. © Libre de droit UNE ARTICULATION NATURELLE AVEC LES OBJECTIFS DE LA COLLECTIVITÉ Aménagement & Urbanisme Mobilité douce Santé Sport Patrimoine & Culture Espaces publics attractifs Parcours urbains actifs Activité physique régulière Complément à l’offre sportive Art dans l’espace public Espaces ludo-sportifs dédiés Nouvelle offre de proximité Parcours urbains végétalisés Ville à hauteur d’enfants "Ville du quart d'heure" Ville inclusive Nature en ville INITIATIVES PUBLIQUES & POLITIQUES LOCALES NOUVELLES APPROCHES & CONCEPT ÉMERGENTS DESIGN ACTIF Offre pour les publics élognés du sport → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 29GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 UNE ARTICULATION NATURELLE AVEC LES OBJECTIFS DE LA COLLECTIVITÉ 1.4.1 UN OUTIL AU SERVICE DES POLITIQUES LOCALES Le design actif permet d’innover dans ces différents champs de politiques publiques, en proposant une nouvelle réflexion sur les espaces publics et les équipements sportifs. Le design actif contribue aux objectifs de plusieurs politiques publiques existantes au sein des collectivités territoriales : ― Politique de santé, en incitant à pratiquer une activité physique régulière ― Politique de sport, en reliant les équipements sportifs, en développant de nouveaux aménagements sportifs dans l’espace public, en donnant de la visibilité aux activités sportives des clubs du territoire ― Politique d’aménagement urbain, en participant à la conception d’espaces publics agréables, attractifs, inclusifs ― Politique de mobilité et d’accessibilité, en favorisant le développement de parcours urbains actifs (marche, vélo) ― Politique de jeunesse, en créant des aménagements, du mobilier et des animations dédiés à l’activité physique des enfants Le design actif incite donc à travailler en transversalité entre les services de la collectivité, pour que l’espace public accueille différentes fonctions qui contribuent aux politiques précitées. → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 30GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Cours de sport dans l'espace public. © Libre de droit. 1.4.2 UN LEVIER POUR TRANSFORMER LA VILLE Le design actif croise plusieurs initiatives récentes qui cherchent à rendre la ville plus agréable pour toutes et tous et plus durable. COMMENT LE DESIGN ACTIF CONTRIBUE-T-IL À RENDRE LES VILLES PLUS INCLUSIVES ? La ville inclusive est un principe d’action qui se définit par la volonté d’accueillir tous les individus sur le territoire, y compris les publics fragilisés ayant besoin d’une attention particulière. L’objectif est de permettre un accès sans restriction aux espaces urbains. ― En s’adressant en priorité aux publics éloignés de l’activité physique ― En facilitant la pratique d’une activité physique pour tous les publics, grâce à des espaces adaptés (mise en place d’une approche usagers, de méthodes, de concertation) ― En démocratisant l’accès à l’activité physique, parfois limitée lorsque les équipements sportifs sont trop peu nombreux sur un territoire ― En offrant différentes possibilités d’itinéraires sur les espaces publics afin que chacun puisse adapter son parcours à ses capacités UNE ARTICULATION NATURELLE AVEC LES OBJECTIFS DE LA COLLECTIVITÉ → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 31GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Partie de basket en milieu urbain. © Libre de droit. COMMENT LE DESIGN ACTIF CONTRIBUE-T-IL À CRÉER DES VILLES À HAUTEUR D’ENFANTS ? La ville à hauteur d’enfants est un concept qui vise à rendre la ville plus hospitalière pour ces derniers et en faire à nouveau un lieu d’expérimentation, d’exploration et d’apprentissage qu’ils peuvent s’approprier. ― En proposant des activités et animations dans les rues des écoles permettant à ces derniers de s’approprier ces espaces et de pratiquer une activité physique adaptée et en sécurité. ― En ouvrant les cours d’écoles en dehors des temps scolaires pour qu’enfants et adultes pratiquent des activités physiques et sportives. UNE ARTICULATION NATURELLE AVEC LES OBJECTIFS DE LA COLLECTIVITÉ COMMENT LE DESIGN ACTIF CONTRIBUE-T-IL À LA VILLE DU QUART D’HEURE ? La ville du quart d'heure est un concept visant à mettre les fonctions essentielles du quotidien dans un rayon de 15 minutes à pied. Ce modèle, à nuancer selon les territoires, met surtout en avant l’importance de disposer d’équipements et services à proximité de chez soi. ― En offrant des opportunités de pratiquer une activité physique au quotidien à proximité de son domicile dans l’espace public. ― En renforçant les continuités urbaines et en créant des parcours propices au vélo et à la marche à pied (pour accéder plus facilement aux autres fonctions essentielles de la ville). → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 32GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Ville à hauteur d'enfants. © Libre de droit. © markus-winkler-Igwg8_HeEB8-unsplash COMMENT LE DESIGN ACTIF CONTRIBUE-T-IL À LA VÉGÉTALISATION DES VILLES ? La végétalisation des villes consiste à créer des espaces verts, agrandir la surface dédiée à la nature en ville, augmenter la part de biodiversité en ville. Cela a pour effet d’apaiser la ville et la rendre plus attractive pour les activités physiques et sportives. Le niveau d’intervention peut aller de l’action très ponctuelle dans une rue étroite ou déjà contrainte (utilisation des lampadaires, des pieds des arbres) à des interventions majeures plus iconiques comme les mails plantés. ― En créant des environnements favorables à la pratique physique et sportive (espaces ombragés, ventilés, meilleure qualité de l’air) et en superposant les parcours ludo-sportifs aux trames vertes et bleues lorsque cela est possible, c’est-à-dire sans compromettre leurs fonctions de préservation de la biodiversité. ― En animant les espaces verts dans la ville, ce qui les rend plus attractifs. AVIS D’EXPERTE ― CLARA ISABEL, Chargée de mission Village et Design Actif à la Direction des Sites et Infrastructures de Paris 2024 « Le design actif n’est pas une contrainte supplémentaire dans les projets urbains. C’est un levier pour répondre aux enjeux actuels de la ville. Ce concept d’aménagement permet en effet de faire la synthèse d’enjeux stratégiques déjà portés par les collectivités (initiatives sur la ville du quart d’heure, la ville à hauteur d’enfant, la ville active, verte, apaisée et inclusive, l’intégration de l’art et la culture dans la ville) et se fonde sur des courants de pensées de l’aménagement en cours de développement. Je pense à l’urbanisme favorable à la santé, ou encore à ce que l’on appelle la santé environnementale. Dans ce contexte, le design actif est un outil puissant pour décloisonner les mondes de l’urbanisme, de la santé et du sport. En raccrochant le design actif aux courants de pensées et aux enjeux d’aménagement actuels, il sera plus aisé de sensibiliser les aménageurs, architectes et prestataires. Il faut retenir aussi qu’intégrer le design actif dans une démarche de conception déjà en œuvre, c’est avant tout l’opportunité d’aller plus loin sur tous les enjeux énoncés précédemment. » UNE ARTICULATION NATURELLE AVEC LES OBJECTIFS DE LA COLLECTIVITÉ → LE DESIGN ACTIF, QU’EST-CE QUE C’EST ? 33GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Habitants profitant d'un parc. © Libre de droit. LE DESIGN ACTIF, OÙ S’INSPIRER ? 5 PROJETS À LA LOUPE Au travers des exemples de Biarritz, Calais, Strasbourg et Plaine Commune, c’est la diversité du design actif qui est mise en avant. La richesse et la complémentarité des objectifs poursuivis par les collectivités, pas seulement dans le domaine de la santé mais également de l’urbanisme, est un marqueur commun de ces démarches. Avec ces fiches, les porteurs de projets partagent leurs clés de réussite et points de vigilance. Des informations sur les modalités de montage et conduite du projet (publics cibles, stratégie de mise en œuvre, ressources mobilisées) y sont présentées afin de vous aiguiller opéra - tionnellement. .1 2 → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 35PARIS 2024 GUIDE DU DESIGN ACTIF Front de mer réhabilité, Calais. Crédits : Ville de Calais 2.1.1 LES CHEMINS DE LA FORME – BIARRITZ Les Chemins de la Forme sont des parcours « sport – santé » urbains qui permettent à chacun de pratiquer 30 minutes d’activité physique quotidienne. Ils sont identifiés par une signalétique discrète, tracés sur les itinéraires quotidiens de déplacement des habitants. CONTEXTE : UNE DÉMARCHE « SPORT – SANTÉ » PRÉCOCE En 2009, la ville de Biarritz lance une démarche sport-santé pour inciter les habitants et visiteurs à pratiquer une activité physique et sportive régulière. Quelques années plus tard, elle confie le pilotage de cette démarche à l’association Côte Basque Sport Santé. Rapidement l’association fait face au défi de l’intégration urbaine et paysagère des parcours sportifs envisagés, dans un espace public déjà très chargé en information. Elle conçoit alors le projet des Chemins de la Forme, parcours incitant à l’activité physique tout en préservant et valorisant le front de mer de la ville. LOCALISATION : PORTEURS DE PROJET : TEMPORALITÉ : INSTALLATIONS : POINTS CLÉS : Front de mer de Biarritz Ville de Biarritz et association Côte Basque Sport Santé Parcours inaugurés en 2013 Signalétique composée de clous et QR codes, mobilier urbain comme support des exercices physiques • Environ 450 utilisateurs par semaine (estimé grâce au flash des QR codes) • Une signalétique discrète qui s’intègre au paysage du front de mer • Des animations organisées par les clubs sportifs et la Ville pour renforcer l’attractivité du dispositif LES CHEMINS DE LA FORME DE BIARRITZ → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? PUBLIC CIBLE : Habitants et visiteurs FAMILLE DE DESIGN ACTIF : Parcours et trames 36GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Joggeuse sur les Chemins de la Forme, Biarritz. © Association Côte Basque Sport Santé. LES CHEMINS DE LA FORME DE BIARRITZ OBJECTIFS : CRÉER DES PARCOURS URBAINS POUR ENCOURAGER L’ACTIVITÉ PHYSIQUE ET SPORTIVE Les Chemins de la Forme sont des parcours « sport – santé » urbains qui incitent tous les individus à la pratique d’une activité physique régulière en créant des parcours adaptés sur les itinéraires de déplacement quotidiens. PARTIS-PRIS : ― Un public nouveau et non averti comme cible privilégiée ― Une intégration discrète dans le paysage ― Le mobilier urbain comme support de l’activité physique → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 37GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Logo des Chemins de la Forme © Association Côte Basque Sport Santé. Exercices physiques réalisés avec du mobilier urbain, Biarritz. © Association Côte Basque Sport Santé. LES CHEMINS DE LA FORME DE BIARRITZ DESCRIPTION : DES PARCOURS URBAINS ACTIFS ET ANIMÉS Les Chemins de la Forme se déclinent en deux parcours : Le Chemin de la Côte Basque (3,6 km) et Le Chemin du Phare (3,5 km). Ces itinéraires sont identifiés grâce à des clous de marquage au sol. Des QR codes proposent à intervalles réguliers des vidéos montrant des activités physiques et des informations historiques sur Biarritz. Ces exercices physiques sont accessibles aux personnes éloignées de la pratique sportive et validés par des experts médicaux et sportifs. Les informations accessibles par QR codes sont également décrites dans un guide mis à disposition dans plusieurs points de la ville (mairie, office de tourisme). Les zones accessibles à toutes et à tous et les portions présentant des difficultés (escalier, dénivellation) sont identifiées sur la carte. Afin d’animer ces parcours « sport-santé », et attirer les publics éloignés de l’activité physique, l’association a également mis en place les Rendez-Vous de la Forme. Ces animations régulières permettent aux associations sportives de la ville de présenter leur activité. Aujourd’hui, environ 28 Rendez-Vous de la Forme sont organisés chaque mois. → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 38GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Signalétique sur les Chemins de la Forme, Biarritz © Association Côte Basque Sport Santé. Clou de marquage au sol sur les Chemins de la Forme, Biarritz © Association Côte Basque Sport Santé. Réalisation : 15 000€ dont 7 000€ pour la réalisation des clous de balisage LES CHEMINS DE LA FORME DE BIARRITZ LES MODALITÉS : UNE GESTION DE PROJET PARTAGÉE 2009 2011 2013 2016 Création des Chemins de la Forme 1er Rendez-vous de la Forme Pilotage de la démarche confié à Côté Basque Sport Santé Lancement de la démarche Sport Santé 28 Rendez-Vous de la Forme par mois Exploitation : 11 000€ par an versés aux clubs sportifs partenaires sur la base de 28 rendez-vous par (Association Côte Basque Sport Santé) 800€ par an pour la maintenance et de renouvellement de la signalétique et des Chemins (Ville de Biarritz) BUDGET ET RESSOURCES Maitrise d’ouvrage : Ville de Biarritz Maitrise d’œuvre : Association Côte Basque Sport Santé Calendrier : Périmètre : Front de mer de Biarritz Publics cibles prioritaires : Habitants et visiteurs → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 39GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LES POINTS CLÉS : DES PARCOURS INTÉGRÉS DANS LEUR ENVIRONNEMENT ET ANIMÉS UNE SIGNALÉTIQUE DISCRÈTE, QUI S’INTÈGRE PARFAITEMENT DANS LE PAYSAGE ― Une signalétique très discrète composée de clous représentant le logo des Chemins de la Forme ― L’utilisation du mobilier urbain existant (bancs, escaliers) comme support de l’activité physique pour ne pas surcharger l’espace public et concevoir un projet aux coûts maitrisés ― Des recommandations d’exercices physiques accessibles grâce à des QR codes DES ANIMATIONS POUR ATTIRER LES PUBLICS ÉLOIGNÉS DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE ― Des rendez-vous réguliers pour faire connaitre les parcours et créer des habitudes d’utilisation ― Des séances organisées par les associations sportives de la ville ― Des informations sur l’histoire de la ville accessibles grâce à des QR codes pour attirer un public éloigné de l’activité physique « Sans les animations des clubs sportifs, les Chemins de la Forme n’auraient pas autant de succès. » Nicolas Guillet, Côte Basque Sport Santé Contact : Nicolas Guillet, cotebasquesportsante@gmail.com LES CHEMINS DE LA FORME DE BIARRITZ DES RESPONSABILITÉS CLAIREMENT RÉPARTIES ENTRE LA VILLE ET L’ASSOCIATION Association Côte Basque Sport Santé : ― Conception du projet ― Animation (hébergement des vidéos, moyens humains, animation des renddez-Vous de la Forme) Ville de Biarritz : ― Aspects techniques (choix des prestataires, entretien des parcours) → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 40GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Séance d'étirements sur les Chemins de la Forme, Biarritz © Association Côte Basque Sport Santé. LA RÉHABILITATION DU FRONT DE MER DE CALAIS 2.1.2 LA REHABILITATION DU FRONT DE MER – CALAIS Le projet de réhabilitation du front de mer vise à renouveler son image en créant des espaces de vie pour les calaisiens. Le projet s’articule autourde quatre façons de programmer l’espace public : bouger, contempler, jouer, découvrir. CONTEXTE : UNE PROMENADE DU FRONT DE MER À RÉHABILITER Le projet Action Cœur de Ville de Calais s’organise autour de la promenade calaisienne allant du théâtre au front de mer. La ville cherche à renforcer son image balnéaire et à redonner une place centrale aux piétons. En effet, le front de mer a toujours été un lieu prisé où l’automobile était très présente : les voitures passaient au plus près de la plage. Le projet vise à créer un quartier à trois dimensions : quartier d’habitation, espace de plein air et de loisir local, station balnéaire touristique. Si le design actif n’était pas conscient au départ, la ville a cherché à donner une place importante à l’activité physique, au sport et au jeu dans l'imaginaire du front de mer. LOCALISATION : PORTEURS DE PROJET : TEMPORALITÉ : INSTALLATIONS : POINTS CLÉS : Front de mer de Calais Ville de Calais Projet livré été 2021 Pôle sportif (skate-park, espace de street workout, city-stade, espaces de fitness), espaces pour les enfants (pelouses, tyrolienne, jardin de glisse, aire de jeux), promenade de 1,4 km, parc • La réalisation d’un espace de vie agréable et appropriable par les calaisiens. • Le design actif comme levier pour augmenter l’attractivité du front de mer. • La conception d’espaces iconiques, notamment pour les enfants, en sortant des catalogues standardisés d’équipements et mobiliers. FAMILLE DE DESIGN ACTIF : Projet multi-dispositifs → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 41GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Balançoire sur le front de mer, Calais © Fred Collier - Ville de Calais. LA RÉHABILITATION DU FRONT DE MER DE CALAIS OBJECTIFS : LE DESIGN ACTIF COMME LEVIER D’ATTRACTIVITÉ DU FRONT DE MER Partis pris à l’échelle du projet de réhabilitation du front de mer : ― Un quartier attractif sur le plan économique, touristique, culturel ― Une promenade piétonne et des modes de déplacement doux mis au premier plan ― Un front de mer attractif Si l’objectif premier du projet de réhabilitation n’est pas d’accroitre l’activité physique des usagers, le design actif permet néanmoins de répondre à l’objectif d’animation et d’attractivité du front de mer. « L’idée est d’offrir aux habitants et touristes un cadre de vie exceptionnel avec un lieu de promenade, de repos, et de loisirs de très grande qualité. Calais la plage fait la part belle au design actif avec ses nombreux équipements amenant les jeunes et les moins jeunes à la mobilité et à l’envie de pratiquer une activité sportive. » Natacha Bouchart, Maire de Calais. → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 42GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Skatepark sur le front de mer, Calais. © Fred Collier - Ville de Calais. Aire de jeux pour enfants sur le front de mer, Calais © Fred Collier - Ville de Calais. LA RÉHABILITATION DU FRONT DE MER DE CALAIS DESCRIPTION : UNE GRANDE PROMENADE PIÉTONNE ET ANIMÉE Le projet de réhabilitation a permis de créer une grande promenade piétonne, agrémentée d’une programmation attractive et variée. Une place importante est donnée au mobilier et aux jeux incitant au mouvement. Des parcours thématisés : ― Cheminements dédiés à la pause et à la contemplation avec des mobiliers spécifiques. ― Parcours jalonnés d’activités voués à la mobilité et à la découverte. Une programmation attractive : ― Programmation culturelle : Dragon de Calais (Conception François DELAROZIERE associé à La Machine), village gourmand avec des spécialités locales. ― Programmation ludique et sportive : ― Pôle sportif de 5 275m² composé d’un skate-park de 4 000m² labellisé Centre de Préparation aux Jeux, un espace de street workout de 405m², un city-stade de 495m², 2 espaces de fitness, des terrains de beach-volley. ― Des espaces dédiés et accessibles pour tous les enfants composés de pelouses, tyrolienne, jardin de glisse, aire de jeux inclusives, pour une surface totale de 2 695m² . ― Programmation évènementielle : Trois marchands pérennes et 12 cabanons estivaux accueillant diverses activités, comme de l’artisanat. → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 43GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Espaces de convivialité et de détente sur le front de mer de Calais. © Fred Collier - Ville de Calais. LA RÉHABILITATION DU FRONT DE MER DE CALAIS Prestataires : AMO étude urbaine et concertation pour la requalification du front de mer : Barton Wilmore International, Paysagiste : phase 1 : Philippe Thomas et Babylone / phase 2 : BASE Architecte : phase 1 : Caudron Associés / phase 2 : Face B, Concepteur lumière : phase 2 : ON Concepteur skate park : Connexions Sport Urbain LES MODALITÉS : LE DESIGN ACTIF INTÉGRÉ DANS UN PROJET D’AMÉNAGEMENT DE GRANDE AMPLEUR 2010 2013 2016 2018 2019 Été 2020 Concertations et programmation Lancement de la démarche Livraison Réalisation : Budget d’investissement (projet global de réhabilitation) : phase 1 : 17,9 M € TTC / phase 2 : 28,3 M € TTC Suivi interne : 3,5 ETP BUDGET ET RESSOURCES Maitrise d’ouvrage : Ville de Calais Maitrise d’œuvre : Phase 1 : Philippe Thomas, Babylone, Hexa Ingénierie Phase 2 : BASE, Ingerop, ON, Face B, Connexions sport urbain Calendrier : Périmètre : Front de mer de Calais Publics cibles prioritaires : Habitants et visiteurs Été 2021 Travaux 1re phase Lancement des travaux 2eme phase Phase transitoire avec aménagements ludiques temporaires → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 44GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LA RÉHABILITATION DU FRONT DE MER DE CALAIS LES POINTS CLÉS : DES PRINCIPES DE DESIGN ACTIF INTÉGRÉS À TOUTES LES PHASES DU PROJET UNE PROGRAMMATION CONTEXTUALISÉE ET ADAPTÉE ― Une programmation d’espaces ludiques et favorisant l’activité comme levier pour rendre le front de mer attractif ― La conception d’espaces iconiques et inclusifs, notamment pour les enfants, sortant des catalogues standardisés d’équipements et mobiliers ― De nouvelles méthodes de consultation (benchmarks, consultation auprès de designers) DES INTERVENTIONS ÉPHÉMÈRES FAISANT APPEL AU DESIGN ACTIF ― Une digue éphémère pour ouvrir le front de mer aux calaisiens et touristes à l’été 2020 malgré le retard des travaux dus à la COVID 19 ― Des aménagements légers faisant appel à des principes de design actif : peinture au sol pour réaliser des jeux, des labyrinthes, pistes, batailles navales et des panneaux des sept erreurs UNE POURSUITE DU TRAVAIL EN TRANSVERSALITÉ ― Deux groupes de travail internes, pilotés par le service Aménagement : Calais Ville Verte et Calais Ville Sportive. Un travail de pédagogie en interne pour inciter à innover par le design actif Contact : Mélanie Laheye, Directrice du projet Action Cœur de Ville, Ville de Calais Melanie.LAHEYE@mairie-calais.fr → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 45GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Jeux pour enfants sur le front de mer de Calais © Fred Collier - Ville de Calais. LE PLAN PIÉTON DE STRASBOURG 2.1.3 LE PLAN PIETON – STRASBOURG CONTEXTE : LA MARCHE, UN MODE DE DÉPLACEMENT ANCRÉ À STRASBOURG Le « plan piéton » de Strasbourg est composé de 11 principes, visant à promouvoir la marche, appliqués pour toutes nouvelles opérations de voirie et d’urbanisme. En 2010, la Ville de Strasbourg décide de se doter d’un document stratégique visant à promouvoir la marche. Constat de départ : La marche représente une part modale non négligeable à Strasbourg (un déplacement sur trois de ses résidents étant effectué exclusivement à pied). La marche ne se fait pas sans plaisir, sans attrait. Le marcheur est placé en interaction intime avec son environnement ; la qualité du cadre bâti et patrimonial, les nuisances automobiles, les espaces insuffisants ou peu entretenus jouent sur les comportements. Favoriser la marche à pied passe nécessairement par une réhabilitation de la dimension sensorielle du plaisir de marcher. 25 % des déplacements de moins d’un kilomètre se font encore en voiture, il est nécessaire de cibler en priorité ces usagers pour développer la marche. LOCALISATION : PORTEURS DE PROJET : TEMPORALITÉ : PUBLIC CIBLE : POINTS CLÉS : Strasbourg Métropole de Strasbourg Premier plan piéton lancé en 2013 Habitants et touristes • Le piéton placé au centre des aménagements urbains et de voiries • La création de continuités « marchées » à l’échelle du centre-ville • La prise en compte des besoins des publics ciblés (enfants, personnes âgées, femmes) INSTALLATIONS : Cheminements piétons clairement identifiés sur la voirie, cartographie → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 46GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Rue piétonne, Strasbourg © Jean-François Badias pour la Métropole Européenne de Strasbourg. LE PLAN PIÉTON DE STRASBOURG → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? OBJECTIFS : FAVORISER LA MARCHE AU QUOTIDIEN ― Accorder plus de place aux piétons dans tous les aménagements urbains et de voirie ― Créer un réseau piétonnier « magistral » reliant les principaux points de la ville ― Sécuriser les déplacements piétons et les rendre plus agréables ― Requalifier l’espace public en diminuant la place de la voiture 47GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Passage piéton coloré. © Libre de droit. LE PLAN PIÉTON DE STRASBOURG DESCRIPTION : 10 GRANDS PRINCIPES POUR FAVORISER LA MARCHE Le premier plan piéton a été mis en place sur la période 2013 – 2020. Un deuxième plan piéton a été adopté en mai 2021. Dix grands principes pour favoriser la marche : 1. ― Promouvoir la marche (actions événementielles et partenariales, supports de communication cartes chiffrées, marquages et signalétique) 2.― Accorder plus de place aux piétons (tendre vers 50 % de l’espace public façade à façade consacré aux piétons/vélos) 3.― Désamorcer les conflits piétons-vélos 4.― Utiliser les documents d’urbanisme pour améliorer la perméabilité du territoire 5.― Instaurer le 1% piéton à l’occasion des projets de transports publics (tram, bus à haut niveau de service…) 6.― Encourager la démarche des pédibus dans les écoles de la ville de Strasbourg 7.― Renforcer la perméabilité piétonne des axes 50 (améliorer la co-visibilité à travers la suppression des masques aux abords des passages piétons, amélioration de l’éclairage) 8.― Mieux traiter les carrefours pour piétons 9.― Traiter et planifier les ouvrages d’art stratégiques du réseau piéton (traiter en profondeur les infrastructures ou voies d’eau qui sont des éléments de coupure au bon cheminement pédestre) 10.― Réaliser un réseau favorable aux piétons et liant de façon directe les centralités de quartier distantes de moins de 2 km. → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 48GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Réseau piéton reliant les centralités de la ville de Strasbourg. © Métropole Européenne de Strasbourg. À ce jour, de premiers axes ont été réalisés entre la gare ferroviaire, la gare routière et le centre-ville. De nouveaux axes sont en cours de réalisation : ― Centre-ville – Parlement européen. ― Centre-ville – frontière franco-allemande. ― Boucle autour du centre-ville. Pour informer les piétons, la ville a fait le choix de ne pas avoir recours à une signalétique ou un marquage au sol particulier mais de déployer 600 cartes derrière les abris bus pour orienter les piétons et indiquer les temps de marche. Cela permet également d’encourager l’intermodalité. Des projets complémentaires en cours de réalisation dans le cadre du « plan piéton 2 » : ― Inscrire les kilométrages sur le réseau cyclable pour inciter à la marche par des défis. ― Relier trois parcs du centre de Strasbourg par un cheminement piéton et vélo sans interruption et plus généralement relier les quartiers résidentiels aux espaces verts. ― Étendre le plan marche aux quartiers au-delà du centre-ville et notamment quartiers NPNRU. ― Supprimer les places de stationnement en amont des passages piétons. LE PLAN PIÉTON DE STRASBOURG → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 49GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Plan des voies piétonnes du centre de Strasbourg. © Métropole Européenne de Strasbourg. Conception : Réflexion stratégique et conception menées par la Direction de la mobilité Exploitation : Ressources humaines : deux personnes au sein de la Direction de la mobilité à temps partiel sur le projet 2012 Novembre 2021 Lancement du 1re plan piéton Inauguration des premières actions : Ring vélo court terme itinéraire pour réduire les confli piéton vélos BUDGET ET RESSOURCES : Maitrise d’ouvrage : Ville de Strasbourg et Eurométropole de Strasbourg Calendrier : Périmètre : ― Initialement dans le centre-ville de Strasbourg avec une volonté de s’étendre au reste de la ville Publics cibles prioritaires : Habitants et visiteurs Réalisation : ― Projet piloté par la Direction de la mobilité en partenariat avec les directions de l’aménagement et de la voirie et le SIRAC ― Pas de budget dédié mais des enveloppes incluses dans les projets urbains existants (trame verte et bleue, projet d’aménagement, projet de voirie, aménagements cyclables, transports en commun) 2020 Finalisation de la 1re magistrale Mai 2021 Lancement du 2eme plan piéton LE PLAN PIÉTON DE STRASBOURG → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? LES MODALITÉS : DEUX PLANS PIÉTONS ÉLABORÉS DEPUIS 2012 50GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LES POINTS CLÉS : LE PIÉTON AU CŒUR DES AMÉNAGEMENTS UN PLAN PIÉTON ARTICULÉ AUX AUTRES MOBILITÉS ― Des conflits vélos – piétons désamorcés ― Une intermodalité renforcée entre la marche et les transports en commun ― Des continuités urbaines renforcées par des carrefours sécurisés DES CHEMINEMENTS PIÉTONS DE HAUTE-QUALITÉ ― Des « magistrales » (axes piétons majeurs) conçus comme une expérience urbaine, architecturale et touristique à part entière ― Des articulations avec la trame verte et bleue ― Des aménagements pour rendre les rues agréables : végétalisation, nombreuses assises, trottoirs larges, ségrégation des modes REPENSER LA PLACE DU PIÉTON DANS LES PROJETS URBAINS ― Une nécessité de concevoir l’espace à partir des besoins du piéton et non de la voiture ― Une organisation de travail transversale entre les directions de la ville UN TRAVAIL APPROFONDI SUR LES BESOINS DE CERTAINS PUBLICS CIBLES ― Un itinéraire piéton sécurisé jusqu’à l’école pour les enfants ― Des aménagements favorisant la marche chez les séniors (bancs) ― Une réflexion autour d’aménagements favorisant l’appropriation de l’espace public et de la marche par les femmes LE PLAN PIÉTON DE STRASBOURG → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 51GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Bancs iconiques sur une voie piétonne, Strasbourg. © Jérôme Dorkel, Strasbourg Eurométropole. LA TRAME ACTIVE, LUDIQUE ET SPORTIVE DE PLAINE COMMUNE 2.1.4 TRAME ACTIVE ET LUDO-SPORTIVE DE PLAINE COMMUNE La trame active, et ludo-sportive de l’Etablissement Public de Plaine Commune vise à promouvoir la pratique physique et sportive dans l’espace public en renforçant sa place dans les schémas urbains existants. Elle s’adresse en particulier aux publics éloignés de l’activité physique. CONTEXTE : DES PRATIQUES SPORTIVES À RENFORCER SUR LE TERRITOIRE Plaine Commune souhaite faire des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 un héritage pour un territoire insuffisamment doté en équipements sportifs et dont une partie des habitants reste éloignée du sport. Toute chose égale par ailleurs, il faudrait que le territoire double son nombre d’équipements afin d’atteindre le niveau régional francilien. Or, la forte pression démographique et les faibles disponibilités foncières rendent cet objectif difficilement atteignable à court terme. La pratique sportive est également moins répandue sur ce territoire où 22% des habitants de 15 ans et plus ne pratiquent aucune activité physique, contre 14% aux échelles métropolitaine et régionale. Par ailleurs, les attentes et modes de pratique évoluent et se diversifient, la Covid-19 ayant accéléré ces transformations. Sur le territoire de Plaine Commune, l’activité physique et sportive est aujourd’hui principalement réalisée à proximité du domicile dans l’espace public et en soirée. → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 52GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Cheminement coloré sur le square des Quatre Routes Maria Montessori. © Christophe Fillieule, Plaine Commune. LA TRAME ACTIVE, LUDIQUE ET SPORTIVE DE PLAINE COMMUNE OBJECTIFS : INSCRIRE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE DANS LES PROJETS DE DÉVELOPPEMENT URBAIN L’objectif de Plaine Commune est donc d’inscrire l’activité physique et sportive au cœur du développement urbain. Pour cela, l’Etablissement Public Territorial décide de compléter le maillage d’espaces publics favorables au sport et à la santé en travaillant sur une trame active et sportive aux horizons 2024 et 2030. PARTIS-PRIS : ― Une attention particulière portée aux publics éloignés de l’activité physique, en créant une trame adaptée à la pratique des sportifs aguerris comme des personnes pas ou peu sportives. ― Une trame dirigée à la fois vers la pratique encadrée par des clubs, des coachs et auto-organisée. ― Une vision complémentaire entre les quartiers créant des connexions dans un territoire fracturé, notamment par les infrastructures de transport. ― Une volonté de rendre la ville attractive et agréable, en axant la trame sur la recherche d’une qualité paysagère et donnant une place importante à la nature. LOCALISATION : PORTEURS DE PROJET : TEMPORALITÉ : FAMILLE DE DESIGN ACTIF : PARTENAIRES : Ensemble du territoire de Plaine Commune Ensemble du territoire de Plaine Commune Projet en cours Parcours et trames Institut Régional de Développement du Sport (IRDS), GBaslé Consultant POINTS CLÉS : • La prise en compte de l’activité physique dans les schémas de développement urbain existants • Une priorité donnée aux publics éloignés de l’activité physique PUBLIC CIBLE : Publics éloignés de l’activité physique et sportive → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 53GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Œuvre de street art sur l'avenue Louise Allavoine © Plaine Commune. LA TRAME ACTIVE, LUDIQUE ET SPORTIVE DE PLAINE COMMUNE DESCRIPTION : TROIS AXES MAJEURS POUR DÉVELOPPER L'ACTIVITÉ PHYSIQUE Le schéma d’intention de la trame s’étend sur plus de 110 km. Il s’articule autour de trois axes majeurs qui forment sa colonne vertébrale et la structurent à l’échelle de Plaine Commune : 1. ― Axe Seine et Canal 2. ― Axe Héritage des Jeux 2024 3.― Axe Nord / Sud 10 axes complémentaires irriguent l’ensemble du territoire. Ces différents axes connectent des pôles majeurs d’attraction du territoire : équipements sportifs, culturels, de santé ou d’enseignement, espaces de nature, éléments patrimoniaux, parvis de gare. Certains axes présentent des connexions potentielles avec des publics éloignés de la pratique sportive (quartiers prioritaires de la ville par exemple) quand d’autres s’inscrivent dans une approche plus touristique, à proximité d’un patrimoine remarquable. Une attention particulière est portée sur l’attraction des « peu ou pas sportifs », sur les conditions de la pratique (de l’ombre, de l’eau, des abris…), et sur une complémentarité entre l’offre en accès libre dans l’espace public et l’offre équipementière. La trame est aujourd’hui encore au stade de projet. Les axes tels qu’ils sont dessinés aujourd’hui ne laissent pas présager d’un tracé précis : ce sont des intentions qui s’appuient, notamment, sur les grandes orientations d’aménagement du territoire et qui présentent des temporalités de réalisation différentes. En fonction des échéances et de la composition urbaine des projets, la trame prendra des formes différentes et une place plus ou moins importante. ― CÉLINE DAVIET, Directrice de la Mission Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, Plaine Commune « L’Etablissement Public Territorial n’a pas la compétence « sport » mais, au travers de notre compétence « espace public » et de cette trame, nous travaillons avec les communes pour se placer en complément des équipements existants et inciter les clubs sportifs et les individuels à s’approprier ces espaces ». → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 54GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Plan de la trame active, ludique et sportive de Plaine Commune © Institut Paris Region. LA TRAME ACTIVE, LUDIQUE ET SPORTIVE DE PLAINE COMMUNE Etude de Conception : ― Une étude copilotée par la mission Jeux Olympiques et Paralympiques et la délégation à la stratégie territoriale ― Des animations d’ateliers au sein de l’EPT pour définir le schéma d’intention de la Trame réalisées avec l’IRDS et le programmiste GBaslé Consultant Réalisation (projections) : ― Une mise en œuvre de la Trame copilotée par la direction de l’espace public et la mission Jeux Olympiques et Paralympiques ― Des ressources allouées au sein des budgets des différentes opérations d’aménagement 2019 Mars 2021 2024 2030 Publication du schéma d’intention Lancement étude IRDS Héritage Exploitation (projections) : ― La maintenance et le renouvellement (ex : entretien, propreté) assurés par le pôle services urbains de proximité de Plaine Commune ― Des animations de l’espace public mises en œuvre de manière conjointe avec les villes, le département de la Seine-Saint-Denis et d’autres partenaires (budget de fonctionnement non défini à ce stade) BUDGET ET RESSOURCES Maitrise d’ouvrage : Etablissement Public Territorial de Plaine Commune Maitrise d’œuvre : Les maitrises d’œuvre de chaque projet urbain, chaque nouvel espace public devront intégrer la Trame dans leurs travaux Calendrier : Périmètre : Intégralité du territoire de Plaine Commune Publics cibles prioritaires : Publics éloignés de l’activité physique et sportive Le déploiement de la Trame se fera au gré des opérations d’aménagement, de réhabilitation d’espaces publics, de rénovations urbaines jusqu’en 2030. Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? LES MODALITÉS : UNE TRAME DÉPLOYÉE AU GRÉ DES OPÉRATIONS D’AMÉNAGEMENT 55GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LA TRAME ACTIVE, LUDIQUE ET SPORTIVE DE PLAINE COMMUNE LES POINTS CLÉS : L’ACTIVITÉ PHYSIQUE INSCRITE DANS LE DÉVELOPPEMENT URBAIN À L’ÉCHELLE DU TERRITOIRE UNE TRAME ACTIVE QUI CONFORTE LES PLANS DÉJÀ MIS EN ŒUVRE SUR LE TERRITOIRE ― Des enjeux d’activité physique et sportive pris en compte chaque fois que possible dans les projets urbains (opérations d’aménagement, franchissements, réhabilitations d’espaces publics, etc.) ― Les aménagements incitants à l’activité physique intégrés dans les trames qui structurent le territoire (Trame verte et bleue, Plan Vélo, Plan Marche…). UNE DÉMARCHE PARTENARIALE ENCLENCHÉE ― Une trame conçue avec les acteurs du territoire (communes, mouvement sportif, acteurs de la santé, bailleurs sociaux, gestionnaires d’équipements) pour assurer sa complémentarité avec l’existant et son animation. ― Un travail partenarial entre les services de la collectivité (exemple : aménagement, espace public, rénovation urbaine, mobilité etc.) et des villes (sport, jeunesse, culture) pour intégrer le projet de trame aux autres politiques sectorielles. UN EFFORT POUR SORTIR DES CATALOGUES D’ÉQUIPEMENTS ― Des spots variés adaptés à la diversité des pratiques et pratiquants sortant des réponses standardisées sur « catalogue ». ― Une libre appropriation des espaces et une rotation des activités sur un même lieu au cours de la journée ou de la semaine. CONTACT : CÉLINE DAVIET, Directrice de la Mission Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, Etablissement public territorial de Plaine Commune, Celine.daviet@plainecommune.fr UNE VISION COMMUNE SUR LA PLACE DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE DANS LES PROJETS URBAINS ― Des modalités de gestion et d’entretien sur le long terme pris en compte dès la conception du projet. ― Une complémentarité entre l’offre en équipement et l’offre en accès libre. ― Des conditions d’encadrement de la pratique libre et d’animation des espaces publics prévues dès l’amont du projet (travail avec les maisons sport-santé et les villes, location de matériel, coachs ponctuels). → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 56GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Piste cyclable mise en valeur par l'artiste Zest © Pierre Le Tulzo, Plaine Commune. LES COURS D’ÉCOLE ACTIVES 2.1.5 DES AMENAGEMENTS ACTIFS À DESTINATION DES ENFANTS : COURS D’ÉCOLES ACTIVES & RUE DES ENFANTS Les cours d’école actives sont des espaces mixtes et non genrés favorisant l’activité physique des enfants au quotidien. Elles sont appropriables par tous les élèves grâce à des interventions légères (aménagement, mobilier, végétalisation). Les rues des enfants sont des rues fermées à la circulation devant les écoles permettant aux enfants de se déplacer en sécurité et s'approprier l’espace public. CONTEXTE : UN PROJET GÉNÉRATION 2024 Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 souhaite contribuer au renforcement de la place de l’activité physique et sportive en France. Pour concrétiser cette ambition, le programme Génération 2024, conçu avec le Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, vise à renforcer la place de l’activité physique, du sport et de ses valeurs dans le quotidien des jeunes de la maternelle à l’université. Dans cette approche globale, Paris 2024 promeut notamment la transformation des cours d’école pour les rendre plus favorables à l’activité physique et sportive et à l’égalité des genres, une mesure qui figure systématiquement parmi les principales recommandations pour lutter contre la sédentarité infantile notamment. INSTALLATIONS : POINTS CLÉS : Marquage au sol et au mur, mobilier (passerelles, parcours, jeux), signalétique, relief • Des interventions légères encourageant l’activité physique • Des espaces librement appropriables par tous les enfants • Des méthodes de conception participatives avec les enfants TYPE DE DESIGN ACTIF : Aménagements légers sous forme de dispositifs ponctuels (mobilier, peinture, structures de jeux) → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 57GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Aménagements légers et colorés dans une cours d'école © Libre de droit. LES COURS D’ÉCOLE ACTIVES OBJECTIFS : 30 MINUTES D'ACTIVITÉ PHYSIQUE QUOTIDIENNE POUR LES ENFANTS À L'ÉCOLE PARTIS-PRIS DES COURS D’ÉCOLE ACTIVES ― Des espaces dynamiques favorisant l’activité physique libre et spontanée. ― Des espaces communs mixtes favorisant le partage et les échanges entre tous les enfants. Il peut être utile de prévoir des espaces différenciés permettant une cohabitation apaisée des différents usages (dépense physique, repos, etc.). ― Une stimulation du plaisir d’apprendre et des compétences psychosciales des enfants (inviter à la créativité, à la liberté de pratique, encourager la manipulation et l’exploration, favoriser la socialisation). ― Des cours de récréation ouvertes aux habitants du quartier en dehors du temps scolaire pour favoriser le lien social et l’activité physique de tous les publics. ― Une ouverture de la salle d’activité physique et sportive sur la cours de récréation permet de développer les potentialités des cours d’EPS et favorise sa mutualisation avec le quartier. PARTIS-PRIS DES RUES DES ENFANTS ― Des modes actifs encouragés à proximité de l’école (marche, vélo, roller), ce qui implique de développer des espaces pour le stationnement ou le rangement de ces équipements. ― Des activités physiques aux abords des écoles favorisées par l’appropriation de l’espace public par les enfants (et leurs accompagnants). ― De nouveaux usages de l’espace public et de la voirie, conçus désormais comme un espace partagé et non plus seulement comme un espace circulé. → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 58GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Structure de jeux pour enfants. © Libre de droit. Enfant descendant un toboggan. © Libre de droit. LES COURS D’ÉCOLE ACTIVES DESCRIPTION : LE DESIGN ACTIF APPLIQUÉ AUX COURS DE RÉCRÉATION UNE COUR D’ÉCOLE ACTIVE SE COMPOSE DES ÉLÉMENTS SUIVANTS : ― Des marquages au sol et au mur qui incitent le mouvement (escaliers multicolores, pistes, tracés…) Le relief peut également contribuer à cet objectif. ― Du mobilier et infrastructures qui diversifient les possibilités de jeux (passerelles en bois, parcours, façades pour grimper, tester son équilibre, bureaux debout…). ― Des espaces végétalisés, lieux d'explorations, de découvertes et de sensibilisation aux enjeux de la transition écologique. Une rue des enfants se compose des éléments suivants : ― Une rue que l’on ferme à la circulation (de manière temporaire ou définitive) pour que les enfants puissent jouer librement sur toute sa largeur en sécurité. Des infrastructures de jeux peuvent être installées et des animations organisées. ― Un chemin actif et ludique autour de l’école pour inciter les élèves à utiliser au quotidien les mobilités douces pour se rendre à l’école. AVIS D’EXPERTE ― MARIE BARSACQ, Directrice exécutive Impact et Héritage de Paris 2024 « Ce programme éducatif a pour ambition de mobiliser l’ensemble de la communauté éducative autour de la pratique sportive, de l’apprentissage à travers les Jeux, des valeurs olympiques et paralympiques et de l’engagement citoyen. Dans la perspective des Jeux de Paris 2024, nous souhaitons améliorer le bien-être des jeunes et accompagner leur construction en tant que citoyens. » → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 59GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Cours oasis de l'école Charles Hermite. © Laurent Bourgogne - Ville de Paris. Sept. - Oct. Nov. - Janv. Janv. - Juin Juil. - Août Concertation avec l’équipe pédagogique et les services techniques (étude technique, élaboration du cahier des charges) Ateliers de co-conception avec les élèves Travaux Exemple Calendrier : Périmètre : cours de récréation et abords de l’école Publics cibles prioritaires : enfants Lancement du marché LES COURS D’ÉCOLE ACTIVES → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? LES MODALITÉS : DES INTERVENTIONS LÉGÈRES POUR DES COURS D’ÉCOLES PLUS ACTIVES 60GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Marquage : Marquage thermocollé marelle : 200€ Marquage thermocollé piste de course : 1 500€ Marquage peint : 10 à 20€ le m² Revêtement acrylique : 50 à 100€ le m² Mur escalade : Kit 128 prises d’escalade avec visserie : 500 à 800€ 2 panneaux d’escalade extérieurs en contreplaqué : 800 à 1 000€ Travaux d’installation : 2 000€ Parcours : Parcours d’obstacles à suspendre : 150 à 200€ Piétonnisation : Piétonnisation d’une portion de rue avec marquage au sol : 20 000€ (détails) Mobilier actif pour l’intérieur des classes : Achat de matériel pour créer un espace multisensoriel dans une classe : 1 500€ Aménagement de 4 classes et d’un espace sensoriel dans un collège : 120 000€ (détails) Etude préalable Etude de faisabilité : 10 000€ Pistes de financement : ― La collectivité locale (écoles), le Conseil départemental (collège), le Conseil Régional (lycée) ― L’académie / le rectorat ― L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) et le Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine 2024 – 2030 ― La Dotation Politique de la Ville (DPV) : appel à projets ― La Dotation de Soutien à l’Investissement Local (DSIL) ― La Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux (DETR) ― Le Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) ― Plateforme de financement participatif Trousse à Projets ― Prêts de la Banque des Territoires ― Appels à fonds libres de la Chambre de Commerce et d’Industrie ― Mécénat des entreprises et financements privés LES COURS D’ÉCOLE ACTIVES → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? BUDGET ET RESSOURCES 61GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LES POINTS CLÉS : DES ENFANTS ACTEURS DU PROJET DES ESPACES SCOLAIRES PLUS ADAPTÉS À L’ACTIVITÉ PHYSIQUE Des espaces appropriables Des jeux permettant de développer l’imagination Une sécurité renforcée aux abords des écoles DES ENFANTS TRÈS IMPLIQUÉS ― Une équipe projet constituées des élèves, équipes pédagogiques, services techniques, parents, directeurs, élus ― Des ateliers de co-conception avec les enfants ― Des enfants ambassadeurs de l’activité physique auprès de leurs accompagnants (déplacements actifs vers l’école plutôt qu’en voiture, activités à l’école ou devant l’école hors du temps scolaire) DES COURS D’ÉCOLE PLUS INCLUSIVES ― Des aménagements prenant en compte les besoins des personnes en situation de handicap ― Des espaces de jeux appropriables par tous les enfants, mixtes et non genrés DES RÉPONSES AUX ÉVOLUTIONS ACTUELLES DE LA VILLE ― Ville à hauteur d’enfants : des cheminements vers l’école adaptés aux enfants, créant de la continuité dans le parcours de l’élève entre son lieu de vie et l’école ― Ville du quart d’heure : l’école comme un lieu de loisir actif à l’échelle du quartier grâce à l’ouverture des cours de récréation hors des temps scolaires RESSOURCES UTILES : ― Guide Aménager la Cour de récréation – Académie de Poitiers ― Rapport interministériel « Favoriser la rénovation du patrimoine scolaire des quartiers populaires » (2017) ― Les Cours Oasis - Ville de Paris ― Guide Bien réussir un projet de rénovation ou d’amélioration d’une école - Fédération des centres de services scolaires du Québec ― Guide Aménager la Cour de récréation - Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec ― Des guides « Bâtir l’École » relatifs à la conception et l’aménagement des espaces scolaires seront publiés par le Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports en janvier 2022. LES COURS D’ÉCOLE ACTIVES → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 62GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Cours oasis au Lycée Français d'Anvers © Ville de Paris. REGARD INTERNATIONAL La Cité du design de Saint-Étienne a mobilisé son réseau « Villes UNESCO – Villes Créatives du design » pour recueillir des exemples de projets de design actif. Trois initiatives menées par des villes de ce réseau illustrent la diversité des formes prises par le design actif : ― Graz (Autriche) : 200 animations pour l’activité physique ― Montréal (Canada) : le design actif devient une stratégie territoriale ― Settimo Torinese (Italie) : des couleurs pour se mettre en mouvement .2 2 → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 63PARIS 2024 GUIDE DU DESIGN ACTIF Aménagements et marquage au sol sur une aire de jeux pour enfants © Libre de droit. REGARD INTERNATIONAL « LET’S GO GRAZ » – 200 ANIMATIONS POUR PROMOUVOIR L’ACTIVITÉ PHYSIQUE L’objectif de la démarche est d’inciter tous les habitants de Graz, et en particulier les non-sportifs, enfants et personnes âgées, à pratiquer une activité physique et mettre les clubs sportifs à l’honneur. De mars à décembre 2021, environ 200 projets ont été proposés par la ville et plus de 150 clubs sportifs et associations pour inciter à la pratique d’une activité physique régulière. Quelques exemples d’animation : ― De juillet à août, des activités physiques (sports d’eau, cours d’essais) ont été proposées sur les berges de la Mur, lieu de vie populaire en été. ― Fin août, la ville a organisé le premier « Special Olympics Dance Sport World Championships » qui a accueilli une centaine de danseurs de 15 pays différents pour promouvoir l’activité physique pour les personnes en situation de handicap. ― En octobre, à l’occasion du marathon de la ville, les habitants ont été invités à parcourir leur « marathon personnel » en parcourant 42 kilomètres en marchant ou en courant, entre le 10 et le 31 octobre. Pour en savoir plus : Let's go! Graz - The sports year from March 1st to December 31st, 2021 (letsgograz.at) → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 64GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Coureurs de marathon en ville. © Ville Graz. Affiche de l'initiative "Let's Go Graz" © Ville Graz. « MONTRÉAL PHYSIQUEMENT ACTIVE » LE DESIGN ACTIF DEVIENT UNE STRATÉGIE TERRITORIALE Lancée en 2014, la démarche « Montréal physiquement active » vise à mettre en place des environnements favorables afin de faire bouger les montréalaises et montréalais. Des plans d’action ont été élaborés par une centaine de partenaires issus du sport, de l’activité physique et du transport actif. Quelques exemples d’actions menées dans le cadre de cette démarche : ― Programme d’implantation des rues piétonnes et partagées (2015 – 2024) : le programme offre un soutien financier et technique aux dix-neuf arrondissements pour la mise en œuvre de projets de piétonnisation pour inciter à la marche. Les projets déployés sont variés : repartage de la rue entre les modes de déplacement, embellissement, verdissement et animation du domaine public. La démarche se caractérise par des interventions tactiques temporaires avant pérennisation, permettant à la Ville d’améliorer les projets et aux citoyens de se les approprier. ― Parcours verts et actifs depuis 2015 : le projet Parcours Verts et Actifs mise depuis 2015 sur la création de 4 parcours d’environ 5km pour favoriser l’activité physique et sportive chez les jeunes. Appuyés par une application mobile collaborative (les citoyens sont invités à soumettre des points d’intérêt via l’application) et une signalétique distincte pour chaque parcours, ils connectent les ruelles existantes. Cette initiative permet de développer les déplacements actifs et offrir des trajets alternatifs et agréables. Pour en savoir plus : https://mpa.montrealmetropoleensante. ca/home REGARD INTERNATIONAL → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 65GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Couverture d'une publication de la ville de Montréal sur le design actif © Ville de Montréal. Logo de l'initiative "Montréal Physiquement Active" © Ville de Montréal. SETTIMO TORINESE (ITALIE), POSTO GIUSTO PER – DES COULEURS POUR SE METTRE EN MOUVEMENT L’extension récente de la zone piétonne de la ville de Turin a été l’occasion de lancer « Posto guisto per », un projet d’intervention urbaine qui active l’espace public. À travers des graphismes au sol qui représentent des jeux, principalement dédiés à un public jeune et laissant une grande place à l’imagination, il incite à l’activité physique. Ces différents « appels à l’action » sont répartis dans les rues et visent à attirer l’attention des piétons et à les impliquer dans des activités simples qui peuvent être facilement partagées avec les autres. REGARD INTERNATIONAL → LE DESIGN ACTIF OÙ S’INSPIRER ? 66GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Marquage coloré au sol, Turin, © Ville de Turin. Signalétique colorée incitant à utiliser l'espace public © Ville de Turin. LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? CONTEXTUALISER MON PROJET Ce chapitre a été conçu comme une aide pour la collectivité souhaitant lancer une initiative de design actif . Cette première partie (3.1) invite la personne en charge de l’initiative à penser son projet selon quatre grandes familles de dispositifs. Des modes d’actions (3.2) et des clés pour réussir son projet (3.3) lui sont ensuite proposés. 3.1 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 68GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Espace végétalisé et parcours urbains. © Libre de droit. CONTEXTUALISER MON PROJET → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? DES DISPOSITIFS VARIÉS PERMETTANT DE S’ADAPTER AU CONTEXTE LOCAL Pour une collectivité qui souhaite déployer le design actif sur son territoire, la question du dispositif à mettre en place se pose rapidement. En considérant un « dispositif » comme un ou plusieurs aménagements déployés dans un lieu ou un territoire (cf. schéma), il est possible de structurer la réflexion autour de quatre grandes familles de dispositifs. Ils se caracté - risent selon l’échelle considérée, les aménagements projetés, l’ambition souhaitée . Le schéma propose quatre grandes familles pour structurer la réflexion. A ― Aménagement ponctuel et peu contraignant dans l’espace public ou des bâtiments. Exemple : peinture et marquages au sol dans le cadre d’une opération de piétonnisation d’une rue d’école (cf. Fiche projet). B ― Projet urbain intégrant plusieurs aménagements de design actif. Exemple : réaménagement du front de mer par la Ville de Calais, avec intégration d’espaces de fitness, aires de jeux, skate-park (cf. Fiche projet). C ― Trame et nouveau parcours urbain favorisant les mobilités actives. Exemple : le plan piéton de Strasbourg et ses « magistrales piétonnes » (cf. Fiche projet). D ― Stratégie globale de design actif incluant tout ou partie des dispositifs précités avec la volonté d’adresser les différents territoires de la collectivité. Exemple : La conception d’une trame active et sportive à l’échelle du territoire de Plaine Commune (cf. Fiche projet). 69GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 PLUSIEURS MODES D’ACTION POUR ME LANCER Trois modes d’action possibles sont suggérés ici pour initier une démarche de design actif : 1 ― Expérimenter 2 ― Systématiser 3 ― Planifier 3.2 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 70GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Superkilen, Copenhague. © Libre de droit. 1. J’EXPÉRIMENTE 2. JE SYSTÉMATISE 3. JE PLANIFIE J’initie un premier projet de design actif pour ensuite étudier son déploiement à d’autres lieux Je diffuse le design actif dans les projets d’aménagement (ex : intégration dans les appels d’offres) J’élabore une stratégie du design actif sur mon territoire en lien avec les autres politiques publiques Chacun de ces modes d’action est adapté pour se lancer dans le déploiement du design actif. La volonté de concrétiser rapidement un premier projet et de saisir l’opportunité d'un projet d’aménagement, ou à l’inverse celle de poser dans un premier temps une stratégie territoriale permettront de guider le choix du mode d’action. Quel que soit le mode d’action retenu, plusieurs facteurs de réussite viendront jalonner le déploiement du design actif par la collectivité. Se mettant dans la peau d’un(e) chef(fe) de projet au sein de la collectivité, il est proposé 8 clés pour mener à bien son initiative. Leur séquencement et leur importance relative pourront être modulés selon qu’il s’agit d’une opération ciblée ou une démarche stratégique. Pour s’engager dans une démarche ou un projet de design actif plusieurs modes d’action se présentent à la collectivité selon les opportunités, le dispositif qu’elle souhaite privilégier ou encore son niveau d’ambition. Trois modes d’action sont ici proposés : l’expérimentation, la systématisation, la planification. 1. J’expérimente sur un projet. La collectivité peut se lancer dans une première expérience de design actif. Cela peut prendre la forme d’un aménagement léger. Par exemple des marquages aux sols aux abords d’une école peuvent être testés avant d’être pérennisés ou dupliqués à d’autres écoles une fois les premiers retours d’expérience connus. La première expérience peut aussi prendre la forme d’un projet plus structurant. Pour sa première réalisation, la Ville de Calais a opté pour l’intégration de plusieurs aménagements de design actif temporaire dans son projet de réaménagement du front de mer pendant la phase de travaux. 2. Je systématise les dispositifs de design actif dans mes projets d'aménagement. Certains acteurs choisissent de systématiser d’emblée l’intégration du design actif dans leurs réalisations. Déjà convaincus des bienfaits et de la nécessité de son déploiement, ils peuvent l'exiger et l'intégrer dans leur cahier des charges à l'instar des critères environnementaux. C’est l’option retenue par la SOLIDEO qui intègre systématiquement le design actif dans ses consultations d’aménagement. 3. Je planifie le design actif sur mon territoire. Une autre possibilité pour la collectivité consiste à élaborer d’abord une stratégie à l’échelle du territoire. Ce mode d’action se rapproche d’un exercice de planification. Il peut traduire le souhait de bien adresser les différents lieux ou populations d’un territoire. C’est le choix retenu par l’Etablissement public territorial de Plaine Commune dans son projet de trame active et ludo-sportive. (cf. Fiche projet). PLUSIEURS MODES D’ACTION POUR ME LANCER CHOISIR LE LEVIER LE PLUS ADAPTÉ → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 71GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE Quel que soit le mode d’action retenu, plusieurs facteurs de réussite viendront jalonner le déploiement du design actif par la collectivité. Il est ici proposé 8 clés pour mener à bien son initiative. Leur séquencement est illustratif, les étapes étant souvent itératives. Leur importance relative pourra être adaptée selon qu’il s’agit d’une opération ciblée ou d’une démarche stratégique. Des pistes d’ingénierie et de formation sont par ailleurs présentées à travers l’offre mise à disposition par le programme national Action coeur de ville de l'ANCT, et par ses partenaires (Cité du design, Banque des Territoires, Cerema) . 3.3 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 72GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Terrain de sport en centre-ville. © Libre de droit. 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE JE DÉFINIS LES OBJECTIFS 1 J’IDENTIFIE LES PUBLICS-CIBLES 2 JE DÉTERMINE LES LIEUX ET LES TEMPORALITÉS 3 JE PRÉ-IDENTIFIE DES DISPOSITIFS EXISTANTS 4 J’IMPLIQUE LES USAGERS 5 JE VALIDE ET DIMENSIONNE LES AMÉNAGEMENTS 6 JE FAVORISE L’ANIMATION DES LIEUX 7 J’ASSURE UN SUIVI ET UNE ÉVALUATION DU DISPOSITIF 8 DÉFINITION CONCEPTION ANIMATION SUIVI → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 73GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 JE DÉFINIS LES OBJECTIFS auxquels le design actif contribuera sur mon territoire en lien avec mes politiques publiques 1 auxquels seront destinés les dispositifs, avec la possibilité d’accorder une attention particulière à certaines personnes JE DÉTERMINE LES LIEUX ET LES TEMPORALITÉS en m’interrogeant sur les échelles pertinentes, les lieux adéquats, les opportunités de projet 3 Attractivité - Contribuer à l’attractivité d’espaces en requalification Bien-être - Offrir une nouvelle expérience de la ville Sport – Permettre de nouvelles pratiques sportives Inclusion - Aménager des espaces plus inclusifs et mixtes Transition - Développer les mobilités douces Santé – Inciter à l’activité physique et sportive Seniors Personne à mobilité réduite Non-sportifs Femmes Enfants Tout public Commune intercommunalité Réseau de parcours Berges / front de mer Cour intérieure Rue, place Temporaire Pérenne Préfiguratif Saisonnier Bâtiment LIEUX TEMPORALITÉS 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE J’IDENTIFIE LES PUBLICS-CIBLES 2 DÉFINITION CONCEPTION ANIMATION SUIVI → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 74GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 JE DÉFINIS LES OBJECTIFS auxquels le design actif contribuera sur mon territoire. Au-delà du sujet de la santé, le design actif contribue à d’autres enjeux : aménités urbaines, parcours dédiés aux mobilités douces, mixité des usages de l’espace public, prolongement de l’offre en équipements sportifs. Il importe donc de s’articuler avec les politiques publiques et projets de la collectivité (urbanisme, mobilités, écologie, jeunesse et sport) et de mettre en évidence les apports possibles du design actif. En ce sens, la mise en place d’un mode projet entre les services est fortement recommandée. Néanmoins, un travail de hiérarchisation des objectifs que l’on souhaite lui assigner est nécessaire pour s’assurer de répondre à des enjeux contextualisés et locaux. La concertation avec les usagers et les habitants sera également utile (cf. Clé 5).et l’arbitrage par les élus indispensable. 1 J’IDENTIFIE LES PUBLICS auxquels seront destinés les dispositifs, avec la possibilité d’accorder une attention particulière à certaines personnes. Le design actif vise le public le plus large possible. L’objectif est de mettre la pratique d’une activité physique à la portée du plus grand nombre. Dans cette volonté de s’adresser à toutes et tous, il est parfois nécessaire de prêter attention à des publics qui rencontrent des difficultés physiques ou symboliques. Le design actif peut précisément répondre à cet enjeu d’inclusion grâce à des aménagements spécifiques. Pour cela, il est possible d'analyser la fréquentation des lieux et des publics présents ou non présents, réaliser des diagnostics usagers, organiser des rencontres avec les associations du territoire, concerter les habitants. 2 JE DÉTERMINE LES LIEUX ET LA TEMPORALITÉ dans lesquels je pourrai déployer du design actif sur mon territoire. L’échelle de projet est une entrée utile pour penser le déploiement du design actif. L’opportunité d’un (ré)aménagement d’une place ou d’une rue amènera à concentrer les interventions sur ce périmètre. Mais les différentes échelles (rue, bloc, quartier, ville) peuvent également s’imbriquer en pensant des mises en réseau d’aménagements par des trames et des parcours urbains. Calais capitalise ainsi sur son premier projet en front de mer pour penser des connexions et des nouveaux aménagements en quartiers prioritaires de la ville. L’Etablissement public territorial de Plaine Commune s’est d’emblée projeté dans un maillage territorial avec sa trame active et ludo-sportive. En complément, une bonne prise en compte des temporalités ouvre des possibilité d’application du design actif. Si la majorité des dispositifs a une vocation pérenne, il est également possible de penser des installations saisonnières adaptées par exemple à un afflux estival ou encore des installations temporaires dans une logique de préfiguration et d’appropriation des espaces d’un futur projet urbain. On ne manquera pas dans ces cas de mobiliser les formes souples que peut prendre le design actif (aménagements simples). 3 Plaine Commune. Un mode-projet bénéfique entre les services : la mobilisation des services de l’aménagement, des voiries et de la mission JOP 2024 est un facteur de réussite de la stratégie de design actif engagée par l’Etablissement public territorial de Plaine Commune. Evitant le risque d’une initiative exclusivement portée par la mission JOP 2024, initiatrice de la démarche, leur mobilisation a permis d’intégrer les questions de la gestion des fractures urbaines et de la végétalisation des parcours très en amont des réflexions. Strasbourg. De nouveaux parcours facilités pour les enfants et seniors. Le plan piéton de Strasbourg est conçu pour l’ensemble des habitants et visiteurs de la ville. La collectivité a en complément identifié des profils d’usagers nécessitant des aménagements particuliers : présence de bancs pour inciter les séniors à des parcours plus longs, parcours sécurisés et ludiques aux abords des écoles pour les enfants. 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 75GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 JE PRÉ-IDENTIFIE DES DISPOSITIFS EXISTANTS avec les objectifs, publics, lieux et temporalités J’IMPLIQUE LES USAGERS pour approfondir les besoins, choisir les aménagements pertinents, et ainsi m’assurer de leur bonne appropriation 5 JE VALIDE ET DIMENSIONNE LES AMÉNAGEMENTS retenus en m’articulant avec les services de la collectivité et en identifiant les budgets mobilisables 6 Aménagements ponctuels Aménagements multiples Aménagements intégrés dans un projet urbain Trame Diagnostic sensible & usager Signalétique Agrès Mobilier Végétalisation Marquage & couleurs Budget Financement Co-construction Co-conception Concertation Associations Habitants Publics DIMENSIONNEMENT AMÉNAGEMENTS 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE 4 DÉFINITION CONCEPTION ANIMATION SUIVI → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 76GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 JE PRÉ-IDENTIFIE DES DISPOSITIFS EXISTANTS avec les objectifs, publics, lieux et temporalités retenus. Préparer un temps de co-conception avec les usagers implique un cadrage minimum des dispositifs envisageables. À ce stade du projet, par synthèse des éléments jusqu’alors produits (objectifs hiérarchisés, publics cibles, lieux propices) il est utile de déduire quelles pourraient être les grandes familles de dispositifs pertinentes (exemples : dispositif ponctuel, dispositifs intégrés dans un nouveau projet urbain, trames et parcours urbains). L’orientation sera d’autant plus pertinente qu’elle sera choisie avec l’équipe projet interne à la collectivité (cf. Clé 1 et offre d’accompagnement de la Cité du design). Le cadrage permet aussi de préparer la phase de concertation en sélectionnant des exemples inspirants. Un premier contact peut être effectué pour bénéficier de retours d’expérience qualifiés auprès de collectivités. 4 J’IMPLIQUE LES USAGERS pour approfondir les besoins, choisir les aménagements pertinents, et ainsi m’assurer de leur bonne appropriation, à partir des grandes familles de dispositifs pré-identifiées et de retours d'expériences, Une étape de cadrage est indispensable avant d’initier la concertation (cf. Clé 4). Il conviendra également de définir l’intensité souhaitée de la concertation : les premières étapes, indispensables à la réussite d’un projet (diagnostic sensible et orienté usagers), peuvent être complétées de méthodes de co-conception et de co-construction novatrices pour la collectivité et ses habitants. Il s’agira dans cette étape de mobiliser « l’expertise d’usage » celle-ci pouvant être portée par des habitants, des usagers occasionnels, des associations, des professionnels de l’activité physique et sportive. Si le design actif vise tous les publics, certains groupes pourront faire l’objet d’une attention particulière lors de cette phase (cf. Clé 2). 5 JE VALIDE ET DIMENSIONNE LES AMÉNAGEMENTS retenus en m’articulant avec les services de la collectivité et en identifiant les budgets mobilisables. L’aboutissement de la co-conception est l’occasion de faire la liste des aménagements proposés en les hiérarchisant selon des critères de réalisation et de gestion : Caractéristiques du dispositif (ex : peinture, signalétique, mobilier urbain, aires de jeux), insertion urbaine, obligation d’entretien et respect de l'environnement. L’expertise des services de la collectivité tout comme des retours d’expériences permettent de sélectionner les aménagements et de disposer de premières estimations budgétaires (cf. Fiches projets Chapitre 2). Une étape utile pour faciliter l’arbitrage et la validation politique. Des animations des dispositifs peuvent être nécessaires, par exemple pour attirer un public en particulier, et doivent également être anticipées. Si elles ne sont pas nécessairement portées ni financées directement par la collectivité, celle-ci peut favoriser leur développement. Il faudra également veiller à modérer les pratiques organisées (collectifs de sports urbains, associations sportives, association de santé, écoles) et spontanés pour éviter les conflits d’usages. Afin de rendre les dispositifs respectueux de l'environnement, il est recommandé, dans la mesure du possible, d'intégrer des principes de l’économie circulaire dans la création de mobilier de design actif, en choisissant des matériaux naturels comme le bois, issus du réemploi ou du recyclage, locaux, durables, et réemployables ou recyclables en seconde vie. La collectivité peut également chercher à intégrer les enjeux de l’adaptation au changement climatique dans ses travaux d'aménagement de l'espace public grâce à la végétalisation, des points d’eau, la désartificialisation des sols, des ombrages, la mise en place de structures ouvertes ou bien le choix de revêtements de couleurs claires. 6 Projet Gecko à Marseille. Un projet co-conçu et co-construit avec les habitants ! Dans le cadre du projet Gecko à Marseille visant à transformer le quartier Bellevue, l’association le Cabanon Vertical a proposé une démarche participative aux habitants : Diagnostic partagé sur les espaces publics du quartier, élaboration d’une programmation centrée sur les espaces sportifs et conviviaux, et chantier éducatif pour coconstruire du mobilier urbain. 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 77GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 CITÉ SERVICES DE LA CITÉ DU DESIGN : une démarche de design de services pour déployer le design actif Le programme national Action cœur de ville a souhaité s’unir avec la Cité du design de Saint-Etienne, plateforme d’observation, de création, d’enseignement, de formation et de recherche par le design pour accompagner les collectivités bénéficiaires du programme dans le développement de projets de design actif. Ainsi, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) et la Cité du design vont accompagner les villes Action cœur de ville volontaires, labellisées Terre de Jeux 2024, dans l’élaboration d’une stratégie de design actif à travers des ateliers de co-construction. Cité services propose un accompagnement par la mise en œuvre d’une démarche de design de services avec l’animation de deux ateliers de co-construction d’une durée d’une demi-journée chacun. Les ateliers rassemblent l’ensemble des parties prenantes intéressées par le projet (élus, agents, associations, habitants) pour définir les actions à engager dans le cadre du lancement d’une démarche de design actif. A l’issu de ces ateliers, un scénario d’aménagement est délivré à la collectivité. L’ANCT mobilise à ce titre des crédits d’ingénierie en proposant dans un premier temps à 100 villes Action cœur de ville labellisées Terre de Jeux 2024 de bénéficier de ce dispositif dès janvier 2022. Ce panel de 100 collectivités pourrait ensuite être élargi à d’autres collectivités Terre de Jeux 2024 soutenues par l’ANC. S’INSCRIRE AUX ATELIERS DE CO-CRÉATION DESIGN ACTIF ou envoyer un mail à : actioncoeurdeville@anct.gouv.fr 6 collectivités pilotes, 5 villes Action cœur de ville (Bourges, Châtellerault, Limoges, SaintDizier, Saint-Omer) et l’Établissement Public Territorial de Plaine Commune, bénéficient d'ores et déjà de ce dispositif en avant-première. BANQUE DES TERRITOIRES : un partenariat qui associe la Banque des Territoires, dans la continuité de son engagement en faveur des projets d’urbanisme transitoire et des démarches innovantes. En tant que partenaire du programme Action cœur de ville, la Banque des Territoires souhaite renforcer la place de l’innovation comme levier de la redynamisation des cœurs de ville. Le soutien des projets de design actif prend place au sein de la réflexion portée par la Banque des Territoires sur l’intérêt des démarches d’occupation temporaires et d’urbanisme tactique, dans l’activation des sites vacants, la mise en valeurs des espaces publics ou encore la prise en compte des usages. La Banque des Territoires, au titre du programme Action cœur de ville, accompagnera la réalisation de projets de design actif dans ces villes en apportant de l’ingénierie opérationnelle à travers son dispositif de soutien aux expérimentations et à l’amorçage de projets, dans le respect de ses processus de décision. POUR EN SAVOIR PLUS : Veuillez-vous rapprocher de votre direction régionale de la Banque des Territoires : https://www.banquedesterritoires.fr/directions-regionales Les solutions pour les territoires Action Cœur de Ville : https://www.banquedesterritoires.fr/action-coeur-de-ville-revitalisation-centres-villes 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE UNE OFFRE D’INGÉNIERIE DISPONIBLE POUR LES COLLECTIVITÉS DU PROGRAMME ACTION CŒUR DE VILLE → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 78GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 CEREMA : Fort de son expertise sur les questions d’aménagement d’espaces publics et de modes actifs, le Cerema propose un cycle de webinaires de sensibilisation à destination des collectivités Action cœur de ville, pour les encourager à développer des projets de ludification des espaces publics sur les territoires. SOUS FORME DE WEBINAIRES DE 2 HEURES étalés sur un semestre, il s’agit de se focaliser sur quelques problématiques précises, en s’appuyant sur des retours d’expériences, des focus sur la réglementation et des échanges de pratiques. Ce cycle peut être complémentaire avec les ateliers participatifs proposés par la Cité du design de Saint-Étienne. Il participe aux phases préalables de réflexion sur les projets de design actif. Il s’agit aussi d’initier une communauté d’acteurs et de villes pionnières autour de ces projets : échanger, partager sur les retours d’expériences et expérimentations, en lien avec les autres partenaires du dispositif. QUELQUES THÉMATIQUES QUI POURRONT ÊTRE ABORDÉES : ― Quels aménagements réaliser aux abords d’écoles ? ― Comment sécuriser et rendre agréable les trajets des scolaires ? ― Sous quelles conditions réaliser du marquage au sol ludique dans une rue ? ― Quelles interventions transitoires et récréatives pour améliorer la programmation de projets urbains ? ― Quels impacts sur la ville et quelle pérennité des aménagements à la fois ludiques et sobres? ― Quels aménagements visent plutôt des adolescents et des adultes ? Les webinaires de sensibilisation débuteront en mars 2022 et seront sur inscriptions. Les modalités seront précisées le moment venu. LES FINANCEMENTS DE DROIT COMMUN : Ci-dessous sont présentés les principaux financement auxquels une collectivité pourrait recourir pour financer un projet de design actif. Ce recensement n’a pas vocation à être exhaustif : ― La Dotation de soutien à l'investissement local (DSIL) : elle est mobilisée par les préfets de département pour le financement d'actions de requalification des cœurs de ville qui s'inscrivent dans le cadre d'un projet global de revitalisation (espace public, mise aux normes de bâtiments en prenant en compte les spécificités du bâti ancien, développement des équipements et des services, etc.) ― La Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux (DETR) : c'est une subvention d’investissement versée par l’État en vue de la réalisation d’investissements et de projets dans le domaine économique, social, environnemental, sportif et touristique ou favorisant le développement ou le maintien des services publics en milieu rural. Dans le cadre du programme Action cœur de ville, l'Etat met à disposition des territoires bénéficiaires, des moyens de droit commun fléchés en priorité. D’autres dispositifs propres à certaines collectivités peuvent être mobilisés pour mettre en œuvre un projet de design actif. Ces dispositifs sont à retrouver sur le site Aides Territoires, base de données qui permet aux collectivités de retrouver des aides disponibles pour un projet en particulier. RETROUVER TOUTES LES AIDES SUR : Aides-territoires | Aides publiques pour les collectivités (beta.gouv.fr) https://aides-territoires.beta.gouv.fr/ 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 79GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 JE FAVORISE L’ANIMATION DES LIEUX 7 J’ASSURE UN SUIVI ET UNE ÉVALUATION DU DISPOSITIF 8 Acteurs relais : Associations, clubs sportifs et coach du territoire. Cela permet à la collectivité de s’appuyer sur des experts de l’animation dans le domaine de l’activité physique tout en donnant à ces acteurs de la visibilité. VISION DYNAMIQUE ― Capacité à intégrer de nouveaux acteurs ― Capacité à modérer/ faire évoluer certains usagers ― Capacité à faire évoluer le dispositif 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE ÉVALUATION ― Indicateurs à définir en début de projet : utilisation, publics, etc. ― Méthode simple d’évaluation (observation terrain, questionnaire) ― Capacité à rectifier à la suite de l'évaluation DÉFINITION CONCEPTION ANIMATION SUIVI → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 80GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 JE FAVORISE L’ANIMATION DES LIEUX par une ingénierie partenariale. Certains dispositifs se prêtent à une pratique collective ou encadrée par la présence de professionnels ou bénévoles (collectifs d’amateurs, coachs indépendants, associations sportives, solidaires ou de santé). L’implication de ces parties prenantes favorise l’animation des dispositifs et leur bon entretien (ex : signalement de dégradations, aide pour l’entretien). En retour ces structures bénéficient de nouveaux « terrains de jeux » et gagnent en visibilité. Cette implication nécessite une ingénierie partenariale en amont du projet (cf. Clé 5) et tout au long de la vie des équipements. Un suivi et une approche dynamique sont ainsi nécessaires pour intégrer de nouveaux groupes d’usagers et pour réguler les usages. 7 J’ASSURE UN SUIVI DU DISPOSITIF ET SYSTÉMATISE LE DESIGN ACTIF DANS MES PROJETS en m’inspirant des démarches évaluatives. Un suivi est nécessaire pour s’assurer que le design actif réponde aux besoins identifiés et aux objectifs initiaux. Cela implique de caractériser correctement ces objectifs et besoins en amont du projet (cf. Clé 1 et Clé 5) et de prévoir des indicateurs. En prêtant attention à ce qu’ils soient mesurables, simples et spécifiques, ils permettront d’assurer un suivi du dispositif et de son appropriation (fréquentation, part d’un public cible parmi les usagers, implication de partenaires). Ces informations, relevées par observations et par questionnaires, permettront de répondre aux questions évaluatives qui auront été retenues. Ce suivi aura pour but de tirer des enseignements pour de futurs dispositifs mais aussi, dans la mesure du possible, faire évoluer le dispositif à travers, par exemple, d’une nouvelle régulation des usages avec les parties prenantes. En fonction des objectifs visés, certaines collectivités pourront choisir de systématiser le design actif dans leurs projets urbains. Pour cela, l’évaluation réalisée est une base solide pour à la fois communiquer sur le projet et définir les suites à donner. Une piste pour pérenniser le design actif passe par son intégration dans les cahiers des charges des consultations pour les projets d’aménagements. 8 ― CLAIRE PEUVERGNE, Institut régional de développement du sport / Institut Paris Region « Lorsque l’on enquête sur les pratiques sportives, on constate que la pratique en club n’est plus l’unique pratique sportive des adultes. La pratique auto-organisée, en dehors des clubs et donc le plus souvent des équipements, s’est largement développée. Malgré tout, il ne faut pas opposer ces types de pratiques mais plutôt accompagner l’évolution des usages en donnant la possibilité aux clubs et coachs indépendants de s’installer ponctuellement ou durablement dans l’espace public. Cela permet à la fois de leur donner de la visibilité, d’animer l’espace public et de capter les non-sportifs, qui peuvent avoir besoin d’un accompagnement, vers la pratique sportive ». Biarritz. 28 activités proposés tous les mois sur les Chemins de la forme. La Ville de Biarritz a travaillé avec les associations sportives du territoire pour organiser des animations sur ses parcours sport-santé. Cela a permis de faire connaitre ces parcours et d’attirer des publics « éloignés de la pratique sportive» (voir fiche projet cf). ― PIERRE-ANTOINE LEYRAT, Chef de projet Accessibilité et copilotage de l’ambition design actif, SOLIDEO « Convaincue des bienfaits du design actif pour la santé et de ces impacts positifs sur l’aménagement de la ville de demain, la Solideo a fait le choix ambitieux de systématiser le design actif dans ses projets. Pour cela, la première étape a été de sensibiliser sur le sujet. Nous avons élaboré des directives pour guider les promoteurs immobiliers dans la conception de projets incluant du design actif, et l’avons intégré dans les cahiers de charges de nos consultations, en faisant un critère à part entière d’évaluation des offres. ». 8 CLÉS POUR DÉPLOYER LE DESIGN ACTIF SUR MON TERRITOIRE AVIS D’EXPERTS → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 81GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Le diagramme ci-dessous illustre la diversité des formes prises par le design actif, permettant de répondre à des objectifs multiples, dans des contextes variés avec des dispositifs et aménagements diversifiés. Sur la base des 5 premiers éléments clés précédemment présentés, il est appliqué à deux initiatives existantes - le plan piéton de Strasbourg et la rue des écoles, peut être réutilisé pour aider à structurer les premières réflexions de nouveaux projets. OBJECTIFS PUBLICS LIEUX DISPOSITIFS AMÉNAGEMENTS Favoriser la bonne santé Développer la mobilité douce Permettre de nouvelles pratiques sportives Proposer des espaces plus mixtes et inclusifs Renforcer l’attractivité d’espaces en requalification Bien-être & expérience en ville Tout public Femmes Seniors Enfants Mobilité réduite Eloignés du sport Commune Berges / front de mer Places - rues Cour intérieure Trames et parcours urbains Aménagement léger Multi-aménagements intégrés Stratégie globale Bâtiment Trame Signalétique Marquage & couleurs Végétalisation Mobilier Agrès EXEMPLES PLAN PIÉTON STRASBOURG RUE DES ÉCOLES ELÉMENTS CLÉS POUR AIDER À LA CONCEPTION D’UN PROJET DE DESIGN ACTIF Aménagement léger → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 82GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? Afin de créer une harmonie entre ces projets de design actif dans l'ensemble des territoires tout en laissant libre cours à l'expression de vos identités propres, nous vous proposons les outils présentés ci-après pour colorer vos dispositifs mis en œuvre. Si vous le souhaitez, vous pourrez vous en saisir, notamment en tant que collectivité labellisée Terre de Jeux 2024, tout en vous appuyant sur vos atouts, ressources et artistes locaux. Vous trouverez quelques informations dans les pages suivantes et plus de détails en annexes. 3.4 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 83GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Illustration du label Terre de Jeux 2024. Crédits photo: libre de droit UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? APPLICATIONS - FRONT DE MER - CALAIS → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 84GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Projet de rénovation du front de mer de Calais Credits : Ville de Calais © Fred Collier UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? APPLICATIONS → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 85GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Projet d'escaliers aux couleurs du label Terre de Jeux 2024 Projet Calais Front de Mer - Baseland - Pas de droits d’auteurs UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? Corail 255 87 87 00 75 60 00 ff5757 1785 RVB CMJN HEX Pantone Bleu 0 0 77 100 75 00 65 00004d 281 NB. Pour consulter les règles relatives au logotype, merci de vous référer au guide d'usage prévu à cet effet. Le bleu de 2024 est la couleur de référence pour tous les logotypes institutionnels. La couleur Corail est la couleur distinctive pour Terre de Jeux 2024. Ces chromies sont toujours utilisées à 100%, elles ne sont jamais tramées et ne font pas l’objet de dégradés. LOGOTYPE - TERRE DE JEUX 2024 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 86GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? 1. 2. 4. 5. 3. Le logotype s'applique : 1. En bleu et dans la couleur Corail sur un fond blanc. Cette version est à utiliser en priorité. 2. En blanc et dans la couleur Corail sur un fond bleu. 3. En bleu et blanc sur un fond couleur Corail. 4. et 5. En monochrome blanc sur un fond noir ou un fond photographique sombre, et en monochrome noir sur un fond blanc ou un fond photographique clair. Ces versions sont à utiliser uniquement en cas de contraintes d'impression (noir & blanc, sérigraphie...). APPLICATIONS COULEURS TERRE DE JEUX 2024 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 87GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? Applications couleurs Ce format alternatif permet d'optimiser la lisibilité du logotype dans le cadre d'applications n'offrant qu'une faible surface d'expression. La zone de protection minimale est réduite à 50% de la taille de l'élément disctinctif. Les tailles minimales du logotype sont fixées à 30 mm et 150 pixels de large. NB. Ce format alternatif est à usage restreint. Son application doit respecter les règles spécifiques détaillées dans les guides d'usage. FORMAT ALTERNATIF TERRE DE JEUX 2024 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 88GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? 1. 1. Principe de l'arche déployée en onde. 2. Registre des possibilités : onde en filets, en pleine avec aplat de couleur ou remplie avec une photo, coupée / recadrée, à la verticale ou à l’horizontale. 3. Exemples de layout. 2. 3. GAGNONS LES JEUX ENSEMBLE J-3 L’émotion nous gagne ENFIN ! Colo igendu ciendel initatur aut venis quia coreicium laborem hilique es qui alitati. PRINCIPE DE L’ONDE TERRE DE JEUX 2024 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 89GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? La couleur principale de Terre de Jeux 2024 est le bleu. Elle doit être appliquée en majorité sur les supports. La couleur Corail et le blanc sont utilisés en couleurs secondaires, et le bleu clair en petite touche. Corail RVB 255 87 87 CMJN 00 75 60 00 HEX ff5757 Pantone 1785 25 % Blanc RVB 255 255 255 CMJN 00 00 00 00 HEX ffffff Pantone — 15 % Bleu clair RVB 0 106 255 CMJN 95 45 00 00 HEX 006aff Pantone 285 10 % Bleu RVB 0 0 77 CMJN 100 75 00 65 HEX 00004d Pantone 281 50 % COULEURS TERRE DE JEUX 2024 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 90GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Arial E X E Black Bold Regular FAISONS LES JEUX ENSEMBLE NOS RÉGIONS VIBRENT À L’UNISSON Les Jeux sont à nous eos as sit lam lit ero evendant vilatur, quossi voluptae eatiis et asit quaecturis et facilique etcon em repedi optatus volut esciis color a atem faciliqui odicu samusdae laborias iusdae remolorem. « L’émotion nous gagne, 2024 nous rassemble. » À vous de jouer! Titre En Paris2024 Regular & Bold, en lettres capitales Sous-Titre En Paris2024 Semibold, en lettres capitales Texte courant En Source Sans Pro Bold, Regular ou Light, en lettres bas de casse Exergue En Paris2024 Semibold en lettres bas de casse Légende En Source Sans Pro Bold, Regular ou Light, en lettres bas de casse Paris2024 T I T R E S Black Bold Semibold Regular Light Extralight Source Sans Pro T E X T E S Black Bold Semibold Regular Light Extralight La typographie "Paris 2024" est une propriété du Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 qui en a l'exclusivité d'usage. Lorsqu'une entité labélisée s'exprime sur les supports Terre de Jeux 2024, elle utilise exclusivement La typographie "Sources sans". UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? TYPOGRAPHIES TERRE DE JEUX 2024 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 91GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? LOGOTYPE - ACTION CŒUR DE VILLE Les 4 teintes ci-dessous représentent les couleurs de références pour le logotype institutionnel Action Cœur de Ville. Ces chromies sont toujours utilisées à 100%,elles ne sont jamais tramées et ne font pas l’objet de dégradés. HEX #be1257 HEX #e7345f HEX #ef7f70 HEX #fcc350 → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 92GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 LOGOTYPE - AGENCE NATIONAL DE LA COHÉSION DES TERRITOIRES UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? HEX #273375 HEX #e10814 HEX #000000 Les 3 teintes ci-dessous représentent les couleurs de références pourle logotype institutionnel Agence Nationale de la Cohésion des Territoires Ces chromies sont toujours utilisées à 100%, elles ne sont jamais tramées et ne font pas l’objet de dégradés. → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 93GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 UNE IDENTITÉ VISUELLE POSSIBLE POUR MON PROJET ? APPLICATIONS – UNE PLAQUE OFFICIELLE POUR MARQUER VOTRE PROJET Lors de la mise en place de votre projet, en plus de la coloration de celui-ci avec les marqueurs graphiques du label Terre de Jeux 2024 tels que précédemment proposés, vous pouvez en outre développer une plaque signalétique portant les logos Terre de Jeux 2024 et l’Agence Nationale de la Cohésion du Territoires. → LE DESIGN ACTIF, COMMENT AGIR ? 94GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 ANNEXES 4 RESSOURCES UTILES Des ressources documentaires sur le sport et l’activité physique en ville ― Cambon M, L’Horset P. Promouvoir l’activité physique dans les territoires. Saint-Denis : Fédération nationale d’éducation et de promotion de la santé ; 2021. 36 p. (Collection Fnes D-CoDé Santé) Des principes d’action concrets à destination des collectivités territoriales pour développer le sport et l’activité physique dans les territoires https://www.fnes.fr/wp-content/uploads/2021/03/DC_AP_VF.pdf ― Henriquez L., Sena N., Voisin-Bormuth C., Wright H., Le futur des espaces publics, Amsterdam Institute for Advanced Metropolitan Solutions, La Fabrique de la Cité, Arup, 2018. Une typologie d’intervention dans l’espace public très complète pour favoriser l’activité physique, de l’intervention temporaire à la création de politiques publiques https://www.lafabriquedelacite.com/wp-content uploads/2018/09/201805_Espace-Public_LFC.pdf ― Gimbert V., Activité physique et pratique sportive pour toutes et tous, France Stratégie, 2018 Des orientations de politiques publiques pour soutenir le développement de l’activité physique et lui donner plus de place dans le quotidien des Français. https://www.strategie.gouv.fr/publications/activite-physique-pratique-sportive-toutes ― Mariotte S., Bouger ! Le sport rythme la ville, IAU îdF, 2020 . Des retours d’expérience riches et variés pour innover dans la conception de lieux dédiés au sport Cette étude promeut une nouvelle vision de la ville, devenue « équipement sportif » pour tous. ― Peuvergne C., Vaudois F., Une trame pour inscrire l’activité physique et sportive au cœur du développement urbain, AIU îdF, 2021 Une présentation des enjeux et objectifs du projet de « trame active, ludique et sportive territoriale » portée par l’Etablissement public territorial de Plaine Commune. ― Peuvergne C., Cléret L., Citarella M., Notin N., Aménagement, Cadre de vie et pratique de l’activité physique et sportive, IAU îdF, 2018 9 axes d’intervention pour aménager des villes favorables à l’activité physique et sportive et de nombreux exemples inspirants en Ile-de-France. ― Soulard O, Thévenot L., Le sport, laboratoire et intégrateur d’innovations, IAU îdF, 2020 Des pistes d’innovation dans l’univers du sport et les défis à relever pour les développer Des guides du design actif à l’international : ― Active Design Guidelines, City of New York, 2010 https://www1.nyc.gov/site/planning/plans/active-design-guidelines/active-design-guidelines.page ― Active Design, Planning for health and wellbeing through sport and physical activity, Sport England, 2015 https://sportengland-production-files.s3.eu-west-2.amazonaws.com/ s3fs-public/spe003-active-design-published-october-2015-email-2.pdf ― Initiatives de design actif montréalaises inspirantes, Vivre en ville, 2017 https://vivreenville.org/media/571670/vev-catalogue-complet-lr.pdf → 4.1 ANNEXE 96GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 FICHE BOUGER + - N1 - PÉDIBUS VÉLOBUS PROMOTION ET DÉVELOPPEMENT DES MOBILITÉS ACTIVES DÉVELOPPEMENT DES PÉDIBUS ET VÉLOBUS POUR LES DÉPLACEMENTS DOMICILEÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES Romrodphoto/Shutterstock 2 ACTION Vous souhaitez encourager les enfants à utiliser un mode de déplacement actif pour se rendre à l’école ? Vous voulez limiter la circulation et augmenter la sécurité aux abords des écoles ? Organisez ou soutenez des démarches de pédibus ou de vélobus dont les avantages sont largement reconnus. Le pédibus et le vélobus sont des modes de ramassage scolaire : il s’agit de accompagner les enfants à pied ou à vélo, encadrés par des adultes volontaires, sur les trajets menant à l’école, ou depuis l’école, à travers un itinéraire défini avec des points de rendez-vous matérialisés proches de leur domicile et des horaires précis. La signalétique doit être de qualité pour être pérenne et ne pas gêner la circulation des personnes à mobilité réduite sur les trottoirs. Le vélobus convient plus aux collégiens et aux élèves de CM1 et CM2 capables d’effectuer des trajets à vélo. Les bénéfices de cette action sont multiples sur : - Le plan sanitaire (pratique d’une activité physique d’endurance). - La concentration en classe. - La socialisation avec les autres. - L’apprentissage des règles de la sécurité routière. OBJECTIFS - Sensibiliser les enfants, les familles et les équipes enseignantes aux bienfaits des transports actifs sur la santé pour en faire des habitudes pérennes. - Enseigner aux enfants les règles de circulation routière et les rendre autonomes vis-à-vis de leurs déplacements. - Réduire la circulation aux abords des écoles. - Contribuer à la protection de l’environnement grâce à des déplacements plus verts. - Favoriser la socialisation des enfants et la convivialité entre les parents d’élèves. LeManna/Shutterstock 3 ETAPES POUR LA MISE EN PLACE ET LES MOYENS NÉCESSAIRES 1. S’appuyer sur un groupe constitué autour de la communauté éducative le cas échéant, par exemple le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté ou le comité de pilotage d’une démarche de type «école promotrice de santé.» 2. Constituer un groupe de travail avec les différents acteurs concernés, notamment les services municipaux, les parents d’élèves, l’équipe pédagogique, les élèves, les associations de parents. 3. Établir un diagnostic simple : -Enquête par questionnaire auprès des parents, leur permettant de s'interroger sur leurs habitudes de déplacements et celles de leurs enfants (mode de déplacement des enfants pour aller à l’école, accompagnement ou non par les parents, raisons du choix du mode de déplacement, attentes et craintes des parents, sensibilité vis-à-vis du projet, capacité de mobilisation/disponibilités éventuelles). -Localisation et accessibilité des lieux d'habitation des enfants, qui permettra de proposer les tracés de lignes. -Observations de terrains éventuelles (ex : comptage des véhicules stationnés aux abords de l’école, zone de parking, comptage des station de vélos). 4. Elaborer sur la base de ce diagnostic des itinéraires en fonction de la localisation des familles intéressées, de la mobilisation des parents et des contraintes de parcours (quartiers à desservir en priorité, points de rassemblement…). 5. Informer les parents et les enfants sur le dispositif par différents moyens de communications (réunions d’information, affichage, etc.), et lever les freins éventuels (responsabilités, assurances, etc.). 6.Organiser le dispositif et son accompagnement : -Elaboration d’un cadre juridique permettant de sécuriser les familles (responsabilités et assurances à souscrire). -Rassembler le matériel nécessaire pour assurer la visibilité et la sécurité (gilets fluorescents pour les accompagnateurs, pour les enfants si vélobus…). -Affichage des itinéraires, des arrêts et des horaires de passage. -Elaboration du planning des accompagnateurs. -Formation des accompagnateurs sur les aspects liés à la sécurité. -Signature de chartes d’engagement par les parents et les enfants. 7. Tester le dispositif (points de départ, arrêts, traversées, temps de parcours…). 8. Pérenniser le dispositif (évaluation et ajustement du dispositif avec l’ensemble des acteurs, maintien de la lisibilité, entretien de la sensibilisation des nouveaux parents, des élèves et de l’équipe pédagogique, recherche de nouveaux accompagnateurs volontaires…). Pour assurer l’efficacité et la pérennité de la démarche, le soutien aux parents bénévoles par les élus et le personnel municipal est indispensable, avec différents niveaux d’implication : - Elaboration et conduite du projet en lien avec les équipes pédagogiques et les parents d’élèves et/ou leurs représentants s’il existe une association. - Soutien financier ou logistique d'une initiative d’une école, de parents d’élèves et/ou leurs représentants : aide à l'acquisition de matériel, communication, affichage des arrêts et des horaires de passage, aménagements spécifiques sur la voirie pour sécuriser les abords des écoles notamment. - Appel à un prestataire pour mener le projet. Variante possible : Mettre en place un service de ramassage scolaire de type S’cool Bus, à l’aide d’un vélo collectif à assistance électrique, permettant à des élèves d'aller à l'école et d'en revenir en pédalant. Le ramassage est organisé en différentes lignes reliant les lieux de résidence des enfants (cf. bonnes pratiques). 4 BUDGET Les coûts de mise en place d’un pédibus varient de 100 à 500 euros par année de fonctionnement, et concernent surtout : - La conception d’outils de communication (affiches et flyers pour communiquer sur l’action ; panneaux d’information concernant les lignes, les arrêts, les horaires, la rotation des accompagnateurs et la liste des enfants inscrits ; chartes d’engagement pour les parents des élèves et les accompagnateurs). - La mise à disposition de gilets rétroréfléchissants pour les accompagnateurs d’un pédibus et pour les enfants dans le cadre d’un vélobus : 400 euros pour 50 gilets. - L’assurance couvrant l’ensemble des membres. Si la démarche s’appuie sur une association membre d’un réseau (cf. Ressources utiles), ces coûts peuvent être réduits car les outils de communication sont fournis, et l’assurance et le matériel nécessaire au lancement peuvent être pris en charge. Pour la mise en place d’un vélobus, il faut ajouter à ces coûts la construction et/ou la rénovation de places de stationnement vélo sécurisées dans les établissements scolaires (coût moyen de 120 euros par emplacement vélo pour des arceaux), et éventuellement la mise à disposition et l’entretien d’une flotte de vélos et de casques si les enfants n’en sont pas déjà équipés (coût d’investissement d’environ 5 000 euros pour une flotte de 10 vélos). Au-delà de la mise en place d’une telle démarche, le budget peut être plus conséquent pour la collectivité si le projet prend en compte la réalisation de nouveaux aménagements pour sécuriser les voiries. Enfin, le coût annuel pour la prestation complète d’un service de ramassage scolaire de type S’cool Bus (incluant un salaire d’accompagnateur) se chiffre à 27 000 euros pour une ligne de 8 enfants, ce service étant susceptible de recevoir des subventions. L’achat d’une rosalie à assistance électrique est d’environ 8 000 euros. PARTENARIATS POSSIBLES La démarche est orchestrée par une collectivité territoriale en impliquant plusieurs de ses services (enfance/jeunesse, mobilité, aménagement de l’espace public, activité physique...). Elle peut s’appuyer sur différents partenaires : -Pour l’aménagement des trajets : services techniques de la collectivité. -Pour la communication et l’affichage : service communication de la collectivité et écoles (présentation de la démarche à chaque rentrée scolaire et lors des nouvelles inscriptions). -Pour la gestion/l’animation du pédibus/vélobus : associations locales (en faveur du vélo ou de la marche, de l’environnement, parents d’élèves, etc.). La gestion par une association locale permet d’assurer la durabilité de la démarche et donne une bonne visibilité de la démarche aux habitants. -Pour les conseils dans la mise en place de la démarche et la mise en réseaux : directions régionales de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME). -Pour les liens avec d’autres programmes existants, comme le Savoir Rouler à vélo : associations sportives (Fédération Française de Cyclisme, de Cyclotourisme, Union Française des Œuvres Laïques d’Éducation Physique, etc…), associations sportives scolaires (Union Sportive de l’Enseignement du Premier degré, Union Nationale du Sport Scolaire), Fédération française des Usagers de la Bicyclette, associations de prévention (Association Prévention Routière, Prévention Maïf, etc.). -Pour les questions concernant la sécurité routière : coordinations départementales de sécurité routière. Le collectif Pour une France en forme est composé d’experts issus des milieux du sport, de la santé et des médias, regroupés pour une seule et même cause : la lutte contre la sédentarité. C’est pourquoi le Collectif s’est associé à Paris 2024 et a rédigé un ensemble de fiches que vous pourrez retrouver ci-après permettant aux collectivités locales de développer tout un tas d’initiatives visant à accroître la mobilité et à combattre l’immobilité. Nous avons choisi de vous présenter trois de ces fiches, en lien avec le sujet du design actif. Pour télécharger cette fiche et l'ensemble : https://sharing.oodrive.com/share-access/sharings/HlX9RzL3.Zk3qkWkq#/filer/share-access/F5_eSSyVyyc → 4.2 ANNEXE 97GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 PROMOTION ET DÉVELOPPEMENT DES MOBILITÉS ACTIVES AMÉNAGEMENT URBAIN : PROMOUVOIR LA PRATIQUE DU VÉLO #Mobilités actives #Developpement territorial #Qualité de vie Halfpoint/Shutterstock 2 ACTION Convaincus des bénéfices en termes de santé et de développement durable, vous souhaitez encourager le recours aux mobilités actives sur votre territoire ? Cette fiche vous propose un plan d’action concret pour y parvenir, et renforcer les politiques et schémas territoriaux déjà mis en place. Ce plan d’action repose sur la transversalité, et permet de mobiliser de nombreux acteurs publics, privés et associatifs sous votre pilotage. Les avantages sont multiples : - Concilier deux objectifs majeurs de politique publique : la promotion de la santé via l’activité physique ou sportive, et la protection de l’environnement en offrant des alternatives aux transports motorisés. - Répondre à une attente des habitants qui perçoivent de plus en plus l’intérêt de « bouger plus » au quotidien. - Améliorer la qualité de vie des habitants dans leur environnement de proximité, en développant et en mutualisant les investissements d’aménagements urbains et ruraux. -Impulser une démarche sport santé sur le territoire, en suscitant une collaboration durable entre les acteurs locaux. OBJECTIFS -Lutter contre la sédentarité et l’inactivité physique. -Favoriser le recours aux mobilités actives en toute sécurité, en augmentant la présence et la visibilité des cyclistes. -Sensibiliser aux bienfaits d’une activité physique et sportive modérée au quotidien. - Encourager ceux qui n’osent pas encore passer à l’acte à abandonner les transports motorisés pour les trajets courts, favoriser l’utilisation de plusieurs modes de transports sur un même déplacement. PISTES D’ACTIONS SENSIBILISER, INFORMER, FORMER : - Suivre un programme d’information et de formation sur les mobilités actives, destiné aux élus locaux et aux agents territoriaux (ex : Ressource #3 Guide Plan Vélo : mode d’emploi, Fédération Française des usagers de bicyclette FUB). - Promouvoir l’usage du vélo grâce à une signalétique adaptée et sécurisante, jalonner les itinéraires et signaliser les «temps de trajet à vélo». - Favoriser et soutenir l’apprentissage du vélo dans le cadre scolaire et périscolaire, dans le cadre associatif ou de dispositifs municipaux pour la population. Programme Savoir Rouler à Vélo du Ministère chargé des sports, le programme Génération Vélo : https://sports.gouv.fr/savoir-rouler-a-velo/. 3 PISTES D’ACTIONS ENCOURAGER ET SÉCURISER LA PRATIQUE : -Multiplier les voies cyclables sécurisées, ainsi que les stationnements abrités et sécurisés (possibilité de cadenasser le vélo à un support). -Installer près des parcs à vélos des « stationsservices vélos » pour aider à la maintenance en assurant la continuité des réseaux piétons et cyclables. -Développer les zones 30 km/h, les « zones de rencontres », les voies vertes et les possibilités de déplacements dans les espaces ruraux. -Participer à l’acquisition de VAE (Vélo à assistance électrique) et de vélos, favoriser l’implantation de vélos en libre-service. - Promouvoir l’usage du vélo par les agents territoriaux et leur proposer le «forfait mobilités durables» (cf. Ressource #1 Mémo collectivités, Loi mobilité), acquérir une flotte de vélos municipaux. BUDGET Le coût des aménagements est variable selon la nature des équipements mis en place : - Fléchage et marquage du mobilier urbain. - Pose d’arceaux (pour le stationnement des vélos) et de stations de gonflage : environ 200€/arceau intégration d’équipements favorisant les mobilités actives à des projets de promotion immobilière. - Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) : 350M€ sur 7 ans pour l’aménagement cyclable et le développement des mobilités actives + 100 M€/an disponibles pour les mobilités au titre de la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL), notamment pour le développement des mobilités actives. 4 PARTENARIATS POSSIBLES - Collectivités territoriales, l’État pour avoir une action coordonnée d’aménagement. - Fédération Française de Cyclisme. - Entreprises du cycle et acteurs de l’économie du sport. - Entreprises et employeurs publics afin de favoriser l’adoption des mobilités actives pour les trajets quotidiens et professionnels et d’identifier les aménagements nécessaires à proximité des lieux de travail (douches, stationnements, stations de gonflage et de maintenance, …). FICHE BOUGER + - N2 - AMÉNAGEMENT URBAIN PROMOUVOIR LA PRATIQUE DU VÉLO Pour télécharger cette fiche et l'ensemble : https://sharing.oodrive.com/share-access/sharings/HlX9RzL3.Zk3qkWkq#/filer/share-access/F5_eSSyVyyc → 4.2 ANNEXE 98GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 PROMOTION ET DÉVELOPPEMENT DES MOBILITÉS ACTIVES CARTOGRAPHIE DE DURÉE DE PARCOURS PÉDESTRES ET CYCLABLES Tom Werner/Getty Images 2 ACTION Vous voulez encourager les habitants de votre territoire à se déplacer davantage à pied ou à vélo ? Réalisez une carte présentant les durées de parcours pédestres et/ou cyclables entre différents points d’intérêt (sites touristiques ou culturels, espaces verts, quartiers…). Cette cartographie peut être élaborée soit à l’aide d’un outil informatique (système d’information géographique - SIG), soit à partir d’un logiciel de dessin, selon les moyens humains, techniques et financiers dont disposent la collectivité. Elle doit comprendre a minima: -Un fond de carte du territoire. - Le tracé d’itinéraires conseillés à pied et/ou à vélo entre des points d’intérêt localisés. - Les durées de parcours. D’autres informations peuvent y figurer, comme la localisation des stations de vélos ou de transport en commun, les aménagements cyclables, etc. Les distances peuvent éventuellement être ajoutées, mais les durées de parcours sont beaucoup plus parlantes pour le grand public. SVETIKD/Getty Images 3 ETAPES POUR LA MISE EN PLACE ET LES MOYENS NÉCESSAIRES 1.Rassembler les données nécessaires à la réalisation des cartes à partir d’un fond de carte du territoire : réseau routier, localisation des stations de vélo en libre-service, des parkings à vélos, des stations de transports en commun, des voies utilisables uniquement à pied ou à vélo (espaces verts, sentiers, passerelles…). 2.Définir les points d’intérêt jugés utiles pour le déplacement des piétons et des cyclistes. En fonction des objectifs recherchés, différents lieux peuvent être choisis : quartiers, sites touristiques ou culturels, espaces verts, établissements scolaires, stations de vélos en libre-service, stations de transport en commun, lieux de services pour les cyclistes, commerces, trajets les plus fréquentés. 3.Elaborer des itinéraires selon des critères définis (durée du parcours, distance, passage par des espaces verts…). Un ordre de grandeur de la durée nécessaire pour parcourir un trajet peut être défini en retenant par exemple les vitesses moyennes de 4 km/h pour un déplacement à pied et de 15 km/h pour un déplacement à vélo. 4.Construire la carte de durée de parcours à pied et/ ou à vélo à l’aide d’un SIG ou d’un logiciel de dessin. BUDGET L’action nécessite essentiellement du temps humain pour rassembler les éléments nécessaires à la constitution des cartes et élaborer les itinéraires. Les coûts sont réduits. Ils concernent éventuellement l’équipement : -D’un fond de carte du territoire : les services d’urbanisme en possèdent généralement, mais ils peuvent être obtenus gratuitement (par exemple sur le site internet d’OpenStreetMap) ou achetés auprès de l’Institut géographique national ou de sociétés privées. -D’un système d’information géographique ou d’un logiciel de dessin (mais il existe des outils gratuits). En fonction des moyens humains, techniques et financiers de la collectivité, la création de telles cartes peut engager un prestataire externe ou une collaboration avec des associations locales de cyclistes par exemple. OBJECTIFS -Sensibiliser au fait que de nombreux trajets du quotidien peuvent être réalisés à pied ou à vélo, notamment sur des distances courtes. -Lutter contre la sédentarité et l’inactivité physique. -Accompagner la population vers le choix d’un mode de déplacement actif et son intégration à un mode de vie quotidien. -Participer à l’amélioration de la qualité de l’air en diminuant le nombre de kilomètres motorisés. 4 PARTENARIATS POSSIBLES Cette démarche est transversale au sein d’une collectivité territoriale et peut impliquer plusieurs services, notamment en charge de : -La mobilité / les déplacements. -La communication. -L’aménagement de l’espace public (urbanisme, espaces verts, voirie, signalétique, politique de la ville). -La culture / le patrimoine. -L’activité physique et sportive. Elle peut par ailleurs s’appuyer sur différents partenaires tels que : -Les associations locales en faveur du vélo ou de la marche pour leur connaissance des itinéraires. -Les offices du tourisme pour la définition des points d’intérêt. -Des prestataires externes pour la réalisation de la carte selon les besoins. BONNES PRATIQUES Cartes de durée de trajets à pied : Grenoble https://www.mobilites-m.fr/pdf/Plan-pieton-grenoble. pdf Grand Lyon https://www.grandlyon.com/fileadmin/user_upload/ media/pdf/deplacements/20160705_gl_cartemavilleapied.pdf Tours Métropole Val de Loire http://www.mobilite.tours-metropole.fr/index. php?idtf=14 La Roche-sur-Yon https://www.larochesuryon.fr/fileadmin/user_ upload/2-Services-infos_pratiques/Transports/cartedeplacements-pietons_1_.pdf Carte du métro à pied à Paris https://www.rando-metro.fr/ Cartes de durée de trajets à vélo : Métropole de Lyon Carte réalisée par l’association La Ville à Vélo. https://lavilleavelo.org/2020/05/25/carte-des-tempsde-trajet-le-velo-est-le-mode-le-plus-rapide-pourcirculer-au-sein-de-la-metropole/ Eurométropole de Strasbourg Carte réalisée par l’association Vélorution Strasbourg. http://velorution-strasbourg.fr/2020/05/10/boulotvelo-dodo/ La Riche Carte réalisée par le collectif cycliste 37. http://www.cc37.org/wp-content/uploads/2015/06/ lariche.pdf Cartes de durée de trajets à pied et à vélo : Granville https://www.ville-granville.fr/wp-content/ uploads/2017/12/Granville50.pdf Signalétique pour encourager les déplacements en mode de transport actif : Grenoble http://www.villes-sante.com/actions-des-villes/ grenoble-une-nouvelle-signaletique-urbaine-pourencourager-les-deplacements-pietons/ FICHE BOUGER + - N5 - CARTOGRAPHIE PARCOURS Pour télécharger cette fiche et l'ensemble : https://sharing.oodrive.com/share-access/sharings/HlX9RzL3.Zk3qkWkq#/filer/share-access/F5_eSSyVyyc → 4.2 ANNEXE 99GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Version 1.0 — Janvier 2020 © Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 BRAND BOOK Avec TOUS LES ACTEURS DE TERRAIN Réunis par UNE MÊME ÉNERGIE Pour PROMOUVOIR LE SPORT Insufflons l’esprit des jeux PARTOUT EN FRANCE PARIS 2024 — TERRE DE JEUX 2024 — 3 Un territoire en commun — Toolbox TERRE DE JEUX 2024 EN UN COUP D'ŒIL PARIS 2024 — TERRE DE JEUX 2024 — 8 Un territoire en commun — Toolbox TERRE DE JEUX 2024 EN UN COUP D'ŒIL Principe d'ouverture Principe de l'onde Principe iconographique + + PARIS 2024 — TERRE DE JEUX 2024 — 9 21 22 23 CHARTE GRAPHIQUE - BRAND BOOK Un territoire en commun — Ingrédients COULEURS La couleur principale de Terre de Jeux 2024 est le bleu. Elle doit être appliquée en majorité sur les supports. La couleur Corail et le blanc sont utilisés en couleurs secondaires, et le bleu clair en petite touche. Corail RVB 255 87 87 CMJN 00 75 60 00 HEX ff5757 Pantone 1785 25 % Blanc RVB 255 255 255 CMJN 00 00 00 00 HEX ffffff Pantone — 15 % Bleu clair RVB 0 106 255 CMJN 95 45 00 00 HEX 006aff Pantone 285 10 % Bleu RVB 0 0 77 CMJN 100 75 00 65 HEX 00004d Pantone 281 50 % PARIS 2024 — TERRE DE JEUX 2024 — 16 Un territoire en commun — Ingrédients TYPOGRAPHIES Arial E X E Black Bold Regular FAISONS LES JEUX ENSEMBLE NOS RÉGIONS VIBRENT À L’UNISSON Les Jeux sont à nous eos as sit lam lit ero evendant vilatur, quossi voluptae eatiis et asit quaecturis et facilique etcon em repedi optatus volut esciis color a atem faciliqui odicu samusdae laborias iusdae remolorem. « L’émotion nous gagne, 2024 nous rassemble. » À vous de jouer! Titre En Paris2024 Regular & Bold, en lettres capitales Sous-Titre En Paris2024 Semibold, en lettres capitales Texte courant En Source Sans Pro Bold, Regular ou Light, en lettres bas de casse Exergue En Paris2024 Semibold en lettres bas de casse Légende En Source Sans Pro Bold, Regular ou Light, en lettres bas de casse Paris2024 T I T R E S Black Bold Semibold Regular Light Extralight Source Sans Pro T E X T E S Black Bold Semibold Regular Light Extralight La typographie "Paris 2024" est une propriété du Comité d'organisation qui en a l'exclusivité d'usage. Lorsqu'une entité labélisée s'exprime sur les supports Terre de Jeux 2024, elle utilise exclusivement La typographie "Sources sans". PARIS 2024 — TERRE DE JEUX 2024 — 17 → 4.3 ANNEXE 100GUIDE DU DESIGN ACTIF PARIS 2024 Insee Focus · Janvier 2022 · n° 258 En 2020, la crise sanitaire a rendu plus difficile l’accès à l’emploi à la sortie des études En moyenne sur l’année 2020, 68,3 % des jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans étaient en emploi. C’est 1,0 point de moins qu’en 2019, alors que le taux d’emploi est resté quasi stable pour les personnes ayant achevé leurs études depuis plus longtemps. Le recul du taux d’emploi des sortants de formation initiale a été particulièrement marqué au 2 e trimestre 2020, sous l’effet du premier confinement de la population. Plus souvent en contrat à durée limitée (CDD, intérim), les jeunes sortants ont de fait été plus exposés que leurs aînés. Le recul de l’emploi s’observe sur l’ensemble de l’échelle des diplômes, mais avec des disparités selon les spécialités de formation. Un recul du taux d’emploi en 2020 pour les sortants de formation initiale En 2020, l’épidémie de Covid-19 a affecté les conditions d’accès au marché du travail. En phase d’insertion professionnelle, les jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans, c’est-à-dire entre 2016 et 2019, soit avant le début de la crise sanitaire, ont été les plus affectés par cette situation exceptionnelle. Par rapport à 2019, le taux d’emploi de ces sortants s’est réduit de 1,0 point, atteignant 68,3 % en moyenne sur l’année 2020 (figure 1a). Davantage insérées sur le marché du travail, les personnes ayant achevé leurs études initiales depuis 5 à 10 ans ont un taux d’emploi déjà plus élevé, qui est resté quasi stable pendant la crise (+ 0,1 point sur un an à 78,1 % en 2020) ; c’est aussi le cas des personnes ayant terminé leurs études depuis 11 ans ou plus (– 0,1 point sur un an à 79,0 %). Le recul du taux d’emploi pour les jeunes à leur entrée dans la vie active entre 2019 et 2020 concerne aussi bien les hommes que les femmes, même s’il est un peu plus prononcé pour les premiers : – 1,3 point pour les jeunes hommes, contre – 0,8 point pour les jeunes femmes (figure 1b, figure 1c). Ceci accentue l’écart favorable aux jeunes femmes : en 2020, 1 à 4 ans après leur sortie de formation initiale, 68,7 % des femmes sont en emploi au sens du Bureau international du travail (BIT), soit 0,8 point de plus que leurs homologues masculins. À partir de 5 ans après la fin des études, la situation s’inverse : en 2020, le taux d’emploi féminin est de 6,0 points inférieur au taux d’emploi masculin parmi les personnes sorties de formation initiale depuis 5 à 10 ans ; cet écart atteint même 8,4 points parmi celles ayant achevé leurs études depuis 11 ans ou plus. Ensemble Femmes Hommes Figure 1a – Taux d’emploi selon la durée écoulée depuis la sortie de formation initiale 64 66 68 70 72 74 76 78 80 82 84 en % 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 Sorties depuis 1 à 4 ans Sorties depuis 5 à 10 ans Sorties depuis 11 ans ou plus Lecture : en 2020, 68,3 % des jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans sont en emploi. Champ : France hors Mayotte, personnes vivant en logement ordinaire, âgées de 15 à 60 ans, sorties depuis un an ou plus de formation initiale. Source : Insee, enquêtes Emploi 2014 à 2020. Un net repli de l’emploi au 2e trimestre 2020 Le taux d’emploi des jeunes sortis depuis 1 à 4 ans de formation initiale s’est particulièrement replié lors du 2 e trimestre 2020, marqué par le premier confinement de la population. Par rapport au 2 e trimestre 2019, ce taux a ainsi reculé de 3,8 points pour s’établir à 66,3 % (figure 2). Sans retrouver son niveau de 2019, il s’est ensuite redressé aux 3 e et 4 e trimestres 2020, avec un recul sur un an nettement atténué (– 0,8 point, puis – 1,0 point). Le taux d’emploi des personnes ayant terminé leurs études depuis 5 à 10 ans (– 1,3 point) ou depuis 11 ans ou plus (– 0,6 point) a également reculé au 2 e trimestre 2020 sur un an, mais de manière plus modérée. Figure 2 – Évolution entre 2019 et 2020 du taux d’emploi par trimestre selon la durée écoulée depuis la sortie de formation initiale 0 1 2 -1 -2 -3 -4 en points 1ᵉʳ trimestre 2ᵉ trimestre 3ᵉ trimestre 4ᵉ trimestre Sorties depuis 1 à 4 ans Sorties depuis 5 à 10 ans Sorties depuis 11 ans ou plus Lecture : entre le 1er trimestre 2019 et le 1er trimestre 2020, le taux d'emploi des personnes sorties de formation initiale depuis 1 à 4 ans a augmenté de 1,4 point. Champ : France hors Mayotte, personnes vivant en logement ordinaire, âgées de 15 à 60 ans, sorties depuis un an ou plus de formation initiale. Source : Insee, enquêtes Emploi 2019 et 2020. En 2020, une hausse du chômage et de son halo pour les jeunes sortants de formation initiale Le recul du taux d’emploi s’est traduit par une hausse de la part des jeunes sortants d’étude sans emploi et qui souhaitent travailler, qu’ils soient au chômage ou dans son halo (+ 1,6 point ; figure 3b). La crise sanitaire ayant fortement limité les démarches de recherche d’emploi, notamment pendant les périodes de confinement, la hausse du chômage a été limitée (+ 0,2 point en moyenne sur l’année) alors que celle du halo autour du chômage a été plus marquée (+ 1,4 point). Au total, en 2020, 21,2 % des sortants de formation initiale sont au chômage ou dans son halo (figure 3a). La part de jeunes en phase d’insertion professionnelle qui sont inactifs sans relever du halo a reculé (– 0,5 point par rapport à 2019, pour atteindre 10,6 %) ; la moitié de ces jeunes ont suivi une formation, conduisant ou pas à un diplôme ou titre reconnu. Par rapport à 2019, la part de sortants sans emploi souhaitant travailler augmente davantage pour les jeunes femmes que pour les jeunes hommes (+ 2,3 points contre + 0,8 point). Situation en 2020 Évolution entre 2019 et 2020 Figure 3a – Situation sur le marché du travail en 2020 selon la durée écoulée depuis la sortie de formation initiale en % Ensemble Sorties depuis 1 à 4 ans 100,0 Sexe Femmes 100,0 Hommes 100,0 Niveau de diplôme Diplôme du supérieur long 100,0 Diplôme du supérieur court 100,0 Bac ou équivalent 100,0 CAP, BEP ou équivalent 100,0 Aucun diplôme, CEP, brevet des collèges 100,0 Sorties depuis 5 à 10 ans 100,0 Sorties depuis 11 ans ou plus 100,0 Lecture : en 2020, 68,3 % des jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans sont en emploi, 21,2 % sont au chômage ou dans son halo et 10,6 % sont inactifs sans relever du halo. Champ : France hors Mayotte, personnes vivant en logement ordinaire, âgées de 15 à 60 ans, sorties depuis un an ou plus de formation initiale. Source : Insee, enquêtes Emploi 2019 et 2020. Les sortants d'étude plus exposés au recul des emplois à durée limitée en 2020 En 2020, alors que la part des personnes en emploi à durée indéterminée (contrats à durée indéterminée, fonctionnaires) dans l’emploi total a augmenté de 0,5 point par rapport à 2019, la part des contrats à durée déterminée (CDD) a reculé de 0,6 point et celle de l’intérim de 0,3 point. Ce recul des emplois à durée limitée (CDD, intérim) a été particulièrement marqué au 2 e trimestre 2020, lors du premier confinement de la population. Les sortants de formation initiale ont été les premiers touchés car ils occupent plus fréquemment ce type d’emploi à leur entrée sur le marché du travail. En 2019, avant la crise sanitaire, 27,5 % des jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans étaient en effet en CDD ou en intérim, contre 16,3 % des personnes ayant achevé leurs études depuis 5 à 10 ans et 8,0 % des personnes les ayant terminées depuis 11 ans ou plus (figure 4). Figure 4 – Statut d'emploi en 2019 selon la durée écoulée depuis la sortie de formation initiale 0 10 20 30 40 50 60 70 80 en % Indépendants Emploi à durée indéterminée Contrat à durée déterminée Intérim Apprentissage Sorties depuis 1 à 4 ans Sorties depuis 5 à 10 ans Sorties depuis 11 ans ou plus Salariés Lecture : en 2019, 63,2 % des personnes sorties de formation initiale depuis 1 à 4 ans et en emploi sont en emploi à durée indéterminée. Champ : France hors Mayotte, personnes vivant en logement ordinaire, en emploi. Source : Insee, enquête Emploi 2019. Des difficultés d’accès à l’emploi partagées à tous les niveaux de diplôme Entre 2019 et 2020, le taux d’emploi des jeunes récemment sortis de formation initiale a diminué, quel que soit leur niveau de diplôme. Seuls les diplômés du supérieur court, qui inclut notamment les diplômes paramédicaux et sociaux, font exception, avec un taux d’emploi qui a résisté (– 0,2 point sur un an, à 80,6 % en 2020 ; figure 5a). En phase d’insertion professionnelle, que ce soit pendant ou en dehors de la crise sanitaire, les plus diplômés restent ceux qui accèdent le plus à l’emploi : en 2020, 1 à 4 ans après la fin de leurs études, 81,9 % des diplômés du supérieur long sont en emploi, contre 60,8 % des titulaires d’un diplôme de niveau bac et seulement 27,6 % des jeunes peu ou pas diplômés. Par rapport à 2019, le chômage et son halo ont le plus fortement augmenté pour les sortants de formation initiale ayant un diplôme de niveau bac (+ 2,7 points) ou CAP-BEP (+ 2,5 points). Ainsi, en 2020, la part de personnes sans emploi souhaitant travailler demeure d’autant plus faible que le niveau de diplôme est élevé : elle est de 12,7 % parmi les diplômés du supérieur long, contre 41,1 % parmi les peu ou pas diplômés. La crise sanitaire a eu un impact différencié selon la spécialité de formation, en lien avec les secteurs qui ont été les plus affectés par la crise. Ainsi, alors que le taux d’emploi des sortants récents d’une formation initiale dans l’hôtellerie-tourisme était en 2019 supérieur à celui de l’ensemble des sortants, ce taux s’est replié de 9,7 points en 2020, pour atteindre 62,7 %, un niveau inférieur à la moyenne (figure 5b). Le taux d’emploi des jeunes sortants diplômés en commerce-vente a également reculé, de 5,9 points, pour s’établir à 67,3 %. Au contraire, les titulaires d’un diplôme de la santé bénéficient d’un taux d’emploi très élevé, et qui a progressé en 2020 : 89,7 % en 2020, soit 2,8 points de plus qu’en 2019. Selon le niveau de diplôme Selon la spécialité de formation Figure 5a – Taux d’emploi en 2019 et 2020 des sortants de formation initiale selon le niveau de diplôme 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 en % Diplôme du supérieur long Diplôme du supérieur court Bac ou équivalent CAP, BEP ou équivalent Aucun diplôme, CEP, brevet des collèges Ensemble 2019 2020 Lecture : en 2020, 1 à 4 ans après la fin de leurs études, 81,9 % des diplômés du supérieur long sont en emploi. Champ : France hors Mayotte, personnes vivant en logement ordinaire, âgées de 15 à 60 ans, sorties depuis 1 à 4 ans de formation initiale. Source : Insee, enquêtes Emploi 2019 et 2020. Publication rédigée par : Émilie Pénicaud (Insee) Sources L’ enquête Emploi est la seule source permettant de mesurer le chômage et l’activité au sens du Bureau international du travail (BIT). Elle est menée en continu, sur l’ensemble des semaines de l’année, en France hors Mayotte. Chaque trimestre, en 2020, environ 80 000 personnes de 15 ans ou plus vivant en ménage ordinaire (c’est-à-dire hors foyers, hôpitaux, prisons, etc.) répondent à l’enquête. Les personnes décrivent leur situation vis-à-vis du marché du travail au cours d’une semaine donnée, dite « de référence ». Définitions La sortie de formation initiale correspond à une première interruption d’un an ou plus du parcours d’études amorcé à l’école élémentaire. Les personnes n’ayant jamais fait d’études ne sont pas considérées comme sortant de formation initiale. Le taux d’emploi est le rapport entre le nombre de personnes en emploi et le nombre total de personnes. L’emploi au sens du Bureau international du travail (BIT) inclut les personnes ayant effectué au moins une heure de travail rémunéré au cours de la semaine de référence ou absentes de leur emploi sous certaines conditions de motif (congés annuels, maladie, maternité, etc.) et de durée. En particulier, les personnes ayant un emploi mais n’ayant pas travaillé pendant la semaine de référence pour cause de congés, de congés maladie de moins d’un an ou de chômage partiel ou technique (quelle que soit la durée) sont considérées comme en emploi. Le chômage au sens du BIT inclut les personnes âgées de 15 ans ou plus qui sont sans emploi la semaine de référence ; disponibles pour travailler dans les deux semaines à venir ; ont effectué, au cours des quatre dernières semaines, une démarche active de recherche d’emploi ou ont trouvé un emploi qui commence dans les trois mois. Le halo autour du chômage comprend les personnes sans emploi qui soit ont recherché un emploi, mais ne sont pas disponibles pour travailler, soit n’ont pas recherché d'emploi, mais souhaitent travailler et sont disponibles pour travailler, soit souhaitent travailler, mais n’ont pas recherché d’emploi et ne sont pas disponibles pour travailler. Un sortant de formation initiale est une personne qui est sortie de formation initiale il y a 1 à 4 ans. Les diplômés du supérieur long sont les personnes titulaires d’un diplôme de niveau bac + 3 ou plus (licence, master, doctorat, etc.). Les personnes peu ou pas diplômées sont les personnes titulaires d’un CEP, du brevet des collèges ou qui n'ont aucun diplôme. Pour en savoir plus Echegu O., Papagiorgiou H., Pinel L., « Moins à risque face à la Covid-19, les jeunes adultes subissent les contrecoups économiques et sociaux de l’épidémie », in France, portrait social, coll. « Insee Références », édition 2021.  Jauneau Y., Vidalenc J., « En 2020, après un fort recul lors du premier confinement, le nombre d’heures travaillées s’est plus ou moins redressé selon les professions », in France, portrait social, coll. « Insee Références », édition 2021.   « Bilan Formation-Emploi 2021 », Insee Résultats, novembre 2021. Blaize T., Borel M., Dubost C.-L., Pichavant A.-S., Reist C., « Comment la situation des jeunes sur le marché du travail a-t-elle évolué en 2020 ?  », Dares Analyses n° 50, septembre 2021.  Jauneau Y., Vidalenc J., « Une photographie du marché du travail en 2020 – L’emploi résiste, le halo autour du chômage augmente », Insee Première n° 1844, mars 2021.  « Analyse des résultats de l’enquête Emploi – Éclairage sur le marché du travail au 2e trimestre 2020 », Informations Rapides n° 203 (complément), Insee, août 2020.  Institut national de la statistique et des études économiques 88 avenue Verdier, 92541 Montrouge Cedex Directeur de la publication : Jean-Luc Tavernier Créer un espace de travail respectueux, avec les moyens du bord Maîtriser votre temps de travail pour maximiser votre efficacité et votre bien-être Maintenir et développer un lien social de qualité Identifier les outils à disposition pour avoir accès à l’information aussi facilement qu’au bureau ! Préserver la dynamique de collaboration Les bonnes pratiques des télétravailleurs Bienvenue ! Vous vous lancez dans l’aventure du travail à distance ? Ou vous êtes déjà un télétravailleur chevronné ? Dans les deux cas, ce guide est fait pour vous ! Vous avez peut-être déjà parcouru les différents guides de la DRH, qui vous ont permis de découvrir le cadre réglementaire et les bonnes pratiques du télétravail. Mais dans la pratique, se sentir bien lorsque l’on travaille à distance n’est pas si simple. Environnement de travail contraint, sentiment d’isolement, difficulté à prioriser et à faire des pauses… ... vous rencontrez peut-être certaines de ces situations. Nous aussi nous avons rencontré ces situations. C’est pour cette raison qu’à travers ce recueil d’idées, nous vous partageons quelques pratiques et astuces quotidiennes du travail à distance pour vous aider à en tirer pleinement les bénéfices. Qui sommes-nous ? Un groupe de télétravailleurs ! Comme nous, vous pouvez partager vos astuces pour nous enrichir mutuellement. Nous vous souhaitons une bonne lecture ! L’équipe des télétravailleurs Introduction Dans ce guide, découvrez comment… Identifier les outils à disposition pour avoir accès à l’information aussi facilement qu’au bureau ! Maintenir et développer un lien social de qualité Préserver la dynamique de collaboration Créer un espace de travail respectueux, avec les moyens du bord Maîtriser votre temps de travail pour maximiser votre efficacité et votre bien-être Les règles d’or Les grands principes à avoir en tête Les petits plus Des conseils pratiques et des astuces Les règles d’or : les grands principes à avoir en tête Les astuces des télétravailleurs Aménagez un espace de travail dédié et adapté, à l’abri des distractions Ménagez votre corps pour maximiser votre bien-être Vous n’avez pas de pièce dédiée pour travailler ? Pas d’inquiétude ! Vous pouvez créer votre propre espace de travail. Pour cela il vous faut : - une surface stable (table de la salle à manger, plan de travail de la cuisine…?) où vous pouvez poser vos outils de travail (ordinateur, cahier, etc.) - Aménagez cet espace de telle sorte qu’il ne soit pas associé à votre espace de vie quotidienne. Quelques astuces : déplacez votre table de travail, modulez sa configuration (si vous avez des rallonges/rabats), enlevez les éléments de décoration ou les équipements associés à votre vie personnelle. Et lors de votre pause-déjeuner, reprenez la configuration « personnelle » de votre espace. Cela aidera votre cerveau à comprendre que vous n’êtes plus au travail ! Si vous avez tendance à rester assis à votre bureau toute la journée, pensez à vous lever une fois toutes les heures, par exemple pour marcher quelques pas avant de vous rasseoir. Astuce : programmez un rappel sur votre téléphone pour y penser ! Votre environnement est bruyant ? Tous les moyens sont bons pour vous isoler phoniquement : boules Quies, casque antibruit… Vous ne vous sentez pas bien installé ? Calez votre dos, et tout spécialement le bas des reins, sur le dossier du siège ou sur un oreiller. Posez les pieds à plat sur le sol, ou remontez-les à l’aide d’un repose-pieds. Asseyez-vous de manière à ce que les jambes forment un angle droit avec les cuisses. Vous avez besoin d’un deuxième écran ? Et si vous utilisez votre télévision comme un deuxième écran ? Encore mieux qu’au travail ! Avez-vous déjà pensé à travailler debout ? Pendant le confinement, certains ont installé une partie de leur « bureau » sur une table de repassage pour varier les postures ! Redressez votre dos et faites régulièrement de l’exercice Étirements du cou, des épaules, des bras et des poignets, du dos… Et aussi de laisser vos yeux se reposer loin des écrans ! Créez un environnement de travail respectueux, avec les moyens du bord ! Les règles d’or : les grands principes à avoir en tête Les astuces des télétravailleurs Définissez vos objectifs et priorités de la journée pour booster votre sentiment d’accomplissement Planifiez votre journée avant de commencer à travailler pour maximiser vos chances d’atteindre vos objectifs Favorisez le moment présent en gérant votre environnement et votre bien-être Vous n’êtes pas seul à la maison ? Prévenez votre entourage des créneaux où il ne faut pas vous déranger et des créneaux plus flexibles. Vous ne parvenez pas à lever le pied ? Planifiez vos pauses déjeuner et vos pauses intermédiaires. « Impausez-vous » ! Fermez votre ordinateur et éteignez votre téléphone lors de vos pauses. Vous avez besoin de vous concentrer ? Limitez les tentations. Gardez un espace de travail « clean » : propre et ordonné. Et si vous désactiviez les notifications de votre boîte mail ? Vous n’aurez plus la tentation de traiter vos mails au fil de l’eau. En fonction du degré de concentration nécessaire, mettez votre téléphone en silencieux voire arrêtez-le. Planifiez votre journée pour être efficace. Idéalement la veille, définissez vos tâches prioritaires à effectuer en TT et prévoyez un créneau pour chacune d’elles dans votre agenda. Planifiez les tâches nécessitant de l’attention (lecture, réflexion, structuration) le matin (l’esprit est plus vif) et les tâches « automatiques » ou interactives l’après-midi. En télétravail, prenez soin de vous ! Vous n’avez pas/peu de temps de trajet ? Et si vous tiriez parti de ce temps libre dans votre journée pour faire quelque chose qui vous tient à cœur ? Ecouter la radio, lire un livre, peindre, vous reposer, aller marcher dans un parc, faire du sport, etc. N’hésitez pas à planifier ces créneaux de détente dans votre agenda pour vous y tenir ! Maîtrisez votre temps de travail pour maximiser votre efficacité et votre bien-être ! Les règles d’or : les grands principes à avoir en tête Les astuces des télétravailleurs Préservez ou développez des rituels conviviaux avec vos collègues Maintenez vos échanges informels, une journée à distance est une journée « comme les autres » Vous avez des rituels sur site (café, déjeuner, pause cigarette) ? Avec le travail à distance, les conversations entre collègues peuvent manquer, alors même qu’ils sont salutaires pour prendre un peu de distance. Il vous est toujours possible d’organiser des moments de discussion entre vous, pour parler de vos sujets, et des éléments sur lesquels vous travaillez. Cela vous permettra également de prendre des nouvelles les uns des autres ! Vous avez besoin d’échanger avec une personne de votre équipe qui est en télétravail ? Une journée de télétravail est une journée de travail « normale » ! La distance n’exclut pas la proximité. Faites régulièrement le point sur votre état d’esprit ! Si au cours d’une journée, vous sentez que vous n’avez pas suffisamment d’interactions, appelez une personne proche pour prendre quelques nouvelles ! Vous êtes plusieurs amateurs de sport dans l’équipe ? La pratique d’une activité sportive (musculation, yoga, Pilate, tapis de course, vélo d’intérieur…) peut favoriser l’échange et la découverte des collaborateurs entre eux, dans un contexte hors professionnel. Des solutions digitales existent et permettent de maintenir la cohésion entre collaborateurs : compteurs personnels, classement par équipe ou individuel, espaces de tchat, etc. Créer un groupe d’échange avec vos collègues, cela vous dirait ? (par exemple, sur Teams ou WhatsApp…) Cela vous permettrait de maintenir (ou de développer) les échanges « autour de la machine à café », de continuer d’interagir avec vos collègues sur votre quotidien, et d’en apprendre davantage sur eux… Maintenez un lien social de qualité avec vos collègues, en dépit de la distance ! Les règles d’or : les grands principes à avoir en tête Les astuces des télétravailleurs Identifiez les outils à votre disposition et formez-vous à leur utilisation Tirez profit du répertoire partagé (I:) et du SharePoint Choisissez le bon canal/outil en fonction de l’information à faire passer Besoin d’aide pour prendre en main vos outils ? Remontez votre besoin de formation à votre manager. Et, en attendant d’être formé, pensez à demander de l’aide à vos collègues. Et surtout, rappelez-vous qu’Internet regorge de conseils (vidéos, tutoriels). Dans vos emails, pour éviter l’envoi d’emails trop lourds et lents, partagez le lien (plutôt qu’une pièce jointe) où l’on peut trouver vos fichiers sur le réseau (clic droit sur l’arborescence en haut de votre explorateur de fichiers). Créez des raccourcis vers les dossiers que vous utilisez souvent pour y accéder rapidement (clic droit sur le dossier puis clic sur « Epinglez à accès rapide »). Peur d’avoir des soucis d’accès au réseau ? Copiez sur votre bureau d’ordinateur les documents dont vous aurez besoin dans la journée, et remettez-les sur le réseau (si modifiés) en fin de journée. Vous avez besoin d’aide pour prendre en main l’outil Teams ? La DSI a créé et anime une communauté sur l’outil, « Bienvenue dans Teams ». Pour la rejoindre, allez dans l’onglet « Equipe », cliquez sur la barre « Rejoindre ou créer une équipe », puis, dans la barre de recherche en haut à droite, tapez « Bienvenue dans Teams ». Cliquez sur le bouton « Rejoindre l’équipe ». Il ne vous reste plus qu’à attendre que votre demande soit acceptée ! Vous maîtrisez certains outils avec brio ? Proposez aux membres de votre équipe de leur partager votre savoir ! Envie de rendre vos réunions plus ludiques et interactives ? Privilégiez Klaxoon et son large panel d’activités en ligne (sondages, brainstorming, challenges…). Pour animer une réunion en visioconférence, ou échanger régulièrement avec un groupe/ une équipe sur un sujet précis créez une Equipe sur Teams avec un nom cohérent « Equipe projet XXX » et ajoutez les personnes concernées. Pour informer un groupe ou partager des informations/nouvelles, sur un sujet, de manière régulière et informelle créez un groupe WhatsApp avec un nom cohérent « Equipe projet XXX » et ajoutez les personnes concernées via leur numéro de téléphone professionnel. Identifiez les outils à disposition pour avoir accès à l’information, comme au bureau ! Les règles d’or : les grands principes à avoir en tête Les astuces des télétravailleurs Informez-vous mutuellement de vos jours de présentiel et de télétravail Cadrez et préparez les réunions et moments d’échanges à distance, pour en tirer le meilleur Tenez-vous au courant mutuellement des jours de présentiel et de distance de chacun, par exemple en notant dans vos agendas Outlook les jours où vous êtes en télétravail ! Pour chaque réunion, planifiez un créneau qui soit raisonnable : 30 minutes pour un sujet simple, 1h pour un sujet plus complexe. Pour cela, il est utile d’avoir en tête un ordre du jour des réunions que vous organisez, ainsi que les éléments desquels vous aurez besoin à l’issue de la réunion. En réunion, tenez-vous à l’ordre du jour ! Si les digressions sont parfois nécessaires, il est important de recentrer autant que possible la discussion sur le sujet qui compte. A l’issue de chaque réunion, n’oubliez pas d’envoyer un compte-rendu avec les prochaines étapes, actions à mener… Pour aller plus loin : avec l’outil Teams, vous avez la possibilité de rédiger un compte-rendu directement dans le corps de la réunion. En début de réunion, si vous êtes un nombre important de participants, n’hésitez pas à prendre le temps de rappeler les règles d’échange (ex : couper son micro quand on n’a pas la parole, pour éviter les bruits de fond parasite) ainsi que l’ordre du jour pour que chacun connaisse l’objet de l’échange. Au cours de vos échanges, favorisez votre concentration et celle des participants : limitez vos distractions (en mettant votre téléphone en silencieux une fois tous les participants connectés, en coupant vos notifications Outlook…) et sollicitez régulièrement les participants pour vous assurer de leur contribution. Pour préparer vos échanges, veillez à bien identifier les personnes à convier, et à privilégier une durée raisonnable de réunion. Si vous avez besoin de beaucoup de monde, peut-être est-ce parce qu’il y a trop d’objectifs ? Mieux vaut donc proposer plusieurs réunions courtes pour les traiter, qu’une réunion unique qui s’éternise… Travaillez ensemble, sans être ensemble : préservez la dynamique de collaboration ! Vous avez besoin d’aide ou de conseils? Ou vous souhaitez partager des bonnes pratiques sur le travail à distance ? Rejoignez la communauté des télétravailleurs du Département sur Teams ! Pour la rejoindre, allez dans l’onglet « Équipe », cliquez sur la barre « Rejoindre ou créer une équipe », puis, dans la barre de recherche en haut à droite, tapez « Les bonnes pratiques des télétravailleurs ». Cliquez sur le bouton « Rejoindre l’équipe ». Il ne vous reste plus qu’à attendre que votre demande soit acceptée ! La DRH a créé et anime une communauté sur Teams, « Les bonnes pratiques des télétravailleurs ». Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? Résultats de la Fabrique Prospective COMPRENDRE La reproduction de cette publication est soumise à autorisation de l’ANCT ; contact : info@anct.gouv.fr Directeur de publication : Yves Le Breton (ANCT) - Directrice de collection : Agnès Reiner (ANCT) - Directrice éditoriale : Annabelle Boutet (ANCT) - Autrice : Anaïs Lefranc-Morin (ANCT) - Mise en page : Stratéact’ - Illustrations : Mathilde François (Partie Prenante) Contact presse : Kathleen André (Equancy), kathleen.andre@equancy.com Dépôt légal : décembre 2021 - ISBN : 978-2-492484-20-9 2 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? RÉSULTATS DE LA FABRIQUE PROSPECTIVE COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 3 Sommaire Introduction p. 5 • La Fabrique Prospective « Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? » p. 6 I. Modes de production et de consommation durables : quels enjeux pour les villes moyennes ? p. 10 • La mutation des modes de production et de consommation : des objectifs internationaux aux enjeux territoriaux p. 10 • Des mutations engagées dans les villes moyennes mais des freins à lever pour aller plus loin p. 12 II. Beauvais, Bourg-en-Bresse, Lorient, Saint-Dié-des-Vosges : quatre feuilles de route pour des modes de production et de consommation durables p. 16 • Beauvaisis : faire converger les stratégies de développement économique et de transition écologique p. 16 • Bassin de Bourg-en-Bresse : conjuguer développement territorial et sobriété foncière p. 17 • Lorient : décarboner la logistique urbaine p. 18 • Saint-Dié-des-Vosges : donner à tous l’accès à des modes de consommation durables p. 18 III. Quatre leviers à mobiliser par les villes moyennes et huit pistes d’action nationales pour des modes de production et de consommation durables p. 20 • Exemplarité, vision, coopération, adaptation : les leviers des villes moyennes p. 20 • Réduire l’empreinte écologique de la commune/de l’EPCI, dans une logique de responsabilité, d’efficacité et d’exemplarité vis-à-vis des autres acteurs du territoire • Porter une vision articulant transition écologique et développement économique du territoire • Adapter les modalités d’intervention au profil des acteurs afin de mobiliser au-delà du cercle des pionniers • Au niveau national : trois orientations et huit pistes d’action pour soutenir les dynamiques engagées localement p. 23 • Enrichir le programme Action cœur de ville d’un volet sur les modes de production et de consommation durables • Soutenir la prise en charge par les communes et les EPCI des missions d’animation territoriale et de facilitation de la coopération entre acteurs nécessaires à la mutation des modes de production et de consommation • Définir un cadre national incitatif pour la mutation des modes de production et de consommation Conclusion p. 26 4 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? NOTES 1. ANCT, La transition écologique comme moteur de la cohésion des territoires, collection Comprendre, octobre 2020. 2. Les résultats de l’enquête ont fait l’objet d’une publication : https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr/sites/default/ files/2020-09/En%20d%C3%A9tail%20Synthese%20TE%20%26%20VM_mai%202019.pdf 3. L’écologie industrielle désigne la mise en œuvre des principes de l’économie circulaire dans le domaine de l’industrie. Une fois l’identification des flux de matière et d’énergie industriels à l’échelle d’un périmètre donné (une usine, une zone d’activités, un bassin industriel…) réalisée, il s’agit de les réorganiser pour éviter au maximum les prélèvements de matière et les rejets de déchets et polluants dans les milieux naturels. Pour ce faire, des synergies entre acteurs proches géographiquement (entreprises, mais aussi éventuellement collectivités locales, habitants…) sont mises en place, pour que les déchets des uns constituent les ressources des autres. La transition écologique désigne la transformation profonde et progressive du fonctionnement d’un territoire conduite par différents acteurs (pouvoirs publics, citoyens, associations, entreprises…) pour réduire l’empreinte des activités humaines sur l’environnement et parvenir à un développement durable. Elle vise ainsi à préserver une Terre viable et habitable pour les générations présentes et futures. Pour que la transition écologique devienne une réalité pour tous les territoires, quatre défis sont à relever1 : • l’intégration du vivant dans les politiques territoriales ; • la prise en compte des enjeux de justice territoriale et sociale ; • la création de nouveaux mécanismes de coopération et de solidarité entre les territoires ; • la transformation des modes de production, de consommation et de vie. Ce dernier enjeu a été particulièrement mis en évidence en 2020 par la crise sanitaire liée à la Covid19 : nos modes de production et de consommation ont été bouleversés, notamment du fait de leur dépendance aux chaînes de valeur mondialisées, que ce soit en termes d’approvisionnement ou de débouchés. La crise a mis en lumière de manière tangible la vulnérabilité des acteurs de la production et de la consommation dans les territoires, ce qui interroge sur la résilience de nos modes de vie et de nos modèles de développement face aux chocs écologiques à venir. Parallèlement, la crise sanitaire a révélé la capacité d’initiative et d’innovation des acteurs des territoires pour répondre en urgence aux besoins : vente de produits à la ferme, fourniture de paniers alimentaires pour les plus démunis, mise en place du click and collect dans des magasins de proximité, réorientation temporaire de l’activité d’usines habituellement tournées vers l’export pour fournir des masques et des solutions hydroalcooliques aux Français, etc. Les collectivités locales ont été en première ligne pour faciliter ces transformations réalisées dans un temps très court. Les villes moyennes, qui représentent le quart de la population et de l’emploi en France, sont des acteurs essentiels de cette évolution des modes de production et de consommation. L’enquête « Villes moyennes et transition écologique », réalisée en mai 2019 par le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) en partenariat avec Villes de France et le Commissariat général au développement durable2, montrait en effet que les trois quarts des communes et intercommunalités de taille moyenne portaient des actions en matière de modes de production et de consommation durables : réduction des déchets à la source, promotion de l’économie circulaire et de l’écologie industrielle3 , soutien à l’économie sociale et solidaire, propositions de solutions alternatives à la voiture individuelle, etc. Cependant, les villes moyennes ne disposent pas toujours de stratégies globales, de gouvernance partagée ou encore d’outils de mesure et de suivi pour porter la thématique transversale des modes de production et de consommation durables, qui se situe à la charnière entre transition écologique, développement économique et cohésion sociale. C’est pourquoi, fin 2019, le CGET - dont les missions sont désormais assurées par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) - a lancé avec Villes de France une Fabrique Prospective sur le thème « Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? » Le Commissariat général au développement durable (CGDD) et la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN) ont été associés à cette démarche. Pendant un an et demi, la Fabrique Prospective a accompagné les acteurs locaux de quatre villes moyennes bénéficiaires du programme Action cœur de ville : Beauvais (60), Bourg-en-Bresse (01), Lorient (56) et Saint-Dié-des-Vosges (88). Cette publication présente les résultats de cette Fabrique Prospective pour chacune des quatre villes et au niveau national, en particulier pour le programme Action cœur de ville. Introduction COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 5 LA FABRIQUE PROSPECTIVE « VILLES MOYENNES ET TRANSITION ÉCOLOGIQUE : QUELLES MUTATIONS DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION ? » Lancée fin 2019, la Fabrique Prospective « Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? » faisait l’hypothèse que la transition écologique est une opportunité pour réinventer les modèles de développement économique des villes moyennes, en favorisant des modes de production et de consommation durables. Il s’agissait d’identifier comment accélérer cette transformation, en s’appuyant sur les atouts spécifiques des villes moyennes : « taille humaine » favorisant l’interconnaissance entre les acteurs, position à l’interface entre le monde urbain et rural, riche patrimoine naturel, agricole et forestier… La Fabrique Prospective s’inscrivait dans les priorités du programme Action cœur de ville, lancé par le Gouvernement en mars 2018, qui comprend un axe transversal dédié à la transition écologique4 . Pendant un an et demi, la Fabrique Prospective a réuni les communes de Lorient et de Saint-Dié-des-Vosges et les communautés d’agglomération du Beauvaisis et du Bassin de Bourg-en-Bresse. L’animation a été confiée aux agences de conseils Partie Prenante et Colibree. Dans chaque ville, quatre séminaires locaux ont été organisés afin de définir une feuille de route pour le territoire en matière de mutation des modes de production et de consommation. Ils réunissaient un groupe de travail composé de divers acteurs locaux (agents et élus de l’intercommunalité et des communes de l’agglomération, Région, État déconcentré, chambres consulaires, entreprises, associations…). En alternance, quatre séminaires intersites, réunissant les représentants des quatre villes (élus et agents) et les partenaires nationaux (ANCT, Villes de France, CGDD et DGALN), ont permis de croiser et approfondir les enseignements issus des quatre territoires. LE PROGRAMME NATIONAL ACTION CŒUR DE VILLE Le programme Action cœur de ville vise à soutenir le développement des 222 villes moyennes qui exercent un rôle irremplaçable de centralité pour l’ensemble de leurs territoires, et, cela, en investissant prioritairement dans la revitalisation des cœurs de ville. Pour ce faire, le programme soutient des actions autour de cinq axes et de deux priorités transversales. 5 axes : • La réhabilitation-restructuration de l’habitat en centre-ville • Le développement économique et commercial • L’accessibilité, les mobilités et connexions • La mise en valeur de l’espace public et du patrimoine • L’accès aux équipements et services publics 2 priorités transversales : • La transition écologique • La participation citoyenne Le programme s’articule autour d’un ensemble de mesures pour aider les communes et les intercommunalités à mobiliser l’expertise et les ressources nécessaires à leurs projets, notamment en simplifiant et en facilitant leurs démarches. Piloté par l’ANCT, il bénéficie de cinq milliards d’euros de l’État et des partenaires financiers (Banque des Territoires, Action Logement, Agence nationale de l’amélioration de l’habitat), avec l’objectif d’améliorer concrètement les conditions de vie des habitants. 6 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? Parole de participants « La Fabrique Prospective nous a permis au sein des différents services de l’agglomération de réfléchir à l’adaptation de nos structures pour lutter efficacement contre les gaz à effet de serre. Quand on voit la diversité des acteurs qui étaient présents, je me dis qu’on a tout de même enclenché une dynamique transversale concrète. Désormais, grâce à de nouveaux modes opératoires, nous allons pouvoir passer au tamis l’ensemble de nos décisions au filtre de la protection de notre environnement et du développement durable ». Loïc Barbaras, vice-président de la communauté d’agglomération du Beauvaisis en charge du développement économique « La Fabrique Prospective a permis de mettre en lumière certaines vulnérabilités à Saint-Dié-des-Vosges, notamment la difficulté à associer certaines entreprises locales à la transition écologique. La Fabrique a cependant montré qu’il était possible de mutualiser le savoir-faire de certaines d’entre elles, dans les domaines agricoles et industriels notamment, et de créer ainsi une vraie dynamique locale. Le besoin d’accompagnement par la collectivité locale, au-delà du travail de sensibilisation, est donc primordial puisqu’il permet de renforcer la capacité d’action des consommateurs et des commerçants. Cela passe par la mise en réseau et le partage d’expériences ». Brigitte Henri, maire-adjointe de Saint-Dié-des-Vosges en charge de la transition écologique « La Fabrique Prospective a fait émerger une volonté commune locale d’avancer sur un sujet jusque-là peu abordé : la logistique urbaine décarbonée. Elle nous a permis de lancer de nombreuses pistes d’action pour traduire concrètement cette volonté. Nous retiendrons également des idées nouvelles, comme l’importance des expérimentations pour modifier les habitudes. J’espère que nous pourrons amplifier et accélérer la dynamique de travail mise en route avec cette démarche ». Bruno Paris, vice-président de la communauté d’agglomération de Lorient en charge de la transition écologique « Nous sommes très satisfaits du caractère exploratoire de la démarche. Les quatre villes moyennes impliquées ont créé un réseau, elles vont pouvoir devenir des ambassadrices du sujet de la mutation des modes de production et de consommation auprès des autres villes du programme. Il y a un intérêt à poursuivre les réflexions engagées et à les partager avec d’autres territoires. On voit à travers cette Fabrique Prospective que les villes moyennes sont une bonne taille de ville pour expérimenter et innover ». Jean Guiony, directeur-adjoint du programme Action cœur de ville, ANCT « L’expérience de la Fabrique Prospective a été particulièrement riche et porteuse. Avec des collectivités très impliquées, la Fabrique a documenté de manière pragmatique et fine les blocages liés à la transition (« une réalité systémique et structurelle, ce qui la rend difficilement saisissable par les acteurs locaux ») ; certaines limites à dépasser (« la première marche ») ; différents régimes de mobilisation des acteurs (« les pionniers, les attentistes et les insaisissables ») ; ou encore des leviers à actionner, notamment ceux qui permettent d’influer sur des décisions d’ordre individuel dont on sait combien elles sont déterminantes pour agir de manière plus vertueuse (comme celles relevant des « choix d’installation, de mobilité ou d’approvisionnement » des habitants et acteurs économiques). L’expérience montre que c’est de la constitution d’une communauté apprenante et solidaire aux différentes échelles que dépend l’amplification des transitions à faire advenir dans les territoires ». Florian Muzard, chef de projet à la sous-direction de l’aménagement durable, DGALN « Alors que l’organisation institutionnelle pousse plutôt à la concurrence entre territoires, en utilisant bien souvent des recettes toutes faites ayant été mises en œuvre ailleurs, le travail mené au sein de la Fabrique Prospective met l’accent tout à la fois sur un questionnement propre à chaque collectivité et à un échange inter-collectivités. La bonne compréhension du contexte local permet de faire ressortir les enjeux, envies, forces et faiblesses de chaque collectivité pour dégager des priorités. La mise en réseau permet de son côté de voir ce qui est propre à chacune, ce qui est commun et de partager et discuter des réponses apportées. Les territoires ne sont plus ainsi en rivalité, mais bien en cohésion. La mise en perspective avec des acteurs nationaux permet par ailleurs un dialogue constructif, dégagé des logiques de guichet et plutôt tourné là aussi sur une meilleure connaissance réciproque des freins et leviers possibles. Cela permet de sortir des réponses pré-formatées et permettent de questionner les relations État-collectivité sur des bases plus constructives ». Sylvain Rotillon, chef de la mission gouvernance de l’environnement, science et société Service de la Recherche, CGDD NOTE 4. http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/programmeaction-coeur-de-ville-la-grande-transformation-pourles-centres-villes-demarre COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 7 « La démarche déployée par l’ANCT répond visiblement à un réel besoin des collectivités. Cet accompagnement permet une prise de hauteur sur des sujets complexes de la transition, mais également un partage des difficultés entre pairs. Ces échanges très riches montrent que le besoin de réseau (pour se questionner, pour partager des pratiques, des réussites, des idées) est très prégnant. Le financement de l’ingénierie territoriale a été pointé comme une problématique à résoudre pour doter les collectivités de moyens d’action réels et opérationnels. Cette ingénierie est précisément ce qui permet le sur-mesure, adapté au territoire et à ses problématiques. C’est aussi du soutien à la gouvernance de projets, à leur animation. Car les collectivités ont un rôle d’ambassadeur à mener auprès des acteurs des territoires, de mobilisation de ces derniers. Ce changement de posture suppose des moyens d’animation, des moyens d’ingénierie en support des équipes et des élus. La Fabrique Prospective a joué ce rôle pour les collectivités impliquées dans la démarche ». Anne Jacod, chargée de mission prospective, CGDD « La Fabrique Prospective, objet non identifié au démarrage, a rapidement montré sa pertinence, par la puissance de la réflexion collective et du « pas de côté » opéré. La transition écologique des modes de production et de consommation interpelle les décisions quotidiennes des acteurs économiques locaux - que nous sommes tous - tout en les reliant à des échelles qui nous dépassent (échanges mondialisés). Les villes moyennes et leurs intercommunalités ont un rôle clé à jouer pour aider les coopérations locales à se tisser et se renforcer, car elles sont le terreau des transformations volontaires ». Caroline Valluis, agence Colibree « Que peut l’action publique pour amplifier la mutation des modes de production et de consommation dans les villes moyennes ? C’est tout l’intérêt d’une Fabrique Prospective que de pouvoir approfondir une question que toutes les collectivités se posent (ou devraient se poser) sans forcément avoir le temps d’y répondre, car elle ne correspond pas au découpage sectoriel habituel. En faisant dialoguer élus et techniciens, écologie et développement économique, local et national, les séminaires ont permis de définir des orientations communes et de préciser la contribution de chacun à cet effort collectif. La Fabrique Prospective a souligné l’importance, pour une action publique locale qui souhaiterait accompagner cette mutation, de s’entourer d’une diversité d’acteurs du territoire et de déployer une grande capacité d’écoute. La Fabrique a surtout contribué à renforcer le pouvoir d’agir des collectivités, à travers une meilleure compréhension des besoins des acteurs de terrain et l’identification de pistes d’action opérationnelles ». Nicolas Rio et Mathilde François, agence Partie Prenante 8 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? Portrait des quatre villes moyennes de la Fabrique Prospective (source Banatic, 2021 ; Insee, 2018) Beauvais Bourg-en-Bresse Lorient Saint-Dié-des-Vosges Région Hauts-de-France Auvergne Rhône-Alpes Bretagne Grand Est Département Oise Ain Morbihan Vosges Nombre d'habitants de la commune 56 605 41 248 57 084 19 724 Nom de l'EPCI Communauté d’agglomération du Beauvaisis Grand Bourg Agglomération Lorient Agglomération Communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges Nombre de communes dans l'agglomération 53 74 25 77 Nombre d'habitants de l'EPCI 105 753 132 682 204 107 74 926 Maire et Président de l'Agglomération Caroline Cayeux Jean-François Débat Fabrice Loher David Valence COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 9 La mutation des modes de production et de consommation : des objectifs internationaux aux enjeux territoriaux Modes de production et de consommation durables : quels enjeux pour les villes moyennes ? En 2015, les États membres des Nations Unies définissent dix-sept objectifs de développement durable (ODD), rassemblés dans l’Agenda 2030, communs à tous les pays engagés. Le douzième objectif concerne la consommation et la production durables qui « […] encouragent à utiliser les ressources et l’énergie de manière efficace, à mettre en place des infrastructures durables et à assurer à tous l’accès aux services de base, des emplois verts et décents et une meilleure qualité de la vie. [...] Puisque la consommation et la production durables visent à faire plus et mieux avec moins, les bénéfices en matière de bien-être découlant des activités économiques peuvent augmenter en réduisant l’utilisation des ressources, la dégradation et la pollution. »5 En effet, notre modèle de société alliant une production et une consommation de biens et services toujours plus intenses et des durées de vie des produits toujours plus courtes dans certains secteurs, pose la question de sa viabilité à moyen terme : il épuise les ressources naturelles et accroît au même rythme la productions de déchets et de pollutions (de l’eau, de l’air, des sols, acoustique, lumineuse…). De plus, il perturbe fortement les équilibres naturels (climat, écosystèmes…) ce qui menace la stabilité des sociétés humaines. Il s’agit dès lors de changer de modèle en réduisant l’énergie consommée, y compris au cours des process de production, en utilisant des déchets comme matière première, en s’approvisionnant auprès de producteurs locaux, en réduisant les emballages ou en privilégiant les produits de qualité (bio, commerce équitable, sains). Les indicateurs retenus par la France pour le suivi de l’ODD 12 portent sur la consommation et l’empreinte matières, la gestion des déchets, le gaspillage alimentaire, l’économie circulaire et les projets qui adoptent des pratiques viables6 . En septembre 2019, la France a présenté sa feuille de route pour la mise en œuvre des ODD. Celle-ci s’organise autour de six enjeux7 , dont celui de « transformer les modèles de société par la sobriété carbone et l’économie des ressources naturelles, pour agir en faveur du climat, de la planète et de sa biodiversité ». Cet enjeu concerne l’évolution des modes de production et de consommation comme l’indiquent ses trois priorités : créer un dispositif légal et contraignant sur les objectifs de sobriété carbone, d’économie des ressources naturelles, d’économie circulaire et d’adaptation au changement climatique ; concevoir et encourager les nouveaux modèles durables de consommation, de production et d’approvisionnement économes en ressources naturelles, sobres en carbone et circulaires ; accélérer la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, en s’appuyant sur les connaissances de la dynamique des écosystèmes. Tous les territoires sont concernés par la mutation vers des modes de production et de consommation durables mais selon leurs spécificités, certains sont très directement impactés ou particulièrement vulnérables. Il s’agit notamment des territoires dont l’économie est fortement spécialisée dans des activités menacées par le changement climatique (stations de ski, territoires agricoles, etc.) et de ceux qui comptent des activités très consommatrices en énergie (métallurgie, industrie chimique…). Face à cet objectif, les villes moyennes connaissent, de plus, des enjeux spécifiques mis en évidence dans le cadre de la Fabrique Prospective. • Les villes moyennes sont des territoires à taille humaine, dans lesquels le nombre d’acteurs limité et la densité des interactions peuvent faciliter le partage d’expériences, la diffusion des solutions et la structuration des coopérations. En outre, elles présentent généralement 10 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? un tissu économique spécialisé autour de quelques filières économiques structurantes, ce qui facilite les complémentarités entre acteurs économiques, mais aussi le dialogue avec les acteurs publics (intercommunalités, communes, établissements d’enseignement supérieur et de recherche…). • Le nombre relativement important d’habitants et d’entreprises des villes moyennes facilite la mise en place de solutions innovantes en matière de production ou de consommation à l’échelle du territoire, parce qu’il offre une masse critique permettant de viabiliser leur modèle économique. • Du fait de leur position à l’interface entre espaces urbains et espaces ruraux, les villes moyennes sont à la fois des bassins de consommation importants et des bassins de production forestière, agricole et industrielle. Cette configuration est propice au développement des circuits de proximité (vente de produits locaux). • Les villes moyennes disposent d’une ingénierie technique et de connaissances scientifiques locales réelles en matière de transition écologique, et ce d’autant plus qu’elles accueillent des établissements d’enseignement supérieur NOTES 5. https://unric.org/fr/odd-12/ 6. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2658599?sommaire=2654964 7. 1. Agir pour une transition juste ; 2. Transformer les modèles de société ; 3. S’appuyer sur l’éduction et la formation tout au long de la vie ; 4. Agir pour la santé et le bien-être de toutes et tous ; 5. Rendre effective la participation citoyenne à l’atteinte des ODD ; 6. Construire une transformation durable européenne et internationale : https:// www.agenda-2030.fr/feuille-de-route-de-la-france-pour-l-agenda2030/#scrollNav-3 MÉTHODE DES « PERSONAS » POUR IMAGINER LE QUOTIDIEN À 2050 DANS LES VILLES MOYENNES Pour identifier les vulnérabilités et les ressources propres à chaque ville moyenne engagée dans la Fabrique Prospective, les prestataires ont mobilisé la méthode des personas lors du premier séminaire local. Les personas sont des profils-type, ici de consommateurs et de producteurs, certains communs aux quatre villes (un gérant de supermarché, un commerçant indépendant de centre-ville, un couple habitant en périphérie, une personne âgée vivant en centre-ville, une PME industrielle…), d’autres propres à une ville en particulier (ex : une scierie à Saint-Dié-desVosges, une plateforme logistique à Bourg-en-Bresse…). Les participants ont été répartis en plusieurs groupes. Chaque groupe devait projeter les modes de production ou de consommation d’un persona à l’horizon 2050, en s’interrogeant sur ses vulnérabilités et ressources au regard de six tendances relatives à la transition écologique : • des tensions intenses sur l’usage des ressources naturelles : conflits d’usage sur la ressource en eau, pénurie de sable et de granulats, hausse du prix du pétrole... ; • la fragilisation des écosystèmes naturels et le dérèglement climatique : récurrence des sécheresses, feu de forêts, inondations, perte de biodiversité locale, diffusion de parasites… ; • la hausse de la précarité énergétique (ménages qui consacrent plus de 10 % de leurs revenus à des dépenses d’énergie), face à l’augmentation des prix de l’énergie, à la mauvaise isolation des logements, à la prépondérance de la voiture dans les mobilités, à l’allongement des distances parcourues quotidiennement… ; • l’impératif de neutralité carbone qui suppose de diviser les émissions de gaz à effet de serre françaises par sept d’ici 2050 ; d’après les données du ministère de la Transition écologique, l’industrie devrait baisser ses émissions de 81 % en trois décennies, le bâtiment et le transport de 95 %, l’agriculture de 45 % ; • l’obligation de sobriété foncière et de nouvelles restrictions concernant l’étalement urbain et la consommation de foncier dans les territoires périurbains et ruraux ; • la demande sociale croissante de consommation responsable : recherche de circuits courts et de proximité, de produits d’occasion… Ces tendances de long terme, bien que non exhaustives, permettaient de souligner la diversité des facteurs susceptibles d’influencer les modes de production et de consommation, certains relevant de perturbations environnementales, d’autres d’orientations de politiques publiques nationales ou encore d’évolution des attentes des acteurs. L’exercice a ainsi permis d’identifier des vulnérabilités et des ressources propres à certains acteurs du territoire face aux évolutions environnementales, d’autres communes à plusieurs acteurs, voire au territoire dans son ensemble. Le recours à la méthode des persona a invité le groupe de travail à se placer dans une logique d’écoute des besoins des acteurs du territoire (habitants, entreprises, associations) pour accompagner la mutation des modes de production et de consommation. et de recherche, ainsi que des bureaux d’étude. Cependant, ces expertises trouvent parfois leurs limites sur le sujet de la mutation des modes de production et de consommation, qui soulève des enjeux à la fois complexes et pointus. • Depuis le début de la crise sanitaire, les villes moyennes connaissent un regain d’attractivité pour certains citadins des métropoles8 , qui souhaitent y déménager pour se rapprocher de la nature et adopter un mode de vie plus apaisé. Ces nouveaux habitants sont porteurs d’attentes fortes en matière d’accès à la nature COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 11 consommation durables, avec ou sans l’appui des acteurs publics. Cependant, il n’est pas toujours évident pour une ville ou une agglomération de taille moyenne de cerner les besoins des acteurs dans leur diversité, et les difficultés qu’ils rencontrent pour aller plus loin. Les travaux conduits dans le cadre de la Fabrique Prospective à partir de témoignages d’acteurs locaux de Beauvais, Bourg-en-Bresse, Lorient et Saint-Dié-des-Vosges ont permis de mettre en lumière les facteurs déclenchants de l’engagement dans la mutation des modes de production et de consommation durables dans les villes moyennes. Du côté des acteurs économiques, les facteurs conduisant à engager des mutations sont principalement de trois ordres : • la volonté de répondre à la demande des clients. Les entreprises se tournent vers le « made in France », les circuits courts ou les produits bio parce qu’elles ont la conviction qu’il s’agit d’un marché dynamique et durable ; • un enjeu de ressources humaines, en particulier pour les entreprises industrielles et les commerces. Il s’agit, en s’engageant dans la transition écologique d’attirer et de fidéliser une main d’œuvre qualifiée, en particulier des jeunes ; • les contraintes règlementaires (sur l’usage de la ressource en eau, la réduction des rejets polluants ou l’interdiction de certains produits), qui, même si elles sont vécues comme des contraintes, entrainent de fait des adaptations de la part des acteurs économiques. Du côté des acteurs associatifs, l’engagement dans la mutation des modes de production et de consommation vise à favoriser un effet d’entraînement auprès des acteurs du territoire par un travail de sensibilisation et de mise à disposition de solutions aux particuliers ou aux entreprises. Les acteurs associatifs ont également témoigné d’un souci que la consommation durable s’accompagne de bénéfices sociaux, par exemple en termes de création d’emplois durables pour des personnes éloignées de l’emploi (CDI en insertion) ou d’accès à une alimentation de qualité pour les plus démunis. Il résulte de ces facteurs déclenchants l’existence de multiples actions favorables aux Des mutations engagées dans les villes moyennes mais des freins à lever pour aller plus loin Territoires à taille humaine et à l’interface entre urbain et rural, les villes moyennes regroupent, en tant que bassin de consommation et de production, une diversité d’acteurs : entreprises, commerçants, agriculteurs, associations, habitants, etc. Nombre d’entre eux sont engagés dans des modes de production et de et d’offre commerciale et de services. La plupart aspirent à une maison individuelle avec jardin. Cette attractivité renforcée des villes moyennes interroge la manière de répondre à cette demande de logements sans contribuer à l’étalement urbain. • Dans nombre de villes moyennes, la mobilité quotidienne des habitants est fortement dépendante de la voiture, utilisée de façon individuelle dans la grande majorité des cas, et par conséquent du pétrole, ce qui est source de vulnérabilités écologiques, économiques et sociales. NOTE 8. En mai 2021, près d’un habitant sur deux (48 %) des villes de plus de 100 000 souhaitait habiter dans une ville moyenne s’il en avait la possibilité. Les villes moyennes sont la catégorie de territoire la plus souvent citée comme le territoire de vie idéal. Source : IFOP, Baromètre des territoires sur l’attractivité des villes moyennes, Vague 2021, juillet 2021 La raréfaction des matières premières et la difficulté croissante pour les exploiter vont nous obliger à réduire drastiquement leurs consommations. Cela va nous permettre de réduire les rejets de carbone dans l’atmosphère. Travailler près de chez soi, produire sa propre énergie, produire sa propre alimentation, former des jeunes à des métiers manuels sont des opportunités que nous offre la transition écologique et qui ont du sens. » YANNICK MATURA Maire-adjoint de Beauvais en charge du défi climatique et de la transition énergétique 12 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? modes de production et de consommation durables sur les territoires des villes moyennes dans différentes domaines : • les économies d’énergie, en particulier pour les entreprises industrielles : isolation de bâtiments, renouvellement d’équipements, évolution des processus de production, etc. • la réduction des emballages, en particulier par les commerçants ; • le choix de privilégier des produits bio, locaux ou « made in France », pour les entreprises comme pour les commerçants et les associations. Par exemple, on note dans le domaine alimentaire la mise en place de magasins de producteurs, de commandes groupées auprès de producteurs locaux ou de systèmes d’abonnement pour des paniers de fruits et légumes locaux ; • le sourcing, c’est-à-dire la recherche de garanties en termes d’origine et de qualité des produits. Considérée comme stratégique, la recherche de fournisseurs représente un travail important. Elle implique en effet une veille continue via les salons professionnels et les réseaux sociaux pour trouver de nouveaux produits, des échanges approfondis avec les fournisseurs potentiels, ou encore des visites régulières de sites de production. Ainsi, les villes moyennes comptent une diversité d’initiatives sur leurs territoires en faveur de modes de production et de consommation durables. Cependant, d’après les échanges conduits dans le cadre de la Fabrique Prospective, les freins à l’action sont réels : • la difficulté d’accès aux financements. Il existe de nombreuses aides proposées par des acteurs publics et privés en matière de transition écologique. Le plan de relance lancé en septembre 2020 par le Gouvernement a accru les possibilités de financement des projets : 30 milliards d’euros sont destinés au financement de la transition écologique, dans l’objectif d’accélérer la conversion écologique de l’économie française afin qu’elle soit plus durable, plus économe en ressources naturelles et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Cependant, l’accès à ces aides est rendu complexe par la multiplicité des dispositifs existants. Les aides disponibles sont segmentées par sujets (transport, chauffage, déchets, alimentation…) et initiées par une diversité d’acteurs, sans qu’il existe une interface les réunissant toutes. Les acteurs des villes moyennes, en particulier ceux de petite taille (associations, TPE et PME, habitants), manquent parfois de temps et de ressources pour identifier les financements mobilisables et compléter les dossiers nécessaires à leur obtention ; • le manque d’outils de mesure et de suivi permettant le passage d’actions ponctuelles à des mutations structurelles. Les actions engagées par les acteurs des villes moyennes correspondent à une succession de décisions, qui sont autant d’arbitrages dans lesquels la performance écologique est une variable parmi d’autres, comme le coût ou la praticité. Ces choix sont d’autant plus difficiles à opérer que les indicateurs de suivi de la transition écologique restent imparfaits, quand ils existent. Disposer d’outils de mesure permettrait aux acteurs locaux d’identifier les domaines à faire évoluer en priorité au regard de l’empreinte environnementale de leurs activités (ex : les transports, les déchets, le chauffage, etc.), de prioriser les actions les plus impactantes et d’ajuster leur déploiement en fonction des résultats observés. Les outils de diagnostic existants, en termes de bilan carbone ou de bilan matière par exemple, exigent une expertise pointue dont les acteurs des villes moyennes ne disposent pas toujours, et ne permettent pas d’obtenir un état des lieux global des impacts écologiques d’une activité ; • l’offre encore insuffisante de biens et services durables au regard d’une demande croissante. Par exemple, plusieurs producteurs ont témoigné de la difficulté à recourir au réemploi de matériaux ou d’objets dans leurs process de production, faute de trouver des fournisseurs proposant une offre de produits de seconde main. Quelques initiatives ont pu être mises en place à Beauvais, en récupérant directement auprès des clients des produits à réemployer, comme des lunettes en bon état (Comptoir des Lunettes) ou des brosses à dents usagées (La Brosserie française). Cependant, en l’absence de filière structurée, le développement de ces initiatives est freiné. Un autre exemple relevé par des représentants de la société civile de Saint-Diédes-Vosges concerne l’alimentation durable. La présence de magasins de producteurs est un des éléments qui peut favoriser l’accessibilité à des produits locaux et de qualité. Or, ce type de magasin n’existe pas dans certains quartiers, notamment les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Ainsi, certains changements de pratiques sont freinés par la faiblesse de l’offre ; • le sentiment d’impuissance et d’isolement qui trouve cependant des réponses dans la coopération entre acteurs partageant les mêmes besoins, situés sur différents maillons de la même chaîne de production ou souhaitant mutualiser des coûts. Ces coopérations résultent de la proximité géographique mais également par exemple de la participation à des salons professionnels, qui permettent de découvrir des fournisseurs potentiels, ou de la mise en relation par des intermédiaires lorsqu’ils identifient des acteurs aux besoins similaires. Reste que ces coopérations sont fragiles car elles reposent sur la disponibilité et la motivation des producteurs et consommateurs impliqués. COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 13 MÉTHODE DES TÉMOIGNAGES D’ACTEURS LOCAUX ENGAGÉS DANS DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION DURABLES Le premier séminaire local, qui a permis d’imaginer l’évolution de la vie quotidienne dans les villes moyennes à horizon 2050 avec la méthode des personas (cf. encadré Méthode p. 11), a fait émerger le souhait des groupes de travail locaux de mieux cerner les difficultés et besoins des acteurs locaux qui portent des initiatives en matière de production et de consommation durable, afin de formuler des pistes d’action adaptées. Pour ce faire, le prestataire a proposé à chaque ville moyenne de faire témoigner lors des séminaires locaux 2 et 3 des acteurs locaux déjà engagés dans des modes de production et de consommation durables tels que les exemples ci-dessous. À Beauvais : La Brosserie française est une PME de 32 salariés située près de la gare de Beauvais. Elle fabrique des brosses à dents « made in France » à partir de matériaux locaux ou recyclés. Dans une recherche d’équilibre entre proximité et production écologique des matières premières, l’entreprise identifie des filières productrices de déchets en France et étudie la possibilité d’en faire une matière première pour ses produits. Elle utilise ainsi des algues bretonnes, du lin de Normandie ou du hêtre rouge de l’Est de la France. L’entreprise a été peu touchée par la crise de la Covid-19, ne dépendant pas de fournisseurs et de clients étrangers. La Maison d’économie solidaire du Pays de Bray fédère plusieurs structures d’insertion. Elle propose de nombreux services aux particuliers et aux entreprises, dont une recyclerie comportant une boutique d’occasion de 300 m² et des ateliers gratuits de réparation d’objets proposés une fois par mois. Elle est l’un des acteurs moteurs d’Emergence Beauvaisis, une démarche de coopération territoriale des acteurs de l’économie sociale et solidaire à Beauvais. Le Comptoir des Lunettes est une boutique d’optique du centre-ville de Beauvais spécialisée dans les lunettes de qualité, fabriquées en France et en Europe. Elle récupère les lunettes usagées de ses clients pour en faire don à une association caritative. À Bourg-en-Bresse : Le bailleur social Logidia, basé dans l’Ain, conçoit des projets de construction d’habitat social en favorisant au maximum la densification. Il identifie trois besoins à satisfaire pour la réussite de ses opérations : proposer des rangements, de l’intimité, un stationnement. Pour combiner la réponse à ces besoins avec des opérations sobres en foncier, Logidia propose notamment de l’habitat intermédiaire, à mi-chemin entre la maison et l’immeuble. Il s’agit, par exemple de deux logements superposés, avec une terrasse à l’étage et un jardin en bas, ou de maisons mitoyennes bénéficiant d’un parking collectif. Par exemple, dans le grand lotissement de Villarsles-Dombes, Logidia est parvenu à une surface totale de 149 m² par logement, ce qui représente une emprise au sol six fois moindre que les opérations des années 1990 dans le secteur. Rovip, employant 85 personnes, installée sur deux sites dans l’agglomération de Bourg-en-Bresse et spécialisée dans l’injection des polymères. Son premier axe stratégique est d’« être une entreprise verte et responsable ». Les processus et les outils de production font l’objet d’améliorations continues en termes de réduction de l’empreinte environnementale de l’entreprise. Des recherches sont en cours pour aller vers l’écoconception des produits, ainsi que le réemploi et la réutilisation des matériaux plastiques. L’engagement de l’entreprise a des implications directes sur son positionnement commercial : elle refuse par exemple de développer des objets à très courte durée de vie, comme les goodies. À Lorient : L’association Optim’ism est une structure d’insertion employant 120 salariés, qui cherche à promouvoir une transition écologique et sociale productrice d’emplois locaux. Initialement centrée sur des projets agricoles et alimentaires (accompagnement à la création et la gestion de jardins partagés, accompagnement à l’installation agricole, production agricole biologique, vente de paniers de fruits et légumes…), elle a élargi son activité à la logistique urbaine en 2017. Elle livre désormais des paniers à vélo et propose à des entreprises (Biocoop, DB Schenker…) un service de livraison à vélo dans le centre-ville de Lorient. La maison de quartier Bois du Château a mis en place avec les habitants de ce quartier prioritaire de la politique de la ville des commandes groupées de produits alimentaires bio et locaux en vrac et une cuisine partagée pour cuisiner ces produits. L’entreprise Lyophilise&co vend des produits alimentaires lyophilisés et du matériel pour les activités de nautisme. Elle a mis en place des actions pour diversifier sa gamme et réduire les déchets sur demande de ses clients, se questionne sur l’impact de la logistique notamment du dernier kilomètre, donne une place importante à la coopération et accorde une grande valeur à l’engagement et aux idées des collaborateurs. À Saint-Dié-des-Vosges : Le drive fermier a été créé à l’initiative de la communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges et de la chambre d’agriculture des Vosges, qui ont sollicité les producteurs du territoire pour proposer des ventes hebdomadaires de produits frais locaux à récupérer dans un point de retrait unique. Le drive fermier est désormais géré par une association qui regroupe une trentaine de producteurs agricoles diversifiés (maraîchers, éleveurs, apiculteurs…). L’association Transition-Habitat-Environnement est un collectif regroupant 15 professionnels du bâtiment (architectes, artisans, ingénieurs…) autour de l’écoconstruction et de la construction bois. L’association vise à favorise les coopérations entre les différents acteurs du bâtiment sur le territoire : architectes, charpentiers, scieries... L’association déploie également des activités de sensibilisation à l’éco-construction auprès des maîtres d’ouvrage et du grand public, par le biais de tables-rondes. 14 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? © Partie prenante et Colibree MÉTHODE TYPOLOGIE DES ACTEURS DES VILLES MOYENNES FACE À L’ÉVOLUTION DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION Dans chaque ville moyenne, de nombreux acteurs locaux ont témoigné au cours des séminaires 2 et 3 (cf. encart Méthode p. 14). En croisant les travaux des quatre groupes locaux, le prestataire chargé de l’animation de la Fabrique Prospective a établi une typologie d’acteurs selon leur posture vis-à-vis de la mutation des modes de production et de consommation dans leur territoire. Trois profils ont été identifiés : les pionniers, les attentistes et les insaisissables. Les acteurs «pionniers» sont ceux qui cherchent à tendre vers des modes de consommation et de production durables. Si leurs profils varient selon les villes moyennes, ils présentent plusieurs caractéristiques communes. Ils se caractérisent d’abord par leur ancrage dans le territoire. Impliqués dans la vie locale, ils savent mobiliser les ressources du territoire grâce à leur bonne connaissance du tissu économique et associatif local. Certains de ces pionniers savent aussi se connecter à des initiatives similaires dans d’autres territoires et à des dispositifs nationaux leur donnant accès à des labels ou des financements. Ils se distinguent enfin par leur volonté d’anticiper les enjeux du futur et d’inventer des réponses précurseuses. Pour ce faire, ils sont parfois prêts à expérimenter et à prendre des risques. La plupart des producteurs et des consommateurs peuvent être définis comme « attentistes ». Ils sont conscients de la nécessité de faire évoluer les modes de production et de consommation, mais ne savent pas comment faire. Par manque de temps, d’argent, de connaissances ou de motivation, ils poursuivent leurs habitudes, tout en étant disposés à essayer les alternatives qui se présentent à eux, si elles ne sont pas source de contraintes (temporelles, financières, en termes d’organisation…). Enfin, certains acteurs apparaissent comme «insaisissables». Par définition, ce sont ceux dont les motivations, stratégies et pratiques sont les plus difficiles à cerner. Selon le repérage conduit à Beauvais, Bourg-en-Bresse, Lorient et Saint-Diédes-Vosges, certains acteurs relèvent fréquemment de cette catégorie : les grandes surfaces, les commerces franchisés, les promoteurs immobiliers, les acteurs économiques tournés vers l’exportation, les établissements rattachés à des groupes nationaux ou internationaux dont les centres de décision se situent à l’extérieur du territoire… Leur principale caractéristique est d’être peu impliqués dans la vie locale, car dépendants de décisions exogènes. De fait, les agriculteurs exportateurs de leur production dépendent du cours des matières premières, les commerces franchisés sont contraints d’appliquer le cahier des charges de la marque, les établissements industriels rattachés à un groupe n’ont pas toujours la maîtrise de leurs fournisseurs ni de leurs process de production, etc. LES BESOINS D’ACCOMPAGNEMENT DES ACTEURS ÉCONOMIQUES COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 15 Beauvais, Bourg-en-Bresse, Lorient, Saint-Dié-des-Vosges : quatre feuilles de route pour des modes de production et de consommation durables Beauvaisis : faire converger les stratégies de développement économique et de transition écologique Beauvais, Bourg-en-Bresse, Lorient et Saint-Diédes-Vosges se sont engagées dans la Fabrique Prospective car elles partageaient l’objectif de faire évoluer les modes de production et de consommation. Elles se distinguent cependant par leurs spécificités territoriales, leurs acteurs locaux et leurs objectifs politiques. De fait, au regard des besoins de leur territoire, les élus et les agents référents de ces quatre villes moyennes ont choisi de positionner leur travail de réflexion durant la Fabrique sur des axes différents. Chaque groupe de travail local a donc travaillé sur le sujet de la mutation des modes de production et de consommation à partir d’un enjeu territorial spécifique. Il en résulte des feuilles de route « sur mesure » construites par chaque groupe de travail local. La fragilisation des activités économiques liée au confinement du printemps 2020 a conduit Loïc Barbaras (vice-président de la communauté d’agglomération du Beauvaisis en charge du développement économique), Victor Debil-Caux (vice-président de la communauté d’agglomération du Beauvaisis en charge de l’environnement) et Yannick Matura (maire-adjoint de Beauvais en charge du défi climatique et de la transition énergétique) à centrer la Fabrique Prospective sur la résilience du tissu économique du Beauvaisis face aux crises : pandémie, choc économique externe, pénurie de ressources… Les quatre séminaires locaux ont alors porté sur le rapprochement entre les stratégies de développement économique et de transition écologique de la communauté d’agglomération du Beauvaisis, comme condition essentielle de leur efficacité. La Fabrique Prospective a réuni une vingtaine d’acteurs (élus, agents de la communauté d’agglomération, chambres consulaires, entreprises locales, maison d’économie solidaire, conseil régional des Hauts-de-France et Institut polytechnique Unilasalle) qui ont défini collectivement une feuille de route pour la communauté d’agglomération. Cette feuille de route est organisée en trois axes : • l’élaboration d’un livret à destination des entreprises, pour partager avec elles les ambitions fixées par le Plan climat air énergie territorial (PCAET) adopté en 2020 et recenser les leviers d’action dont elles disposent pour y contribuer ; La nécessaire transition écologique de notre territoire doit s’appuyer sur les acteurs économiques locaux. En tant que collectivité, nous devons mettre en place les conditions et infrastructures nécessaires à la transition. » VICTOR DEBIL-CAUX Vice-président de la communauté d’agglomération du Beauvaisis en charge de l’environnement 16 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? Bassin de Bourg-en-Bresse : conjuguer développement territorial et sobriété foncière Piloté par Guillaume Fauvet, vice-président de Grand Bourg Agglomération en charge de la stratégie territoriale et du foncier, le groupe de travail local de la Fabrique Prospective a rassemblé une quinzaine d’agents et d’élus de la communauté d’agglomération, ainsi que des partenaires : le bailleur social Logidia, le conseil de développement et la société publique locale In Terra, spécialisée dans la mise en œuvre de projets d’aménagement urbain et de développement économique. Le fil rouge choisi pour le travail collectif a été la sobriété foncière. En effet, l’objectif de « zéro artificialisation nette », que s’est fixé la communauté d’agglomération à l’horizon 2030 pour protéger et valoriser les terres agricoles et forestières, demande de concevoir différemment le développement économique du territoire et celui de l’habitat, aujourd’hui tous deux fortement consommateurs de foncier. Il ne s’agit pas à travers cet objectif de freiner la dynamique d’accueil de populations et d’entreprises du territoire, mais de penser autrement la réponse aux besoins des acteurs en privilégiant le recyclage urbain, la densité des formes urbaines et les mutualisations d’espaces. • l’introduction de critères de durabilité dans les marchés publics et les subventions accordées aux acteurs locaux (entreprises, associations…) ; • le soutien à l’économie de proximité, qui vise à rapprocher les producteurs et les consommateurs pour favoriser la création de valeur et d’emploi durables sur le territoire. Il s’agit notamment de s’appuyer sur les acteurs locaux pionniers pour développer les circuits courts et le réemploi d’objets et de matériaux (cf. ci-dessous). La feuille de route pour la communauté d’agglomération définie par le groupe de travail à l’issue de la Fabrique Prospective comprend deux axes : • construire des objectifs partagés avec les communes de l’agglomération en matière de sobriété foncière et leur apporter une aide technique, ainsi que des outils d’aide à la décision : proposer des visites de sites pilotes en matière de sobriété foncière, notamment les opérations d’habitats intermédiaires réalisées par Logidia (cf. p.14) ; organiser des « conférences territoriales de l’action publique » rassemblant les élus communautaires et communaux pour décliner localement les objectifs communautaires ; construire un outil pour visualiser les conséquences des objectifs fixés en matière de surfaces constructibles sur la commune ; apporter une aide aux communes pour le rachat de foncier... ; • promouvoir un développement économique sobre en foncier en renforçant l’accompagnement des entreprises : identifier des solutions de sobriété foncière adaptées aux contraintes des entreprises en termes de surface et d’organisation des espaces de production, de vente, de stockage et de livraison ; inciter à des mutualisations d’espaces, de parkings, de solution de transport collectif, en mettant en contact les entreprises porteuses d’un même besoin ; utiliser l’outil de la préemption foncière pour reconquérir des bâtiments délaissés en centre-ville et y installer des activités économiques... Il faut aller au-delà de la sensibilisation sur l’artificialisation des sols et ouvrir des négociations avec les élus des communes de l’Agglomération. Notre projet est d’organiser des conférences territoriales pour permettre aux élus communaux de partager leurs souhaits et contraintes, de se mettre d’accord sur des objectifs à l’échelle de chaque commune et de redéfinir collectivement le partage des rôles entre la communauté d’agglomération et les communes. » GUILLAUME FAUVET Vice-président à la stratégie territoriale et au foncier de Grand Bourg Agglomération COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 17 Lorient : décarboner la logistique urbaine Saint-Dié-des-Vosges : donner à tous l’accès à des modes de consommation durables Morgane Christien (maire adjointe de la ville de Lorient chargée de l’environnement, de la transition énergétique, des espaces verts et de la reconquête végétale) et Bruno Paris (vice-président de la communauté d’agglomération de Lorient en charge de la transition écologique) ont orienté la Fabrique Prospective sur la décarbonation de la logistique urbaine. La logistique urbaine comprend l’ensemble des flux de marchandises qui entrent et sortent d’une ville : les flux de matières premières du BTP, de produits de consommation courante, de déchets, etc. Elle inclut aussi bien les trajets des professionnels que des personnes transportant des courses. À Lorient, la logistique urbaine a été identifiée par l’Agglomération comme une source importante de nuisances locales et d’émissions de CO2. Jusqu’à présent, elle n’a pas fait l’objet de politiques publiques spécifiques car elle se situe à l’intersection entre les compétences voirie, mobilité, environnement, commerce et développement économique. Les quatre séminaires locaux ont réuni une vingtaine d’acteurs publics, privés et associatifs concernés par cet enjeu : élus et agents de la ville et de la communauté d’agglomération, Région Bretagne, chambre de commerces et d’industrie du Morbihan, chambre de métiers et de l’artisanat du Morbihan, Compagnie des commerces (association de promotion des entreprises lorientaises du centre-ville), La Poste, la SNCF, l’agence d’urbanisme, l’agence locale de l’énergie, le conseil de développement, l’association Optim’ism. La feuille de route de la ville de Lorient élaborée à l’issue de la Fabrique Prospective s’articule autour de quatre axes : • programmer des expérimentations en faveur des livraisons décarbonnées dans l’agglomération de Lorient (« un mois sans camion dans le centre-ville » par exemple), en s’appuyant sur les retours d’expérience de villes moyennes pionnières (La Rochelle, Saint-Nazaire…), mais aussi sur les acteurs locaux susceptibles d’apporter des solutions adaptées aux entreprises et commerces (Optim’ism pour les livraisons à vélo par exemple) ; • activer le levier de la commande publique pour impulser un changement des pratiques auprès des entreprises, en intégrant des critères relatifs aux livraisons dans les marchés publics (optimisation des livraisons en véhicules motorisés en termes de parcours et de remplissage, recours à la livraison à vélo pour le dernier kilomètre…) ; Portée par Françoise Legrand (vice-présidente de la communauté d’agglomération en charge de la transition écologique), Dominique Chobaut (maire-adjointe de Saint-Dié-des-Vosges en charge du cœur de ville et des commerces) et Brigitte Henri (maire-adjointe en charge de la transition écologique), la Fabrique Prospective a réuni des élus et des agents de la Ville et de la communauté d’agglomération, ainsi que des acteurs de la société civile (association ETC terra, maison familiale rurale, collectif « Il est encore temps »…). Les participants ont décidé de tirer • construire un accompagnement à la décarbonation des mobilités à destination des entreprises (aides pour la réalisation d’études d’opportunité, conseils techniques, mise à disposition d’indicateurs de suivi, prêt de vélocargo électriques, co-financement d’actions de transformation des modes de déplacement…) et favoriser, par la mise en place d’un guichet unique, la coordination des différents dispositifs d’accompagnement que les acteurs du territoire peuvent mobiliser (dispositifs de l’Ademe, de l’Anah, etc.) ; • organiser la mise en réseau des acteurs locaux, par le biais notamment de rendez-vous trimestriels consacrés à la logistique décarbonée, pour favoriser les synergies, susciter de l’émulation collective et faciliter le partage d’expériences, de connaissances ou d’outils. Il s’avère que les initiatives de production et de consommation durables sont nombreuses sur le territoire lorientais. Il y a un enjeu à les connecter, pour amplifier leur impact. » BRUNO PARIS Vice-président de la communauté d’agglomération de Lorient en charge de la transition écologique 18 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? parti du foisonnement d’initiatives collectives portées par des citoyens, des agriculteurs ou des entreprises en Déodatie pour faire de la mutation des modes de production et de consommation un levier de solidarités et de cohésion sociale. La feuille de route de la communauté d’agglomération et de ses partenaires, issue de la Fabrique Prospective, comprend trois axes : • la mise en œuvre d’une démarche d’éco-exemplarité de la part de la communauté d’agglomération pour jouer un rôle moteur auprès des autres acteurs du territoire : intégration de critères environnementaux dans les aides apportées aux projets des communes, renforcement de la communication au sein de l’Agglomération pour favoriser la circulation des bonnes pratiques et la cohésion au sein de la structure, etc. ; • le lancement d’une réflexion sur la création d’un poste de « manager de la transition écologique » au sein de la communauté d’agglomération, pour appuyer les démarches portées par les acteurs du territoire en matière de modes de production et de consommation durables et les rendre accessibles à tous ; • le développement d’un programme « Manger mieux», sur le modèle du programme « Habiter mieux en Déodatie »9 pour garantir une alimentation durable pour tous. Il s’agit de porter diverses actions visant à développer la production alimentaire locale durable, structurer des filières de transformation de ces produits et permettre aux ménages les plus modestes d’y accéder : un projet de conserverie, l’ouverture d’un restaurant social et solidaire en centreville impliquant des travailleurs en insertion, la création de potagers solidaires... On ne sera pas crédibles sur la mutation des modes de consommation, si on ne s’applique pas à nous-même ce qu’on exige des autres. » FRANÇOISE LEGRAND Vice-présidente de la communauté d’agglomération en charge de la transition écologique NOTE 9. Voir page 22. MÉTHODE LE CO-DÉVELOPPEMENT OU ACCÉLÉRATEUR DE PROJET Afin de faciliter la formalisation de pistes d’actions par les groupes de travail locaux, le prestataire a utilisé la méthode du co-développement ou accélérateur de projet lors des 3e séminaires locaux. Il s’agit d’une méthode d’intelligence collective qui consiste, pour un porteur de projet, à exposer auprès d’un groupe une problématique particulière rencontrée dans l’élaboration ou la mise en œuvre de son projet et de solliciter des pistes de solutions. Cette méthode permet à la fois au porteur de projet de mettre à plat et de clarifier les questions qu’il se pose ou les difficultés qu’il rencontre, et de recueillir des pistes concrètes de solution auprès de ses partenaires. Une séance de co-développement comporte six étapes successives : 1. exposé de la problématique par le porteur de projet ; 2. questions de clarification posées par les autres participants ; 3. formalisation de la demande en une question posée par le porteur de projet aux participants ; 4. consultation : une phase de « tempête de cerveaux » où chacun partage des expériences, idées, conseils, pistes de solution qui pourraient aider le demandeur ; 5. synthèse par le porteur de projet des idées qu’il retient et formulation d’un plan d’actions ; 6. bilan : chaque participant s’exprime sur ce qu’il tire comme enseignements de la séance, sur la méthode et le fond. COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 19 Quatre leviers à mobiliser par les villes moyennes et huit pistes d’action nationales pour des modes de production et de consommation durables Exemplarité, vision, coopération, adaptation : les leviers des villes moyennes Les travaux conduits dans le cadre de la Fabrique Prospective ont montré que les mutations vers des modes de consommation et de production durables étaient déjà à l’œuvre dans les villes moyennes. Portées par des acteurs pionniers (entreprises, commerçants, associations…), elles ne concernent cependant qu’une partie des consommateurs et des producteurs du territoire, et rencontrent des freins qui en réduisent la portée. Dès lors, il s’agissait de cerner en quoi chaque ville moyenne peut contribuer à lever ces freins et à faciliter la mobilisation du plus grand nombre. En effet, une ville ou une agglomération de taille moyenne ne peut pas tout : il est dès lors nécessaire de mesurer là où son action sera la plus efficiente, au regard de celle des autres acteurs. Les participants à la Fabrique Prospective ont identifié quatre leviers que les villes et agglomérations moyennes peuvent mobiliser pour accompagner la mutation vers des modes de production et de consommation durables : être exemplaires, porter une vision articulant transition écologique et développement économique, venir en appui aux initiatives engagées par les acteurs locaux et s’adapter aux différents profils d’acteurs. Il s’agit plus globalement d’adopter une nouvelle posture fondée sur l’impulsion et la recherche de coopérations, car la mutation des modes de production et de consommation ne pourra pas se faire sans l’implication active des forces vives du territoire. Réduire l’empreinte écologique de la commune/de l’EPCI, dans une logique de responsabilité, d’efficacité et d’exemplarité vis-à-vis des autres acteurs du territoire La réduction de l’empreinte écologique de la commune ou de l’EPCI peut être mise en œuvre en mobilisant notamment deux leviers : • la commande publique (introduction de critères environnementaux) ; • la communication interne (expérimentation puis diffusion de solutions et valorisation d’initiative des agents). Porter une vision articulant transition écologique et développement économique du territoire La convergence entre les objectifs de transition écologique et de développement économique d’un territoire n’est pas toujours facile à réaliser au sein des communes et des EPCI. En effet, les services en charge du développement économique et de la transition écologique n’ont pas les mêmes cultures professionnelles, les mêmes modalités d’action, ni les mêmes interlocuteurs. Néanmoins, cette convergence apparaît essentielle pour construire une vision partagée des modes de production et de consommation durables sur le territoire, définir des priorités et identifier des projets à mener. Pour faciliter cette convergence, deux types d’actions peuvent être conduites par les villes moyennes : • fluidifier le dialogue entre les services en charge de la transition écologique et du développement économique en particulier au sein des intercommunalités. Il s’agit par exemple de former les agents pour leur permettre de disposer d’une culture commune ou de créer des binômes d’élus ou d’agents de différentes directions pour porter des actions communes (par exemple sur la desserte et l’aménagement des zones d’activité économique) ; • instaurer un dialogue constructif avec les producteurs et les consommateurs du territoire, par exemple en organisant des ateliers de partage d’expériences avec des acteurs pionniers du territoire. 20 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? © Partie prenante et Colibree ACTION La création du groupe de transitions des entreprises du Beauvaisis pour renforcer la résilience du tissu économique local et préparer la transition économique La prospective territoriale menée par la communauté d’agglomération du Beauvaisis, en appui à la construction du projet de territoire, a mis en évidence l’importance pour l’économie locale d’intégrer plus fortement la problématique du changement climatique et de l’épuisement des ressources naturelles, afin de réduire la vulnérabilité du territoire à une crise économique externe. Dans cette perspective, les services du développement économique et du développement durable de la communauté d’agglomération du Beauvaisis ont décidé conjointement de renforcer l’accompagnement proposé aux entreprises locales pour consolider leur résilience face aux crises (choc économique externe, pénurie de ressources…). Pour ce faire, ils ont créé le Groupe de transitions des entreprises du Beauvaisis (GTE), en partenariat avec le centre des jeunes dirigeants d’entreprises des Hauts-de-France et avec l’appui du réseau Alliances et du laboratoire d’intervention et de recherche ATEMIS. Ce groupe pilote rassemble huit dirigeants de TPE et PME du territoire, volontaires pour être accompagnés pendant un an, de juin 2021 à juin 2022, pour faire évoluer le modèle économique de leur entreprise vers l’économie de la fonctionnalité et de la coopération. Ces entrepreneurs bénéficient de deux jours de formations, de trois rendez-vous individuels (en début, milieu et fin de démarche) et de commissions collectives mensuelles. Il s’agit ainsi de les aider à repenser en profondeur leur offre de produits et de services, en s’appuyant sur la prise en compte des enjeux de transition écologique, mais aussi des réels usages et besoins des consommateurs. « La crise sanitaire a souligné les vulnérabilités de notre tissu économique. La transition écologique doit permettre de le rendre plus résilient face aux crises à venir et aux conséquences du dérèglement climatique. » Loïc Barbaras, vice-président au développement économique de Beauvais (premier séminaire local de la Fabrique Prospective, 16 septembre 2021) RÉDUIRE L’EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DES ORGANISATIONS PUBLIQUES COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 21 Venir en appui aux initiatives engagées par les acteurs locaux Venir en appui aux initiatives engagées par les acteurs locaux consiste à appuyer techniquement ou financièrement chaque acteur, à faciliter les coopérations entre eux et à valoriser les projets mis en œuvre. À cette fin, l’accompagnement de la commune ou de l’EPCI peut se déployer sur trois registres complémentaires : • Apporter de l’ingénierie publique aux consommateurs et aux producteurs pour les aider à pérenniser et à amplifier l’impact de leurs actions, ou encore à accéder aux financements publics disponibles. Cela peut consister à mettre des outils de mesure à la disposition des acteurs pour les aider à identifier leurs marges de manœuvre et prioriser leurs actions (bilan carbone, bilan matière, analyse du cycle de vie des produits…), à établir des partenariats autour d’objectifs formalisés dans des conventions bilatérales, ou encore à prendre une participation financière dans des solutions portées par les acteurs locaux en matière d’énergie, de mobilité ou de réduction des déchets, par exemple. • Susciter les coopérations en mettant en relation des acteurs inscrits dans une même chaîne de valeur, en organisant des temps forts autour de l’enjeu de la mutation des modes de production et de consommation et en proposant des projets communs permettant de passer à l’action ; • Valoriser les initiatives collectives locales et les acteurs qui les portent, à travers des opérations de communication (via le magazine municipal, les réseaux sociaux, des événements…). Cela permet notamment d’augmenter l’influence des acteurs pionniers auprès des autres acteurs du territoire, en s’appuyant sur l’effet légitimant de l’appartenance à un même groupe de pairs (voir illustration ci-contre). ACTION Un programme d’aides à la filière du bâtiment durable et aux habitants pour améliorer l’habitat à Saint-Dié-des-Vosges Le programme « Habiter mieux en Déodatie » est un dispositif d’aides pour la réalisation de travaux d’amélioration de l’habitat, à destination des acteurs de la filière du bâtiment durable et des particuliers. Porté par le Pays de la Déodatie depuis 2015, il est l’aboutissement d’un travail partenarial avec l’Agence nationale de l’habitat (Anah), les communes et communautés de communes, le Département des Vosges et la Région Grand Est. Le programme comporte trois volets, qui s’adressent chacun à un public spécifique : un volet environnemental, pour contribuer à réduire la consommation énergétique des ménages et les émissions de CO2 afférentes ; un volet social, ciblant spécifiquement les propriétaires modestes pour lutter contre la précarité énergétique ; un volet « économique », pour promouvoir la filière du bâtiment durable locale. Concrètement, un diagnostic énergétique du logement est proposé aux propriétaires, assorti de propositions chiffrées de travaux à réaliser à partir de ses souhaits, de ses capacités de financement et des aides mobilisables. Un accompagnement lui est proposé tout au long des travaux et après. Les entreprises du secteur sont, quant à elles, accompagnées pour gagner en compétences et en visibilité sur le marché (formations à de nouvelles techniques, obtentions de labellisations écologiques…). Ainsi, ce programme se situe à l’interface entre les acteurs de la consommation (les occupants et propriétaires de logements) et ceux de la production (la filière de la construction durable et de la rénovation immobilière). ACTION Un groupe de travail dédié à la logistique urbaine durable à Lorient En 2015, Lorient Agglomération, la Région Bretagne, l’agence de la transition écologique (Ademe), la DREAL et l’agence locale de l’énergie (ALOEN) ont créé un groupe de travail sur la transition énergétique : la boucle locale de l’énergie. L’objectif était de mettre en réseau tous les acteurs de la transition énergétique sur le territoire (élus, agents des communes et de l’intercommunalité, associations de consommateurs, bureaux d’études locaux…) pour faire émerger des filières économiques dans les domaines de la maîtrise des consommations, de la rénovation des bâtiments et des énergies renouvelables. À l’issue de la Fabrique Prospective, Lorient Agglomération et la ville de Lorient ont décidé de répliquer cette méthode et de créer une boucle locale logistique, pour mobiliser les acteurs du territoire autour de l’objectif de transition vers une logistique urbaine décarbonée et faire émerger de nouvelles solutions de transport logistique. « Il s’avère que les initiatives de production et de consommation durables sont nombreuses sur le territoire lorientais ; il y a un enjeu à les connecter, pour amplifier leur impact. » Bruno Paris, vice-président de la communauté d’agglomération de Lorient en charge de la transition écologique (troisième séminaire local de la Fabrique Prospective, 11 février 2021) 22 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? © Partie prenante et Colibree Au niveau national : trois orientations et huit pistes d’action pour soutenir les dynamiques engagées localement Les travaux conduits dans le cadre de la Fabrique Prospective avec les acteurs des quatre villes moyennes ont fait émerger des besoins d’évolutions au niveau national pour faciliter l’action locale en faveur de modes de production et de consommation durables. Comme initialement prévu dans le cahier des charges de la Fabrique Prospective, elles concernent notamment le programme Action cœur de ville. Adapter les modalités d’intervention au profil des acteurs afin de mobiliser audelà du cercle des pionniers Si certains acteurs des villes moyennes sont très engagés dans la mutation des modes de production et de consommation, d’autres ne participent pas encore à cette dynamique (cf. encart Méthode p.15). Réussir à mobiliser au-delà du cercle des pionniers implique pour les communes et intercommunalités d’adapter leurs modalités d’intervention au profil des acteurs. Différents leviers ont été identifiés dans le cadre de la Fabrique Prospective pour appuyer les acteurs pionniers, les attentistes et les insaisissables (voir figure p.24). LES LEVIERS DES VILLES MOYENNES POUR APPUYER LES DYNAMIQUES PORTÉES PAR LES PRODUCTEURS ET CONSOMMATEURS COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 23 © Partie prenante et Colibree Enrichir le programme Action cœur de ville d’un volet sur les modes de production et de consommation durables • Favoriser la montée en compétences des managers de centre-ville10 sur la question des modes de production et de consommation durables par des formations dédiées. Au-delà de leur mission d’accompagnement du développement économique et du dynamisme commercial, qui mobilisent des compétences d’animation, de marketing territorial et d’aménagement urbain, il s’agirait de leur permettre d’accompagner les commerçants, artisans et entreprises dans la prise en compte de la transition écologique, en apportant des solutions adaptées à leurs préoccupations et contraintes.) • Favoriser les partages d’expériences entre villes moyennes sur les modalités d’accompagnement des acteurs locaux vers des modes de production et de consommation durables. Pour ce faire, plusieurs pistes sont envisageables : un « forum des solutions »11 sur le sujet ; un événement annuel rassemblant des villes moyennes et des acteurs socio-économiques qui pourraient témoigner de manière croisée ; l’organisation de voyages d’étude dans des villes moyennes pionnières dans le domaine. • Soutenir au plan technique une fonction de « management de la transition écologique » dans les intercommunalités. Les agents en charge de cette fonction assureraient plusieurs missions : la coordination interne des actions relatives à la transition écologique, l’amplification des coopérations entre les autres acteurs du territoire et l’aide aux porteurs de projets notamment pour identifier les sources possibles de financement ou d’appui technique. • Créer une reconnaissance nationale de type « commerçant engagé dans la transition écologique » qui pourrait être diffusée dans le cadre du programme national Action cœur de ville et animée localement par les managers de centre-ville. Il s’agirait de constituer un cahier des charges national, comprenant une liste d’actions possibles à mener dans différents domaines (par exemple : réaliser des travaux pour réduire la consommation énergétique du local, proposer des produits sans emballage, recourir à la livraison à vélo…). Les commerçants engagés sur un certain nombre d’actions dans ces différents domaines bénéficieraient d’un macaron sur leur vitrine et d’une valorisation par la commune ou l’EPCI. DES MODALITÉS DE COOPÉRATION À ADAPTER SELON LES PROFILS DES ACTEURS 24 COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? NOTES 10. Le manager de centre-ville anime et pilote le projet de revitalisation de centre-ville, met en œuvre les dispositifs d’accompagnement des acteurs économiques et assure la promotion économique du centre-ville. Il travaille en étroite collaboration avec le chef de projet Action cœur de ville (ACV) ou se substitue à ce dernier. Dans certains territoires les missions du manager de centre-ville sont directement réalisées par le chef de projet ACV. 11. Le Forum des solutions est un cycle de conférences organisées dans le prolongement du programme Action cœur de ville, pour favoriser le partage d’expériences entre les acteurs locaux, institutionnels et économiques impliqués dans le programme. 12. Dans chaque département, un comité local de cohésion territoriale a été créé pour permettre une déclinaison des interventions de l’agence au plus près des territoires. Le comité local de cohésion territoriale définit une feuille de route dans le département, identifie les ressources en ingénierie territoriale mobilisable localement et assure la coordination entre les différentes parties prenantes du territoire. Pour en savoir plus : https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr/sites/ default/files/2020-06/VADEMECUM-ANCT.pdf 13. https://aides-territoires.beta.gouv.fr/ 14. France Stratégie, Conseil général de l’environnement et du développement durable et Inspection générale des finances, Pour un développement durable du commerce en ligne, février 2021 15. Cette autorisation administrative, particulière à l’Île-de-France, est nécessaire pour la construction, la reconstruction, la réhabilitation ou l’extension de locaux à usage industriel, professionnel, administratif, technique, scientifique ou d’enseignement. Elle conditionne la recevabilité de la demande de permis de construire. 16. France Stratégie, Conseil général de l’environnement et du développement durable et Inspection générale des finances, Pour un développement durable du commerce en ligne, février 2021 Soutenir la prise en charge par les communes et EPCI des missions d’animation territoriale et de facilitation de la coopération entre acteurs nécessaires à la mutation des modes de production et de consommation • Flécher des moyens financiers vers les communes et EPCI pour l’animation territoriale en matière de mutation des modes de production et de consommation, et la mise en œuvre de projets portés avec d’autres acteurs du territoire. Cela pourrait par exemple prendre la forme d’un fonds national, à destination des villes Action cœur de ville, dédié à des projets collectifs dans le domaine des modes de production et de consommation durables, portés par les communes ou les EPCI en partenariat avec des commerçants, associations, habitants, acteurs institutionnels (chambres consulaires…), agriculteurs ou entreprises. • Renforcer la lisibilité des dispositifs nationaux de financement disponibles pour les projets des villes moyennes relatifs à la mutation des modes de production et de consommation. Il s’agirait de conforter le rôle des comités locaux de cohésion territoriale animés par les délégués territoriaux de l’ANCT12 dans l’accompagnement des projets des villes moyennes en matière de transition écologique, en particulier en termes d’ingénierie financière (accompagnement pour candidater à des appels à projet ou à des fonds européens par exemple) ; mettre à disposition dans le cadre d’Action cœur de ville un catalogue des financements accessibles aux villes du programme en termes de transition écologique ; donner plus de visibilité au site Aides-territoires13 qui recense les financements possibles par projet et type de collectivité. Définir un cadre national incitatif pour la mutation des modes de production et de consommation • Définir, dans le Code de la Construction et de l’Habitation, l’habitat intermédiaire et le promouvoir. Constitué de logements superposés avec des caractéristiques proches de l’habitat individuel (accès individualisé aux logements et espaces extérieurs privatifs pour chaque logement), il apparaît comme une réponse possible à l’enjeu de sobriété foncière dans les villes moyennes. Il permet en effet un aménagement plus dense des villes moyennes que l’habitat pavillonnaire, tout en satisfaisant les attentes de nombreux ménages. La promotion de l’habitat intermédiaire pourrait par exemple se faire à travers la publication par l’État d’un guide pratique incluant des retours d’expérience d’opérations, l’organisation d’un voyage d’étude dans différents sites destiné aux élus et agents des villes Action cœur de ville… • Introduire une régulation environnementale de l’e-commerce (livraison et logistique afférente). Il s’agirait d’abord d’instaurer un délai réglementaire minimum entre la commande et la livraison d’un produit (par exemple, 48 heures ou 72 heures), quand il n’est pas de première nécessité ou périssable. En effet, le délai de livraison est l’un des éléments les plus déterminants pour le bilan carbone des livraisons : un délai court oblige à répondre à chaque demande immédiatement, sans pouvoir regrouper les livraisons et optimiser les parcours des véhicules, ce qui génère des déplacements motorisés beaucoup plus nombreux14. En complément, pour mieux assurer la régulation de la logistique au plan de l’aménagement territorial, il est proposé d’étendre la procédure d’agrément15 sur l’immobilier d’entreprises (entrepôts et bureaux) existant en Îlede-France à l’ensemble du territoire national16. Il s’agirait ainsi de favoriser le développement d’un réseau hiérarchisé et maillé d’entrepôts, avec notamment des petits entrepôts à proximité des villes moyennes permettant d’assurer la livraison sur les derniers kilomètres en véhicules légers et décarbonés (vélos, camionnettes électriques…). COMPRENDRE – Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? 25 Pour les villes moyennes, la mutation des modes de production et de consommation est à la fois une réponse à l’impératif de transition écologique et une opportunité de valoriser leurs atouts (taille humaine, position à l’interface entre les espaces urbains et ruraux…) pour inventer les modèles de développement de demain. La Fabrique Prospective « Villes moyennes et transition écologique : quelles mutations des modes de production et de consommation ? », lancée par l’ANCT en partenariat avec Villes de France, le CGDD, la DGALN, la communauté d’agglomération de Beauvais, Grand Bourg Agglomération, la ville de Lorient et la ville de Saint-Dié-des-Vosges, a montré que des mutations étaient déjà à l’œuvre dans les villes moyennes. Portées par une diversité d’acteurs publics, privés et associatifs, les initiatives sont nombreuses, mais restent relativement isolées et ne permettent pas toujours d’engager des changements à la hauteur des enjeux. Il s’agit donc d’accélérer et d’amplifier la mutation vers des modes de production et de consommation durables. Pour ce faire, les travaux conduits dans le cadre de la Fabrique Prospective ont permis d’identifier quatre leviers mobilisables par les communes et les intercommunalités moyennes : réduire leur propre empreinte écologique, partager une vision croisant développement économique et transition écologique, appuyer les acteurs « pionniers » du territoire et adapter les modalités d’intervention aux besoins des autres acteurs afin de mobiliser le plus grand nombre. Conclusion Avec leur groupe de travail local, chacune des quatre villes moyennes engagées dans la Fabrique Prospective a ainsi élaboré une feuille de route adaptée à ses priorités : le développement économique durable à Beauvais, la sobriété foncière à Bourg-en-Bresse, la logistique urbaine décarbonée à Lorient et l’accès de tous aux modes de consommation durables à Saint-Dié-des-Vosges. Ces travaux, lancés par l’ANCT et Villes de France dans le cadre de la Fabrique Prospective avec la participation active des élus et agents référents de Beauvais, Bourg-en-Bresse, Lorient et Saint-Dié-des-Vosges, et auxquels la DGALN et le CDGG ont été associés, ont conduit à la formulation de 8 pistes d’action pour conforter le rôle des villes moyennes dans la mutation vers des modes de production et de consommation durables. Aux côtés des leviers réglementaires,